AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Réveille ton âme littéraire avec la femme de Nicolas Avery, Amalia Avery ! study
Des scénarios en folie
Fais souffler le vent du large avec le frère de Hija Sabordage, Hiresh Sabordage ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une frenchie bohème avec la mère d'Agapanthe Kirke, Berenice Kirke !
Des scénarios en folie
Défend l'honneur des moldus avec l'amant de Sheherazade Raviya, Ghassan Amhès !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Drink, drank, punk ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
Tout comme papa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1550-chandra-khan
Messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2017
Célébrité : Chelsea Gilligan
Crédits : homemade

Double compte : Vivienne McKay, Isaïe Saab

Age : vingt-trois ans
Sang : basique rang 4
Statut : célibataire
Métier : rafleuse
Dialogue : gold
Drink, drank, punk
ce message a été posté Mar 6 Mar - 15:20
L'alcool est comme une brûlure. À la fois douloureuse et délicieuse. Ça a beau ne pas être le premier shot de la soirée – loin de là – tous les muscles de ton visage se crispent, et quand tu frappes le cul de ton verre contre le bois de la table, la tête rentrée dans les épaules, un râle guttural résonne dans le creux de ta gorge, jusqu'à faire trembler les murs. Enfin. Presque. C'est l'impression que ça te fait, en tout cas. Et ça fait un bien fou, par les baloches de Merlin ! En face de toi, Isilde tire à peu près la même tête. Le rouge aux joues, la grimace qui lui tord le visage est absolument impayable et tu éclates alors dans un grand éclat de rire qui manque de peu de te faire tomber de ton tabouret. Heureusement que tu as de bons réflexes. Avec un geste brusque, tu parviens alors à te raccrocher à la table in extremis, la certitude de ta maladresse n'en rendant ton hilarité que plus belle encore.

_ J'te préviens, te fous pas d'ma gueule ! articules-tu difficilement en essuyant une larme au coin de ton œil. T'aurais vu ta tronche ! Toi aussi t'aurais pris peur, j't'assures !

Isilde et toi, c'est une histoire qui remonte à loin, du temps de Poudlard, quand vous partagiez le même dortoir, et ce ne sont pas les deux petites années d'écart qui vous séparent qui vous ont dissuadé de devenir potes. Vous avez trop de points communs pour ça. L'une comme l'autre, le Choixpeau n'avait eu qu'à effleurer vos tignasses avant de crier le nom de la maison Gryffondor, reconnaissant en vous l'audace et le courage que son fondateur plaçait sur un piédestal. La flamme qui vous anime brûle en effet avec une passion rare et, ensembles, il te semble qu'elle pourrait embraser le monde. Pas ce soir, cela dit. Si l'alcool qui coure tes veines pourrait t'en convaincre, la réalité est moins glorieuse. T'es pleine comme une barrique. Deux bouteilles vides jonchent déjà le sol de la cale au fond de laquelle vous avez commencé la soirée, et la petite sœur qui tient encore debout sur la table est sur la bonne voie pour subir le même sort. Ta vue se trouble un peu, d'ailleurs, alors que tu la fixes du regard. T'as la tête qui te tourne, tout d'un coup, mais quand tu inspires un grand coup pour t'aérer les neurones, l'air que tu respires ne suffit pas à dissiper les brumes qui commencent à te passer devant les yeux.

_ J'ai besoin d'prendre l'air, je crois. Ça te dit, on finit ça sur le pont ? Ça nous rappellera le bon vieux temps, en haut de la tour d'astronomie. La retenue en moins.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1660-isilde-sabordage
Messages : 286
Date d'inscription : 19/01/2018
Célébrité : Jenna Thiam
Crédits : Me

Age : 22 ans
Sang : Basique #2
Statut : Célibataire
Métier : Comment ça pirate c'est pas un vrai métier ?! Bon bah... disons enchanteresse navale !
Baguette : Bois de cornouiller, dard de manticore, 30cm, rigide
Epouvantard : Arutha Kark
Dialogue : #D5A326 - Orange

En ligne
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté Dim 11 Mar - 17:07
« Pouah ! » Encore un verre dans le gosier. Ça faisait combien maintenant ? « Beaucoup trop. » me souffla mon système digestif mis à rude épreuve « Pas assez ! » répliquait ma tête prise dans une valse endiablée qui menaçait de me faire perdre l'équilibre. Je n'étais visiblement pas la seule dans cet état, je partis dans un fou rire moqueur à la presque-chute de ma compagne de beuverie, que son avertissement ne fis qu'amplifier. « Mieux vaut... *burp* ...avoir une sale tronche que finir le cul par terre ! »  Je n'étais pas tout à fait certaine de l'intelligibilité de mes mots prononcés avec la diction laborieuse de ceux qui ont trop forcé sur la bouteille. « Intebigilité... c'est un mot marrant ça ! » J'acquiesçai à la proposition bienvenue de Chandra. « J'suis pas contre un bol d'air frais ! Si madame veut bien me suivre. » Je me levai laborieusement puis comme perturbée par une secousse je perdis l'équilibre et fis quelques pas maladroit pour me rattraper, évitant de peu de me retrouver le nez par terre. « Wow... comment ça s'fait que le bateau tangue comme ça ?! »  Je mis ce mystère de côté d'un haussement d'épaule et m'emparai de la bouteille entamée pour me lancer dans l'ascension de l'escalier raide qui menait au pont, manquant par deux fois de tomber sur Chandra derrière moi.

Nous débarquâmes sur le pont à grand renfort de cris et de rires. Le soleil se couchait quand nous avions embarqué, à présent la nuit était tombée depuis longtemps. Il faisait étonnamment bon pour la période, ou en tout cas c'était ce que l'alcool qui parcourait mes veines me faisait croire. La figure de proue était endormie et c'était pas plus mal, on ne l'avait pas baptisée "la Grognarde" pour rien. J'allai m'appuyer sur le garde-fou du gaillard d'avant pour observer cette dernière ronfler bruyamment sous la lumière de la Lune à moitié dissimulée par les nuages. C'était moi qui m'étais occupé de lui donner vie, et ça n'avait pas été une partie de plaisir. Malgré tous mes efforts elle avait gardé une certaine propension à hurler pour un rien ou à te couvrir d'insultes si tu avais le malheur de déchirer la voilure ou d'abîmer le pont. Mais ça restait ma première réussite en tant qu'enchanteresse navale et j'en tirais une grande fierté. Cette soirée avec Chandra c'était un peu ma façon d'inaugurer le navire. Je poussai un soupir de satisfaction. Un bateau, une amie et une cale pleine de bouteilles, il ne m'en fallait pas plus pour trouver ma vie géniale. Il ne s'agissait pas de plaisirs anodins pour autant. Des navires et de l'alcool j'en manquais pas, mais des amis, de vrais amis, ça courait pas les rues. Je bus une grande gorgée au goulot et tendis la bouteille à Chandra tout en grimaçant, le rhum passait de plus en plus difficilement, c'était un coup à dégobiller à la fin de la soirée. « Tu trouves pas que la nuit est un peu trop calme ? Faudrait qu'on trouve un moyen d'égayer tout ça. »
Tout comme papa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1550-chandra-khan
Messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2017
Célébrité : Chelsea Gilligan
Crédits : homemade

Double compte : Vivienne McKay, Isaïe Saab

Age : vingt-trois ans
Sang : basique rang 4
Statut : célibataire
Métier : rafleuse
Dialogue : gold
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté Ven 30 Mar - 15:32
Rejoindre le pont n'est pas une mince affaire. Tu as déjà du mal à tenir droite sur tes guibolles, mais le fou-rire qui s'empare de vous dans l'escalier menace bel et bien de faire capoter toute l'opération. Par deux fois il te faut repousser Isilde vers l'avant, dont les grosses fesses te tombent sur le coin de la trogne, et par deux fois tu échappes de peu à la dégringolade. Pas une seconde tu ne prends conscience des risques cela dit, que tu pourrais te briser les chevilles ou t'ouvrir le crâne avec ce genre de conneries. Non. L'alcool désinhibe tes peurs en même temps que toute notion de danger, et c'est un miracle que tu viennes à bout de cet escalier de malheur en un seul morceau, même si tu finis l'ascension des dernières marches à quatre pattes. Tandis qu'Isilde se rapproche du bastingage, tu t'écroules alors sur le dos pour reprendre ton souffle et inspirer à grands poumons l'air frais de la nuit. Là, les bras en croix, tu continues un moment à te bidonner toute seule jusqu'à ce que l'immensité du ciel te saisisse. Un milliard d'étoiles brillent au-dessus de ta tête et, tout d'un coup, tu te sens toute petite. C'est une sensation étrange. Ni désagréable ou angoissante mais apaisante, au contraire. À tel point que tu t'y abandonnerais presque, quand la voix de ton amie te rappelle soudain à l'instant présent. Alors le charme se brise et tu t'ébroues comme un chien au sortir de l'eau. Lentement, avec précaution, tu te remets debout puis rejoins Isilde avant d'attraper la bouteille qu'elle te tend.

_ Ouais, j'confirme, c'est mort de chez mort.

Prendre l'air t'as fait du bien. Tu te sens toujours un peu nauséeuse, mais rien de comparable à ce que tu éprouvais dans la cale et tu reprends alors une bonne rasade de rhum au goulot. Face à vous, Avalon ressemble à une belle endormie malgré les lumières illuminant discrètement ses rues pavées. Tout est calme. Il n'y a pas âme qui vive à l'horizon et ce constat te fait soudain grimacer.

_ Ils savent pas c'qu'ils ratent, ces abrutis. Roupiller par une nuit aussi belle, franchement ! Heureusement que toi et moi on sait vivre ! Dis, t'as déjà piloté un engin pareil ? C'est jouable à deux ? J'irais bien faire un tour et, en plus, je me suis toujours demandée comment vous vous y preniez !

Ce n'est probablement pas l'idée du siècle. Pas dans votre état mais, ça, ça ne t'effleure même pas l'esprit. Ce soir tu te sens invincible et capable de relever tous les défis. En plus, franchement, tu ne penses pas être si à côté de la plaque ! Tu vois bien que vous n'êtes pas à bord de la caravelle la plus imposante qui soit arrimée près des entrepôts de la Compagnie Sabordage. La vôtre ne dispose que de deux voiles, après tout. Ça ne peut pas être si compliqué que ça ! Et puis Isilde est une pro. Non ?


Spoiler:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1660-isilde-sabordage
Messages : 286
Date d'inscription : 19/01/2018
Célébrité : Jenna Thiam
Crédits : Me

Age : 22 ans
Sang : Basique #2
Statut : Célibataire
Métier : Comment ça pirate c'est pas un vrai métier ?! Bon bah... disons enchanteresse navale !
Baguette : Bois de cornouiller, dard de manticore, 30cm, rigide
Epouvantard : Arutha Kark
Dialogue : #D5A326 - Orange

En ligne
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté Sam 7 Avr - 16:34
C'était probablement la meilleure suggestion du siècle ! Ou de l'année... ou de la soirée... mais c'était d'jà pas mal ! Quitte à squatter un bateau, autant l'utiliser. Ce serait un crime de le laisser à quai ! Je pris l'air le plus exagérément hautain de l'univers. « Si j'ai déjà manœuvré un navire ? Ma pauv' vieille, j'fais ça depuis que j'ai cinq ans ! » Ce n'était pas tout à fait l'exacte vérité : à cinq ans, je croyais que c'était moi qui dirigeais la barre. J'en étais tellement convaincue que j'ai passé mon enfance à me prendre pour une navigatrice de génie jusqu'au jour où, quelques années plus tard, j'ai appris la terrible vérité... c'était tante Arsy qui effectuait discrètement les manœuvres à la baguette alors que mes petits doigts pleins d'échardes étaient posés sur l'une des roues de la barre. Cet événement entrait dans le top 10 de mes plus grandes désillusions. « En théorie faut être au moins six pour faire les choses proprement mais... à nous deux on compte au moins pour dix ! » Normalement pour l'effectif minimum c'était deux personnes par voiles, une personne à la barre et une vigie. Mais y avait du vent, alors ça devrait l'faire ! « Allez, en avant matelot ! » Je pris la route du pont principal en titubant quelque peu sur les premiers pas et j'en profitai pour arracher la bouteille des mains de Chandra.

« Bon... on va affaler qu'une seule voile pour l'instant, histoire de pas sombrer au fond du canal dès l'début. C'est juste l'affaire d'un coup d'baguette. » Allez, on s'concentre un peu. Un coup de gnôle, puis j'sors ma baguette, on vise la voile, une 'tite incantation... merde, loupé. « Foutu plancher qui tangue ! Ca va prendre deux coups d'baguettes en fait... ou p'têt trois. » Je retentai l'opération une seconde fois, m'appliquant mieux à la visée, et enfin la grand-voile se déploya tandis que le sort faisait effet. « Et voilà ! Mais on dirait qu’on est à contrevent, ça c'est chiant. » Nouvelle goulée de rhum, la bouteille commençait à rendre l'âme. « Mais ça veut dire que tu vas avoir l'immense honneur de tenir la barre ! » Ce fut le moment que choisit la figure de proue pour s'étirer en baillant bruyamment comme à son habitude, probablement réveillée par les mouvements de la voile. « Hein ? Qui est là ? On... on m'aborde ? AU SECOURS ! LAISSEZ-MOI TRANQUILLE BANDE DE DÉGÉNÉRÉS ! VOUS M'CONNAISSEZ PAS, J'VOUS DÉGLINGUE MOI ! Oh... c’est juste Isilde. Et qui es-tu donc, petit bout de viande qui l'accompagne ? » Le regard de biche de la sirène de bois qui se contorsionnait pour nous voir était pointé droit sur Chandra –  alias le bout de viande. Je levai les yeux au ciel en soupirant. « On va faire un p'tit tour, il est temps d'te dégourdir la coque. » Je me tournai maintenant vers mon amie. « Bon bah... j'te présente la Grognarde. Essaie de l'ignorer, où tu finiras par péter les plombs et lâcher un Feudeymon. »   La Grognarde nous dévisagea en plissant les yeux. « Naviguer ? Seulement à deux ? N'est-ce pas dangereux ? Et... mais vous êtes saoules ?! Non, non et non ! Je REFUSE de risquer ma vie de la sorte ! » Sans prêter attention aux protestations de la figure de proue, je tâchais de reprendre là où j’avais été interrompue. « J’disais quoi d’jà ? Ah ouais, la barre, va falloir que tu tiennes la barre ! Le truc c’est qu’on va devoir faire un demi-tour pour avoir le vent en poupe, du coup faudra que tu manœuvres le navire pendant que je m’occupe de gonfler magiquement la voile. Mais t’inquiètes, c’est suuuper facile ! Faudra juste faire attention à pas toucher le quai et à pas exploser les mâts. » Voyant que je ne me souciais pas d’elle, la Grognarde commença à se lamenter d’une voix théâtrale en faisant de grand gestes. «  Aaaah… Dieu des barques, pourquoi m’infliges-tu cela ? M’exposer si jeune à une mort atroce… » « J’t’expliques comment ça marche : pour aller à gauche, tu tournes à gauche, pour aller à droite… tu tournes à droite !  » « …Quelle infinie souffrance que l’idée de venir chatouiller le fond des abysses, oubliées du monde, livrées à nous-même… » « Hésite pas à faire plusieurs tours de roue pour virer de bord. Et surtout vas-y franco, mets-y de la force ! » « …avec pour seuls témoins de notre infortune les habitants des fonds marins, qui jamais ne pourront conter notre triste histoire… » « MAIS LA FERME ABRUTIE D’CUL-ROUGE ! » Vexée, la sirène ferma enfin son clapet et croisa les bras avec une moue boudeuse. « Ahem… t’as tout compris ? Si c’est bon on va pouvoir lever l’ancre ! »

Spoiler:
 
Tout comme papa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1550-chandra-khan
Messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2017
Célébrité : Chelsea Gilligan
Crédits : homemade

Double compte : Vivienne McKay, Isaïe Saab

Age : vingt-trois ans
Sang : basique rang 4
Statut : célibataire
Métier : rafleuse
Dialogue : gold
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté Mer 30 Mai - 19:22
Un sourire goguenard te dévore le visage en voyant Isilde gonfler la poitrine. Tu y crois moyen à son histoire – il n'y a qu'à voir la circonférence de la roue servant à naviguer l'engin, impossible qu'une gamine de cinq ans ait les bras assez longs pour toucher les deux bouts – mais tu lui concèdes volontiers cette fanfaronnade bon enfant. Après tout, tout le monde a bien le droit d'enjoliver un peu la réalité de temps en temps ! Tu as une confiance aveugle en ses capacités de toute façon. Isilde a certainement du apprendre à nager avant d'apprendre à marcher. La mer, les bateaux, tout ça, sont son domaine, et puis tu ne doutes pas une seule seconde que vous soyez capables d'abattre le travail d'au moins six hommes rien qu'à vous deux. Foi de Gryffondor !

_ Yoho, capitaine ! Souquez les artimuses ! On va leur montrer de quel bois on se chauffe à ces marins d'eau douce !

Tu ne sais pas vraiment à qui tu fais référence en disant cela, ni si tu emploies le vocubulaire adéquat, mais peu importe. C'est l'intention qui compte. Tu ne t'es jamais sentie aussi prête à en découdre. Tu t'imagines déjà en grande exploratrice, conquérante des mers et des océans, et tandis qu'Isilde parvient enfin à déployer la voile, tu pousses alors un long cri, comme le hurlement d'un loup face à la lune. C'est certainement cela qui réveille la proue du navire. Ses beuglements soudain te font sursauter, mais ton visage s'illumine rapidement en posant les yeux sur elle. Elle est magnifique. Un peu fantasque aussi, visiblement, mais ça ne t'empêche pas de te pencher par-dessus le bastingage pour mieux l'admirer, et tu réalises alors à quel point tu peux aimer la magie. Quand tu penses aux événements de l'année qui vient de s'écouler, à tous ces sorciers qui avaient senti leurs pouvoirs les abandonner à un moment donné... tu en as des sueurs froides. Tu n'imagines même pas ce qu'ils ont du ressentir, le manque qu'ils ont pu éprouver. Tu n'as même pas osé interroger ton père, pourtant présent lors de l'assaut sur la Tour des Médias, tant cette idée te terrifie. Comment pouvait-on souhaiter une chose pareille ? Pourquoi ? Tu ne comprends pas, refuses de comprendre de toute façon, et t'empresses alors de chasser ces préoccupations de ton esprit. La nuit est trop belle pour la gâcher ainsi.

_ Salut la Grognarde. Moi c'est Chandra. Enchantée de faire ta connaissance !

Mais Isilde ne vous laisse pas l'occasion de pousser plus loin les présentations. Focalisée sur l'objectif, la pirate déroule déjà la suite du programme et tu dois t'accrocher pour ne pas en perdre une miette, un exercice plus difficile qu'il n'y paraît avec la Grognarde qui ne cesse de se lamenter à vos côtés. Tu saisis l'idée générale, néanmoins : pour tourner à droite, tourner à droite, pour tourner à gauche, tourner à gauche. Dis comme ça, c'est sûr que ça ne paraît pas bien compliqué ! Tu retrousses alors tes manches et files te mettre en position derrière la barre, que tu actionnes avec conviction dès qu'Isilde a fini de remonter l'ancre sur le pont. Elle avait dit de ne pas hésiter à y aller franchement, après tout, mais une lueur inquiète ne tarde pas à s'allumer dans ton regard tandis que le bateau laisse échapper un mugissement plaintif. Y a comme un couac. Quelque-chose qui résiste dans tes bras. Et plus tu forces contre la barre, plus le bois proteste, jusqu'à ce qu'un crac sonore retentisse dans ton dos, et que tu aperçoives une planche en bois voler dans les airs.

_ Au secours ! On me tue ! On m'assassine ! L'amarre, bande d'idiotes ! Vous avez oublié l'amarre !

_ Putain, mais tu pouvais pas l'dire plus tôt ?! t'exclames-tu, outrée, tandis que le bateau commence à verser dangereusement vers le quai. Isilde ! Prend la corde de devant, je me charge de l'arrière !

Tu as déjà tiré ta baguette de ta ceinture et la pointes derechef en direction du cordage solidement accroché au bastingage, envoyant un diffindo le sectionner tout net – et tailler une belle balafre dans la coque, mais tant pis, il faut parfois savoir hiérarchiser ses priorités dans la vie. La caravelle retrouve alors brusquement son inclinaison naturelle, et tu profites du déséquilibre que cela t'occasionne pour appuyer de toutes tes forces sur la barre. Tu es même tentée de fermer les yeux, au moment où il te semble que vous allez vous encastrer dans le bateau voisin, mais le dieu des barques dont parlait la Grognarde doit vous avoir à la bonne car vous parvenez finalement à l'esquiver de quelques centimètres à peine.

_ Waouh. Vous êtes saines et sauves. Tu as un tout petit peu de mal à y croire, et pourtant. Un silence de mort plane sur le bateau, que même la sirène semble incapable de briser, jusqu'à ce qu'un sourire triomphant vienne remplacer l'expression ahurie de ton visage. Alleeez ! Qu'est-ce que tu dis de ça, hein ? C'était pas du pilotage de compet' peut-être ?!


Spoiler:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1660-isilde-sabordage
Messages : 286
Date d'inscription : 19/01/2018
Célébrité : Jenna Thiam
Crédits : Me

Age : 22 ans
Sang : Basique #2
Statut : Célibataire
Métier : Comment ça pirate c'est pas un vrai métier ?! Bon bah... disons enchanteresse navale !
Baguette : Bois de cornouiller, dard de manticore, 30cm, rigide
Epouvantard : Arutha Kark
Dialogue : #D5A326 - Orange

En ligne
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté Dim 10 Juin - 18:48
Souquez les artiquoi ? Mais qu'est-ce elle dit ? Elle avait dû forcer un peu trop sur la bouteille. Boah, au moins elle était motivée et elle avait l'air d'avoir compris mon cours accéléré de navigation – j'ai toujours fait une super pédagogue faut dire. J'attendis tranquillement qu'elle se mette en place avant d'appeler l'ancre d'un coup de baguette, elle remonta sagement sur le bateau comme un toutou bien dressé. « Bon allez, si on a rien oublié on peut souquer les arfituses ! » J'avais quand même l'impression qu'on passait à côté d'un truc relativement important mais réfléchir était vachement compliqué avec ma tête qui tournait dans tous les sens. Allez trêve de conneries, on est parti ! Rassemblant ma concentration et prenant une grande inspiration je fis souffler un puissant vent dans la grand-voile et le bateau commença à se mouvoir. J'avais dû moi aussi forcer un peu trop sur la boisson parce que j'avais la curieuse impression que le monde se mettait à pencher dangereusement et j'entendais des bruits vachement bizarre... Par contre les bouts de bois qui s'envolent j'étais presque sûre que c'était pas un problème d'alcoolémie... « Au secours ! On me tue ! On m'assassine ! L'amarre, bande d'idiotes ! Vous avez oublié l'amarre ! » AH, LA COUILLE ! Comment j'avais pu zapper un truc pareil ? Ça craint, si on coulait le rafiot Grand-mère allait me découper en morceaux puis me donnerait à manger aux murlaps ! Suivant la suggestion de Chandra je couru au gaillard d'avant pour sectionner l'amarre, heureusement cette fois, probablement grâce à l'adrénaline, je réussis à faire mouche du premier coup. Le bateau se redressa brusquement et je chutai violemment fesse la première. La bouteille que je tenais jusque là en main se brisa dans l'opération et je poussai un cri qui exprimait autant la douleur de mon postérieur que ma déception de perdre le dernier breuvage de la soirée. Je me relevai péniblement en m'appuyant sur le mât tandis que Chandra manœuvrait le navire pour nous éviter un naufrage prématuré. Sur le coup je me dis que ç'avait été une idée bien pourrie qu'on avait eu. Mais je dois dire qu'au vu des circonstances elle se débrouillait incroyablement bien, même quand nous frôlâmes le bateau juste à côté, même quand la coque effleura le quai, elle tint bon. Finalement par je ne sais quel miracle le navire avait bifurqué sans accroc et tout redevint calme.

Je serrais ma poitrine de la main comme pour essayer d'empêcher mon cœur encore palpitant d'exploser alors que le navire entamait sa douce progression au fil de l'eau. Je finis par éclater de rire quand mon amie fit étalage de son triomphe. « Du grand art ! Après cette prouesse je te nomme officiellement co-capitaine du navire ! T'as du sang de Sabordage dans les veines c'est obligé ! » On avait vraiment eu chaud au cul. La coque avait pas mal morflé mais il n'y avait rien de plus que quelques planches à retaper. Au moins on était pas sous l'eau. La Grognarde semblait en état de choc, elle secouait la tête en répétant frénétiquement dans sa barbe « Plus jamais aller dans l'eau... plus jamais... » J'eus presque de la peine pour elle en cet instant. J'espère qu'on lui avait pas refilé une phobie de la mer, il manquerait plus que ça. Soudain mon estomac poussa un grondement menaçant. « J'reviens j'ai... un truc à faire. Aucun jugement n'est autorisé ! » Toutes ces sensations fortes m'avaient méchamment retourné le bide et une évacuation d'urgence s'imposait. J'atteignis tant bien que mal le bastingage pour dégobiller mes tripes dans le canal. On pouvait pas dire que c'était hyper sexy mais au moins ça soulageait grave. Je me sentais plus bien plus légère quand je revins près de la barre. « On est parties pour la plus épique des croisières ! Si tu trouves qu'on manque de sensations fortes on peut déployer la deuxième voile, mais j'te préviens ça risque de décoiffer ! »
Tout comme papa
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1550-chandra-khan
Messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2017
Célébrité : Chelsea Gilligan
Crédits : homemade

Double compte : Vivienne McKay, Isaïe Saab

Age : vingt-trois ans
Sang : basique rang 4
Statut : célibataire
Métier : rafleuse
Dialogue : gold
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté Mar 19 Juin - 11:39
Tenant toujours solidement la barre d'une main, tu te penches vers l'avant tout en exécutant un ridicule moulinet du poignet afin de saluer l'infime honneur que te fait Isilde en te nommant seconde d'un navire dont l'équipage se résume en tout et pour tout à... deux personnes. Mais qu'à cela ne tienne ! C'est l'intention qui compte ! Et tu as beau faire la mariole, sa considération te touche malgré tout, quand elle laisse entendre qu'il pourrait bien y avoir quelques gouttes de sang de pirate dans tes veines. Même bourrée, tu sais qu'elle ne dit pas ça à la légère. Qu'il s'agit en vérité d'un des plus beaux compliments qu'elle puisse faire. Tu as appris à son contact que rien ne comptait autant que la famille chez les Sabordage, et si tu n'étais pas déjà aussi fière de porter le nom Khan, tu serais presque tentée de mettre un genou à terre pour la demander en mariage. Presque. Il y a quand même des limites que tu ne te sens pas encore prête à franchir, et Isilde tire définitivement un trait sur cet improbable scénario quand tu la vois tituber gauchement jusqu'au bastingage puis dégobiller ses tripes par-dessus bord. Dans le genre tue-l'amour, on fait difficilement mieux. Dans le genre drôle non plus, cela dit, et tu éclates alors de rire malgré l'avertissement de la rouquine. Ça te secoue tellement le bide que tu en oublies de tenir le cap l'espace d'une seconde et dois vite te rattraper à la barre pour éviter que vous ne partiez à nouveau dans le décor.

Heureusement, le canal sur lequel vous naviguez a commencé à s'élargir, les premières vagues de l'océan venant se briser paresseusement contre la coque. Vous êtes encore relativement à l'abri des remous les plus forts, protégées par la rade au fond de laquelle se niche Avalon, mais tu sens déjà des frissons venir picoter le bout de tes doigts et un large sourire naître sur tes lèvres en apercevant l'horizon s'ouvrir devant toi. C'est un sentiment indescriptible. Celui d'une liberté à l'état pur tandis que le vent du large souffle dans tes cheveux. Il te rappelle ce voyage que vous aviez fait, il y a des années de ça, avec tes parents, quand ton père avait suggéré que vous vous rendiez en Turquie en bateau plutôt que d'utiliser un portoloin. Maintenant que tu y penses, tu gardes un souvenir mémorable de cette longue traversée. À se demander pourquoi tu n'as jamais pris le temps de retenter l'expérience. Mais ce coup-ci, c'est toi qui tient la barre et la sensation n'en est que plus saisissante. Elle te donne des ailes. Littéralement, te semble-t-il.

_ Ne vous en faites pas pour mon brushing, capitaine ! J'ai pas prévu d'm'inscrire au club des Sang-Pur Actives. Ou devrais-je dire des Sinistres Pécores Anémiques ? railles-tu d'un sourire fourbe. J'suis sûre que ces coincées du cul n'ont jamais fait un truc pareil. Je sais pas à quoi ressemble leurs soirées, j'avoue, mais si tu veux mon avis ça doit sûrement donner un truc de c'genre : "Pernelle, ma chère, vous reprendrez bien un nuage de lait dans votre tasse de thé, n'est-il pas ? Ho ho ho, ce que l'on s'amuuuse !"

Le tout servit par une de tes meilleures imitations. Même si tu oublies un peu vite que ta grand-mère paternelle et le femme de ton oncle Kumaran appartiennent elles aussi à ce club, et que tu es loin de les voir comme de vieilles rombières embourgeoisées... Mais bon. Ce n'est pas le propos. Surtout qu'une idée lumineuse vient soudain de te traverser l'esprit.

_ En fait, j'y pense... On devrait créer un contre pouvoir. On l'appellerait... le FLIF. Non, attends... Le FLIFE ! Le club des Femmes Libres, Indépendantes et Fières de l'Être !
Contenu sponsorisé
Re: Drink, drank, punk
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon