AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Perche ton gros cerveau sur des talons hauts avec la petite sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini Cool
Des scénarios en folie
Incarne un sorcier vaudou avec le frère aîné de Calypso Layibadé, Kayin Layibadé Twisted Evil
Des scénarios en folie
Viens refaire le portrait aux sorciers avec la grande sœur de Salazar Sabordage, Madison Phillips
Des scénarios en folie
Prouve que t'en as autant dans la cervelle que dans le portefeuille avec le petit frère d'Armel Zabini, Alix Lancaster Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ MISSION | Going north ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
MISSION | Going north
ce message a été posté Ven 1 Déc - 18:19
L'écume du détroit des Orcades bouillonnait à gros bouillons contre la coque du frêle esquif de bois à bord duquel ils avaient embarqués. Moins de vingt kilomètres séparaient la côté écossaise de Mainland, l'île principale de l'archipel. Un voyage de plaisance, leur avait assuré le batelier qui les avait pris en charge, vous y serez rapidement, vous verrez ! Vivienne lui aurait bien fait avaler les rames de son foutu rafiot pour avoir osé proférer un tel mensonge, mais cela aurait nécessité qu'elle sorte les mains de ses poches pour pouvoir attraper sa baguette et elle n'était toujours pas parvenue à s'y résoudre. Elle était frigorifiée. L'après-midi était à peine avancée et, pourtant, on se serait déjà cru au crépuscule. Un épais brouillard gris était monté de la mer peu après leur départ, et cela faisait un moment maintenant qu'ils naviguaient à l'aveugle à travers cette interminable purée de pois. Sans parler de la pluie que le vent poussait à l'horizontal en rang serré... Vivienne serait surprise de ne pas attraper la mort même si, par miracle, elle survivait à cette horrible traversée. Heureusement, Maddox était là pour partager son calvaire et elle avait trouvé un semblant de réconfort en se serrant le plus près possible de lui.

La mission commençait mal. Ils n'étaient même pas encore arrivés à bon port que Vivienne se sentait déjà pousser des envies de meurtre à l'encontre des orcadiens. Non contents de vivre dans le trou du cul monde, ces pouilleux amateurs de harengs avaient décidés de faire des siennes depuis la mort de Mervyn Kark, refusant de payer leurs impôts et menaçant de faire sécession avec le gouvernement britannique. Un tel manque de loyauté laissait Vivienne abasourdie. N'avaient-ils donc aucun honneur pour déserter de la sorte à la première contrariété ? Si ça n'avait tenu qu'à elle, la sang-pur leur aurait envoyé toute la Brigade Magique. Elle aurait ordonné l'arrestation des leaders et, pourquoi pas, organisé deux ou trois exécution publiques pour l'exemple. Heureusement, ce n'était pas elle qui prenait les décisions. Dans le fond, elle comprenait que le Ministère ne puisse agir de la sorte d'ailleurs, ou l'importance qu'il y avait à préserver les apparences, mais cela aurait été tellement jouissif. Vivienne avait les arrivistes en horreur et les orcadiens lui apparaissaient comme les pires d'entre eux depuis qu'elle avait appris ce qu'ils tramaient.

La sorcière fut tirée de ses pensées par le batelier qui planta soudain ses rames dans l'eau pour ralentir l'embarcation. Avec ce brouillard, elle n'avait même pas remarqué que les falaises abruptes de Mainland avaient commencé à apparaître devant eux. L'accostage ne serait visiblement pas chose aisée. Les récifs pointaient hors de l'eau comme quelques crocs acérés à travers lesquels il valait mieux manœuvrer avec prudence et Vivienne sentit son étreinte se crisper autour du bras Maddox. C'est sans encombre pourtant qu'ils atteignirent enfin le ponton rejoignant la terre ferme. Mais personne ne les y attendait. La lumière diffuse de quelques lanternes se balançant dans le vent fut la seule à égayer

_ Ben dis donc, j'ai connu des accueils plus chaleureux ! Vous êtes sûrs qu'ils vous attendaient pour aujourd'hui vos loustics ? siffla le batelier après s'être donné la peine de débarquer leurs bagages.

_ Merci pour votre sollicitude mais nous ne nous sommes pas trompés de date, non.

_ Vous savez, j'dis ça j'dis rien, moi, ma p'tite dame, faut pas le prendre sur ce ton. Y a une petite auberge sympathique face au port. Vous f'rez peut-être bien d'y faire escale avant d'aller rencontrer vos pontes à Kirkwall. Les lits y sont moelleux et, avec ce temps, vaut mieux faire la route de jour.

Allons bon. Voilà que le roturier se permettait de leur donner des conseils. Il n'avait peut-être pas tord, cela dit. Vivienne n'aurait pas craché sur un peu de confort après la traversée qu'il venait de leur faire subir, même si elle doutait que le batelier ait les mêmes exigences qu'elle en terme d’accommodations. Elle lança alors un regard en coin à son vieil ami, comme pour lui demander ce qu'il en pensait.
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Mer 6 Déc - 6:48
Franchement, tout ça sent mauvais.
Littéralement, surtout.

Maddox a été incapable, depuis le début de la traversée, de chasser l’expression de dégoût peinte sur ses traits. Vous parlez d’une façon de débuter l’année ! Venir se perdre dans un trou terreux et puant afin de venir faire le boulot du Ministère, trop occupé à gérer son propre merdier… une chance qu’il y a Vivienne et la possibilité d’user très librement de la diplomatie.

Il voit la fin de leur traversée infinie (en tous cas, c’est le sentiment qu’elle lui a laissé, dans l’humidité pesante et le brouillard angoissant) comme une véritable libération, mais il déchante bien vite en remarquant que le ponton est plus vide que la tête d’Alexianne (paix à son âme de niaise).
Pas un Fléreur, sur le quai.
Sales emmerdeurs d’Orcadiens.

Maddox grogne entre ses dents, alors qu’il aide Vivienne à mettre pied hors de l’embarcation et que le batelier s’occupe de leurs bagages. Réduits, ils ne comptent pas s’installer bien longtemps dans ce coin de bouseux. Le moins longtemps sera le mieux, même, et à voir comme on les accueille, il faut croire que c’est réciproque. Ils ne se sont pas trompés de jour, il en est bien certain, mais ces imbéciles réussissent à le mettre en doute. Un peu. Pas longtemps. Le temps de se ramener à la raison : les autres ont forcément tort, et lui jamais. « [...] Les lits y sont moelleux et, avec ce temps, vaut mieux faire la route de jour. » Un regard de biais avec sa meilleure amie, au moment où elle lui retourne le même coup d’oeil. Il a bien envie de snober les conseils de leur batelier, mais en vérité… il rêve d’un bon repas chaud, d’un lit confortable et d’un feu brûlant. Et de quelques verres de ce fameux whisky vanté par toutes les brochures touristiques dénichées sur les Orcades. Probablement la seule chose qui puisse l’inciter à réellement se rendre sur cette île, outre la mission : la picole. « Prendre un peu de repos ne nous fera pas de mal », acquiesce finalement le Serdaigle, avant de rapprocher son amie de lui, comme pour tenter de la protéger encore davantage du vent qui siffle autour d’eux. Il a déjà empilé son manteau sur ses épaules et lui a entouré d’autorité son foulard autour du cou, transformant Vivienne en petite statue de laine d’où seuls émergent ses grands yeux de biche. « Elle a un nom, cette auberge ? Le batelier se gratte le menton, le regard pensif. J’sais plus, mais y’a un phoque sur la devanture, vous pouvez pas la manquer. »
Un phoque.
Une fois rendu un peu plus loin sur le quai, pratiquement devant ce fameux port où ils sont supposés trouver l’habitation, le brun se rend compte qu’il aurait pu demander un peu plus de détails. Il n’y a que ça, des devantures de magasins et d’auberges avec des foutus phoques. Dessinés, gravés, sculptés, animés, empaillés, vivants : ils sont tous là, à les narguer, et Maddox fixe les créatures marines avec un air mauvais. L’une des devantures semble en meilleur état, plus accueillante, et il décide que c’est de celle-là dont leur parlait le batelier. Il espère avoir fait une bonne pioche.

L’intérieur de l’auberge est suffisant chaleureux pour le rassurer, et il dépose leurs bagages avec un air critique, mais pas déplû. Une dame aux cheveux gris, soigneusement ramenés en chignon strict, apparaît au bureau d’accueil et les salue dans un anglais fortement accentué. « Une chambre », demande-t-il bien simplement à l’aubergiste, qui fouille sous son comptoir afin de sortir les formulaires à remplir. Franchement, qui a besoin de deux lits pour coucher Vivienne et lui ? Ils dorment dans le même lit depuis l’adolescence, ça ne va certainement pas changer après tout ce temps ! Maddox s’empare des papiers et les parcourt rapidement du regard, sans pourtant les remplir. Les prix ne sont pas chiches, par Rowena. Loin de là. Ils ne doivent pas avoir masse de touristes non plus, à cette période moisie de l’année. Ou n’importe quand. « On pourrait envoyer une boule à neige remplie de harengs à Tequila. » Pourquoi pas dans une caisse remplie de vrais harengs, aussi ? Ça serait une très bonne blague, de très bon goût. Son atelier empestera le poisson pourri pendant des jours. Il note l’idée dans un coin de sa tête, pour un peu plus tard. Et une ou deux Beuglantes à ce prêteur et à ses conseillers… franchement, se tromper de journée comme ça… Y a-t-il un repas de compris, avec la chambre ?, s’interrompt-il subitement lui-même, levant ses yeux sombres sur la dame au chignon. Non, monsieur. Pas même le matin ? N-non, nous, nous n’offrons pas ce service. Vraiment ? Pourriez-vous me dire quelle auberge pourrait faire ça, alors ? Je veux dire, payer tous ces Gallions et ne même pas avoir un thé d’offert le matin… Viens, Vivi, on va ailleurs. Trop cher, pas assez de services. » Il a adopté le ton le plus hautain de sa gamme et a pratiquement jeté les formulaires sur le comptoir, comme si ceux-ci lui brûlaient les doigts. Il espère franchement réussir son coup de bluff, et dès qu’il entend la femme élever à nouveau la voix, il sait déjà avoir gagné : « On peut… on peut négocier pour un petit-déjeuner, dit-elle avec un peu de précipitation, ramassant les feuillets éparpillés. Pour les deux. Bien sûr. Je ne vais pas manger seul, il faut vraiment m’assurer que nous allons avoir ce petit-déjeuner tous les deux. Oui, oui. Parfait. Ajoutez ça au formulaire. » Pas de merci, pas de s’il vous plaît, qu’à peu près des ordres et une certaine satisfaction dès qu’il se retourne vers Vivienne. Un petit clin d’oeil. Le bon vieux charme Macnair. Ou enfin, le bon vieux chantage de Maddox. Un peu des deux.
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Lun 18 Déc - 12:14
Vivienne n'avait pas décroché un mot, laissant à Maddox le soin de parlementer avec la tenancière des lieux. Malgré les nombreuses couches successives de vêtements empilés sur ses épaules, elle était transie de froid – ou du moins s'en était-elle convaincue – et mimait avec un talent de comédienne aguerrie des grelottements incontrôlables. Certains la regardaient faire avec un air un peu sceptique, autour, mais elle n'en avait que faire. L'avis d'une bande de loqueteux empestant la bière et le poisson ne l'intéressait guère. Tout ce à quoi elle aspirait, pour l'heure, était de pouvoir aller se prélasser devant un bon feu de cheminée, une tasse de thé entre les mains. Elle accueillit ainsi avec soulagement la fin des négociations entamées par Maddox. Quand son ami eut enfin récupéré la clé de leur chambre, elle le suivit volontiers dans les escaliers grimpant vers les étages. Il était encore tôt pour aller s'isoler entre quatre murs et, en même temps, elle n'avait aucun désir de se mêler à la faune locale ni de profiter de l'occasion pour faire du tourisme. Par le Lord, non merci ! Au moins la chambre semblait-elle suffisamment confortable. Rudimentaire, certes, mais correcte malgré tout.

Tandis que Maddox se chargeait d'allumer un feu, Vivienne s'éclipsa dans la salle de bain afin de faire couler un bon bain. Un soupire de contentement caressa ses lèvres quand elle se laissa glisser à l'intérieur, et c’est avec la souplesse d’un chat s’extirpant d’un long sommeil qu’elle étira son dos jusqu’à ce que sa nuque vienne reposer contre le rebord de la baignoire. Difficile de dire combien de temps elle resta là. L'eau était devenue tiède, presque froide, lorsqu'elle finit par s'en extirper, se rhabiller, puis par repasser dans la chambre. Elle se sentait incroyablement détendue, en tout cas, mais un simple regard en direction de Maddox suffit à lui faire froncer les sourcils. Quelque-chose n'allait pas. Le Macnair était assis dans un large fauteuil, tenant à la main un parchemin qu'il lui tendit plus sèchement qu'il n'aurait certainement voulu. D'abord un peu étonnée par son attitude, le visage de Vivienne ne tarda pourtant pas à prendre le même air pincé que lui à mesure qu'elle parcourait les lignes de la courte missive.

Ramsay Muirhead, Prêteur des Orcades, vous informe par la présente que votre présence est réquisitionnée lors du Conseil des Anciens qui se tiendra demain, à l'Hôtel de Ville de Kirkwall, à neuf heures précises. Aucun retard ne sera toléré. Bien à vous.

Vivienne releva un regard coi en direction de son ami. Abasourdie. Si jamais le moindre doute persistait, il était dorénavant clair que l'accueil inexistant qu'ils avaient reçu en mettant les pieds sur l'île était un acte délibéré, et non une bête erreur de calendrier. Les orcadiens savaient. Ils avaient tout simplement fait le choix de leur faire sentir qu'ils n'étaient pas les bienvenus. Mais plus que leur manque de manières, c'était le ton péremptoire de leur missive qui laissait à la sang-pur un arrière goût désagréable.

_ Ces sauvages ne manquent décidément pas d'air ! Nous convoquer ! Nous !

Comme s'ils étaient à leur service ! Comme s'ils pouvaient se permettre de les siffler comme de vulgaires limiers ! Dans son emportement, Vivienne marcha furieusement jusqu'à la cheminée, où elle jeta le parchemin dans un geste aussi grandiloquent qu'inutile. Cela eut pourtant au moins le mérite d'apaiser un minimum sa colère, et quand elle reprit la parole, ce fut d'une voix plus calme. Bien qu'il était évident qu'elle faisait un effort pour se maîtriser.

_ Ils le font exprès. Ils cherchent à nous provoquer, sûrement dans le but de pouvoir nous rejeter la faute si jamais les négociations tournent mal par la suite. Eleanor fait la même chose. Elle a l'art et la manière de présenter les choses de telle façon que je ne peux que m'agacer et, après, elle court se plaindre à son père que je n'ai pas eu la patience de l'écouter jusqu'au bout ! C'est la b.a-ba de la mauvaise foi. Il ne faut absolument pas rentrer dans leur jeu, conclue-t-elle en évitant bien de se regarder le nombril quand elle parlait de mauvaise foi.
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Dim 31 Déc - 5:31
Maddox avait réussi à se retenir de déranger Vivienne pendant son bain, accordant à sa meilleure amie un moment bienvenu de repos et de détente. Un exploit, pour un homme tel que lui, dans des circonstances telles que celles-ci, annoncées par une lettre qu’il s’est retenu de toutes ses forces de brûler. Ou de renvoyer en une missive d’insultes impulsives, qui aurait été peu utile à la réussite de leur mission. Il a rongé son frein, de la réception de la lettre à la sortie de la salle de de bain de son amie, assis tout près du foyer. Élaborant en silence des centaines de morts diverses, pour ces paysans d’Orcadiens, afin de garder son calme. Et à voir l’expression de Vivienne… il a eu bien raison, de se sentir insulté par cette missive. « Ces sauvages ne manquent décidément pas d'air ! Nous convoquer ! Nous ! »

La Serpentard parle pour lui et lorsqu’elle jette le parchemin au feu, il est aussi satisfait que si c’était lui qui l’avait fait. Parlez d’une empathie totale avec un être ! « Ils le font exprès. Ils cherchent à nous provoquer, sûrement dans le but de pouvoir nous rejeter la faute si jamais les négociations tournent mal par la suite. Eleanor fait la même chose. Elle a l'art et la manière de présenter les choses de telle façon que je ne peux que m'agacer et, après, elle court se plaindre à son père que je n'ai pas eu la patience de l'écouter jusqu'au bout ! C'est la b.a-ba de la mauvaise foi. Il ne faut absolument pas rentrer dans leur jeu. » Il la connaît bien, la Eleanor aux yeux de biche hérités de sa mère, et il la voit tout à fait appliquer cette stratégie. Une petite rusée, que celle-là, et bien que Vivienne n’ait pas envers elle une affection tout à fait constante, lui ne peut pas retenir une bouffée secrète d’affection pour la jeune femme. Elle ira loin. Tant que ce n’est pas pour leur mettre des bâtons dans les roues, à eux, et surtout pas à sa mère. « Je veux bien être irréprochable, mais si leur objectif est de nous tourner en bourrique, je ne sais pas si je pourrai être patient bien longtemps », répond Maddox avec amertume. Il présente très bien, et il a appris à être aimable, pendant quelques temps. Si on ne l’asticote pas, si on ne se révèle pas un complet idiot, si on ne l’embête pas, surtout. Ce qui arrive toujours bien rapidement, vu l’imbécilité moyenne du sorcier moyen.

Maddox fait lever, d’un coup de baguette, le verre de gin tonic préparé à l’intention de sa meilleure amie. Puis, un second pour lui. Il y a longtemps qu’il réfléchit mieux avec de l’alcool. La première gorgée déjà l’éclaire, dissipe quelques nuages jetés sur son humeur déjà désastreuse. « Nous irons les rencontrer, à l’heure, et nous aurons nos réponses, à propos de cette… rébellion par le défaut de paiement. » Roulement d’yeux. Au moins l’Ordre du Phénix et cette prétendue Nouvelle Inquisition ont le mérite de faire des actions qui peuvent réellement être qualifiées de révolte. Et de révoltantes. Là, ne pas payer ses impôts… c’est surtout joindre l’injure à l’insulte, et espérer que le Ministère oublie d’avoir les dents longues. Ou un problème de mémoire suffisant pour oublier leur existence. Bouseux puants. Troisième mouvement du poignet et sa valise s’ouvre, faisant voler à lui des parchemins parcourus de l’écriture élégante de leur cheffe de faction. « J’ai apporté les informations données par Calliope et Arutha, à propos du Prêteur des Orcades. Il ne s’est pas présenté aux deux dernières assemblées semestrielles convoquées par le Ministère. Il est dans le tort et il le sait, et tous ses prétendus Anciens aussi. Pour le reste, les informations qui viennent de la communauté sont parcellaires et insipides. La dernière fois qu’ils ont refusé de payer des taxes remonte à 2022. » Sous Lucy Metelli, garce Américaine dont il ne veut même pas prononcer le nom. Il y a toutefois quelque chose d’intéressant, à savoir qu’ils ont un antécédent de défaut de paiement qui concorde tout justement avec un changement de gouvernement plutôt… marquant.
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Jeu 1 Fév - 8:43
Vivienne roula des yeux et renâcla avec mépris en entendant Maddox faire l'historique des défauts de paiement des orcadiens, l'air de dire : Ben voyons ! L'opportunisme semblait visiblement faire partie de leur code génétique. Cette information était plus intéressante qu'elle n'y paraissait, cela dit. Les deux sorciers en avaient pris conscience lors de leurs préparatifs. Ni l'un ni l'autre n'étant des professionnels de la diplomatie, ils s'étaient arrangés pour rencontrer un employé de la Confédération Internationale des Sorciers, quelques jours avant leur départ. Un homme de confiance connaissant bien le dossier, lui aussi porteur de la Marque, et qui les avait aidé à y voir plus clair dans cette affaire. Étant donné le timing de la dissidence orcadienne, il était aisé en effet de soupçonner une certaine connivence entre celle-ci et la victoire des opposants au régime à la Tour des Médias. Mais le politicien les avait vite mis en garde contre ce raccourci facile. Rien ne laissait présager une telle chose. Au contraire, les orcadiens étaient même très attachés à l'esclavage moldu, qui alimentait pour une bonne part la main-d’œuvre nécessaire à leurs ports de pêche. Leurs fréquentes tentatives de s'affranchir du giron ministériel ne devaient ainsi être interprétées que comme une suite logique au fort désir d'indépendance qu'ils nourrissait depuis des années.

Des enquiquineurs de première, en somme, s'était contentée de résumer Vivienne, s'attirant dans le même temps la franche approbation de Maddox et une moue désespérée de la part de leur contact, qui venait de passer près de deux heures à tenter de modérer leurs propos. Les deux sang-pur n'étaient pas idiots, cependant (juste étroits d'esprit, à peine). Ils avaient bien compris où le sorcier voulait en venir. Sur le plan idéologique, les Orcadiens ne devaient pas être considéré comme des ennemis, et c'est dans ce sens qu'ils devraient orienter la discussion pour tenter de parvenir à un compromis. Une balade de plaisance. Vraiment. Vivienne sentait poindre la migraine rien que d'y penser et prit aussitôt une gorgée de gin pour apaiser son humeur. La soirée promettait d'être longue, mais Maddox avait raison. Réviser le dossier ne pouvait pas faire de mal. Ils passèrent ainsi un long moment à fignoler leur stratégie avant de se mettre au lit, pelotonnés l'un contre l'autre comme lorsqu'ils étaient adolescents.

Au petit matin, la météo n'était pas décidée à se montrer beaucoup plus clémente que la veille. La pluie avait cessée mais l'humidité était omniprésente, débordant des sols, s'infiltrant jusque sous la peau. Ils louèrent des balais pour parcourir les deux ou trois kilomètres les séparant de Kirkwall, et Vivienne crut bien qu'elle allait perdre patience avant même le début des négociations en atterrissant au beau milieu d'une flaque de boue. Sous le regard intrigués des quelques badauds présents, elle nettoya ses chaussures d'un coup de baguette rageur, avant de relever les yeux sur une imposante bâtisse en bois et au toit de chaume. De grands brasero brûlaient à l'entrée, surplombés par le blason officiel des îles Orcades. On était loin du faste d'Avalon, de sa pierre blanche et de ses dorures, mais en comparaison des autres bicoques alentours, difficile de s'y méprendre : il s'agissait assurément de l'Hôtel de Ville. Un homme à la carrure massive et à la barbe fournie ne tarda d'ailleurs pas à venir à leur rencontre. À son air sévère, il ne semblait pas particulièrement enjoué de les recevoir, mais s'inclina tout de même respectueusement une fois parvenu à leur hauteur.

_ Fàilte, les salua-t-il dans son gallois écossais. C'est vous, la délégation du Ministère ?

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne tournait pas autour du pot.

_ Précisément. Vivienne McKay, et voici mon confrère, Maddox Macnair. Nous sommes venus nous entretenir avec Ramsay Muirhead ainsi que ses conseillers, au sujet de...

_ Aye, aye, j'suis au courant. Ils vous attendent. Le Conseil au complet. Suivez-moi.


Citation :
Gardien de l'Hôtel de Ville : olive
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Dim 25 Fév - 1:03
Il ne sait plus, en fait, s’il est la bonne personne pour cette mission.
Maddox, évidemment, n’émet pas ce doute à voix haute. Il ne l’émet même pas vraiment pour lui-même, car jamais Maddox Macnair ne doute et surtout pas de ses capacités (encore moins lorsque conjuguées à celles de Vivienne). Seulement, la nervosité qui le tiraille est étrange, inhabituelle, même, alors que sa meilleure amie et lui atterrissent devant l’Hôtel de Ville des Orcades. S’il sait être hypocrite, il ne sait toutefois pas être diplomate, et il ne sait pas encore exactement de ce dont il aura besoin, devant les Orcadiens. Répéter tout ce qu’ils savent, relire les informations distillées par leurs co-leaders, tout ceci a bien occupé leur soirée et a calmé ses appréhensions, mais celles-ci ont refait surface pendant leur vol. Il n’a pas pu résister à l’envie de quelques loopings en balai, quelques vrilles qui font brûler un peu d’adrénaline au creux de ses veines, mêlée au goût de la nostalgie.

Son atterrissage est un peu plus élégant que celui de sa meilleure amie - même s’il ne le lui dira pas. L’édifice n’a pas le faste de leur ville, mais il suppose que c’est le mieux que les Orcadiens peuvent s’offrir. Il en était à se demander si on allait les accueillir dans une grange, nettoyée pour l’occasion. « Fàilte. C'est vous, la délégation du Ministère ? » Il lui plaît déjà, celui-là. Bourru, mais poli - et surtout, direct. « Précisément. Vivienne McKay, et voici mon confrère, Maddox Macnair. Nous sommes venus nous entretenir avec Ramsay Muirhead ainsi que ses conseillers, au sujet de... Aye, aye, j'suis au courant. Ils vous attendent. Le Conseil au complet. Suivez-moi. » Bon. Il lui plaît déjà moins, le barbu, mais il ne s’en formalisera pas trop, pour le moment.

« Espérons qu’ils sont tous ainsi », dit Maddox à sa meilleure amie, loin des oreilles du gardien. Moins de temps à perdre dans ce pays humide. Il fait ensuite quelques pas pour se rapprocher de l’homme, dans le but de lui poser quelques questions, pour mesurer l’humeur de ceux qui s’apprêtent à les recevoir : « Tous les conseillers sont bien présents ? Ils ne voulaient pas manquer ça, approuve-t-il sur un ton neutre. À croire qu’ils parlent d’un spectacle particulièrement divertissant. Diriez-vous qu’ils apprécient de recevoir une délégation officielle du Ministère ? » Le gardien ne lui répond pas, cette fois, et étire le silence le long d’un long regard en biais. Ne lui laisse absolument aucun indice, à propos des dispositions des membres du Conseil. Le Serdaigle esquisse une moue contrariée et revient aux côtés de sa meilleure amie. À la réception de l’Hôtel de Ville, leurs baguettes sont examinées, puis enregistrées dans le registre des visiteurs, avant que le gardien les entraîne un peu plus loin dans la baraque. À l’image des tentes sorcières, la bâtisse est davantage grande une fois à l’intérieur, et il leur faut bien parcourir un ou deux couloirs avant d’arriver devant une salle aux hautes doubles portes. Celles-ci sont fermées, mais des discussions animées se font entendre depuis l’autre côté. « Ils sont… curieux, je vous dirais, de recevoir une délégation. Nous ne recevons que rarement des visiteurs officiels, Mr Macnair, Mrs McKay. Forcément. » Qui voudrait venir dans ce trou perdu, vraiment ? Le gardien ne relève pas son bref commentaire et poursuit plutôt sans même sembler l’avoir entendu : « Vous serez installés devant le Conseil. Avez-vous besoin d’un traducteur ? Non. Vous en aurez un à votre disposition. » … bien. Il suppose que s’ils venaient à en avoir besoin… oh, peu importe. Ils n’en auront pas besoin.

Brièvement, Maddox vient serrer la main de Vivienne dans la sienne, avant de la relâcher au moment où le gardien ouvres les portes et les annonce, devant une assemblée d’yeux curieux : « Mrs Vivienne McKay et Mr Maddox Macnair, délégués du Ministère de la Magie. »
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Ven 2 Mar - 0:27
Vivienne eut tout juste le temps de répondre à la légère pression de Maddox sur sa main avant que leur guide ne déverrouille les grandes portes en bois leur faisant face. Ces dernières s'ouvrirent alors dans un grincement grave, presque solennel, comme pour venir souligner l'aspect fatidique de l'instant et ménager le petit effet du spectacle qu'elles renfermaient. Le barbu n'avait pas menti, en tout cas. Les estrades montées de part et d'autre de la pièce étaient pleines à craquer. Pas un siège ne semblait avoir été laissé vaquant et une vingtaine de regards se tournèrent vers eux d'un seul mouvement, tandis que les conversations animées se muaient en murmures. Vivienne se sentit alors déglutir malgré elle. Se retrouver ainsi propulsée sous l’œil inquisiteur d'une telle assemblée n'était pas dans ses habitudes, mais forte de cette fierté qu'elle avait solidement chevillée au corps – et que quarante-huit années passées au sommet de l'échelle sociale avaient confortée – elle se força à redresser la tête et à s'avancer d'un pas conquérant jusqu'au centre de la pièce. Toute son attention était focalisée sur l'homme se tenant devant elle. Le seul à disposer de son propre siège, légèrement surélevé par une volée de marches du haut desquelles il assumait pleinement la franche assurance de sa posture. Ramsay Muirhead. À n'en pas douter. Il ne se donna d'ailleurs pas la peine de se lever à leur approche, ni de les accueillir en bonne et due forme. Une jeune femme de vingt-cinq ans à peine, plus rousse encore qu'une Sabordage et se tenant debout à ses côtés, s'en chargea à sa place après avoir fait un pas en avant.

_ Tha mi Maisie Muirhead, nighean de Ramsay Muirhead. Tha urram orm a thoirt a-steach do m 'athair, neach-iasaid à Arcaibh agus dìonach na dùthcha againn.
* Je suis Maisie Muirhead, fille de Ramsay Muirhead. J'ai l'honneur de vous présenter mon père, prêteur des Orcades et protecteur de notre nation.

Vivienne ne put s'empêcher de papillonner bêtement des yeux. Plus de vingt ans de mariage avec Amadeus n'avaient clairement pas suffit à la rendre bilingue. Bonjour, merci et au revoir étaient peut-être les trois seuls mots de gaélique qu'elle s'était donné la peine de retenir. La tradition se perdait de toute façon, chez les McKay. À part Sir Andrew et son frère Machar, auxquels il arrivait encore d'échanger ainsi quand ils voulaient s'assurer que leur conversation reste relativement anonyme, personne au château ne pouvait se vanter de maîtriser les arcanes de cette langue d'arriérés. Vivienne se retint pourtant de lancer un regard désespéré en direction de Maddox. Cela aurait été admettre une défaillance, une faute ou une faiblesse et elle refusait de s'abaisser à ça d'entrée de jeu.

_ Oui, et bien, salutation à vous aussi, hasarda-t-elle avec une certaine conviction tout de même. Quelle chance y avait-il pour que cette gamine lui ait demandé le secret de sa jeunesse éternelle après tout, hein ? Je me nommes Vivienne McKay, et voici mon confrère, Maddox Macnair. Nous...

_ Des noms écossais, à n'en pas douter ! l'interrompit Ramsay Muirhead, qui sortit brusquement de son silence. Une petite victoire, se décida de décréter Vivienne, au lieu de s'attarder sur le fait qu'on venait de lui couper la parole pour la deuxième fois en moins d'un quart d'heure. Ou que l'intervention du prêteur avait déclenché deux ou trois rires mesquins parmi l'assemblée. Cela réchauffe mon cœur, n'allez pas croire le contraire, surtout lorsqu'il s'agit de noms aussi prestigieux que les vôtre, toutefois je m'interroges sur la légitimité de votre venue. Ni l'un ni l'autre n'êtes employés au département de la Justice Magique, si je ne m'abuses, non ? Ni même employés par le Ministère tout court ! Et pourtant, vous voici...

La fausse cordialité de Muirhead perdit en bonhomie sur ces dernières paroles, et Vivienne se raidit très légèrement. La démarche du Ministère pouvait sembler suspecte, en effet. Et elle l'était ! La seule raison pour laquelle elle et Maddox avait été envoyés en lieu et place d'une délégation officielle tenait uniquement à l'intimidation. Avouer ce fait d'entrée de jeu était risqué, cependant.

_ Je comprends votre questionnement. Mais Mr Macnair et moi-même sommes tout deux des citoyens profondément dévoués à l'unité nationale, comme nos agissements passés l'ont prouvé, et cette situation avec les Orcades nous attriste réellement. C'est pourquoi nous avons insisté auprès de Harmakhis Lagides afin qu'il nous permette de venir nous entretenir avec vous aujourd'hui. D'égal à égal. De citoyen à citoyen.

Qu'est-ce qu'il ne fallait pas dire !
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Lun 5 Mar - 21:17
Là où Vivienne est intimidée par les regards posés sur elle, assemblée inquisitrice qui les observe et les détaille en attente de se repaître de leurs carcasses, Maddox, lui, est déjà en confiance. Déjà en arrogance, alors qu’il s’avance aux côtés de son amie, les yeux fixés sur cet homme assis sur un siège surélevé. Il ne doit pas laisser voir un seul instant de faiblesse, pas même alors que la rouquine se lève et déclare quelque chose dans une langue qu’il identifie comme étant du gaélique, mais dont il identifie lui-même bien peu de mots. Qu’importe son amour des langues, ou même sa présence dans le club des SP, Maddox n’a jamais été le plus studieux en ce qui concerne le gaélique. Sans doute parce que sa branche des Macnair, l’anglaise, a toujours entretenu un franc dédain envers celle écossaise, les MacNair, et leur prétention d’être les seuls vrais sang purs de toute l’affaire. Qu’importe le chardon sur les armoiries de leur famille, donc, les quelques mots qu’il connaît ne sont absolument pas suffisants pour entretenir une conversation, ni même pour comprendre entièrement ce que la rouquine leur a déclaré avec un air si solennel.
Elle a dit son nom, celui de son père, et le nom des Orcades. C’est assez, et c’est bien tout ce qu’il a besoin de savoir.

La Serpentard attaque d’abord, serpent vif et malin - rapidement coupé par Ramsay Muirhead lui-même, qui sort de son mutisme de façon fort déplaisante. D’où est-ce qu’il leur prend l’envie, l’outrage, d’interrompre Vivienne une deuxième fois ? C’est juste une façon de les agacer. De les déstabiliser. De les faire monter aux barricades les premiers, afin d’ensuite rejeter la faute sur eux si quelque chose tourne mal. Comme Eleanor avec sa mère.

Le Macnair prend le Souaffle au rebond et, sans laisser à Ramsay le temps de placer un mot (il faut bien que ce talent de verbomoteur serve convenablement sa faction), poursuit les explications si mielleuses (et si fausses) énoncées par sa meilleure amie : « Nos familles respectives ont contribué, à tous les niveaux, à l’instauration de cet ordre qu’est le nôtre, et en tant que descendants de ces hommes et ces femmes qui ont donné vie et baguette à notre monde, nous tenons à porter leur parole. » Puis, qu’il n’insiste pas trop, sinon il lui montrera qu’il a encore bien des réflexes et des qualités qui viennent de son propre temps au Ministère de la Magie. Autant y aller frontalement, pendant qu’il a le crachoir - ils apprécieront d’autant plus, il le sait : « Le Département de la Justice Magique a envoyé plusieurs demandes de paiement, et que ces comptes sont depuis restés impayés. Si vous avez fait tout ce chemin afin de nous sermonner quant à notre ponctualité, je vous rassure, tout sera réglé sous peu, Mr Macnair, lui répond Ramsay sans ciller, avec toujours ce même sourire froid. Ce n’est pas la première fois que vous omettez de payer vos impôts. Je ne vois pas pourquoi nous devrions repartir d’ici avec votre seule parole comme preuve de paiement, alors que vous accordez très peu d’importance à la nôtre, rétorque le Macnair, les sourcils froncés. Il s’apprête à souligner que cet incident n’est pas non plus isolé, mais c’est à son tour de ne pas pouvoir poursuivre. Vous avez fait vos devoirs. » Il ne sait pas si c’est un compliment. Il le prend quand même ainsi, et ne flanche pas, alors que comme un serpent prêt à attaquer, Muirhead se redresse encore un peu plus dans son siège. Comme s’il pouvait encore un peu plus dominer cette assemblée, qui appuie chacun de ses mots de signes de tête et de murmures. « Si le nouveau Conseil Ministériel désire avoir nos taxes, qu’il vienne nous rencontrer lui-même, et non pas ses sbires. Il n’est pas dit que nous nous soumettrons à ces nouvelles augmentations et réglementations sans même qu’on nous consulte, alors que personne sur cette île n’a accepté de les voir eux à la tête du Ministère. »

Citation :
Gardien de l’Hôtel de Ville : olive
Maisie Muirhead, fille de Ramsay : orange
Ramsay Muirhead : white
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Mer 7 Mar - 20:31
Vivienne se crispa très légèrement en entendant Maddox attaquer de front. C'était pourtant ce dont ils avaient convenus, la veille. Si elle-même devait donner l'apparence du gant de velours, son ami était sensé tenir le rôle de la main de fer. La diplomatie était affaire de balance, après tout, à l'image d'un funambule avançant prudemment au-dessus du vide. À chaque pas, son pied recherchait l'équilibre, le contre-poids parfait entre droite et gauche, souplesse et fermeté. Mais quelque-chose dans l'attitude de Ramsay Muirhead, dans ce sourire froid qui semblait ne jamais atteindre ses yeux, mettait Vivienne mal à l'aise. Elle n'aurait su dire quoi, pourtant, jusqu'à ce le Prêteur des Orcades se redresse dans sa chaise et ne les écrase de toute sa hauteur. La sorcière se sentit alors tressaillir tandis qu'elle mettait enfin le doigt sur le nœud du problème. Ramsay Muirhead lui rappelait son beau-père. Il n'était pas encore à moitié au moins aussi intimidant que ce dernier, mais les deux hommes partageaient cette espèce d'aplomb naturel, cette prestance austère face à laquelle elle se sentait toujours immanquablement rétrécir. Comme une petite fille menée devant l'autorité paternelle. Passe encore lorsqu'il s'agissait de sorciers aussi respectables que Sir Andrew, Mervyn Kark, Wilfric Mulciber, ou même Mordred, mais Vivienne se sentit piquée au vif qu'un vulgaire basique – même de rang 4 – puisse lui inspirer ne serait-ce qu'un dixième de ce sentiment d'obédience que lui inspiraient trop souvent les hommes de pouvoir.

_ Si le Ministère a préféré envoyer une délégation neutre plutôt qu'un officiel, cela était justement dans l'espoir que vous ne vous sentiez pas inutilement oppressés. La dernière fois qu'un employé du département de la Justice Magique a fait le déplacement jusqu'ici, il me semble en effet que les négociations ne se sont pas déroulées dans la plus franche sérénité.

_ Permettez-moi de douter de votre neutralité dans cette histoire, Mrs McKay.

_ Vous avez une responsabilité ! tonna soudain Vivienne, que les sarcasmes de Muirhead commençaient à échauffer.

Un vent d'indignation secoua l'assemblée et Vivienne elle-même écarquilla les yeux d'avoir ainsi osé élever la voix de façon aussi brutale. Son coup d'éclat semblait pourtant avoir eu un effet positif sur Muirhead. Le Prêteur avait laissé tomber son sourire affable. Ses pupilles s'étaient rétrécies, mais il la dévisageait dorénavant avec une sincère curiosité, comme impatient d'entendre ce qu'elle avait voulu dire. Vivienne prit alors quelques secondes pour rassembler ses esprits et se glisser à nouveau dans le rôle qu'elle était sensée tenir. Elle avait également levé la main devant Maddox, pour lui faire comprendre de ne pas s'en mêler. Elle avait la situation en main.

_ Mervyn Kark est mort. Abattu froidement de la main de ces terroristes qui voudraient nous faire replonger à l'époque des guerres civiles. Du chaos et de l'horreur. Mais je ne vous apprends rien, n'est-ce pas ? La mémoire ne vous fait pas à ce point défaut. Vous savez pertinemment ce qui est arrivé la dernière fois que les honnêtes gens de ce pays se sont laissés diviser par des considérations qui auraient pu être discutées autour d'une table plutôt qu'à la force des baguettes. Je ne dis pas que cela est facile. Bien sûr que non. Il faut du courage pour mettre ses ambitions personnelles de côté au nom de l'intérêt général, mais c'est ensembles que nous sommes les plus forts ! Ensembles que nous sommes parvenus à rétablir la paix et que nous parviendrons à nouveau à mâter cette rébellion scandaleuse qui menace tout ce pour quoi nous nous sommes battus par le passé !

_ Tá siad seo ach nonsense ! Nonsense chun titim ina chodladh !
* Ce ne sont que des sornettes ! Des sornettes pour nous endormir !

Un homme s'était dressé dans les gradins, agitant son poing en l'air avec véhémence. Un seul geste de la part de Muirhead suffit pourtant à le faire se rasseoir, bien que son regard continuât à lancer des éclairs en direction des deux étrangers.

_ Ce que mon ami ici présent essayait de dire, c'est que tout cela est bien beau, en effet, et ne croyez pas que je prends la situation actuelle à la légère, mais nous avons déjà entendu ce discours par le passé. Et les promesses qui avaient été faites n'ont pas toutes été tenues. Les Orcades devraient avoir le droit à plus de considérations.


Le discours patriotique de Vivienne a-t-il eut son petit effet ?
Oui : Sans être prêt à leur tomber dans les bras, l'attitude de Muirhead est plus conciliante et ouverte à la discussion.
Non : Il va falloir faire preuve d'arguments plus convaincants.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3119
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Mer 7 Mar - 20:31
Le membre 'Vivienne McKay' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Dim 11 Mar - 5:48
Maddox n’a pas pu retenir un sursaut, lorsque Vivienne a brusquement haussé le ton, quittant ses intonations affables et polies pour quelque chose de plus senti. Il ne lui est pourtant pas venu à l’esprit, pas même un peu, de remettre en question sa réaction. La main levée devant lui est un arrêt suffisant et il est toute ouïe, tout à fait confiant que sa meilleure amie saura s’exprimer merveilleusement. Et comme il a raison (comme toujours) ! Son plaidoyer vibrant, imprégné d’une fibre patriotique certaine, ne serait renié par personne (sauf peut-être cet Orcadien du démon maudit qu’il détruit du regard lorsqu’il lève le poing et la voix, dans sa saloperie de langue barbare passéiste), et intéresse visiblement leur principal interlocuteur. Maddox observe les expressions des autres personnes assemblées, afin de déceler si celles-ci semblent touchées par les mots de Vivienne. Qui ne le serait pas, même ? Et si Muirhead semble certainement plus ouvert à la discussion, sans être outre mesure chaleureux, ses Anciens vibrent à peu près au même diapason, y compris sa fille. Il soutient brièvement le regard de la rousse, puis revient au Prêteur des Orcades.

« Imaginons que les Orcades obtiennent leur indépendance. Il n’est pas interdit de rêver, glisse Maddox avec un sourire léger sur les lèvres. Croyez-vous que cette indépendance sera économiquement viable ? » Il y a dans sa voix une telle candeur, une telle curiosité, que Vivienne pourra se rappeler, en une seconde, l’adolescent qu’il était, le jeune adulte énergique qui n’est pas bien loin. Le même air sincère, sur des traits plus mûrs, qui veut uniquement comprendre ce qu’on lui explique… que pour ensuite mieux s’en servir à son avantage. « Les Orcades pourraient pratiquement vivre en autarcie, Mr Macnair, la chose est claire depuis des années, s’enorgueillit Ramsay Muirhead. Notre population profite des échanges commerciaux établis avec les terres étrangères, mais notre économie est stable, hors de ces paramètres. Notre territoire est vaste, mais chaque Orcadien et Orcadienne travaille afin qu’il soit fort. Nous sommes un des plus grands acheteurs de domestiques à Avalon, d’ailleurs, afin que notre économie agricole soit à sa plus grande efficacité. Hochement de tête compréhensif. Un petit mm mm. Vous n’aurez donc aucun problème à faire face à la surtaxation que vous imposera le Ministère de la Magie du Royaume-Uni au niveau des marchandises importées et exportées, à l’interdiction de naviguer dans nos eaux commerciales, à l’inaccessibilité de nos ports et au contrôle resserré de notre espace aérien. » Un silence de mort accueille le commentaire doucereux de Maddox. Ses yeux durs ne quittent pas creux de Ramsay, qu’il espère voir perdre de sa superbe. Celui-ci ne tressaille pourtant pas, pas même un peu, et il prend donc un peu plus de plaisir à étayer ses dires, toujours avec un calme exemplaire : « De nouvelles ententes pourront probablement être établies, mais avec tous les troubles qui secouent actuellement la société, il est peu probable que ce soit prioritaire. Surtout alors que le territoire concerné est pratiquement apte à vivre en autarcie, comme vous l’avez vous-même déclaré. Une épaule haussée, comme si tout ce qu’il venait de dire était un ensemble de détails superflus. Puis, cette autarcie s’applique aussi à la protection de votre territoire contre toute menace extérieure. Vous n’aurez alors rien à craindre des terroristes et de leurs menées ambitieuses libératrices de moldus non plus. Après tout, les Orcades, c’est un endroit si peu idéal afin de bâtir une résistance qui pourrait s’épanouir loin des yeux des hommes, sur un territoire aussi peu peuplé qu’il est vaste. » Jeu risqué, que le brin d'ironie qui accueille la fin de son monologue, mais lui aussi sait jouer.

« A bheil na cunnartan sin ? »
*Sont-ce des menaces ?

Aucune idée de ce qu’elle vient de lui dire, la Maisie Muirhead, avec cette voix méfiante, et il préfère alors tout simplement ne pas répondre à ce qu’il identifie au moins être une question. Ramsay Muirhead, lui, est toujours muré dans un silence qu'il identifie à quelque part entre le stupéfait et l'attentif. Avec cette part d'hostilité latente qu'il ne pourra jamais effacer entièrement. « À moins que l’on trouve un terrain d’entente qui offre aux Orcades plus de considérations, sans toutefois en venir à une indépendance pure et dure en ces temps troubles. Nous ne voudrions pas que votre territoire soit en mauvaise posture, qu’importe sur quel plan. Comme Mrs McKay l’a si bien souligné, notre union est notre force, n’est-il pas ? »
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Jeu 15 Mar - 20:08
Vivienne darda la langue entre les dents et en fit glisser la pointe sur ses lèvres. Son élan de patriotisme à moitié improvisé l'avait laissé avec la gorge sèche et l'impression de s'être peut-être inutilement exposée, quelque-chose dans le regard de Muirhead persistant à la faire douter du bien-pensé de sa démarche. N'avait-elle pas commis un impair en élevant la voix comme elle l'avait fait ? En laissant son agacement prendre le dessus sur la raison ? De gré ou de force, se souvint elle alors. C'était pour cela qu'elle et Maddox avaient été envoyés à la place d'une délégation ministérielle. Bien sûr, les négociations l'emportaient sur l’oppression, et une soumission volontaire valait toujours mieux qu'une servilité forcée. Sans humiliation, la loyauté était plus forte. Mais les héritiers Kark avaient été très clairs. Les Orcades devaient rentrer dans le rang, et Vivienne savait qu'elle n'éprouverait pas le moindre scrupule à employer des méthodes drastiques s'il le fallait. Peut-être même aurait-elle préféré commencer directement par là plutôt que de feindre la carte de la diplomatie. Ramsay Muirhead n'avait pas le choix, en vérité. Mais en était-il seulement déjà conscient ?

L'idée devait commencer à faire son chemin dans son esprit tandis que Maddox énumérait une à une les mesures punitives auxquelles s'exposaient les orcadiens s'ils persistaient dans leur désir d'indépendance. Ils obtiendraient leur liberté, certes, mais à quel prix ? Le Royaume-Uni était tout à fait capable de signer leur mort économique. Sans son soutient, ce n'était probablement qu'une question de mois avant qu'ils soient pris à la gorge et que d'autres puissances profitent de leur faiblesse pour leur imposer des accords injustes. Le silence de plomb qui prenait forme au-dessus de la salle était criant de réalisation. Vivienne dut même réprimer un sourire mauvais en voyant les visages des conseillers se fermer les uns après les autres. Finis les murmures désobligeants, les regards hostiles et les expressions arrogantes. Leur inquiétude était palpable derrière les masques auxquels ils tentaient de se raccrocher. Même Ramsay Muirhead semblait à court de pirouettes pour asseoir son autorité sans ambiguïté.

_ Vous présentez les choses de façon... intéressante, Mr Macnair.

Il n'était plus question de faire semblant. Ramsay Muirhead était un sorcier intelligent. Il avait sa fierté mais, plus important encore, il tenait à son peuple. Il avait ses intérêts à cœur, et défier le titan britannique indéfiniment ne le mènerait nulle part. Peut-être même le savait-il depuis le début. Peut-être que l'insubordination dont il avait fait preuve jusque là n'avait été qu'un moyen de forcer le gouvernement à rouvrir le dialogue sur le statut des Orcades... L'idée traversa brièvement Vivienne, mais elle s'empressa de la chasser. Comme si ces misérables bouseux pouvaient faire preuve d'une telle fourberie ! Franchement. C'était absurde !

_ Admettons. Admettons que les Orcades renoncent à leur indépendance, que nous renouvelions notre loyauté au gouvernement britannique et que nous acceptions que vous repartiez tous les deux avec ces fameux impôts que vous êtes venus réclamer, en guise de bonne foi. J'ose espérer que vous tiendrez alors parole et que le Ministère prendra véritablement en compte nos demandes. Au nom de l'unité nationale que vous vantez, nous serions prêts à nous contenter du statut de dépendance britannique, à l'image de l'île de Man ou de Jersey et Guernesey.

_ Le compromis est honnête. Soyez assurés de notre soutient. Nous n'appartenons peut-être pas au département de la Justice Magique, mais nous ne manquerons pas de souligner votre raisonnabilité à qui de droit. Vous faites le bon choix.

_ Nous aimerions notamment que l'un des nôtres puisse représenter nos intérêts à la Confédération Internationale des Sorciers.

_ Cela devra également être discuté avec les autorités compétentes, bien sûr, mais la requête ne semble pas dénuée de logique. Je ne doute pas que si nos deux partis parviennent à un terrain d'entente, notre collaboration n'en sera que plus fructueuse à l'avenir.

À quoi est-ce que cela les engageaient-ils vraiment, après tout ? Tant que le Ministère gardait sa laisse solidement accrochée au collier orcadien, peu importait les os qu'ils jetaient à leurs pieds. Cela ne changerait rien. À part leur donner l'illusion de contrôler leur destinée.
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Sam 24 Mar - 3:27
Il fait tout pour ne pas laisser son regard s’éparpiller, afin de contempler les visages des Anciens réunis. Tout pour ne pas échanger un regard mauvais de connivence avec Vivienne, afin de souligner ce qu’il considère déjà être une victoire. Il ne fait rien, car Maddox ne veut absolument pas que son regard quitte celui de Muirheard. Le poids de tous ses arguments semble reposer dans le silence qui suit son exposé, qu’il a déroulé patiemment comme une araignée tisse sa toile afin d’y emprisonner son repas. « Vous présentez les choses de façon... intéressante, Mr Macnair. » C’est plus que le cas de le dire. Il acquiesce à peine du chef, bien sûr qu’il présente tout de façon ultra intéressante, mais n’ajoute rien. Son rôle a été joué, c’est au tour de Vivienne d’enchaîner, machine parfaitement huilée qu’ils n’ont même pas eu à pratiquer. Les impôts sont promis, en signe de bonne volonté, et la Lestrange échange une non-promesse de représentation qui sonne à son oreille. « Avez-vous une candidature précise en tête, Mr Muirhead ? Nous pourrions, à notre retour à Avalon, proposer cette personne qui vous représenterait à la Confédération Internationale des Sorciers, afin que son dossier soit examiné. Nous pourrions même insister en faveur d’une rencontre dès que possible, afin d’immédiatement souder cette collaboration renouvelée. » Prend-il un malin plaisir à éventuellement mettre Calliope et Arutha Kark, et éventuellement tous les hauts gradés du Ministère, dans la bouse en les collant à ces Orcadiens récalcitrants ? Bien sûr que oui. Il se délecte par avance du bourbier de procédures, de rencontres et de demandes qui se dessine sous les pieds des chefs du gouvernement, alors que Ramsay échange quelques mots en gaélique avec ses conseillers les plus proches, puis avec sa fille. Il profite du moment de consultation - d’où ils sont d’office exclus de par le charabia gaélique utilisé par les membres de l’assemblée - pour enfin regarder sa meilleure amie. Un regard suffit pour lui transmettre sa fierté, et un coup de menton, discret, vers l’assemblée, pour désigner la personne qu’il croit toute désignée pour la candidature demandée.

Ses Gallions sur la rouquine. On ne refait pas la fierté d’un père envers sa progéniture.

Ramsay se redresse sur son siège et d’un signe de main, désigne la personne élue : « Maisie Muirhead est notre candidate. Gagné. Autre signe de tête, respectueux, en direction de la jeune femme, qui ne lui répond pas. Aussi charmante que son géniteur, définitivement. Elle saura adéquatement représenter les intérêts des Orcades. Nous espérons d’ailleurs que l’un de vous, Mr Macnair, Mrs McKay, l’accueillera lors de son arrivée à Avalon. » Maddox plisse les yeux, légèrement. Il sent l’arnaque arriver, sans être capable de tout à fait poser le doigt dessus. Accueillir Maisie Muirhead à Avalon… pourquoi pas ? Ça ne lui inspire rien de très risqué. « Bien sûr. Si Miss Muirhead a besoin d’un interprète... Je parle très bien anglais, merci de votre sollicitude, Mr Macnair, tranche soudainement la jeune femme, avec un accent gaélique aussi coupant que sa voix. Nous désirons uniquement nous assurer que vous serez là pour personnellement appuyer notre demande et donc ma candidature auprès du Ministère et de la Confédération Internationale des Sorciers, et que cette proposition ne soit pas uniquement un appât. M’entendez-vous bien ? Tout à fait. » La voilà, l’arnaque. Le sourire de l’Anglais, aussi froid que son regard, cache bien mal son déplaisir à se sentir utilisé comme caution d’entente pour tout ceci… mais il l’a cherché, n’est-ce pas ? Ça lui apprendra, peut-être (non), à jouer la carte de l’audace un peu trop loin.
Alice au pays des Merveilles
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 1239
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : lumos solem

Double compte : Isaïe Saab, Chandra Khan

Age : 48 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Mar 27 Mar - 17:24
Un sourire discret vint ourler les lèvres de la sorcière tandis qu'elle échangeait une œillade complice avec son meilleur ami. Les négociations se déroulaient exactement comme ils l'avaient escompté. Peut-être même plus aisément encore. Une tension certaine flottait sur de grand-hall depuis qu'ils y avaient mis les pieds, bien sûr, mais les orcadiens s'avéraient plus raisonnables que leur correspondant au Ministère ne l'avait laissé croire, au final. Vivienne aimait penser que cela tenait essentiellement à leur présence. Macnair et McKay étaient deux noms prestigieux, après tout, deux familles connues pour avoir toujours prêtées allégeance à l'ordre Mangemort. Elle doutait que quiconque ici puisse l'ignorer. Harmakhis Lagides et les héritiers Kark avaient vu juste. La simple perspective d'avoir affaire aux héritiers de Lord Voldemort avait suffi à intimider et faire ployer Ramsay Muirhead. Alors pourquoi Vivienne ne pouvait-elle s'empêcher de tendre l'oreille à la petite voix lui susurrant que tout cela était bien trop facile ? Pourquoi ne parvenait-elle pas à se détendre complètement ?

Le petit cercle s'étant réunis autour du prêteur se rouvrit enfin et ses yeux ne devinrent plus que deux fentes suspicieuses tandis que Maisie Muirhead était désignée comme future représentante des Orcades à la Confédération Internationale. Tiens donc ! Comme par hasard ! Vivienne se retint néanmoins d'échanger un regard entendu avec Maddox. Ce n'était pas elle qui risquait de s'offusquer d'un tel piston et, à bien y réfléchir, peut-être même était-ce là le dernier levier dont ils avaient besoin pour s'assurer de la docilité des orcadiens. Ramsay Muirhead n'en avait probablement pas conscience, sûrement pensait-il contrôler la situation, mais il venait de leur jeter sa progéniture en pâture. Une fois à Avalon, sa fille serait plongée dans la fosse aux serpents jusqu'au cou. Il leur suffirait de la surveiller de près, de lui laisser l'illusion de sa liberté, et si, d'aventure, son père et ses conseillers faisaient à nouveau mine de jouer les rebelles... Disons qu'ils sauraient leur rappeler que la Marque des Ténèbres n'était pas devenue un symbole de crainte à travers le monde entier sans raison. Vivienne se demandait combien de temps Ramsay Muirhead parviendrait à conserver son insupportable morgue s'il commençait à recevoir des morceaux de sa fille par hiboux postal.

_ Soyez assurés de notre présence. Après tout, Mr Macnair et moi-même tenons autant que vous à ce que les Orcades et le Royaume-Uni préservent une relation aussi saine que possible. Je m'engage d'ailleurs personnellement à faciliter votre installation à Avalon. Venez me trouver dès votre arrivée ; je vous mettrais en relation avec quelques uns de mes contacts que vous pourrez trouver utiles.

À ce stade, Maddox avait probablement compris son petit jeu. Il la connaissait trop bien pour croire que sa proposition pouvait avoir quoi que ce soit de désintéressée. Bienveillance et solidarité n'étaient pas franchement des mots qui faisaient partie de son vocabulaire. Non. Mais elle saurait le faire croire à Maisie Muirhead le temps de tisser autour d'elle une belle petite cage dorée. Et tant pis si l'avenir donnait tord à sa paranoïa latente. Elle préférait ça à se faire rouler dans la farine par une bande de pouilleux décérébrés.
Le nouveau stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1426-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1359-maddox-macnair http://filetdudiable.forumactif.org/t1425-maddox-macnair
Messages : 103
Date d'inscription : 27/10/2017
Célébrité : Ioan Gruffudd
Crédits : Kettricken

Double compte : Salomé O'Ryan • Sam Jones

Age : Quarante-huit ans.
Sang : Pur.
Statut : Vieux garçon.
Métier : Rentier, passion gin tonic et emmerdement maximal.
Baguette : Dix-neuf centimètres, bois de bruyère et ventricule de cœur de dragon.
Epouvantard : Un membre de sa famille tentant de le tuer avec une arme à feu moldue, avouant la victoire des sans magie
Dialogue : seagreen
hot shot
Mangemort amer et désabusé • Homme aux mille passions • Un bon moldu est un moldu mort • Partner in crime de Vivienne Lestrange • Emmerdeur de première
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté Mer 28 Mar - 4:53
Là où le Serdaigle déteste qu’on l’utilise comme caution dans leur précieux plan afin d’obtenir ces précieux Gallions taxés, Vivienne, elle, renchérit, plutôt. Il cache parfaitement sa surprise, sous son masque aimable et froid, et tente plutôt de suivre le chemin de la réflexion de sa meilleure amie… pour finalement trouver un sens certain, à sa manoeuvre. Parce que s’il suit bien ses pensées… l’araignée n’a pas fini de tisser sa toile, cette fois tout autour de Maisie Muirhead.
Il est bon pour lui de se rappeler pourquoi Vivienne est à Serpentard, et non pas lui. Elle a en fourberie l’étincelle qui manque à son intelligence, à sa ruse, et comme à chaque jour depuis toutes ces années, depuis ce qu’il lui semble toute leur vie, il admire sa meilleure amie pour toutes les qualités qui en font cette personne unique et incroyable qu’il a le privilège de côtoyer. Là où il a vu un piège, elle a vu une opportunité.

C’est donc sans hésiter davantage que Maddox s’engage dans la voie qu’elle trace : « Ma nièce travaille à la Coopération Magique Internationale, à la section britannique. Elle sera ravie d’accueillir une jeune collègue, qui sait tout autant se faire entendre et respecter que vous, Miss Muirhead. La flatterie fonctionne-t-elle sur ces indécrottables Orcadiens ? Au moins, la mine de la jeune femme ne s’assombrit pas… ce qui n’est pas mauvais signe. Ni bon. Nous ne pouvons excuser que les promesses passées n’aient pas été tenues. Nous pouvons uniquement créer une nouvelle collaboration, sur des bases claires, qui placent les Orcades dans la position qui mérite d’être la sienne. »
Au fond de l’océan, par exemple.
Ou dans un Feudeymon brûlant éternellement.
Ou dans une mare sans fond de bouse, là où ils méritent de reposer.

Muirhead hoche la tête, et son sourire froid revient sur ses traits. Pour la première fois, Maddox y croit un peu. « La séance est ajournée. Nous traiterons du règlement des impôts, Mr Macnair, Mrs Lestrange, sous peu, dans mon bureau. » Un geste et les Anciens se lèvent de leur siège. Certains en grognant, d’autres apparemment satisfaits de la tournure des événements. Il n’y a que Muirhead et sa fille, qui restent à leurs sièges, échangeant à voix basse. Le gardien de l’Hôtel de Ville vient se placer à leurs côtés. « Je vous escorte jusqu’au bureau de Mr Muirhead, si vous l’voulez bien. Est-ce possible de prendre une pause, avant d’y aller ? Ma compagne et moi avons besoin de… de prendre l’air, après toutes ces émotions. Le gardien hoche à peine la tête. Aye. J’vous attendrai au registraire. » Il les conduit jusqu’à la porte d’entrée, et les deux Anglais sortent sur le parvis. Maddox a surtout en tête de féliciter Vivienne, de la serrer dans ses bras, de complimenter encore et toujours sa perfection, mais dès qu’il ouvre la bouche, tout sourire, les yeux enfin réchauffés de réels sentiments… il prend une bouffée d’air. Littéralement. De cet air vicié, poissonneux et bouseux qui envahit les narines, ses poumons, qui reste sur sa langue et lui lève le coeur. Prendre l’air… quelle idée. Au moins, ils n’ont plus à s’attarder ici plus longtemps. Le teint pâle, le Serdaigle gratifie son amie de l’étreinte planifiée, accordée à ce rire mi-complice, mi-machiavélique, qu’ils partagent sans même expliciter la raison de cette hilarité. Played like a fiddle. « Allez. On y retourne. » Finir de refermer le piège sur les Orcades… avec leur bénédiction.
Contenu sponsorisé
Re: MISSION | Going north
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs