AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Perche ton gros cerveau sur des talons hauts avec la petite sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini Cool
Des scénarios en folie
Incarne un sorcier vaudou avec le frère aîné de Calypso Layibadé, Kayin Layibadé Twisted Evil
Des scénarios en folie
Viens refaire le portrait aux sorciers avec la grande sœur de Salazar Sabordage, Madison Phillips
Des scénarios en folie
Prouve que t'en as autant dans la cervelle que dans le portefeuille avec le petit frère d'Armel Zabini, Alix Lancaster Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ It won't mean a thing unless you sing, sing, sing, sing ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
Hannah Montana, le film
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 70
Date d'inscription : 08/03/2018
Célébrité : Eugenie Grey
Crédits : Moi

Double compte : Altair Kirke, Mathilda Lovewell & Zoltán Hunter

Age : 29 ans
Sang : Basique 4
Statut : Célibataire
Métier : Rock star
Epouvantard : Un détraqueur (merci Mervyn !)
Dialogue : #3F9A7C
It won't mean a thing unless you sing, sing, sing, sing
ce message a été posté Lun 12 Mar - 22:00
« It won't mean a thing unless you sing... »
   
.... sing, sing, sing !

   



Allez. Quand il était temps, il était temps ! Un, deux, trois :

« Hum hum... Edna ? »

La basique deux redressa la tête en haussant un sourcil intrigué. Accoudée sur sa commode, May lui laissa le temps de poser délicatement les robes qu'elle tenait en mains avant de reprendre sur le même ton inhabituellement timide :

« Est-ce que par hasard tu...  »

« ... aurais quelque chose de prévu ce soir ? »

Flûte ! Encore grillée ! Maeve esquissa un sourire malicieux en se sentant rougir.

« Tu n'es pas censée être à un certain rendez-vous à sept heures ? » demanda Edna d'un ton suspicieux.

« Oh ! Je ne t'ai pas dis ? Je prévois d'avoir une affreuse migraine ce soir. C'est les feuilles de thé qui l'ont annoncé ce matin, je n'y peux rien. C'est écrit. »

« Tu as déjà utilisé cette excuse la semaine dernière. » soupira l'employée avec un sourire triste.

« Ah ? Scroutt. Un rhume alors ? Non ? Déjà fait aussi ? On va bien trouver quelque chose... Oh allez Edna, me regarde pas comme ça. Je te jure que je fais des efforts mais lui, c'est vraiment pas possible ! Il a le QI d'un gnome et la culture d'un farfadet. Et puis, je suis désolée mais honnêtement t'as vu sa tronche ? Je suis même pas sûre qu'on puisse mettre ça sur le compte de tous les cognards qu'il s'est prit. Non ? Tu me trouves trop dure ? » demanda Maeve avec une réelle pointe d'inquiétude au fond de la voix.

Edna haussa les épaules sans se départir de son sourire.

« Je pense que tu devrais lui dire clairement que tu n'as pas l'intention de faire la une des journaux à son bras. »

Effectivement, ça semblait être la décision la plus sage... mais ça demandait un peu plus de courage que celui dont elle se sentait capable. Si chanter sur scène ne lui avait jamais fait peur, c'était une toute autre histoire lorsqu'il s'agissait de gérer ses relations "difficiles". Elle poussa un long soupir... et adressa un dernier regard suppliant à Edna. Oui ? Non ? Non oui ?

« Je n'ai rien de prévu ce soir. » céda l'autre sorcière dans un soupir.

« OUI ! » triompha Maeve en levant un poing au ciel. « Merci, merci, merci ! Promis juré je fais attention, je ne traîne pas dans des endroits bizarres et je te préviens si j'ai parlé plus de cinq minutes à qui que ce soit. »

Les trois règles d'or aux quelles elle ne devait jamais déroger. Et aux quelles elle n'avait jamais dérogé d'ailleurs..... C'était la raison pour laquelle Edna, sa suivante et très chère amie, continuait à lui prêter ses traits occasionnellement, lorsque May ressentait vraiment le besoin de sortir en ville incognito. Comme ce soir. Se balader sur les quais en oubliant qu'elle était censée rencontrer le prétendant qu'on avait jugé idéal pour May Laronce lui semblait divinement alléchant. Juste le temps d'une soirée, oublier son identité et ses obligations... ou au moins faire semblant. Elle déposa un baiser sonore sur la joue de son amie puis fila dans sa chambre. Elle avait - depuis peu -prit conscience qu'il était plutôt gênant pour les gens de voir quelqu'un se transformer en leur sosie sous leurs yeux. Aussi s'efforçait-elle de procéder aux transformations nécessaires loin des regards.... du moins quand c'était possible. En l’occurrence, Edna faisait partie des deux seules personnes au monde dont Maeve pouvait prendre l'apparence sans trop d'efforts (l'autre étant sa cousine). A force de la voir tous les jours, elle avait apprit les courbes de son visage, l'arcade de ses sourcils, la rondeur de ses joues et le mouvement de sa chevelure. Elle avait apprit ses expressions, son regard, ses sourires, et la manière si particulière qu'elle avait de froncer le nez lorsque quelque chose la contrariait. Toutes ces petites choses qui composait son visage, sa personnalité et, en somme, son apparence.

Assise devant son miroir, May contempla la petite brune à frange qu'elle était devenue en quelques minutes. Moins de dix à vrai dire ; elle s'améliorait de jour en jour ! Abandonnant sa combinaison moulante et multicolore du jour, elle opta pour une robe noire plus classique, surmontée d'un simple col claudine blanc pour tout agrément. Cela ferait très bien l'affaire !

Elle attendit que le soleil disparaisse complètement et que la nuit recouvre l'Angleterre de sa grande cape sombre pour s'esquiver par la petite porte. Sept heures moins le quart...  

« Désolée très cher sir. »

Ou pas. Non, pas du tout en fait. Elle s'élança guillerette dans la rue, humant l'air frais à plein nez, chantonnant du bout des lèvres en longeant le canal, s'arrêtant avec un large sourire devant un stand de friandises sorcières avant de poursuivre sagement son chemin. Nope ! Elle avait beau être métamorphomage, ce n'était pas une raison pour prendre bêtement du poids avec ces cochonneries là. Par contre, elle pouvait très raisonnablement s'autoriser l'un de ces plats à emporter qu'on vendait rue Poufsouffle, un peu plus cher mais ô combien plus sains ! Cédant à la tentation, elle investit quelques gallions dans un menu puis se dirigea tranquillement vers les quais.

Cela avait toujours été son spot préféré. Son coin. Son petit paradis terrestre à elle. Surtout le soir, quand les sorcières et les sorciers de tout sang et de tout rang se croisaient là, seuls ou accompagnés, s'arrêtant, riant, échangeant une bouteille de bièreaubeurre ou un baiser parfois... vivant comme si rien ne semblait plus avoir la moindre importance. Rien à part le flux de l'eau, la lumière des réverbères et la douceur de la nuit.... et bien sûr le doux son de la musique quand il y en avait une.

Ce soir, c'était un blondinet à guitare qui se chargeait de l'ambiance musicale. Les yeux levés vers les étoiles, il semblait complètement détaché des regards des passants et de tout ce qui pouvait bien se heurter à sa petite bulle. La scène avait presque quelque chose de touchant... et en tout cas de poétique. Sa musique et sa chanson ne manquaient d'ailleurs pas de charme. Bien qu'il manque un tout petit quelque chose... quoi ? Elle n'aurait pas su le dire exactement. Si son oreille musicale tiquait, son cerveau semblait bien incapable de trouver l'élément faible. Elle se laissa donc bercer par les notes de musique et la voix du blondinet en poursuivant son repas... manquant de repeindre sa robe en rouge sauce tomate lorsque soudain le déclic se fit. « Ah ! » C'était ça ! Ca et ce serait parfait !

Abandonnant insouciamment son panier et sa bièreaubeurre, elle le rejoint en trois - grands - pas. Maeve s'assit à proximité, pas trop près - c'est à dire pas à l'intérieur de la bulle qu'elle pouvait presque visualiser autour de lui - mais juste à la limite. Elle s'éclaircit discrètement la gorge puis hésita. Oserait-elle ? Devait-elle ? Se vexerait-il ? Et s'il le prenait mal ? Et s'il arrêtait de chanter et partait ? Après tout, elle passait ses journées à chanter, elle pouvait bien la boucler de temps en temps pour laisser faire les autres non ? Oui mais... la musique était belle, sa voix agréable et... et merde ! Elle en avait envie. Cédant à l'impulsion, elle utilisa sa voix pour ajouter des choeurs à la chanson du blondinet. Pas de paroles, pas d'instrument, juste un timbre de voix pour accompagner la mélodie. Comme autrefois à Poudlard. Si le blond ne s'interrompit pas, elle ne sût pas tout de suite s'il avait tourné la tête, haussé un sourcil intrigué ou sourit, ayant elle-même levé la tête vers le ciel pour imiter son musicien. Si elle l'accompagnait, autant l'accompagner jusqu'au bout. Etre à l'unisson sur le plan musical comme pour le reste.

Elle délaissa les choeurs le temps du refrain, accompagnant sa voix avec les quelques paroles qu'elle avait retenu.. se plantant presque aussitôt et laissant échapper un rire avant de se reprendre. Merlin ! Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas été autant à la ramasse sur une chanson !
Eyes wide shut
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1241-anastaz-hunter http://filetdudiable.forumactif.org/t1141-anastaz-hunter-trust-m
Messages : 168
Date d'inscription : 29/08/2017
Célébrité : Evan Peters
Crédits : Lord Ena

Double compte : Eoin Mckay/Wilfric Mulciber

Age : 20 ans
Sang : Officiellement Pur, en vrai sang-mêlé.
Statut : Coeur d'Artichaud - En couple (infidèle) avec Theresa Mulciber
Métier : Serial-Stagiaire - Actuellement en apprentissage chez Carrow Broomstick
Epouvantard : D'immondes Fantômes ricanants
Dialogue : #ffcc66

Re: It won't mean a thing unless you sing, sing, sing, sing
ce message a été posté Lun 12 Nov - 21:15
Prendre ma guitare, un simple pull vaguement ensorcelé pour supporter le froid encore humide de cette période de l'année et aller s'oublier sur les quais d'Avalon. Gratter les cordes magiques de ma baguette et laisser la musique envahir mon monde, buller tout autour, s'envoler, tourbillonner pour créer un lieu à part, loin du brouahaha ambiant de la ville. S'amuser d'entendre mes notes se mêler aux discussions ambiantes, me jouer des paroles pour parodier certains passants plus ou moins complice et apprécier de s'éclaircir la gorge d'une bierraubeurre bien méritée.

Zoltán se moquait de moi, arguant que Theresa devait vraiment devenir sacrément chiante pour que j'aille ainsi draguer sur le quai, armé de ma guitare. Jaloux. Surtout que ce sombre crétin venait parfois avec moi et c'était lui le premier à draguer! Tandis que moi, l'ambiance, la musique -mienne ou non- le partage propre à ce genre de lieux, me suffisait largement! Parfois je me demandais comment nous pouvions être à la fois si proches et si différents. Surtout ce soir. Alors que je m'étais sottement engueulé avec lui et que son boudage durait depuis presque deux jours. Tout ça parce que je ne voulais pas de lui avec Theresa et moi à Budapest! Par le calbut de Merlin, ne pouvait-il donc pas comprendre?

Après une journée de merde au taff, agacé par l'autre imbécile de butà de frangin et n'ayant pas envie de faire subir mon humeur à celle faisant palpiter mon coeur, j'avais préféré finir ma journée ici, une nouvelle fois. Partageant ma mélancolie avec le coeur des autres passants, avec les âmes des autres artistes de rue, plus ou moins éphémères.

C'est ainsi que, un peu alcoolisé, juste comme il le fallait, je m'étais lancé dans une chanson, puis une autre et enfin une de ma composition, clairement mélancolique malgré un refrain aux paroles faussement optimistes. Ca faisait du bien. Rien a foutre si Zol' faisait son égocentrique, rien à foutre de ce taff de merde, rien à foutre de.. Juste ne plus penser, chanter, profiter, oublier.

Au point que je ne remarquais pas de suite qu'un voix s'était ajoutée à la mienne. Je continuais avant d'entonner le refrain, pas vraiment étonnée de me rendre compte que quelqu'un chantait avec moi. C'était souvent le cas ici, sur les quais. Mais pour une fois, la personne ne chantait vraiment, mais vraiment pas mal. Revenant à la réalité, j’encourageais la jeune femme d'un clin d’œil avant de terminer ma dernière strophe.

"Tu chantes la prochaine avec moi?" Presque autant une question qu'une affirmation envers la jeune brunette qui m'avait rejoint. " Jeunesse décadente, tu connais? Ça te branche?"

Un truc un peu plus rock'n'roll que ma précédente composition malgré un ton aussi cynique que sombre sous une base anodine, pas le truc le plus connu du monde, mais les gens qui traînaient dans le coin avaient souvent un répertoire plus élaboré que la moyenne des citoyens habituels.

M'humidifiant la gorge d'une goulée de bierraubeurre presque trop fraiche, j'essuyais la mousse sur mes lèvres d'un revers de manche avant de tirer les premières notes.

"Tu t'es insinuée dans ma p'tite melankólia personnelle, tu me dois bien ça non? Et s'il te faut de quoi prendre un peu de courage ou pour tapisser ta gorge..." Rajoutais-je d'un sourire entendu.

Mon verre ensorcelé avait bien de quoi remplir plusieurs gosiers avant de défaillir..et un peu de compagnie ne me ferait vraiment pas de mal.
 :: Royaume-Uni :: Avalon