AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ I'm very weLl, thank you. ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Le Centre
Boomerang de compet'
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t305-eoin-mckay
Messages : 318
Date d'inscription : 30/09/2016
Célébrité : Adrian Brody
Crédits : Lord Ena

Double compte : Wilfric Mulciber

Age : 41 ans
Sang : Sang-Pur
Statut : Marié - une marmotte
Métier : Potionniste - chercheur
Baguette : 26.6 cm - bois noueux de noyer - ventouse de calamar
Dialogue : #006666
Na-plu-kun-bra-le-gauche suite à un méchant sort de magie noire.
I'm very weLl, thank you.
ce message a été posté Mar 29 Aoû - 17:32
I'm very well, thank you.



.......124, 125, 126, 127 carreaux...

Le regard vide, fixé sur le plafond de la chambre privée qu'il occupait depuis l'attaque de la place centrale, Eoin comptait. Se perdait parfois dans le fil, soupirait, pinçait les lèvres et recommençait. Un travail lent, minutieux, infini. Bien plus sain et reposant de son propre avis que n'importe quelle autre distraction. Voir sa famille n'était que douleur, incapable de se forcer à sourire à quiconque d'autre que sa petite Aileen. Et encore. Il se souvenait du regard embué et apeuré de l'enfant devant son père si pâle, à la voix fantomatique, au visage émacié.

........... 159, 160, 161 carreaux.....

Quand aux autres... Ils avaient bien plus envie de le voir que lui ne pouvait le supporter. Le voir dans cette fichu pièce ou rien ne se cachait, qui sentait la maladie rien que par son esthétique et son côté épuré. La lumière était trop forte, trop blanche, trop réelle pour révéler sa silhouette enfoncée sous les draps, trop réelle pour rappeler plus encore l'horrible réalité.
On lui avait dit qu'il avait une des plus belles et confortable chambre de l’hôpital. Il ne voyait rien de cela. Ils se foutaient de lui oui. Juste une foutue chambre de grabataire maladif.

..............187, 188, 189 carreaux....


Non, lire avait été un échec. Un rappel flagrant de sa condition. Impossible bien sûr de lire avec une seule main sans vouloir balancer l'ouvrage à travers la pièce. Peut-être l'avait-il justement fait?
Sa baguette n'était pas loin, à portée de son pathétique bras survivant, mais on lui avait déconseillé d'en user de suite, son état psychique risquant d'entraver son usage. Le potionniste avait jeté un regard noir au sorcier tout de blanc vêtu, autant pour cette nouvelle information d'infirmité que pour cette manie qu'il avait de s'adresser bien plus à Jézabel qu'à lui-même. Il avait perdu un bras, pas sa cervelle par Merlin!
Peut-être avait-il insulté le médicomage d'ailleurs. Il ne savait plus trop. Juste un autre cauchemars? Au moins il changeait de ceux qui lui dévorait l'esprit nuit et jour lorsque les médicamentions ne faisaient pas assez effet.

....................201, 202, 203 carreaux....
Dont un fêlé. Un peu comme lui quoi. Servait-il vraiment le bâtiment ou n'était-il tenu que par tous les autres? S'encombrait-on de réparer ce genre de désagrément par un rapide sortilège sans vraiment y penser ou au contraire se chargeait-on de le remplacer sans sourciller?

.............251, 252, 253 carreaux....

Sa fille lui manquait. Mais il avait refusé de la revoir malgré les récriminations de sa femme. Il ne se sentait pas lui-même, il ne pouvait s'occuper d'être le père de sa petite princesse.
Les autres non plus d'ailleurs. Ce qui c'était révélé plus ou moins efficace suivant les personnes d'ailleurs. Encore ce fichu médicomage qui avait décidé de décréter que les visites, au moins quelques unes, lui ferait du bien. Eoin avait surtout dans l'idée qu'il avait été incapable de dire non à Jézabel ou Vivienne. Mais au moins le flot s'était calmé et il pouvait se contenter d'être pathétique et dépressif et en rogne dans son coin tout seul comme un grand.

..............341, 342, on toqua à la porte, une voix de femme. Il avait perdu le compte. Un juron s'échappa de ses lèvres. Comment pouvait-il décemment oublier le monde avec cette tâche simple, répétitive et suffisamment absorbante si le monde ne l'oubliait pas? Que lui voulait-on ENCORE?
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Le Centre