AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Nul ami ne vaut une soeur. ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Habitations
Altèrophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 337
Date d'inscription : 12/09/2016
Célébrité : Tahar Rahim
Crédits : Avatar : Nerose / Signature : Hela

Double compte : Mathilda Lovewell & Zoltán Hunter

Age : 34 ans
Sang : Basique 4
Statut : Foutu : marié et père de famille
Métier : Employé au ministère
Baguette : Bois d'érable et crin de licorne
Epouvantard : Une statue géante en feu écrasant sa femme et sa fille
Dialogue : #52726E

Nul ami ne vaut une soeur.
ce message a été posté Mer 8 Nov - 0:15
Ils l'avaient fait. C'était la seule pensée qui tournait en boucle dans le cerveau de l'ancien Serdaigle depuis le soir d'Halloween. Enfin, ça et l'état de santé de sa femme. Aveline était rentrée dans un état lamentable, autant sur le plan physique que psychologique, et s'il avait aussitôt éprouvé une bouffée de haine pour les mangemorts, il l'avait rapidement étouffée pour concentrer ses efforts sur son épouse. Depuis combien d'années ne s'était-il pas autant occupé d'elle ? Il ne saurait le dire. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il l'avait chérie, choyée et couvée pendant presque deux jours complets. Et si physiquement son état s'améliorait nettement, psychologiquement ce n'était pas encore ça. Parce qu'ils avaient tué Mervyn Kark. Oui ; ils l'avaient fait.

Aussitôt qu'Ava fermait les yeux, cette idée ressurgissaient dans son esprit pour le tourmenter. Mervyn Kark était mort. Le ministre de la magie. Le chef des mangemorts. Le digne héritier de Lord Voldemort. L'Immortel comme l'appelaient certains après son retour de Russie, à l'époque où tout le monde le croyait mort. Etait-il vraiment décédé cette fois-ci ou avait-il encore usé d'un stratagème ? Impossible d'avoir la moindre certitude si ce n'était celle-ci : qu'il soit mort ou pas, le ministre avait été atteint. Blessé, neutralisé, tué peut-être... il n'était en tout cas pas intouchable. Et son petit monde parfait fabriqué sur mesures était tout aussi faible. Avec la tour des médias détruite et la magitechnologie hors service, c'était toute leur société qui s'ébranlait. Et si demain ils détruisaient d'autres structures ? Et s'ils finissaient même par... prendre le pouvoir ?

Quelques mois plus tôt, il aurait sérieusement envisagé de quitter le pays avec sa femme et sa fille dans une telle situation mais aujourd'hui.... aujourd'hui il n'était plus aussi certain que les Phénix soient... eh bien.... qu'ils soient.... " Allez Altair ! Il est mort, disparu, et personne ne va lire dans tes pensées ! " Le père de famille avait prit une grande inspiration, planté son regard dans le miroir et finalement osé penser : " Les phénix ne sont pas un plus grand mal que Mervyn Kark. " VOILA ! C'était enfin dit bordel de scroutt galeux !! Mervyn Kark était un mal. Oui, un mal ! Un mal nécessaire à la survie des sorciers mais un mal quand-même. Ses conversations avec la jeune fugitive et avec Alice avaient beaucoup aidé à l'éclairer à ce sujet. Aussi bonnes que soient les intentions du vieux mangemort, il avait fait des choix impardonnables. Sans parler de la société injuste qu'il avait bâtit par la suite. L'ordre, la moral, la patrie, c'était de belles valeurs... mais à quel prix ?

Cela étant dit... il doutait que les Phénix soient vraiment mieux. Jane Callaghan n'était-elle pas elle-même une despote prête à sacrifier des centaines de vies innocentes pour le plus grand bien ? Où était vraiment la différence entre les deux ? Et s'il avait survécu sous le régime de l'un, ne pouvait-il pas survivre sous le régime de l'autre ? Raaah ! Tout devenait si compliqué. Ce dont il avait vraiment besoin, c'était de se sortir ça de la tête quelques heures. De respirer. De bavarder avec quelqu'un. Mais qui ? Le visage d'Arsenia Sabordage lui vint aussitôt en tête mais il n'avait ni envie de boire, ni envie de faire un tour en bateau, ni envie du reste...

Non, il avait envie d'un moment doux, paisible, avec quelqu'un de confiance. Autrefois cette personne aurait sans aucun doute été sa petite sœur mais aujourd'hui.... elle lui en voulait. Ce qu'il pouvait comprendre, au vu du nombre de prétendants qu'il lui avait présenté de force. S'il toquait une nouvelle fois à sa porte, il n'était même pas sûr qu'elle lui ouvre. Et c'était entièrement de sa faute. Qu'est ce qu'il avait pu être con.... Néanmoins il avait seulement voulu agir en grand frère protecteur. Peut-être que s'il le lui expliquait et qu'il s'excusait....

Saisi d'une soudaine inspiration, il attrapa sa cape et sortit pour transplaner devant chez Balkiss. Après quelques secondes d'hésitations, il toqua trois fois et attendit... en vain.

« Balkiss, c'est moi. Je te jure que je ne suis pas venu pour te présenter qui que ce soit. »

Toujours pas de réponse. Etait-elle absente ? Occupée ? Dans un dernier espoir, il joua la carte de la vieille complicité en utilisant le prénom par lequel il l'appelait parfois dans leur enfance :

« Zia... s'il te plaît. »

La porte s'ouvrit enfin sur sa sœur. Sa petite Balkiss qui avait l'air préoccupée et incroyablement fatiguée. Quelque chose n'allait pas, il le voyait dans son regard.

« Par Merlin, qu'est-ce qu'il t'arrive ?! » s'alarma-t-il tandis qu'elle lui faisait signe de rentrer.

Il passa la porte en la détaillant de la tête au pied, à la recherche de la moindre blessure ou éraflure visible.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1089-balkiss-zia-kirke-come
Messages : 121
Date d'inscription : 29/07/2017
Célébrité : Mila Kunis
Crédits : Moi même

Double compte : Tobias C. Peters

Age : 31 ans - bouh
Sang : Basique 4
Statut : Célibataire
Métier : Guérisseuse
Baguette : 27,7cm, bois d'aubépine, crin de licorne, souple et facile à manier, droite
Epouvantard : un puissant nuage d'orage
Dialogue : Bleu

Origines libanaises - Serdaigle - Passionnée de botanique et potions - Guérisseuse et expérimenteuse - Soeur d'Altair Kirke - Épileptique - Vouée corps et âme à l'ODP - Révoltée - Impulsive - Amoureuse de l'aventure - Mal à l'aise sur un balai - Très consommatrice de sortilège de lévitation - Vit à Londres - Déteste le monde qui l'entoure.
Re: Nul ami ne vaut une soeur.
ce message a été posté Jeu 9 Nov - 19:45
Ses mains tremblaient en tentant de maintenir sa tasse de thé bien chaud. Elle regardait par la fenêtre, faisant bouger sa jambe comme elle avait l’habitude de le faire en situation de nervosité. Et c’était le cas drôlement souvent en ce moment. Plutôt depuis une semaine… Le soir d’Halloween l’avait traumatisée. Elle était touchée dans tout le corps, elle brûlait de s’en aller, de tout foutre en l’air. Après tout, qu’est-ce qui la retenait ici ? Trop peu de choses. Si cette société était maintenue, si Balkiss acceptait de continuer d’y vivre, on finirait par la marier de force comme il est coutume de le faire pour une sorcière basique. Une mère pondeuse, voilà ce qu’ils voulaient faire de la guérisseuse. Au delà de ça, Balkiss s’était fait la promesse il y a quelques années maintenant de ne jamais se marier avec un bon parti. De ne jamais offrir à ce monde répugnant de nouveaux sang-pur à vénérer. C’était non. Balkiss avait vu germer en elle des idées brûlantes de révolte. Chaque jour qui passait, elle se convainquait que ce monde n’était pas le sien et qu’elle devait le quitter. Partir loin d’Avalon, loin de la hiérarchie du sang.

Mais à la tête d’Avalon, au sommet de cette pyramide de la terreur il y avait Mervyn Kark. Et à ce jour, Mervyn Kark était mort. Qu’est-ce que ça changeait au final ? Elle réfléchissait à ça. La politique de la suprématie du sang pur était encore bien trop ancrée dans les têtes. Et les basiques se taisaient encore beaucoup trop. Balkiss avait la sensation de vivre dans d’hypocrisie. Tout le monde sait que le système est inhumain. Mais tout le monde fait semblant ! - ses mains se serrèrent autour de la tasse. La colère était toujours là, c’était bon signe. Ça voulait dire que même après l’horreur de cette nuit et peu importe à quel point elle en restera marquée, elle n’avait pas lâché les armes.

On avait trouvé un refuge, un nouvel abri pour soigner leurs blessures et vivre en harmonie tout en continuant de déstabiliser le système jusqu’à qu’il finisse par s’écrouler. Cet endroit semblait être le lieu indiqué pour Balkiss. Les fugitifs qu’elle connaissait et qu’elle aimait s’y trouvaient, forcément. Elle n’aspirait qu’à les rejoindre, être enfin utile et surtout, surtout arrêter de faire semblant. Mais une vie ne se quittait pas du jour au lendemain. Que ferait sa mère en se rendant compte de sa disparition et en ne recevant aucune nouvelle ? Balkiss ne pouvait révéler à personne son statut de Phénix car pour la population, sa mère ne faisant pas exception, Phénix rimait avec terroriste. Pouvait-elle vraiment tout envoyer valser, son boulot, ses amis, sa famille ? Quelle famille… La famille qui a voulu la marier de force, qui lui a présenté de multiples garçons comme dans un catalogue. Et Altair… Altair qui l’avait tellement déçue. Altair son plus grand regret, son plus grand amour, encore peut-être au fond.

Ca y est, ils l’avaient fait, ils avaient révélé l’existence toujours active des mangemorts. Et ça ne gêne personne. Mesdames et messieurs, les assassins ont maintenant un statut légal. Et Altair est marié à un mangemort. Et ça ne le gêne pas. Balkiss avait envie de vomir…

Soudain, trois coups frappèrent la porte de sa toute petite maison. Elle n’attendait personne. Méfiante, la Kirke attrapa sa baguette et la pointa en direction de la porte, avançant à une distance raisonnable. Depuis Halloween, elle était devenue parano. On l’avait possiblement reconnue, les Phénix étaient maintenant traqués, et elle avait fait pas mal de vagues déjà ces derniers temps… Le souffle court et le coeur battant, Balkiss attendit. Elle manqua de s’étouffer lorsque la voix de son frère émergea de derrière la porte. Elle abaissa sa baguette. Altair ? Mais pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? La surprise passée, elle serra les poings en l’entendant évoquer les prétendants qu’il lui faisait rencontrer. Heureusement qu’il ne venait pas pour ça ! Elle les auraient bien accueillis, tiens, lui et son foutu gars.

« Zia…. s’il te plaît. »

Altair avait utilisé le mot magique et sa petite sœur craqua. Il fallait qu’elle craque. Il fallait qu’elle voit quelqu’un avant de partir à Vivecime. Et peut-être que son frère était précisément la personne qu’elle avait besoin de voir.

Dès qu’il aperçu son visage, le sien prit une expression très inquiète. Elle faisait si peur que ça ? Le laissant entrer, elle l’entraîna ensuite dans le salon. « Ne t’en fais pas, je vais bien. » Elle se racla la gorge : «  Juste fatiguée. »

Évidemment, il fallait mentir. Son frère ne devait pas savoir où elle était cette nuit là, qu’elle avait participé à ce massacre. Qu’elle s’était battue. Qu’elle était devenue folle. Quelle serait la réaction d’Altair si il apprenait tout cela ? Elle n’excluait pas que son frère la dénonce, après tout il s’était marié avec un mangemort…

« Qu’est-ce que tu viens faire ici ? »
Altèrophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 337
Date d'inscription : 12/09/2016
Célébrité : Tahar Rahim
Crédits : Avatar : Nerose / Signature : Hela

Double compte : Mathilda Lovewell & Zoltán Hunter

Age : 34 ans
Sang : Basique 4
Statut : Foutu : marié et père de famille
Métier : Employé au ministère
Baguette : Bois d'érable et crin de licorne
Epouvantard : Une statue géante en feu écrasant sa femme et sa fille
Dialogue : #52726E

Re: Nul ami ne vaut une soeur.
ce message a été posté Lun 20 Nov - 18:52
Waw. Quel accueil chaleureux.... un peu mérité, certes, mais il devait quand-même avouer qu'il s'attendait à mieux. Peut-être pas à une explosion de joie mais au moins à un petit sourire ou un mot tendre qui aurait prouvé qu'il n'était pas complètement indésirable. En l’occurrence il avait plutôt l'impression de déranger. Et c'était un peu blessant.... surtout ce soir. Surtout quand il avait tant besoin d'elle. " Égocentrique " vous dites ? Assurément. Heureusement, cela faisait quelques semaines qu'Altair se faisait doucement à l'idée d'être un connard égocentrique. Un sale type qui ne pensait qu'à sa gueule et qui ne faisait jamais l'effort de regarder les choses sous un autre angle que le sien. Un mec à baffer quoi. Merci la Phénix, merci Alice et... merci Balkiss. Son accueil distant était un nouveau reflet de son principal défaut ; pourquoi aurait-elle été contente de voir la personne qui essayait de diriger sa vie depuis maintenant six ans, contre sa volonté et ses propres ambitions ? Il avait beau avoir agit pour « son bien », il n'en restait pas moins qu'il ne l'avait jamais écoutée. Parce qu'il était son grand frère, parce qu'il l'avait toujours protégée contre tout, et parce qu'il estimait devoir encore guider ses pas. Jusqu'à quand ? Jusqu'à la fin de sa vie probablement... ou jusqu'à son mariage si elle finissait par s'y résoudre. Mais il n'était pas là pour remettre ça sur le tapis. Non, il était venu pour parler... parce qu'il en avait besoin. Quel con ! Il éprouva une bouffée de honte qui teinta légèrement ses joues de rouge. Quand est-ce qu'il était devenu un grand frère aussi pourri ? Il n'avait pas eu le temps de voir leur relation se dégrader.... mais il devait encore être temps de la réparer, non ?

« J'avais juste envie de te voir. »
rétorqua-t-il d'une voix douce avec un faible sourire. « Tu me manques, ça fait longtemps qu'on ne s'est pas retrouvés. »

Il eu une pensée pour l'anniversaire de Mayssan, où il l'avait piteusement laissée tomber face à Aveline. Bon ok...

« Je veux dire juste tous les deux. »
précisa-t-il. « C'était quand la dernière fois qu'on est sortis ensemble ? Ca doit dater ! C'était quand on était dans ce restaurant où le serveur te faisait de l'oeil non ? »

Et où il lui avait ensuite proposé de se renseigner pour obtenir la nature de son sang et, s'il s'avérait être un basique trois ou plus, son adresse. Merlin, qu'est ce qu'il avait dû être lourd.... il avait balancé ce souvenir dans une tentative de ranimer leur vieille complicité mais finalement, il n'était pas sûr que ce soit une si bonne idée. Sans se laisser décourager, Altair enchaîna :

« On pourrait aller boire un verre dans un coin tranquille ou dîner quelque part ou même rester là pour que tu me racontes un peu tes dernières nouvelles.... »

Nouveau sourire encourageant. Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher d'essayer. Il aurait été prêt à beaucoup de sacrifices pour qu'elle accepte. Surtout au vu de sa mine fatiguée. Avait-elle de nouveaux problèmes de santé ? Quelques problèmes personnels ? Des difficultés à dormir après ce qu'il s'était passée à la tour des médias ? Ca aurait été compréhensible. Il reprit son ton de grand frère protecteur pour balancer :

« Et puis ça nous fera oublier les dernières frasques de ces "révolutionnaires" à la noix. »


A la noix oui. Il ne le pensait pas une seule seconde mais il s'était volontairement moqué des Phénix dans l'espoir de rassurer sa petite soeur adorée, de lui faire croire que malgré tout ce chaos leur dangerosité était vraiment minime et qu'ils n'avaient rien à craindre d'eux.
Contenu sponsorisé
Re: Nul ami ne vaut une soeur.
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Habitations