AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un fils de bonne famille au sang chaud avec le frérot d'Armel Zabini, Nikita Lancaster Cool
Des scénarios en folie
Rejoins le gang des fugitifs asthmatiques avec la frangine d'Altair Kirke, Balkiss Kirke
Des scénarios en folie
Pars à la recherche de ton fils perdu avec le vrai pôpa de Salazar Sabordage, Cecil Phillips
Des scénarios en folie
Adopte la scottish attitud avec l'esclave d'Adara Dragenvann, Fergus McLeod Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Wrong fiancé (Rowena) ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers :: Magasins Zabini
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Sam 24 Fév - 16:59
25 février.

Très chère Rowena,

J’ai entendu dire que vos fiançailles avaient récemment été officialisées et n’avais jusqu’à ce jour pas pris le temps de vous féliciter… Pardonnez mes manières.
Si vous m'accordiez l’immense privilège de dessiner, concevoir et vous offrir votre robe de mariée, je crois avoir de quoi faire pâlir de jalousie toutes vos invitées. N’hésitez pas à me retrouver un jour ou un autre, vous savez où me rejoindre.

Avec tout mon respect,

A. Zabini


PS : L’invitation à me rejoindre tient également si à tout hasard vous ne supportiez déjà plus votre fiancé. Je serais alors ravi de vous offrir un verre.



- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Sam 24 Fév - 17:26
« Au fait, j’ai appris aujourd’hui que les Dolohov mariaient leur fille à Hadrian Salamander. Eric, encore un peu de vin ? »

L’information avait fusé un beau soir, il y a quelques temps déjà, entre l’entrée et le plat principal. Si Armel se contre-fichait des potins de la vie sorcière, et Eric tout autant que lui, il en était tout autrement de sa mère. Seulement ce potin-là, il avait eu du mal à le digérer. Même la salade en entrée n’était finalement pas du tout passée : elle avait un petit arrière-goût désagréable, comme une pointe amer de jalousie. Mais finalement Armel n’avait rien dit. Parce qu’il n’allait sans doute pas expliquer à sa mère qu’en fait, Rowena lui plaisait bien, qu’elle l’inspirait franchement – et qu’il ne comprenait absolument pas pourquoi elle avait décidé de s’enfermer jusqu’à la fin de ses jours avec un crétin de chasseur de lézards volants. Et puis qu’aurait-elle bien pu lui répondre, Echo avec sa délicatesse légendaire ?

Et puis les jours avaient passés, ça avait été le rush pour la préparation du défilé semestriel de présentation de la nouvelle collection (printemps-été cette fois), brutalement interrompue par une nouvelle attaque terroriste. Echo s’était mis en tête de faire une immense fête on ne peut plus chic en conviant tous les sang-purs dignes de ce nom. Histoire de bien montrer à l’univers tout entier – ou du moins, partout où la griffe Zabini avait déjà frappé – combien ils brillaient même en période sanglante. Et autant dire qu’Armel mieux que personne, sauf son Lannister de père peut-être, savait combien il en coûtait de suivre le quotidien d’Echo Zabini quand elle décidait de briller dans la démesure.

Au moins la véritable tornade que représentait Echo avait-elle réussi à lui faire sortir Rowena de la tête. Jusqu’au jour où il avait finalement décidé de mettre sa fierté de côté : il n’avait aucune envie de se marier maintenant, y compris avec la demoiselle pourtant belle à tout faire tomber d’un claquement de doigts, mais tout de même. Beaucoup lui en avait mentalement coûté avant qu’il ne puisse admettre qu’il était dé-gou-té qu’un Salamander soit potentiellement le premier à pouvoir la toucher. C’est donc avec toute l’innocence du monde qu’il lui avait écrit ces quelques mots, accompagnés d’un démesuré bouquet de fleurs et d’un carré de soie discret mais coloré, évidemment signé Zabini, évidemment hors de prix.

Les hiboux étaient partis 48 heures plus tôt, un peu plus, et il n’avait pas eu de nouvelle de la Dolohov. Il n’attendait aucune réponse pressée en particulier… Elle avait choisi toute seule comme une grande ledit fiancé, après tout.

Jusqu’à ce soir alors qu’il s’était absenté à peine quelques dizaines de minutes de sa propre boutique. A peine eut-il franchi la porte d’entrée qu’une des vendeuses expliqua poliment : « Mademoiselle Dolohov est arrivée, elle a dit que vous l’attendiez » « Oh, parfait, merci » Un peu surpris donc, puisqu’il n’avait aucune idée de l’effet qu’auraient pu avoir les fleurs (même avec des vêtements, il ne s’était jamais attendu à complètement pouvoir l’acheter).

Se contre-fichant soudain des quelques clients restants, il se pressa de rejoindre l’arrière-boutique. Il avait dessiné des dizaines de fois pour elle et grâce à elle, elle connaissait les yeux fermés le chemin jusqu’à son bureau. Il ne frappa pas – c’était chez lui, après tout – et lança à la volée, non sans un brin d’insolence dans le regard : « Bonjour Rowena (elle était trop belle pour que ce soit tout à fait légal, à coup sûr), je dois avouer que j’espère que tu n’es pas trop pressée d’essayer ta robe. Dis-moi plutôt que tu te lasses déjà de ton élégant et raffiné fiancé. »




- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Lun 26 Fév - 11:56
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena

Il était là, sur son bureau, ce somptueux bouquet. Rowena l’avait trouvé en sortant de la douche. L’elfe l’avait certainement installé à sa réception. Il était accompagné d’une boîte estampillée Zabini et d’un parchemin. Des lys, ses préférés. La jeune femme en huma le parfum avant de le dévorer des yeux. Ses doigts trouvèrent le parchemin, elle le décacheta avant de le lire.
Son cœur se serra en parcourant l’écriture longiligne d’Armel, elle savait que le Zabini finirait par apprendre ses fiançailles. Les félicitations ne firent qu’ajouter à son mal-être. Non, elle n’avait pas envie qu’on soit content pour elle. Elle voulait qu’on hurle à sa mère que cette union était vouée au malheur de sa fille, qu’on la fasse changer d’avis et qu’elle retrouve sa liberté.

Elle posa le papier sur le bureau alors qu’elle se saisissait de la boîte. Une robe de mariée… créée par celui qui peuplait une partie de ses rêveries. C’était tordu. C’était douloureux, savoir qu’elle le verrait si souvent sans pouvoir aller plus loin. Et à la fois, elle ne voyait personne d’autre que lui habiller le pire moment de sa vie. Ses épaules tremblèrent. Se marier amenait la question de la descendance à produire, du besoin de fonder un foyer solide, de faire front à deux… Comme ses parents. Chose impossible. Hadrian était parfait sur le papier : bel homme, regard séduisant, bonne lignée, … mais ce n’était qu’un connard incapable de reconnaitre sa valeur, un analphabète s’attendant à ce qu’une femme ne soit bonne qu’à obéir ! Un homme qui ne la mériterait jamais.

Son sourire retrouva ses lèvres quand elle déballa le carré de soie. Ses doigts se promenèrent sur le tissu. Une vraie merveille. Elle le sortit de son emballage, appréciant le travail Zabini pour la énième fois. Il était sublime, comme toujours. Armel savait comment on traitait une femme. Faire des cadeaux était une chose, mais la manière de le faire faisait toute la différence. Voilà ce qui te manque Salamander. La bague qui ornait son doigt était une preuve flagrante. Ça aurait dû être le bijou d’une vie, l’autre l’a transformé en un geste banal, gâchant ce faible moment avec des mots corrosifs.

Soupirant, elle délaissa ses cadeaux pour s’apprêter. Toute fiancée qu’elle était, le travail l’attendait.

Deux jours plus tard, en sortant d’Azkaban, la jeune femme décida de prendre l’invitation d’Armel au mot. Elle se pointa à la boutique sans prévenir. L’une des vendeuses la reconnu immédiatement. « Armel attend ma visite. »

Mais le styliste était absent. Elle haussa les épaules, ajoutant qu’elle l’attendrait dans son bureau. Sans plus de politesse, la jeune femme se dirigea dans l’espace créatif du Zabini, puis y entra. Le bureau avait quelque chose de très familier, peut-être par ce qu’elle avait passé de nombreuses heures entre ces murs. Elle défit le cordon de sa cape avant de la poser machinalement sur un fauteuil. Ses talons claquèrent sur le sol alors qu’elle s’approchait de la fenêtre. La jeune femme pencha la tête sur le côté, étudiant le paysage d’Avalon. A quelle invitation répondait-elle en fait ? A la robe ? Au verre ?
L’envie de le voir. Une réponse qui s’afficha clairement dans son esprit.

A croire que c’était ce qu’il attendait pour arriver. Son sourire s’étira alors qu’elle se tournait vers lui.

« Bonsoir.» Elle s’approcha de lui en soupirant, sans se défaire de son sourire. Cet homme ne changeait pas. Toujours bien habillé, toujours en valeur, toujours cet air indéfinissable sur son visage qui la faisait craquer. « Pas de robe, pas de détestable Salamander. » Elle planta une bise sur sa joue impeccablement rasée. « Tu m’as promis un verre. Je viens le réclamer.»

.  

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Lun 26 Fév - 23:32
La bienséance eût voulu qu’Armel ne mentionne pas tout le mal qu’il pouvait bien souhaiter au nouveau fiancé de la demoiselle : trop tard.
C’était sorti tout seul. Le côté « morue » des Zabini, sans doute.
Plutôt crever que de mentir et lui souhaiter tout le bonheur du monde avec ce crétin de Salamander – à elle, seule, oui. Son sourire ravageur et sa paire de jambes interminables méritaient à elles seules tout ce que l’univers pouvait offrir de bon. Un baiser appuyé sur la joue plus tard, il avait presque oublié ce sentiment d’amère frustration qui ne le quittait pas vraiment depuis l’annonce des bienheureuses fiançailles ; quant au fait que Salamander aurait bientôt, lui, légalement le droit de ne pas la dévorer que du regard.
Et pourtant, pas à un seul moment ne lui vint à l’esprit l’idée de lui proposer de laisser tomber Hadrian pour l’épouser plutôt lui (Armel lui était cent fois préférable : si l’autre avait pour lui le fait d’être grand et pas franchement vilain, il n’avait ni son élégance naturelle, ni son charisme, ni son sens du style, ni sa finesse d’esprit… cela allait sans dire).
Il n’était clairement pas pour l’idée de se marier maintenant, pas prêt à renoncer à sa pleine liberté, dans tous les domaines qui soient. Pas prêt à se jeter aux pieds de qui que ce soit.

Enfin, toutefois était-il que clairement, en la délicieuse présence de Rowena Dolohov, il était bien incapable d’avoir autant de réflexions poussées. Aussi se contenta-t-il de laisser de côté la jalousie et la frustration, ou plus largement tous les chamboulements de l’hiver qui s’écoulait trop lentement à son goût, pour simplement afficher un sourire aussi crétin que sincère. Et victorieux, aussi. Aussi retira-t-il enfin son épaisse veste hivernale et son écharpe tout en savourant chaque syllabe du mot détestable.

« C’est une réponse qui me convient à merveille. Qu’est-ce que tu bois ? » C’était ça aussi, le luxe. De pouvoir offrir à peu près ce qu’ils désiraient à boire à ses clients privilégiés. Rowena, tout en haut de la liste. Commande passée, il l’abandonna le temps de changer de pièce, de sortir sa baguette et en trois-quatre mouvements rapides, de servir les deux verres en question. Pour lui, ce serait un whisky pur feu. Digne fils de son père oblige. « Mademoiselle est servie » Puis avant de s’empresser de la rejoindre, il prit bien soin de refermer la porte de l’immense bureau derrière-lui. « A la tienne » la dévora-t-il une énième fois du regard sans même s’en rendre compte, le temps faire résonner le cristal des deux verres. « Ma mère a dû réquisitionner la moitié d’Avalon pour le lancement d’après-demain, aujourd’hui tous les domestiques ont disparu. Ou simplement pris la fuite très loin. C’est la folie depuis qu’elle a décidé d’inviter tout le Royaume-Uni. » Il avait rejoint la fenêtre où quelques instants plus tôt se tenait Rowena. Il s’y accouda et soupira tranquillement (précieux moment de pur bonheur, ou presque, à des années-lumière de l’effervescence ou du chaos du mois de février). Avalon ne grouillait pourtant pas tant que ça, de l’autre côté de la fenêtre… Paranoïa chez ses concitoyens ? Ou simplement trop froid, trop tard déjà, dans la soirée ?
Il se retourna et enchaina : « Tu penses venir, d’ailleurs ? » - en fait, ni le regard appuyé ni le ton employé ne laissaient franchement d’illusion… Lui, aimerait beaucoup qu’elle vienne. Encore un peu en célibataire, de préférence. Il se retint d’enchainer encore une fois et se risquer à demander en quoi Salamander pouvait-il être tant détestable ; mais n’en fit finalement rien. A la place, il avala sa jalousie mal placée en même temps qu’une première gorgée de whisky.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Mar 27 Fév - 14:49
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena


« Tu as toujours de ce vin français qu’on avait bu pour ton anniversaire ? » Un blanc sucré qu’elle avait eu la chance de se voir servi dans ce même bureau. C’est avec un plaisir non dissimulé qu’elle le vit quitter la pièce pour revenir quelques instants plus tard avec leurs verres. Elle se saisit du sien avec élégance. « Merci, à la tienne. » Ils firent tinter leurs verres, Rowena appréciant leur proximité avant qu’il ne s’éloigne vers la fenêtre. Sans un mot, elle porta le verre à ses lèvres pour boire une gorgée de ce divin nectar. Non Row, dans quelques mois on t’appellera madame. Il le sait, tu le sais, alors arrête de le regarder comme ça.

Le défilé, elle avait reçu ses invitations de longue date. Elle avait même été étonnée que cet envoi ne soit pas accompagné de la fameuse lettre de félicitations d’Armel. Une des dernières invitations où l’on pourrait lire « Dolohov » suivre « Rowena ». La jeune femme avait déjà enterré l’idée de s’enfuir de cette union. Une fois que la date serait fixée, tout s’accélèrerait.
Elle fit quelques pas dans sa direction avant qu’il ne se tourne vers elle. Les lumières de la ville se reflétaient sur le profil du Zabini, mettant en valeur sa mâchoire et ses pommettes saillantes. Une peinture de maître ne pourrait rendre justice à cette vision. Elle eut un sourire en coin, haussant un sourcil.
« Tu as envie que je vienne ? » Provoqua-t-elle avant de rire légèrement. « Je serai évidemment au premier rang. » Elle leva les yeux aux plafond, réfléchissant. « J’espère réussir à sortir Scylla et Salomé pour l’occasion. C’est un évènement immanquable. » Il faudrait aussi songer à la tenue qu’elle allait arborer pour l’occasion. Elle ne savait même pas si son analphabète de fiancé se présenterait au défilé. Cet homme avait pourtant le corps parfait pour porter de la haute couture. La tenue qu’il avait portée lors de le fête de « fiançailles » devait certainement venir de la maison Zabini, la coupe était impeccable. Elle soupira. « Tant de choses à penser ! »

La gorgée de vin qui suivit commença à la détendre. « Tu n’es pas trop débordé par tes obligations ? » En tant qu’aîné d’Echo, il devait certainement avoir une myriade de choses à faire. « Excuse-moi de ne pas avoir pensé à te prévenir de ma venue. J’espère ne pas te déranger, je ne voudrais pas mettre l’organisation du défilé à mal. »
Elle avait juste eut envie de le voir là, ce soir, après la paperasse qu’elle s’était tapée, après tout ce qui était arrivé ou devrait arriver. Il était une oasis dans son chaos personnel.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Dim 8 Avr - 23:10
« Tu as envie que je vienne ? »
« J’aimerais beaucoup que tu viennes, oui » Réponse honnête du tac au tac sans qu’Armel ne se laisse déstabiliser une seule seconde par son rire provocateur.
« Je serai évidemment au premier rang. J’espère réussir à sortir Scylla et Salomé pour l’occasion. C’est un évènement immanquable. »
« Fort bien. Tu m’en vois des plus flattés. » Et Echo aussi par la même occasion, puisque l’événement ne saurait être pleinement réussi sans la présence de la plus belle et la plus pure jeunesse sorcière. « En fait Salomé est même déjà passée hier essayer quelques robes », commenta-t-il tout simplement en prenant une nouvelle gorgée. Il n’ajouta pas qu’elle avait, si elle le souhaitait, tout le magasin à sa disposition, ainsi que toute  sa propre imagination débordante de créations à venir : Rowena savait déjà pertinemment qu’elle n’avait qu’à gentiment demander pour qu’il s’applique pour elle plus que n’importe qui d’autre.

« Tu n’es pas trop débordé par tes obligations ? Excuse-moi de ne pas avoir pensé à te prévenir de ma venue. J’espère ne pas te déranger, je ne voudrais pas mettre l’organisation du défilé à mal. »

« C’est tout le contraire, là encore, la réponse fut quasi-instantanée avant qu’il ne réfléchisse à quoi que ce soit, alors qu’il arborait un discret sourire à moitié super séducteur, à moitié complètement amouraché. Je veux dire, tu ne me déranges jamais et c’est toujours avec plaisir que je te reçois. J’aurais éventuellement pris le temps de ranger un peu mieux tous mes parchemins, mais j’imagine que tu ne m’en voudras pas trop. » Nouveau sourire crétin, nouveau coup d’œil pour dévorer son visage si parfait du regard. C’était effectivement le bordel – sur son bureau s’étalaient d’innombrables croquis d’un côté, d’autres papiers plus administratifs de l’autre – mais cela n’avait pas grande importance. En règle générale, ni le désordre ni les clients ne passaient avant la jeune Dolohov. Combien de fois l’avait-il fait passer bien avant un impératif ou un autre ?

« Tu aimes, le vin ? »

Toujours contre la fenêtre, il se mit à pianoter de sa main libre sur le rebord sur lequel il s’appuyait. Il reposa finalement son propre verre sur ledit rebord, profitant d’un bref interlude pour la quitter des yeux, et parfaitement conscient de la curiosité mal placée qui le démangeait. Scroutt, tant pis. Il se redressa et enchaina, la voix trahie par une jalousie piquée beaucoup trop à vif depuis plusieurs jours :

« La date de ton mariage est déjà fixée ? Non, parce que – disons que je crois que je vais franchement avoir besoin d’un peu de temps pour m’y préparer psychologiquement. »

Re-scroutt !
Il laissa échapper un rire jaune tout en récupérant d’un geste nerveux son verre (et hop, une nouvelle gorgée de whisky, ô combien bienvenue).
Il était dé-goû-té.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Mar 17 Avr - 17:52
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena


Sa franchise face à sa faible provocation, ses quelques mots sur Salomé… Il n’avait aucune idée de ce qui se tramait dans son esprit. Il était cet ami pour qui on se languissait toujours sans savoir s’il plaisantait ou pouvait éprouver quelconque réciprocité. Il était son artiste à elle, elle sa muse. C’était déjà pas mal au fond, pourquoi creuser plus loin quand on savait qu’elle avait déjà été vendue ? Cela n’allait amener que plus de tristesse et de frustration dans une union qui n’était faite de cela.

Elle lui sourit en entendant qu’elle ne dérangeait pas. Manquait plus qu’un caprice de sa part n’ai des conséquences sur son travail… Elle rit. « Comme si je ne t’avais jamais vu en pleine frénésie créative… » Et s’il pensait que ça c’était le bordel, alors quoi dire de l’état dans lequel elle avait laissé le bureau d’Hadrian la fois où elle y était passée ? Un frisson remonta le long de son échine. Non, pas maintenant Row, garde ça pour plus tard, arrête de te prendre la tête et profites de ton oasis. Elle arpenta la pièce avant de s’assoir négligemment sur le bord du bureau d’Armel. Le bout de ses doigts caressait les parchemins, elle en attrapa certains pour y laisser vagabonder ses yeux clairs. Tous ces croquis … il avait un talent fou. Certaines choses étaient vraiment héréditaires !

Elle releva la tête vers lui. « Oui, c’est aussi bon que dans mon souvenir. Rappelle-moi de te piquer le domaine une prochaine fois. » Dit-elle dans un sourire mutin. « Les filles adoreraient ! » Non, elle ne vit pas qu’il était préoccupé par quelque chose, non, elle était fatiguée par sa journée de travail, épuisée par les préparatifs, elle ne vit rien de préoccupant quand il posa son verre. La surprise se fit d’elle-même quand il finit par lâcher le morceau. Les yeux rivés sur lui, elle cilla une fois, puis deux, pas sure d’avoir complètement saisi la situation. « Non, mais ce sera avant la fin de l’année. » Peut-être plaisantait-il ? Son rire, bien que nerveux ne lui en disait pas plus. « Ne t’inquiète pas, ça ne m’empêchera pas de rester ta meilleure cliente ! » Elle eut un sourire sans âme. « Et je risque de ne jamais être assez préparée psychologiquement ! »

Elle baissa les yeux, glissant une gorgée de vin entre ses lèvres avant de reprendre son observation de croquis. La boule qui se formait au fond de sa gorge était désagréable. Elle ne voulait pas parler de ça, pas avec lui. Elle voudrait qu’il l’emmène loin de tout ce bordel et qu’ils passent leur temps à boire de ce vin et à dessiner comme des idiots. Mais des idiots heureux et insouciants. « Tes croquis sont magnifiques Armel. Ta mère voit-elle ton travail ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Dim 22 Avr - 12:26
Une franche gorgée de whisky plus tard, le verre reposé avec un poil trop de fermeté, il ne la quitta cette fois pas des yeux ; mi-penaud d’avoir été incapable de dissimuler plus longtemps les pensées qui le tracassaient depuis des jours à présent (il se sentait presque à poil, lui qui n’avait pas l’habitude de débaler ses sentiments comme un grimoir grand ouvert), mi-dingue de jalousie, parce qu’il n’avait aucune envie de la voir au bras d’un stupide chasseur de dragons. Pourtant incapable d’être preuve d’une quelconque agressivité envers sa Muse, incapable de gronder toute sa possessivité.

Avant la fin de l’année, donc. C’était tellement proche, la fin de l’année.

Il la sentit complètement surprise, déstabilisée soudain – pourtant Armel ne plaisantait pas du tout. Elle pouvait bien épouser qui elle voulait si cela lui chantait, mais pas maintenant, pas avant la fin de l’année qui approcherait beaucoup trop rapidement, non, cétait beaucoup trop tôt, et lui avait besoin d’elle pour ses frénésies créatives. Elle n’était pas « sa chose », car Rowena était un véritable électron libre (et c’était tout ce qui faisait son terrible charme), et alors peut-être, peut-être ! finirait-elle d’ici la fin de l’année par se lasser et pourquoi pas, jeter son dévolu sur un chasseur ou un autre.

Elle fit finalement taire ses égoïstes préoccupations. Pas tellement par les mots qu’elle employa, mais plutôt par l’expression qu’elle lui lança. Ça rassura l’ascenseur émotionnel qui commençait à partir un peu trop haut (le bonheur de la voir, rien qu’elle – mariage avant la fin de l’année !?) pour lui ramener les pieds franchement sur terre. Par-dessus tout, il ne souhaitait pas être celui qui raviverai ses tracas, une tristesse quelle qu’elle soit, les nœuds au fond de son ventre. Aussitôt, il préféra ne rien répondre. Ne pas lui demander pourquoi elle n’annulait finalement pas les fiançailles, si elle ne voulait pas repousser leur union (ses propres parents avaient bien attendu des années avant de se passer mutuellement la bague au doigt). C’était suffisant pour aujourd’hui. Plus tard, toutes les autres interrogations qui venaient torturer son esprit blessé dans sa jalousie.

Egaré dans ses propres pensées, il la détailla du regard encore un instant pianoter sur ses parchemins en désordre, sur ses croquis pas tous terminés, si peu satisfaisants encore à ses yeux – beaucoup de brouillons, tant de points à encore et encore améliorer. Il la rejoint en quelques pas silencieux non sans contempler la délicate cambrure du bas de ses reins, l’écoutant d’une oreille distraite. Derrière elle, il vint poser ses mains sur chacun de ses bras, mais très tendrement, regardant là où elle posait ses doigts. Elle lui arracha un sourire (toujours crétins donc sincères, les sourires qu’elle lui faisait décrocher). Savait-elle seulement combien elle l’encourageait ? combien elle lui donnait confiance en lui ? Probablement pas. « Tu sais, ma mère gère des milliers de choses à la fois, elle est sur tous les fronts. » Et n’avait souvent pas le temps. Aussi fort pouvait-elle soutenir chacun de ses enfants, et Eric en même temps, elle s’investissait corps et âme dans ses propres activités. Et n’avait souvent pas le temps pour ses croquis. Ca n’était nullement un reproche. « C’est surtout à mon grand-père que je les montre, il pointe toujours du doigt ce qui pourrait être amélioré. Il est un véritable monstre d’exigence. » Une pause brève, le temps de laisser glisser ses propres doigts sur les épaules de la demoiselle. « Mais ça n’est pas une mauvaise chose, au contraire. Je veux dire, il n’est pas arrivé là où il en est aujourd’hui rien qu’en claquant des doigts. Je m’estime plutôt chanceux qu’il me consacre du temps. » A savoir que lui allait un jour ou l’autre récupérer toute la responsabilité de leur branche anglaise… C’était probablement pour ça aussi qu’Amleth Zabini trouvait toujours comment trouver du temps et de l’énergie pour le premier de ses petits-enfants. Quant à lui, ça lui allait bien.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Ven 11 Mai - 15:48
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena

Elle ratait tout de l’émoi provoqué chez Armel. La Dolohov avait toujours vu son monde se résumer à sa famille, son frère tout particulièrement et ses amis. Jamais elle n’était tombée amoureuse, jamais elle n’avait trouvé d’intérêt chez la gente masculine. A quoi cela pouvait lui servir ? Elle savait depuis toute jeune qu’elle n’aurait pas le choix du mari. Et puis, sa relation avec le Zabini avait pris une tournure différente depuis quelques temps, et la frigide demoiselle avait vu une partie de son coeur s’animer de manière différente en sa compagnie. Les “signes”, les “indices”... elle n’y connaissait rien, serait incapable d’en reconnaître un sous ses yeux… comme c’était le cas présentement.

Elle avait jeté son dévolu sur un croquis très coloré, ne le quittant pas du regard quand Armel vint se poser derrière elle. Le contact puis l’étreinte de ses mains sur ses bras lui firent fermer les yeux avant de les ouvrir lentement. Signe silencieux du plaisir qu’elle avait accueilli à son touché.
Elle sourit quand il parla de son grand-père. Par Merlin, savait-il qu’elle pouvait sentir son parfum s’il se tenait à cette distance ? Toute autre remarque interne fut bientôt balayée par la sensation de ses doigts glissant sur ses épaules, lui collant la chair de poule. Sa mère la Scarlett ! Avait-il seulement idée de ce qu’il était en train de lui faire ?!? Elle déglutit, s’efforçant de poursuivre une conversation qui ne l’intéressait déjà plus. “Si tu n’avais pas de talent, il ne t’en consacrerait pas sur ce sujet. Je vois ça comme une preuve supplémentaire de ton génie.”

Continuer à converser de la sorte avec ses mains sur elle n’était pas une bonne idée. Bientôt son propre corps réclamait un autre genre de contact. La jeune fille sage n’était plus depuis lui, l’autre, depuis la découverte d’un autre genre d’agissement… tout aussi parlant. Elle devrait bientôt trouver un prétexte pour s’échapper de sa douce étreinte, bien qu’elle n’en avait aucune envie. Hadrian n’était rien, mais elle pouvait. Armel était bien plus précieux, mais elle devait fidélité à un autre à présent. Déraper aurait des conséquences, sur elle, sa famille, et son honneur. Elle n’écoutait le styliste que de manière distraite, s'efforçant de se rentrer dans le crâne que tout ceci n’était qu’un crush à sens unique. D’ici quelques mois, il aura trouvé une magnifique fiancée - car les Zabini n’étaient pas genre à lésiner sur le style et la beauté de leurs membres.
Elle deviendrait peut-être même sa muse, et alors ils n’auraient plus cette relation privilégiée qui la tenait dans cette fantaisie parasite. Bien que ce soit ce qui pouvait se passer de mieux pour eux, pourquoi une telle idée l'attristait à ce point ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Mar 29 Mai - 23:01
« Si la robe te plait, elle est pour toi » Le croquis n’était pas parfait, encore un peu brouillon peut-être, pourtant parfaitement clair dans son esprit. En général Rowena appréciait même ce qu’il trouvait encore trop imparfait, alors quand elle disait qu’elle aimait ce qu’il faisait, il se laissait envoûter par ses yeux couleur d’azur et s’autorisait à croire en ses mots. La robe ne serait aussi colorée et éclatante que sur elle. Forcément. La Dolohov ne défilait pas pour Zabini, rien que pour l’incomensurable plaisir de ses propres yeux – et c’était encore mieux comme ça. Alors, il n’apposait pas la redoutable griffe « Zabini » sur les créations en question, ça n’était que ses initiales, rien que ses initiales, rien que pour elle. S’il rêvait de la déshabiller, il adorait l’habiller et voir la flamme dans son regard s’animer, quand elle aimait. L’habiller elle sans que cela ne regarde qui que ce soit d’autres sur la planète, c’était son dévidoir à trop plein d’imagination dans un univers rempli d’étoffes et de tissus précieux. Et là, depuis tout à l’heure, la demoiselle ne quittait pas le croquis en question des yeux…
Il avait fini par la connaitre suffisamment pour imaginer qu’elle aimerait. Si la proposition était sérieuse, la voix restait distraite. Loin de lui toutes sortes de préoccupations quand sous ses doigts il pouvait deviner, à travers le tissu, la chaleur de ses bras.
D’ailleurs il n’avait même pas trouvé quoi répondre à la remarque de la demoiselle. Il n’était pas un génie : mais il était travailleur. Sans doute tenait-il ça plus de la branche Lancaster que de celle de sa mère. Il faisait de son mieux pour s’améliorer, encore et encore. Mais Rowena… Rowena, lui donnait toute confiance en lui. Sans orgueil. Sans égocentrisme. Plutôt une énergie monstre mais positive. Légère.

Il s’approcha encore, plus près encore, juste de quoi faire glisser le parchemin coloré des doigts fins de la jeune femme un peu plus loin sur le bureau – parchemin dont il n’avait finalement pas grand-chose à faire, toute notion de nouvelle collection ou de défilé approchant définitivement à mille lieux sous les mers. Il récupéra délicatement ses doigts au creux des siens, juste de quoi lui faire faire un demi-tour, là, face à lui.

Sa silhouette le rendait dingue. Ses jambes interminables, ses hanches, sa poitrine, ses épaules fières. Il l’avait déjà pensé cent fois depuis qu’elle l’avait rejoint cette fois encore. De si près, c’était pire encore. Elle avait les yeux ravageurs. Un teint parfait, même à quelques centimètres. Un sourire terrible à n’en plus douter. Il s’autorisa quelques caresses entre ses doigts (tant pis si c’était déplacé, ils n’étaient rien qu’eux, au Diable Salamander), remonta le long de son bras d’une main, remit en place une mèche un peu plus folle que les autres, pour finalement la quitter des yeux et fixer distraitement le parquet à leurs pieds avec un sourire crétin, armé de rien de plus que ses fossettes de grand gamin. Toujours tout en légèreté. Devinait-elle simplement combien il se sentait bien, vers elle ?
Scroutt, il crevait d’envie de l’embrasser. Mais Rowena n’était pas l’une de ces filles, jolies oui mais terriblement vides. Alors, ça ne se faisait pas : peut-être qu’elle, pensait dur comme fer que ça ne se faisait pas alors qu’ils ne le feraient pas. Et puisque Rowena valait mieux que toutes les filles qui n’avaient pas fait que défiler toutes habillées, il se rappela de rester bien sage. Tactile et trop proche pour ne pas s’imprégner de son parfum et de toutes les lignes de son visage, mais bien sage. Trahi de toute évidence par son propre sourire et les regards amourachés qu’il pouvait lui lancer, sans même avoir la présence d’esprit de comprendre ce qui se tramait à l’intérieur de sa propre poitrine.

« Quand tu es là, je suis incapable d’avoir un raisonnement cohérent. Je ne suis pas tout à fait sûr que ce soit une bonne chose dans toutes les situations et c’est sans importance. Tout est tellement plus simple quand tu viens ici, tu sais. Tu es une fille envoûtante comme on n’en voit nulle part ailleurs, Rowena. Tant pis si c’est déplacé, mais me voilà maintenant dingue de jalousie. »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Ven 27 Juil - 15:48
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena

A croire que son épiderme entier s’était couvert de ses nerfs, pour mieux se saisir du moment où Armel passait ses mains le long de ses bras. Le rose lui montant de plus en plus aux joues, elle était incapable de dire un mot alors que le jeune homme lui retirait des mains le seul sujet de conversation qui leur restait.

Ce qui se tramait dans sa poitrine faisait un boucan d’enfer. S’en était presque douloureux tant cela s’affolait, rendant sa respiration difficile à maintenir. Merde ! Ce parfum, elle ne pouvait sentir que cela maintenant. A croire que tout chez le Zabini n’existait que pour la charmer. Le portait-il tous les jours ? Le portait-il déjà avec Olivia ? Une pointe désagréable traversa sa côte en imaginant que oui. Pourtant la jeune femme n’avait jamais été dérangée par l’idylle passée entre Armel et de sa cousine… Etait-ce là la manifestation de l’envie de Rowena de partager quelque chose d’unique avec le styliste ?
C’était à peine si elle pouvait analyser ce qui était en train de se passer qu’elle se trouvait déjà face à lui sa main dans la sienne. Soutenir son regard la rendit timide pour une sombre raison, elle le dévia alors, le laissant glisser le long de sa mâchoire bien dessinée, de sa gorge, avant de ciller, rendue à ses larges épaules. Merde ! Arrête ! Tu te fais du mal ! L’espèce de gros caillou que tu portes au doigt t’empêche de tout !

Une bague de fiançailles qu’elle oublia à l’instant même où elle sentit les caresses d’Armel sur sa main, son bras, quand son pouce lui effleura la joue alors qu’il remettait en place une de ses mèches de cheveux. Elle releva ses yeux clairs au moment où il baissa les siens, tellement désolée pour elle-même d’éprouver tout ça. C’était voué à l’échec avant même de commencer. Elle mourrait d’envie de lui dire d’arrêter, de la lâcher, car c’était plus facile de réfléchir comme ça, mais elle avait tout envie de lui défendre de rompre le contact. La fière Rowena botteuse de culs inflexible se réveillerait plus tard, lui infligerait milles culpabilités pour cette faiblesse de choix.

L’ambiance de la pièce avait complètement changée, il y avait cette tension nouvelle entre eux. Est-ce qu’elle hallucinait ? Elle avait à peine touché à son verre de vin… Ils avaient déjà été proches, il l’avait déjà touchée, mais pas comme ça. A dire vrai, tout ce qui se passait en dehors d’eux, de ce moment précis, avait disparu, comme effacé. Elle scrutait chaque détail de son visage jusqu’à ce qu’il replonge ses yeux sombres dans les siens. Puis les mots sortirent.

Si elle avait pu croire à une plaisanterie un peu plus tôt, il était difficile de faire semblant de ne pas comprendre cette fois.
« C’est en effet… déplacé. »

Dit-elle lentement. Tellement déplacé que l’explosion de fourmillement dans son estomac avait de quoi la rendre euphorique. Et téméraire. Les joues en feu, Rowena posa sa main libre sur le buste d’Armel, fermant d’un pas la distance qu’il avait réussi à maintenir jusqu’ici. Elle releva le menton, son visage n’étant plus qu’à une poignée de centimètre du sien, et alors qu’elle s’apprêtait à franchir cette dernière distance, goûter ses lèvres et libérer ainsi toute la frustration que leur relation avait engendrée, le poids de l’honneur tant prêché par son père et son frère lui tomba au fond de l’estomac.
Elle ferma les yeux en se ravisant, mettant en pièce son cœur de ses propres mains.

« Ce n’est pas l’envie qui manque … Crois-moi. Et depuis un certain temps… »
Se rendant soudainement compte qu’elle avait craché un trop gros morceau de ce qu’elle ressentait, elle ajouta. « Je ferais mieux d’y aller. » Et quitta ses bras.


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Ven 27 Juil - 17:06
« Comme tu voudras. Excuse-moi. »  Articula-t-il lentement, péniblement, sans même chercher à la retenir entre ses bras. L’envie ne manquait pas non plus : de la retenir prisonnière rien qu’un instant, de lui voler un premier mais véritable baiser. Il se contenta de ces lamentables excuses qui n’en étaient pas vraiment, et la laissa filer, comme filait à toute allure l’ascenseur émotionnel.

Le frisson, la hardiesse, l’excitation, l’envie, sincère et honnête – la déception, amère déception, plus acide qu’un faux espoir, plus qu’un simple coup porté à son égo mégalomane.

Il laissa un stupide et lourd silence s’installer, les mains brûlantes et soudain si vides posées sur le bureau, lui demeurant interdit. Il n’avait plus envie de parler d’aucun défilé, de mode et d’avenir, de mariage et de jalousie ; il n’avait pas envie de la mettre brutalement à la porte ; de lui hurler dessus ; de se mettre au contraire à genoux pour la supplier. Il avait eu envie de l’embrasser, et là, plus rien. Et surtout, Armel se sentait stupide d’avoir osé faire de tels aveux, d’être allé trop loin. Mais stupide… !

Il l’observa distraitement se remettre en mouvement, une voix lui soufflant de se contenter d’aller lui ouvrir la porte poliment – puisqu’elle pensait qu’il était mieux de partir, qu’elle parte !

Mais non, il n’avait aucune envie qu’elle parte maintenant. Lui, il lui aurait conseillé de rester encore un peu vers lui. Il n’en dit rien. Se contenta de continuer à respirer péniblement, le regard perdu : triste, égoïstement vexé, blessé. Pas en colère au point de se révolter et de tout envoyer valser en éclats, toutefois. Pas loin. Pas tout à fait.

Et puis soudain, à travers le silence pesant, il s’indigna :

« On ne fait rien de mal ! » Incapable de chercher des mots justes et bien placés, il se contenta très bêtement de s’interposer entre la porte et elle (reste encore un peu ?). Il passa une main furieuse dans ses propres cheveux et enchaina à toute vitesse dans un désespoir ridicule à travers un cœur en miettes : « On vit dans un monde de fous ! Et là, toi et moi, on ne faisait rien de mal, tu ne lui as encore rien promis ! On te contraint sans te demander ton avis, c’était prévisible, on voudrait nos destins pré-tracés, je… Merde ! Je ne te forcerai pas, jamais ; tu décides, toujours. Embrasse-moi si tu as envie de m’embrasser, personne n’en saura jamais rien ! » Un baiser, rien qu’un baiser mais authentique et fiévreux, n’aurait tué personne. Dans un monde de sang et de violence, parfois, lui aimait céder à d’interdites tentations. Ca n’avait jamais fait de mal à personne. Ni d’aimer en toute sincérité Olivia à la fin d’une adolescence innocente ; ni de s’abandonner, même pas si longtemps, avec la belle Beverly. Un peu d’amour dans un monde de brutes. Même fragile. Même éphémère. Même pour une journée, et c’est tout.

C’était sa façon à lui de concevoir les choses – n’en déplaise aux vieux sangs-purs responsables de leur éducation.

Sa tirade terminée, il ferma les yeux fort une demie-seconde. « Ok, pardon, pardon - excuse-moi, encore une fois. » Il l’empêcha de placer un seul mot d’un geste rapide de la main (il s’était peut-être laissé emporter dans un tourbillon d’émotions et de frustration ?), se redressa bien droit, inspira profondément.

Du calme, Zabini.
Il termina d’une voix finalement douce : « Viens au défilé. Quand même, malgré tout. J’espère au moins pouvoir te faire danser un instant. En tout bien tout honneur. »  Enfin, il lui ouvrit la porte sur le couloir du magasin, dans un étage totalement vide. Un sourire suspendu tout au coin des lèvres, tout sauf amusé. Plutôt triste, en fait.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Lun 27 Aoû - 16:41
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena


Comment un si petit crush pouvait la bouleverser à ce point ? Ce n’était censé être qu’un rien, une petite amourette pour un coeur bien trop occupé par ses amies et sa famille. La douleur ressentie alors qu’elle avait quitté ses bras était si grande… qu’elle en paraissait disproportionnée. On ne retient pas ses larmes pour un truc pareil, on est sensé sourire tristement et essayer d’envisager la suite. Visiblement la Gryffondor avait sous-estimé ce qui se tramait depuis des mois dans sa tête et son palpitant.

Les mains tremblantes, elle rassemblait ses affaires dans un silence lourd. Que faire d’autre après pareille situation ? Pareils aveux ? Se regarder en chien de faïence et reprendre la discussion sur le défilé ? Reprendre son verre et ravaler ce qui venait de se passer ? Elle s’en sentait incapable. Le plus courageux des deux fut Armel, pour la seconde fois. Il brisa ce qui ne faisait que s’ajouter à leur malaise, son corps lui faisant obstacle à la porte.

Elle fut frappée par son expression désespérée, plus que par ses mots. C’était trop fort pour elle, elle ne savait plus quoi faire de toute cette émotion, elle était submergée. Qu’est-ce qu’on faisait de ce trop plein une fois qu’il était là ? Elle n’avait rien demandé, elle se savait destinée à un mariage non choisi. Dans la famille, on avait tendance à finir par aimer son conjoint, elle ne s’était donc jamais inquiétée de sa vie sentimentale.
Comment supprimer cette urgence de l’embrasser pour le faire taire ? Cette envie de sceller ce désespoir, cette tristesse désabusée en donnant ce dont ils avaient envie tous deux ?
Son éducation s’y opposait fermement, les principes de sa famille aussi. Elle était seule face à ce dilemme et on lui pressait une réponse.

La pression retomba quand il s’excusa. Elle voulu lui dire qu’il n’avait pas à le faire, mais il ne lui donna pas l’occasion de s’exprimer. Rowena vit alors Armel se redresser et reprendre possession de ses moyens. La violente tempête était passée, laissant place à la douceur qu’elle lui avait toujours connue. Elle eut envie d’éclater en sanglot, mais le peu de fierté qui lui restait transforma cela en une boule amère au fond de sa gorge. L’épisode où elle aurait pu avoir ce qu’elle avait longtemps désiré était en train de se clore, elle venait de laisser filer sa seule occasion.
La culpabilité qu’elle allait ressentir lui collerait certainement à la peau des mois durant, peut-être des années. Elle cligna des yeux, se recomposant une contenance, avec moins de talent. Elle ne l’avait pas quitté des yeux et hocha la tête. “Bien sûr.” Elle n’eut pas la force de lui sourire.

La porte lui fut finalement ouverte. Tout sera définitivement terminé dès le moment où elle passera cette maudite porte. Elle commença à marcher avant de s’arrêter quand elle fut à son niveau. Il n’avait pas bougé d’un pouce pour la laisser passer. Il ne faisait plus obstacle, mais elle devait être celle qui prendrait la décision. Que vaut mieux -t-il avoir ? Des remords ou des regrets ? Fallait-il écouter la tête ou le coeur ? Putain de choix ! Putains d’émotions ! La jeune Dolohov, silencieuse, le regard vide, perdait pied dans ce débat interne… Ce qui expliquait alors que son corps se mua de lui même pour porter ses lèvres à celles du Zabini.

Sa conscience ne sembla se réveiller qu’une fois leurs bouches scellées. Le baiser prit fin quelques secondes plus tard avant un second, bien plus fiévreux. Ses doigts laissèrent tomber ses affaires alors que ses bras entourèrent la nuque d’Armel dont les mains avaient rejoint le dos de la jeune femme.


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Coco avant Chanel
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1209-armel-zabini
Messages : 261
Date d'inscription : 26/08/2017
Célébrité : Sam Way
Crédits : iamsamway / cosmic light

Double compte : Lyne Cooper

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancé à Olivia Vaisey
Métier : Créateur et couturier en quête de se faire une place, héritier de la marque de luxe Zabini. En attendant, propriétaire de la deuxième et nouvelle boutique de prêt-à-porter de luxe éponyme à Avalon.
Baguette : Bois de bouleau et griffe de Boogeyman, 30 cm, plutôt souple.
Epouvantard : Solitude, vulnérabilité, invisibilité conjuguées
Dialogue : #99cc66

Ainé des six enfants d'Eric Lancaster & Echo Zabini •• Héritier de la branche Anglaise Zabini •• Petit-fils d'Amleth Zabini, styliste renommé internationalement et créateur de la marque de luxe éponyme : il lui voue une admiration sans borne et rêve de faire la même chose •• Du genre bosseur •• Du genre coureur de jupons option sourire Colgate •• Profondément pacifiste, engagé dans un souci de défendre les siens et leurs valeurs •• Gentil garçon avec tout le monde, y compris les basiques et les moldus, oui !
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Sam 1 Sep - 10:43
« Bien-sûr »

Il n’en suivit qu’un silence brutal, comme un couperet soudain au flot de ses supplications minables, excuses décousues. Un capharnaüm de pensée entremêlées et puis plus rien – pas envie de chercher encore à la retenir, de crier ou sourire. La colère n’était pas vraiment retombée, aussi se contentait-il d’inspirer et expirer de façon très saccadée (redescends d’un étage, Zabini !) ; avec au fond de la gorge, la certitude bien encrée que quoi qu’il advienne désormais, cela ne changerait rien. La jeune Dolohov n’irait pleurer auprès de personne pour expliquer qu’on lui avait attribué le mauvais fiancé, et lui n’irait pas lui proposer une « contre-offre » d’épousailles. Jamais. Pas envie. Pas maintenant. Ca n’avait plus aucun sens, maintenant, en fait. Alors, aussi blessé et triste, révolté, trahi ou furieux fusse-t-il, Armel resta simplement planté là, à lui tenir la porte grand ouverte. Après tout, si elle n’avait pas bougé le petit doigt jusque-là… Ca n’avait plus aucun sens, maintenant. De s’acharner, sourire bêtement (c’était plus fort que lui, quand elle apparaissait !), d’avoir l’envie furieuse de l’embrasser si elle restait la jeune femme de bonne famille si bien élevée. Tant pis. A elle de choisir. Lui avait encore trop de fierté pour lui courir après. Juste l’envie de la voir encore au défilé, un moment de baume au cœur si elle voulait bien venir (pour lui – vers lui), sachant pertinemment qu’après il n’y aurait plus rien. Elle n’aurait jamais le courage d’envoyer valser le Salamander, et lui n’avait de toute façon pas envie de lui passer la bague au doigt. A quoi bon s’acharner ? A quoi bon, vraiment ?

Le premier baiser, poli et encore interdit, le prit au dépourvu – surprise à laquelle il ne s’attendait plus.

Le second acheva de le réveiller, invitation charnelle à lui accaparer jalousement ses lèvres et à la serrer un peu plus près contre lui, fondu tout contre elle et le discret parfum de fraise de son rouge à lèvres, les mains perdues dans le tissu au creux de ses reins avec la folle envie brûlante mais encore contenue d’aller voir ce qui pouvait se passer bien plus bas. Si ça n’avait tenu qu’à lui, il ne répondait plus de rien et lui attrapait les hanches en toute défiance – mais la tête était encore présente, rien qu’un peu, et il se contenta de s’aventurer jusqu’au creux de son cou pour y déposer un baiser et lui souffler tout doucement : « C’est encore très déplacé… » Un claquement de doigts de la demoiselle, et il ne faudrait pas lui dire deux fois. Mais à quoi bon ? Tant pis, scroutt, qu’est-ce que c’était bon !

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

“Vous voyez les choses et vous dites : pourquoi ? Moi, je rêve de choses qui n’ont jamais existé et je dis : pourquoi pas ?”

George Bernard Shaw

Frankenstein
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t116-rowena-dolohov#285
Messages : 378
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Kaya Scodelario
Crédits : Wildworld

Age : 24 ans
Sang : Sang Pur
Statut : Vendue au clan Salamander
Métier : Responsable du Personnel d'Azkaban
Baguette : 27,3 cm, Châtaigner, Épine de monstre du Fleuve Blanc, souple
Epouvantard : Son père tuant son frère
Dialogue : [color=lightcoral]
F4BULOUS
Rancunière - Accro aux sucreries, peut se laisser corrompre quand on lui en offre - Protectrice envers son frère - fière - téméraire - a fait du Quidditch au poste de batteuse - s'adapte vite à la situation - déterminée - boudeuse - aime les énigmes - aime son travail - studieuse - persévérante - maniaque du contrôle - assiste parfois son père dans ses expériences - a vu plus d'horreur que la plupart des sorciers de son âge grâce à cela - Proche de sa mère - curieuse - ne tient pas l'alcool - Parfaitement éduquée, elle préfère tout de même les cuissardes aux robes - elle maitrise les runes et leur magie
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté Mer 26 Sep - 16:08
« Wrong fiancé »
Armel & Rowena


Le pas était franchi, la tête n’était plus écoutée.
La digue avait cédé et le corps de Rowena ne perdit pas plus de temps à se fondre contre celui d’Armel. C’était mal, et pourtant elle n’avait pas pu s’en empêcher. Les remords viendraient plus tard… si elle en avait, car sa bouche sur la sienne faisait s’éloigner toute pensée négative.

Ses lèvres avaient le goût du whisky hors de prix, la chaleur de sa peau se sentait à travers le tissu que les mains de la jeune femme parcouraient et malmenaient à la fois. Sacrifier son premier baiser pour le plaisir de clouer le bec à quelqu’un était une chose, en offrir un avait une toute autre saveur. Il n’était peut-être pas le premier homme à poser ses mains sur elle de cette manière, mais certainement celui qu’elle préférerait garder en mémoire.

Sa gorge se couvrit de frissons. « C’est encore très déplacé… » Soufflait-il. Tout serait déplacé à partir de cet instant, même leurs regards, leurs mots, leurs échanges à venir, ici où plus tard. La Dolohov si prudente quelques minutes plus tôt n’était plus là. En embrassant le styliste, elle avait pris une décision sur laquelle ni lui ni elle ne pourraient revenir. Elle était redevenue la jeune femme assurée, assumant chacun de ses gestes. Le doute changeait les gens… Maintenant qu’il n’était plus, elle n’avait plus à s’embarrasser de sa tête.

« Dommage, c’était pourtant sympa… » Dit-elle dans un demi-sourire. Elle ne s’éloigna pas pour autant. Elle capta son regard avant de poser sa main sur sa joue. Autant en profiter, ce n’était pas le genre de geste qu’elle pourrait réitérer. Elle n’aura pas d’autre occasion qu’entre ses quatre murs, aussi se pencha-t-elle de nouveau pour l’embrasser. Répondre à ses sentiments… une chose qu’elle aurait dû faire depuis bien longtemps. Tenter les choses plutôt que de les refouler. Elle savait se plier en quatre pour ses proches, braver bien des choses… mais elle en avait été incapable pour elle-même.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Contenu sponsorisé
Re: Wrong fiancé (Rowena)
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers :: Magasins Zabini