AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens agrandir le clan de la famille royale avec le grand amour de James Windsor, Wendy Windsor !
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la société dans l'ombre avec le scénario de Sheherazade Raviya, Ghassan Amhnes !
Des scénarios en folie
Viens regretter de t'être marié avec le scénario de Vivienne McKay, Amadeus McKay ! pale
Des scénarios en folie
Viens lutter pour la vie avec le fiston fraichement débarqué en Angleterre de Joaquim Cervera-Bernal, Lito Cervera !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Please come back to me - Therelem ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1214-nilhem-kark
Messages : 100
Date d'inscription : 27/08/2017
Célébrité : Richard Harmon
Crédits : ROGERS

Age : 21 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Célibataire, ses fiançailles sont reléguées au second plan pendant que les projecteurs sont braqués sur Mervyn Jr. Un état de fait qui lui va parfaitement, étant donné qu'il nie toujours farouchement ce qu'il peut éprouver pour une certaine moldue.
Métier : Sans Emploi depuis la chute de Magicorp, on peut le trouver au Chimeria, en train de préparer les artifices du spectacle suivant.
Baguette : Bois de noyer, 18 cm, crin de licorne.
Dialogue : teal

Extrêmement maladroit, il est dépourvu de toute coordination. - Inventeur assez génial, son cerveau est toujours en ébullition. - Toujours vierge, ce grand timide est un romantique dans l'âme, dans ce monde où tout n'est pas rose et loin de là. - Depuis la Tour des Médias, il a pris conscience que son statut de privilégié le met face au mur dès qu'il est en difficulté.
Please come back to me - Therelem
ce message a été posté Dim 11 Fév - 9:14



Come back

theresa & nilhem


Maître Nilhem, une missive pour vous. Nilhem releva la tête, un toast à moitié mangé à la bouche, les mains pleines de divers papiers. Depuis quelques temps, on voyait le jeune homme s’agiter de nouveau, préparer des plans, tout pour le Chiméria. La différence était criante mais il n’était pas certain que qui que ce soit à la maison s’en soit rendu compte. Mais ça n’avait pas la moindre importance. Toujours était-il qu’il n’attendait pas forcément de courrier, étant donné le peu de temps qu’il passait au Manoir, ceux qui voulaient le contacter savaient qu’ils avaient plus de chance en envoyant cela au CHS. Il eut un mouvement désolé parce que visiblement, toutes les parties de son corps pouvant recevoir le mot étaient occupées. Il sentit la domestique étouffer un sourire, ce qui lui fit chaud au cœur. Il pouvait encore être drôle ? On allait finir par y arriver. Elle déposa donc la lettre en question sur sa table de nuit, pendant que Nilhem se replongeait dans ses plans, le temps qu’il tenait l’idée. Ce devait être urgent, mais pas aussi urgent que de garder l’idée qui risquait, autrement, de se volatiliser dans les airs. Posant une partie de sa paperasse, il décrocha le toast de sa bouche, arrosant sa surface de travail de miettes de pain. Il lui fallut quelques minutes pour parvenir au résultat escompté … et il en avait presque oublié l’enveloppe, qui se rappela à son attention alors qu’il se tournait pour s’étirer. Sourcils froncés, il s’en saisit finalement, et commença la lecture. Et finit par s’asseoir sur son lit. Elle venait des Mucliber. Et … Quand il eut parcourut les quelques lignes, il laissa tomber le parchemin par terre. Et se précipita pour attraper son manteau (inutile de dire qu’il se prit les pieds dans le tapis dans le mouvement et dut s’y reprendre à deux fois pour ouvrir la porte).

Dévalant les escaliers, il essaya de l’enfiler. Avant de se demander pourquoi, étant donné qu'il allait passer par la cheminée. Il fut bientôt dans le salon des Mulciber, couvert de suie, bien évidemment, qui le firent tousser en sortant.. Se maudissant intérieurement, il trébucha sur le tapis et fut rattrapé in-extremis par nulle autre que sa tante, qui l'attendait de pied ferme. Son coeur se serra en voyant son visage. Theresa. Il était arrivé quelque chose à Theresa. Et lui avait fini son stupide plan plutôt que de venir ici immédiatement. Les termes du message étaient peu clairs, mais cela n’avait pas la moindre importance. On lui avait demandé de venir, et il était là. Son esprit était trop occupé à se demander ce qui lui arrivait pour retenir tout ce qui se passait autour de lui, gravité de la situation mise à part. Il n’était pas vraiment là. Il avait envie qu’elle se taise, même s’il l’adorait. Il voulait juste la voir et comprendre. Peut-être y aurait-il fallu qu’il emmène des potions. Il avait sa baguette, en tous cas. Enfin, peut-être. Si, dans la poche intérieure de sa veste. C’était déjà ça. Il savait où on l’emmenait, en tous cas. Le bureau de Wilfric Mulciber. Wilfric. Qu’elle était là. Sans être là. Et il n’était pas certain de vouloir assister à ça. Mais elle avait besoin de lui. Et il était hors de question qu’il l’abandonne. La porte se dressait devant lui, menaçante. Et Mervyn savait qu'elle l'était souvent, il n'était pas bon de se retrouver sommé de s'y rendre par un Mulciber en colère. Et même s'il n'avait jamais pris de soufflante en ces lieux, quelques souvenirs cuisants d'entraînements lui revenaient par vagues. Les refoulant, il essaya de se concentrer. Se retournant vers sa tante, il esquissa un sourire qui se voulait rassurant mais devait plutôt ressembler à une grimace. Et finalement, il entra.

Les rideaux étaient tirés, et la pénombre ne faisait qu’ajouter à l’atmosphère glauque de la pièce. Il pouvait encore sentir la présence de Wilfric en ses lieux et frissonna. Loin d’être rassuré, Nilhem tira sa baguette. Cela pouvait effrayer Theresa. Peut-être. Mais il préférait être préparé. Il avança d’un pas sur le tapis qui ornait le sol, tapis persan dont il connaissait les moindres motifs, quand ils étaient plus faciles à encaisser que les regards durs de leur aîné. Où était-elle … ? La pièce était de belle taille et … elle était là. Dans son fauteuil. Mais, de dos, il ne pouvait voir que quelques-uns de ses cheveux. S’avançant, il murmura : Theresa ? D’abord, s’assurer qu’elle allait bien. Enfin, aussi bien que possible. Ensuite, s’identifier. C’est moi … Nilhem. Et enfin … comprendre le fond du problème : Est-ce que … ça va ? Non, bien sûr, question stupide, puisqu’il était là. Mais … il voulait l’entendre de sa bouche.

(c) DΛNDELION
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 104
Date d'inscription : 08/11/2017
Célébrité : Nastya Zhidkova
Crédits : Bitch baby

Double compte : Alice Charley & Hélios C. Kark

Age : 19 ans
Sang : Sang-pur
Statut : En attente de fiançailles mais en couple (fidèle) avec Anastaz Hunter
Métier : Stagiaire à la Commission de la Trahison
Baguette : 28 centimètres en bois d’aubépine avec pour cœur un crin de sombral. Cependant, Calliope lui a offerte une baguette d'un Phénix mort lors de la rescousse de Wilfric qu'elle garde depuis. Elle la sort rarement. 23 centimètres, bois de cerisier et crin de licorne, courbe et flexible.
Epouvantard : Elle-même
Dialogue : #00cc66 - Vert émeraude
Re: Please come back to me - Therelem
ce message a été posté Dim 18 Fév - 1:14
Ils se moquent. Pourtant, qu’a-t-elle fait pour mériter ça ? Elle s’est donnée corps et âme à sa mission. Littéralement. Et c'est le coeur du problème puisqu'elle a perdu son nord depuis une semaine.

Déjà, elle fume la pipe. Elle a acheté la sienne : couleur noisette et élégante. De luxe. Avec du bon tabac pour calmer ses nerfs. L’empêcher d’envoyer valser un de ses frères du haut du deuxième étage du manoir pour leur insolence de jeune imbécile. Theresa a aussi cru bon de changer le décor de sa chambre : au lieu des peluches et du rose, elle l’a remplie d’austérité et de sérieux. C’était une chambre pour enfants et je ne suis plus une enfant, ce changement était nécessaire. Oui, plus que nécessaire, par Salazar…

Pour la première fois, elle réfléchit à sa carrière. Pour de vrai. Pas seulement à propos des dossiers ou comment elle se sent chanceuse de travailler avec la jouvencelle née Yaxley : non, elle anticipe avec ambition. Comment se tailler une place, une vraie. Lodrick l’avait commandé de rester au manoir mais à contrecourant de ses injonctions, elle s’est présentée au Ministère. Un éclair s’est propagé entre les stagiaires, c’est le moins qu’on puisse dire. Méthode, droiture… La petite a doublé en stature par son propre langage. Toute une expérience pour les collègues. En revanche, elle se demandait que faire de tous ces incapables. Doit-elle poser ses pions et prendre les rênes de la commission dans quelques années ? La quitter et ambitionner un secteur plus prestigieux ? Quelque chose à la hauteur de mes compétences… Je ne peux pas m’abaisser à travailler pour des incapables. Amen.

En attendant, elle s’isole. Theresa comprend qu’elle possède un contrôle équivalent au néant sur ses pairs Mulciber. Ça la frustre et malgré cette croyance inexplicable qu’ils leur devraient, tous, le respect, elle reste lucide. Enfin, autant lucide que puisse être une victime du sortilège d’intrusion. Et où chercher le calme fertile à la réflexion et l’intelligence ? Le bureau. Cela va de soi. Ainsi, elle se couvre de pénombre et caresse Mr. Hamilton sur ses genoux. Elle évite de toucher à quoi que ce soit qui appartienne à Wilfric. On s’attendrait à ce que Therefric joue dans les dossiers comme s’ils les appartenaient mais non. Elle garde le respect de la vie privée de son grand-père. La raison de sa venue reste méditative. Je me dois d’exceller… Ils sont jaloux, ici. Cependant, si je veux avoir le respect, je dois les écraser. Pour de bon. Jusqu’à qu’ils ne puissent plus faire grand-chose. Ah certes… je suis une jeune femme mais il faut commencer tôt. Prendre de l’avance. Les jeunes sont idiots, ils font des erreurs et perdent leur temps en futilité. Pas moi. Je dois me préparer. Me peaufiner. Asseoir la domination et…

Grincement de porte. Le pas de l’étranger arrête ses noires réflexions. Elle prend une longue inspiration, agacée. Ses doigts se crispent sur les poils peignés à la perfection du Flereur. Les griffes du félin frôlent la peau sensible de la Mulciber, prêts à déchirer l’impromptu. Theresa ? Nilhelm. Le bébé de Calliope. Un élève de son grand-père et… un ami à elle. En théorie. Est-ce que… ça va ? « Je sais que c’est toi, Nilhelm. » Elle regrette le ton familier. Néanmoins, il est de vigueur entre personnes de leur âge, de rang similaire. Expiration exaspérée. D’un moulinet de baguette, la chaise effectue un tour à cent-quatre-vingts degrés. Petit Kark peut voir l’albinos en col et robe chic et Mr. Hamilton qui le toisent en cœur. D’un geste vif, une bougie s’enflamme sur le bureau pour y laisser une maigre flammèche. Elle illumine quelques livres qui se prélassent sur la surface en bois du bureau. Des livres traitant de magie essentiellement, dont l’un se penchant sur la legilimancie et l’occlumencie. Quelle coïncidence. « Je me porte bien. Je ne peux pas en dire autant de tes manières : ne t’a-t-on jamais appris à cogner avant d’entrer ? » Les livres se referment en un battement de cils nuageux. « Étant donné les circonstances, je doute que tu sois venu pour une leçon. » D'une œillade mauvaise, elle exige que Nilhelm se calme avec sa baguette. Qu'a-t-on dit à mon propos ? Par la barbe de Merlin... Une théière flotte et remplit – pour la énième fois aujourd’hui – sa tasse de thé chaud. À ses côtés, une pipe fumante émet une odeur de tabac fugitive. Une deuxième tasse se remplit pour... l'invité. Où sont les elfes quand ils peuvent enfin se rendre utiles à quelqu’un ? « Ne te gêne pas. » Il nuit à mes réflexions... Mais s’il peut m’apprendre quelque chose que j’ignore, sa présence pourrait s’avérer utile. Ou bien quelqu'un l'a invité ici. En tel cas cette initiative m'inspire... le mépris. « Qu’est-ce qui t’amène ? »
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs