AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq. ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq.
ce message a été posté Dim 27 Aoû - 18:14
I shouldn't be here. Please, be quiet.
EXORDIUM.
Elle ne devrait pas être là. Elle ne venait pas souvent à Avalon, cela lui prenait pour les affaires importantes ou quand son père l'envoyait en petite mission, mais ce n'était pas un endroit où elle allait souvent tout de même. On lui avait conseillé de se méfier des rues, elles pouvaient être dangereuses, on lui avait conseillé de faire attention à elle, petite fille d'1m43 toute menue qui ne semblait pas habile avec sa baguette - ce qui n'était pas totalement faux.

Elle aurait pu prendre un autre visage, choisir de se transformer en quelqu'un d'autre et passer inaperçue, puis elle s'était dit que tous les Sangs Purs s'étaient déjà probablement vus et qu'elle ne devait pas craindre tant que cela. Elle était facilement reconnaissable, elle était aussi convaincue personnellement que le Ministère et ses employés faisaient bien leur travail et qu'elle n'avait donc pas tant à craindre que ce que son père lui disait. Elle ne voyait ça que comme une tentative de lui faire peur pour l'empêcher de sortir de chez eux, mais ça ne marchait pas. Ca ne marchait jamais.

Aujourd'hui, elle avait un lieu plus ou moins précis en tête. Sa lubie sur les vampires étant passée, il lui en fallait une autre. Et c'était une qu'on essayait de contenir depuis longtemps, la lubie sur les moldus. Elle n'avait pas particulièrement d'affection pour eux, pas d'attachement, plutôt une curiosité sur ; à quoi ils ressemblent, au juste ? Comment ils vivent ? Que mangent-ils ? Quelles sont leur habitudes ? Elle se moquait de savoir s'ils vivaient bien ou non - ou du moins, s'en persuadait-elle - elle voulait juste connaître leur façons de vivre et ce qui les rendaient, dès la naissance, si inférieur à tout sorcier.

Elle avait pris son fameux sac sans fond et y avait rangé ses babioles, mais surtout une plume à papote et un carnet sur lequel elle conservait tout, des notes qu'elle réutiliserait plus tard pour écrire un possible livre. Ou peut-être pas, qui pouvait le savoir ?

Les Shafiq étaient connus pour avoir beaucoup de moldus chez eux, mais elle n'avait jamais été voir l'esclavage de ses propres yeux.

La petite blonde marchait alors, cherchant un sorcier à qui s'adresser pour savoir où elle pouvait se rendre exactement pour voir ces moldus et si possible, en approcher un qui ne lui cracherait pas au visage. Au moins, on ne pourrait pas dire qu'elle ne prenait aucune disposition. Elle avait déjà rencontré les Shafiq, de loin. Ils avaient longtemps été considérés comme une famille au Sang Pur, plus pur que les autres et Willow n'était que la seconde génération de Sang Pur de sa famille, ce qui pouvait être angoissant en un sens quand on connaissait l'importance que l'on attachait à cette pureté. Elle ne s'était donc jamais approché outre mesure d'eux, croisés tout au plus. Mais elle reconnaissait l'un d'eux, de par ses traits atypiques, sa peau colorée et ses vêtements tout aussi atypique. C'est presque timidement qu'elle s'était approché de lui, bien plus grand à chaque pas qu'elle faisait. Intimidée ? Oui, tout de même. Il avait une allure noble et les personnes autour de lui semblaient forts nobles aussi. Elle se raclait juste la gorge. Communiquer avec les autres n'avait jamais été son fort.

Hm... Ajay Shafiq ? Euh. Je suis Willow Toufoulkan et je suis venue à cause de vos esclaves...

C'était cela, qu'on disait en public ? Vos esclaves ? Elle se sentait bête, et si ce n'était pas ça qu'on disait ? Et si ce n'était pas ainsi qu'on s'adressait à un homme de sa stature ? Pourtant elle n'avait rien à craindre de particuliers, son sang était pur, était noble. Mais elle avait toujours cette angoisse en approchant de nouvelles personnes. Elle ne lui avait pas parlé très fort et à bien y penser, elle se demandait s'il avait seulement entendu ce qu'elle lui avait dit. Elle serrait alors contre elle la bandoulière de son sac.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1113-ajay-shafiq
Messages : 205
Date d'inscription : 22/08/2017
Célébrité : Pedro Pascal
Crédits : Nerose pour l'avatar, Willow pour la sign

Age : 44 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Marié mais pas exclusif.
Métier : Ancien duelliste reconverti en esclavagiste depuis 2042.
Baguette : Bois d'ébène et poil d'ayala doré.
Dialogue : #803636
Re: i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq.
ce message a été posté Lun 28 Aoû - 18:36
Le coup part. Rapide. Franc. Précis. Ajay sent pourtant poindre un sourire en voyant l'adversaire de sa fille faire un pas de côté et cette dernière être entraînée vers l'avant par sa propre vitesse. Il a l'impression de se voir lui à son âge. Quand il se précipitait dans la bataille avant d'avoir prit le temps de réfléchir à un quelconque plan d'attaque. Chandra a toujours été celle de ses bâtardes qui lui ressemble le plus. Si cela l'emplit de fierté, il est vrai aussi qu'il aurait préféré ne pas la voir reproduire les mêmes erreurs. Elles pourraient lui coûter cher. Surtout en ces temps troubles. Le moldu avec lequel elle s'entraîne ne se fait pas prier d'ailleurs pour profiter de la situation. D'une pirouette habile, il pivote sur lui-même comme une petite tornade et lui décoche un coup de pied dans le bas des reins, l'envoyant tout droit mordre la poussière. Mettant fin au combat.

Une flopée de jurons s'élève au-dessus de la carrière de sable. La bâtarde peste et gronde tandis qu'elle se remet debout, époussetant ses vêtements avec des gestes rageurs qui n'ont pas fini de faire flamboyer son regard alors qu'elle se rapproche de son père resté en retrait. Près des rambardes.

« Tu t'es encore laissé emporter. »
« C'est toi qui m'avait dit d'être plus offensive ! »
« Alors c'est que tu confonds offensive et précipitation. Tu ne dois pas te jeter sur ton adversaire. Au contraire : utilise sa force contre lui. C'est exactement ce qu'il a fait et tu vois le résultat. »

Pour toute réponse, Chandra lui décoche un borborygme inaudible, sa mauvaise foi faisant naître un sourire amusé à la commissure de ses lèvres. Ajay n'a jamais trouvé ses filles aussi mignonnes que lorsqu'elles boudent de la sorte. Elles ressemblent alors tellement à leur mère ! Porté par un élan d'affection taquin, le tigre ne résiste pas à l'envie d'attiser la ressemblance. Il lève le bras et vient ébouriffer les cheveux de la première de ses bâtardes, riant de bon cœur lorsqu'elle se débat avec fougue.

Il n'a pas aperçu la petite silhouette qui s'est approchée dans son dos. C'est au regard intrigué que Chandra jette par-dessus son épaule qu'il finit par se retourner. Pour se retrouver nez-à-nez avec la donzelle la plus blonde qu'il pense lui avoir jamais été donné de croiser. La cascade de cheveux qui dégringole en larges boucles épaisses autour de son visage étincelle littéralement sous le soleil de l'après-midi. C'en est presque éblouissant. Ajay papillonne alors des yeux un instant. Willow Toufoulkan, dit-elle ? Il sonde rapidement son esprit mais n'a pas souvenir d'avoir déjà entendu ce nom. Il se serait souvenu d'une beauté aussi atypique s'il avait eu le plaisir de la rencontrer avant ce jour. Étonnamment, c'est Chandra qui se charge d'éclairer un minimum sa lanterne.

« Willow était dans la même promo qu'Ayesha à Poudlard. Poufsouffle, c'est ça ? » Lance-t-elle à la jeune femme de son ton naturellement mordant et un brin sarcastique.
« Oh ! Une noir et or ! Ceux de Poufsouffle aiment travailler et leur patience est proverbiale. Le Choixpeau parlaient d'eux en ces termes de mon temps. C'est une bonne maison. J'espère que vous en êtes fière. »

Un ricanement à peine perceptible s'élève du côté de Chandra. Le regard noir que lui lance son père lui fait néanmoins rapidement ravaler sa gouaille et Ajay n'a pas besoin d'en dire plus pour que la bâtarde comprenne qu'elle ferait mieux de prendre congé. Elle s'incline alors respectueusement avant de repartir à ses affaires.

« Excusez l'insolence de ma fille. Cela fait des années que j'essaie de lui inculper des manières mais je supposes que je ne devrais m'en prendre qu'à moi-même. Lorsque la pomme tombe si près de l'arbre dont elle est issue.. Vous disiez être venue pour voir nos esclaves n'est-ce pas ? Je serais ravi de vous faire faire un tour du propriétaire si vous le souhaitez. Quel genre de moldu recherchez-vous exactement ? »
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
Re: i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq.
ce message a été posté Mar 29 Aoû - 2:03
I shouldn't be here. Please, be quiet.
EXORDIUM.
La jeune fille était de nature discrète lorsqu'elle n'avait pas un sujet de conversation dans lequel se lancer. Déjà qu'elle était petite, c'était plus souvent ses cheveux qu'on remarquait. La jeune fille regardait autour d'elle, un lieu atypique dans lequel elle n'était encore jamais venu, pas qu'elle s'en souvienne en tout cas.

L'homme qui se tourne lui apparaît alors plutôt gentil, charmant, même, des rencontres qui ne paraissaient pas angoissantes comme face à ces hommes qui ne souriaient ni ne riaient jamais. Les conversations étaient souvent plus facile avec les hommes souriants et avenant comme celui-ci, ils lui mâchaient presque le travail et les efforts de communication paraissaient moins gros, moins lourds, moins étouffants.

Mais ce fût la jeune femme qui l'accompagnait, qui répondait d'abord. Apparemment, on la connaissait déjà, pourtant elle ne mettait pas de nom sur ce visage. Avait-elle été autant à l'ouest que ça pendant ses études ?

- Oui, Poufsouffle, exactement.

Elle ne ressentait ni ne voyait la plaisanterie ou le sarcasme, Aaron avait beaucoup en utiliser, elle ne le reconnaissait pas toujours quand les gens l'employaient. Elle affirmait juste avoir appartenu à Poufsouffle, fièrement.

- Très fière, même, je conserve encore mon écharpe et lorsque le temps se fait trop frais, je la mets. Quant au travail, il est vrai que j'y attache beaucoup d'importance et que j'y mets tout mon coeur.

Elle souriait fièrement, à nouveau, se tenant si droite qu'elle le pouvait, comme si ça allait lui faire gagner quelque centimètres. Elle regarde la jeune femme rire sans comprendre ce qu'il y avait de drôle, elle en haussait même un sourcil d'incompréhension. Puis l'homme reprenait après le départ impromptu de sa fille.

Sans savoir quoi répondre au sujet de la fille du Shafiq, elle se contentait juste de sourire bêtement et d'hausser les épaules, comme pour dire, oui, peut-être. Alors qu'elle ne le connaissait même pas, qu'aurait-elle donc bien pu dire ? Elle savait en tout cas qu'elle n'aurait pas osé se montrer insolente face à son père, son père était trop strict pour qu'on essaie de défier son autorité à un quelconque moment. Dans son dos par contre, comme là, maintenant, c'était autre chose. Mais il revenait aux choses sérieuses, Willow avait eu pour habitude de venir pour les choses concrètes directement, trop peu douée dans les relations sociales elle ne s'éternisait jamais vraiment. Elle avait tout du long serré la bandoulière de son sac, nerveuse à l'idée de dire une bêtise plus grosse qu'elle.

- C'est cela, oui. Quel genre de.. de moldu ? Je vous avouerai que je n'y connais rien dans ces choses là. Père dit souvent que plus ils sont loin et mieux c'est alors je n'y connais pas grand chose.

Sans trop de gêne, elle les appelait ni plus ni moins des choses. Elle ne mentait pas, quand elle disait ne rien connaître d'eux. Peut-être qu'un d'eux pourrait être utile pour porter ses affaires un jour, elle ne savait pas quelles tâches on pouvait demander à un moldu. Porter ses affaires en expédition, peut-être.

- Je suis menée à voyager pour mon travail. J'écris des livres sur les créatures.

Elle n'était pas là pour conclure un achat non plus, juste voir ce qu'il se passait par ici, de ses propres yeux.

- Peut-être que l'un d'eux pourrait être utile. Mon métier est dangereux et je n'ai pas envie de prendre de risques inutiles.

Là non plus, en soi, elle ne mentait pas. Son métier était à risque et quitte à ce que quelqu'un se prenne les revers de tout ça, autant que ce soit un moldu plutôt qu'elle.

- Mais mon père n'aimant pas ces créatures-là, ne veut pas en entendre parler alors je ne sais pas vraiment en quoi ça peut être utile. Mais je suis sûre d'une chose, c'est que je suis tombée sur la bonne personne pour me renseigner.

La mort d'un moldu en mission importait-elle à celui qui vendait ces moldus ? Si en mission, un vampire venait à dévorer le moldu qu'elle aurait acheté, est-ce que cela aurait été grave, est-ce que cela aurait été mal vu ? Elle se contentait de sourire un peu bêtement à l'homme à la peau colorée par le soleil et à la chevelure de jais. Un homme qu'elle aurait pu trouver fort charmant, si elle avait la maturité nécessaire.

- Mais mon travail ne porte pas encore totalement ses fruits et je n'ai donc pas énormément d'argent non plus.

Elle était presque peinée de ne pas avoir suffisamment d'argent, alors que ses vêtements paraissaient riches et bien cousus. Mais ça n'était pas une faiblesse, non ?

- Comment appelle-t-on ça, déjà ? De la chair à canon ? Je crois avoir lu ça quelque part.

Elle réfléchissait quelque secondes puis finissait par hausser les épaules. Jusqu'où sa lubie sur les moldus la mènerait ?
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1113-ajay-shafiq
Messages : 205
Date d'inscription : 22/08/2017
Célébrité : Pedro Pascal
Crédits : Nerose pour l'avatar, Willow pour la sign

Age : 44 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Marié mais pas exclusif.
Métier : Ancien duelliste reconverti en esclavagiste depuis 2042.
Baguette : Bois d'ébène et poil d'ayala doré.
Dialogue : #803636
Re: i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq.
ce message a été posté Jeu 31 Aoû - 19:57
Il sourit à l'évocation de l'écharpe ressortie lors des jours de grand froid. Ajay a toujours trouvé amusant cet attachement inconditionnel des britanniques pour leur maison d'origine. Peut-être aurait-il lui-même éprouvé cet étrange sentiment d'appartenance s'il avait terminé sa scolarité à Gryffondor. Dans un sens, pourtant, il a l'impression de comprendre la fierté qui anime ses compatriotes. Sa poitrine brûle sûrement avec la même nostalgie lorsque ses pensées s'égarent du côté de Shringar. De ses hautes murailles d'ocre ou de l'envoûtante folie de ses moucharabiehs. Chaque jour qui passe lui rappelle combien ces beautés lui manquent et il ne peut alors s'empêcher de ressentir un vague pincement au cœur.

Mais l'heure n'est pas aux voyages mélancoliques dans le passé. Ajay balaie ses souvenirs en même temps qu'il invite la jeune femme à marcher à ses côtés. Son bras ouvre le chemin en direction d'une allée bordée de palmiers et remontant doucement vers l'imposante bâtisse qui se devine à travers les arbres. Le siège de l'entreprise Shafiq ressemble à une sorte de longue écurie dont l'architecture rappelle les origines ancestrales de la famille. Ci et là, des toits en coupole se dressent vers le ciel. Les murs semblent de la dentelle de pierre et l'eau cristalline qui coule des fontaines finit de conférer à l'endroit sa beauté délicate. Somptueuse. Mais la richesse des lieux n'est pas du au hasard. Ni innocente. Elle atteste sans détours du haut standing du business qui s'y trame. Ici, on ne vend pas des esclaves de pacotille et cela se ressent jusque dans la poudre que l'on vous jette aux yeux.

Ajay aime cet endroit et y déambuler avec les clients potentiels. Sa démarche n'est pas pressée. Les mains derrière le dos, il avance tranquillement tandis qu'il écoute d'une oreille attentive les dires de la jeune femme à ses côtés. Willow Toufoulkan n'a pas l'air de connaître grand-chose aux moldus. Il n'a pas pu s'empêcher de rire en l'entendant lui rapporter les mises en garde de son père. L'homme n'a pas tout à fait tort, lui a-t-il confié, mais les moldus ont aussi leur utilité. Bien dressés, ils peuvent devenir des compagnons fréquentables. Un peu comme des animaux de compagnie.

« Si j'en crois ce que vous dites, cependant, vous n'êtes pas à la recherche d'un moldu qui saurait vous faire la conversation. Il vous faudrait un spécimen plus robuste que ceux servant dans les salons. Avez-vous pensez au sexe de l'individu ? Les mâles sont plus puissants physiquement. Cela vous serait fort pratique lors de vos voyages, pour vous aider à transporter vos bagages. J'espère que vous ne m'en voudrez pas de devancer les craintes de votre père en vous proposant un eunuque. Ils ne perdent rien de leur vigueur, je vous assures. »

Ils arrivent au pied du bâtiment central, à la hauteur de l'entrée principale. Deux esclaves se tenant près des portes s'empressent alors de leur ouvrir l'accès et Ajay s'efface pour laisser la priorité à sa cliente. Il ne relève pas tout de suite la confidence qu'elle lui fait quant à l'épaisseur de son portefeuille. Cela aura une incidence sur le panel de moldus qu'il s'apprête à lui présenter, évidemment, mais il serait indélicat de mettre l'accent dessus. Il est trop tôt pour parler de gallions.

« C'est le terme que les moldus utilisaient oui. Chaire à canon. En référence aux étranges armes de guerre avec lesquels ils s'entretuaient avant le Projet. Si vos économies ne sont pas encore au beau fixe, cela dit, je ne peux que vous conseiller de ne pas disposer de votre esclave comme s'il s'agissait d'un vif d'or. De plus, leur loyauté se renforce au fil du temps. Plus vous le garderez à vos côtés, mieux il vous servira, » préconise-t-il d'un sourire.

Des bruits de pas résonnant contre le marbre du hall d'entrée attirent leur attention devant eux, alors qu'une jeune femme à la peau noire vient à leur rencontre, un grand sourire aimable accroché aux lèvres. Une sorcière, ce coup-ci. Elle ne porte pas l'uniforme propre aux esclaves de la maison et son assurance ne laisse pas de place au doute.

« Mademoiselle, bienvenue au sein de l'établissement Shafiq & Sons ! Monsieur, dois-je préparer une démonstration ? »

« S'il vous plaît, Malika. Que les moldus du secteur 12 soient présentables. Vous pourrez ensuite les mener au salon rouge. Se tournant à nouveau vers Willow. Par ici, je vous prie. En attendant, vous devriez m'en dire plus sur votre métier d'écrivaine. Cela semble absolument passionnant ! Vous dites avoir beaucoup voyagé. Où ça ? Si je peux me permettre. »
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
Re: i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq.
ce message a été posté Mar 10 Oct - 17:51
I shouldn't be here. Please, be quiet.
EXORDIUM.
Les lieux avaient ce quelque chose d'atypique à ses yeux. Ce quelque chose de nouveau, qu'elle n'avait pas encore vu. Il fallait dire qu'elle n'avait jamais encore véritablement approché de maisons venant du Moyen-Orient ou de leur voisins, le seul ami qu'elle avait et qui soit originaire d'ailleurs était tout simplement Saïmen Lagides et pourquoi pas Cassandra Zabini. Et ils lui semblaient fort bien accoutumés à la mode britannique. Toujours est-il que tout ceci était nouveau pour elle et comme tout ce qui était nouveau, elle aimait.

Son angoisse désormais, était de tout faire foirer. Parce qu'on commençait à parler affaire et que la poisse légendaire de sa famille ne venait pas de nul part, elle s'attendait à ce que quelque chose merde à tout moment. Dire un mot de travers, paraître complètement stupide et immature, vexer le sorcier à côté d'elle, tant de choses étaient possible avec elle. Mais elle essayait de se réconforter aussi, après tout, pour l'instant, elle s'en tirait bien... Non ?

- En effet, je n'ai pas besoin qu'ils me fassent la conversation, je n'ai rien à leur dire. Je souhaite juste quelqu'un pour servir de possible bouclier ou en tout cas, qu'il serve plus de cible que moi-même, ainsi que porter mes affaires. Mes sortilèges ont la fâcheuse tendance à tourner à l'explosion et au vue de mon métier, je n'ai pas envie de prendre plus de risques.

C'était vrai et faux. Leur parler pourrait être utile pour elle en savoir plus sur eux, mais qu'ils meurent ou vivent la laissait clairement indifférente et cela aurait pu lui être très utile en Transylvanie pour attirer un vampire que tendre un moldu à... à elle-même. Cela aurait pu faire diversion que le laisser là pendant qu'elle transplanait ailleurs, évitant d'emmener des créatures immonde avec elle. Elle ne se rendait pas forcément compte de la cruauté de ses pensées, totalement défaite de tout ces sentiments qu'elle avait si souvent considéré comme une barrière au savoir. Si bien qu'elle n'avait pas compris pourquoi il lui conseillait un eunuque pour rassurer son père, mais elle avait juste accepter en hochant la tête, s'il lui conseillait, après tout. Il connaissait mieux son métier qu'elle, c'était certain, et il était inutile d'angoisser d'autant plus Hercule Toufoulkan qui passait déjà sa vie à se demander si son travail n'allait pas échouer et le faire tomber un jour ou l'autre.

Willow regardait les esclaves leur ouvrir les portes, plissant un peu le nez. Longtemps, elle s'était demandée quelle différence concrète il y avait entre elle et eux, longtemps elle s'était demandée en quoi ils étaient si anormaux. Pourquoi ils n'arrivaient pas à faire une chose si normale que se servir d'une baguette, aussi simple qu'ouvrir une porte sans utiliser ses mains ou si simple qu'amener un objet vers soi sans avoir à se déplacer. Elle se le demandait toujours, à vrai dire, elle n'avait toujours aucune réponse à cela et il semblerait qu'elle devrait chercher encore longtemps.

L'homme à ses côtés l'informait que le terme chaire à canon était un terme utilisé par les moldus quand ils s'entre-tuaient. Ils étaient en plus de ça assez idiot pour s'entre-tuer ?

- Sont-ils si sauvage que ça, pour s'entre-tuer ?

L'enfant ignorait que les sorciers aussi pouvaient s'entre-tuer. Elle n'avait jamais vu des sorciers être punis de ses propres yeux, elle n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait se passer pour les traîtres, juste qu'il ne fallait pas trahir son gouvernement, ce qu'elle avait compris et elle s'était de suite faite à l'idée, confiante à celui-ci. Alors jamais elle n'avait songé que les sorciers pouvaient se donner la mort, l'idée que les moldus, eux, le fassent, la dégoûtait assez. La vie n'avait à ce point aucune valeur pour eux ? Autre question qu'elle devrait leur poser. Puis elle hochait la tête sous les conseils avisés du sorcier, se perdant dans ses songes. Si la loyauté des moldus se renforçait au fil du temps, c'était peut-être une bonne chose, elle ne se sentait pas l'âme de leur apprendre les bonnes manières ou d'utiliser sur eux un sortilège pour leur forcer à apprendre les bonnes manières, s'imaginant déjà d'ici les voir exploser à cause de son incapacité à se concentrer quand elle était énervée. Et faire exploser un moldu ferait sûrement mauvais genre. Et ça ferait aussi du ménage et elle n'aimait pas faire le ménage. Alors elle essaierait ce qu'il lui conseillait, garder longtemps le ou la moldu pour que celui-ci ou celle-ci la serve au mieux.

Une jeune femme venait à eux, Willow était assez impressionnée par ce qu'elle voyait être comme une certaine grâce et aisance naturelle qu'elle n'avait guère. Le sorcier prenait à nouveau les devants, la faisant presque soupirer : ouf. Une démonstration ? Elle ne voyait pas à quoi cela rimait, alors elle se sentait presque sauvée d'un embarras quand il avait repris.

Il l'invitait à le suivre à nouveau, ce qu'elle faisait à nouveau, regardant une fois encore autour d'eux les décorations et le côté quasi atypique au lieu.

- Passionnant, oui, ça l'est, c'est bien vrai. J'aimerais écrire des livres qui serviraient aux sorciers qui, comme moi, sont très curieux mais qui ne trouvent pas leur compte. Prévenir des dangers de ces créatures notamment, savoir leur forces et leur faiblesses, si jamais on devait être mené à en rencontrer. J'ai voyagé en France, en Ukraine, en Roumanie, en Hongrie, j'ai même été un peu en Allemagne, j'y ai passé une année de ma vie, pour écrire.

Si ses cheveux avaient pris des teintes rougeâtres à cause de la timidité, ils reprenaient de leur blancheur habituelle à parler de chose dont elle avait l'habitude, étant un peu plus à l'aise à mesure qu'elle parlait avec le sorcier. Fort gentil, elle trouvait. Son métier improvisé, elle l'aimait beaucoup mais songeait de plus en plus au fait qu'elle ne gagnerait sûrement jamais sa vie avec et que comme ses aînés, elle devrait surtout trouver un travail stable, pourquoi pas au Ministère de la Magie au département des créatures. Comme si c'était aussi facile.

Quand elle stressait, elle parlait beaucoup, beaucoup trop. Sûrement était-ce un moyen de déstresser, ce qu'elle arrivait peu à peu à faire. Si je devais merder, je l'aurais déjà fais... Je crois.

- Cela a l'air d'être un métier intriguant, que vous avez. Vous ne devez pas vous ennuyer
Contenu sponsorisé
Re: i shouldn't be here. Please, be quiet. [ ft Ajay Shafiq.
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon