AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un sorcier vaudou avec le frère aîné de Calypso Layibadé, Kayin Layibadé Twisted Evil
Des scénarios en folie
Viens refaire le portrait aux sorciers avec la grande sœur de Salazar Sabordage, Madison Phillips
Des scénarios en folie
Prouve que t'en as autant dans la cervelle que dans le portefeuille avec le petit frère d'Armel Zabini, Alix Lancaster Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Family portrait ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Seul sur Mars
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t931-kiara-callaghan http://filetdudiable.forumactif.org/t928-kiara-callaghan http://filetdudiable.forumactif.org/t930-kiara-callaghan
Messages : 475
Date d'inscription : 20/05/2017
Célébrité : Mélanie Bernier
Crédits : Moony

Double compte : Arsenia Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Basique de rang 3
Statut : Célibataire
Métier : Employée à la commission d'examen des créatures dangereuses
Baguette : Bois d'aubépine, plume de harpie féroce, 29.5 cm, souple.
Epouvantard : Un serpent de feu : ça brûle, ça mord, ça étouffe...
Dialogue : seagreen

fille d'Eireann Callaghan, célèbre fugitive décédée – l'espagnol est sa langue maternelle mais elle parle anglais avec un accent mi-irlandais, mi-britannique – a une cicatrice derrière l'oreille droite – elle a horreur de la bièraubeurre – partage sa vie avec Maca, une chouette hulotte achetée lors de son arrivée en Avalon – la dépression qui l'étreint depuis son arrivée en Avalon a modifié son caractère et la rend bien trop sombre pour son bien – s'occupe de l'épineux dossier Agapanthe Kirke au Ministère – a usé de ses charmes pour découvrir plus d'informations sur l'enlèvement de sa cousine – douée en sorcellerie élémentale, spécialité de son clan natal, avec une maîtrise particulière des sortilèges liés à l'air
Family portrait
ce message a été posté Jeu 21 Sep - 21:35
25 Juin 2046

Les yeux rivés vers sa tante, la jeune Péruvienne attendait que la grande Jane Callaghan se défasse de son interlocuteur pour pouvoir s’entretenir avec elle. Elle avait passé une mauvaise nuit, à tourner dans son lit sans réussir à trouver un sommeil salvateur, se réveillant entre deux cauchemars. Elle n’oubliait pas les corps qui avait jonché la place, les sorts qui avaient fusé, les cris. Ce qu’elle avait vécu était pourtant ce qu’elle était venue chercher ici mais… Kiara n’avait pas eu conscience de la gravité de la situation mais surtout des conséquences avant la veille. Elle n’avait pas eu conscience de ce que son implication au sein de l’Ordre du Phénix allait la faire vivre.

« Kiara. » La toute frêle Phénix se dirigea vers sa tante et la suivit vers un coin plus tranquille. Jane posa sa main ferme mais douce à la fois sur son bras. « Comment tu vas ? » Bonne question à laquelle elle n’avait pas de réponse, ou alors trop d’un coup. « Bien, je n’avais rien de bien grave et j’ai été bien prise en charge. Puis je connais une personne de confiance qui peut me fournir des soins discrets. » Balkiss Kirke, rencontrée par l’intermédiaire de Cecilia : une Phénix pour être sûre de ne pas faire de gaffe. « Lizzie ? Nero ? Scarlett ? J’veux dire, eux, ils ont accumulé plus de bricoles que moi et… - Ils vont bien, ne t’en fais pas. Tout le monde va bien. » Sauf que Kiara voyait bien dans les yeux de sa tante que tout le monde n’allait pas bien. Mais cela concernait des gens qu’elle ne connaissait pas, et si elle était souvent du genre à mettre les pieds dans le plats, elle savait aussi faire preuve de retenue quand il le fallait, elle ne demanderait pas plus de détails. Les pertes avaient sûrement été nombreuses. Et puis, de toute façon, ce n’était pas le nombre qui rendait les choses graves : chaque perte était douloureuse. Heureusement, pour cette fois, Kiara était épargnée par cette douleur grâce à son ignorance.

Elle posa sa main sur celle de sa tante et la serra. Non pas par compassion, comme elle l’aurait voulu, mais comme une enfant qui cherche à se rassurer. « Je ne m’attendais pas à ça. Papa avait essayé de me prévenir mais je crois que je ne voulais pas entendre ce qu’il me disait. J’ai juste ce besoin viscéral, qui me prend là… » La main posée sur son ventre pour montrer que c’était ses tripes qui faisaient qu’elle était là. Que c’était au cœur de ses entrailles qu’elle avait senti ce besoin. «Personne n’est jamais préparé à tout ça. Ta mère et moi, c’était pareil quand on avait ton âge : on a foncé tête baissée, pour mes parents, pour notre grand-père, pour les autres. Et on a compris trop tard dans quoi on s’était lancées. - Mais vous avez continué. » Le regard de Jane se fit plus dur. « Rien ne t’oblige à continuer Kiara. Nous étions libres à l’époque, les espoirs de liberté étaient plus grands, la vie plus douce. Tu n’es pas une fugitive et tu n’as pas besoin de le devenir. - Je ne peux pas reculer Tante Jane, pas maintenant. Mais je ne regrette rien. Si c’était à refaire, je ferais juste en sorte d’être mieux préparée. - On n’est jamais assez préparé pour tout ça. » Kiara s’en doutait. Mais elle se serait entrainée, elle aurait appris plus de choses, elle aurait cherché à se gorger plus encore des savoirs de son village natal pour aider au mieux sa famille.

Sa famille justement. La Péruvienne n’osait pas demander à sa tante quand elle aurait le droit de dire à ses cousins qui elle était vraiment. Kiara se languissait de ce potentiel futur où ils pourraient, tous les trois, se battre ensemble, rire ensemble et finir de grandir ensemble. « Tu crois qu’on pourra leur dire bientôt ? - Lizzie et Nero ? » Kiara hocha doucement la tête. « Je pense qu’on pourra leur annoncer d’ici quelques jours que la fille de leur Tante Eire est là. » Jane souriait. Et toutes les gifles que la vie lui avait mises apparaissaient dans ses rides mais la rendaient plus belle encore.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 622
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Family portrait
ce message a été posté Lun 13 Nov - 12:03
À peine soigné, Nero avait dû quitter la planque. C’était sans doute ça le pire dans son infiltration. Ce n’était pas les mensonges permanents dans lesquels ils se coulaient. Pas non plus l’accent australien qu’il fallait sans cesse emprunter au risque d’en oublier comment parler à nouveau normalement. Ni même de pas avoir le droit de porter son nom. Non, le pire c’était de partir après la bataille. Une fois les blessures apparentes soignées, dissimulées, il fallait abandonner amis et famille, se couler dans un autre monde et faire comme si de rien n’était. Oublier que Lizzie était au plus mal, oublier les blessures de sa mère, oublier ces paroles de Kiara qui trottaient pourtant sans cesse dans sa tête. Il avait fallu sourire, s’inventer une histoire plausible, continuer à vivre la vie sans problème de Nero Turnbull.

Dans la peau du basique de rang 4, il avait repris le travail, racontant qui voulait bien l’entendre son expérience du désastre de la place de l’Ascension. Peu éloignée de la réalité, sa version des faits ne parlait ni de phénix, ni de cagoule. Nero grossissait naturellement chaque événement, donnant un côté fantasque à son récit, et n’hésitait pas se fendre de remarques grandiloquentes tel que : «   C’est la folie chez vous. Si j’avais su ça je serais resté en Australie.  » ou encore quelques «  Non mais les gars vous auriez dû voir ces statues, j’ai cru que j’allais me pisser dessus. Je suis à deux doigts de demander mon rapatriement. » Au fond ça allait bien avec l’extravagance joyeuse de Nero,  et personne n’allait chercher plus loin. Comme bien d’autres il était allé sur la place de l’Ascension pour voir, et comme bien d’autres il s’était retrouvé coincé dans un bain de sang. Il en parlait avec tant d’aisance et de décontraction, que son implication d’une quelque façon que ce soit n’effleura l’esprit de personne. Alors Nero avait travaillé, sans n’inquiété rien ni personne. Il avait porté ses caisses sans grimacer, accroché sur les hauteurs du chapiteau diverses guirlandes lumineuses, préparés quelques artifices incandescents, comme si de rien n’était. Comme s’il ne crevait pas à l’intérieur de rien savoir des siens, comme si les paroles de Kiara ne lui revenaient pas sans cesse en mémoire.

«  mes retrouvailles avec ma famille  » avait-elle hurlé à l’ennemi, ça et quelque chose à propos des Callaghan. Des paroles sibyllines qui ouvraient la porte à un millier de questions, toutes plus dérangeantes les unes que les autres. La rencontre d’une potentielle nouvelle Callagahn aurait dû le réjouir, mais le mystère qui l’entourait rendait toute hypothèse amère. Il se sentait floué et comptait bien obtenir une réponse, mais pour ça il fallait attendre l’occasion de s’éclipser.

La journée lui sembla interminable et pas seulement parce que les douleurs de la veille se rappelaient à lui. Même d’entrapercevoir l’éclat incandescent de la chevelure du cygne pâle ne parvint pas à le tranquilliser, ou alors tout juste un peu. Lorsqu’il eut fini ses tâches, il prit le temps de discuter avec ses collègues, de manger un peu, échanger quelques blagues. Disparaître trop vite après le travail aurait attiré l’attention, alors il avait pris son temps, attendu la bonne occasion avant de lâcher : « Bon allez, je file en ville. J’ai rencard avec une fille rencontrée hier.  
- Hier ? Pendant l’attaque ?
Pour toute réponse l’Australien se fendit d’un large sourire qui trompa toute l’assemblée.
- Tu ne perds vraiment jamais le nord, Turnbull.
Jamais. » Sur un clin d’œil et quelques rires graveleux, il s’éclipsa. Mais ce n’était pas une demoiselle en détresse qu’il comptait retrouver, pas plus qu’une sorcière qu’il voulait tringler pour tromper son ennui. Celle qu’il comptait retrouver c’était Lizzie O’Meara et la simple idée de lui administrer autre chose qu’un baiser sur la joue lui filait la nausée. Après son transplanage dans le camp phénix, il retrouva facilement sa tente, et y entra sans se soucier de ce qu’il pouvait trouver à l’intérieur. Il sentit un t-shirt atterrir sur sa tête, avant de faire le lien avec ce qu’il avait entraperçu, à savoir Lizzie et Sam faisant la bête à deux dos. Visiblement, Nero n’était pas le seul à s’être maintenu occupé aujourd’hui.  « Bon bah, je vois que tu vas beaucoup mieux Lizzie. Salut Sam ! Je vais voir les mamans, quand tu auras cinq minutes à accorder à ton petit frère chéri que tu ne vois presque plus jamais on pourra peut-être se parler. » Comité culpabilisation en action. Sur ce il avait tourné les talons, pour retrouver Jane en grande discussion avec… Kiara. Il sentit le malaise qu’il avait éprouvé toute la journée monter d’un cran, nourrie par un agacement tout neuf. Nero franchit la distance en quelques grandes enjambées, et les salua tout d’eux d’un signe de la tête. « Bon. Est-ce qu’on pourrait évacuer l’éruptif dans le placard ?  » Pieds dans le plat. Du Nero en sommes, les paroles sibyllines pouvaient aller se faire voir chez Mervyn Kark.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Panic Room
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t419-lizzie-o-meara-like-a-hurricane http://filetdudiable.forumactif.org/t481-lizzie-o-meara
Messages : 729
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Shelley Hennig
Crédits : Tag ¤ com

Double compte : Scylla N. Kark & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-sept ans
Sang : Basique #3
Statut : Liée à la vie à la mort à un nounours yankee (Sam Jones futur Callaghan)
Métier : Fugitive assignée à résidence depuis qu'elle a été récupérée par les Phénix
Baguette : Bois de cornouiller, ongle de troll, 24,7 cm, rigide. Même qu'elle a un petit nom : « Poppy ».
Epouvantard : Le noir. Total et absolu.
Dialogue : [color=#339999]

Fille de Jane Callaghan - Atteinte d'une forme légère de dyslexie, écrite mais aussi orale sous le coup d'une forte émotion - Adore tout ce qui fait BOUM - A la gueulante facile et jure comme un charretier - Fugitive rodée - Du fait de son héritage sorcier péruvien, possède une affinité particulière avec le feu - A désigné Vivienne McKay comme sa Némésis jusqu'à ce que la mort les sépare - Capturée par la «pute à Mangemorts» sus-citée lors de la mission de la Tour des Médias (event final 1), elle a coulé quelques mois obscurs dans divers cachots Mangemorts jusqu'en février 2047 (event 5), soit lorsque les rebelles sont venus la récupérer - Atteinte d'un syndrome de stress post-traumatique, elle reprend, lentement mais sûrement, ses esprits bien abîmés.
Re: Family portrait
ce message a été posté Lun 13 Nov - 13:26
La longue nuit avait, finalement, largement empiété sur la journée. De toute façon, pour quelle obscure raison nos amants tout neufs auraient-ils dû sortir de cette tente ? La bataille était terminée, les blessures pansées et s'il était bien un jour où ils avaient le droit de lambiner sous les draps, c'était celui-ci ! Enfin, « lambiner » n'était peut-être pas le terme le plus approprié à ce qu'ils étaient en train de faire quand le pan de la tente se souleva pour révéler la silhouette sans gêne de son petit frère adoré. « MAIS FRAPPE AVANT D'ENTRER ! » avait braillé la douce O'Meara, pétant certainement le tympan de Jones au-dessus d'elle, alors que le premier vêtement à portée de main volait jusqu'à la tronche grognonne de Nero. «  Bon bah, je vois que tu vas beaucoup mieux Lizzie. Salut Sam ! Je vais voir les mamans, quand tu auras cinq minutes à accorder à ton petit frère chéri que tu ne vois presque plus jamais on pourra peut-être se parler. » Soupir. Yeux au ciel. Bébé Nero était de retour à la maison. « 'Faut qu'j'y aille ... » Dure vie que celle de devoir échapper à cette enveloppante chaleur pour affronter l'air libre et la mauvaise humeur visible de son petit frère préféré - le seul, mais quand même.

La Phénix avait enfilé les premières fringues qu'elle avait trouvé. Pas celles de la veille, évidemment, au regard de l'état dans lequel elles se trouvaient - merci Avalon et surtout, merci Sam. Partagée entre un état d'esprit frôlant l'intense béatitude et une pointe d'inquiétude lui lacérant les entrailles, elle débarqua sous le soleil déclinant de juin, non sans croiser la moustache d'Obbie par-dessus son sourire goguenard. « La nuit a été bonne, monkey ? » « Nianianiania. » Tellement infantile. Tellement Callaghan. Son père était parti dans un grand éclat de rire, avant de lui asséner un énorme câlin dont il avait le secret. « Pouah ! Tu sens le Yankee à plein nez ! » « Sois pas jaloux, comme ça, ça te va pas au cigare. T'as vu Maman ? » Et le Belge lui avait indiqué la direction prise par Jane. Mais pas que.

Cheveux en bataille, tee-shirt de travers et joues encore rougies, elle ne tarda pas à tomber sur le trio formé par la leader de l'Ordre, Kiara et Nero. Il y avait comme un malaise dans la façon dont les deux Callaghan se dévisageaient et celle dont Kiara baissait légèrement le nez. « Ben ? Il se passe quoi ? » Incrédule, elle les regardait tour à tour, sans comprendre. Contrairement à Nero, elle n'avait pas entendu la fameuse révélation chargée de sens de Kiara - certainement était-ce le moment où elle était allée faire un bisou au buffet de chocolat. Elle voyait toujours la Phénix comme quelqu'un de particulièrement adorable, dont elle souhaitait se faire une amie. Rien de plus. Jane lâcha un soupir. « Et bien, puisque vous êtes tous les deux ici, je pense qu'il est inutile de repousser davantage. Nero, Lizzie, Kiara est une Callaghan elle aussi. La fille de votre tante Eire. » « Hein ? » L'interjection favorite de Lizzie. Elle battit des cils, encore plus perdue. Tante Eire n'avait jamais eu d'enfants. Sinon, ils le sauraient depuis le temps, n'est-ce pas ? Non ? Si ? « Il n'était pas prévu qu'elle nous rejoigne si tôt et surtout pas en de telles ... Circonstances. J'attendais seulement le moment propice pour vous présenter. » « Donc, t'es notre cousine, c'est ça ? » Lizzie s'était détournée de sa mère pour fixer Kiara, l’œil un peu bovin, bien que brillant. « C'EST TROP GÉNIAL ! » Ni une ni deux, elle avait sauté sur le poil de la péruvienne pour l'étouffer entre ses bras malingres. Euphorique. Ils avaient une cousine.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

We are Callacrew.

   By COM
Seul sur Mars
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t931-kiara-callaghan http://filetdudiable.forumactif.org/t928-kiara-callaghan http://filetdudiable.forumactif.org/t930-kiara-callaghan
Messages : 475
Date d'inscription : 20/05/2017
Célébrité : Mélanie Bernier
Crédits : Moony

Double compte : Arsenia Sabordage

Age : 24 ans
Sang : Basique de rang 3
Statut : Célibataire
Métier : Employée à la commission d'examen des créatures dangereuses
Baguette : Bois d'aubépine, plume de harpie féroce, 29.5 cm, souple.
Epouvantard : Un serpent de feu : ça brûle, ça mord, ça étouffe...
Dialogue : seagreen

fille d'Eireann Callaghan, célèbre fugitive décédée – l'espagnol est sa langue maternelle mais elle parle anglais avec un accent mi-irlandais, mi-britannique – a une cicatrice derrière l'oreille droite – elle a horreur de la bièraubeurre – partage sa vie avec Maca, une chouette hulotte achetée lors de son arrivée en Avalon – la dépression qui l'étreint depuis son arrivée en Avalon a modifié son caractère et la rend bien trop sombre pour son bien – s'occupe de l'épineux dossier Agapanthe Kirke au Ministère – a usé de ses charmes pour découvrir plus d'informations sur l'enlèvement de sa cousine – douée en sorcellerie élémentale, spécialité de son clan natal, avec une maîtrise particulière des sortilèges liés à l'air
Re: Family portrait
ce message a été posté Ven 17 Nov - 16:19
L’arrivée de Nero avait complètement coupé le sifflet à Kiara, qui avait d’un regard fait comprendre à sa tante qu’elle la laissait gérer cette… situation. Elle avait crevé d’envie de lui sauter dessus en lui disant « j’suis ta cousine j’suis ta cousine » mais s’était retenue, sans grande difficulté grâce à une peur profonde de ne pas être acceptée. Le peu qu’elle avait capté du caractère de Nero lui faisait redouter un rejet. Pas quelque chose de méchant mais plutôt lié au silence durant ces longues dernières années… Puis Lizzie était arrivée à son tour, et l’annonce fatidique était tombée.

Kiara se laissa envelopper toute entière dans l’étreinte de Lizzie, une étreinte qui chassa son angoisse et lui fit comprendre d’un seul coup qu’elle se trouvait là où elle avait toujours voulu être. Dans cette chaleur que lui transmettait sa cousine, elle se sentait soulagée. La petite boule au creux de son ventre se dénouait peu à peu. Elle réussit à balbutier tout doucement : « Je… je suis tellement contente… je… » Elle se sentait bien. Bien bien même. Malgré une pointe de stress encore présente. « Pense à la laisser respirer un peu. » Le sourire de Tante Jane réconforta Kiara plus encore. Elle avait enfin retrouvé sa famille pour de bon, cette famille dont elle avait été tenue éloignée bien trop longtemps.

Quand Lizzie lui permit enfin de retrouver un peu d’air, Kiara les observa tous les trois en souriant, elle aussi. Elle se sentait heureuse malgré les événements de la veille. « Si vous saviez combien de temps j’ai attendu ce moment ! J’ai tellement entendu parler de vous, de vos vies, je voulais tellement vous rencontrer, c’est tellement… » Tellement qu’elle en oubliait de respirer. Le mot tellement revenait trop vite, sans qu’elle ne reprenne son souffle. Kiara redevenait ce qu’elle avait toujours été : une gamine bavarde, passionnée et qui lâchait enfin ce trop-plein de retenue.

« Ma mère me parlait de vous quand j’étais petite, avant de… Elle me racontait ses histoires, sa vie quand elle était avec vous, avec Tante Jane, Tante Scrat. » Elle lui avait aussi promis d’un jour l’emmener avec elle, ou encore de les faire venir eux à Mara. Et tout ça ne s’était jamais réalisé parce qu’elle était morte, parce que le projet filet du diable avait tout anéanti. « Je sais bien que vous n’avez jamais entendu parler de moi mais… c’est pas grave parce que je vous connais déjà et j’suis sûre que ça compte aussi ! Et… et… » Kiara regarda Lizzie et se frappa le front. « J’suis bête ! Comment tu vas ? Pas de grosses séquelles d’hier ? Parce que j’ai eu peur quand je t’ai vue… Avant de partir t’étais… Et toi Nero ? Et… » Jane posa sa main sur l’épaule de Kiara. « Doucement Kiara, vous avez le temps. Et pas de doute : ce côté-là te vient d’Eire. » La jeune Péruvienne se calma et prit le compliment pour ce qu’il était : un superbe cadeau qui signifiait qu’elle était bien l’une des leurs.

Son père avait passé des années à lui dire qu’elle était comme sa mère, souvent. Mais ses souvenirs s’estompaient tant avec le temps qu’elle n’était pas sûre de la véracité de son affirmation. Pourtant, sa tante lui disait la même chose et elle y croyait. Cette mère disparue qu’elle admirait depuis tant d’années… C’était un réel compliment pour elle. Même si d’autres diraient que ce n’était pas forcément une bonne chose de ressembler à Eireann Callaghan puisqu’elle avait péri pour ses convictions, ses choix et son côté tête-brûlée.

Elle avait encore tant de questions à poser, tant de choses à raconter, tant de mystères à éclaircir… Et le fait qu’il faudrait sûrement du temps pour qu’ils puissent nouer une réelle relation tous les trois ne lui effleurait même pas l’esprit : elle oubliait que ça faisait des années qu’elle attendait ça alors que Nero et Lizzie n’apprenaient son existence que maintenant, au lendemain d’une tragédie, au milieu d’une guerre naissante. Les difficultés resserraient les liens mais quid de ceux qui étaient à construire ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Contenu sponsorisé
Re: Family portrait
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs