AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne l'ancienne miss météo de la TVM avec la némésis d'Adara Dragenvann, Séraphine !
Des scénarios en folie
Débarque tout droit de Colombie avec le rejeton de Joaquim Cervera, Lito Cervera ! Cool
Des scénarios en folie
Renforce ton côté protecteur avec la grande-sœur de Salomé O'Ryan, Jézabel McKay !
Des scénarios en folie
Pétille de mille feux avec la bâtarde d'Ajay Shafiq, Ayesha Khan !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Wake me up ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers
Un vrai rrrégal
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1113-ajay-shafiq
Messages : 334
Date d'inscription : 22/08/2017
Célébrité : Pedro Pascal
Crédits : Willow

Age : 44 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Marié mais pas exclusif.
Métier : Ancien duelliste reconverti en esclavagiste depuis 2042.
Baguette : Ébène et poil d'ayala doré.
Dialogue : #803636
Wake me up
ce message a été posté Lun 5 Mar - 18:29
6 mars 2047

Du jasmin. Il flotte comme une odeur de jasmin. C'est la première pensée cohérente qui lui effleure l'esprit tandis que les muscles de son dos se tendent. S'étirent puis se relâchent. Et qu'un grognement bien heureux roule dans sa poitrine. S'éveiller fait partie des petits plaisirs de la vie que le tigre chérit particulièrement. Les yeux encore fermés sur les rêves du matin, il aime tendre l'oreille aux bruits sourds de la maisonnée. Entendre le bourdonnement discret des domestiques qui s'affairent. Les éclats de rire des enfants dans les couloirs. Ou la respiration apaisée de Kali encore endormie à ses côtés. Un sourire fleurit d'ailleurs aussitôt sur ses lèvres alors que son amante vient se lover contre lui et poser une main sur son torse nu. Geste d'affection inconscient auquel Ajay répond avec tendresse. Penchant sa tête contre la sienne tandis qu'il referme autour d'elle le bras sur lequel elle repose et qu'il glisse ses doigts dans ses longs cheveux bruns.

Il aurait pu en ronronner de contentement si quelque-chose ne l'avait soudain interpellé. Quelque-chose qu'il ne s'explique pas tout de suite mais que son instinct lui souffle très nettement. Il ne s'agit pas de Kali. Même les yeux fermés, Ajay reconnaîtrait la moindre de ses caresses, la moindre courbe de son corps si parfait, et les deux ne s'additionnent pas. Ces cheveux sont bien trop raides. Cette main n'a pas les doigts assez longs. Et cette jambe passée par-dessus la sienne ne pèse pas le bon poids. Surpris, Ajay ouvre alors les yeux. Pour se retrouver nez-à-nez avec une jeune femme dont les paupières commencent à s'agiter.

« Qu'est-ce que ? »

Il n'est pas sûr de comprendre. Pas que la perspective de se réveiller aux côtés d'une aussi charmante créature lui déplaise. Il faudrait être fou. Mais il était pourtant persuadé d'être rentré seul de sa soirée chez Maddox Macnair. Avait-il bu plus qu'il ne le pensait ? Ajay lance un regard circulaire autour de lui et reconnaît la chambre dans laquelle il se trouve. Une que personne n'occupe d'ordinaire. Qu'ils réservent aux amis de passage. Il était rentré tard et se souvient avoir préféré venir là plutôt que de prendre le risque de réveiller Kali au beau milieu de la nuit. Il n'avait pas allumé la lumière. S'était contenté de se déshabiller et de se laisser tomber dans les draps sans faire plus attention que ça. Peut-être aurait-il du.

Un hoquet de stupeur se fait entendre à ses côtés et le tigre reporte son attention devant lui. Face au visage sidéré de la jeune femme qui le dévisage avec de grands yeux ronds. Elle lui dit vaguement quelque-chose mais difficile de prendre le temps de replacer son visage étant donné la situation. Un peu décontenancé lui-même, Ajay se racle alors la gorge.

« Hum. Bonjour. Je crois qu'il y a eu méprise dans l'attribution des chambrées. »

Sur le coup il ne voit pas quoi dire d'autre. Il espère juste qu'il n'a pas couché avec elle sans s'en souvenir.
Ce serait indigne de sa personne.
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 432
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-trois ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Mariée à Murphy O'Ryan.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: Wake me up
ce message a été posté Jeu 8 Mar - 7:33
Un souffle. Un soupir. Le matin. Dormir encore un peu. Un poids, juste à ses côtés. Un corps, dont la chaleur l’attire comme un papillon vers une lumière. Elle ne se pose pas de questions, Salomé, et roule contre cette personne, l’enlaçant de ses bras avec douceur, avec amitié. Il y a longtemps qu’elle n’a pas dormi avec une de ses soeurs, ou de ses amies. Le rituel de pratiquement chaque semaine, chaque soir, s’est espacé, avec les années, se raréfie aux moments de doute, de deuil, d’inquiétudes, et s’étend tristement de moins en moins à ceux de joie. Aux soirées endiablées qui donnent naissance à des matins comme celui-ci, où son esprit qui s’éveille se frappe à un mal de tête croissant.

Il y a pourtant quelque chose d’inhabituel, à ce corps contre lequel elle se love comme une chatte. Quelque chose de différent. De la peau nue, là où sa main s’est déposée, au lieu de la soie d’un pyjama. Une tendre attention, alors qu’une main vient caresser ses cheveux, et Salomé se demande un instant pourquoi Chandra (c’est forcément elle, elle se souvient être rentrée avec elle, chez elle) est si affectueuse à son égard. Quelque chose de différent, qu’elle est moins vive à reconnaître que l’être à ses côtés, alors que ses sens s’éveillent avec plus de lenteur. Il y a quelque chose, toutefois, qui la turlupine plus que tout le reste.
Ça sent une odeur à laquelle elle n’est pas habituée.
Ça sent l’homme.
« Qu'est-ce que ? »
Ça entend l’homme.
Juste au-dessus de sa tête. Impossible de s’y tromper. La voix qui vibre jusque dans la poitrine, contre laquelle elle est appuyée. Une voix d’homme, qui s’interroge, et son souffle à elle qui s’arrête, alors qu’elle ouvre péniblement les yeux. Sur une peau brune et un visage élégant qui pour l’instant, de s’attarde pas à sa présence. Un hoquet de surprise lui échappe, et impossible de le retenir, de le taire, alors que ses bras sont tous deux emprisonnés contre elle et ce, cet homme, dont les yeux sombres et chaleureux reviennent à elle à l’entente de ce petit bruit. Couinement de souris, de petit animal qui souhaite plus que tout disparaître. « Hum. Bonjour. Je crois qu'il y a eu méprise dans l'attribution des chambrées. »

Si lui ne la reconnaît pas, elle, ne doute pas un seul instant de son identité, et la première chose qui lui vient en tête, est que Chandra va lui arracher la tête.

Salomé doit répondre quelque chose, à défaut d’être capable de bouger. Son corps figé dans le marbre, dans une position qui lui est de plus en plus inconfortable, alors que lui vient la nécessité, l’urgence, de s’extirper de cette étreinte. « Bonjour, Mr Shafiq, sont donc ses premiers mots enroués. Je, je crois… que vous avez raison. Juste déduction, qui n’explique tout de même pas la situation des plus gênantes. La chambre était vide, lorsque nous sommes rentrées. » Elle en est certaine. Jamais Chandra ne l’aurait fait dormir à dessein dans la même chambre, encore moins le même lit, que son père. Son père, par les Quatre Fondateurs ! Dire qu’elle a eu l’idée, pendant quelques instants, que c’était elle… Peut-être devrait-elle s’excuser à Mr Shafiq ? Ce n’est pas de sa faute, mais en même temps, si elle n’avait pas tant bu, et si Chandra n’avait pas été si gentille (enfin, n’avait pas tenu à ne pas être responsable d’une possible désartibulation hasardeuse si elle se retrouvait à transplaner seule dans un autre logis), à lui permettre de dormir chez les Shafiq-Khan… tout ceci n’arriverait pas. « Chandra et moi. Je suis une... amie, de Chandra. » Si elle n'était pas sûre d'être son amie avant cet incident, c'est désormais définitif : elles ne le seront jamais. Elle va mourir de honte, ou tuée par la Khan, bien avant.
Un vrai rrrégal
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1113-ajay-shafiq
Messages : 334
Date d'inscription : 22/08/2017
Célébrité : Pedro Pascal
Crédits : Willow

Age : 44 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Marié mais pas exclusif.
Métier : Ancien duelliste reconverti en esclavagiste depuis 2042.
Baguette : Ébène et poil d'ayala doré.
Dialogue : #803636
Re: Wake me up
ce message a été posté Dim 18 Mar - 20:39
Ah. Une amie de Chandra. Chandra l'a ramené ici. Ajay hausse les sourcils et hoche la tête. Un peu surpris. La jeune femme porte un de ces t-shirts trop grands dans lesquels sa fille a l'habitude de dormir. C'est vrai. Même dans une tenue aussi légère il est capable de dire qu'elle n'est pas son style d'amie pourtant. Trop sage. Trop rougissante. Trop sang-pur pour la première de ses bâtardes. Il ne remet pas sa parole en question – pourquoi le ferait-il ? – mais cela l'intrigue. Chandra a les idées bien arrêtées en règle générale. Mais c'est un mystère qu'il devra remettre à plus tard. De plus en plus gênée par l’inconfort de la situation, la jeune femme se tortille contre lui et le tigre réalise soudain qu'il la tient toujours étroitement serrée comme s'il s'agissait de Kali.

« Pardon. S'excuse-t-il en retirant sa main de ses cheveux. La libérant de son étreinte. Je crois que les torts sont entièrement de mon côté. Je suis rentré tard et aurais certainement du faire beaucoup plus attention à où je laissais choir ma carcasse. Vous permettez ? »

D'un geste il pointe l'extérieur du lit. Mais il n'attend pas sa réponse. Déjà il se met en action, balance ses jambes sur le côté et profite de l'élan pour se mettre debout d'un seul mouvement. Se révélant dans la plus simple des nudités. Tant pis si la petite s'en offusque. Il est tel que la nature l'avait fait et cela ne semble pas le déranger. Ajay prend même le temps d'étirer ses bras au-dessus de sa tête avant de se diriger vers la chaise au dos de laquelle il a abandonné ses vêtements la veille. Ce n'est que lorsqu'il enfile son pantalon, un sarouel en toile marron, qu'il remarque alors l'érection matinale qui érige fièrement sa virilité. Et pour la seconde fois en moins de dix minutes, le tigre sentirait presque une sueur froide lui glisser le long de la tempe. À croire qu'il le fait exprès.

« Ne le prenez pas pour vous. Vous êtes charmante, là n'est pas la question, mais c'est une chose qui arrive souvent aux hommes quand ils se réveillent. Enfin. Vous devez le savoir. »

Ses sourcils se froncent et il lance un regard appuyé en direction de la bague qui orne l'annulaire gauche de la jeune femme. Elle est mariée après tout. Elle sait ce que c'est. Ou pas. Il est incapable de déchiffrer l'expression de son visage en cet instant mais la situe quelque part entre la sidération et l'horreur muette. La pauvre. Il ne lui aura rien épargné. Car il se doute des pensées qui lui traversent l'esprit. Ajay n'est pas idiot. Il sait parfaitement la réputation qu'il traîne auprès de ses semblables. Comme il sait quels bruits finiraient par courir si jamais l'on apprenait que la sorcière s'était réveillée un beau matin à ses côtés.

« Vous n'avez rien à vous reprocher. Et vous pouvez compter sur ma discrétion. Je ne vois aucun intérêt à ébruiter cet... incident. Conclut-il poliment. Sur un ton peut-être moins détaché qu'il ne l'aurait souhaité. Mrs ? »
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 432
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-trois ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Mariée à Murphy O'Ryan.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: Wake me up
ce message a été posté Dim 1 Avr - 10:32
Le tigre s’excuse et desserre son étreinte affreusement intime. La brune semble recommencer à respirer, alors que la main étrangère laisse ses cheveux et que la distance s’installe entre les corps. « Vous permettez ? Bien sûr. » Il est chez lui. Elle est une invitée non annoncée, non attendue. Elle serait bien en mal de lui refuser de se lever de ce qui est en fait son lit, dans sa chambre, dans sa maison.

Elle devrait détourner le regard. Elle suppose. Elle le veut, même, mais quelque chose de plus fort qu’elle la laisse à fixer le corps nu qui s’extirpe avec grâce des draps. Ses yeux sombres, aux prunelles devenues si grandes qu’elles dévorent tout l’iris, incapables de se détacher d’Ajay Shafiq. Les membres déliés, le roulement des muscles sous la peau qu’elle sait douce, cette aisance corporelle qui rend fascinante son observation silencieuse. La nuque vulnérable, les épaules larges, les bras découpés, le dos s’achevant sur un bassin étroit, des jambes hautes, des fesses… des fesses, déjà. Aussi nues que tout ce corps qui s’étire sans se dérober à son regard, avant de se mouvoir jusqu’à la chaise où sont négligemment posés quelques vêtements. Déjà concentrés sur le bas du corps de l’homme, ses yeux ne peuvent que remarquer l’érection triomphante qui se dessine lorsque Mr Shafiq se déplace. Impossible à rater, même, autant pour elle que pour lui, apparemment.
Jamais ses yeux ne se sont si rapidement levés - bon sang, elle s’en fait mal au crâne, tellement le mouvement de ses globes oculaires s’accompagne d’un geste vif de sa tête - alors que l’homme la regarde. Lui parle. Sait. Qu’elle a vu.

Chandra n’aura pas le temps de la tuer. Salomé O’Ryan, née Yaxley, sera décédée de honte suprême bien avant. Le coeur et le cerveau délestés de tout apport sanguin, alors que l’intégralité de son hémoglobine semble s’être concentrée dans ses joues et son décolleté, lui donnant l’allure d’une pivoine.

« Ne le prenez pas pour vous. Vous êtes charmante, là n'est pas la question, (charmante pivoine, alors) mais c'est une chose qui arrive souvent aux hommes quand ils se réveillent. Enfin. Vous devez le savoir. » Elle suppose qu’en effet, elle devrait savoir. Mais Salomé ne sait pas. Ne sait pas grand chose, outre ce qu’elle a lu, et ce qu’elle croit donc uniquement à moitié. De toute façon, qu’elle sache ou non, elle n’en dira rien. Ni de vive voix, ni de par son expression. Rien, de rien, de rien. De toute façon, ce n’est pas pour elle. Il l’a bien dit. Les battements fous de son coeur se calment alors que le sarouel est passé et que Mr Shafiq retrouve un semblant de décence. « Vous n'avez rien à vous reprocher. Et vous pouvez compter sur ma discrétion. Je ne vois aucun intérêt à ébruiter cet... incident. Mrs ? Y… O’Ryan. » Son nom d’épouse soufflé tout juste, celui de jeune fille troqué pour un autre. Un nom qu’elle peine à faire sien.

La brune décide à son tour de se lever. Au moins en position assise, dans le lit. Les couvertures rabattues découvrent un peu plus du t-shirt prêté par Chandra, la naissance de ses cuisses nues. Son visage, aux marbrures blanches et roses de gêne, affiche un air bien sérieux. « Il n’y a aucun mal, Monsieur, et je vous jure, je serai discrète, également. Vous êtes chez vous, et… Chandra s’occupera de ne jamais me faire oublier cet événement. Même si je doute que je puisse un jour… oublier. » Franchement, ce qu’elle a vu restera gravé dans sa mémoire jusqu’à la fin des temps, il lui semble. Sans exagération. Oublie-t-on le premier homme nu de sa vie ? Un sourcil haussé, dans un subtil instant d’autodérision. De commentaire à double sens. De mal de tête qui s’accentue, alors que la tension précédente s’estompe à peine. Salomé masse sa tempe, d’une main, les yeux fermés. Quelques points colorés dansent derrière ses paupières. « Puis-je… puis-je me rafraîchir, avant de partir ? Je ne veux pas abuser de votre hospitalité, à vous et Miss Khan, ni m’imposer encore davantage. » Mais une douche… ça la fait rêver.
Un vrai rrrégal
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1113-ajay-shafiq
Messages : 334
Date d'inscription : 22/08/2017
Célébrité : Pedro Pascal
Crédits : Willow

Age : 44 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Marié mais pas exclusif.
Métier : Ancien duelliste reconverti en esclavagiste depuis 2042.
Baguette : Ébène et poil d'ayala doré.
Dialogue : #803636
Re: Wake me up
ce message a été posté Mar 3 Avr - 22:06
Ajay rit de bon cœur à l'évocation de sa fille aînée. Un rire chaud et profond qui remonte dans sa gorge jusqu'à emplir le moindre recoin de la chambre. Non. C'est certain. Si Chandra a vent de cette histoire elle n'est pas prête de les laisser s'en sortir à si bon compte. Sa mémoire est exceptionnelle quand il s'agit de retenir ce genre de choses. Et elle saurait en tirer profit. D'une manière ou d'une autre. Comme l'ensemble des femmes vivant sous le toit de cette maison, Chandra est trop maligne pour son propre bien. Lui. Pauvre tigre pris au piège au milieu de toutes ces délicieuses vipères.

« Pour notre bien à tous les deux, j'éviterais cependant que cela parvienne jusqu'à ses oreilles. Je ne sais pas vous Mrs O'Ryan mais en ce qui me concerne je tiens à vivre aussi paisiblement et longuement que possible. »

Il sourit. La lueur amusée de son regard venant contredire le sérieux de sa mise en garde. Il est heureux de constater que cela a suffi à détendre l'atmosphère en tout cas. Le rouge qui colorait les joues de son interlocutrice s'atténue peu à peu tandis qu'elle se redresse contre la tête de lit. Dévoile la peau de ses cuisses d'opale. Et Ajay en profite alors pour l'observer plus attentivement. Elle n'est pas d'une beauté somptueuse. Exotique ou surprenante. Pour être honnête il la trouve même plutôt banale. Commune. Mais la jeune femme dégage un il-ne-sait-quoi d’intrigant. Elle a l'attrait des charmes discrets. Une retenue toute anglaise qui invite à lever le voile sur les mystères qu'elle dissimule. Comme lorsqu'elle hausse un sourcil et trahit un sens de l'autodérision inattendu.

Charmante. C'est bien le mot qui convient. Pourtant Ajay sent son visage s'assombrir alors que la sorcière lève la main à la hauteur du sien et se masse douloureusement la tempe. Il connaît ce geste. Cette grimace. Celle qui accompagne les lendemains de fête. Elle n'est pas l'amie de sa fille pour rien enfin de compte. Se fait-il la réflexion. Toutes les deux semblent avoir aussi peu conscience de leurs limites ! Toujours vêtu de son simple sarouel, le tigre se meut alors jusqu'à la table basse sur laquelle repose une cruche et remplit un grand verre d'eau qu'il lui apporte.

« Vous ne dérangez pas le moins du monde. Croyez-moi. Dans tous les cas je n'ai pas pour habitude de chasser les femmes qui partagent mon lit dès le réveil. Ce serait incroyablement impoli de ma part. Si cela vous semble raisonnable j'aimerais vous inviter à partager un bon petit-déjeuner en ma compagnie. Je sais que vous n'en avez pas l'impression mais vous avez besoin de vous remplir le ventre. Vous vous sentirez mieux par la suite. En attendant. Tenez. Buvez. »

Il ne lui laisse pas vraiment le choix. Lui fait même les gros yeux quoique cela soit plus une nouvelle façon de la faire sourire qu'autre-chose. Quand il est assuré qu'elle a bien avalé au moins une gorgée, il se détourne alors pour rejoindre la porte d'entrée qu'il entrouvre de moitié. Comme il s'y attendait Dario est là. Fidèle tête blonde qui le suit comme son ombre. Ajay a arrêté de se demander comment l'enfant s'y prend pour toujours savoir où il se trouve. Il l'avait pour ainsi dire élevé lui-même et ce petit moldu ne pouvait jamais le décevoir. Quand il a fini de lui donner ses recommandations, le gamin détale aussitôt en direction des cuisines. Il reviendra vite. Les bras chargés de fruits, de petits pains à la farine de lentilles fermentées, de curry de pommes de terres, d'uttapams et autres victuailles savoureuses. Idéales pour contrer les excès de la veille.

« Mrs O'Ryan vous dites ? Interroge-t-il pour lui-même tandis qu'il fait signe à la jeune femme de venir le rejoindre autour de la table. Mon fils cadet, Heden, travaille pour votre mari il me semble. J'avais entendu dire qu'il s'était remarié avec une jeune sorcière mais vous ne m'en voudrez pas j'espère si je dis que vous n'êtes pas tout à fait ce à quoi je m'attendais. »
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 432
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-trois ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Mariée à Murphy O'Ryan.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: Wake me up
ce message a été posté Lun 16 Avr - 1:34
Le tigre se fait sérieux, mais Salomé sait lire l’amusement dans ses yeux et dans son sourire, son visage orné des rides de celui qui a une belle vie, entourée d’amour. À sa mise en garde, afin de leur garantir à tous deux une vie longue et paisible, elle réplique un : « Promis. » Une main levée, l’autre posée sur son coeur, avant que l’une des deux se pose sur sa tempe douloureuse. Une vie longue et paisible si elle réussit à vaincre ce mal de crâne, en tous cas.

Mr Shafiq insiste qu’elle ne le dérange absolument pas, et l’invite même à partager le premier repas de cette journée en sa compagnie. Si son premier réflexe est de refuser, Salomé se rend à ses arguments. Elle a besoin de manger… autant qu’elle a besoin de boire. Il lui suffit de poser ses yeux bruns sur le verre d’eau tendu par l’homme pour sentir la sécheresse de sa bouche. « [...] En attendant. Tenez. Buvez. » La brune obtempère, sous le regard mi-sévère, mi-complice, de son hôte. Une première gorgée qui laisse place à une seconde, qui lui fait vider l’intégralité du contenu du verre. Son ventre gargouille en réponse, protestant contre cet apport certes merveilleux pour sa bouche sèche, mais bien maigre pour son estomac vide depuis la veille. Elle pousse le vice jusqu’à se servir un second verre, alors que Mr Shafiq s’entretient avec l’un de ses domestiques, avant de le suivre hors de la chambre. Sally tire sur le t-shirt, comme s’il pouvait couvrir davantage de sa peau de ce simple geste. Heureusement, Chandra est plus grande qu’elle et le vêtement, en conséquence, cache quelques centimètres de plus de ses cuisses. Elle suit le tigre sans mot dire, prenant enfin le temps de remarquer la fine décoration de la demeure Shafiq-Khan. Il faut dire que lors de leur arrivée, à Chandra et elle, elle n’était pas spécialement en mesure de complimenter le lieu de vie de la Rafleuse. Son regard passe des fenêtres au dos de son hôte, qu'elle observe se mouvoir avec toujours cette grâce fascinante. Elle n'a jamais vu quiconque ainsi bouger, sauf... sauf Chandra ?

Elle prend place où on lui désigne, les jambes repliées sous elle, son verre d’eau toujours serré entre ses mains. De petites gorgées, afin de réhydrater son gosier asséché par les mojitos. « Mrs O'Ryan vous dites ? Mon fils cadet, Heden, travaille pour votre mari il me semble. J'avais entendu dire qu'il s'était remarié avec une jeune sorcière mais vous ne m'en voudrez pas j'espère si je dis que vous n'êtes pas tout à fait ce à quoi je m'attendais. Aucun mal, Mr Shafiq. » Il l’imaginait sans doute jeune, mais pas si jeune. La réputation de Murphy ne doit pas être des plus reluisantes, au sujet de ses récentes épousailles, auprès des hommes et femmes de son âge… Une pensée qui la gêne quelque peu. Parce que si ses amies la soutiennent aveuglément dans ce qu’elle vit, Sally ignore ce que peut bien vivre son époux, de son côté. Comme elle ignore tant de choses de sa vie, tout simplement. « Je connais Heden surtout de vue, sans plus. Et vous et votre compagne… uniquement de par les mots de Chandra. Les racontars, également, mais même sans les mentionner, l’homme en est bien conscient. Vous étiez duelliste, n’est-ce pas ? Il paraît que vous étiez un fameux adversaire. » On lui a appris à complimenter ses hôtes, mais il y a de la sincérité, dans la question. Dans l'admiration qui lui revient des quelques mots de la Khan au sujet de son père, et dans ce corps adulte, à l'aise, qu'elle imagine dominant sur une estrade de duel.

L’enfant domestique revient à la table avec d’abord une large assiette de fruits, puis un plateau chargé d’uttapams odorants recouverts de légumes colorés, encore davantage de fruits, et plein d’autres plats dont les parfums éveillent tout à fait son appétit. Sa frimousse fatiguée s’illumine et son nez se tend au-dessus des plats, sans qu’elle ose encore se servir. « Puis-je… ? » Elle qui n’a jamais été partisane de l’appétit d’oiseau, gourmande qui n'a pas peur de plonger dans les bonnes choses, a bien envie d’engloutir tout ce qu’on lui présente. Tout sent si bon, par le chaudron d'Helga !
Contenu sponsorisé
Re: Wake me up
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers