AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Réveille ton âme littéraire avec la femme de Nicolas Avery, Amalia Avery ! study
Des scénarios en folie
Fais souffler le vent du large avec le frère de Hija Sabordage, Hiresh Sabordage ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une frenchie bohème avec la mère d'Agapanthe Kirke, Berenice Kirke !
Des scénarios en folie
Défend l'honneur des moldus avec l'amant de Sheherazade Raviya, Ghassan Amhès !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ The Fight Club - Alfie ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Batteur d'octogénaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 265
Date d'inscription : 23/09/2017
Célébrité : Matthew Mercer
Crédits : Moi-même

Double compte : Lodrick

Age : 36
Sang : Sang-Mêlé
Epouvantard : Ses proches se faisant torturer, tuer lentement
Dialogue : #0394E8
The Fight Club - Alfie
ce message a été posté Dim 25 Mar - 17:55
Le Boutefeu, établissement extraordinaire où sorciers civilisés viennent délier leurs instincts primaux en regardant et encourageant leurs non-maj favoris s’entredéchirer dans une arène dans la violence et le sang. How lovely. Un peu à l’image des combats de chiens, il s’agissait une activité illégale attirant son lot d’attention et, de ce qu’il pouvait voir, de clients coutumiers. Accoté sur un mur, près mais invisible, il observait l’endroit avant de s’engager dans le feu de l’action et trouver un dénommé Alfie Lockwood. Il allait faire le taxi ce soir vraiment. S’assurer qu’il se rende et revienne à bon port en un morceau s’il vous plaît. Une tâche qu’il avait accepté d’accomplir de bonne volonté, c’était mieux que de rien faire honnêtement. Ironiquement, était-il né sans sa magie, il aurait pu très bien participer en tant qu’étalon dans une telle pratique. Enfoncer son poing dans l’autre était encore et toujours plus de son niveau que de lancer un sort. Il fait claquer sa langue avec ironie. Ils avaient 2h pour s’échapper et revenir sans alerter la propriétaire de son passager. Nickel tant et autant qu’il pouvait passer inaperçu et trouver l’Alfie en question.

Isaac fait craquer sa nuque et s’avance pour entrer de manière naturelle, un demi-sourire accroché en coin. Il n’était pas invité donc discrétion était d’ordre. À sa joie, il réussit à s’introduire sans créer de vagues, quelques regards en biais, méfiants, mais rien de plus. Se fondant dans le décor, il cherche des yeux son passager de fortune. Le sang-mêlé portait une veste et un foulard au cou, marque de recognition pour celui qu’il cherchait des yeux de manière la plus normale qui soit, restant décontracté autant qu’il le pouvait. Le plus vite il trouverait Alfie, le mieux ça serait. Il n’était pas ici pour causer du trouble, mais le plus longtemps il était exposé, le plus inévitable des gens voudraient l’accoster par curiosité et personne ne voulait cela. Il n’était pas dans le mood de dealer avec des sorciers se pensant mieux que les autres. Il allait mener à bien cette tâche et c’était tout. L’engagement ne comprenait rien d’autre et il comptait à ce que ça reste de même. Si on le provoquait, il ne savait pas se contrôlerait ou il connecterait son poing avec le nez de l'un des clients. Il était sur les nerfs et il n'aimait pas ça. Il se force à se relaxer et redouble d'efforts à trouver son passager du soir.
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 1301
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : Hela

Age : 36 ans
Sang : Moldu
Statut : Asservi
Dialogue : #336699
Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris! Quand Kark est mort, Alfie était très heureux. Mordu à la Tour des médias par le garou Blackburn, il kiffe (non) et a depuis des pulsions de violence et pour la viande crue qui ne lui attirent pas que des amis.
Re: The Fight Club - Alfie
ce message a été posté Jeu 10 Mai - 20:31
Est-ce qu’il pouvait dire que sa vie, c’était de la merde ? Alfie en était à ce niveau de réflexion quand une voix bien connue l’appela auprès d’elle. Cette voix, c’était bien sûr Arsenia, sa propriétaire. Celle qui le détenait. Et même si cela faisait un moment qu’Alfie faisait partie de la Nouvelle Inquisition, il avait vu les changements sur sa vie d’esclave. A savoir qu’il était toujours esclave. Quand sa maîtresse l’appelait, il était toujours censé accourir comme un brave toutou. Alors est-ce qu’il pouvait dire que sa vie c’était de la merde ? Assurément, oui.

« Oui ? » fit-il, le plus sobrement possible, une fois arrivé auprès de sa maitresse ? Celle-ci s’était déjà à moitié détournée de lui, trop occupée à converser, et lui demanda d’aller chercher un objet dont il se foutait royalement dans un endroit dont il se foutait royalement. Car sa maitresse était une figure que l’on ne pouvait pas manquer au Boutefeu. Avec sa crinière de feu qu’il avait toujours peur de croiser au détour d’une mission ou d’une action faite avec sa faction. Il la savait Mangemort, le bruit avait couru, et même, elle ne cachait pas sa marque. Pourquoi le ferait-elle ? Il hocha la tête, avisa justement l’encre visible sur le corps de la sorcière, avant de se détourner au moment où elle claqua sa main sur la surface plane du bar auquel elle était accoudée dans un geste qui trahissait ô combien elle se sentait à l’aise en ces lieux.

Derrière Alfie, un rugissement soudain. Les deux combattants venaient de rentrer dans l’arène. Il n’en connaissait aucun, ce soir. C’était de plus en plus rare : mais à chaque fois, il avait peur de voir l’un de ses comparses – pire, amis – se faire laminer la gueule dans cette arène surpeuplée de sorciers douteux, prompts à faire des paris sur le premier sang versé.

Pauvres tâches.
On se serait cru à l’Antiquité grecque. Et c’était bien connu : les grecs étaient débiles. Et les romains c’était pas mieux. C’est bien pour ça qu’il restait pas grand-chose de leur culture (ô Alfie, si tu savais…)

Toujours était-il qu’il fallait qu’il trouve ce putain de parchemin chelou qu’elle avait laissé quelque part en arrivant, une heure auparavant, et qu’il lui ramène ça fissa. Car il avait pas que ça à faire – c’est ça le pire.

Même en tant qu’esclave, des fois il avait des moments de liberté. Des moments volés à sa condition d’esclave, mais même là, cette liberté avait un coût. Il n’était pas totalement libre, et même là, ce soir, il devait aller à Vivecime. C’est là que les choses se compliquaient. On lui avait dépêché un sorcier-transport ; mais comment le reconnaître avec toute cette foule vociférante ? Alfie jeta un œil aux alentours, aux aguets, mais rien ne lui sauta aux yeux. Personne pas à son aise. Peut-être son transport se dissimulait-il (de manière totalement sexiste, cela lui parût inconcevable qu’il s’agisse d’une sorcière. Il avait beau être là avec Arsenia, elle restait une pirate et en ce sens bien plus intimidante que trois hommes armés jusqu’aux dents) ? Si c’était le cas, il fallait attendre qu’il le trouve, et non pas l’inverse.

Alfie traversa la foule, revint sur leurs pas en direction du vestiaire non loin de l’entrée (ou du moins l’espèce de retranchement où certains sorciers pouvaient mettre leurs affaires) et demanda à la moldue qui bossait ici – elle avait toujours un air mi-deerinthehighlights mi-dégoutée – s’il avait vu ce qu’il cherchait. Elle hocha la tête, lui pointa un coin derrière le comptoir du menton. Il la remercia d’un grognement et se mit à chercher. Quelques minutes plus tard, il fendait à nouveau la foule. A quelques mètres seulement d’Arsenia, il entendit un son sur sa gauche, dans le renfoncement. Un coup d’œil le fit croiser le regard d’un homme qu’il avait sûrement déjà vu quelque part, mais impossible de savoir où, ou quand. Alfie écarcilla les yeux, prêt à répondre, mais Arsenia l’avait entre-temps repéré. Bah alors Alfouille qu’est-ce que tu fous ? Il ne savait même plus s'il avait vraiment entendu la voix de sa maîtresse, mais ce fut tout comme.

Merde.

Il baissa le regard et rejoignit sa maîtresse, manquant de renverser une vieille sorcière à l’air revêche qui lui semblait s’être perdue jusqu’à ce qu’il croise son regard complètement taré. Pour un peu, il en rirait nerveusement. Oh putain.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

LITTLE WHITE LIES ▬ You can stand on the edge shouting out that you're ready to change ready to change ; you can say what you want, you won't jump, you're not ready to change | ©️ Vent Parisien



Batteur d'octogénaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 265
Date d'inscription : 23/09/2017
Célébrité : Matthew Mercer
Crédits : Moi-même

Double compte : Lodrick

Age : 36
Sang : Sang-Mêlé
Epouvantard : Ses proches se faisant torturer, tuer lentement
Dialogue : #0394E8
Re: The Fight Club - Alfie
ce message a été posté Mer 6 Juin - 22:04
Il pouvait entendre la clameur de l’arène, accoté sur un mur plus loin. Des sorciers encourageant leurs favoris et hurlant la défaite de l’adversaire. L’alcool coulait déjà à flots et les paris aussi. Isaac assourdit le bruit mentalement et observe attentivement, à la recherche de son passager de fortune. Il ne se sentait pas à l’aise au Boutefeu et avait hâte de sortir. Ça faisait remonter des vestiges du passé dont il ne préférerait pas se rappeler, des traces d’une autre vie, d’une autre époque. Le sang-mêlé ferme les yeux un instant pour supprimer ses pensées cyniques. Il n’avait pas le temps de se perdre dans les ruines d’une section oubliée de son enfance. Il avait le problème de trouver Alfie Lockwood dans une mer d’inconnus à moitié éclairée. Le sang-mêlé se pince l’arrête du nez avec irritation, le sentiment d’anticipation ne se dissipant pas. Sa mère s’était battu dans les rings de combat underground quand il était un kid, chaque affrontement dans un circuit différent. C’était un risque occasionnel pour gagner de l’argent rapidement et discrètement. Bien qu’ils ne dépensent très peu, équipement et trousse de soins  étaient essentiels pour leur survie. L’électricité dans l’air rappelait ces rares fois où Isaac avait vu sa mère démontrer son talent de guerrière à son plein potentiel. Se concentrant doublement sur la tête de Lockwood, il finit enfin par le trouver et croiser ses yeux. Isaac se détache du mur pour rejoindre son passager avant  qu’il se tourne brusquement. Suivant des yeux Lockwood, il voit non loin la propriétaire du Boutefeu et la maîtresse d’Alfie. Le sang-mêlé se fond rapidement entre les spectateurs pour garder un oeil sur son passager sans faire de vagues, discrètement. Observant Lockwood presque trébucher sur une vieille, il intervient pour que son passager puisse se sortir de ses responsabilités sans problème. Isaac lui lance un regard qui en disait long avant de s’occuper à distraire l’obstacle.
Contenu sponsorisé
Re: The Fight Club - Alfie
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres