AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Education sentimentale - Lyne Cooper ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Complexe d'Oedipe
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t691-donan-avery
Messages : 63
Date d'inscription : 05/02/2017
Célébrité : Simon Nessman
Crédits : Ash

Age : 27 ans
Sang : Sang-pur
Métier : Médicomage clandestin
Baguette : 27,9 cm - Bois de houx - Crin de licorne
Epouvantard : Le corps inerte de sa mère
Dialogue : #046380

Education sentimentale - Lyne Cooper
ce message a été posté Dim 9 Juil - 21:04
    Une semaine que je suis revenu d’Avalon, une semaine que je suis convalescent, une semaine que je suis perdu. Je n’ai pas été autorisé à quitter la planque, cloué sur un lit de fortune, laissant les autres guérisseurs se charger de mes blessures alors que j’aurais très bien pu le faire seul. L’état de mon bras gauche était préoccupant, criblé de balles et marqué par la morsure d’une chimère, j’avais perdu beaucoup de sang bien que mon sortilège avait partiellement arrêté l’hémorragie. Il est toujours entouré de bandages et stabiliser contre mon torse, je n’ai pas désiré avoir recours aux potions, d’autres Phénix en ont plus besoin que moi : altruisme ou stupidité, je l’ignore. Le fil de mes pensées est interrompu par le lever du jour qui vient éclairer la pièce.

    Je me lève, j’enfile un pantalon et reste torse nu. J’observe par la fenêtre le soleil se lever peu à peu. Le crépuscule, la rosée du matin, l’éclosion des capucines. Sans oublier ces chants matinaux des petits attendant le retour de maman dans le nid. Un havre de paix en ce temps de guerre. Un espace reclus qui échappe à la cruauté du régime. Je soupire. Tant de choses ont changé depuis que nous sommes revenus Victoria et moi. Notre relation, autrefois indéfectible connaît des moments incertains par ma faute. Je l’aime. Je suis toujours le fils à maman, mais le lionceau s’affirme pour devenir lion à son tour. Ma vision du monde a évolué elle aussi, notamment depuis les récents évènements. Ce moldu, asservi à cette salope de mangemort, était si dévoué qu’il aurait pu y laisser sa peau. Une envie de protection viscérale qui ne peut être motivée que par l’amour, tout comme celle que j’éprouve envers maman. Syndrome de Stockholm, embrigadement extrême ou tout simplement amitié consentie ? Je l’ignore, même si c’est perturbant. L’idée manichéenne que je me faisais pendant la cavale s’effondre un peu plus chaque jour.

    Comme tous les matins, je descends, routine de sédentaire. Je me craque l’épaule puis m’étire. Je sors, quitte à profiter du spectacle, autant être au premier rang. Assis sur l’herbe comme je l’étais lorsque nous fuyions sa vie passée, je sens la chaleur m’atteindre. Une agréable sensation de légèreté et de sérénité que je n’ai pas ressentie depuis longtemps. Quelle surprise pourrait rendre cette journée encore meilleure ?
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs