AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2877
Date d'inscription : 04/09/2016
Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Lun 23 Oct - 20:56

Ultima Cave


Sainte-Mangouste, zone de retraite des Mangemorts

ϟ Avalon faisant face à une pénurie de magie et Pré-au-Lard étant trop loin, vous avez la chance d'être accueillis à Sainte-Mangouste par des médicomages expérimentés mais sang-de-bourbes à basiques de faibles rangs. Vous y trouverez aussi des médicomages sang-purs et basiques 4 qui auront aussi fait le voyage en transplanant mais ils sont moindres. Enjoy

ϟ La conclusion de l'event est laissée libre de choix selon les envies de chacun. Vous pouvez y poster autant de fois que vous le désirez comme ne pas y poster du tout. C'est vous qui voyez ! Un PNJ de conclusion sera posté en cours de semaine prochaine afin de clore le chapitre, donc pensez quand même à repasser par ici pour vous tenir au courant des conséquences de cet event.

ϟ Les mangemorts n'ayant pas participé à l'event peuvent également poster.

ϟ La rumeur que trois mangemorts d’importance auraient trépassé se répand dans tout l'Hôpital : Thanatos Selwyn, Elena et Mervyn Kark seraient morts. Harmakhis Lagides est aussi introuvable. Pire, des terroristes ont été vus embarquant Wilfric Mulciber. Des rumeurs sur les morts de Jane Callaghan et Oliver Durham circulent aussi. Par ailleurs, il se chuchote que la fille de Jane Callaghan, Lizzie, aurait été capturée par Vivienne McKay.

L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 28/08/2017
Célébrité : Suraj Sharma
Crédits : Moi :P

Double compte : Altair Kirke, Mathilda Lovewell & May Laronce

Age : 21 ans
Sang : Sang-Pur bien sûr !
Statut : Libre comme l'air
Métier : Travaille dans la boutique Hunter
Baguette : Bois de sycomore, aile de fée
Epouvantard : Une silhouette sombre cagoulée avec une bouche rouge carmin qui s'approche pour aspirer son âme façon détraqueur
Dialogue : #ffcb00
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Mar 24 Oct - 16:52
Honnêtement, je me fous de savoir qui va me soigner, pourvu que ce soit une personne capable d'endiguer ce que cette pouilleuse m'a refilé. Morbinite, infection contagieuse, maladie pestilentielle.... je m'attends à tout avec eux ! Mais la basique trois qui m'a pris en charge ne comprends pas.

« Qu'est-ce qu'elle vous a fait exactement ? »
redemande-t-elle d'une voix gênée.

« A kurva életbe ! * Est-ce que me donner une simple potion antiseptique dépasse vos compétences de médicomage ratée ?! » je demande d'un ton débordant de cynisme, avec un large sourire forcé. Mauvais. Je ne vais quand-même pas lui avouer qu'une terroriste - peut-être même une moldue ! - m'a embras.... non. En fait je préfère ne pas y repenser. Je risquerai de vomir. « Considérez qu'elle a craché sur ma plaie. Ai-je besoin de vous rappeler quelles maladies traînent ces croups galeux ? »

Pendant une demi-seconde la médicomage m'adresse un étrange regard, comme si elle était dévorée par l'envie de me planter là. Mais évidemment, elle ne peut pas. Parce que je suis un sang-pur héroïque qui revient du combat et elle juste une basique sans importance qui n'a qu'une seule utilité : nous guérir. Elle finit donc par baisser les yeux pour aller chercher une petite fiole contenant un liquide argenté. J'avale la potion aseptisante d'un seul trait puis laisse la sorcière extraire les deux projectiles moldus logés dans mon bras droit. Mon esprit oriente alors mes pensées vers les discussions animées qui ont lieu tout autour pour fuir la douleur.
A quelques pas de là, une voix masculine confirme le décès de Thanatos Selwyn. Plus aucun espoir pour lui visiblement...  Un peu plus loin, on évoque la mort de Mervyn et Elena Kark. J'ai du mal à y croire.... Je ne nierai pas que les terroristes ont frappé fort ce soir - plus fort que ce que je n'aurais jamais pu imaginer - mais de là à tuer Mervyn Kark.... impossible. A moins que le prêtre fou et le ministre ne se soient entre-tués ? Merde. Si c'est bien ça, ça va être le bordel. Et maman va devenir folle. J'éprouve tout à coup le besoin inavouable de retrouver ma famille ; Anastáz, maman... et même papa. Avoir ne serait-ce que l'un d'entre eux à mes côtés aiderait beaucoup. Eh merde, j'ai les yeux qui s’humidifient. Fait chier.

J'avale péniblement ma salive mais rien ne saurait empêcher l'émotion de prendre le dessus sur la fatigue, le choc et la douleur. Il faut que je rentre. Dès que Miss Médicomage-de-seconde-classe aura finit de refermer les deux plaies. Heureusement que les cicatrices sont connues pour accroître le capital séduction....


___________________________________

* Littéralement La vie chienne, peut être traduit par un " Putain ! "


Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Confiance, Complicité, Connerie.
Unis par les trois C
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 475
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Mar 24 Oct - 18:07
Courir.
Courir comme elle n’a jamais couru, courir comme si elle volait, courir comme s’il n’y avait pas de lendemain.
Parce que si elle ne court pas, il n’y en aura pas.

Les instructions et conseils sont criés de tous les côtés – certains veulent transplaner dans leur maison, certains parlent de Pré-au-Lard, mais les mots les plus criés parlent de Sainte-Mangouste. Sainte-Mangouste. Elle n’y a jamais été ! Même pas bébé, elle qui est née à Pré-au-Lard ! C’est pour la lie, pour les moldus, pour les sangs-de-bourbe. « Qui transplane à Londres ?!, », qu’elle crie, et un homme de haute taille se retourne en l’entendant – lui répond d’un Moi qu’elle n’entend même pas, couvert par la pluie et le bruit des débris. Elle le lit sur ses lèvres. Ça suffit.
Courir plus vite, jusqu’à attraper son bras.
Courir plus vite et se cramponner à lui, alors qu’il transplane jusqu’à Londres.
Courir plus vite et voir MagiCorp s’écraser sur la Tour des Médias, dans un fracas épouvantable qui casse ses oreilles.

Le Mangemort et elle s’effondrent au sol. Plancher froid, imbroglio confus de membres, gémissements de douleur. Il se relève le premier et tente de l’aider à faire de même, mais elle préfère rester au sol et repousse doucement sa main secourable. Elle lui balbutie un « Merci, merci, merci » confus et n’entend pas sa réponse. Les tympans encore vibrant de la chute de MagiCorp. Des coups de feu. La tête subitement tellement embrumée qu’elle en a mal au cœur. « Ne me touchez pas ! » résonne sa voix, subitement aigue, cassante, alors qu’un Médicomage s’approche d’elle. Son regard noir et sauvage fait reculer l’homme, qui se détourne pour aller voir ailleurs si d’autres voudraient bien de son aide. Sally sait qu’elle devra accepter, à un moment ou à un autre, qu’ils l’aident – tout comme elle accepte que Savannah tresse ses cheveux, ou que Madelynn cuisine sa nourriture, elles qui sont moldues et n’ont même pas la grâce de la magie. Sorciers de sang moindre, sorciers au sang embourbé par leurs parents, sorciers qui forment les plus basses couches de leur société. Sorciers nécessaires pour le bon fonctionnement de cette société. Sorciers pour lesquels elle se bat, en même temps qu’elle le fait pour elle-même. Ses proches. Sa vie.

Salomé trottine sur ses genoux jusqu’à se blottir dans un coin de la salle d’urgences, appuyée contre une chaise, contre un mur, les yeux fermés sur les Mangemorts qui vont et viennent, apparaissent et disparaissent au rythme de CRAC ! et autres POP ! de transplanage. Merveilleuse magie. Si précieuse, si fragile, magie. Chaque inspiration est douloureuse – mal du mur, mal des coups, mal de ses chutes. Bouquets d’ecchymoses qui fleurissent ça et là sur sa gorge et sa poitrine, entre les rivières de sang lavées par la pluie. Elle ne veut pas d’aide. Pas encore.

Spoiler:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 373
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Mar 24 Oct - 21:19
Tituber comme on le pouvait, alors que nombreux étaient ceux qui pouvaient aller plus vite ! Elle avait perdu de vue Salomé et Scylla. Pitié faites qu’elles soient sauves et qu’elles aillent bien ! Et maman aussi ! Putain putain putain ! La pluie s’abattait sur son pauvre corps de sorcière, démunie sans magie. Ses larmes se mêlaient avec le déluge sans qu’elle ne puisse plus rien contrôler.

« SCYLLAAAAAH ! SALLYYYYYYYH ! LEXYYYYYYYH ! »

Elle hurlait en titubant, cherchant ses proches sans les voir. Avec toutes ses blessures et sa vitesse de botruc, Rowena se mit à penser que ça y était, s’en était fini, elle allait crever en même temps que Magicorp. Putain ! Personne ne répondait ! Et Varian était pas là ce crevard !

« SCYLLAAAAAH ! SALLYYYYYYYH ! LEXYYYYYYYH ! »

Toujours aucun signe des gens qu’elle cherchait. Sa vitesse diminuait, la fatigue devenait plus forte que la survie. Elle allait crever ici.

Quand soudain, elle sentit quelqu’un passer son bras autour d’elle pour l’aider (celui/celle qui veut !). Elle se déplaça plus vite grâce à cette aide mais restait un fardeau. Peut-être qu’elle n’allait pas mourir ce soir, ni dans ces débris. Elle se raccrochait à ce corps ami du plus fort possible. Les ordres fusaient mais elle n’entendait rien. La survie essayait enfin de percer la douleur et la fatigue corporelle.

Le sol défilait sans qu’elle ne cherche à se situer particulièrement. Enfin, elle sentit ce qui lui avait manqué depuis des heures ! La magie ! Oh putain ça faisait du bien dans tout ce bordel ! Elle eut à peine le temps de reprendre une respiration qu’elle transplanna.

La pluie ne coulait plus, elle gardait l’équilibre en s’appuyant sur son renfort. Elle fut très vitre prise en charge et il fallait l’avouer, elle se fichait bien de savoir de quel niveau de sang ils pouvaient être mais elle avait besoin de soins.

Ses yeux clairs cherchaient cependant encore ses amies et sa mère.

« Sally ! »

Premier soulagement de la soirée.

Résumay a écrit:
Zoltán est toujours persuadé qu'Abbey a essayé de lui refiler une maladie en l'embrassant. Il se fait soigner, chouine un peu et regrette de pas avoir son frère et papa/maman à proximité.

Salomé refuse que les Médicomages la touchent et reste recroquevillée dans son coin, comme un animal blessé à la respiration sifflante.

Rowena hurle à tord et à travers le nom de ses amies puis se fait aider par un Mangemort ami (celui/celle qui veut). Une fois transplannée, la jeune femme se donne aux médicomages et repère Salomé.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Roméo + Juliette
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t748-scylla-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t25-scylla-n-kark http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 1869
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : schyulers (ava) ¤ neondemon (signa)

Double compte : Lizzie O'Meara & Joaquim Cervera-Bernal & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Vingt-quatre ans
Sang : Sang-pur
Statut : En couple plus qu'officieux avec un certain Callaghan
Métier : Toute fraiche propriétaire du cirque sorcier « Le Chimeria Horror Show » où elle officie en tant qu'acrobate-funambule et Dresseuse de Fauves. Elle a hérité de l'entreprise à la mort de son oncle Thanatos, en novembre 2046
Baguette : Sa compagne depuis plus de douze ans a connu un sort funeste lors de la mission de la Tour des Médias. La nouvelle a été taillée dans du bois de châtaigner, porte en son coeur un poil d'Ayala doré, mesure 18,5 cm & est étonnamment rigide
Epouvantard : Nero recevant le baiser du Détraqueur
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠️ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir dont le nom de scène est le Cygne Pâle ♠️ A un frère jumeau, Hélios, avec qui elle entretient une relation fusionnelle ♠️ En théorie Mangemort avérée, elle porte la Marque des Ténèbres, laquelle serpente dans son dos. Pour autant, elle a choisi de renier son héritage en devenant membre de l'Ordre du Phénix en mars 2047. Elle est donc désormais une infiltrée chez les Mangemorts, traîtresse à son sang, à sa famille et à sa faction. ♠️ Mariée depuis septembre 2046 à l'héritier Lagides, elle est parvenue à ses fins en juin 2047 en faisant annuler l'union.
En ligne
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Mer 25 Oct - 20:59
L'impératrice du sacrifice, sainte Scylla et ... Sa plaie béante. Tâchée de boue de la tête aux pieds, les vêtements à peine reconnaissables tant ils tenaient davantage de la guenille. Dans l'espoir de sauver la mise à ses compagnons, elle avait répondu à l'ordre pressant du Phénix à la lame dentelée. Et il l'avait poignardé. Si sortir de la Tour n'avait rien eu d'un voyage de plaisance, au moins la douleur lui avait-elle été épargnée grâce à l'adrénaline. A peine avaient-ils retrouvé l'extérieur que son corps s'était affalé parmi le paysage apocalyptique, indifférente à la nouvelle bataille qu'ils trouvaient. Avec son sang, la conscience la quittait lentement mais sûrement.

Encore des bras pour la relever. Les même que déjà trop de fois ce soir. Entre les trombes de pluie, les éclairs qui tâchaient son regard et les hurlements autour d'eux, elle ne parvenait pas à saisir ce que Nero lui disait. Il lui paraissait seulement horriblement pâle sous son bandana. Et sans défenses. « Va-t-en. Va-t-en. » psalmodiait-elle bêtement, moins parce qu'elle voulait réellement le voir fuir que parce qu'il était absolument nécessaire qu'il le fasse. Disons qu'elle ne tenait pas particulièrement à mourir dans ses bras. Ou plutôt, qu'elle ne voulait pas avoir pour dernière vision d'agonie, le cadavre sans vie du garçon qu'elle avait la stupidité d'aimer. Malgré tout.

« Nini ... » A quel moment son cousin avait-il remplacé le Phénix ? Le tonnerre l'avait sorti de sa torpeur, ainsi que les chaos dus à la course effrénée du Kark. Le pauvre la traînait tel le boulet qu'elle était - plus que jamais. Elle tenta de faire appel à ses membres, en vain. De toute façon ... Crack. Ils s'écroulèrent quelque part, où il ne pleuvait pas, où l'air n'empestait pas le feu ni l'électricité statique. Plutôt l'antiseptique. Éclairs de magie seulement. La magie est revenue trouva-t-elle le moyen de remarquer avant que le noir ne l'emporte une pénultième fois.

Un sursaut. « On s'occupe de vous, tout va bien, Madame. Détendez-vous. » Les yeux fous, presque révulsés, elle trouva le moyen de se contorsionner. Deux bras puissants la retinrent. « Vous avez perdu beaucoup de sang. Ne bougez pas ! » Elle se débattait. Heureusement, elle n'avait plus de voix pour hurler, simplement pour s'inquiéter. « Ro ... wena ... Sa ... Sally ! » « Vous êtes sous le choc, Madame. On va vous donner quelque chose. Tout ira bien. » Le meilleur moyen pour la faire ruer davantage. Elle reconnut la silhouette de Nilhem au-dessus d'elle, le dernier recours avant le sortilège tranquillisant. « Où est-ce qu'il est ? Nini ? Où est-il ? » Mais qui ? Pas son cousin, puisqu'il était juste là. Hélios ? Thanatos ? Saïmen ? Quelqu'un d'autre ? Quelqu'un d'autre. Elle n'eut pas le temps d'éclairer la lanterne de qui que ce soit. D'un coup de baguette, le médicomage la renvoya dans son semi-coma, là où aucun cauchemar ne pourrait la violenter davantage.

Résumey a écrit:
Zoltán est toujours persuadé qu'Abbey a essayé de lui refiler une maladie en l'embrassant. Il se fait soigner, chouine un peu et regrette de pas avoir son frère et papa/maman à proximité.

Salomé refuse que les Médicomages la touchent et reste recroquevillée dans son coin, comme un animal blessé à la respiration sifflante.

Rowena hurle à tord et à travers le nom de ses amies puis se fait aider par un Mangemort ami (celui/celle qui veut). Une fois transplannée, la jeune femme se donne aux médicomages et repère Salomé.

Scylla, après avoir été ramenée à l'hôpital par son cousin, et sous le choc, donne du fil à retordre au médicomage qui s'occupe d'elle. Elle a perdu beaucoup de sang et se montre incohérente, puisqu'elle réclame quelqu'un, mais on ne sait pas qui. Et puis, elle retombe dans les vapes pour un bon moment - merci le sortilège tranquillisant.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. ©️ Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Le Procès
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t201-
Messages : 1202
Date d'inscription : 10/09/2016
Célébrité : Jenna Coleman
Crédits : kim + mémé pour le gif de l'année ♥

Double compte : James Windsor

Age : vingt-cinq ans
Sang : sang-pur
Statut : anciennement fiancée à Henry Avery, depuis peu fiancée à Armel Zabini
Métier : avocate au magenmagot
Baguette : 28cm, bois de noisetier, écaille de dragon, légèrement flexible & droite
Dialogue : #836096

fille unique de feu Donald Rowle et de Marion Vaisey, elle aurait dû être l'héritière de la famille Rowle - si les règles patriarcales avaient changé • son père meurt en 2030 alors qu'elle n'a que sept ans et demi, Marion passe un accord avec la branche secondaire des Rowle : elle et Olivia renoncent à l'héritage familial et au nom de famille mais partent avec tout, y compris la renommée de la famille et reprennent la tête de l'héritage Vaisey • Mangemort depuis leur reformation en septembre 2045, la Marque déposée sur sa cheville gauche, elle sait aujourd'hui qu'elle fera tout pour éliminer les terroristes, surtout à ceux cherchant à faire du mal à ses proches • a grandi dans une famille où concilier les règles de la bonne jeune Sang-Pure et avoir de l'ambition a toujours été possible et personne ne lui fera abandonner sa carrière d'avocate au profit d'une vie de femme au foyer • a hérité de la fortune (restante) des Rowle suite à la disparition du dernier d'entre eux mi janvier 2047, faisant d'elle la seule réelle Rowle restante, même si elle n'en porte pas le patronyme.

(on a dit qu'on pouvait craner, non ? -->)

Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Ven 27 Oct - 17:43
Courir, sans trop savoir comment je pouvais encore rester debout. Courir en faisant fi de la douleur, aidée par Murphy. Courir pour enfin se mettre à l’abri loin des terroristes et des coups. Courir pour retrouver la magie et surtout, courir pour ne pas finir écraser comme une crêpe par le bâtiment de MagiCorp. « Merci… », dis-je faiblement dans notre course effrénée au O’Ryan qui venait de m’aider ainsi qu’à son acolyte – le mari d’Heather Blackburn, que je n’avais croisé qu’une rare poignée de fois dans un ascenseur du Ministère.
J’ai mal mais je sens la magie revenir. Enfin. Les cris parlent de transplaner à Londres. « Sainte Mangouste ? », je m’enquiers. Je n’ai même pas l’état d’esprit de m’offusquer d’aller loin de l’hôpital Morgane, de laisser des médicomages de rang inférieur s’occuper de moi. Je n’ai présentement pas le luxe de me plaindre, cherchant uniquement à ne plus avoir mal. Ces putains de Phénix, de terroristes, qui attaquent comme des lâches et se mettent à plusieurs sur une seule et même personne. La prochaine fois, je ne les oublierai pas. C’est sur cette pensée que nous transplanons à Londres. Cette ville que je ne connaissais que via des histoires, des souvenirs, des livres. Grand-père Arthur et Oncle Theodore avaient souvent fait référence à Sainte Mangouste et à la Clinique de Pré-au-Lard pour les comparer à l’Hôpital Morgane. Ou raconter des anecdotes concernant mon grand-père.

Crac ! Je rencontre douloureusement le sol de Sainte Mangouste et lâche un bref cri de douleur incontrôlé. Les larmes me montent mais ne coulent pas. J’entends vaguement des voix dire qu’il faut s’occuper de moi. Ou que l’on va s’occuper de moi, je ne sais pas. Je veux simplement ne plus avoir mal et me reposer. Mes yeux se ferment tout seuls.
Une lumière aveuglante me fait cligner des yeux, quelques minutes plus tard. Je suis assise sur un des lits de la pièce. Mes côtes ne me font plus autant souffrir et j’ai l’impression de retrouver une respiration normale. « Buvez ça, ça réparera vos côtes cassées. » J’accepte la potion qu’il me met dans la main sans commentaire du médicomage basique – il ne faisait que son travail et j’allais mieux, je me fiche de son sang en cet instant. Je tourne la tête à la recherche de visages familiers. Où sont ma famille et mes proches, par Rowena ? Les gens autour de moi parlent mais aucune voix ne m’est familière. Faites qu’ils vont bien. Une phrase me fait cependant tiquer. « Wilfric Mulciber a été capturé ? » Ma voix trahit une certaine panique. Le Mulciber était pourtant arrivé sans souci en bas de la tour en compagnie d’Armel et j’aurais juré qu’ils étaient derrière nous. Et si Mulciber a été capturé, est-ce que… « Est-ce que vous savez où est Armel Zabini ? », demandé-je au médicomage basique alors que j’ignore sciemment la potion. « Calmez-vous, quelqu’un s’occupe de lui, maintenant buvez- » Le basique, s’il avait réussi à me rassurer à moitié – je ne serai rassurée complètement que lorsque je verrai Armel de mes propres yeux – fut cependant coupé par une voix familière lui disant sèchement qu’il prenait le relais. Sans se faire prier, le basique laisse place à Henry dans sa blouse de médicomage. « Dis-moi que tout le monde va bien et qu’Armel est ici et qu’il va bien aussi, s’il te plaît... », supplié-je, oubliant que cela faisait plusieurs semaines que nous n’avions pas eu une réelle conversation. Je me surpris même à lui prendre la main, tenant toujours aussi fermement la potion de mon autre main, me fichant complètement de ne ressembler à rien avec mes blessures et mon pyjama blanc à fleurs. Lui non plus, je ne veux pas le perdre. La douleur, bien qu'encore présente mais atténuée, laisse désormais une grande place à la culpabilité d’avoir laissé Wilfric Mulciber à la merci des Phénix et à la peur de ne pas voir mes proches…


Résumé a écrit:
Zoltán est toujours persuadé qu'Abbey a essayé de lui refiler une maladie en l'embrassant. Il se fait soigner, chouine un peu et regrette de pas avoir son frère et papa/maman à proximité.

Salomé refuse que les Médicomages la touchent et reste recroquevillée dans son coin, comme un animal blessé à la respiration sifflante.

Rowena hurle à tord et à travers le nom de ses amies puis se fait aider par un Mangemort ami (celui/celle qui veut). Une fois transplannée, la jeune femme se donne aux médicomages et repère Salomé.

Scylla, après avoir été ramenée à l'hôpital par son cousin, et sous le choc, donne du fil à retordre au médicomage qui s'occupe d'elle. Elle a perdu beaucoup de sang et se montre incohérente, puisqu'elle réclame quelqu'un, mais on ne sait pas qui. Et puis, elle retombe dans les vapes pour un bon moment - merci le sortilège tranquillisant.

Olivia est secourue par Murphy O'Ryan et transplane avec lui jusqu'à Sainte Mangouste avant d'être prise en charge par un médicomage basique. Elle retrouve ses esprits quelques minutes plus tard, entend les rumeurs et s'inquiète pour ses proches - et surtout pour Armel, qu'elle avait dû laisser avec Wilfric Mulciber - oubliant même de boire la potion pour ses côtes. Elle comptait faire le tour de la pièce lorsqu'Henry débarque pour prendre le relais du médicomage basique, alors qu'elle culpabilise désormais bien plus qu'elle n'a mal...

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
unaware of where i'm going, or if i'm going anywhere at all, but i know i'll take the leap if it is worth the fall. so long as the blood keeps flowing, i'll set a sail and swim across. i'm not looking to be found, just want to feel unlost. (c) okinnel.
Invité
Invité
avatar
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Mer 1 Nov - 16:54
La soirée avait si bien commencé. Rien ne prédisait ce qui allait se passer par la suite et pourtant c'était arrivé. Générant par la même occasion un certain nombre de dégâts.
Kali avait beau se moquer éperdument des règles, elle savait qu'il y en avait certaines dont elle ne pouvait se défaire, il en allait de son devoir. En l’occurrence celui de mangemort et il était de même pour Ajay. C'était donc à contre-coeur qu'elle l'avait laissé filer quoi que « filer » n'était sans doute pas le terme idéal quant à la situation actuelle.

Nul doute que la belle indienne aurait préféré -et de loin- accompagner son amant de cœur mais il lui avait rapidement fait comprendre que ce n'était pas possible. Kalinda avait une autre mission à remplir : celle de mère. Ces derniers temps les choses bougeaient, finalement l'appel de ce soir n'était pas si surprenant que cela. Surtout depuis le dernier attentat à Avalon, attentat auquel la sorcière avait assisté, il était désormais évident que l'avenir était plus qu'incertain pour eux autres sorciers. Sitôt qu'Ajay fut parti, Kali s'empressa d'aller chercher la petite dernière pour la mettre à l’abri.

Aalia avait le sommeil léger, il suffisait d'un murmure pour la tirer hors des bras de Morphée.
« - Maji ? » souffla t-elle d'une voix ensommeillée en se redressant dans son lit.

«- Mera khajaana... »
La tigresse déposa un doux baiser sur le front de sa fille cadette avant de la prendre ma la main et la faire sortir de son lit. Lève toi, on doit y aller mais tu vas pouvoir te rendormir vite d'accord ? »

La petite opina sans émettre la moindre résistance. Elle ne posa aucune question, sans doute était-elle trop fatiguée sur le moment. Aalia en dépit de son jeune âge était très maligne et très intelligente, elle s'intéressait beaucoup au monde qui l'entourait et posait sans cesse des questions ce qui amusait beaucoup ses parents. Kalinda pris sa fille par la main et fit un rapide tour des lieux pour vérifier que la maison était vide. Chandra et Heden n'étaient toujours pas là, la sorcière n'avait aucun moyen de voir où est-ce qu'ils se trouvaient, elle ne pouvait qu'espérer qu'ils allaient bien. Son cœur battait à un rythme effréné, chose peu habituel tout du moins dans ce contexte ci. Pourtant, elle n'avait guère le temps de se poser plus de questions, le temps pressait. Plus vite Aalia serait en sécurité et plus vite Kali pourrait retrouver Ajay.

**

Après avoir transplanté jusqu'à leur domaine dans petit comté de Kent, Kalinda était resté un petit moment avec sa cadette, jusqu'à ce que cette dernière s'endorme. Juste avant de repartir, elle avait  pris soin de lancer un charme solide de protection sur la demeure familiale. Les autres tigreaux étaient à Poudlard, ce qui signifiait qu'ils étaient en sécurité,à priori. Ce n'était pas l'école qui était visé mais Avalon, centre de la puissance magique, la sorcière n'avait pas à s'inquiéter de ce côté là, après tout il n'y avait pas endroit plus sécurité que Poudlard, c'est ce que tout le monde répétait autour d'elle. En revanche toujours aucune nouvelles de ses aînés. Kali n'était pas croyante pour un sous mais force est de constater que ce soir elle ne pouvait s'empêcher de prier intérieurement pour qu'Heden, Chandra ainsi qu'Ajay se portent bien, avec un peu de chance ils auraient rejoint a demeure familiale peut-être bien qu'elle les trouveraient à saint mangouste où elle était censé se rendre maintenant. Ils n'auraient certes rien à faire ici mais c'était des enfants Shafiq et même s'ils n'en portaient pas le nom, il en avait le sang et Kalinda était bien placé pour savoir qu'un Shafiq pouvait être ô combien imprévisible. Il lui fallut peu de temps pour se rendre à l’hôpital magique.

Une fois sur les lieux elle reconnaît quelques visages familiers. Des connaissances de Ajay pour la plupart, essentiellement des sangs purs. Il y en a d'autres en revanche qui ne lui dise absolument rien comme ce garçon au teint cuivré en train de s'énerver contre la médicomage censée le soigner. Kali n'y prête guère d'attention, ce n'est pas lui qu'elle est venu chercher ici. Les battements de son cœur qu'elle avait réussi à calmer, s'accélèrent à nouveau lorsqu'elle vient à entendre que plusieurs mangemorts ont perdu la vie. Elle reste un moment interdite, craignant que la voix masculine en vienne à annoncer le décès de son compagnon de toujours. Des cris de douleur se font entendre, certains semblent à l'agonie. Les médecins magiques ne savent plus où donner de la tête pourtant cela n'empêche pas Kalinda d'en attraper un afin de lui tirer des informations.

« - Ajay Shafiq est-il là ? Blessé ? »

Le médicomage tente de se dérober mais la prise de la brune est féroce et elle ne semble pas prête à le lâcher, pas tant qu'il ne lui aura pas fournit les informations qu'elle souhaite.

« - Madame... Nous avons beaucoup de sorciers à gérer et ... Kali ne lui laissa pas l'occasion de finir sa phrase et le coupa à nouveau. Ajay Shafiq, Chandra et Heden Khan. Vérifiez sur vos listes ! Vous devez bien consigner le nom de vos patients quelque part ! »

Lorsqu'il s'agissait des siens, la jeune femme agissait telle une tigresse et pouvait se montrer redoutable. En l’occurrence elle n'était pas prête de lâcher ce pauvre sorcier tant qu'il ne lui aurait pas donné ce qu'elle souhaitait avoir. Le médicomage avait rapidement compris quant à lui en observant le regard de la sorcière qu'elle ne plaisantait pas.

« - Écoutez je ... » Mais à cet instant précis Kalinda ne l'écoutait plus. Elle venait d’apercevoir Ajay quelques mètres plus loin. Il avait beau être blessé à la tête, elle pouvait reconnaître sans mal son visage, ce petit air malicieux qui trônait sur ses lèvres et cela en toutes situations. Aussitôt elle lâcha  le médicomage et se précipita vers l'homme qui partageait sa vie.

«- Mera Pyar...** »

* Mon Trésor
** Mon amour

Résumé a écrit:
Zoltán est toujours persuadé qu'Abbey a essayé de lui refiler une maladie en l'embrassant. Il se fait soigner, chouine un peu et regrette de pas avoir son frère et papa/maman à proximité.

Salomé refuse que les Médicomages la touchent et reste recroquevillée dans son coin, comme un animal blessé à la respiration sifflante.

Rowena hurle à tord et à travers le nom de ses amies puis se fait aider par un Mangemort ami (celui/celle qui veut). Une fois transplannée, la jeune femme se donne aux médicomages et repère Salomé.

Scylla, après avoir été ramenée à l'hôpital par son cousin, et sous le choc, donne du fil à retordre au médicomage qui s'occupe d'elle. Elle a perdu beaucoup de sang et se montre incohérente, puisqu'elle réclame quelqu'un, mais on ne sait pas qui. Et puis, elle retombe dans les vapes pour un bon moment - merci le sortilège tranquillisant.

Olivia est secourue par Murphy O'Ryan et transplane avec lui jusqu'à Sainte Mangouste avant d'être prise en charge par un médicomage basique. Elle retrouve ses esprits quelques minutes plus tard, entend les rumeurs et s'inquiète pour ses proches - et surtout pour Armel, qu'elle avait dû laisser avec Wilfric Mulciber - oubliant même de boire la potion pour ses côtes. Elle comptait faire le tour de la pièce lorsqu'Henry débarque pour prendre le relais du médicomage basique, alors qu'elle culpabilise désormais bien plus qu'elle n'a mal...

Kalinda vient d'arriver à Saint Mangouste après avoir mis sa fille cadette Aalia en sécurité dans le domaine privé des Shafiq. Dés son arrivée à l'hôpital elle s'est mise à chercher Ajay et ses deux aînés dont elle n'a aucune nouvelle. Elle a pris en otage un médicomage pour qu'il lui donne les informations nécessaires et ne l'a lâché que lorsqu'elle a aperçu Ajay.  
Imitation Game
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1214-nilhem-kark
Messages : 182
Date d'inscription : 27/08/2017
Célébrité : Pierre Niney
Crédits : Avengedinchains

Double compte : Hija Sabordage & Lux Salamander

Age : 22 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Célibataire, ses fiançailles sont reléguées au second plan pendant que les projecteurs sont braqués sur Mervyn Jr. Un état de fait qui lui va parfaitement.
Métier : Depuis la chute de Magicorp, on peut le trouver au Chimeria, où il aide Scylla.
Baguette : Bois de noyer, 18 cm, crin de licorne.
Dialogue : teal

Extrêmement maladroit, il est dépourvu de toute coordination. - Inventeur assez génial, son cerveau est toujours en ébullition. - Toujours vierge, ce grand timide est un romantique dans l'âme, dans ce monde où tout n'est pas rose et loin de là. - Depuis la Tour des Médias, il a pris conscience que son statut de privilégié le met face au mur dès qu'il est en difficulté. - Mais la perte du Manoir Kark l'a mis dans une colère noire. Contre les Mangemorts, principalement. - Vit maintenant chez sa cousine.
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Mer 1 Nov - 19:21
Cette impression lui collait à la peau. Celle qui lui susurrait qu’il ne s’en sortirait pas, que Scylla et lui allaient mourir là, devant la Tour des Médias, écrasés par Magicorp. Magicorp. Son cerveau enregistrait les informations mais il ne les traiterait que bien plus tard, quand toute cette folie serait retombée. Il lui fallait pour l’instant continuer à avancer, en mode guerrier, continuer d’éviter les gens. Il tentait de murmurer à sa cousine de ne pas s’inquiéter, que tout irait bien. Mais comment le faire alors qu’il n’y croyait pas lui-même ? Il n’avait jamais su mentir, Nilhem, ce qui était rare pour un Kark, vous me direz, mais qui ne l’en rendait que plus … plus démuni, dans ce genre de situations, surtout. Il continuait, sans s’arrêter jusqu’à ce que … il le sente. Calant Scylla contre son autre épaule, il tâtonna pour sortir sa baguette … et ils disparurent. Il rata monumentalement son atterrissage, tenta d’épargner une chute trop dure à sa cousine … en vain. Jurant, les larmes aux yeux, il serra les mâchoires en se relevant. De l’aide ! Quelqu’un ! Il ne chercha même pas à savoir comment, ils étaient en sécurité. Instinctivement, il avait transplané là où on pourrait la prendre en charge, rapidement. Et il n’aurait su dire si on l’avait reconnu, ou sa cousine, mais plusieurs personnes furent bientôt là. Dans le brouillard le plus total, il regarda deux personnes s’emparer de sa cousine. Ils savaient ce qu’ils faisaient, il était en sécurité et … Ro ... wena ... Sa ... Sally ! Vous êtes sous le choc, Madame. On va vous donner quelque chose. Tout ira bien. Scylla. Elle s’inquiétait.

Il fit un pas, pour s’approcher d’elle, pour qu’elle voie son visage, pour qu’elle se calme, pour qu’elle se laisse aider … Où est-ce qu'il est ? Nini ? Où est-il ? Je vais les trouver. Sa voix était rauque. Il la regarda sombrer dans l’inconscience. Trouver qui ? Il ne savait même pas. Elle avait parlé de Rowena. Et de Salomé. Il avait dit ce qu’elle voulait entendre. Pour la rassurer. Il voulait se concentrer sur elle. Ne plus avoir d’existence, pour l’instant, ne le dérangeait pas outre mesure. Plus tard. Plus tard peut-être. Il avait une mission, il avait un but. Monsieur … Il se dégagea d’un geste impérieux. Il avait encore sa baguette à la main et vit la Médicomage reculer. Il n’avait pas envie de parler. Il était conscient de ses blessures. Mais il était hors de question de se poser, de penser à lui, à ce qui s’était passé, à ce qui avait failli se passer. Il voulait … il ne voulait pas. Il devait. Il devait retrouver les amies de Scylla. Pour lui dire qu’elles allaient bien, quand elle se réveillerait. Parce qu’elle se réveillerait. Et que Rowena et Salomé étaient dans le même établissement qu’eux. Il n’y avait pas d’autre option. Il ne voulait pas réfléchir à une autre option. Le teint pâle, les phalanges blanches à force de serrer sa baguette, il s’avança … jusqu’à entendre une voix qu’il connaissait bien. Tournant la tête vers Rowena, il suivit son regard jusqu’à … Salomé… Il hocha brièvement la tête en direction des médicomages qui s’occupaient de Rowena, avant de s’approcher en douceur de la O’Ryan. Sans la toucher, il essaya de capter son regard : Salomé … faut pas rester là. Il ne reconnaissait pas sa propre voix. Il fallait qu’elle le regarde, pour qu’elle sache que c’était lui. Il posa une main hésitante sur son genou, continuant : Ca va … Il faut que tu les laisses … s’occuper de toi. Il saignait. Lui aussi. Mais ça n’avait pas d’importance pour l’instant. Se. Raccrocher. Aux autres. Ne. Pas. Réfléchir. Viens … s’il te plaît …


Résumé:
 
Starbuck
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1113-ajay-shafiq
Messages : 421
Date d'inscription : 22/08/2017
Célébrité : Pedro Pascal
Crédits : Willow

Double compte : Salazar Sabordage

Age : 45 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Marié mais pas exclusif.
Métier : Ancien duelliste reconverti en esclavagiste depuis 2042.
Baguette : Ébène et poil d'ayala doré.
Dialogue : #803636
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Ven 3 Nov - 12:50
Sainte Mangouste. Il exècre cet endroit. Les souvenirs qu'il fait remonter à la surface. Et la douleur. Cette douleur qui lui crève toujours aussi certainement le cœur vingt-trois ans plus tard. À chaque fois qu'il passe le seuil de cet hôpital de malheur. Ajay ne sait plus trop comment il a fini par arriver jusqu'ici. Il se souvient vaguement avoir attrapé Arsenia par le bras – ou est-ce elle ? – et s'être mis à courir le plus loin possible du chaos. De MagiCorp s'effondrant comme un château de cartes battu par le vent. Ils en sont ressortis vivants en tout cas. Quand il pose les yeux autour de lui, il comprend qu'il s'en sort à bon compte. Ses oreilles sont pleines des chagrins et des douleurs qui rebondissent contre les murs et, soudain, la tête lui tourne de trop d'agitation.

Tous ces vas-et-vient. Ces éclats de voix. Il voudrait pouvoir disparaître dans un endroit où régnerait un silence absolu. Où il pourrait s'entendre penser et réfléchir à ce qui vient de se passer. Mais c'est impossible. Le tigre abandonne alors Arsenia entre les mains d'un médicomage avant de se retirer dans un coin. Il trouve refuge sur une chaise et repose sa tête contre le mur derrière lui. Puis ferme les yeux. Enfin. Tente de faire le vide en lui tandis qu'il laisse les bribes des conversations alentours atteindre ses oreilles. Thanatos Selwyn est mort. On raconte que Mervyn Kark et Elena Kark seraient tombés eux aussi. Ajay a du mal à y croire. Il n'en a pas envie plutôt. Heureusement un médicomage vient à sa rencontre avant qu'il n'ait le temps de faire le point sur ce que cela impliquerait. Il lui fait boire une potion et le tigre sent aussitôt une douce chaleur se répandre à travers ses veines. Guérir ses blessures et emporter au loin la fatigue de son corps meurtri.

« Mera Pyar... »

Un sourire étire ses lèvres. Il a reconnu son odeur avant même d'entendre le son de sa voix. Parce qu'elle est Kalinda et qu'il est Ajay. Parce qu'elle saura toujours retrouver le chemin jusqu'à lui et qu'il sera toujours là pour la serrer entre ses bras quand elle le fait. Alors le tigre rouvre les yeux et son cœur se serre en croisant son regard inquiet. Ce visage qu'il adore de toute son âme et que ses larges mains viennent saisir avec amour.

« Je vais bien. Je t'assures. Tout va bien. Rassure-t-il en venant embrasser son front, ses yeux et n'importe quelle autre parcelle de peau qu'il trouve à sa portée. Je ne te laisserai jamais affronter ce monde seule. Je te le promets. »

Comme Mervyn Kark avait certainement du faire la même promesse à ses enfants ? Mais Ajay refuse d'écouter la petite voix qui vient de se glisser dans son crâne. Ce n'est pas pareil, se convainc-t-il. Et c'est une toute autre affaire qui le préoccupe alors qu'il interroge son amante sur la situation de leurs enfants. Aalia, Nagendra et Ayesha sont en sécurité. Seuls Chandra et Heden manquent à l'appel mais Ajay se refuse à imaginer le pire.

« Chandra a du être appelé par la Brigade. Mais c'est une battante. Elle sait se défendre je lui fais confiance. Elle reviendra saine et sauve. Quant à Heden... Le tige ne peut empêcher un claquement de langue agacé de taper contre son palet. Il doit sûrement dormir profondément entre les draps d'une de ses amies. Ne t'en fais par pour lui. »

Ils doivent le croire. Leurs enfants leur reviendront. Plus jamais ils n'auront à enterrer l'un des leurs.

« Kali... Le ministre est mort. »

Et l'aveu est comme une ombre qui se propage au-dessus de leur tête à tous.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

My heart knows no shame
So many times it happens too fast. You trade your passion for glory. Don't lose your grip on the dreams of the past. You must fight to keep them alive. And fight you will.

La Malédiction du Black Pearl
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t87-arsenia-sabordage http://filetdudiable.forumactif.org/t39-arsenia-sabordage http://filetdudiable.forumactif.org/t86-arsenia-sabordage
Messages : 1307
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Audrey Fleurot
Crédits : TAG

Double compte : Kiara Callaghan

Age : 34 ans
Sang : Basique 4
Statut : Veuve Rowle
Métier : PIRATE ! Chef du personnel de la Compagnie Sabordage.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, inflexible, 33 cm.
Epouvantard : Un Kelpy
Dialogue : goldenrod

► Possède quelques tatouages, visibles ou non au premier coup d'oeil.
► Son débit de boisson couche la plupart des sorciers qu'elle rencontre.
► Quand elle commence à soupirer, mieux vaut arrêter de lui prendre la tête.

Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Ven 3 Nov - 22:16
C’était clairement pas la joie. J’avais du mal à garder les yeux ouverts pendant qu’un médicomage… Ou plutôt un apprenti d’après ses gestes incertains essayait vainement de s’occuper de moi sans savoir par où commencer. « La douleur, triple buse… la douleur… » Ce fut tout ce que je réussis à murmurer. J’aurais préféré le lui cracher à la gueule pour qu’il se décide enfin à libérer mon corps de cette douleur qui me fustigeait de part en part. « Oh oui pardon pardon. » Quelques coups de baguette plus tard, je sentis une douce chaleur m’envahir, enfin…

Ajay Shafiq avait eu le bon goût de me ramener ici, à Londres. Il ne m’avait pas laissée au milieu des cadavres, sous la pluie. Il m’avait à moitié soutenue pour sortir du centre et transplaner jusqu’ici le brave garçon. Je savais que j’allais le récompenser comme il se devait en acceptant son invitation à dîner, enfin. Il avait été un chic type tout au long de cette horreur. Il s’était fait une belle place dans mon estime à bien des niveaux ce garçon.
Et puis il y avait le pauvre petit Hunter aussi… Est-ce qu’il s’en était sorti ? Bon, ce n’était pas indispensable parce que je lui étais redevable de toutes mes bourdes mais… He ! Je préférais qu’l s’en soit sorti tout de même, parce que mourir si jeune aurait été d’un triste… Même si j’avais une dette envers lui. Est-ce que cette foutue cause mangemort n’était pas en train de me rendre douce et mignonne ? Non, c’était sûrement l’effet du sortilège de l’autre ignare de médicomage.

Heureusement que Dag n’avait pas été de la partie. Malheureusement pour moi, mais heureusement pour lui. Je savais au moins qu’il était en sécurité au beau milieu de la mer des Caraïbes. Comme Père et Mère. Finalement, j’avais été la seule Sabordage sur le coup et c’était tant mieux. Oui, tant mieux. Même si j’en chiais grave, ils étaient saufs.

Et alors que je commençais à sombrer dans l’inconscience, la rumeur me parvint, sans que je n’arrive à savoir si c’était la réalité ou le fait de mon imagination. Mervyn Kark est mort. Elena Kark est morte. Thanatos Selwyn est mort. Le vieux Lagides manque à l’appel. Wilfric Mulciber aussi. Oh Bonne Mère ! Mervyn Kark, figure de toute ce qui faisait notre société avec sa femme… Le propriétaire du Chimeria, ce palais merveilleux de l’étrange et de la liberté visuelle… Le vieux Mulciber… Mulciber. Au fond, je savais que je l’appréciais ce petit vieux. Et j’avais du mal à me faire à l’idée qu’il se pouvait qu’il ne soit plus… Le monde partait en cacahuètes.

Mais je n’en avais plus rien à faire parce que je plongeai enfin dans un profond sommeil salvateur…


Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 475
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Ven 3 Nov - 22:50
Les voix de ses amies sont assourdies par tout ce qui cogne dans sa tête douloureuse, et Salomé a bien rapidement fait d’entourer celle-ci de ses mains, de se boucher les oreilles afin de ne plus rien entendre. Que les battements affolés de son coeur, battements désordonnés qui vont la rendre tout aussi folle que le reste. Tout ceci est un cauchemar, un immonde cauchemar. Un cauchemar que son chemisier déchiré et taché de sang, un cauchemar que le mal sourd qui irradie depuis chacun de ses membres, un cauchemar que tout ce qu’elle sait et qu’elle ne veut pas entendre. M. Lagides n’est pas revenu, elle le sait déjà. Thanatos est mort. Et les oreilles ainsi bouchées, elle ne sait pas pour Mervyn Kark, ne sait pas pour Elena Mulciber, ne sait pas pour Wilfric Mulciber. Elle sait seulement qu’elle a mal.

Devant ses yeux brièvement entrouverts, une silhouette aux cheveux sombres se dessine, et elle doit se concentrer pour que ses contours s’esquissent avec plus de justesse et de précision. Pour reconnaître le visage si particulier de Nilhem. Si rassurant, aussi. L’envie qui lui prend, brusque, est de se jeter dans ses bras, de l’embrasser à perdre haleine, de mille baisers qui n’ont rien de ceux chastres et prudes qu’ils ont échangé à l’adolescence. Comme si ainsi, elle pouvait revenir en arrière, à ce temps plus léger. Innocent. Salomé reste cela dit sans bouger, musèle cette impulsion. Elle voit ses lèvres bouger, mais ne l’entend pas, les mains toujours plaquées sur ses oreilles. Ses doigts s’écartent, la pression se relâche à peine. « … faut pas rester là. » Un hochement de tête, négatif. Elle peut très bien rester là. Qu’il ne la sous-estime pas. Une main sur son genou : sa chaleur lui fait presque mal. Elle est frigorifiée. Elle se rappelle Tintagel et la pluie battante, et elle se demande si c’est la même chose. Ou si elle a perdu tant de sang. Tout de même pas, non ? « Ça va… Il faut que tu les laisses… s’occuper de toi. Viens… s’il te plaît… Tu saignes », qu’elle répond, plus grognement que réelle réponse articulée, presque gutturale, crachée de ces poumons blessés, de cette gorge irritée d’avoir tant crié et hurlé. Il saigne tout autant qu’elle. Rowena. Scylla. Probablement déjà prises en charge, elle aussi, par ces… ces… Du coin de l’oeil, elle voit la brune Dolohov entourée de Médicomages. Encore debout. Impossible à mettre à terre, malgré tout. « Si tu y vas, j’y vais. » Si le petit-fils de Mervyn Kark accepte de se faire soigner par tous ces moindres sorciers, elle le veut bien. Si elles doivent toutes y passer.

Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
Invité
Invité
avatar
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Sam 4 Nov - 16:42
La soirée avait été plus mouvementé que je ne l’aurais prévu pour un jour de repos, et encore, j’avais bien conscience qu’elle n’était pas si mouvementée que cela pour moi, comparé à ce que d’autres personnes avaient du vivre. Mais disons qu’elle faisait peut-être que commencer pour moi. Au vu de l’était de Sainte Mangouste, elle ne faisait que commencer. J’avais senti le picotement, devenu habituel, de la marque sur mon avant-bras. J’avais tout de suite su que je devais me rendre à notre QG. Et une fois sur place, on m’avait informé de la situation. On n’avait pas eu besoin de m’en donner l’ordre pour que je parte directement en direction de l’hôpital où allait être rediriger nos blessés. Sainte Mangouste parce que la magie avait « disparu » de Avalon, même si je n’étais pas bien sur de comprendre réellement ce que cela voulait dire, et surtout ce que cela aurait comme conséquences. Arrivé sur place… La scène ne faisait réellement pas plaisir à voir. Elle faisait écho dans mon cerveau à l’état de la maison Kark, QG des Mangemorts, après Tintagel. Au détail près qu’aujourd’hui, l’une des premières choses que j’avais entendu parmi les sons de détresse des blessés étaient que les Kark seraient morts. Mon sang s’était glacé tout d’un coup. Il n’y avait rien, mais absolument rien, de rassurant à l’idée que Mervyn soit mort, ou même simplement disparu. Sauf que je n’avais pas le temps de resté planté là à rien faire alors que le flux d’arrivé de Mangemort blessé ne diminuait pas. J’attrapais la première blouse de médicomage que je trouvais en cherchant de qui m’occuper du regard. A Sainte Mangouste, nombre des médicomages n’étaient pas de sang pur. Et je doutais que mes collègues Mangemort apprécient de se faire soigner par un sang-de-bourbe, même si leur état ne leur laissait pas trop le choix. J’avais l’impression de ne voir que des visages connus parmi les blessés et mon ventre se serra. Je n’avais aucune idée d’où étaient mes parents et mes sœurs. J’inspirais un grand coup et je repérais une tête rousse que je pensais identifier comme celle de Scylla. Etait-ce elle ? Est-ce que Saïmen était avec elle ? Je n’eus pas le temps de me poser plus de questions que j’entendais une voix plus que familière. Mon cœur rata un battement et une légère panique m’envahit. Je me dirigeais automatiquement dans cette direction. Olivia. Mon palpitant rata un autre battement en la voyant comme cela, visiblement blessée, dans son pyjama à fleur. Même comme cela, elle était magnifique. Laissez, je prend le relais. Je vis le basique se retourner, coupé dans sa phrase par mon intervention d’une voix plus dure que je ne l’avais prévu. Mais hors de question qu’il mette ses sales pattes d’acromentule sur la douce Olivia. Je m’approchais d’elle, si inquiet que j’en oubliais de sourire quand elle me prit la main. Je la serrais doucement, observant ses blessures. Je décalais une mèche de cheveux qui tombait sur son visage. Je vais pas te mentir Olivia. Y a beaucoup de blessés. Mais je n’ai pas vu Armel, un de mes collègues doit être avec lui. Ca c’était un mensonge parce que je n’en savais rien. Mais il ne faisait pas partie des noms de disparus que j’avais entendu et on m’avait dit que les Mangemorts venaient tous se faire soigner ici. Armel devait en être aussi. Juste je ne l’avais pas croisé. Je regarde la potion dans son autre main. Bois la potion, s’il te plait. Et après dis-moi où tu as mal, que je m’occupe de toi d’accord ? J’irais prendre des nouvelles de Armel que quand je serais certain que tu vas bien.


Résumé:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2877
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Dim 5 Nov - 12:44
« La fin »
PNJ

Sainte Mangouste, quelques heures avant l'aube



Avec tous ces sang-purs dans les couloirs, Sainte Mangouste a des allures d’Hôtel de ville en plein gala. Mais la musique jouée n’a rien de festif, le tempo battu est celui de la peur, seules les baguettes dansent pour sauver quelques vies, les sourires ne sont que des rictus se baladant sur des figures usées.

Une rumeur se propage à chaque étage, remontant le long des couloirs jusqu’à gagner chaque chambre. Mervyn Kark est mort, Elena aussi. Personne n’a confirmé, mais les mines tristes de chaque représentant de la famille Kark s’hasardant dans les couloirs semblent être une confirmation. La crainte enveloppe chaque propos, alors que les visages fatigués se tirent encore un peu plus. On voudrait dormir, on ne le peut pas. Qui dirige ? Qui va les sauver ? Qui va faire de cette nuit d’effroi un vague cauchemar ? Pas de réponse, ou pire, parfois trop. Mervyn n’avait pas prévu de mourir encore une fois, alors qui va lui succéder ?

Il est cinq heures du matin quand Arutha et Calliope Kark font leur apparition dans le hall de Sainte Mangouste. Dans leurs bras fatigués deux linceuls, sur leurs visages un voile dont seul le deuil peut vous parer. Pas un mot n’est échangé, dans un sursaut de baguettes les cadavres lévitent, et les deux orphelins se confinent dans une pièce avec pour seuls témoins : Mervyn et Elena Kark, morts. Les mangemorts retiennent leur souffle, suspendus aux éclats de voix perçant à travers les cloisons.

La porte s’ouvre enfin deux heures plus tard sur le frère et la sœur. Une brûlante de détermination consume leurs regards endeuillés. L’aube point, chassant les offenses de la nuit. Il est temps de reconstruire.

HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2877
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté Dim 5 Nov - 12:45


Ministère de la Magie, Avalon, 31 octobre 2047, 20h15.

« Mervyn et Elena Kark ont été assassinés. »  Les mots terribles avaient enfin été lâchés. La confirmation comme un couperet douchait les espoirs timides que certains osaient encore avoir. Ce ne fut qu'en prononçant ces mots, que Calliope réalisa : son père était mort. Il y avait dans ces mots arrachés à sa gorge serrée plus de poids que la vision de ce cadavre inexpressif. Que cet état de fait s'impose à elle pour la seconde fois n'atténuait ni sa peine, ni ne rendait plus facile l'après. Mais la Kark n'était plus une jeune fille, n'avait plus le luxe de s'abandonner aux griefs et au chagrin, il fallait agir, perpétrer, punir. Il n'y avait eu pour la Calliope, comme Arutha ni répit, ni repos aujourd'hui. Le frère et la soeur avaient agi à l'unisson organisant secours, enquêtes, et campagne d'informations par hiboux. Ce soir dans le hall du ministère bondé, alors qu'un dispositif radiomagique bricolé à la va-vite retranscrivait leurs paroles, ils s'adressaient aux leurs : les mangemorts. Ensemble, ils avaient rappelé les heurts matériels, dénombré les pertes humaines, la capture catastrophique de Wilfric Mulciber, chef du département de la justice magique, et puis dans une gradation subtile de l'horreur, Calliope avait confirmé le pire. Il n'y avait plus de ministre, plus de directrice de Poudlard.
« Ces actes barbares perpétrées par les groupuscules terroristes de l'Ordre du Phénix et de la Nouvelle Inquisition ne resteront pas impunis, pas plus que nous les laisserons nous paralyser.   » Ce fut au tour d'Arutha de s'exprimer, l'aîné nerveux de la fratrie Kark semblait vibrer, agité par une fièvre assassine qui luisait dans son regard fatigué. « Nous ne céderons ni aux menaces, ni à la peur. Nous ne laisserons pas les traîtres nous désorganiser.  Pas plus que nous les laisserons nous diviser. » À ses mots, il empoigna la main de sa sœur et rivale. Calliope sentit ses os protester alors que son grand-frère lui broyait littéralement la main.  « Par conséquence, dans l'attente de la sélection d'un nouveau ministre de la magie, la gouvernance du pays sera assurée par un conseil ministériel composé de chaque chef de département. » Il n'y aurait pas d'élection demain, pas plus qu'il n'y avait eu de coup d'Etat aujourd'hui. Il avait fallu employer toute la diplomatie du monde pour faire entendre cet argument à un Arutha qui déjà se voyait déjà hériter du trône de son père. Mais l'héritier s'était heurté à une douloureuse désillusion à la lecture du testament de son père, aggravée par la défiance à son égard des mangemorts les plus illustres. Calliope nomma un par un chaque chef de département, présentant par la même au public le directeur suppléant du département de la justice Magique : Harmakhis Lagides. Ce dernier portait encore sur son corps et son visage les stigmates de la bataille, c'était pourtant d'une voix ferme et déterminée qu'il s'était exprimé au pupitre pour exposer les différentes actions punitives qui seraient mises en place par son département. S'en était suivi un bref discours du directeur du département des mystères revenant succinctement sur la disparition de la magie et sur l'état des recherches amorcées par sa section.

« Parce que la bataille contre le terrorisme, est une lutte qui ne peut plus se cantonner aux simples rouages de la politique, que c'est un combat déjà trop ancré dans nos quotidiens, nous Arutha et Calliope Kark, héritiers de la vision de notre père, annonçons que sous notre co-gouvernance le cercle des mangemorts a été reformé afin de lutter contre la menace terroriste. » Le secret concernant la refondation de la milice du seigneur des ténèbres venait d'être levé. Les mangemorts ne se terreraient plus, ils devenaient officiellement le bras armé du Ministère, le bouclier protecteur de la hiérarchie du sang.


Vivecime, forêt de Sherwood, Nottinghamshire, 2 novembre 2047, 18h33.

Jane respira l'air saturé d'humus qui l'entourait. Lentement mais sûrement, les effluves forestiers lavaient les relents métalliques du sang, l'odeur âcre de la poussière. Petit à petit, la Callaghan oubliait la Tour des Médias, son dernier combat, au profit du suivant. Un combat de mots pour faire oublier les maux. Elle s'avança sur l'estrade de fortune montée à la hâte pour son intervention, face à la petite foule qui s'était réunie. Ils attendaient tous. Depuis plus de deux jours, ils étaient dans une expectative oppressante, la tête criblée de questions auxquelles elle devait apporter des réponses. « Mes amis, je vous prie de m'excuser pour cette attente qui, je le sais, a été aussi longue que douloureuse. J'ai pris le parti de ne venir vers vous que lorsque j'aurais tous les éléments en main. »  Elle inspira, ses mèches balayées par le vent automnal. On l'avait convaincu que son crâne lisse n'était pas la meilleure image qu'elle pouvait offrir à ses amis de l'Ordre. Qu'il n'inspirerait pas davantage les Inquisiteurs. Un petit sortilège avait ramené ses cheveux à une taille et une forme acceptables. « Ce que je peux donc vous confirmer aujourd'hui, c'est que nous avons remporté la bataille de la Tour des Médias. Nous avons mis le fief de la propagande, de même que MagiCorp, hors service. » Nulle clameur, ou du moins fut-elle ténue. Ce n'était pas ça qui les inquiétait. Enfin si, bien sûr, savoir qu'ils avaient mené à bien la mission confiée était, en un sens, source de joie ... Mais il y avait autre chose. Bien d'autres choses qu'ils voulaient savoir. « Néanmoins, cette victoire a eu un coût. De nombreuses pertes parmi nos amis et alliés sont à déplorer. Oliver Durham se trouve actuellement dans un état catatonique qu'aucun de nos soins n'est encore parvenu à inverser, malgré nos efforts conjugués. Enfin, nous comptons également la capture de Lizzie par les Mangemorts. » Elle ne cilla pas. Pourtant, chacun savait que cette dernière nouvelle la touchait de plus près que quiconque. Sauf qu'aujourd'hui, Jane n'était pas la mère de Lizzie O'Meara. Elle était leur chef. « Naturellement, certaines de ces terribles conséquences ne sont pas à imputer aux seuls risques d'une bataille ... La coupure de magie intervenue durant la mission a été un incident plus que regrettable qu'il nous faut nommer. » Murmures et silences. Par cette phrase, la Callaghan venait d'officialiser l'action non concertée de la Nouvelle Inquisition. De les accuser. Son regard se fit plus dur. « Aujourd'hui plus que jamais, mes amis, il nous faut nous soutenir et nous entraider car nous ne sommes qu'à l'aube de la guerre. Rien ne doit être considéré comme acquis. La mort de Mervyn Kark ne doit pas nous faire espérer que ses partisans se rendront. C'est pourquoi, afin de préserver notre cohésion et en l'absence de Monsieur Durham, j'invite chaque membre de la Nouvelle Inquisition à préserver ses liens avec les Phénix. Car je suis certaine que chacun ici-présent ne souhaite qu'une chose : libérer le monde du joug Mangemort. Eradiquer toute trace d'oppression. Notre but commun, n'est-ce pas ? » Ses prunelles tombèrent sur celles, incandescentes, de l'héritière Windsor. Née dans les lumières d'une cour désormais meurtrie, Charlotte avait su lire entre les lignes. Et elle était furieuse. Pourtant, autour d'elle, ce furent des assentiments qui retentirent. Elle faillit intervenir, mais son oncle l'en dissuada. Elle lorgna sur sa gauche. L'imposante silhouette d'Obbie Kantaro se tenait tout près. Certainement pas par hasard. Oh non, certainement pas. « Pansez vos plaies mais une fois que vous les aurez pleurés, n'ayez pas pitié des morts, mes amis. Ayez plutôt pitié des vivants. » Jane adressa à l'assemblée un léger sourire rassurant. « Et soyez tous les bienvenus à Vivecime, notre ville et refuge. »

Tandis qu'elle quittait l'estrade, Charlotte n'y tint plus. Elle cracha à Harry : « J'ai bien entendu ce que je crois avoir entendu ? » L'homme, les traits crispés mais se faisant un devoir de ne rien laisser paraître, acquiesça. « Je le crains. Désormais, la Nouvelle Inquisition est sous la tutelle des Phénix. » La Reine bouillonnait. Elle s'apprêtait à répliquer quand un homme au fort accent colombien, tout en dents blanches et sourire carnassier, s'arrêta le temps de dire : « La trahison a un prix, mes amis. Et il est temps que les gringos payent l'addition ! » Joaquim s'éloigna, laissant la famille royale à sa peine. La nouvelle ne tarderait pas à se répandre. Et les Inquisiteurs devraient faire avec, s'ils voulaient espérer retrouver leur leader ou encore, leur liberté. La guerre avait ceci de terrible qu'à chaque cavalier avancé sur l'échiquier, un pion devait être sacrifié. Parfois, il s'agissait du Fou lui-même. Echec à la Reine.


Dans tous les foyers du Royaume-Uni, 2 janvier 2047, 20h.

La journée était sacrément longue, il faut dire que depuis deux mois ce n’était pas le travail qui manquait au ministère. Reconstruire, organiser, faire face, c’était la maxime tacite de tous ces fonctionnaires dévoués. Dévoués à défaut d’avoir d’autres choix, se plaindre s’était s’opposer, s’opposer être suspect. Et si Simon avait bien compris une chose, c’était qu’être suspect équivalait à un aller simple pour Azkaban. Alors, même à 20h passées, il continuait de griffonner son obscur parchemin quand il y eut un grésillement familier, puis : « Bonjour vous.  » La voix suave échappée du néant avait retenti dans tout son minuscule bureau. « Que ?  » Ses yeux se posèrent sur l’amas de parchemin sous lequel se trouvait enfoui sa vieille radio. Des mois qu’il n’y prêtait plus attention, des mois que le Ministère ne permettait plus qu’on s’adonne à une petite pause radio. Alors qu’il excavait l’appareil pour tenter de l’éteindre, la voix reprit de plus belle. « N’essayez pas de régler votre poste radio, ou bien de l’éteindre, ceci est un message de la Radio Insoumise Phénix, la seule voix encore libre dans ce monde, il ne peut être interrompu.  Alors, préparez-vous une bonne tasse de thé, posez-vous dans votre fauteuil, et laissez-vous guider par le son de ma douce voix. » Abasourdi Simon tapotait sa baguette sur son poste dans l’espoir de faire taire la voix séditieuse. Quelques vivats dans les couloirs lui apprirent, qu’il n’était pas la seule victime, mais alors qu’ils échangent tous des regards inquiets la voix continue de résonner et raisonner plus fort encore. La phénix avait commencé par se présenter rappelant à tout un chacun ses multiples facettes de sang-mêlée, historienne de génie, et de dépuceleuse des sang-purs. À l’écouter même le Poudlard lui était passé dessus. C’était suivi une litanie de noms connus, de pontes du monde des sorciers qui avait commencé sans trop que Simon sache comment, ni pourquoi jusqu’à ce que la traitresse s’explique. « Si je vous raconte tout ça, c’est avant tout pour vous rassurer. Aucun des messieurs cités, ni aucune de leurs épouses, ou de leur engeance n’ont attrapé la morbinite. Vous savez pourquoi ? Parce que cette maladie n’existe pas. C’est une pure invention du ministère afin de vous empêcher de créer des sang-mêlés. Et c’est là qu’arrive le pourquoi ? Pourquoi détester les sang-mêlés depuis presque cinquante ans, alors qu’en deux millénaires de magie ces derniers avaient toujours été acceptés ? Pourquoi, en 1999, sommes-nous passés d’une haine du sang-de-bourbe qu’on accusait de voler la magie, à un désir d’exterminer les sang-mêlés ? La réponse, chers auditeurs, se trouvent dans les origines de Tom Elvis Jedusor, le fils d’une sang-pure Gaunt et d’un simple moldu, plus connu sous le nom de : Lord Voldemort. Oui, vous avez bien compris votre cher maître était un sang-mêlé. »  Estomaqué, Simon se sentit s’effondrer sur son fauteuil. Il sentit toute couleur quitter son visage alors qu’il entendant la Fuller raconter toute la vie de Voldemort, s’appuyant sur des sources qu’elle citait sans arrêt. Etait-ce vrai ? Lui avait-on vraiment menti toute sa vie ? La phénix évoquait maintenant la prophétie qui avait lié le Lord à l’horrible Potter et Simon se sentit étouffer lorsqu’il l’entendit souffler de sa voix suave. « La vérité c’est que Lord Voldemort considérait les sang-mêlés plus forts, plus dangereux, ainsi il a ordonné leur extermination. Pas pour protéger la pureté de vos sangs ou de votre magie, non. Par crainte d’être surpassé.   » Scarlett Fuller venait de démonter la hiérarchie du sang et Simon sentit toute sa raison vaciller alors qu’un doute horrible et insidieux venait de germer dans son esprit. Mais la phénix ne leur laissait pas le temps digérer et continuait de plus belle à disserter. « Voici la fin de notre première partie, je vais désormais accueillir mon amie Samantha Faimynist, qui va vous expliquer comment cinquante ans de patriarcat forcé a réussi faire croire aux sorcières qu’elles n’étaient bonnes qu’à enfanter. Ensemble nous verrons que cette place de la femme n’est dans le monde des sorciers qu’une construction de la doctrine mangemort, en nous appuyant sur des exemples historiques. Samantha pourra aussi vous donner quelques astuces pour vous libérer du joug masculin, et instaurer l’égalité dans votre quotidien. »



Extrait de l'émission:
 

Lieu inconnu, quelque part au fin fond de l'Ecosse

Deux mois plus tôt, novembre 2046.

Ils fixaient l'écran noir. Un beau poste de télévision, écran plasma, à la vite pétée. Mais c'était pas bien grave, parce que de toute façon, il avait jamais fonctionné, ce crevard. « On l'a pas déjà vu, cet épisode ? » Johnny balança à son compère une oeillade noire. « Si t'es pas content, t'as qu'à changer de chaîne, bolosse ! » Donnie se gratta le cuir de la veste en reniflant goulûment. « Vas-y, calme-toi, frère ! J'demandais juste ! » Johnny grogna. A chaque fois, Donnie demandait juste. Putain, ce qu'il le faisait chier !

Pour comprendre cette scène étrange, il fallait revenir seize ans en arrière. Johnny et Donnie étaient des copains keupons qui s'étaient connus à Picadilly où ils faisaient tous les deux la manche avec leurs chiens. Au début, ils s'étaient frités pour une sombre histoire de côté-de-la-chaussée-j'étais-là-le-premier-bâtard-de-tes-morts et puis, chemin faisant et bière s'échangeant, ils avaient fini par devenir les meilleurs potes du monde. Contrairement à l'essentiel de la populace moldue, ces deux-là n'avaient pas trop trop paniqué lorsque l'électricité avait brusquement disparu de Londres. Avec tout un groupe de keupons comme eux, ils n'avaient pas attendu que la marmaille magique débarque dans la capitale pour filer sans demander leur reste. Instinct de survie bien développé dans la rue, ils avaient senti le vent tourner et ses relents de moisi les avaient conduit vers les landes plus accueillantes de la campagne. Et, un à un, ils avaient regardé leurs frères punks crever d'un étrange mal qui les faisait se vider par tous les trous. Eux aussi avaient failli y passer, quand un groupe de types bizarres avec un bout de bois au bout du poing s'était mis à leur courir après. Les deux moldus n'avaient dû leur salut qu'à la découverte aussi bienheureuse que fortuite d'un bunker bien caché en plein milieu d'une forêt. A dire vrai, Johnny - ou était-ce Donnie ? - s'était pris le pied dans la poignet de la trappe. Donnie - ou bien Johnny - avait saisi son poto par les épaules et l'avait traîné dans les entrailles de la terre. Inoccupés, les lieux étaient remplis de quoi survivre en totale autarcie pendant au moins une décennie. Ou deux. Il y avait même un stock de rasoirs pour entretenir sa crête. Le pied ! Bon, le problème de leur cohabitation, outre le fait de se coltiner la même tronche de cake pendant seize ans, c'était qu'ils commençaient à perdre un peu les pédales, quand même. Et puis, il y avait eu les lampes LED qui arrêtaient pas de cramer, le paquet de cartes tellement usé qu'il avait fallu redessiner les signes un par un, l'hygiène douteuse - même pour un keupon, la crasse avait ses limites -, l'angoisse puissante et persistante de sortir ... Sans avoir la moindre idée de ce qu'il se passait dehors. Vraiment. Aucune.

« Hey Donnie, tu me chopes la couverture dans le frigo ? » Ces deux-là ne restaient jamais fâchés bien longtemps. C'était la façon des keupons de s'excuser. « Qu'est-ce qu'y a, bibiche ? T'as froid ? Tu veux ta petite laine ? » « Mais ta gueule ! » « Ca vaaaa ! » Rigolard, Donnie finit par s'extirper du fauteuil où il était avachi. Il s'approcha du réfrigérateur en remontant son vieux futale. Rota un petit coup. L'appareil depuis longtemps hors d'usage leur servait de placard. En seize ans de promiscuité, on apprenait à rentabiliser le moindre espace. Il s'apprêtait à récupérer le plaid quand il remarqua la bouteille dans la porte. Elle était bizarre. Pas comme d'habitude. Et il savait de quoi il parlait. Ca faisait seize ans qu'il la voyait tous les jours dans cette putain de porte. Méfiant, il saisit le verre auréolé ... D'humidité ?

« Hey Johnny ? »
« Mais quoi encore ? C'est le meilleur passage, quand Daenerys elle apprend que Jon c'est ... »
« JOHNNY ! »
« ACCOUCHE ! »
« La bière ... »
« Quoi la bière ? »
« La bière. Elle est ... fraiche. »

Johnny pivota si brusquement qu'il en tomba de son fauteuil et s'affala les quatre fers en l'air. Quand il eut dégagé sa crête toute aplatie de son visage, les deux keupons se regardèrent. Fixèrent la bière. Se regardèrent.

« Johnny ? »
« Oui, Donnie ? »
« Tu crois qu'on est morts et qu'on est enfin au Valhalla ? »
« Putain, la bière est fraiche. »

Quelque part sous une forêt écossaise, deux anciens punks à chien qui n'avaient plus d'anarchistes qu'un drapeau noir dessiné au-dessus de leurs couchettes, venaient de découvrir la résurrection de l'électricité.
Contenu sponsorisé
Re: Ϟ ULTIMA CAVE Ϟ LA FIN ϟ SUJET DES MANGEMORTS
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres