AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens jouer au docteur avec le scénario d'Olivia Vaisey, Henry Avery ! Cool
Des scénarios en folie
Amuses-toi à choquer les culs-serrés avec le scénario d'Ajay Shafiq, Kalyani Khan !
Des scénarios en folie
Deviens un gros nounours avec le scénario de Willow Toufoulkan, Aaron Macmillan ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Nous manquons de moldus
Ce sujet te donnera sûrement envie de te lancer ! En plus, pour chaque moldu ramené sur le forum, gagne le double de points

❝ Des maux et des mots ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Commerces
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t930-kiara-callaghan
Messages : 227
Date d'inscription : 20/05/2017
Célébrité : Mélanie Bernier
Crédits : Nerose

Double compte : Arsenia Sabordage

Age : 23 ans
Sang : Basique de rang 3
Statut : Célibataire
Métier : Employée à la commission d'examen des créatures dangereuses
Epouvantard : Un serpent de feu : ça brûle, ça mord, ça étouffe...
Dialogue : seagreen

Fille d'Eireann Callaghan, célèbre fugitive décédée – L'espagnol est sa langue maternelle mais elle parle anglais avec un accent mi-irlandais, mi-britannique – A une cicatrice derrière l'oreille droite – Elle a horreur de la bièraubeurre
Des maux et des mots
ce message a été posté Mer 13 Sep - 22:41
Septembre 2046

Un bleu gros comme le melon de Mervyn Kark, voilà ce qu’elle avait d’imprimé sur la hanche. Et ça lui faisait un mal de chien. Et elle douillait rien qu’en se déplaçant d’un micro-millimètre sur la chaise de son bureau. Dormir était devenu compliqué et elle en avait ras la fesse.

C’était une semaine plus tôt que la douce et fringante Péruvienne s’était mignonnement pétée la gueule dans les escaliers menant à son appartement. Une belle chute comme on n’en voyait plus, digne d’être photographiée pour se répéter en boucle encore et encore. Même le portrait du gardien en riait encore. Alors que tout ce qu’elle avait fait, Kiara, c’était simplement croiser par inadvertance sa jambe gauche avec sa jambe droite pour aboutir à un croche-patte à elle-même… Du grand art.

Mais du coup, elle avait mal. Et l’hématome semblait se sentir bien sous sa peau, si bien qu’il n’avait pas réduit, ah ça non ! Il avait préféré se contenter de changer de couleur chaque jour, passant du rouge piqûre de moustique au bleu pâle, puis au bleu nuit avant de tirer vers le noir pour finir par s’enrouler dans un voile mi-jaune, mi-kaki… Une belle couronne de douleur ornait donc le cœur du problème.

Boitant légèrement après une journée un peu plus animée que d’habitude au boulot, la fatigue se faisant sentir, elle arriva devant la petite enseigne de Balkiss. Kiara n’avait pas eu envie d’aller à la Clinique, la flemme ou encore la peur de devoir revivre une scène de soins comme après Avalon… Elle ne savait pas trop. Et puis il y avait Balkiss et elle lui faisait confiance. Pour tout un tas de raison : parce que c’était Cecilia qui la lui avait présentée, parce qu’elle était Phénix, parce qu’elle utilisait des tas d’onguents qui lui rappelaient sa maison et, surtout, parce qu’elles étaient amies. Enfin, elles le devenaient, elles se rapprochaient, se voyaient de plus en plus souvent pour papoter, pour échanger et pour rire. Parce que ça lui manquait à Kiara, de rire. De tout, de rien, pour du futile ou du plus profond. En quittant son Pérou, elle avait quitté une vie d’insouciance où le rire était quotidien, où il était si facile de se laisser aller à sourire à rire à gorge déployée. Ici, Kiara se rendait compte que l’atmosphère pesante l’empêchait d’atteindre sa légèreté habituelle et c’était dur à vivre au quotidien. Surtout depuis qu’elle s’en était rendue compte, la dernière fois, lorsqu’elle avait eu des crampes alors qu’elle avait rigolé rapidement avec un collègue. Depuis combien de temps ne s’était-elle pas laissée aller avant ce jour ?

Kiara poussa doucement la porte et retins un cri quand elle chercha par réflexe à la retenir avec sa hanche pour qu’elle ne claque pas en se refermant. Les larmes lui montèrent tranquillement aux yeux, sûrement contentes de retrouver un lieu connu et reconnu, tandis que Kiara serrait les dents en attendant que la douleur passe. Ravalant ses larmes, elle avança pour montrer sa face à Balkiss. Et tenta même de sourire. « Salut ! Pitié pitié pitié… Dis-moi que tu as de quoi apaiser la douleur et faire disparaître ce monstre de ma hanche ! » La Péruvienne avait envoyé un hibou rapide à la Kirke pour lui demander de lui sauver la vie, d’apaiser son existence ou, au moins, de rendre sa mort plus douce !

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1089-balkiss-zia-kirke-come
Messages : 39
Date d'inscription : 29/07/2017
Célébrité : Mila Kunis
Crédits : Rose O'More

Age : Une petite trentaine
Sang : Basique 4
Statut : Célibataire
Métier : Guérisseuse
Baguette : 23,7cm, bois d'aubépine, crin de licorne, souple et facile à manier
Epouvantard : un puissant nuage d'orage
Dialogue : Bleu
Il est grand temps que ça déménage.
Re: Des maux et des mots
ce message a été posté Sam 16 Sep - 14:44
Le jour commençait à décliner, à travers les carreaux du cabinet, et Balkiss avait beaucoup trop de retard. Sur la bureau d’arrière boutique s’étaient entassés au fil des dernières semaines des tas et des tas de papiers administratifs auxquels la guérisseuse ne comprenait fichtrement rien. La journée avait été faite de nombreux patients à soulager, de dizaines de potions et Préparations Magiques Magistrales. D’ailleurs, l’une de ces dernières avait plutôt mal tournée en début d’après midi. Quelques gouttes s’étaient déversées sur le bras nu de Balkiss, laissant la peau d’un bleu crépusculaire étonnant, mais également une forte odeur de lait caillé. Ah, pour le coup, c’était raté. Depuis, Balkiss avait le coeur au bord des lèvres à force de sentir les effluves de son bras. Elle avait congédié Anastaz il y avait une heure de cela, le pauvre était tout blanc.

Balkiss contempla d’un air anéanti, les mains sur les mains, la pile de paperasse à remplir. Elle soupira. Puis la sonnette retenti, le champ du phénix envahi la pièce de sa douce musique. Balkiss ne consultait plus à cette heure-ci, mais elle savait bien qui pointait le bout de son nez si tard. La douce Kiara l’avait contacté le matin même au sujet de douleurs intenses à la hanche, une mauvaise chute apparemment. Outre l’envie de vouloir soulager son amie, Balkiss était contente de voir un visage familier après une journée aussi pourrie. Elle passa alors côté boutique et vit Kiara, une mine contracté et une main frottant doucement sa hanche.

« Hé, jamilati (جميلتي), quelle tête affreuse ! »

« Salut ! Pitié pitié pitié… Dis-moi que tu as de quoi apaiser la douleur et faire disparaître ce monstre de ma hanche ! » 

La voix était cassée, ça avait l’air de faire réellement très mal. Balkiss souleva précautionneusement le tee-shirt de Kiara et apparu alors un énorme bleu, qui n’avait de bleu que le nom puisqu’il était en réalité vert-jaune-bizarre. Sacré hématome en effet. Rien que l’effleurement de la contusion semblait provoquer de terribles spasmes de douleur chez Kiara.

« Eh bien ma petite mère, tu t’es vraiment pas loupée. Essaye de regarder un peu plus où tu marches, ça pourrait t’éviter quelques misères !, la charia Balkiss., en attendant, j’ai quelques petits trucs pour toi. »

Elle avait préparé plus tôt dans l’après midi une infusion spéciale à base d’harpagophytum, une plante qu’elle affectionnait particulièrement pour ses propriétés anti-douleur et anti-inflammation. À cela elle avait ajouté cristaux de pierre de lune et autres graines de pavot. En espérant qu’Anastaz n’ait pas fait le con -ou le comique selon lui- et rajouté des ingrédients de type euphorisant dedans. Balkiss ajouta un petit coup d’enchantement à la préparation et la tendit à Kiara :

« Commence par t’asseoir, et bois moi ça jamilati. »
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Commerces