AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Ven 3 Nov - 14:33



Another meeting
et oh oh oh, et une bouteille de rhum.

Allait-elle à nouveau défier l'autorité parental ? Evidemment que... oui. C'était devenue une coutume, une habitude. Donner des cheveux blancs à Hercule Toufoulkan.

Mais attention, elle prenait ses précautions ! Ses yeux bleus-verts devenaient marrons, ses cheveux blancs devenaient bruns et la petite fille menue devenait plus épaisse encore. Elle pensait que ces petits détails changeraient beaucoup déjà. Elle avait même fait attention à ses vêtements, elle qui aimait s'habiller correctement, en robe longue et noir, avait opté pour un pantalon en jean et un gilet, avec un t-shirt qu'elle avait emprunté à sa petite soeur.

Elle avait piqué une bouteille à son grand-père, une de ces bouteille bon marché avec lesquels ils aimaient se tuer le foie ; grand bien leur fasse. Elle n'avait jamais vraiment aimé le goût de l'alcool, hormis le vin. Mais si ce moldu acceptait de lui parler en échange de cette boisson, c'était sûrement peu cher payé. Puis elle s'était déplacée jusqu'au même point de rendez-vous habituel. Elle n'était pas sûre qu'il serait là, mais elle avait tout préparé dans son sac-sans-fond, sac plus qu'usé qui avait largement dépassé son temps de vie mais qu'elle avait réparé tant bien que mal. Ils en avaient vécus, ensemble, des choses.

Elle aimait assez, malgré elle, ces rendez-vous, cela semblait être une micro rébellion contre le système. Elle aimait les règles, elle aimait que tout file droit, mais que c'était amusant en ces cas. Son livre avançait grâce à ce moldu, mais grâce à d'autres qu'elle rencontrait parfois sur sa route. Le moldu des bois lui avait donné d'autres idées, d'autres choses à écrire. Puis ce moldu-là, celui qu'elle devait rencontrer, lui donnait beaucoup à écrire aussi. Et s'il lui semblait peu convaincu, ça lui était égal. Toute fois, elle avait un flacon de parfum dans son sac, prête à asperger le moldu qui sentait fort.

Sans trop savoir comment, après une petite lutte, elle s'était assise sur une caisse. Elle ne savait pas trop où elle était, mais il y avait des caisses ça et là et elle s'était assise dessus après avoir vérifié que ce serait solide. Personne ne pouvait la reconnaître, songeait-elle. On la reconnaissait souvent à ses cheveux et là, ils étaient bruns. Cela suffisait à la rassurer. Dans son sac, elle prenait une pomme et croquait dedans en attendant, ses petites jambes se balançant sur les côtés, fredonnant un air qu'elle seule semblait connaître. Oui, c'était, pour elle, une belle journée. Il ne pleuvait pas, alors c'était forcément une belle journée.

propulsed by VANKA
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 1050
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : Rose

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris! Mordu à la Tour des médias par le garou Blackburn, il kiffe (non).
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Sam 11 Nov - 23:42
Alfie remonta son col et essuya machinalement une tâche sur la manche de son blouson. Qu’est-ce que c’était, ça, encore ? Il grommela intérieurement. Il avait passé l’après-midi à charger la soute d’un navire dont les caisses étaient recouvertes d’un espèce de… Il ne savait pas trop. C’était gluant, glissant, collant, et par-dessus le marché ça sentait une espèce d’algue dégueulasse et il avait failli dégueuler en respirant l’odeur et ce, plus d’une fois.

En bref, Alfie avait grommelé et pesté tout l’après-midi. Il avait été d’une humeur de chien, encore plus que d’habitude. Et heureusement pour lui, ils étaient plusieurs esclaves à avoir pu se relayer et il avait pu ménager sa jambe pas complètement guérie de la « mésaventure » (ouais, il allait appeler ça comme ça) de la Tour des Médias, quelques jours plus tôt. Des médicomages l’avaient rafistolés mais ils l’avaient prévenu il va falloir lever le pied ces prochains jours où ça va pas tenir. Alfie avait eu envie de les étrangler. Comment il pouvait lever le pied lui, dans sa condition ? S’il ne faisait pas son boulot Arsenia allait s’en apercevoir, et le convoquer pour lui faire la morale, ou pire, l’emmener se changer les idées parce qu’il tirait la gueule. Encore qu’il ne l’avait pas croisée ces derniers jours. Ca lui avait paru bizarre sur le moment, mais il ne s’en était pas plus offusqué que ça. Après tout, elle était une sorcière, elle avait pu changer ses plans et ne pas le prévenir. Pourquoi le préviendrait-elle ? C’était une sorcière !

Toute cette réflexion le ramena au pourquoi du comment il marchait, col relevé, le long des docks jusqu’à un coin reculé de ces derniers. Il avait rendez-vous, et il n’avait pas pu se permettre d’annuler. Enfin, il y allait de mauvais poil, clairement. Et s’il avait bien appris quelque chose ces dernières semaines, c’est qu’on ne pouvait décemment pas faire confiance aux sorciers. Pas confiance aux Mangemorts – mais ça c’était une évidence, quoi que désormais Alfie savait de source sûre (lui-même) qu’ils étaient tous tordus du cerveau et qu’ils ne valaient pas mieux que des animaux sauvages. Pas confiance non plus aux Phénix. Alfie avait vu de loin la réunion de Jajane Callaghan-la-superbe-pfeu. S’il avait pas compris tout de suite pourquoi tout le monde autour de lui était énervé comme pas possible, il avait tilté un peu plus la situation quand on lui a expliqué que leur faction était mise sous tutelle, sous tutelle sérieux comme s’ils étaient des vieux schnocks incapables d’aller pisser tous seuls !. Incroyable.

Bref. C’était pas pour ça qu’il venait ce soir. Il avait rendez-vous avec une sorcière – donc pas définition pas fiable – mais le seul risque qu’elle allait lui filer c’était de lui filer de l’alcool empoisonné. Parce que c’était le deal qu’il y avait entre lui et la naine sorcière un poil perchée. Elle lui ramenait une bonne bouteille, du genre qu’on ne trouvait pas dans les quartiers moldus, et en échange il acceptait de répondre à ses questions totalement anodines. Et elle lui paraissait pas si dangereuse, cette petite brunette. Juste un poil coriace quand il s’agissait d’obtenir ce qu’elle voulait, il lui devait bien ça. Et la bouteille, il la partageait avec ses amis un soir où ils l’avaient bien mérités – c’est-à-dire souvent.

Il tourna au coin d’un dock, et entendit au loin la mélodie chantée par la brunette. Un coup de vent poussa Alfie à resserrer ses bras autour de lui, tandis qu’il continuait à avancer vers elle. Elle était là à l’heure, c’était déjà ça. Il avait horreur d’attendre. « Salut. » fit-il d’un ton qu’il voulait neutre (grognon) quand il arriva à sa hauteur. Il observa la pomme qu’elle était en train de manger, mais ne fit aucun commentaire. Il s’arrêta devant elle. Est-ce que ça faisait mauvais genre s’il récupérait l’alcool avant de répondre aux questions ? Après tout ils pouvaient se casser à tout moment avec leurs baguettes, ils n’étaient pas dans le centre d’Avalon. Mais la brunette avait été honnête les dernières fois, donc… Est-ce qu’il devait faire confiance ?

Le silence s’éternisait. Elle attendait peut-être qu’il prenne la parole.

Non, ne pas faire confiance aux sorciers. Il était fou où quoi ? Il avait pas retenu la leçon ? Les sorciers sont des tarés ! « Le troc, puis les questions, ça te va ? » Le tutoiement était naturel, et de toute manière Alfie ne se sentait pas de vouvoyer la petite sorcière qui, pour être honnête, ne l’intimidait pas des masses. Le moldu retira son sac à dos et l’ouvrit avant de le présenter à son interlocutrice, avec l’air de dire tu sais comment ça marche.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

LITTLE WHITE LIES ▬ You can stand on the edge shouting out that you're ready to change ready to change ; you can say what you want, you won't jump, you're not ready to change | ©️ Vent Parisien



HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Dim 12 Nov - 0:07



Another meeting
et oh oh oh, et une bouteille de rhum.

Elle balançait ses petites jambes sur les côtés en chantonnant. C'était un mélange de plusieurs chansons qui lui étaient entrées dans la tête et dont elle ne saurait plus exactement dire le nom ou le titre. Sûrement un truc qui passait dans les bars où elle traînait avec ses récents amis, elle avait du les mélanger, oui. Que de préoccupations.

Le moldu qui puait arrivait finalement, et vu le mal qu'elle avait eu à monter sur cette fichue caisse, elle n'avait pas pour intention d'en descendre pour le saluer. Et puis, pourquoi serait-elle descendue ? Se faire toiser ? Parce que môssieur était bien plus grand qu'elle ? Eh. La taille ça fait pas tout ! Depuis qu'elle avait été confrontée aux vampires, elle se croyait intouchable.

« Coucouuuuu ! »

Elle transpirait la joie et l'allégresse. Elle mordait à nouveau dans sa pomme en le regardant venir et finalement s'arrêter pour elle ne savait quelle raison. Elle tapotait juste la place à côté, des fois qu'il veuille s'asseoir. Elle n'avait jamais fais parti de ceux qui mettait de la distance avec les moldus. C'était avec les gens en général qu'elle mettait de la distance. Aucun contact physique. Elle détestait ça. Exécrait ça. Mais s'asseoir à côté c'était autre chose. Il lui parlait d'un deal, l'alcool puis les réponses. Elle rigolait. Qu'il était mignon. Comme avec un chien, c'était l'effort puis la récompense, pas l'inverse. C'était la base de l'éducation, non ? Il ouvrait son sac devant elle et le tendait et elle regardait dedans, curieuse de ce qu'il voulait lui montrer. Mais elle ne voyait pas grand chose.

« Y'a quoi là-dedans ? »

Un truc de moldu qu'il lui avait rapporté pour l'occasion ? Elle mordait à nouveau dans sa pomme le temps qu'il réponde.

« Oh a'end »

Ou "oh, attends" avec une pomme dans la bouche. Comme si elle avait oublié quelque chose, elle sortait de son sac son flacon de parfum et ... elle l'aspergeait. Pas question de lui parler ce jour en ne respirant que par la bouche ou d'avoir le cœur au bord des lèvres. Elle rangeait ensuite le flacon, se penchant pour le sentir. Oui, c'était bien mieux comme ça.

« Donc ? Il y a quoi dans ton sac ? »

Elle était vraiment curieuse de savoir. Elle souriait à l'idée de ce qu'il pouvait lui avoir amené. Un stylo ? Un livre de moldu ? Un calepin contenant des notes moldus ? Elle frémissait d'impatience, les yeux pétillants et ses lèvres s'étirant toujours plus.

« Un livre ? Un truc invisible ? Un crayon ? Un... je sais paaaas... »

Ses jambes continuaient à se balancer de gauche à droite, sous l'excitation de la sorcière. Allait-il enfin lui dire ou attendait-il qu'elle explose d'impatience ?

propulsed by VANKA
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 1050
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : Rose

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris! Mordu à la Tour des médias par le garou Blackburn, il kiffe (non).
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Dim 12 Nov - 20:41
Etait-elle perchée ? Avait-elle bu ? Ou bien était-ce son état normal ? Alfie n’arrivait pas à trancher. Mais à chaque fois qu’il voyait la petite brune qui lui posait des questions étranges, il en repartait un peu plus mitigé sur la question ‘les sorciers sont-ils sains d’esprit ?’. Et là, visiblement, ça n’allait pas échapper à la règle. La sorcière s’était penchée sur son sac… Et avait commencé à regarder dedans pour savoir ce qu’il y avait dedans. Comme si ce n’était pas évident ? Le visage du moldu s’était décomposé peu à peu en regardant la sorcière. Elle croqua dans sa pomme, dit un truc inintelligible puis sortir un flacon de son sac pour… l’asperger ?

« Putain?! Pourquoi t'as fais ça ?? » Alfie était indigné. Pour peu que ça représente quelque chose. Il plissa le nez dans une grimace de dégoût. Oh ça puait en plus ce machin-là. La sorcière se pencha pour le renifler. Comme un animal pensa-t-il. La pensée le fit reculer d’un pas, méfiant. L’image du Mangemort en train de secouer sa jambe comme s’il était un chien en train de s’acharner sur une peluche – lui – passa sous ses yeux, et Alfie se mordit l’intérieur de la joue. Contrôle. Ce n’est pas une Mangemort qu’est-ce que t’en sais ? elle est bien trop high pour s’occuper de ce genre de préoccupations politiques  qu’est-ce que t’en sais ?, il lui avait posé la question une fois elle aurait pu te mentir, elle était bien trop perchée elle peut te mentir là maintenant tout de suite.

« Un livre ? Un truc invisible ? Un crayon ? Un... je sais paaaas...  »
Alfie manqua de lever les yeux au ciel. Son moment de paranoia était passé, il avait même oublié momentanément l’histoire du parfum. Une seule pensée tournait dans son cerveau actuellement : Bon Dieu que c’était pas possible d’être aussi abrutie. De pas comprendre que quand on demande quelque chose et qu’on tend un sac, c’était sans doute pour mettre la chose dans le sac. Eh ouais, malin hein ?

Et bah non. Visiblement elle avait pas capté. Alfie finit par refermer le sac à dos et à le poser par terre. « Y’a rien. C’était pour cacher la bouteille que tu m’as amené. Si tu me la donnes pas au moins montre-la moi maintenant. » Qu’il sache qu’elle l’avait. Non pas qu’il ne lui fasse pas confiance, mais hey, c’était une sorcière ! Bien sûr qu’il ne faisait pas confiance à une sorcière, il n’était pas stupide non plus !

Alfie observa la brune qui continuait à manger sa  pomme en chantonnant, et avisa la place libre à côté d’elle sur la caisse. Elle l’avait invité à s’asseoir un peu plus tôt mais il avait décliné l’invitation. Au lieu de ça, il croisa les bras sur la poitrine et se prit un relent de parfum avec ce simple geste.  Il fronça le nez. « Et pourquoi le parfum déjà ? C’était pas nécessaire. » Un nouveau grognement. Si avec sa tête elle avait pas capté qu’il était pas forcément dans le mood à être coopératif si elle ne lui donnait pas ce qu’il voulait ce soir… « Et tu me la montres cette bouteille ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

LITTLE WHITE LIES ▬ You can stand on the edge shouting out that you're ready to change ready to change ; you can say what you want, you won't jump, you're not ready to change | ©️ Vent Parisien



HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Dim 12 Nov - 21:06



Another meeting
et oh oh oh, et une bouteille de rhum.

Sa maman le disait souvent, il n'y avait pas plus dangereux qu'une personne imprévisible. Parce qu'on ne pouvait jamais deviner les intentions de cette personne. Pas plus dangereux qu'une personne gentille, parce qu'on ne savait jamais quand elle allait exploser mais que lorsqu'elle le ferait, ça ferait forcément très mal. C'était pour ça que la seule à être lucide, chez les Toufoulkan, sur Willow, c'était bien sa mère. Peut-être était-ce la raison-même pour laquelle sa mère l'avait toujours évitée. Si Willow pouvait être souriante et amusée, l'instant d'après, elle pouvait entrer dans une sombre colère qui n'augurait rien de bon. Mais pour l'heure, elle était d'une incroyable bonne humeur, simplement parce qu'il faisait relativement beau -ou du moins, qu'il ne pleuvait pas- et parce qu'elle allait avoir des réponses aux questions qu'elle se posait ces derniers temps.

Ces dernières recherches portaient sur les ressentis des moldus face aux potions des sorciers. Est-ce qu'ils réagissaient comme les sorciers ? C'était toujours dans cette lubie de distinguer avec une extrême précision toutes les différences entre les sorciers et les moldus et malheureusement pour elle, elle n'avait pas grand chose à noter sur les différences, à part qu'eux faisaient de la magie et pas les moldus. Mais les potions ? Qu'elles étaient les limites précises ? Dans son sac, elle avait quelque fioles. Rien de bien grave, des potions qu'elle avait faite elle-même, surtout. C'était une des rare chose dans lesquelles elle était douée à Poudlard, les potions et les soins aux créatures magique. Pourtant les potions demandaient une certaine rigueur et elle semblait avoir la concentration d'un nouveau-né. Toujours est-il qu'elle avait fait quelque potions et qu'elle voulait voir si sur Alfie, elles fonctionnaient, s'il y avait des effets après ou non.

Il râlait pour le parfum, elle ouvrait grand les yeux.

Parce que tu pues, Alfie. Quelle question ? Tu ne te rends pas compte de l'odeur nauséabonde que tu dégages ?

Au début, elle s'était demandée si c'était un truc de moldu, que puer. Puis Joann sentait normalement. Alors c'était juste un truc d'Alfie, peut-être. Mais elle n'allait pas respirer par la bouche et avoir les yeux qui piquent pour lui faire plaisir ! Finalement, elle ne voyait rien de grandiose dans son sac et comme toujours, il lui paraissait ronchon. Il lui rappelait un peu Felix dans ces moments là, toujours à râler. Sauf que ça l'amusait plus qu'autre chose. Il lui en fallait plus pour qu'elle cesse de sourire !

La bouteille plus tard. Comme d'habitude, Alfie. Les questions d'abord, puis la bouteille.

Elle détestait recevoir des ordres. Elle ne passait pas son temps à enfreindre les règles pour dire amen aux ordres d'un moldu, oh !

Le parfum, c'est parce que ton odeur me pique le nez et me pique les yeux quand tu es trop près. Au moins, là, tu sens un peu... meilleur... On va dire.

Elle souriait à nouveau, c'était évident, non ? Au moins, elle n'était pas la seule à ne pas comprendre ce qui était pour l'autre évident. Elle levait ensuite les yeux au ciel quand, encore une fois, il réclamait à voir la bouteille. Décidément, elle ne comprendrait jamais ce qu'avaient les hommes avec l'alcool. Alors elle prenait son sac pour en sortir - ou plutôt, chercher - la bouteille. Elle y enfonçait tout son bras en fouillant parmi tous les objets qui pouvaient bien s'y trouver. Il serait peut-être temps d'y faire le ménage, d'ailleurs, se disait-elle. Elle trouvait les fioles ... et... Ah ! Elle sortait la bouteille. Ah non. Une bouteille d'eau de rose. Elle soupirait et rangeait dans le sac la bouteille jusqu'à trouver, enfin, la vraie bouteille et la lui montrer brièvement.

Même routine. Questions, réponses, bouteille, et bye-bye.

C'était un deal simple. Enfin, en quelque sortes. Voler des bouteilles d'alcool n'avait rien de simple, si c'était de la crème, elle aurait pu accuser les farfadets. Mais de l'alcool, elle n'avait personne à accuser. Après avoir montré la bouteille, elle la remettait dans son sac.

Bon, aujourd'hui, c'est un jour spécial. Alors je t'ai ramené une bouteille pleine, cette fois-ci, pour récompenser l'effort. J'ai plusieurs boissons à te faire goûter et j'aimerais que tu me dises ce que ça te fait quand tu les bois.

Elle n'était pas folle au point de dire qu'elle voulait lui faire pousser les cheveux au point qu'ils soient long et lisse - surtout qu'elle avait explosé de rire en imaginant que ce serait sa barbe aussi qui pousserait avec ses cheveux, un vrai yéti. Quant aux autres, elle comptait laisser la surprise sur le tas. Mais elle trouvait juste une alternative de lui faire passer l'information, espérant qu'il se prêterait au jeu jusqu'au bout. Après tout, elle n'était pas médicomage, elle ne pouvait pas savoir si on pouvait soigner un moldu avec les même potions ou les même sortilèges, elle apprenait tout d'elle-même, comme une grande fille.

propulsed by VANKA
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 1050
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : Rose

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris! Mordu à la Tour des médias par le garou Blackburn, il kiffe (non).
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Lun 13 Nov - 0:00
«  Parce que tu pues, Alfie. Quelle question ? Tu ne te rends pas compte de l'odeur nauséabonde que tu dégages ? »

Il s’arrêta net. C’était pas la réponse qu’il attendait. Et il en était pas vraiment heureux, s’il était tout à fait honnête. Piqué au vif. Ca appuyait là où ça faisait mal. C’était pas cool. Pas cool du tout.

Enfin, il avait demandé pourquoi, il aurait dû s’attendre à une réponse du genre. Mais il ne s’attendait pas à ce que Rose – oui parce qu’elle s’appelait Rose en plus, mais sa Rose à lui n’aurait jamais dit un truc pareil. Pas comme ça. Pas à lui. Mais bon hein. Il était en face d’une sorcière. Alfie se renfrogna donc, gardant résolument ses bras croisés sur sa poitrine et fit « Bah ouais va soulever des caisses toute la journée, avec l’odeur des piaules de bateau et des algues qui schlinguent au port et sentir la rose à la fin de la journée, j’aimerais t’y voir tiens. »

Enfin, la jeune sorcière ne semblait absolument tenir compte de ses explications, de cette justification qu’il ne devrait même pas avoir à dire en fait. Mais il le faisait quand même. Elle continuait à blablater,  à le contredire – il n’en avait cure en réalité. Cependant elle farfouillait en même temps dans sa sacoche magique et finit par en sortir une bouteille. Elle la lui montra et la remit dans son sac. Alfie, estimant que c’était correct – après tout, les dernières fois elle avait tenu sa parole, hocha brièvement la tête.

« Bon, aujourd'hui, c'est un jour spécial. Alors je t'ai ramené une bouteille pleine, cette fois-ci, pour récompenser l'effort. J'ai plusieurs boissons à te faire goûter et j'aimerais que tu me dises ce que ça te fait quand tu les bois. »

Alfie se redressa brusquement. Des boissons spéciales? Des potions? Ce fut la première chose à laquelle il pensa. Ce réflexe, c'était à cause de la Nouvelle Inquisition et des Phénix. Il le savait. Alors, pouvait-il dire ça tout haut à une sorcière, quand bien même il avait accepté de répondre à ses questions que pour lui démontrer par A + B que les moldus étaient des êtres humains et non pas des animaux. A dire vrai, les vrais animaux, c'était sans doute les sorciers.

Le porteur de caisses puant pinça ses lèvres, et évalua la situation. S'il faisait preuve ici de connaissance de l'ennemi des sorciers, il allait plus gagner des points qu'en perdre. Il se décida donc à répondre, après un long silence que son interlocutrice n'avait visiblement même pas remarqué. « Tu veux me faire boire des potions ?» Silence. « C'est quoi comme genre de potions? Je te préviens j'y touche pas si je sais pas en détails ce que c'est censé donner sur moi. »

Il sentait qu'il faisait le difficile pour la sorcière, mais hey, il était là de son plein gré et c'était pour répondre à des questions, quelque chose d'oral. Il était pas un cobaye, elle croyait quoi elle, qu'il était tout à sa disposition? Alfie se renfrognait à vue d'oeil. Après esclave, cobaye. Génial. Et vu que la réponse de Rose tardait à arriver, il grogna un peu pour exprimer son mécontentement.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

LITTLE WHITE LIES ▬ You can stand on the edge shouting out that you're ready to change ready to change ; you can say what you want, you won't jump, you're not ready to change | ©️ Vent Parisien



HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1119-willow-r-toufoulkan
Messages : 136
Date d'inscription : 17/08/2017
Célébrité : Emilia Clarke ♥
Crédits : Rose ♥, .nephilim, lux aeterna, nebula, vinyles idylles (avatar) | hela. (signature)

Double compte : Sheherazade Shoshana Raviya & Obbie Kantaro

Age : 20 années. (20/01/2026)
Sang : Sang-Pur de première génération.
Statut : Elle a entamé une relation secrète avec Aaron Macmillan. Son frère continue à lui chercher un fiancé sang-pur.
Métier : Ecrivaine, ses sujets favoris touchent les créatures que l'on ne connaît pas ou peu. Elle vient d'écrire un livre sur les vampires et aspire à écrire sur les moldus.
Baguette : Bois de cornouiller, ventricule de dragon, 26cm, souple.
Epouvantard : Une cage, celle dans laquelle on essaierait de l'enfermer.
Dialogue : Lila

Métamorphomage d'1m43 qui peine à sortir de l'enfance et qui a 20 ans en paraît 15. Hyper-sensible et très naïve, incapable de se protéger émotionnellement en plus d'être instable, elle est aussi aromantique et nous trouve aucun intérêt aux sentiments. Le boulet qu'on a au pied et dont on aimerait se débarrasser tant la poisse se répercute sur elle et son entourage. Le danger l'attire comme un papillon est attiré par la lumière. Les sorts qu'elle ne maîtrise pas totalement, lorsqu'elle est dissipée, finissent toujours par une explosion, soit de la chose visée, soit de sa propre baguette. Ses vrais cheveux sont blancs mais elle les colore souvent en brun quand elle veut passer inaperçue.
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté Dim 19 Nov - 20:49



Another meeting
et oh oh oh, et une bouteille de rhum.

Il lui disait qu'elle pouvait aussi faire ce qu'il faisait et elle éclatait de rire, car pour elle, sa réflexion ne pouvait être qu'une plaisanterie. Elle n'avait jamais été douée pour cerner l'ironie, le sarcasme, pour le coup, elle croyait juste à une bonne blague. Alors elle riait de bon coeur.

Et puis quoi encore ? Non mais tu m'as vu ? Heureusement qu'on a des sortilèges pour soulever les choses et les déplacer pour nous, comment veux-tu que je porte ça ? Hahahaha ! Tu es vraiment drôle, Alfie.

Elle avait beau être plus forte que ce qu'elle paraissait, elle n'en restait pas moins une crevette avec une force de mollusque échoué sur une plage. Enfin soit, elle haussait finalement les épaules. Sa taille l'avait toujours fortement complexée. Qu'on la croit incapable de faire quelque chose à cause de ça l'avait toujours très fortement énervée. Et elle ne voulait pas s'énerver maintenant.

Potions, boissons, rho, quelle différence, pour toi, hm ?

Parce qu'elle n'était pas méchante, elle ne pensait pas que dire ça pouvait être mal. Du moins, au début. Elle se rendait juste compte après l'avoir dit que ça pouvait peut-être ... Oui, peut-être, être un peu brutal. Surtout qu'elle restait si joviale et balançait toujours joyeusement ses jambes.

Tu n'aimes pas les surprises, toi, on dirait. Rien de grave. De toute façon, si ça se trouve, ça ne fonctionnera pas.

De toute façon, que croyait-il qu'elle allait lui faire ?

Tu sais, des fois, les potions ça peut aider à rétablir quelqu'un. Mais comment pourrais-je le savoir, si je ne sais pas quels effets ça a sur les moldus ? Tu imagines, toi, si la moldue que j'ai chez moi, est malade, et que je lui donne une potion sensée l'aider et que du finalement, elle claque ?

C'était un peu plus brutal, encore. Ou alors juste une franchise de la part de la jeune fille qui savait que de toute façon, ici, elle n'avait pas grand chose à perdre. Il n'aurait pas sa boisson tant qu'il n'aurait pas répondu aux questions ou qu'il n'aurait pas bu les fioles. Elle se pinçait les lèvres pour ne pas rire en l'imaginant soudainement vieux, pour quelque heures.

Tu sais, je peux te faire des potions qui t'éviterait d'être fatigué. Tu pourrais devenir plus fort, aussi. Mais ça, faut encore savoir si ça fonctionne et il n'y a qu'un seul moyen de le savoir. De toute façon, les potions que j'ai dans mon sac, je les ai faite moi-même et si cela fonctionne, les effets se dissiperont dans quelque heures. Sauf si ça a un autre effet sur les moldus, mais ça, je devrai le noter.

Elle levait alors sa main droite, toujours si amusée.

Tu veux que je jure sur l'honneur que je ne te tuerai pas ou ne te ferai pas mal en te filant ces potions ?

propulsed by VANKA
Contenu sponsorisé
Re: Eh oh oh oh, et une bouteille de rhum. | ft. Alfie Lockwood
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon