AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ What do I know ? ~ Nero ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Dim 10 Sep - 0:46
What do I Know ?
Nero & Scylla

« Il va sans dire que notre prochaine œuvre de bienfaisance doit absolument être tournée vers l'intégration des jeunes sang-de-bourbe. Certains sont encore si archaïques dans leur façon de penser ! Ces pauvres enfants n'y peuvent rien s'ils sont nés de parents moldus, n'est-il pas ? » Plusieurs têtes chapeautées malgré l'heure tardive approuvèrent ardemment, pendues qu'elles étaient aux lèvres de la très sèche Brindilla Vaisey. Antique membre de l'Union des Sang-Pures Actives, elle était un peu comme le roquet de Calliope Kark, toujours dans son giron, à exposer ses idées qu'elle pensait d'une novation extrême. « Moi, je sais pas trop, vous voyez ... » s'éleva pourtant une voix parmi le petit groupe. Tout un chacun pouvait aisément reconnaître les échos un brin nasillards de Ludmila Kark. « ... Non, enfin, les pauvres pipous n'y sont bien rien, é-vi-dem-ment. Mais cette histoire d'intégration, je veux dire, à quel point ? Il ne faudrait quand même pas qu'ils pensent qu'ils peuvent aller partout et tout faire. Ce serait tellement ... Déplacé ! » Cette simple perspective semblait lui donner des vapeurs, au point qu'elle crut bon d'éventer son bikini avec la feuille de palmier de son moldu. Brindilla s'apprêtait à alimenter le débat, cependant, la Kark lui coupa la parole sans vergogne. « Et toi, Scylla, ma petite chérie, qu'en penses-tu ? » Extirpée violemment de sa rêverie, la rousse la fixa d'un oeil bovin. « Vous avez raison, Ludmila. Absolument. Très déplacé. » Ludmila fronça les sourcils. Une micro-seconde, pas plus. Il ne manquerait plus qu'elle se donne des rides ! « Je te trouve un peu pâle, ma douce fleur de printemps. Cette journée a du t'é-pui-ser ! » Et elle semblait réellement concernée par sa santé. Scylla lui renvoya un sourire à la fois reconnaissant et rassurant, serrant brièvement sa main par-dessus la table ronde où elle s'endormait à moitié. « En effet, je me sens un peu faible. Si vous voulez bien m'excuser, je m'en vais marcher un peu, cela me requinquera. » Déjà, elle se levait de sa chaise avec grâce, adressant un signe de tête à ses invités. Et elle fila. Le plus loin possible de cet attroupement de somnifères ambulants.

L'ambiance de la fête n'était pourtant pas retombée. La musique continuait de faire vibrer l'air, entraînant certains sur la piste, créant des conversations animées de l'autre. Scylla n'avait fait que son devoir en accordant un petit quart d'heures à ses 'amies' de l'USPA. Parce que tel était son devoir. Tout comme il l'était d'avoir dépensé sa journée en mots gentils, considérations pour les enfants et aînés, rires de gorge et autres compliments sur les tenues ou les apparats. Elle n'avait pas vraiment menti à sa cousine : elle se sentait fébrile. D'avoir souri, parlé, navigué d'un groupe à l'autre depuis tant d'heures. Apercevant son frère en grande discussion avec Saïmen et d'autres jeunes hommes de leur âge et haute naissance un peu plus loin, elle hésita à aller les saluer un instant. Avant de baisser le nez sur ses chaussures. Non, plus tard. Dans une petite minute. Quand elle aurait pu souffler un peu. Personne ne lui en voudrait de disparaître un instant, le temps de reprendre ses esprits. Voire du courage.

Il lui fallut pourtant un certain temps avant de pouvoir échapper à la foule restante. On l'arrêtait sans cesse pour la mêler à un échange, lui demander si son maillot de bain avait bien été conçu par Zabini et si oui, par le Lord ! Du sur mesure, n'est-ce pas ? Magnifique. Merveilleux. Cycle infernal. Le serpent qui se mordait la queue. « Le Lord soit loué ! » soupira-t-elle d'aise, alors qu'elle retirait enfin ses escarpins. Elle avait trouvé une certaine intimité dans l'un des jardins d'été de l'aile ouest, non loin de la salle où la famille Kark se réunissait pour son repas hebdomadaire. Une coupe de champagne pétillant dans sa main, elle se laissa choir dans l'un des fauteuils pour masser ses pieds endoloris. Les yeux clos, elle savoura la délicieuse sensation de pouvoir remuer les orteils et d'abandonner ses épaules à une courbe moins disciplinée. Se figurant, à tort, que nul ne viendrait la déranger ici.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 503
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Jeu 21 Sep - 18:55
Cela faisait maintenant bien une heure que Nero se faisait chier comme un Scrout mort. Il avait pourtant tout tenté, testé chacune des activités proposées, goûté avec appétit chaque mets proposés, trempé ses lèvres dans chacun des alcools offerts. 
Le Callaghan avait naturellement plaisanté avec ses camarades du Chimeria, largement marginalisés par le reste des invités, et fait glousser quelques jeunes filles de bonnes familles avec lesquelles il avait à peine flirté sous les regards contrariés de leurs mères. Non, vraiment le phénix avait fait de son mieux, pour vivre pleinement l'expérience immersive. Il avait même été jusqu'à accepter le sourire bienveillant et puant la condescendance de cette pute de Calliope Kark. Le circassien en avait aussi profité pour en apprendre sur le fameux fiancé, et il ne lui avait fallu qu'un regard, et deux minutes à l'entendre parler pour comprendre pourquoi il avait acheté une bague avec un si gros diamant, et pourquoi sa fiancée préférait s'enfermer avec un pauvre basique de rien du tout dans un placard à balais... Ah le placard... À chaque fois que son esprit vagabondait jusqu'à cet épisode, se greffait sur son visage un sourire euphorique fait de concupiscence et de souveraine bêtise.  Scylla n'était jamais vraiment bien loin en esprit comme en corps, toujours nichée dans un coin de son oeil. Oeil qui en était à fixer le fond de sa coupe désespérément vide. Non, vraiment, il s'ennuyait maintenant que tous ses camarades du Chimeria étaient partis. 

Le Callaghan ne s'attendait pas franchement à s'amuser, le but de sa présence était après tout de récupérer le plus d'informations sur le château Kark et les mangemorts qui le peuplaient. Ce qu'il avait collecté n'était pas franchement fructueux, la bâtisse était soigneusement gardée, et aucune faille dans la sécurité n'avait transparu. La seule façon d'y entrer, était d'y être invité et de passer le protocole de sécurité, qui incluait naturellement une fouille. Ce creuvard de Mervyn Kark était devenu sacrément tatillon sur la sécurité depuis que l'Ordre avait fait péter son premier manoir londonien. Clairement, la seule occasion de réduire en cendres ce foutu château Kark c'était maintenant. Un bon petit Feudeymon, et bim, adios les connards.  Le monde aurait été d'un coup un peu meilleur. Ou pas. Car l'entreprise aurait inclus de brûler vif des enfants, d'autres innocents. Les phénix n'étaient pas encore prêts à sacrifier leurs idéaux sur l'autel de la révolution. Nero non plus, même si l'idée de cramer sur place Ludmilla Kark ne lui déplaisait franchement. La vieille rombière quand elle ne monopolisait pas Scylla, venait se coller à lui et lui faire outrageusement du gringue. Le Callaghan aurait sans doute trouvé ça drôle, si Ludmilla n'avait pas tenté de lui arracher la peau trois semaines plus tôt. Désormais, elle avait peine à se retenir de lui pincer les fesses, et lui peine à ne pas lui dire d'aller se faire sauter par le calamar géant seul créature pouvant décemment supporter une morue comme elle. 

Quand enfin, Nero vit Scylla fendre la foule pour s'éclipser, il posa sa coupe vide sur un plateau. L'ennui venait de prendre fin. 

***


"Je ne voudrais pas être déplaisant Scyl-la, mais ton anniversaire est un peu chiant comme la mort. " Dans l'embrasure de la porte Nero, subtile, comme toujours. Un sourire canaille fendit son visage alors que la Kark posait enfin de nouveau son regard sur sa piètre personne. Peut-être était-ce le fond certain de vérité dans ses paroles, ou le naturel charmant avec lequel il les prononça mais le Callaghan n'écopa ni d'insultes, ni d'un bloclang bien mérité.  Sans y être invité, le sang-mêlé s'installa sur l'un des bras du fauteuil qu'occupait Scylla "Je pensais que ça serait plus drôle que ça une Pool Party et en fait... " Et en fait ça ne restait jamais qu'une fête faussement décontractée avec les gens les plus exécrables et les plus coincés que la Terre ait portée. Mais ça, il se retint de le dire, pas parce que son instinct lui interdisait, mais parce qu'il venait d'avoir une idée. "Et en fait, je pense que tu mérites de t'amuser vraiment pour ton anniversaire. " D'un bond il se releva, et prenant son plus bel accent de sang-pur annonça triomphalement : ""Scylla Kark consentiriez-vous à vous faire kidnapper afin de vivre la plus folle et le plus amusante nuit de votre vie ?" Il acheva sa demande d'une courbette exagérée. Si elle refusait, ce qu'il craignait un peu trop, il pourrait toujours cacher son orgueil blessé derrière ses pitreries.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Sam 23 Sep - 19:49
What do I Know ?
Nero & Scylla

Stupidement, faisant honte à ses talents de funambule, la rousse manqua basculer sur le côté alors qu'une voix venait troubler son petit moment de sérénité. Scyl-la. Cette façon roucoulante de prononcer son prénom, elle aurait pu la reconnaître à travers l'écho d'un millier de bruits. Et cette silhouette qu'elle suivit du regard, un simple et fin sourire ourlant ses lèvres, qui vint la surplomber légèrement en s'asseyant si près d'elle, évidemment qu'elle lui était familière. Elle aurait réellement du s'offusquer de la franchise de Nero Turnbull, prendre sa moue la plus pincée possible et, allez, soyons fous, le renvoyer hors de son repos bien mérité. Il en allait autant de sa loyauté envers sa famille - qu'il adorait critiquer -, que de respect pour sa tante, laquelle s'était démenée afin d'organiser à ses neveux la plus belle célébration possible. Calliope avait même invité ses proches du Cirque, c'était dire de quelle ouverture d'esprit elle avait fait preuve !

Sauf que la dresseuse avait également conscience que cette fête ne lui était pas réellement dédiée. Que les moyens colossaux déployés n'étaient pas tant de rendre honneur aux jumeaux que de rappeler la puissance des Kark. En somme, partagée entre deux sentiments contraires, abonder dans le sens de son compagnon lui semblait encore le plus simple. Et aussi parce que, osons le dire, son honnêteté aussi brute fut-elle, était rafraichissante. Toute l'après-midi, elle n'avait eu de cesse de recevoir en plein visage l'hypocrisie patentée de son monde et des gens qui le composaient, à quelques exceptions près, telle que Salomé ou même Saïmen. Avec le technicien, nul besoin d'arquer le dos et d'afficher une mine de circonstances. Le moindre de ses faux-pas ne serait pas sujet à décortication ou commérage. Au contraire, il semblait adorer les provoquer. Il était la tornade dans sa petite vie bien rangée. « J'ai extrêmement mal aux pieds. » répondit-elle sobrement et à vrai dire, totalement à côté de la perche qu'il lui tendait avec sa proposition. Elle n'exprimait rien, ni de ton ni de traits. Était-ce une manière peu élégante de lui signifier qu'elle avait autant envie de le suivre que de renfoncer ses pauvres orteils dans leur carcan Zabini ? On l'avait tout de même connu plus diplomate. « Ça veut dire oui, Nero. » Ah la garce ! L'humour était discutable, mais le sourire qui s'étendit à ses joues ne laissait plus place aux doutes. Elle s'était simplement un tout petit peu joué de lui. Il n'était pas le seul doué en ascenseur émotionnel.

D'un trait, elle vida ce qu'il restait du contenu de sa coupe et se leva à son tour, lui renvoyant sa révérence. Un brin plus gracieuse, cependant. « Permettez que j'enfile une tenue plus adaptée à une fugue en règle, mon cher. » Puis, bien plus sérieuse : « Dans vingt minutes. L'allée principale menant au grand portail. » A partir de là, il leur serait beaucoup plus facile de s'éclipser sans être vu. Le concernant, il pourrait bien sortir comme il l'entendait, cependant, pour la jeune femme, c'était un tout petit peu plus compliqué. Un méfait de cette ampleur se préparait. Sans aucun regret.

Elle commença par l'abandonner dans le patio, non sans une oeillade brûlante préalable. Elle n'avait pas oublié le placard. Que le Lord la protège mais c'était bien le souvenir de leur échange fiévreux qui lui avait fait pousser des ailes, accepté sans le moindre questionnement. Sans même lui demander où il comptait l'emmener. Aveugle et aveuglée. Tout ce qui l'intéressait était de retrouver ses appartements au plus vite et les quitter avec autant de précipitation. Les couloirs secrets du Château l'y aideraient grandement. Dans sa chambre, elle fut assaillie par la débauche de paquets ouverts issus de la fête. Les plus encombrants avaient directement été montés afin de libérer le passage. Parmi eux, les soieries délicates de la robe offerte par Cassandra. Magnifique, évidemment. Et trop petite, bien sûr. « Sale morue. » « Excusez-moi, Madame Scylla ? » Surprise, la rousse posa une main sur son coeur battant. Rose ! Elle avait oublié l'avoir appelé en chemin. « Je ne ... Parlais pas de toi. » Quoi qu'elle aurait pu, ce n'était pas comme si la moldue aurait eu son mot à dire sur la question. « Fais dire à ceux qui me demandent que j'ai du aller m'étendre. Je suis décidément absolument et totalement épuisée. Que personne n'entre. Pas même mon frère. Ou mon fiancé. » Surtout pas eux, en réalité. Elle crut déceler un air soupçonneux sur les traits poupins de son esclave, sans pour autant le relever. Elle se sentait trop fébrile, trop empressée. Tout ce qui lui importait était que Rose fasse ce qu'elle lui demande. Elle lui tendit la superbe tenue, laquelle lui irait probablement mieux qu'à sa maîtresse. « Pour ta loyauté, Rose. Elle est à toi. » Elle la vit hésiter, insista d'un geste. La jeune fille finit par s'en saisir, un peu maladroitement. Ce genre de cadeaux n'était pas exactement des plus communs. Elle s'en engoulina dans ses remerciements. « Le plaisir est pour moi. Tu peux disposer. » Quelle immense preuve de charité et d'humanité ! Sa tante serait fière d'elle. Ou pas. Le pire, c'est qu'au fond, elle souhaitait simplement et réellement lui faire plaisir. Hm.

La crinière du Cygne Pâle rougeoya un bref instant alors qu'elle se glissait par la porte de service des domestiques. Quasi-invisible, nul n'aurait pensé qu'elle s'abaisserait à faire le mur de telle manière, vêtue avec une simplicité affligeante. Elle avait troqué kimono et maillot de bain contre un chemisier à col lavallière crème, les pans dissimulés dans un short sombre à taille haute. Et évidemment, adieu talons hauts, bonjour mules plates bénies par Merlin. Elle avait osé. Là encore, sans réfléchir, ni s'encombrer, ni une once de remords. Aussi, quelques minutes plus tard, sa silhouette apparut entre les arbres, à quelques pas derrière Nero qui l'attendait avec ce qui paraissait de l'impatience, à en juger par la tension qu'elle devinait dans ses trapèzes. « Je suis toute à toi. » souffla-t-elle dans son dos, inconsciente du double sens que pouvait receler ses paroles.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 503
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Dim 24 Sep - 23:41
L'idée avait germé dans son esprit d'un coup, comme un impératif. Une furieuse évidence. Nero n'y avait pas accordé une seconde pensée, tant il était pressant de la mettre en œuvre. Moins fort que son envie de la voir sourire, s'exprimait un besoin viscéral de ne la garder que pour lui. Fini le partage complaisant. Fini les regards discrets à l'autre bout de la réception. Il n'y aurait plus d'obstacles. Il voila ses sentiments primaires qui faisaient résonner en lui une nouveauté pourtant millénaire, sous son appétence pour ce qu'on appelait communément le "fun" et son aveugle luxure. Il voulait ce que le placard à balais lui avait entrevoir, voilà tout. Rien de différent dans le monde de ce bon vieux Nero. Aussi, le Callaghan fut bien incapable de s'expliquer l'embardé de son cœur quand Scylla avait évoqué la souffrance de ses délicats petons. Elle le jetait. Et Nero, les yeux grands ouverts, cherchait déjà à la vitesse d'un éclair de feu, un moyen de la faire changer d'avis.

L'agonie prit fin avant même que le sang-mêlé ne s'inquiète de l'anormalité de son état. Il savoura son trait d'esprit comme on se délecte d'une dragée surprise chanceuse. Les sourires qu'ils se renvoyaient en écho trahissaient une complicité indicible et pourtant indéniable.

Elle lui plaisait.
Vraiment.


Et à un point que Nero peinait ou plutôt refusait de quantifier tant cette pensée l'effrayait, presque autant qu'une rebuffade de sa part. Ce matin, il ne pensait pas échanger plus qu’une poignée de mains et quelques politesses d’usage, tant il était résolu à en finir avec Scylla Kark. Cette nuit, il lui semblait simplement impossible de voir s’élever l’aurore sans elles. Les ennuis commençaient, et Nero s’y coulait avec une délectation fébrile.

La Kark parti, Nero ressentit avec une acuité assommante le flot d’adrénaline qui courait dans ses veines. Un savant mélange d’excitation, et d’appréhension se distillait dans chaque fibre de son corps. Le Callaghan lui avait promis la plus folle nuit de sa vie, et il n’avait aucune idée de ce qu’il pourrait lui proposer. Il fallait que ça soit parfait, irréel, magique. Un endroit où ils pourraient faire la fête sans qu’on la reconnaisse, sans sentir l’étau suffoquant de la bonne morale d’Avalon. En somme, il fallait retourner en Colombie. Facile. La solution lui apparut alors qu’il trainait ses pas sur l’allée principale. L’idée du siècle. Nero, sans le savoir, venait d’organiser son tout premier rencard.

L’attente parut durer des heures, inquiet qu’il était que Scylla se soit fait surprendre, et enfin la délivrance. « Je suis toute à toi. » Aucun autres mots n’auraient pu davantage le contenter. Le Callaghan fit volteface un sourire forgé dans la joie la plus pure gravé sur son visage. Il posa une main possessive sur la taille de la Kark, avant de susurrer à son oreille.  « Alors que la fête commence, Scyl-la. »

Ne lui laissant aucune chance de se raviser, il les fit transplaner aussitôt. Au silence de la nuit s’opposa immédiatement les rythmes assourdissants d’un monde disparu. Nero avait osé, il venait de ramener Scylla Kark dans le club le plus tendance, mais surtout le plus illégal d’Avalon. Le phénix s’était lancé ce soir le pari de faire danser la petite-fille du Ministre de la Magie sur des tempos moldus. L’Underground portait bien son nom, niché qu’il était six pieds sous terre dans les profondeurs d’Avalon. Il accueillait les amateurs de cette très décadente musique moldue : sorciers comme non-maj. Il faut dire que sa création venait justement de l’association entre un sorcier et un moldus, les deux compères collectaient depuis des années dans les ruines les legs d’une civilisation éteinte. Ils récupéraient disques et vinyles, et composaient avec une véritable discothèque dans tous les sens du terme. L’Underground n’avait cessé de changer de lieux pour éviter de se faire attraper par les pacificateurs, sa clientèle n’était donc composée que d’assidus d’une discrétion rare. Un mois plus tôt l’Ordre avait offert son aide à l’Underground aidant ses propriétaires à protéger cette oasis de culture moldue des mangemorts et du ministère, c’était comme ça que Nero en avait découvert l’existence. Et maintenant, il risquait d’anéantir des années des efforts juste pour une fille. Non, pour Scylla. Le pari valait d’être tenu.

Ils se trouvaient dans un patio qui servait de sas de transplanage avant un passage au guichet obligatoire. C’était les phénix qui avait apporté cette petite nouveauté sécuritaire qui permettait de filtrer les entrées, et surtout offrir un répit aux danseurs en cas d’intrusion mangemort. Le sorcier chargé de la sécurité se fendit d’un large sourire en l’apercevant. « Nero ! Ça fait plaisir de te revoir, mon grand ! » Ils se serrèrent chaleureusement la main, et le Callaghan crut bien qu’ils pourraient rentrer sans encombre jusqu’à ce qu’ils voient les traits du sorcier se figer. « Tu as ramené, SCYLLA KARK ? » Le sang-mêlé manqua de s’étouffer, avant de rebondir en se forçant à rire.
« Scylla Kark ? GENRE SCYLLA KARK ? Tu crois que je ramènerais la petite-fille de Mervyn Kark, ici ? Je veux bien qu’elles se ressemblent un peu, m’enfin tu sais comment ça se passe à la TVM, et dans Sorcière Hebdo, ils trafiquent toutes les images.  Pour la voir au cirque la Scylla Kark, je peux te dire qu’elle ressemble pas du tout à ce qu’on en voit sur les posters… Et puis Alfred, Scylla Kark ? Vraiment ? Tu ne sais pas qu’en plus aujourd’hui c’est l’anniversaire des précieux jumeaux Kark ? Non ? Pourtant, ils en ont parlé tout partout, c’est L’ÉVÈNEMENT de la saison. Tu crois sincèrement que Scylla Kark aurait largué ses 12500 invités pour me suivre moi, et aller danser au Underground ?   » Alfred se décrispa un instant avant de grommeler : « Ouais… t’as raison… c’est con… Mais avec tout ce qui se passe en ce moment, on devient de plus en plus suspicieux. » Personne n’avait envie de se faire exécuter sur la place de l’Ascension, Alfred le premier. « Je suis désolée, Mademoiselle. » ajouta-t-il comme si la méprise eut pu être la pire insulte possible. Il descella la porte magique pour leur ouvrir un passage vers l’Underground.  « Amusez-vous bien, les jeunes. »

Nero s’engouffra dans le passage entrainant avec lui une Scylla dangereusement silencieuse, il les dirigea vers le bar escomptant bien remplir leur sang d’alcool dans l’espoir d’anesthésier toute pensée mangemort dans l’esprit de la Kark. Attendant que le serveur submergé prenne leur commande, il crut bon de balayer une évidence et braya pour couvrir le son de la musique :  « Il faut que je t’avoue un truc…il est pas super réglo-réglo ce club…. »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Mer 27 Sep - 23:37
What do I Know ?
Nero & Scylla

« Tu as ramené, SCYLLA KARK ? » Le frisson délicieux qui l'avait parcouru lorsque le garçon avait susurré à son oreille, puis enlacé sa taille, lui parut soudain terriblement loin. La rousse avait senti ses mâchoires se crisper. A peine arrivée, déjà démasquée ? Elle maudissait cette crinière abondante et sempiternellement lâchée qui la rendait si reconnaissable, ce visage que l'on avait exposé à tous miroirs, écrans magiques et appareils photos depuis sa prime jeunesse. Jolie poupée photogénique, prisme de la nouvelle génération, ainsi que Calliope Kark le fut un jour bien avant elle. N'en déplaise à la grande majorité de l'engeance et autres parentés du Ministre de la Magie, si son statut de simple 'soeur jumelle de l'héritier légitime' ou, mieux encore, 'fille de la catin de Kark', son image leur avait été d'une non négligeable utilité. Et alors même que cette surexposition ne l'avait pas plus perturbé que ça jusqu'ici, ce soir, elle aurait simplement souhaité se faire oublier.

Sa plus grande préoccupation, donc. A croire qu'il n'était rien de plus important, bien que son compagnon l'ait conduite dans le dernier endroit qu'elle eut pu envisager - quoi que finalement, elle n'y avait pas vraiment réfléchi. A peine avait-elle atterri dans le sas que le vacarme l'avait assourdi. Profusion de bruits et de lumières. Psychédélique ! Heureusement qu'elle foulait les tentures du Chimeria depuis toujours, sans quoi, n'importe quelle autre sang-pure de son statut aurait certainement défailli. Il fallait dire qu'il ne s'agissait pas exactement du genre de lieux que ses amis et elle fréquentaient. Sans clichés aucun, en-dehors des salons de thé auxquels on les associait volontiers, les 'clubs' où ils pouvaient se rendre étaient beaucoup plus ... Groupes sorciers à la mode, serveurs se déplaçant jusqu'aux banquettes - surtout en zone VIW pour Very Important Wizzards -, cocktails recherchés mais surtout pas trop alcoolisés, décoration entre modernité et clin d'oeil à l'ancien dans l'esprit de leur société ou encore Pacificateurs patrouillant aux abords, les débordements étaient étroitement prévenus pour ne pas avoir à être contenus. Certes, il y avait bien eu quelques soirées moins officielles lors de l'absence regrettable - non - du géniteur de l'un ou de l'autre, mais décidément, ce n'était rien à côté de ce que Nero semblait décidé à lui faire découvrir. Ce que tendait à confirmer l'effarement entre méfiance et accusation de leur interlocuteur. A qui elle se garda bien de répondre, conservant une mine neutre.

Bien heureux fut le Turnbull de déjouer la suspicion de ce qui devait être le gérant. Elle dut se retenir très fort de jeter un regard tempétueux au technicien. Comment ça, elle ne ressemblait pas du tout à ce que l'on voyait sur les affiches, hein ? Qu'est-ce que cela voulait dire, au juste ? Elle était moins bien, peut-être ? Franchement, Scylla, tu es ridicule. s'admonesta-t-elle. Premièrement, à en juger par la ferveur avec laquelle ils en revenaient à chaque fois l'un à l'autre, on pouvait supposer que le sous-entendu était d'une pertinence relative. En second lieu, après tout, il pouvait bien penser ce qu'il voulait, puisqu'en théorie, elle était supposée s'en moquer - simple basique quatre, rappelons-le. Pour terminer, son cerveau percuta finalement que tout cet échange n'était jamais destiné qu'à leur sauver la mise et à garantir l'accomplissement du but premier de la soirée. A savoir, la rendre mémorable. Simplement dans leur esprit et non dans ceux des occupants si la rumeur venait à courir qu'une Kark était dans les parages. Même si, finit-elle - ouf, tout n'était pas perdu - par s'interroger, en quoi était-ce un problème, exactement ?

Tandis que le jeune homme les entraînait jusqu'au bar, elle eut tout le loisir de retourner ce dernier questionnement dans sa tête une petite paire de fois. Puis, la réponse se forma à mesure que ses prunelles aiguisées à déceler l'illicite parcoururent plus attentivement l'endroit. Nul doute, les paroles de la chanson actuelle ne devaient pas avoir été approuvées par la Commission de Contrôle des Médias. Sur la piste, on se mélangeait sans la moindre réticence. D'autres s'échangeaient à voix basse ou assumée des paroles ou des paquets qu'elle n'aurait su identifier. « Est-ce que cela a un rapport avec le fait que le chanteur soit en train de brailler qu'il l'aimera toujours, bien que son père soit un trou du cul ? » répliqua-t-elle sur le même ton, la reprise de l'insulte résonnant d'autant plus déplacée dans sa bouche qu'elle devait presque hurler elle aussi. Un sourire s'était à nouveau épanoui à l'orée de ses lèvres. Saisissant l'air surpris de son comparse, elle haussa les épaules. « Je travaille au Chimeria, moi aussi. » Sous-entendu : elle en voyait passer d'autres. Il était de notoriété commune que les Selwyn usaient depuis plus de trente ans de leurs relations avec le régime Mangemort pour couvrir des affaires beaucoup moins légales que leurs spectacles. Scylla elle-même avait assisté à des transactions, de la volonté de sa mère, puis de son oncle, de faire d'elle une véritable membre de leur famille. Pas si benête finalement, la gueuse. Elle saisit doucement l'avant-bras du garçon afin de la rapprocher d'elle. Non pas pour profiter de l'ambiance des lieux afin de s'encanailler, apparemment. « Reste bien devant moi une minute, s'il te plaît. » Ses deux mains saisirent ses boucles rousses depuis la racine, descendant lentement. A mesure, sa couleur naturelle laissa la place à une couleur châtain, presque terne. Méconnaissable. Elle n'était peut-être pas Métamorphomage, mais les apparats et les masques, cela la connaissait. Aucun besoin de baguette pour ce petit tour-là. Elle l'avait si souvent entreprit qu'un sortilège informulé et une bonne dose de concentration suffisait à faire agir la magie. « Plus discret. Personne ne me regardera. » Elle la voulait vraiment, sa soirée tranquille. Et si elle devait sacrifier quelque chose pour passer inaperçue, elle le faisait sans hésiter.

« Alors ma belle, j'te sers quoi ? » s'enquit enfin le barman comme ils se tournaient vers le comptoir. Il ignora superbement Nero, sûrement à dessein, les yeux rivés sur la nouvelle brune. Bon, pas si inaperçue que ça ... Au moins, ils n'avaient pas écarquillé les yeux et ordonné le repli à la salle. « Quelque chose de ... Fort ? » Un brin ingénue. Un peu charmeuse, aussi, en témoignait le creux dans l'une de ses fossettes. Comme quoi, la dualité ne se situait pas toujours là où les commérages l'affirmaient.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 503
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Mer 4 Oct - 0:11
« Est-ce que cela a un rapport avec le fait que le chanteur soit en train de brailler qu'il l'aimera toujours, bien que son père soit un trou du cul ? » La vulgarité avait au bout de ses lèvres quelque chose d’électrisant, aussi impromptus que la présence de Scylla ici-bas. Le sourire de Nero s’était mû en une grimace, alors qu’il mordait l’intérieur de sa bouche comme pour contenir le plaisir coupable qu’il éprouvait à chacune des surprises que lui réservait la Kark. Il aurait pu l’embrasser là. Maintenant. Devant tout le monde. Mais il y avait dans la retenue qu’il s’imposait quelque chose d’aussi délicieux que la promesse de ses lèvres.

« Je travaille au Chimeria, moi aussi. » Ses paroles coulaient comme un nectar tombant dans l’oreille d’une âme et d’un corps que trop réceptif. Le Callaghan n’avait ni besoin d’alcool, ni d’autres substances pour mettre derrières ses mots de périlleuses présomptions. Peut-être qu’elle avait capté ? Capté qu’il était aussi Australien que Pédé ? Capté qu’il était aussi fidèle au régime qu’adepte de la méditation ? Peut-être qu’au fond, elle avait compris qu’il était aussi basique que sa sœur vierge ? Peut-être que Scylla avait saisi qu’il était phénix, et qu’elle s’en moquait ? Les espérances crédules que ces simples mots charriaient, l’estomaquaient presque autant que la jouissance qu’il en tirait.

Bien vite la fascination prit le pas sur tout le reste, alors que la Kark exécutait avec virtuosité un sort que le sang-mêlé aurait été bien incapable de nommer. La métamorphose était pour Nero une de ces arcanes inaccessibles aux fugitifs. Pourtant nécessaire à la vie de fugitif, les aléas n’avaient pas laissé de temps à ses pairs de s’attarder sur cet art. Son éducation s’était concentrée sur le minimum vital, colorer ses cheveux n’en faisait pas partie. Et soyons honnête, il n’avait jamais brillé dans ce domaine, même boire du polynectar se révélait compliqué avec Nero. Par deux fois, il avait manqué de s’étouffer, une troisième fois il avait même vomi la précieuse potion. Son humeur opérait une formidable feinte de Wronski alors qu’à l’admiration aveugle se joignait un cuisant sentiment d’infériorité. Rien à voir avec le sang, rien à voir avec son nom. Seulement Scylla était instruite, une sorcière accomplie alors que lui… Lui on lui avait interdit de lancer des accio sur des objets tranchants de peur qu’on le retrouve décapité, ou perforé de part en part. Elle finirait bien par s’en rendre compte… Et cette pensée lui semblait affolante qu’une Scylla au fait de ses penchants politiques. L’intervention du barman n’arrangea rien, décrochant même le sourire de façade que le Callaghan avait conservé sur son visage mutin. Ma belle ? Non mais t’es sérieux mon gars ? Tu n’as pas trouvé plus pourrie comme phrase d’accroche ? T’as de la bombabouse dans les yeux ? T’as pas vu le gros cailloux à son doigt ? Chasse-gardée. Bon techniquement pas par moi. T’as pas vu qu’elle était pas seule ? Tu veux que t’éclaircisse la vue à coup de savate ? Parce que j’ai deux poings qui demandent qu’à rendre service, mon gars. Il garda son fiel haineux pour lui, pour faire preuve d’une jugeote salutaire. Dans un mouvement primaire, voir de primate , il enroula un bras protecteur autour de la taille de la mangemort, pour se placer pile dans le champ de vision du barman. « Mets-en donc deux… trucs forts…» Dans un mouvement de souverain mépris il fit claquer sur le comptoir les gallions qui couvriraient largement leurs consommations. Le barman le toisa un instant avant de finalement se baisser pour attraper une bouteille bas-de-gamme de whisky-pur-feu. Nero en profita pour souffler à l’oreille d’un ton faussement badin, ou transpirait les nuances colériques de sa jalousie. « Tu ne vas pas le laisser me voler sous les yeux tout le bénéfice de mon kidnapping ?» Le Callaghan en était encore à savourer la promiscuité de son mouvement, quand il fut arraché par le bruit sec des deux verres s’abattant sur le comptoir. Leurs verres étaient servis, le barman empocha les gallions se gardant bien de rendre la monnaie au sang-mêlé. Qu’il aille se faire mettre !  Nero fit tinter son verre contre celui de Scylla, avant de tremper ses lèvres dans la flamboyante liqueur. Le whisky embrasa un peu plus son estomac mis à mal par les émotions qui s’y succédaient depuis ce matin. Le breuvage n’était pas fameux, mais buvable. Et puis, soyons honnête après la gniole d’Obbie, Nero était capable de tout boire. Le regard plongé au fond de son verre, il attendait que l’alcool lui redonne la confiance que les deux épisodes précédents lui avaient arraché.

Loin de trouver de solution dans le fiel de sa boisson, le changement de chanson lui apporta une issue. Et achevant la feinte de Wronski, il sentit faire une remontée spectaculaire. Les notes sur une rythmique cristalline lui semblaient familière comme l’écho d’une autre vie. Plus enivrante que n’importe quel alcool, la chanson la fit se redresser et prendre la main de la Kark pour l’entrainer sur la piste de danse alors que le chanteur expliquait que le club n’était pas le meilleur endroit pour trouver une amante…

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Dim 8 Oct - 0:30
What do I Know ?
Nero & Scylla

La dresseuse trouvait plutôt amusant de tester ses attraits sur un membre de la gente masculine qui ne fut pas en queue-de-pied ou en pull d'angora chilien de chez Zabini. Exception faite de Nero. Parce que justement, Nero était une exception. Ou disons, son exception à elle.

Il y avait quelque chose de candide dans la façon dont elle abordait cet ersatz de conversation avec le barman - lequel devait sûrement embobiner la plupart de ses clientes de la même manière qu'il l'avait apostrophé. Plus ingénue qu'ingénieuse, pour le coup. Disons qu'il ne lui vint pas à l'esprit que cela put déranger son cavalier. Après tout, mise à part leur petite escapade sauvage dans le placard à balais, rien dans l'attitude du garçon ne laissait sous-entendre qu'il la considéra comme autre chose qu'une agréable rencontre. Aussi fut-elle surprise de sentir le bras du technicien entourer sa taille, puis d'assister à un élan de fermeté possessif. Réaction masculine instinctive, supposa-t-elle. Plutôt agréable, il fallait en convenir. Pourtant, Scylla n'était pas de ces jeunes femmes qui appréciaient particulièrement les démonstrations de virilité. Considérant qu'entre son père et son frère, elle en subissait plus qu'à son tour au Château, elle s'accommodait parfaitement de relations saines et simples une fois sortie du giron Kark. « Je n'oserai pas, voyons ! Gâcher tant d'efforts serait bien trop cruel. » répondit-elle, mutine, leurs verres s'entrechoquant. Son exception. Elle ne pouvait le nier, tandis que leurs regards se mêlaient de nouveau, qu'il représentait bien davantage qu'une simple récréation. Si elle ne pouvait - ou ne voulait - mettre de mots sur ce qu'elle ressentait réellement à son encontre, elle devait reconnaître qu'il éveillait en elle autant de facettes méconnues que d'émotions positives. Le fait qu'il soit le seul à être parvenu à la faire sortir de ses gonds - et par conséquent, de ses déterminismes de gentille fille de bonne famille -, là où son oncle avait échoué une paire de fois, était, en soit, plus parlant que n'importe quel discours.

Le goût amer de l'alcool et des probables quarante degrés qui venaient de lui brûler la gorge lui arrachèrent une petite larme au coin de l'oeil. Les gens de sa caste se contentaient, durant les moments de fête, de cocktails doux et sucrés, ou, au pire, d'un champagne un peu sec pour se donner une illusion de rébellion. Le reste était réservé aux mâles et aux ambiances feutrées des cabinets privés. De ce qu'elle en connaissait, en tout cas. Elle imaginait que l'on était certainement moins sectaires - pour ne pas dire pompeux - chez les Yaxley, par exemple. Enfin, non, elle n'imaginait pas, elle le savait. Et constater qu'elle aussi était en mesure d'échapper à ce carcan avait davantage de saveur que ce whisky bas de gamme. Néanmoins, elle n'eut pas guère de temps à savourer sa petite victoire. La musique venait de changer, engageant quelques percussions que si à la Kark, elles n'évoquèrent rien, anima tout à coup son compagnon. Les verres furent lâchés abruptement sur le comptoir alors qu'elle le suivait sans discuter, sans même y penser. Depuis qu'ils s'étaient retrouvés, plus rien ne semblait porter à réflexion, de toute façon.

Ils retournaient en Colombie. Les pas mesurés et les prouesses acrobatiques en moins. Parmi la foule éclectique, pressée membres contre membres à cause de la promiscuité, il n'y avait aucun code à respecter, si ce n'était celui de se laisser aller. Mue par l'instinct et une volonté encore plus puissante que n'importe quelle fausse pudeur, la jeune fille put enfin réaliser l'envie qui l'avait tenaillé à peu près toute la soirée - du moins, l'une d'entre elles. Retrouver le corps de Nero contre le sien. La sensation était presque douloureuse tant elle l'avait attendu et en aurait voulu plus encore. Le rythme langoureux dirigeant les mouvements de leurs bassins, guidant leurs gestes proche de l'intime, n'arrangeait rien. Et il n'y avait aucune voix, aucun sursaut de conscience pour la prier d'arrêter. Qu'importe ce qu'il se passerait par la suite, elle avait déjà atteint le point de non-retour. Si bien que lorsque ses prunelles croisèrent l'image d'un tatouage reconnaissable entre mille dans leur champ de vision, son mouvement de recul fut infime. Seule sa manière de fixer le signe distinctif d'un moldu domestique la trahit.

Des doigts s'emparèrent doucement de son menton. Le Turnbull la ramenait à lui, cherchait peut-être l'objection, la désapprobation, la peur ou le dégoût. Ce fut en tout cas cette appréhension crut lire dans ses yeux quand leurs regards se heurtèrent. Au lieu de ça, elle esquissa un geste léger, presque infime, allant à l'encontre de toutes ses possibilités : elle se serra un peu plus contre lui. « Dis-moi la vérité, où m'as-tu emmené ? » demanda-t-elle au creux de l'oreille du technicien, seule manière de se faire entendre par-dessus l'ambiance festive. Seule manière, également, de voir s'il se montrerait honnête envers elle, vraiment sincère, face à la scène qu'elle venait de surprendre. S'il se tentait toujours au jeu qu'elle lui avait interdit ou si cette relation avait une chance de mener à quelque chose de plus grand.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 503
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Ven 27 Oct - 23:21
Ils ne faisaient que s’amuser.

Jamais assertion n’avait été tout à la fois aussi vraie que fausse. Car s’amuser les deux sorciers dans leur inconscience le faisaient plutôt deux fois qu’une. Le que quant à lui se cherchait une place qu’il n’avait plus depuis longtemps déjà. Alors, ils s’amusaient, mais ce n’était pas que ça. Et Nero Callaghan, fier phénix l’éprouvait à chaque note, chaque pas, chaque frôlement fiévreux, à chaque sensation erratique, chaque variation d’atmosphère. Scylla avait cette emprise sur lui, d’un regard, d’un mot, la sang-pure parvenait à faire s’envoler sa belle confiance.

Où l’avait-il emmené ? Il lui avait faire comprendre, non ? Non. Les œillères de la Kark étaient plus épaisses, solides croyait-il vraiment les briser en quelques sourires ? Non. Scylla n’avait, avant ce soir, sans doute même pas imaginé que de tels lieux puissent exister. Si Nero maintient son sourire, il sentit un léger frisson d’effroi remonter le long de son échine, alors que le phénix en lui se réveillait. Et s’il venait de condamner à mort tous les gens autour d’eux ? L’atmosphère avait changé, et pas seulement parce que La musique s'était faite plus lente, plus langoureuse. Il y avait comme un froid, comme un besoin de se transformer en virtuose, pour faire céder une à une les œillères de la circassienne. Le Callaghan s’empara des bras de la Kark pour les faire se nouer autour de son cou à lui, comme si le réel enjeu de l’instant était davantage de s’accorder aux pas de danses, comme si la politique n’était qu’une badinerie de plus dans ce jeu qui n’en était plus un. Il posa ses mains autour de sa taille, avant de lui souffler badin : «  Je croyais que tu travaillais au Chimeria, Scyl-la ?  » Il la laissa cueillir d’un regard le sourire en coin qu’il lui offrait avant de poursuivre. «   Je t’ai emmenée dans le dernier endroit où on te cherchera. Je t’ai emmenée dans un endroit, où tu peux être libre, Scylla. Je t’ai emmenée dans un endroit qui diffuse autre chose que la soupe d’Heather Lancaster. Je t’ai emmenée dans un endroit où on peut écouter de la musique moldue, danser, oublier un peu, et être un soupçon plus libre aussi. Ici, personne ne veut lancer de guerres tout ce qu’ils veulent c’est danser et parfois se souvenir un peu. Ils ne font rien de mal, on ne fait rien de mal. Seulement, Scylla si tu parles de ce club à quelqu’un, si tu trahis ma confiance, leur confiance… toutes ces personnes qui ne font que danser pourraient se retrouver sur la place de l’Ascension.  » Il planta son regard dans celui d’azur de cette fille qui lui faisait tant d’effet à la recherche d’une nuance de peur ou de dégout. Mais rien. Rien qui ne puisse le tirer de l’embarras phénoménal dans lequel il s’enterrait joyeusement, rien qui ne puisse le sauver.

Enhardie par l’approbation tacite de la sang-pure, il continua de danser encore et encore. Oubliant de s’enivrer, et ne se gargarisant que de cette joie sauvage qu’il avait à éprouver chaque infime mouvement de ce corps parfait contre le sien, Nero oublia de compter les danses, ou les heures. L’underground lui n’oubliait pas, et petit à petit les moldus respectueux de leur couvre-feu disparurent, puis les sang-de-bourbe, et enfin les lumières tamisées se firent plus crues, la musique plus basse, et ils furent mis dehors. Il était 2h30 du matin, et pour les deux circassiens la nuit était encore trop jeune pour s’achever.

Parce que Nero n’avait plus d’idées brillantes à proposer, il suggéra de rentrer à pieds dans les rues d’une Avalon endormie avec pour seules spectatrices silencieuses les étoiles complaisantes. C’était un bien des seuls avantages du projet Filet du Diable, les étoiles à l’apogée de leur beauté dans un monde dénué de pollution. La route repoussait le moment d’au revoir potentiels, et permettait d’échanger. Ci et là, le Callaghan glissa quelques anecdotes véridiques de voyages, prenant soin au passage de ne pas trahir sa couverture, avant de se lancer dans de formidables imitations des membres de la famille de Kark, de Mervyn à Freya, en passant par Calliope et Elena. Ils échangeaient en paroles avec presque autant de délice que sur la piste de danse, se touchaient à peine rendant chaque frôlement électrisant. Oh bien sûr, à chaque coin de ruelle plus sombre, Nero y avait vu une opportunité. Il serait facile de l’y entrainer, de la plaquer contre un mur et de reprendre exactement où les avait arrachés cette après-midi. Mais non, il y avait dans la retenue quelque chose de plus délectable encore. Il en était à expliquer qu’il n’avait pour seul talent que de faire exploser tout et n’importe quoi, et de jouer de la guitare, quand enfin il eut une alternative au retour au château Kark. «  Si tu me suis au Chimeria, je pourrais jouer pour toi.  Tentée ?  »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Lun 13 Nov - 1:32
What do I Know ?
Nero & Scylla

La place de l'Ascension. Si la Kark avait échappé à la bataille, rapidement évacuée qu'elle avait été, elle n'avait pas été épargnée par la vision du Détraqueur déposant son baiser mortel sur la pauvre artiste. Elle revoyait les yeux de la jeune femme, écarquillés par la terreur, imaginant déjà le sort de pantin qui l'attendait, l'âme aspirée, la mort sans la nommer. Un frisson autant à imputer à ce souvenir qu'au geste caressant de son compagnon, lui avait arraché un frisson le long de l'échine. Elle ne souhaitait un tel sort à personne. Vraiment. Toutefois, il n'y avait pas que ça. Maintenant qu'elle savait, elle aurait dû s'indigner, se sentir toute aussi révulsée que dégoutée. A la place, la rousse s'était contentée d'un infime hochement de tête. Nero avait raison : ils ne faisaient rien de mal. Qu'elle que soit leur race ou le statut de leur sang, ils n'étaient là que pour s'amuser. Aucun d'entre eux ne paraissait fébrile, prêt à dégainer son arme au moindre effleurement. Et cette musique ... Bercée qu'elle avait été par les groupes de propagande à la mode, elle ne pouvait que reconnaître la catharsis qu'elle offrait. Encore une fois, peu importait d'où elle provenait. Les notes se faisant plus lentes, elle avait rejeté toute pensée pour se laisser happer par la langueur de leurs corps l'un contre l'autre. Danse après danse. Effleurement après effleurement.

Finalement, on sonna la fin de l'interlude illégal. Les oiseaux n'étaient pas toujours de nuit, à l'exception de nos deux moineaux en pleine parade amoureuse. Se quitter semblait un déchirement que ni l'un ni l'autre ne se sentait prêt à affronter. La fraicheur de la nuit sut accueillir leurs discussions entre pitreries du technicien et confidences. Contre toute attente, elle riait à ses satyres et bien sûr, s'émerveillait de ses récits. Elle-même n'était pas en reste. Si sa courte existence n'avait pas toujours été heureuse, elle avait néanmoins quelques anecdotes sous la baguette, elle aussi. Comme la fois malheureuse où une déchirure fort mal placée dans l'un de ses costumes de scène avait manqué lui faire rater une acrobatie et le fou-rire qui avait secoué public comme coulisses pendant un long moment. Et que dire de cette fois où Rowena, Ashley, Salomé et elle avaient transformé les toilettes du second étage de Poudlard en piscine, tout ça à cause d'une révision de sortilèges qui avait mal tourné ? Ils pouvaient échanger sur ces pays qu'ils avaient tous deux visités, bien que séparément et parfois, à des années de décalage. Et tout à coup, la pensée subreptice et subversive qu'elle aurait aimé qu'ils s'y soient rencontrés, partout où sa mémoire la ramenait, la traversait. Ridicule. Instinctive. Ce soir, elle avait le droit aux plus fous des rêves sans qu'aucune ombre rabat-joie ne vienne les ternir.

«  Si tu me suis au Chimeria, je pourrais jouer pour toi. Tentée ?  » Elle s'arrêta un instant. Le dévisagea ainsi qu'elle aimait à le faire quand il lui proposait quelque chose, impénétrable. Ingénue mais pas tout à fait, elle avait enfin saisi que, quelque part, il nourrissait aussi son désir de ses silences, de ce qu'il craignait qu'elle lui refuse. « Eh bien ... Tu m'as promis une nuit, après tout. Et elle n'est pas terminée. » Sans parvenir à le laisser languir plus de quelques fugaces secondes malgré tout. La dresseuse ne se voyait pas retourner à la froideur impersonnelle du Château où, de toute façon, personne ne l'attendait. Cela n'aurait tenu qu'à elle, au regard de l'absence de son frère depuis plusieurs mois, elle aurait déménagé depuis longtemps. Elle s'y apprêtait, d'ailleurs, mais ce n'était pas le sujet. Elle voulait le Chimeria autant qu'elle aurait accepté à peu près n'importe quoi tant qu'elle pouvait grappiller encore quelques heures en la compagnie du Turnbull, sous l'emprise de leurs affleurements moins timides qu'ils n'y paraissaient.

Cette fois, elle eut le bon-sens de ne pas tenter un transplanage en pleine tente aux Fauves. Ils se contentèrent de reprendre leur route et passèrent la sécurité du Cirque sans encombres ou, plus précisément, sous l'oeil indifférent du veilleur. Lequel avait parfaitement reconnu leur précieux Cygne en compagnie de leur banal collègue. Et s'en moquait comme d'une guigne. Au Chimeria, tout était prétexte au bonheur des uns, sans jugement des autres. Thanatos se plaisait à affirmer qu'ils étaient une grande famille, chose que les Selwyn cultivait depuis près de cent cinquante ans. La loyauté était aussi le prix le nombreux silences.

Un feu rougeoyait au milieu des roulottes éparses et on s'y amusait encore. Scylla décela les traits de certains invités de la pool-party, la joyeuse troupe clinquante qui avait dû bien incommoder les autres convives. Et étrangement, c'était bien les premiers qu'elle se plaisait à retrouver ce soir, bien que son premier réflexe fut de vouloir reculer. « Je ne devrais peut-être pas ... » Une voix féminine, cristalline, interrompit sa tentative de fuite. « Scylla ! Nero ! Venez vous joindre à nous ! » Charmelle, de toute sa cinquantaine gracieuse et surtout, absolument magiquement entretenue, leur fit signe. La directrice artistique avait conservé de ses jeunes années ce rituel nocturne auprès de ses amis. La Kark refoula à nouveau toute pensée et, suivant Nero, vint s'installer parmi le cercle déjà formé. On ne les interrogea pas sur la raison de leur présence ici plutôt qu'à la fête supposément dédiée à leur étoile montante. On ne leur demanda pas ce qu'ils fabriquaient ensemble, plutôt que lui dans ses quartiers et elle, avec son fiancé. Ou on avait deviné avant même que nos jeunes gens eux-mêmes se doutent de ce qu'il se tramait, ou ... Ils s'en moquaient. Les deux hypothèses étaient probables. Leonardo, le devin divin autant en fausses prophéties qu'en musique, acheva les dernières notes de sa chanson et ne tarda pas à tendre l'instrument à Nero. « A ton tour, ragazzo ! » La rousse haussa un sourcil. Il devait s'agir d'un rituel. A priori, le garçon avait déjà fait l'étal de ses talents en matière de guitare. En témoignaient les regards déjà brillants de quelques jolies circassiennes lorsqu'il s'en empara. Une vague douleur lui transperça la poitrine. A peine eut-il commencé à jouer qu'elle vit deux d'entre elles se rapprocher avec plus ou moins de discrétion. Autant dire qu'elle ne réfléchit pas davantage que deux minutes plus tôt : elle qui avait eu la sagesse de ne pas s'assoir trop près de lui, se leva pour aller se placer à sa gauche, défiant d'un regard enflammé quiconque de tenter quoi que ce soit. En somme, notre Kark expérimentait un étrange sentiment. A savoir, la jalousie. Bref, mais intense. Du reste, il fut rapidement chassé par la voix qui s'élevait et toutes ces paroles dans lesquelles elle n'avait qu'une envie, se noyer.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 503
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Ven 12 Jan - 23:40
Nero s’était emparé de la guitare avec un air canaille hérité du plaisir qu’il avait tout à la fois à se réemparer de cet instrument, qu’à se montrer aux yeux de Scylla dans un domaine dans lequel il était bon. L’horizon d’un enfant fugitif en termes de jouet – mais pas de jeux – pouvait s’avérer limiter. Lizzie et lui avaient usé et abusé de leur imagination ainsi que de la patience de leurs aînés pour rire toujours plus, et demeurer encore ce que leurs parents avaient voulu qu’ils soient des enfants. Le problème c’est que leurs jeux devaient inclure bien souvent un temps sec. Les jours de pluie, les deux apprentis phénix étaient bien souvent condamné à rester à l’intérieur de tentes toujours trop étroites avec les adultes. Ce qui naturellement les empêchait de sauter, hurler, courir, se suspendre et autres réjouissances qui avaient le mérite de les vider de leur trop plein d’énergie. Si Scarlett à la vue de leur excitation cédait parfois – souvent – en les laissant aller courir et s’ébrouer sous la pluie pour qu’ils lui fichent la paix, la plupart du temps ils étaient condamnés à rester sage avec pas grand-chose à faire. La guitare était apparue comme une planche de salut dans ces mornes après-midi pluvieux, occupant les mains et l’esprit d’un Nero agité, tout en canalisant son énergie. C’était un des « copains » de Scarlett, qui avait commencé à lui enseigner cet art alors qu’il avait tout juste huit ans et que l’instrument mangeait la moitié de son corps. Son objectif bien moins noble était surtout d’occuper le gamin collant, pendant que lui s’occupait de sa maman. Une double réussite. Nero avait appris la persévérance, et fait travailler sa mémoire comme avec rien d’autre, et s’était montré plutôt bon, avant de se perfectionner à l’adolescence quand il avait compris le pouvoir d’un feu de camp et d’une guitare. L’un des premiers jalons de la boite à fun avait alors été posé. Véritable clef de voute bien avant qu’il développe sourires enjôleurs et farandoles de phrases délicieusement provoquantes.

Alors, le Callaghan n’avait aucune appréhension lorsque ses doigts avaient glissé sur les cordes familières. Il s’était permise une boutade en faisant mine de réaccorder l’instrument. Une plaisanterie qui unissait l’italien et le pseudo australien, qui arracha quelques insultes dans sa langue natale au divin devin. « Mais qu’est-ce que tu lui fais à cette pauvre guitare ? Tu la tortures ?  » Quelques rires avaient secoué une assistance habituée à ce jeu, alors que Leonardo se fendait d’un tonitruant, mais affectueux : « Spavaldo !! ».

Nero avait alors cessé sa comédie, et les premières notes avaient jaillit enfants gais de la danse de ses doigts. Il avait enchainé les chansons prenant soin à ne se contenter qu’au répertoire sorcier pour ne surtout pas faire tomber sa couverture, alors que les standards moldus lui brûlaient les doigts et les lèvres. Parfois, il avait laissé échapper un agréable filet de voix pour accompagner ses morceaux, ce qui avaient coutume d’accentuer les battements de cils de ses admiratrices. Mais ce soir, il se souciait peu de savoir qu’une des circassienne du Chimeria se froisse une paupière dans sa contemplation, ce qui l’intéressait réellement c’était bel et bien les réactions d’une Scylla qu’il ne quittait des yeux que pour parfois donner le change. Spavaldo ! Fanfaron comme l’avait si bien nommé Léonardo, le prétendu Turnbull, n’hésitait pas à plonger des regards incendiaires à la jolie rousse quand les paroles des chansons qu’il déversait se montrait les plus ambigus, ou bien les plus équivoques. Nero n’avait rien perdu de la scène qui avait précédé le début de son concert improvisé, il s’en était gargarisé sans rien dire, jouissant sobrement de ce qu’il interprétait derrière ce changement de place. Tout cela lui plaisait un peu trop. Beaucoup trop.

Après une heure à épater, et amuser la galerie, la gorge sèche et le bout des doigts rendus douloureux, il avait fini par se lever pour rendre sa guitare à Leonardo non sans écoper de quelques guillerets applaudissements. Saluant théâtralement en singeant les artistes qui pour une fois s’était fait spectateur, il lançait à tout va de pompeux « Merci Merci », avant de finalement lâcher d’un ton enjoué et faussement pompeux de diva : « Chers camarades, je vous remercie vous avez encore une fois été une audience formidable ! FOR-MI-DA-BLE ! Mais vous m’avez épuisé ! Vidé de toute ma substance ! Il me faut donc vous quitter ! D’autant plus que je dois ramener cette noble damoiselle saine et sauve jusqu’à chez elle !  » Sur une dernier salut, il avait cueilli la main de Scylla pour l’aider à se relever. Personne n’avait rien dit, seuls quelques sourires avaient animés les visages des circassiens, mais à peine Scylla et Nero avaient-ils fait dix mètres que plusieurs éclats de rire avaient fendus l’air alors que des commentaires inaudibles jaillissaient de part en part. Mais ce brouhaha de plus en plus diffus le sang-mêlé ne prêta aucune attention, tant il était plaisant de se retrouver de nouveau seul avec Scylla. La perspective de la ramener chez elle aurait dû endommager sa terrible assurance, mais il eut fallu pour ça qu’il ait véritablement l’intention de mettre un terme à cette nuit. Main dans la main, comme un collégien que Nero n’avait jamais été, ils arpentaient le sentier censé les mener jusqu’à la sortie du domaine du Chimeria. Censé, car Nero fit une embardé entrainant dans une zone sombre et non éclairée la Kark. « Il me semble que je t’avais promis une nuit, non ? Et il ne fait pas encore jour, alors… » Alors… Alors… Déjà sa main se faisait moins sage quittant celle de Scylla pour imiter sa jumelle licencieuse qui s’amarrait sur les hanches de la sang-pure, avant que d’un mouvement sec il ne l’attire à lui. « Alors… » continua-t-il alors que dans la pénombre complice, il courbait l’échine pour chercher de son souffle les lèvres de cette fichue Kark qu’il convoitait un peu trop. « Alors… » Alors, il accomplit enfin ce qu’il crevait de faire depuis que Scylla avait refermé la porte de ce fichue placard à balais, il l’embrassa.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté Sam 27 Jan - 1:13
What do I Know ?
Nero & Scylla

Un soir de musique comme le Cygne Pâle n'avait osé en rêver. On était loin de l'orchestre tout de robes sobres vêtu, guindé dans leurs cravates et leur répertoire classique. Autour de ce simple feu, après les douceurs de plusieurs danses dans les tréfonds de l'Urderground, on ne trouvait ni coupe de champagne pétillant ni échos de rires cristallins assortis. Les artistes aux tenues et maquillages bariolés avaient retrouvé le naturel qui suivait les fins de représentations, abandonnant leur rôle pour redevenir l'homme ou la femme de l'intimité. Sans artifices. Scylla elle-même avait tombé le masque rigide de dame du monde au profit d'une expression béate, emportée dans un univers que le pyrotechnicien semblait avoir créé juste pour elle. Même le Chimeria n'aurait su inventer plus belle illusion.

Lorsque les doigts du Turnbull pincèrent les cordes une ultime fois, il fallut quelques secondes à la rousse pour que les brumes du fantasme se dissipent. Une heure s'était écoulée sans qu'elle n'en aperçoive pas le moindre grain de sable. Elle avait depuis longtemps oublié sa jalousie naissante et l'objet de cette dernière - d'ailleurs, son attitude avait aussitôt refroidi ses jolies collègues, lesquelles s'étaient contentées de retourner à leur admiration muette. Disons que l'attention de la dresseuse était entièrement dévouée au musicien en herbe. Tout dans ses mouvements, jusqu'à sa voix, avait suffi à la ramener quelques heures plus tôt. Dans ce placard où quelque chose s'était joué sans qu'elle en saisisse encore l'ampleur. Elle pouvait encore entendre le froissement des couches de tissus tombant l'une après l'autre, sentir les courbes de ses muscles rouler sous ses mains, retenir le goût de leurs souffles mêlés ... Finalement, des deux scènes, elle ne parvenait pas à déterminer laquelle était la plus lascive.

Elle parvint, à savoir comment, à applaudir de concert avec ses camarades. S'obligea à regagner le sol qu'elle avait stupidement quitté. Toussota. La descente était plus dure que l'ascension. «  Chers camarades, je vous remercie vous avez encore une fois été une audience formidable ! FOR-MI-DA-BLE ! Mais vous m’avez épuisé ! Vidé de toute ma substance ! Il me faut donc vous quitter ! D’autant plus que je dois ramener cette noble damoiselle saine et sauve jusqu’à chez elle ! » L'idée de regagner le Château l'enchantait au moins autant qu'aller se frotter à un loup-garou un soir de pleine lune. Plus que la perspective de croiser son fiancé ou son frère - ou pire, son père -, c'était bien celle de quitter le garçon qui la dérangeait étrangement le plus. Aussi s'accrocha-t-elle à ses doigts comme s'ils étaient son ancre, indifférente à l'interprétation que les circassiens donneraient à ce contact. S'ils pouvaient être volubiles, il était sot de croire ces artistes atypiques dupes. En témoigna le regard de Charmelle accrochant le sien tandis qu'ils quittaient le cercle. Elle y lut une approbation qui, à sa grande surprise, et bien ... Ne l'étonna pas, justement. Le lien entre le petit cygne et la lanceuse de couteaux était plus solide qu'elle ne l'avait réalisé jusqu'alors. Le lien avec le Cirque tout entier était plus profond qu'elle n'avait bien voulu le voir.

Le chemin de la sortie se dessinait beaucoup trop rapidement à son goût. Muette, la Kark ne savait quel prétexte avancer pour retarder la terrible échéance, se contentant de conserver sa prise sur les doigts de son compagnon. Heureusement, ce dernier était plus courageux qu'elle. Ou disons, plus spontané. L'instant d'avant, ils marchaient tranquillement, celui d'après, ils étaient retranchés dans la pénombre, les lèvres de Nero dessinant à voix haute la confirmation de la promesse qu'il lui avait déjà faite. Elle ne chercha pas à réprimer l'intense soulagement qui l'envahit. Ni les autres sensations au moins aussi peu avouables. Ce baiser qu'ils avaient été contraints de rompre enfin retrouvé, elle sentit que la dernière barrière flanchait. « Alors, accroche-toi. » souffla-t-elle entre deux fiévreuses pressions, flanquant un coup mémorable à cet obstacle mental. Finalement moins tenace que son désir. « Promis, pas de cage, cette fois. » Un faible rayon de lune parvint à éclairer l'esquisse de son sourire. L'épisode de leur petite visite en duo à ses adorables Bébés n'avait pas été relégué bien loin. Elle aurait même osé qu'elle avait retiré un léger plaisir sadique à tester l'endurance de son flirt colombien. Mauvaise fille.

Crack. Serment honoré, il suffit d'une oeillade pour être assuré du fait qu'elle les avait conduit dans une roulotte et non une tente. Et pas n'importe laquelle, à en juger par le décor. La sienne. Ses intentions pouvaient difficilement être plus explicites, aussi, malgré l'envie qu'elle sentait brûler en Nero, elle lut également son hésitation. A cause d'elle. « Je n'ai jamais ... Mais j'en ai envie. » Plus que de n'importe quoi d'autre. aurait-elle pu ajouter si elle avait été plus disserte. Au lieu de ça, elle lui renvoya un regard aussi embrasé que déterminé. Oui, elle était sûre. Absolument certaine, même. « Vraiment envie. » Leur étreinte devint un étau de volupté, leurs lèvres sa happèrent pour ne plus se quitter. Ainsi qu'il l'a été dit, ils s'étaient promis une nuit.

Et cette dernière ne faisait que commencer.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Contenu sponsorisé
Re: What do I know ? ~ Nero
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs