AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un capitaine pirate avec le scénario d'Arsenia Sabordage, Dagobert Sabordage ! pirat
Des scénarios en folie
Rebelle-toi conte l'esclavage avec le scénario de Sheherazade Raviya, Ghassan Amhès !
Des scénarios en folie
Exprime rage et douceur avec le scénario d'Agapanthe Kirke, Warrick Kirke !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Des scénarios en folie
Vis ta vie de fugitif trublion avec le scénario de Vivienne McKay, Aaron Hopkins !

❝ Le marais de Malugubre ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Mervyn

Double compte : Alice Charley & Hélios C. Kark

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : #00cc66 - Vert émeraude
Le marais de Malugubre
ce message a été posté Ven 15 Déc - 3:10
« Le marais de Malugubre »
Attention au Bubobulb !


Le marais de Malugubre grouille de créatures magiques et de plantes en tout genre, et ce, peu importe le temps de l’année. Il forme un écosystème propre qui semble alterner qu’entre le froid et le moins froid. Ses arbres d’abord velus, ensuite pointus, essaient de cacher le soleil le plus possible. La lumière se divise qu’en fragments minces et vaut mieux savoir où on met les pieds, à moins de vouloir s’enfoncer dans la plus visqueuse des boues.

Aujourd’hui, Theresa le visite. Et accompagnée.

On s’attendrait à ce qu’une jeune fille de sang-pure sophistiquée cherche à s’éloigner d’un lieu tel que le marais de Malugubre. Pourtant, elle ressentait le besoin de sortir et les cours de Soin aux créatures magiques et moldus lui manquaient. Elle a acheté le bouquin Tout ce qu’il y a à savoir sur les zones humides pour les débiles pour s’informer. Elle a mémorisé quelques pages et conseils de protection contre d’éventuelles menaces.

Emballée dans un grand imperméable vert et les pieds perdues dans des bottes un peu grandes pour elle, elle ressemble à ces enfants jouant dehors les jours de pluie. Fort heureusement, le ciel est nu. Son dos est protégé par un léger sac d'expédition où l'essentiel est compressé : son bouquin, son propre grimoire de notes, une carte, une plume, des sandwichs et des bas de rechange.

Mais elle n'est pas seule.

Elle suit un sentier plutôt sauvage. D'un coup de baguette, elle écarte des branches tenaces. Elle renifle, en espérant sentir une odeur qu'elle s'imagine être typique d'un marécage. Elle se retourne vers sa compagne d'expédition qui est nulle autre que Marie Layibadé en personne ! Une basique certes mais une basique de qualité.

- Je l'ai déjà dit mais je suis heureuse que tu aies accepté mon invitation ! Ah, attention, un Bubobulb !

Marie se tenait à côté de quelques Bubobulb se tortillant et elle ne voulait pas qu'elle connaisse les frais de leurs effets secondaires ! Bon, elle se doute qu'elle l'ait remarqué et que même si elle y avait touché, qu'elle puisse remédier à tous désagréments dans la seconde mais elle préférait prévenir que guérir. Elle sourit.

- J’espère qu’on trouvera des plantes rares… Ah j’oubliais de te le dire : j’aimerais te montrer le nouveau sortilège que j’ai appris, quand on sera à un endroit adéquat. Je pense que tu apprécieras.

Theresa sait que Marie aime la magie (enfin comme tous les sorciers me diriez-vous) mais surtout ce qui touche les potions et un peu la magie noire. Après tout, son père n’est-il pas un mage noir connu ? Les Layibadés, en voilà une famille qui sort de l’ordinaire grâce à leur style exotique, le hoodoo ça s’appelle. Puis, elles partagent tellement de sorts, de potions et autres joyeusetés : ce serait un crime que la priver de ses derniers apprentissages !

Elle se retourne et continue à dégager délicatement quelques obstacles. Elle le sent… elle observe de plus en plus de terrains moelleux, de terres humides et de buisson épineux. Le centre du marais de Malugubre se rapproche…  
Tabasco dans ton gumbo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2017
Célébrité : Freema Agyeman
Crédits : Myself

Age : 27 ans
Sang : Basique rang 3
Statut : En harmonie avec elle-même (oui oui)
Métier : Employée du pôle recherches d'Azkaban
Baguette : 22,5 centimètres, bois de cyprès, ventricule de dragon, flexible et légèrement tordue (un peu comme elle)
Epouvantard : Elle, dévorée vivante par un anaconda
Dialogue : #006633

Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Ven 15 Déc - 23:20
« Le marais de Malugubre »
Les Marais de Galabru


Marie avait rendez-vous, et quand Marie a rendez-vous, ce n'est jamais bon signe. Plus jeune, ses parents s'étonnaient presque qu'elle sorte voir d'autres sorciers que sa famille elle-même, mais à présent, plus personne n'y faisait attention. Il faut bien être un peu sociable, parfois, et Marie n'y échappe pas, aussi renfermée soit-elle. Alors la voilà partie, sac sur le dos, équipée pour une sortie dans la nature sauvage, loin de l'agitation de Londres. Pas de travail aujourd'hui, elle avait pris congé pour le week-end, et comptait bien en profiter pour apprendre de nouvelles choses auprès de sa compagne de sortie : Theresa Mulciber. Drôle de fille, tout de même, mais pas désagréable. Pas commun pour une sang-pure me diriez-vous, mais la nature humaine est parfois bien faite : on peut parfois tomber sur un bourgeon mutant, et quelle drôle d'image que d'associer la jolie Theresa à une telle chose !

La plus jeune l'avait invitée à aller explorer les Marécages de Malugubre. Quand Marie avait tenté d'expliqué à sa mère ce qu'elle comptait faire ce jour-là, le nom lui était complètement sorti de l'esprit, et voilà qu'elle s'était mise à balbutier quelques formulations désastreuse : "Mais enfin, tu sais bien Maman, les Marais de Galabru ... Non, attends, Marais de Malabar ... Ou peut-être Malabru, Malubru, Malubaru ? Oh, et puis zut, laisse tomber, je te dirais en rentrant." Et elle s'était évaporée comme la dernière boîte de chocogrenouille qu'elle avait eu le malheur de laisser traîner sur la table du salon. Un coup d'un des cadets : l'aîné avait passé l'âge d'être aussi immature.

Et maintenant elle faisait sa balade de santé au côté de la Mulciber miniature, barbotant gaiment, du moins aussi gaiment que sa personnalité le lui permettait - c'est-à-dire pas beaucoup - dans la boue et l'eau sombre de l'endroit. Si ce n'était pas sa chère Louisiane, c'était du moins son élément, et elle en remerciait chaleureusement (dans son esprit du moins) la Theresa de lui faire découvrir le coin. Sûr, elle reviendrait à l'occasion, histoire d'apprivoiser un crocodile échappé d'un zoo, ou de trouver des Poulpikans à étudier. Oh, elle adorerait trouver des Poulpikans. Elle en avait par dessus la tête, des Gnomes de Jardin et leur stupidité hors du commun. Alors un Poulpikans, même si on les trouvait plutôt du côté de la Bretagne française, ce serait parfait. Même un feu follet, un pas très gros ... Oh et puis après tout, elle verrait bien. Inutile de se prendre la tête avec des espoirs infondés.

Armée de ses bottes de jardin récupérées on-ne-sait-où et probablement d'origine moldue (Marie s'était toujours gardée de le préciser : elles étaient efficaces, c'est tout ce qui compte), d'un vieux jean élimé de part et d'autres qu'elle porte depuis sa sixième année, et d'un manteau épais pour ne pas attraper de stupide grippe à cette époque de l'année, Marie suivait silencieusement Theresa. Celle-ci suivait un chemin, et Marie suivait la jeune fille. Un ordre parfaitement organisé et correct : en cas d'attaque de bestiole sauvage, Theresa se faisait manger, et Marie avait le temps de prendre la poudre de chemi... Ah non, ce n'est pas comme ça que l'on doit raisonner ? Très bien, dans ce cas Theresa s'occupe de l'attaque et Marie de la défense. Voilà la combinaison parfaite pour une sortie en plein air.

- Je l'ai déjà dit mais je suis heureuse que tu aies accepté mon invitation ! Ah, attention, un Bubobulb !

- Ah oui, merci.

Marie s'écarte du plant de Bubo ... Oh, comment dit-elle déjà ? Il faudra le lui redemander. De plus, elle était à peu près certaine d'avoir entendu parler de cette plante quelque part ... Mais où ?

- Tant qu'à me répéter encore une fois, merci à toi de m'avoir invité.

Plus des remerciements de politesse qu'une réelle joie d'être amenée à ces choses que les gens normaux appellent "sociabilité". Ah, mais elle est intéressante cette fille tout de même. D'autres auraient été plus problématiques, et Marie aurait vu cela comme une corvée. Theresa n'est pas une corvée, c'est bien là la seule chose dont Marie est certaine. Ce serait accablant, et la plus jeune a l'air tellement enthousiaste. Elle sourit même ! Ce serait trop bête de gâcher un tel optimisme.

- J’espère qu’on trouvera des plantes rares… Ah j’oubliais de te le dire : j’aimerais te montrer le nouveau sortilège que j’ai appris, quand on sera à un endroit adéquat. Je pense que tu apprécieras.

Marie se laisse tenter par la découverte : elle n'est peut-être pas très douée en sortilège, mais en connaître un nouveau peut toujours s'avérer utile. Et elle saurait de quoi il en retourne. Plus jeune, elle avait déjà entendu parler de sortilèges utilisés à la légère dans les couloirs de Poudlard, et elle se remerciait de n'être pas assez douée pour vivre ce drame. De plus, elle avait d'autres moyens de défense. Pas très utiles dans l'immédiat, mais efficaces sur le long terme. Quoi de mieux ?

- Ce serait bien en effet.

Elle s'arrête un instant pour observer un plant de Bulbo-quelque chose, puis repart non sans laisser échapper un soupir. Voilà qu'elles marchent depuis un quart d'heure et la voilà déjà soufflant sous l'effort. Il serait peut-être temps de sortir plus souvent pour ne pas s'engraisser et devenir affable.

- Et je serais ravie que tu me montre ce nouveau sort. De quoi s'agit-il, au juste ?

Même si ça ne lui servirait sans doute pas, elle préférait s'informer. Apprendre, toujours apprendre, n'était-ce pas la seule raison qui la poussait à être en froid avec son père ? Elle voudrait qu'il comprenne qu'elle ne pouvait pas rester enfermée sans comprendre les plus détails des rouages de la réalité. Et si travailler pour le gouvernement l'aidait à en savoir plus, alors il pouvait bien continuer encore quelques années à lui en vouloir injustement. Marie se retient de soupirer à nouveau, de dépit cette fois, et jette un regard sur le paysage. Son œil croit s'attarder sur une forme mouvante, mais il ne s'agit que d'un tronc dévoré par la mousse.

- Tu viens souvent par ici ? Ce n'est pas un endroit où on s'attend croiser une fille de ton rang.

Et par rang, elle veut dire sang-pur, mais encore une fois, inutile de toujours le crier sur tous les toits. Elles savent toutes deux qui elles sont, et elles savent aussi qu'il est vain de se soucier de tous ces détails. Ici ne compte que leur partage de connaissance. Et quelle journée cela allait-il être !
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Mervyn

Double compte : Alice Charley & Hélios C. Kark

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : #00cc66 - Vert émeraude
Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Sam 16 Déc - 22:58
« Le marais de Malugubre »
Attention au Bubobulb !


- Ce serait bien en effet. Et je serais ravie que tu me montre ce nouveau sort. De quoi s'agit-il, au juste ?

Theresa se félicite. Elle sait ô combien les Layibadés peuvent se montrer difficile à approcher, surtout Marie. Qu'elle s'intéresse à ce qu'elle fasse, ça la rend d'excellente humeur. Une sang-pure qui s'honore de l'attention d'une basique… En voilà une relation hors-norme.

L'albinos voit les choses différemment. Pas qu'elle remette en doute la supériorité de son sang : seulement, elle pense qu'il faut laisser une chance aux inférieurs de montrer ce qu'ils possèdent de mieux en eux. Après tout, eux aussi entretiennent de nobles qualités ! Comme Marie maîtrise tant de choses qu'elle ignore, elle la considère. Puisqu'elle la considère, la considération de celle-ci lui fait du bien. Aussi simple que ça.

- Tu verras. Il me faut une bonne cible.

Ses jambes avancent de quelques pas avant qu’elle scrute les alentours. Elle croise un amas de Bonbon l’Fleur Malin : elle invitera Marie à y goûter bientôt ! Enfin… Espérons que la chance vienne à leur côté car entre la douceur et la bouse de dragon, il n’y a bien que la chance, avec ces fleurs. Theresa aperçoit le même tronc dévoré par la mousse qui a tantôt captivé un œil de la Layibadé. Ça fera une cible parfaite.

- Tu viens souvent par ici ? Ce n'est pas un endroit où on s'attend croiser une fille de ton rang.

Elle hoche la tête. Sa compagne marque un point. L'albinos aime penser qu'elle aime l'aventure, sortir des sentiers battus et exprimer la femme forte et indépendante en elle. Quoi de mieux que la nature pour montrer son énergie tout en mangeant de bons petits sandwichs de son cru puis son goût pour la liberté (mais pas trop tard, sinon on va s'inquiéter et penser qu'elle sort avec des garçons alors qu'elle ne devrait pas...).

- Je suis venu ici la dernière fois durant mes vacances à treize-ans. C'est comme ça que j'ai eu mon premier crapaud. Ça fait si longtemps… j’ai l’impression de redécouvrir l'endroit.

Smüsh de son nom, il est décédé depuis quatre ans déjà. Il a servi de premier et dernier crapaud de compagnie à la petite Theresa. Il ressemblait à une purée brunâtre et repoussante mais il était propre, d’une espèce amicale aux sorciers et un animal de compagnie… silencieux et pourtant complice.

- Tu as raison, les jeunes filles de mon statut ne s’aventurent pas ici. Je dois être différente ! Aussi, c'est bon pour une sang-pure de rester active...

Et ne pas asseoir leur énorme fessier sur leurs rentes. De toute manière, son éducation la prive d’oisiveté. Bien que le rôle de la femme consiste à épouser un homme sous l’accord de ses vénérables aïeuls et de faire naître des enfants pour la pérennité, toute forme d’amélioration de soi et d’affinement de l’esprit reste la bienvenue chez les Mulciber. On travaille, on se renforce et ainsi on devient plus fort, et les plus forts dominent.

- Tu vois ce tronc là-bas ? Observe.

Elle brandit sa baguette vers le tronc et bouge son poignet selon des mouvements précis.

- Serpens Terrae !

Un serpent granuleux sort de terre. Il s’enroule autour du tronc en moins de deux. Le bois se désagrège, se casse en des craquements sonores avant de se faire écarteler comme s’il avait été muni d’une échine. Tout en concentration, Theresa pointe toujours sa baguette vers la créature et la force à s’allonger vers le ciel, pour que Marie puisse mieux l’observer. Une goutte de sueur perle sur son front avant qu’elle décide de lâcher prise. La créature de magie noire s’effondre et redevient une terre sans défense. Difficile, par la barbe de Merlin…

- Alors, qu’en penses-tu ? Ce sortilège m’a demandé beaucoup d’entraînement…

Elle reprend son souffle comme si elle avait piqué une course. Manipuler cette espèce de vers de terre demande de la concentration et un sacré effort. Elle sourit, fière de son coup. Elle espère que ça impressionnera la Layibadé…

- Plus loin, il y a des Bonbons l’Fleur Malin : on pourrait les essayer…

Puis continuer leur chemin vers le cœur du marais.

Tabasco dans ton gumbo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2017
Célébrité : Freema Agyeman
Crédits : Myself

Age : 27 ans
Sang : Basique rang 3
Statut : En harmonie avec elle-même (oui oui)
Métier : Employée du pôle recherches d'Azkaban
Baguette : 22,5 centimètres, bois de cyprès, ventricule de dragon, flexible et légèrement tordue (un peu comme elle)
Epouvantard : Elle, dévorée vivante par un anaconda
Dialogue : #006633

Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Dim 17 Déc - 14:36
« Le marais de Malugubre »
Le Marais de Galabru


La balade s'avérait plaisante. Pour autant qu'elle ait besoin de tranquilité et de silence, voilà l'endroit idéal où elle pouvait venir se promener loin de l'agitation des grandes villes et de l'ambiance lugubre d'Azkaban. Ici, ça respirait la nature et le grand air, l'atmosphère moite d'un marais un peu inquiétant, et pour seul bruit les coassements des crapauds. Elle aimait déjà cet endroit ; mais encore fallait-il qu'elle se rappelle correctement du nom. Elle espérait pouvoir amener sa mère ici en guise des souvenirs du bon vieux temps où tout était plus simple. Mais maintenant, elle devait se concentrer sur le temps présent, avec Theresa. Voilà une tâche qui risquait d'être ardue.

Et les voilà toutes deux à bavasser comme deux amies. Marie s'étonne du naturel dont elle fait preuve avec la jeune Mulciber. Habituellement, elle reste réservée, et ne parle que très peu. Et plus embêtant encore, elle n'écoute les autres que d'une oreille distraite. Peu importe, car Theresa sait manifestement captiver son public, aussi dur soit-il. Un bon point pour elle.

- Je suis venu ici la dernière fois durant mes vacances à treize-ans. C'est comme ça que j'ai eu mon premier crapaud. Ça fait si longtemps… j’ai l’impression de redécouvrir l'endroit.

Plus jeune, Marie avait demandé un chat pour son anniversaire afin de l'emmener à Poudlard avec elle, mais à peine trois jours passés après l'acquisition de l'animal que son frère ainé avait confondu la bestiole avec les chats normalement destinés à être sacrifiés pour un rituel vaudou. L'animal disparu, Marie avait pleuré de longs jours jusqu'à ce que quelques années plus tard, pris d'un regret soudain, son frère avait avoué la faute. Aujourd'hui encore, elle refusait de lui pardonner. On ne tue pas un animal sans défense, et encore moins le sien !

- Tu as raison, les jeunes filles de mon statut ne s’aventurent pas ici. Je dois être différente ! Aussi, c'est bon pour une sang-pure de rester active...

Preuve de l'excentricité intrigante de Theresa. Être différente n'est pas une tare, surtout pour Marie à qui les gens n'ont pas fait de cadeau. Quelques rares personnes, Chandra par exemple, avaient l'amabilité et la décence de ne pas juger les quelques facettes de sa personnalité. Elle appréciait le fait que Theresa en fasse partie.

- Tu vois ce tronc là-bas ? Observe.

Marie s'exécute aussitôt. Elle tourne les yeux aussitôt vers la cible pointée, qui n'est autre que le tronc aperçu quelques minutes plus tôt. Un heureux hasard ou une attention particulière de la plus jeune envers son environnement ? Peu importe, car la voilà déjà armée de sa baguette, prête à démontrer son nouveau sortilège.

- Serpens Terrae !

De la terre jaillit un serpent créé de toute pièce à partir de la nature elle-même. Marie n'aime peut-être pas les serpents, mais elle reste bouche bée devant la beauté de ce sort. Les potions sont peut-être passionnantes, mais elle aimerait également savoir manier la magie pour créer de belles choses. Le seul sortilège compliqué qu'elle ai réussi à achever au cours de sa vie fut celui du patronus, et cela n'est arrivé qu'une seule fois avant de reprendre une forme incomplète. Marie secoue sa tête aussitôt : ce n'est pas le moment de divaguer. Elle doit faire l'effort d'admirer les compétences de Theresa jusqu'au bout.

Le serpent étouffe alors la tronc comme s'il s'agissait d'une proie, prêt à le dévorer. Marie se sent un peu nauséeuse, mais tient bon. Inutile de s'alarmer : elle n'est pas à la place du végétal. Elle inspire un grand coup, et observe l'opération en gardant son masque neutre pour ne pas donner l'impression d'être soudainement faible.

Le serpent de terre monte alors vers le ciel, et se décompose aussitôt. Là sont les limites de la jeune fille, et Marie l'a aussitôt remarqué. Elle applaudit pour la forme, histoire d'encourager à sa manière les compétences remarquables de l'albinos.

- Alors, qu’en penses-tu ? Ce sortilège m’a demandé beaucoup d’entraînement…

Marie lui offre un sourire timide.

- Très impressionnant. Est-il de ton invention ?

Elle pourrait l'avoir inventé, après tout. C'est la première fois que Marie voit une chose pareille. Si il était réellement du cru de Theresa, cela relèverait d'un véritable talent, et Marie admirait ça avec ferveur. Elle aimerait paraître plus enthousiaste, mais la retenue l'empêche d'être davantage chaleureuse. Elle se contente de sourire gentiment.

- Plus loin, il y a des Bonbons l’Fleur Malin : on pourrait les essayer…

Marie connaissait cette plante. En tant que potionniste, elle se devait de connaître un grand nombre d'ingrédients utiles, et les bonbons l'Feur Malin en faisaient parti. Encore une fois, elle s'étonnait des innombrables connaissances de la Mulciber, mais elle se garde bien de le lui dire. Les compliments viendront en temps et en heure.

- Bien sûr. Montre moi ça ...

Elle suit la jeune fille, mains dans les poches. Voilà bien longtemps qu'elle n'avait pas connu un climat humide comme celui-là ... Elle avait l'impression que ses mains devenaient moites, ô combien cela fut-il désagréable. Elle aurait dû ramener des gants, mais il était trop tard pour ça, et ce n'était un accio qui allait les lui ramener. Tant pis, elle se contenterait de cet état jusqu'à la fin de la journée.

Tandis qu'au loin continuaient de coasser les crapauds, Marie cherche quelque chose à dire pour meubler le silence. Mais de toutes ses pensées les moins étranges, aucune ne lui sembla appropriée. Dur dur d'être introvertie quand on doit sociabiliser un peu. Et plus ennuyant encore quand on ne sait pas parler aux autres. Elle soupire à nouveau.

- Y'a des gens qui vivent dans le coin ?

C'est tout ce qu'elle trouva à prononcer. Autant s'intéresser à la région : sans doute apprendrait-elle des informations intéressantes. Peut-être même découvrirait-elle qu'une communauté vaudou se terre dans ces eaux-là, mais cela lui sembla aussitôt irréaliste. Elle écarta ces divagations aussitôt. Si il existait d'autres sorciers vaudous, son père le lui en aurait parlé. Enfin ... Avant de lui tourner le dos pour des idioties.
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Mervyn

Double compte : Alice Charley & Hélios C. Kark

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : #00cc66 - Vert émeraude
Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Dim 17 Déc - 20:46
« Le marais de Malugubre »
Attention au Bubobulb !



- Très impressionnant. Est-il de ton invention ?

- Hélas non. Il faut devenir un véritable maître pour inventer de pareils sortilèges de magie noire… Qui sait, un jour ?

Elle halète. Ce sort l’a forcé à donner jusqu’au tréfonds de son être. Comme le sport, ça donne une sensation agréable de travail accompli mais bon sang que ça épuise, sans parler de ce sentiment un peu amer en contrepartie qui colonise les pensées après l’utilisation d’une magie aussi néfaste. Au moins, elle a brisé un tronc d’arbre : rien de bien méchant et elle s’en voudrait de l’utiliser sur des êtres vivants… N’est-ce pas ?

Sur l’approbation de Marie, elle approche les Bonbons l’Fleur Malin. Elle cueille quatre de ces fleurons rosés et en donnent deux à sa compagne. Elle espère seulement qu’elles tomberont sur des boutons goûteux et non sur des pétales de mauvais goût. Le premier qu’elle essaie a le goût de la nourriture de sa mère quand elle décide de cuisiner (fort heureusement elle ne se donne jamais la peine). Elle grimace, recrache le bouton. Elle mâche son deuxième bouton et y trouve le goût contraire. Du sucre, du miel et de la douceur concentrés pour offrir les meilleures saveurs aux potions. Ça élimine l’amertume de son premier goûter.

- Y'a des gens qui vivent dans le coin ?

Elle espère que la potionniste trouvera deux bons boutons. En tout cas, sa question a du sens puisque les sorciers ont cette manie à vouloir s'installer n'importe où.

- Nous ne sommes pas à l'abri de quelques ermites. Le marais de Malugubre est riche en ressource, il se peut donc que…

Elle s'arrête lorsqu'elle aperçoit un lièvre des Marécages à six mètres de sa position. Sa gorge se gonfle comme celui d'un crapaud en y produisant des sons similaires. Il mange une plante semi-aquatique près d'un petit étang.

- Un lièvre des marais ! Il ne doit pas être seul… Ces créatures-là sont agressives.

Comme il est écrit dans son livre : Les lièvres des marais se regroupent en bande avant d’attaquer ceux qui pénètrent leur territoire. Leurs dents supérieures sont assez tranchantes pour couper la peau et ils peuvent donner des maladies. À observer à bonne distance. En cas de menace, restez calme et éloignez-vous de leur maison. S’ils attaquent, pensez à utiliser un bouclier.

Comportement curieux : les lièvres se rassemblent non pour s’approcher du duo mais pour partir de leur étang. Partiraient-ils à la chasse ? Les six mutants partent en bondissant plus loin, vers le nord tandis que provenant de ce même point cardinal, elle croit entendre une plus grande agitation. Du bois qui craque, des feuilles qui s’écrasent, des murmures qui sifflent…

Il y aurait-il d’autres visiteurs que nous ?

- C’est moi ou il se passe quelque chose… là-bas ?

Tabasco dans ton gumbo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2017
Célébrité : Freema Agyeman
Crédits : Myself

Age : 27 ans
Sang : Basique rang 3
Statut : En harmonie avec elle-même (oui oui)
Métier : Employée du pôle recherches d'Azkaban
Baguette : 22,5 centimètres, bois de cyprès, ventricule de dragon, flexible et légèrement tordue (un peu comme elle)
Epouvantard : Elle, dévorée vivante par un anaconda
Dialogue : #006633

Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Ven 22 Déc - 22:20
« Le marais de Malugubre »
Le Marais de Galabru



Il s'avère que le sortilège n'est pas d'elle ; mais qu'importe, Marie est impressionnée par les qualités de la jeune fille. D'autres à son âge - et surtout pas Marie elle-même - n'auraient jamais été capables de réussir un sortilège aussi complexe. Cependant, elle voit bien que cette aventure a puisé dans les réserves d'énergie de Theresa, et avec ça, le constat que personne n'est surpuissant. Sauf le Seigneur des Ténèbres, bien évidemment. Ce à quoi les pensées de Marie bifurquèrent à nouveau sur la nouvelle fraîchement tombée : le Lord, ou peu importe le nom qu'on doit lui donner, n'était en réalité qu'un sang-mêlé. Voilà qui était fâcheux pour le gratin Sang-Pur. Elle même n'en avait toujours cure, et préférait se concentrer sur les faits présents : les sang-mêlés étaient tout autant capables de grandes choses que les familles anciennes. Voilà qui changeait désormais la donne ... Pour le moment.

Maintenant en quête des bonbon l'Fleur Malin, les deux femmes se servent sur le plant, espérant tomber sur quelque chose d'agréable. Marie fut chanceuse : le premier avait un goût de crevette, et le second était un étrange mélange entre du café et de la vanille. Un sourire satisfait éclaire le visage de Marie, et elle se demande si Theresa aura été plus chanceuse. Celle-ci venait de laisser échapper une grimace peu avenante. Voilà qui effaçait les doutes : le goût avait dût être affreux.

- Nous ne sommes pas à l'abri de quelques ermites. Le marais de Malugubre est riche en ressource, il se peut donc que…

Mais Theresa ne termine pas sa phrase. Curieuse, Marie penche légèrement la tête sur le côté, machinalement, comme si arborer une posture étrange aller l'aider à savoir ce que la jeune fille voulait dire. "Il se peut donc" quoi ? Mais très vite, son regard suit celui de l'albinos, et les voilà à admirer un lièvre des marais. Voilà bien longtemps que Marie a oublié l'existence de ce genre de bestioles. L'animal parait tranquille, mais Marie sait qu'il faut se méfier du strangulot qui dort : d'autres pouvaient apparaitre, et les choses se compliqueraient sans doute. Theresa enchérit aussitôt, comme si elle lisait dans ses pensées.

- Un lièvre des marais ! Il ne doit pas être seul… Ces créatures-là sont agressives.

- Dans ce cas, gardons l'œil ouvert. Ce serait dommage que cette sortie tourne au massacre. J'imagine déjà la couverture du journal : "Mulciber et Layibadé sauvagement assassinées par des lapins".

Qui a dit qu'elle ne savait pas faire de l'humour. Oh, certes, il était très douteux, autant qu'elle ai pu apprendre de son paternel, mais elle n'y fait pas tellement attention. Très vite, son attention se porte sur l'étrange agitation du marais. Une troupe de lièvres se dirigeait vers le nord, et ce comportement n'échappait en rien à Theresa. Cette dernière avait l'air de s'intéresser désormais à la migration des lièvres des marais.

- C’est moi ou il se passe quelque chose… là-bas ?

Une bête plus agressive ? Des visiteurs eux aussi passionnés de marais ? Ou quelque chose de plus intéressant encore ? La curiosité de Marie est attisée aussitôt.

- Tu as raison, c'est étrange. Allons voir, veux-tu ?

Les mains dans les poches, Marie serre doucement sa baguette dans son poing. Si les choses tournent mal, elle pourrait toujours enflammer deux-trois ennemis en voulant simplement utiliser un sort basique. En attendant, elle se devait de découvrir ce qui se cachait derrière cette agitation nouvelle. Elle lance un autre regard à Theresa, puis s'avance prudemment dans l'eau trouble, se dirigeant vers le nord. Ses yeux cherchent un élément, n'importe quoi qui pourrait témoigner de quelque chose d'anormal.

-Tu vois quelque chose ? Demande-t-elle machinalement, comme si elle s'adressait à elle même.

Un lièvre émerge d'un buisson épineux, à sa gauche, mais seul, il reste à distance, et s'enfuit pour rejoindre le reste de son troupeau. Marie fronce les sourcils, surprise un instant, mais se détend aussitôt. Puis soudain elle les voit : les silhouettes, au loin. Humaines, assurément, mais comment savoir s'il s'agit d'un allié ou d'un ennemi ? Aussitôt vu, Marie attrape le bras de Theresa et la force à se baisser dans un même mouvement

Elle se cache derrière le buisson, plus prudente qu'il ne le faudrait, mais depuis les derniers évènements, elle ne sait plus à qui faire confiance.

- Qu'est-ce qu'on fait ?

Sa voix n'est plus qu'un souffle, préférant la discrétion à la confrontation.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Mervyn

Double compte : Alice Charley & Hélios C. Kark

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : #00cc66 - Vert émeraude
Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Ven 29 Déc - 15:45
« Le marais de Malugubre »
Attention au Bubobulb !



Mulciber et Layibadé sauvagement assassinées par des lapins… Theresa a ricané. Elle voulait rester poli avec son amie et puis, c’est plutôt rigolo quand même ! Avec la magie noire dans son sang magique, elle accepte d’autant plus ce type d’humour.

Revenons à nos moutons.

D’autres visiteurs traînent dans le coin. Ça devient une certitude. Allié ou ennemi ? Impossible à dire. Marie et Theresa se laissent peut-être guider par la paranoïa mais quelle sage paranoïa : avec tous ces terroristes qui se cachent, elles pourraient tomber sur l’un d’eux, par hasard… Si seulement elles savaient ce qui se tramait dans les forêts sous le nez des Mangemorts, elles prépareraient déjà leurs meilleurs sortilèges.

Tout comme Marie, l’albinos flatte sa baguette de ses petits doigts, prête à lancer un Stupefix. Elle s’enfonce dans l’eau boueuse où se baignaient quelques lièvres des marécages. La boue a une consistance si molle qu’on croirait à des sables mouvants. Elle écarte délicatement quelques plantes aquatiques. Se faisant, de minuscules créatures marines écailleuses s’échappent du regard humain en se terrant dans la boue ou dans d’épaisses touffes d’herbe.

C’est un écosystème fascinant. J’aurais presque voulu passer ma scolarité à Serdaigle pour affiner mon savoir…

- Tu vois quelque chose ?


La Sang-Pure exécute un non de la tête. Enfin si, elle voit beaucoup de choses : des amphibiens plutôt somnolents, des buissons vivaces et des arbres griffus. Elle entend les murmures inconnus sans cerner les mots, des cris d’oiseau sans cerner leur langage et ainsi de suite. Son visage exprime davantage de perplexité alors que le lièvre s’en va. Ces créatures magiques ne doivent-ils pas chercher à défendre leur étang, comme le décrit son bouquin ? Un comportement hors du commun qu’elle notera quand elle pourra et…

- Qu’est-ce qu’on fait ?

Le bras de Marie a baissé la petite. Leurs petits yeux espionnent les mystérieuses silhouettes. On y est, voilà les inconnus… mais à savoir que faire.

- On attend ?

Ces silhouettes portent des robes noires avec des capuchons. Une femme et un homme. La femme a la peau noire, de longs cheveux ébènes mais des yeux perçants, une bouche féroce et des mains qu’on confondrait avec des griffes. Elle semble avoir entre quarante ou cinquante ans. Quant à l’homme, il est blanc, chauve avec une large cicatrice lui couvrant le visage. Une cicatrice de magie noire ? La femme porte un grand sac où en sort des oreilles lapines ensanglantées. De leur point d’observation, Mulciber et Layibadé voient le troupeau qui tend à entourer les deux inconnus.

- Ça fera de bonnes potions.


La sorcière palpe le contenu de son sac en souriant. L’homme, quant à lui, montre un regard plus inquiet tandis qu’il constate la meute qui s’organise près d’eux.

- Mildred, devrions-nous pas nous dépêcher ? Ces lévrouilles ont l’air très éméchés…

- Ne t’en fais pas… t’as vu ça ? Je veux.

Elle prend une plante au sol jusqu’à en arracher les racines et la posent dans son sac. Avant qu’elle puisse exprimer sa satisfaction, une dizaine de lièvres sautent en la direction de l’étrange duo.

- On doit les aider !

Theresa lève sa baguette et se prépare à dégommer des lapins.  Je dois les aider, ces gens bizarres ! En se levant, elle dévoile sa position et commence à formuler des sortilèges paralysants. Mais la question reste en suspens : qui sont ces inconnus ?



#ffcc00 : InconnuE #cc99ff : Inconnu
Tabasco dans ton gumbo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 26/11/2017
Célébrité : Freema Agyeman
Crédits : Myself

Age : 27 ans
Sang : Basique rang 3
Statut : En harmonie avec elle-même (oui oui)
Métier : Employée du pôle recherches d'Azkaban
Baguette : 22,5 centimètres, bois de cyprès, ventricule de dragon, flexible et légèrement tordue (un peu comme elle)
Epouvantard : Elle, dévorée vivante par un anaconda
Dialogue : #006633

Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Ven 5 Jan - 0:08
« Le marais de Malugubre »
Le Marais de Galabru



Très vite, les silhouettes se dessinent dans le paysage pour laisser apparaître deux individus à qui Marie jetait des coups d'œil furtifs tandis que Theresa faisait de même de son côté. Attendre dit-elle ? Sage décision, c'est ce que Marie comptait faire en attendant d'identifier les deux énergumènes. Elle plissa les yeux dans un ultime effort visuel, et essaya de définir ce qui arrivait en face. Il s'avérait que les deux portaient chacun une robe à capuchon qui rendait difficile la reconnaissance. Cependant, Marie reconnut sous le tissu une femme et un homme, mais son inspection fut de courte durée car de là où elle se tenait avec Theresa, le troupe de Lièvres des Marais leur semblait approcher dangereusement de l'autre duo.

- Ça fera de bonnes potions, fait la première.

Marie l'observe avec attention. Ce ne sont pas des moldus, pour commencer, mais la piste des Phénix n'était pas à négliger. Qui sait le nombre de terroristes que la nature pouvait abriter. Il faut se méfier : ces deux-là peuvent être dangereux, et Marie ne voudrait pas perdre un bras pour une simple balade dans un marais. Ils finirent pas se rendre compte que le troupeau se rapprochait dangereusement. Après tout, ils étaient en nombre inférieur, et une morsure de lièvre, ça fait mal.

- Mildred, devrions-nous pas nous dépêcher ? Ces lévrouilles ont l’air très éméchés…
- Ne t’en fais pas… t’as vu ça ? Je veux.

Plutôt que de s'inquiéter pour sa sécurité, la femme préféra se pencher pour cueillir des plantes. Mais aussitôt fut-elle relevée que l'armée des Liévrouilles attaqua. A côté de Marie, Theresa s'exclama aussitôt :

- On doit les aider !

L'albinos se releva alors, et entama de venir au secours des deux inconnus. Si elle avait été seule, Marie les aurait laissé se débrouiller. Comme lui lui avait apprit son père, si on ne fait pas preuve de vigilance, on ne peut s'en prendre qu'à soit même. Cependant, elle désirait faire bonne impression, et attendre que la bataille soit finie ne lui donnerait pas une si bonne image auprès de Theresa. Attrapant à son tour sa baguette, Marie se releva hors de sa cachette pour stupefixer comme elle put les bestioles agressives. Elle se sentit coupable de blesser des créatures qui ne faisaient sans aucun doute que défendre leur territoire, mais préférant garder un masque de neutralité pure, elle se garda bien de faire barrière de son corps pour protéger les Lièvrouilles.

Une fois le troupeau neutralisé, les trois quart ayant fui par instinct de survie, Marie se permit un soupir de soulagement. Elle n'a pas jeté de sort malencontreusement sur Theresa ou les inconnus, et n'aura pas non plus fichu le feu à un arbre. Elle se sentait toujours aussi coupable envers les Liévrouilles, mais puisqu'elle avait réussi à ne tuer personne, sa culpabilité fut retirée en arrière plan pour laisser de nouveau place à la méfiance. Elle lorgna sur les deux inconnus, sourcils froncés, et rangea sa baguette dans sa poche.

- Tout va bien ?

En tout cas ils n'avaient pas l'air blessés. Ils pourraient l'être, mais pour ce que Marie en avait à faire, c'était davantage une question de convenance qu'une réelle inquiétude sur leur état de santé. Elle enjamba une branche sans difficulté pour rejoindre l'autre duo, l'oeil toujours aux aguets au cas-où le reste du troupeau rappliquerait à nouveau.

HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Mervyn

Double compte : Alice Charley & Hélios C. Kark

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : #00cc66 - Vert émeraude
Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté Mar 9 Jan - 0:16
« Le marais de Malugubre »
Attention au Bubobulb !



En voilà un qui goûte à un tronc d’arbre, un autre qui se fige sur place… Theresa réussit à effrayer une partie de la meute – partie qui se fait repousser par les inconnus, menant rapidement fin au combat. Bataille inégale à-vrai-dire : quatre sorciers contre une dizaine de petits lévrouilles, l’issue ne pouvait qu’aller en leur faveur. L’albinos a une petite mine désolée pour celui qu’elle a envoyé valser contre le bois mais un sourire se dessine en son sang agréablement excité. C’était amusant, pense son âme de chasseuse. Pas étonnant que son patronus soit un chat noir, elle doit hériter du même instinct…

- Tout va bien ?

Elle accompagne Marie vers le duo d’étrangers. En réalité, ça la gêne un peu de socialiser avec ces inconnus. C’est ce qui arrive quand on joue les héroïnes. Elle sourit, légèrement embarrassée en se massant la nuque. D’ailleurs, l’attention de monsieur et madame on-ne-sait-pas-qui se rive sur elle. Rien d’étonnant à ça : Theresa ne passe pas inaperçu avec ses cheveux de cendre et ses yeux gris mais quand on connaît son patronyme, on évite de la dévisager de la sorte.

- Aucun lièvre ne vous a mordu j’espère ? Leurs morsures peuvent provoquer des infections et…

Ces gens prennent plus de temps que lors d’une conversation normale pour répondre. Ça doit être le choc, pense la Mulciber mais ceux-ci semblent se concerter du regard. Pourquoi ? Voilà où réside le mystère… Ils finissent par briser le silence.

- Ah… merci jeunes demoiselles ! Mais vous n’auriez pas dû… On avait la situation sous contrôle.

Theresa se retient de lever un sourcil. Avec la femme qui avait le nez ailleurs et l’autre chauve là… Non, elle valorise son intervention. Ils avaient besoin d’aide. De plus, elle remarque une ouverture sanguinolente sur le bas de la jambe de la femme.

- Mais votre amie a été mordue…
- Ah ça ! Ce n’est rien voyons…

Aussi naïve puisse être l’albinos, elle n’en croit pas un mot. D’abord, elle l’aurait remarqué de derrière les buissons et elle se déplaçait avec aisance. Maintenant, elle cache mal sa douleur et boîte un peu.

- Mais… elle doit voir un médicomage. Ça peut être grave et...
- Je vais bien je vous dis !
- Voyez, Mil-… je veux dire Milène va très bien.

Les deux inconnus sourient comme s’ils sortaient d’une promenade de santé. Plus perturbant encore… La femme vient-elle de changer de prénom ? Le regard confus de Theresa croise celui de Marie : est-ce seulement moi ou cette femme s’appelait Mildred il n’y a pas de ça deux minutes ? Elle hésite à leur demander leur sang, question de leur recommander Sainte-Mangouste ou la Clinique de Pré-au-lard. Pas l’Hôpital Morgane. Des Sang-Purs ne leur parleraient pas de la sorte et puis… Il y aurait de bonnes probabilités qu’elle ait déjà vu leur visage. Toutefois, étant donné qu’ils viennent de mentir… ne mentiraient-ils pas encore ?

- Si vous le dites… Mais alors que faites-vous ici ? Ce n’est pas la saison…

Pas la saison pour la cueillette, c’est clair. Quelques plantes intéressantes subsistent ici et là mais les amateurs traînent plutôt le printemps ou l’été. Quant à Marie et Theresa… elles venaient prendre l’air et profiter d’une nature timide, solitaire comme leurs natures respectives. Récolter quelques plantes peut-être mais l’albinos ne pensait pas revenir au manoir avec de quoi fournir les réserves de l’oncle Lodrick. Tout ceci devient très… très suspect.




Hinhin:
 
Contenu sponsorisé
Re: Le marais de Malugubre
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs