AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un capitaine pirate avec le scénario d'Arsenia Sabordage, Dagobert Sabordage ! pirat
Des scénarios en folie
Rebelle-toi conte l'esclavage avec le scénario de Sheherazade Raviya, Ghassan Amhès !
Des scénarios en folie
Exprime rage et douceur avec le scénario d'Agapanthe Kirke, Warrick Kirke !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Des scénarios en folie
Vis ta vie de fugitif trublion avec le scénario de Vivienne McKay, Aaron Hopkins !

❝ The night is dark and full of terrors ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 957
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : me

Double compte : Isaïe Saab

Age : quarante-sept ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen

The night is dark and full of terrors
ce message a été posté Ven 10 Nov - 17:28
_ Are you, are you, coming to the tree ? They strung up a man they say who murdered three. Strange things did happen here. No stranger would it be if we met at midnight in the hanging tree.

Un à un, les flambeaux accrochés le long des murs s'embrasèrent devant la silhouette qui venait d'apparaître au bas de l'escalier, dévoilant un couloir étroit, froid et austère. Aucune fenêtre laissant entrapercevoir l'extérieur. Aucun tableau, aucune tapisserie ni autres fioritures pour en adoucir les contours. Juste une pierre nue, impersonnelle, semblable à tant d'autres endroits à travers le Royaume-Uni. Voire peut-être même le monde entier. Qui pouvait savoir ? Certainement pas Jane Callaghan ou aucun autre des déchets qui avaient fait l'erreur de la suivre dans sa stupide rébellion.

_ Are you, are you, coming to the tree ? Where dead man called out for his love to flee. Strange things did happen here. No stranger would it be if we met at midnight in the hanging tree.

Vivienne se sentait d'humeur guillerette. Elle avait le pas léger, presque bondissant, tandis qu'elle avançait en direction de l'unique porte visible à l'autre bout du couloir. Sa main traînait nonchalamment derrière elle, effleurant du bout des doigts l'humidité qui s'était condensée le long des murs. C'était devenu une routine. Chaque fois qu'elle descendait ici, elle lui chantait une nouvelle chanson. De cette voix aussi douce que le miel, comme celle d'une mère au chevet de son enfant, à l'heure du coucher. Il ne lui semblait pas avoir jamais chanté de berceuse à ses enfants pourtant. Une ou deux fois, peut-être, lorsque Absolam avait contracté l'hippogrippe quelques temps après son sixième anniversaire, mais elle n'en était plus très sûre et, de toute façon, cela n'avait pas la moindre espèce d'importance.

_ Are you, are you, coming to the tree ? Where I told you to run so we'd both be free. Strange things did happen here. No stranger would it be if we met at midnight in the hanging tree.

Arrivée devant la porte, la sorcière marqua une pause. Le temps de tirer sa baguette hors de son fourreau et de lancer un sort de désensibilisation olfactive autour d'elle. L'odeur de la pisse et de la merde ne l'avait jamais particulièrement attiré, voyez-vous, et le petit oiseau sur lequel elle était parvenue à mettre la main empestait aussi bien l'un que l'autre si elle ne prenait pas ses précautions. Avant de tirer le loquet de sa cage, Vivienne attrapa également un flambeau. Il n'y en avait pas à l'intérieur. Elle avait décidé que son petit oiseau serait un oiseau de nuit, plongé dans les ténèbres et le silence assourdissant de l'oubli jusqu'à ce qu'elle daigne venir lui rendre visite. Plusieurs jours pouvaient s'écouler de la sorte. Jamais à la même fréquence. Avait-elle fini par se lasser ? Mourrait-elle de faim ou de soif avant qu'elle ne revienne ? Encore une fois : qui pouvait savoir ? Vivienne s'étonnait parfois que la fille de Jane Callaghan ne soit pas encore devenue folle à lier. Mais cela finirait par venir. Aussi entêtée et farouche qu'elle était, la petite Phénix finirait par se briser.

_ Are you, are you, coming to the tree ? Wear a necklace of rope side by side with me. Strange things did happen here. No stranger would it be if we met at midnight in the hanging tree.

Si pitoyable. Le petit oiseau n'avait-il déjà plus assez de forces pour redresser la tête quand elle pénétrait dans sa cage ? Esquissant une moue de dégoût, Vivienne s'approcha doucement de la misérable silhouette enchaînée contre le mur, les bras en croix, à l'image de ce Christ que les moldus vénéraient idolâtrement. Elle s'accroupit alors devant elle et vint lui relever le menton du bout de sa baguette.

_ Waky, waky, little dove. Missed me already ?
Suceuse d'éruptif
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t481-lizzie-o-meara
Messages : 576
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Shelley Hennig
Crédits : Kim ♥ ¤ com

Double compte : Scylla N. Kark & Joaquim Cervera-Bernal

Age : Vingt-six ans
Sang : Basique #3
Statut : Crazy in love, bitch.
Métier : Normalement fugitive, elle est actuellement aux mains des Mangemorts.
Baguette : Bois de cornouiller, ongle de troll, 24,7 cm, rigide. Même qu'elle a un petit nom : « Poppy ». Perdue au moment de son enlèvement.
Epouvantard : Le noir. Total et absolu. Son quotidien, désormais.
Dialogue : [color=#339999]

Fille de Jane Callaghan - Atteinte d'une forme légère de dyslexie, écrite mais aussi orale sous le coup d'une forte émotion - S'est vue coller un chaperon depuis qu'elle a failli faire exploser un campement - A révélé son identité aux Mangemorts présents lors de sa mission à la Mine d'Aberfan (event 2) - Adore tout ce qui fait BOUM - A la gueulante facile et jure comme un charretier - Fugitive rodée - Du fait de son héritage sorcier péruvien, possède une affinité particulière avec le feu - A désigné Vivienne McKay comme sa Némésis jusqu'à ce que la mort les sépare - Capturée par la «pute à Mangemorts» suscitée lors de la mission de la Tour des Médias (event final 1), elle coule actuellement des jours paisibles (non) dans un cachot.
Re: The night is dark and full of terrors
ce message a été posté Lun 13 Nov - 23:54
En captivité, tous vos sens se dérèglent. Nulle lumière pour vous permettre de capter le moindre contour, si bien qu'à force, vous finissez par vous demandez : suis-je devenue aveugle ? Pourrais-je retrouver la vue un jour ? De tous les bruits, le pire était certainement celui des rats grattant dans les cloisons. Enchaîné, vous vous demandiez : quand viendront-ils pour moi ? Lorsque le sommeil vous trouvait enfin, répit salvateur vous permettant d'échapper à vos seules pensées, vous vous trouviez soudain éveillé, avec l'impression que quelque chose vous grouillait sur le ventre. Mais en réalité, il ne s'agissait que de la faim. Heureusement, à mesure que le temps passait et que les forces physiques vous abandonnait, l'estomac finissait par cesser de gronder. Heureusement.

Le pire était certainement l'odeur. De sa propre crasse, morve, merde et pisse dans laquelle on vous laissait baigner. Mariner. Là encore, le sommeil se faisait traître. Chaque réveil était un assaut d'effluves toutes plus terribles les unes que les autres. C'était eux qui vous rappelaient où vous vous trouviez, ou plutôt, où vous n'étiez pas. Seule certitude, au demeurant. Ne pas être en sécurité. Ne pas être auprès des siens. Être ou ne pas, telle n'était pas la question. Etiez-vous seulement encore quelqu'un, même quelque chose, dans ce jus malodorant, avec votre esprit pour seul compagnon régulier ? Celui-là même qui vous jouait des tours, vous laisser entendre et renifler un environnement dont vous ne saviez rien. Ne pas savoir où vous vous trouviez. Ne pas savoir si vous sortiriez un tour de cette geôle dont vous imprégniez les murs de votre âme et de votre corps abîmés. Abîmes d'incertitudes, de peurs et d'inaction totale. L'impossibilité indéniable, horrifique, terrible, de faire, de comprendre, de savoir. Quoi que ce soit.

Are you, are you, coming to the tree ? They strung up a man they say who murdered three. Strange things did happen here. No stranger would it be if we met at midnight in the hanging tree.

Frémissement du poil se dressant sur leur échine. Elle chante, elle chante toujours. Quand elle lui fait grâce de sa présence, elle a chaque fois une petite comptine aux lèvres. Elle s'annonce à sa prisonnière, comme si elle soignait son entrée ou préparait son arrivée. Un goût de bile aux lèvres. Ah oui, le goût aussi ! Chaque morceau de nourriture, même rassis, explosait en bouche, réveillait vos papilles asséchées. Quant au vomi, il n'avait jamais paru si acide. Si malvenu, également. Parce que rendre le seul repas de la semaine, merde, ça faisait drôlement chier.

Waky, waky, little dove. Missed me already ? On lui redresse le menton, à ce qu'il reste de la O'Meara, la petite Phénix toute sèche dont, en apparence, il ne reste rien. « Sale pute. » A part le fiel. Voix rauque, dissonante. Comme cassée. Depuis quand n'a-t-elle pas parlé ? Elle veut cracher. Bof. Il faudrait de la salive, pour ça. « J'te crèverai. J'te ... Crèverai. » Elle inspire, soupire. C'est tellement fatigant, de parler. Et le feu qui lui brûle les yeux. Elle serre les paupières. Très fort. C'est douloureux. Tout est terriblement douloureux.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

We are Callacrew.

   By COM
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 957
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : me

Double compte : Isaïe Saab

Age : quarante-sept ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen

Re: The night is dark and full of terrors
ce message a été posté Jeu 16 Nov - 22:42
Un sourire vint ourler ses lèvres de serpent. Son petit oiseau avait le réveil grognon, de toute évidence. Ce n'était pas la première fois que Vivienne en faisait le constat, mais elle aurait cru depuis le temps que ce vilain défaut aurait fini par lui passer. À croire qu'on ne revenait pas aussi aisément sur vingt-six ans de mauvaise éducation... Mais elle était patiente. Jusqu'à un certain point. Elle parviendrait bien à faire rentrer quelques notions de base dans ce crâne épais. Elle était prête à y mettre du sien s'il le fallait, et à user des méthodes les plus variées. Elle ne savait pas trop ce que la fille de Jane Callaghan escomptait de ces ridicules coups d'épée dans l'eau en plus. Croyait-elle la blesser ? Écorcher son honneur ou son ego ? Ce n'était que des mots. Vivienne supposait qu'elle se raccrochait désespéramment aux seules armes qui lui restaient, et des mots étaient bien tout ce qu'elle avait encore à sa disposition, mais même à ce petit jeu elle n'était pas très douée. La comparer à une catin, vraiment ? Était-ce donc là tout ce dont elle était capable ? Ça et lancer des menaces en l'air qui n'auraient pas effrayé un cracmol. Vivienne leva alors les mains au-dessus de ses épaules en signe de reddition et fit mine de frissonner d'horreur. Elle ne pu garder son sérieux très longtemps cela dit, et échappa aussitôt un petit rire charmant.

_ Sale pute. Ce n'est pas un très joli mot. Pourquoi dirais-tu une chose pareille, en plus ? Je ne me souviens pas avoir jamais fait payer un homme pour avoir le plaisir de partager mon lit. Certainement pas que tu ais été là pour pouvoir affirmer le contraire en tout cas.

Elle haussa les sourcils tout en écarquillant les yeux, l'air de dire : non mais ça va pas, non. Cette simple pensée était d'ailleurs plus effrayante que n'importe quelle promesse de mort proférée à son encontre. Comme pour lui rappeler son impuissance, Vivienne laissa alors courir son regard le long des chaînes entravant ses poignets, et la façon qu'elle eut de renâcler avec mépris fut peut-être plus insultante encore que si elle lui avait de nouveau rit au visage. Pauvre sotte, songea-t-elle tandis qu'elle se redressait. Lizzie était décidément longue à la comprenette. Elles avaient pourtant déjà eu une conversation plus ou moins similaire lors de l'une de leurs premières entrevues. Vivienne avait alors quitté son cachot à peine arrivée, avant même d'avoir eu le temps de lui donner à boire ou à manger. La laissant seule pendant encore deux jours. Quarante-huit heures. Deux mille huit cent quatre-vingt longues, très longues minutes dans le noir. Elle ne pouvait pas croire que cela représentait une expérience que son petit oiseau souhaitait revivre de si tôt. Mais peut-être se trompait-elle. Peut-être que Elizabeth O'Meara Callaghan appréciait cette vie rudimentaire qui lui donnait l'occasion de s'interroger sur le véritable sens de l'existence. Lentement, Vivienne retourna alors en direction de la porte, près de laquelle elle avait abandonné une besace en rentrant. Son contenu devait d'ailleurs commencer à faire planer une douce odeur sur la pièce.

_ Je t'avais apporté un petit quelque-chose, mais si ma compagnie te dérange je peux m'en aller.

C'était à elle de voir. Il suffisait de dire le mot magique.
Suceuse d'éruptif
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t481-lizzie-o-meara
Messages : 576
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Shelley Hennig
Crédits : Kim ♥ ¤ com

Double compte : Scylla N. Kark & Joaquim Cervera-Bernal

Age : Vingt-six ans
Sang : Basique #3
Statut : Crazy in love, bitch.
Métier : Normalement fugitive, elle est actuellement aux mains des Mangemorts.
Baguette : Bois de cornouiller, ongle de troll, 24,7 cm, rigide. Même qu'elle a un petit nom : « Poppy ». Perdue au moment de son enlèvement.
Epouvantard : Le noir. Total et absolu. Son quotidien, désormais.
Dialogue : [color=#339999]

Fille de Jane Callaghan - Atteinte d'une forme légère de dyslexie, écrite mais aussi orale sous le coup d'une forte émotion - S'est vue coller un chaperon depuis qu'elle a failli faire exploser un campement - A révélé son identité aux Mangemorts présents lors de sa mission à la Mine d'Aberfan (event 2) - Adore tout ce qui fait BOUM - A la gueulante facile et jure comme un charretier - Fugitive rodée - Du fait de son héritage sorcier péruvien, possède une affinité particulière avec le feu - A désigné Vivienne McKay comme sa Némésis jusqu'à ce que la mort les sépare - Capturée par la «pute à Mangemorts» suscitée lors de la mission de la Tour des Médias (event final 1), elle coule actuellement des jours paisibles (non) dans un cachot.
Re: The night is dark and full of terrors
ce message a été posté Lun 18 Déc - 23:19
Ses yeux sont tout larmoyants à cause du feu que la McKay a apporté et qui éclaire sa cellule. Celui qui lui brûle les paupières et les fait cligner incessamment. La Phénix a l'impression que, tandis que les ombres se délitent, la réalité la rattrape. La sensation du fer des chaînes sur ses poignets, les courbatures dans ses muscles ... Sale pute. J'te crèverai. Elle ressasse cette ritournelle, sempiternelle, cependant, elle doit le reconnaître, Lizzie, plus les jours - semaines ? - passent, moins elle a de saveur. Comme si elle y croyait de moins en moins. Elle réalise avec effroi que l'espoir s'amenuise. Azkaban et ses horreurs dolohoviennes n'ont rien à envier à la brutalité de sa nouvelle maison. Et ce ne sont pas les coups. Car il y en a pas. La Mangemort ne la bat pas, en général. Elle a d'autres moyens, tellement plus nombreux et retors pour la faire plier, ployer. Jusqu'à ce qu'elle crie grâce.

« No ... Non ! » Grincement animal. Un geignement, même. Elle se déteste. Elle se fiche la nausée. Elle veut crever. « 'Pars pas. S'il te plaît. » Elle regrette, aussi, la brune. Elle n'aurait pas dû se laisser aller comme ça à son impétuosité coutumière. Surtout pas. Sa survie, elle repose entre les mains de cette folle qui l'a liée. Dichotomie de la vie et de la mort ; elle pense au suicide tout en rêvant au contenu de ce sac qui lui remplira sûrement le gosier, si elle se comporte bien. Il sent bon. Il respire les instants supplémentaires qu'elle gagnera, lesquels permettront à ce qu'il reste de sa carcasse de fonctionner. Elle imagine ce qu'il contient. Peut-être un peu de carrot-cake. Elle adore le carrot-cake. Elle voudrait aussi mordre dans une cuisse de chevreuil. S'enfiler un monceau de pommes de terres au four. La petites, là, celles dont la peau craque sous les dents. Les lèvres humides, elle se rend compte qu'elle s'est mise à baver. Elle s'en fout. Son estomac s'est réveillé, s'agite. Il hurle une faim qui n'a pas de nom : vivre, encore. Un instinct insatiable. Tellement ancré. « Désolée ... » Oh horreur ! Elle supplie, le ton de sa voix ne laisse aucune équivoque à ce sujet. Elle devrait en avoir honte. Après, peut-être. Pas maintenant, non. Elle a trop faim.

Et tellement peur, aussi. La convoitise n'est pas seul pêché à lui brûler les entrailles. Si sa geôlière s'en va, alors, elle sera à nouveau seule. Avec les rats, avec ses sombres pensées. Pour combien de temps ? Une seconde serait de toute façon de trop. A l'infamie de sa situation s'ajoute celle, encore - beaucoup - plus ignoble de la dépendance qu'elle est en train de nouer autour de son bourreau. Vivienne lui parle. Vivienne lui chante des chansons. Vivienne la nourrit. Sans elle, Lizzie O'Meara est persuadée qu'elle n'existe plus. Elle n'a plus qu'elle.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

We are Callacrew.

   By COM
Contenu sponsorisé
Re: The night is dark and full of terrors
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs