AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ ♪ Juste an other witch ♫ ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1141-anastaz-hunter-trust-m
Messages : 58
Date d'inscription : 29/08/2017
Célébrité : Evan Peters
Crédits : Lord Ena

Double compte : Eoin Mckay/Wilfric Mulciber

Age : 20 ans
Sang : Officiellement Pur, en vrai sang-mêlé.
Statut : Coeur d'Artichaud
Métier : Serial-Stagiaire
Epouvantard : D'immondes Fantômes ricanants
Dialogue : #ffcc66

♪ Juste an other witch ♫
ce message a été posté Dim 24 Sep - 0:05
Just an other witch



"♪♫ Morniiing is just a little bitch, when she's juuuust an other witch. Tudouum toumm.
Instead of fliting her eyes again and agaaain, she prefers kicking you in the raaaain. Tudouuum touuuuuuum!
Can you smell her parfum in this way? But that's not your day.
She decided to make of you a ghost, against being your hoooost.♪

Cooooome on baby, put this wand aside and take mine, I promise you to be sweet.
Cooooooooome on baby, leave this spell, my jets are better for you.♫♫"


C'était en fredonnant que j'avais finit par errer à Avalon, tournant au feeling sans trop savoir où aller, suivant vaguement quelques panneaux indicateurs avant d'opter pour le hasard complet, dans la direction qui semblait la plus dépaysante sans plus prêter un regard aux quelques informations égrainées sur mon chemin. Autant se créer soi-même la surprise non? Il fallait savoir vivre de plaisirs simples quand on avait pas mieux sous la baguette.

Délaissant ainsi les rues marchandes bondées du centre ville - tout seul ce n'était vraiment pas le pied, je m'ennuyais franchement - pour m'éloigner petit à petit du brouhaha ambiant que créait forcément ce genre d'activités.

Zoltán faisait franchement chier à devoir bosser ! Découvrir certains recoins, titiller des malheureux en chemin ou même juste glander sans lui n'était pas très drôle. Sans parler du fait que si j'avais le malheur de faire un truc trop fun sans lui, j'allais en entendre parler pendant trois plombes au moins. Et je ne savais pas ce qui serait le plus fort: mon amusement à le provoquer avec mes journées palpitantes ou ses ralages intempestifs qui suivraient forcément? En même temps le monde ne tournait pas autour de lui, il aurait beau faire tous les efforts possibles à ce sujet, ça n'y changerait rien.

Et en attendant, moi, je m'ennuyais.

"Dis Papa, tu crois qu'il travaille la-bas lui aussi?"

"Chut..On ne montre pas du doigt."


La voix d'une gamine. Une bonne crécelle des familles qui croisa mon regard alors que je relevais la tête dans sa direction. Son doigt était peut-être baissé, mais ses gros yeux de hibou me fixaient encore. Bon, fallait pas être trop con pour savoir que c'est de moi qu'elle parlait cette naine. Et comme P'pa nous a apprit à ne jamais négliger les personnes qui nous mettaient en avant... Je lui rendit son regard. Sans un mot. Fixe et dérangeant, avec un énorme sourire carnassier volontairement effrayant. Bon, ça fonctionnait mieux lorsque j'avais ma tenue à clous pleine de skulls et l'ombre malsaine de certaines rues, mais il faut croire que ma coloration aux mèches noires et ma salopette-panda avec mon superbe neoud pap' suffirent pour ambiancer le tout. La gosse couina et se colla aux jambes de son père, sans parvenir à me quitter des yeux pendant de longues secondes. Paternel qui était bien trop occupé à lui dire de marcher correctement pour se pencher sur ce qui avait bien pu l'effrayer. Je ne la lâchais pas du regard. Elle cacha le sien dans le pantalon de son père.

Ah les mômes, tant de potentiel, tant de naïveté.

Tant de préjugés aussi.

Zoltán en aurait profité pour se marrer une nouvelle fois et critiquer ma tenue. Heureusement, je ne me fringuais pas pour lui.

Haussant les épaules pour moi-même, j'en profitais pour jeter un oeil aux alentours. Ca faisait un moment que j'empruntais ce chemin qui sortait un peu du lot des pavés de la ville. Ca semblait plus sauvage dans le coin avec de la verdure qui poussait en dehors d'un simple parc bien enfermé ou d'un joli pot de fleurs. J'aimais la ville, clairement, mais là au moins, ça changeait. Combien de temps avais-je marché? Aucune idée. Suffisamment en tout cas pour n'avoir aucune fucking idea d'où j'étais.

Quoi que.

La-bas au loin, c'était pas des sortes de morceaux de chapiteaux?

"Shit.."

Fallait pas être trop con pour deviner qu'il s'agissait plus que probablement du Chiméria malgré la distance. Et bon, le panneau un peu plus loin ne laissait en plus pas trop de doute à quiconque avait des yeux et des capacités de lecture. J'avais pas trop de doutes quoi.

Remarcher de suite le chemin du retour ne me disait pas trop, je l'avais assez vu pour l'instant. Et transplaner bahhh...Non plus. En fait j'avais autant envie d'y aller que pas du tout. Mais pour le coup, mon buta de frangin m'allumerait vraiment si j'y allais sans lui et je ne pouvais lui donner tort pour une fois. Ce serait pareil avec les rôles inversés...

Mais en même temps...

Oh puis shit, coupons la poire en deux, que je n'ai pas fait tout ce chemin pour rien. Il devait bien y avoir des coins sympas dans les environs sans pour autant devoir pointer chez les Selwyn, non? Et je dirais à l'autre crétin que j'avais juste pris l’initiative d'inspecter les environs.

Tout tombe à point à qui farfouille bien et s'en donne les moyens. Moins de vingt minutes plus tard, j'avais trouvé le coin parfait! Assez éloigné de la route du Chiméria pour ne pas se taper de curieux ou autres errants clandestins, pas juste à côté de la troupe du cirque non plus, un vrai p'tit paradis!

Du vert, des arbres, du soleil et une rivière plutôt agréable qui serpentait et glougloutait tranquillement au milieu. Un petit coup de baguette m'informa de l'absence de bestioles reloues. Par-fait.

Sans hésiter, j'approchais d'un des arbres aux branches épaisses et y grimpais d'un rapide transplanage, pour y trouver le creux idéal. Ainsi calé et tranquille, je pouvais fermer les yeux, profiter du calme, de la solitude et de ma musique. Jamais sans mes écouteurs!

**

"Lófasz!* C'est quoi ce..."

Bon. J'avais du m'endormir. Du moins somnoler un peu. Parce que Dieu m'en soit témoin, aucune horreur du genre de celle qui m'était apparue n'était présente quelques instants avant. Minutes avant?

La suite se passa beeeaaaaucoup plus vite. Un peu trop rapidement à mon goût même. Puisque la surprise de me faire réveiller par une sorte de mocheté féline croisée avec d'autres abominations innommables n'aurait fait plaisir à personne. Et moi, encore moins. En moins de temps pour le crier, je dégringolais du végétal sans douceur et faisais un énorme câlin au sol. Du genre foudroyant.

"Holly shit, ça pique quand même. Et qu'est-ce que c'était ce... Heing?"

Me relevant en grimaçant, plutôt content de me retrouver entier et pas trop cabossé, mon regard venait de tomber sur une silhouette juste à côté. Une nana. Muette. Enfin qui bougeait sa jolie petite bouche mais dont aucun son ne sortait.

D'un geste de l'index, je lui intimais de se calmer, enrobant le tout d'un doux sourire et glissais mes mains sous ma capuche pour en retirer les ventouses de velours magiques qui diffusaient encore mon album.

"Mieux comme ça. Et donc, tu disais?"

Un grand sourire sur le visage qui aurait pu démentir ma proche dégringolade si elle n'en avait pas été témoin, je me demandais bien ce que cette nana fichait là. Le monstre était à elle? Il était saaaacrément plus moche qu'elle en tout cas. Heureusement à vrai dire...

---------------------------
Buta -- Crétin
Lófasz! -- Expression hongroise utilisée communément et équivalente au "bullshit" anglais. Qui pourrait se traduire par "Horse dick"
Morbiniteuse
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1227
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Kim ♥ ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Mariée à Saïmen Lagides
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un destin tragique lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠️ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, dont la relation fusionnelle qu'ils entretiennent est menacée par tous les changements ayant eu lieu depuis un an ♠️ Se retrouve de moins en moins dans l'idéologie Mangemort, malgré tous ses efforts et la Marque des Ténèbres serpentant dans son dos ♠️ Bien qu'elle soit tout ce qu'il y a de plus mariée, avec l'un des partis les plus prisés du monde magique, elle a eu la stupidité de tomber amoureuse d'un autre. Sang-mêlé et fils du clan Callaghan. ♠️ En tant que Mangemort, elle ne cache pas son allégeance à sa tante, Calliope Kark. Mais vraiment parce qu'il lui a fallu choisir.
Re: ♪ Juste an other witch ♫
ce message a été posté Sam 11 Nov - 0:28
Just an other witch
Anastaz & Scylla

Si le Chimeria recelait pléthore de qualités toutes plus indéniables les unes que les autres, il en était une qu'on ne lui trouverait jamais. En effet, « ambiance propice au calme » ne rentrait pas dans la charte circassienne, perpétuellement effervescente, fière de son tintamarre tantôt horrifique, tantôt burlesque. Il n'y avait guère que la nuit bien avancée pour réfréner les ardeurs de notre troupe et quand bien même, vous y trouveriez généralement un feu de camp, un musicien esseulé ou une Dresseuse zélée pour rompre le silence. Or, la Dresseuse en question en avait terriblement besoin, de ce silence. Aucune autre activité, si intéressante - beaucoup plus intéressante - soit-elle ne pouvait se marier convenablement avec celle sur laquelle elle devait sérieusement se pencher. A savoir, les préparatifs de l'union de notre Kark avec Saïmen Lagides.

Un peu plus d'un an de fiançailles et enfin, le grand jour se profilait à l'horizon fébrile de la bonne société sang-pur. Les rumeurs commençaient à courir : allons donc, qu'est-ce qui prend autant de temps ?, les négociations sur la dot sont arrivées à terme, dit-on, alors qu'est-ce qui les retient ?, croyez-vous que cela ait un rapport avec [...]. Et insérez n'importe quel baliverne sur une partie de jambes en l'air extra-conjugales, la santé d'un proche, un polichinelle dans le tiroir ou ce qu'il vous plaira. Calliope Kark fronçait du nez derrière sa tasse de porcelaine, soufflant sur son thé chaud comme si elle voulait balayer les ragots des bonimenteuses. Scylla avait senti l'étau se resserrer, jusqu'à ce qu'une date soit arrêtée, officiellement, à l'un de ces repas endimanchés auquel elle était habituée. Elle avait accueilli la nouvelle sans broncher, muscles de la mâchoire crispés derrière son sourire cruche habituel. Les mois passaient, Nero s'était invité et la comédie devenait de plus en plus difficile à jouer. Mais elle tenait bon. Tout comme, elle s'en faisait un devoir, elle étudierait chaque parchemin classé par ordre alphabétique, couleurs et références, de la même manière qu'elle préparait ses représentations. Soit, avec une minutie et une nécessité de perfection bien ancrée.

« Lys de Vienne et roses de printemps ... » marmonna-t-elle à voix basse, le menton posé sur sa main, son coude s'enfonçant dans la chair de sa cuisse nue. Etrangement penchée, les jambes allongées, son maintien n'avait rien d'un porte de reine. A dire vrai, elle était totalement relâchée, ses lèvres n'offrant aucune esquisse de sourire. Là où elle se trouvait, à savoir à mille lieues des regards importuns, elle n'avait pas besoin de s'emprunter et le vent balayant ses mèches appelait à l'indélicatesse. Sybelle avait tourné au moment autour d'elle, gobé un pauvre mulot qui passait par là, avant de se désintéresser de sa maîtresse pour se consacrer à ses acrobaties habituelles. L'hybride mi félin mi reptile, d'une laideur aussi indiscutable pour le commun des mortels qu'elle était invisible aux yeux de la jeune femme, aimait l'accompagner dans la tranquillité de cette forêt non loin du Chimeria. Toutefois suffisamment éloignée pour qu'on ne l'y trouve que si on l'y cherchait. « Verreries milanaises pour les centres de table ... » continuait-elle de sa rengaine lassante. Elle en aurait piqué du nez. Elle n'en était pas loin d'ailleurs. Jusqu'à ce qu'un crack aussi violent qu'inattendu ne la fasse sursauter violemment. Sa main chercha sa baguette, maigre réflexe né de ses missions désastreuses, loin d'être bien prompt mais suffisant pour être souligné chez quelqu'un qui n'avait rien d'une combattante moins d'un an plus tôt. « Qui ... Que ... » Un panda miniature venait de s'écraser devant elle. Un panda avec un noeud papillon, des boucles blondes et ... Disons qu'on avait vu moins apprêté, comme animal. Et la Dresseuse connaissait son affaire. « Par le Lord ! » Le garçon lui souriait, peu perturbé par sa chute vertigineuse. « Mais qu'est-ce que ... » Et le malotru lui fit signe de se taire ! Une pointe d'agacement lui piqua la gorge, cependant, elle s'exécuta. Visiblement, il ne l'entendait pas.

« Qu'est-ce que tu fais ici ... » put-elle enfin continuer, maintenant qu'il avait retiré quelque chose de ses oreilles tout à fait humaines. « ... Anastaz ?! » Ses yeux formaient deux soucoupes comiques, créées par la surprise. L'un des fils Hunter. Ici. Elle n'avait rien vu, rien entendu. Même Sybelle, redescendue de son arbre en crachotant pour atterrir sur les épaules redressées de sa maîtresse où elle planta ses griffes venimeuses, ne parvint pas à l'arracher à cette vision détonante dans son paysage. La créature feulait, courroucée. Autant dire que le jeune homme semblait en avoir dérangé plus d'une, ce jour-là.

Made by Neon Demon & gif Wifflegif

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
 :: Royaume-Uni :: Avalon