AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un sorcier vaudou avec le frère aîné de Calypso Layibadé, Kayin Layibadé Twisted Evil
Des scénarios en folie
Viens refaire le portrait aux sorciers avec la grande sœur de Salazar Sabordage, Madison Phillips
Des scénarios en folie
Prouve que t'en as autant dans la cervelle que dans le portefeuille avec le petit frère d'Armel Zabini, Alix Lancaster Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 8:08

Spoliatis arma supersunt
À QUI EST DÉPOUILLÉ, IL RESTE LES ARMES

Hélios C. Kark, Hija Sabordage, Joaquim Cervera-Bernal, Nero Callaghan, Odin Sabordage, Olivia Vaisey, Salomé O'Ryan, Varian Dolohov

Sainte-Mangouste, 15 avril, 17h30
« Bah Bill, qu’est-ce que tu fous là ? » articula le pacificateur en dévisageant la mine patibulaire de son coéquipier. La surprise de le voir ici l’avait fait quitter l’ancrage confortable du fauteuil dans lequel il “montait la garde”.  « T’es pas Billy. C’est pas à toi de venir, Bill. C’était à Billy.  
-Billy ? » Interrogea le colosse avant qu’un éclair de compréhension agite les traits grossiers de son visage. « Aaaah ! Tu parles de l’autre tarlouze de Billius Sombremine ?
- Bah ouais Billy quoi. Il aime pas qu’on l’appelle comme ça le Billius. Il est con Billy, hein Bill ? » Bob fut alors agité d’un rire plus gras que le plus gras des welsh, grave et tonitruant ; il semblait agité tout entier le hall désert de Sainte-Mangouste. Mais un rire qui s’éteignit trop vite, bien trop vite, faute d’être partagé par Bill. Le sorcier qui pourtant ne pouvait demeurer de marbre face aux plaisanteries décapantes de son comparse, affichait une mine grave. « Bah Bill, qu’est-ce qu’il t’arrive Bill ? »
« Il y a, Bob, que l’autre Billy-Billius, il s’est pas pointé à son service depuis deux jours. Et du coup Bob, qu’est-ce qu’il se passe quand Billy-Billius est pas là ? On appelle qui ? Bill !  C’est Bill qu’on appelle, Bob. Sauf que moi, Bob, bah j’avais des plans. »
« Des plans, Bill ? »
« Des plans, Bob. »
« Mais quels genres de plan, Bill ? »
« Des trucs pas très réglo, Bob. »
« Non, Bill. T’as quand même pas viré ta cuti ? Tu fricottes pas avec les piafs ? » Cette accusation faisait écho aux rumeurs de traitrises dans les rangs du ministères, mais aussi dans ceux plus secrets des mangemorts. Bill et Bob appartenaient à ces deux arcanes, mais peut-être que Bill avait dévié.
« Virer phénix, Bob ? Et puis quoi encore, Bob ? Plutôt encore virer pédé, ça me ferait moins mal au cul, Bob !   » Enfin Bill dissipa la grise mine emprunté à Billius et  cette fois-ci ce furent bien deux rires qui firent trembler le hall de l’hôpital dont les deux pacificateurs devaient assurer la sécurité.  « Mais du coup, qu’est-ce que tu devais foutre Bill ?
- Bah justement Bob… Mon congé je devais le passer chez les Laoibadu LaAIIbodi… Les layibadi… ‘fin aux putes quoi. » Loin de blâmer le manque de morale de son compagnon de toujours, Bob lui adressa un sourire appréciateur. Lui aussi avait pour ambition d’écouler ses maigres économies au Mangrove.
« Mais à cause de l’autre tantouze de Billy-Billius Sombremine, t’es coincé avec moi à surveiller les sans-dents se faire soigner, Bill...
- C’est ça, Bob.  
- J’espère que l’autre gland avait une bonne raison de pas venir, Bill.
-J’espère qu’il est au moins mort, Bob. » Ils rirent de bon coeur, ignorants que ce voeu pieu avait déjà été exaucé.
***


Vivecime, 17 avril, 18H30
Y’a quelqu’un?” Pas de réponse. Alexei n’était pas tellement d’humeur à s’éterniser ici aujourd’hui. Avec l’arrivée des beaux jours, Phil l’avait invité à une petite soirée tranquillou pépère et il a vraiment envie d’y aller pour se changer les idées et de rompre la monotonie de son quotidien. A l’invitation, il a juste répondu qu’il avait quelques trucs à régler avant, et Phil l’avait salué avec un A tout à l’heure enjoué. Il relance son appel tout en faisant quelques pas dans le vestibule aux murs sombres, quand il entend un raclement de chaise. “Aaah, Alexei ! Je me disais bien que j’entendais un truc à l’entrée. Ca va mec ?” C’est un grand moldu à l’allure dégingandée qui lui parle, un fusil d’assaut à portée de main, posé contre le mur. Il lui fait signe de rentrer. “J’étais en train de cuisiner un truc pour ce soir, tu veux quelque chose ?” Alexei secoue la tête “Nan, c’est juste la routine. Rien de nouveau ?” fait-il en désignant la pièce du fond. Son interlocuteur, en tant qu’Inquisiteur, était chargé de la protection et des soins quotidiens d’Oliver Durham. “Hm. Non tu penses bien. Ca fait des mois que ça dure cette connerie…” Le sorcier baisse légèrement la tête, gêné. “Ouais je vois… Sinon euh, pour la prochaine mission, ça va toi ?” Le changement de sujet parait bienvenu à son interlocuteur dont le visage s'éclaire un peu plus. “Bah écoute ouais, ça va être pépouze à côté de la Tour des Médias tu sais.” “Ouais c’est vrai. Ca va mieux ta jambe toi ? Je pense pas que Jane t’aurait dit de venir si c’était pas le cas mais…“ Il laisse sa phrase en suspens, triture nerveusement sa baguette. Penser à la mission qui les attendait lui procurait toujours un sentiment d’incertitude. Le moldu, en face d’Alexei, est retourné dans la cuisine et le sorcier doit s’enfoncer un peu plus dans l’espace étroit pour pouvoir continuer la conversation. “Ouais ça va Alexei, t’en fais pas ! T'as raison sur ce point, Jane risque pas nos vies pour un oui ou pour un non. C'est quand même cool de sa part.” Le silence répond au rire bref du moldu, alors qu'il reprend le couteau qu’il avait lâché pour continuer à couper la carotte laissée en plan sur la table de la cuisine. Le silence se poursuit encore un peu, provoquant presque une gêne entre les deux. “Tu veux aller voir Durham ? Tu connais le chemin” fait-il en pointant la porte du fond. Alexei observe la chambre pendant un moment, repense à l’apéro. Bizarrement, ce dernier était beaucoup plus tentant que le fait d’aller observer un légume dans des draps changés tous les trois jours. “Nan c’est bon. Bonne soirée mec !” Un sourire lui répondit. Alexei jette un dernier coup d'oeil à la porte du fond, et s'en détourne. Allez, plus que deux trucs à faire et il peut aller se la boire, sa bière !
***


Avalon, 18 avril, 8H30
« Sommes-nous bien certains de la fiabilité de cet informateur ?» La voix grave  avait tonné dans l’air, alors que tous les ténors du ministère observaient jusqu’ici un silence pesant. Parler c’était ancrer dans la réalité ce qui venait d’être dit. Pourtant, les mages, tous à la tête de départements, en avaient connu des revers. Tous - ou presque - avaient connus les affres des Guerres Civiles, et chacun avait éprouvé avec force et désarrois la perte non pas d’un mais de deux leaders. Pour autant, la nouvelle qu’on venait de leur annoncer les estomaquait. Plus que de l’expérience, il fallait goûter à l’inhumanité la plus totale pour ne pas ciller après un coup pareil. Encaisser, parler après. Celebor Selwyn avait passé sa carrière à gérer incidents et mésaventures. Plus que son sang, c’était sa promptitude à intervenir efficacement qui l’avait hissé à la tête du département des accidents et catastrophes magiques. Qu’il soit sang-pur et issue de la branche la plus respectable et mangemort de la première heure avait également été  un plus indéniable, mais n’enlevait rien à son mérite. Aussi, personne ne fut surpris qu’il soit le premier à prendre la parole. Le sorcier sentit toutefois le regard incisif d’Harmakhis Lagides le traverser. Nul doute que l’Egyptien avait déjà la réponse à toutes les questions que les membres du conseil avaient à poser. La main mise du Lagides sur la fille de Mervyn Kark s’était raffermie, en bon stratège le sang-pur avait su cerner la cheffe mangemort, sans violence, ni siège, mais en se rendant indispensable. Ainsi, même après la libération de Wilfric Mulciber et son retour au ministère, Harmakhis avait conservé son poste clé dans le conseil ministériel. « Oui » avait répondu placidement Arutha Kark. Son visage grave et pâle, était comme un miroir déformé de sa colère sourde. Mais l’aîné de Mervyn Kark se battait, pour ne pas offrir le spectacle que ces vieux débris et sa traîtresse de sœur attendaient qu’il offre. Ils n’attendaient que ça, cherchaient même à le provoquer, ce raz-de-marée de rage qui leur donneraient une raison de lui nuire, de le chasser. Non, Arutha Kark ne leur offrirait pas ce soulagement. Aussi, il avait écouté sa sœur narrer point par point les informations que Billus Sombremine avait collecté. Il leur avait fallu plusieurs jours pour confirmer cette piste, avant de pouvoir présenter un état de la situation plus que critique au conseil. « Les phénix et leurs moldus prévoient bel et bien d’attaquer Londres, ce 20 avril. » Un nouveau silence s’installa alors que chacun méditait la question que la fourchelang n’avait même pas eu besoin de prononcer : que faire ?


«Londres n’est plus qu’un vaste taudis, ne pourrait on pas...
-l’abandonner à son sort ? » avait achevé l’Egyptien dont le timbre mesuré laissait entrapercevoir un habile reproche. Pour autant un seul coup d’œil à l’assistance suffisait au Lagides pour comprendre que plusieurs chefs de département partageait l’opinion de Cerebor. Londres appartenait au passé, quinze ans après le projet Filet du Diable, la cité portait encore les stigmates mortels de la victoire mangemort. « Si Londres n’est plus fréquentable, elle n’en reste pas moins habitée, par des sorciers, par des innocents. » Encore une fois la Poufsouffle n’eut pas à ajouter le sous-texte derrière ses propos. Il était de leur devoir de les protéger, en tant que ministère, et en tant que mangemorts : protecteur de l’ordre et de la nation tout entière. Arutha mettait tout sa concentration dans les muscles de son visage pour éviter de grimacer en entendant les mièvres propos de sa cadette. Plus compliqué encore, il dut s’astreindre à aller dans son sens :  « Il semblerait par ailleurs, que les terroristes n’entendent pas attaquer pour attaquer mais pour conquérir. » Cette fois-ci pas de silence, pas d’autodiscipline chez les éminents mages qui déjà prenaient tous la parole pour faire part de leur indignation. « C’est ridicule ! Comment escomptent-ils faire cela ? Conquérir tout une ville ! Taudis ou pas taudis, Londres reste immense ! »

« Nous pensons qu’ils pourraient utiliser tout un système runique qu’ils déploieraient pendant l’attaque. Notre source est en ce moment en train chercher les informations qui nous manquent.»  Tout du moins Arutha l’espérait. Billius Sombremine n’avait plus donné de signes de vie depuis trois jours déjà. Une information que le Kark préférait conserver pour lui et lui seul. Une nouvelle vague de d’exclamations agita l’assemblée, alors que chacun tentait d’exposer à l’autre quel était à son sens la meilleure des solutions. Certains étaient partisans de laisser la ville croupir. Ce n’était qu’un nid à moldus, sang-de-bourbe et racailles de la pire espèce, que les phénix se débrouillent avec la lie de la société. D’autres, exhortaient le chef du département de la justice magique, et le chef des pacificateurs à agir au plus vite. Il fallait déployer plus de troupes, faire capoter l’opération, les dissuader, et anéantir leur tentative d’attaque dans l’œuf. Et puis, il y eut Harmakhis, jusqu’ici silencieux, laissant à ses pairs tout le loisir d’exposer leurs théories pleine de failles, pour mieux faire ressortir tout le brillaud de son plan d’action. «Je pense que nous devrions les laisser attaquer, mais pas pour leur céder Londres. Nous n’avons fait gagner bien trop de terrain à ces terroristes. Non, utilisons cette attaque contre eux. Laissons le piège qu’ils veulent nous tendre se refermer contre eux. » Le silence régnait de nouveau, alors que l’ensemble des mages prêtait une oreille attentive à la stratégie Lagides. Puisque les terroristes voulaient Londres, alors ils en feraient leur tombeau.

Gringotts, 20 avril, 14H15
Malgré la chaleur écrasante de ce jour d'avril 2047, Philibert Fanchon n'avait pas eu la foi de se séparer de son couvre-chef. Son crâne chauve se serait senti trop nu sans son cher feutre, allié de ses sorties dans les grandes villes sorcières. Il fallait dire que la dernière fois qu'il avait quitté les pâturages rassurants de Bourg-Palette, il avait terminé en position fœtale sous un buffet ... Et il restait persuadé que c'était à ce chapeau qu'il devait d'être resté en vie et en un seul morceaux. A lui et à son veston du dimanche, lequel s'étirait actuellement sur son ventre proéminent. « Hé ! Regarde où tu vas, le nabot ! » gronda l'homme qu'il venait de bousculer par inadvertance, pressé qu'il était pas la foule dense. Il le dominait de deux bonnes têtes et arborait la mine patibulaire des habitués du quartier. Entre ses lèvres, une pipe exhalait des bulles colorées parfaitement assorti à la crête arc-en-ciel qui pointait sur son crâne. « Ex ... Excusez-moi ... » Le Chemin de Traverse avait beau avoir été rénové après le projet Filet du Diable, il n'en restait pas moins que la communauté qui le peuplait n'était pas toujours très ... Fréquentable. Quoi qu'il ne fallait pas trop se plaindre, quand on voyait l'état du reste de ce qui fut la capitale moldue Anglaise, entre ruines et ghettos, ils étaient toujours mieux lotis que d'autres. Du point de vue du commerçant, en tout cas.

Tandis que l'étrange sorcier continuait sa route, Philibert ne se fit pas prier pour reprendre la sienne. Déjà nerveux, il pressa encore davantage le pas sur ses petites jambes. D'ordinaire, c'était Matthew qui effectuait cette course mensuelle et lui restait à l'abri de sa boutique. Sauf que son fils était parti en voyage de noces, aussi ne restait-il que lui pour s'acquitter de cette tâche qu'il jugeait ingrate, étant donné les circonstances.

Bien qu'en nage, il ne fut pas mécontent de voir enfin l'entrée de Gringotts se dessiner devant lui. « Enfin ... » soupira-t-il, retirant son feutre en entrant dans la fraîcheur de la banque. Les gobelins ne lui accordèrent pas la moindre attention. Mal à l'aise, il essuya la sueur perlant sur son front à l'aide d'un mouchoir sorti de la poche avant de son veston. « Bonjour, je viens déposer de l'argent dans mon coffre et ... » « Nom. » La créature derrière le guichet à la voix grinçante, la plume grattant le papier, ne daigna pas son nez crochu vers lui. « Fan ... Fanchon. Philibert Fanchon. » « Baguette. » Plus rouge qu'un bébé abandonné sur une plage, l'homme se mit à chercher frénétiquement dans ses poches. Il l'avait bien prise, au moins ? Oui ! Mais ! Non ! Et soudain, Philibert pâlit. « J'ai ... J'ai perdu ma baguette ! » Le type ... Celui qu'il avait bousculé ... Il ... Non ! Si ! Peu concerné par la catastrophe qui frappait l'humain, le gobelin reprit : « Pas de baguette, pas d'accès au coffre. » Au comble de la panique et du désespoir, le commerçant s'empressa d'essayer de négocier : « Mais on me l'a volé et je dois rentrer à Bourg-Palette et c'est un long voyage vous savez et je vous dédommagerai et ... » Ce fut à ce moment-là qu'il perçut les bruits de chahuts à l'extérieur, quelques secondes avant qu'une sirène ne retentisse dans la banque. L'instant d'après, fenêtres et portes disparaissaient sous d'épais doubles murs de briques.

Sans qu'aucun gobelin n'ait cillé, contrairement aux sorciers présents dont les murmures d'incompréhension se muaient en peur. Que se passe-t-il ? Que font-ils ? Pourquoi nous enfermez-vous ? hurlaient plusieurs voix à l'unisson, se répétaient, enflaient, au bord de l'explosion. Une rumeur dissonante qui dut agacer l'interlocuteur de Philibert, puisqu'il se résolue à abandonner son parchemin et à lever ses petits yeux noirs vers l'assistance. « Londres est attaquée. Le système de protection s'est déclenché. Nous sommes confinés ici jusqu'à nouvel ordre. » Les mots résonnèrent à travers la salle, amplifiés tel un sonorus informulé. Puis, la créature retourna à sa paperasse, comme si de rien n'était. Au-dehors, ce qu'ils avaient pris pour un léger remue-ménage de fin de journée ressemblait désormais davantage à des échauffourées. Et c'en fut trop pour Philibert. Ses globes oculaires se révulsèrent avant qu'il ne parte en arrière et ne s'étale de tout son long. Toutefois, le feutre, lui, resta fermement accroché à ses doigts.

L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 8:08
Règles


Une aube rouge se lève, beaucoup de sang a dû couler cette nuit… SBAFF ! Laissons l’elfe platine a ses observations sinistres, et inaugurons dans la joie et l’hémoglobine ce premier event de la saison 2. Mais avant de s’entretuer, il convient de se remémorer quelques règles, et d’en découvrir de nouvelles !

Les attaques :
ϟ Vous n’avez droit qu’à 1 attaque par rp. Par attaque on veut dire, sort offensif, coup de pied ou autre, potions ou usage d’artefacts pouvant nuire à vos ennemis. Et par nuire, on n’entend pas seulement le blesser mais également le bloquer dans son avancée.

ϟ L’usage des sorts défensifs est interdit. Pourquoi ? Cela ralentit le jeu et n’apporte pas grand-chose. Toutefois lorsque votre ennemi n’a pas de chance avec le dé et que le sort n’atteint pas sa cible, vous pouvez tout à faire dire que votre personnage a lancé un protego au bon moment pour contrer le sort.

ϟ Pour chaque action offensive lancée, vous devez vous servir du dé. Mais pas forcément pour dire si elle fonctionne ou non. Vous êtes libre d’adapter ces lancers comme bon vous semble. Cela dit, si dans chaque proposition de dé vous vous retrouvez gagnant, et ce à chaque tour, nous sommes en droit de vous demander de changer. Ce système ne peut fonctionner que si tout le monde fait preuve de fair-play. Nous vous rappelons que l'usage d'une potion autre qu'une potion de soin est une action offensive.

ϟ Quant aux sorts accessoires, tels que « Accio », « Lumos », ou encore « Nox », ils ne sont pas réglementés. Vous pouvez en utiliser autant que vous voulez, sans avoir à lancer le dé. Mais attention, un sort accessoire ne doit en aucun cas être détourné en sort offensif. Créer un éboulement pour bloquer le passage à vos ennemis, c’est une attaque. Un sort accessoire ne doit pas être un moyen pour les grosbills de lancer plusieurs attaques par tour.

ϟ En ce qui concerne les sorts de soin, le dé est également obligatoire, et déterminera la réussite du sort ou non. Là encore, le bon sens est de rigueur. Ce n’est pas parce que les dés sont gentils avec vous que votre personnage inculte en matière de médicomagie pourra se guérir entièrement. Cette règle ne s’applique pas aux médicomages titulaires, ainsi qu'aux potions de soin qui peuvent être utilisées sans lancer de dé.

ϟ Petit rappel : vous n’avez pas le droit d’acculer complètement votre adversaire dès le début de l’event. Qu’entendons-nous par acculer ? Et bien, par exemple, c’est lui prendre sa baguette et la briser en mille morceaux. Cela paralyse complètement le joueur ! Acculer, c’est aussi le laisser pour mort dans une mare de sang. Comment voulez-vous qu’un personnage agonisant puisse continuer l’event dans cette situation ? Vous êtes libres de vos actes, tant que ces derniers n’entravent pas trop la liberté de vos camarades de rp. On ne vous dit pas de vous faire des bisous, ni qu’à la fin de l'event il faille que le plus gros bobo soit une entorse et un gros bleu à la fesse droite ! Non, on vous dit seulement d’attendre les derniers tours de l’event pour mettre vraiment K.O vos adversaires. Commencez doucement pour pouvoir mieux terminer en beauté !

ϟ N’oubliez pas que la magie noire ne s’utilise pas comme un petrificus totalus. Elle est difficilement contrôlable, peut se retourner contre son lanceur et, surtout, laisse des séquelles à vie. Alors réfléchissez avant de lancer un feudeymon pour tuer tout le monde. Le sectumsempra est quant à lui interdit.

Contribuer au bon déroulement de l’event
ϟ N’oubliez pas de faire un résumé de vos actions à chaque fin de post ! Pour rappel : en plus de vous encourager à faire court, nous vous demandons d'inclure, à la fin de chacun de vos rp, la liste des actions de votre personnage. Si certains membres ont posté avant vous, il faudra également reprendre leurs listes et “intercaler” vos actions entre celles des autres personnages, afin d’avoir un résumé global de toutes les actions qui se sont déroulées dans ce tour, par qui et dans quel ordre.

ϟ Chaque rp de votre PNJ sera suivi d’un message explicatifvous donnant des indications sur la marche à suivre, posant ou levant des limites à vos personnages. Merci de lire attentivement ces messages, pour bien prendre connaissance des informations qu’ils recèlent. Si ces dernières s’avéraient ne pas être claires, rappelez-vous que vous pouvez poser vos questions dans ce sujet.

ϟ Prenez bien le temps de tout lire avant de vous ruer pour poster votre rp, afin d’éviter les erreurs et l’intervention des admins pour les corriger. Un event demande au staff une surcharge de travail considérable, nous vous appelons donc tous à faire preuve de modération et de réflexion afin que l’animation puisse se dérouler correctement.


Vous êtes tous bien accrochés à vos claviers ? Let’s go !
L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
La Duchesse
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 92
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Rachel Weisz
Crédits : Kim

Age : 45 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Mariée à Brashen Kark
Métier : Présidente de l’Union des Sang-pures Actives // Co-leader des mangemorts
Baguette : 25 cm, bois d'aulne et crin de licorne.
Dialogue : [color=khaki] [/color]
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 14:50
« Premier tour »
Calliope Kark & Scarlett Fuller


« Putain ! C’est foutrement sinistre ! » avait lâché sans filtre Scarlett Fuller alors qu’arrivée au croisement de ce qui restait Shaftesbury Avenue, la sang-mêlé toisait les ruines de Piccadilly Circus. En lieu et place de la très touristique fontaine des chevaux d'Hélios, un cratère béant. Seules quelques marches demeuraient, comme une invitation à grimper pour mieux sauter dans l’abîme. Des hideuses illuminations qui inondaient de lumières et de publicité la place, il n’en restait que le spectre. Tout n’était ici que silence et désolation, à l’image de Londres tout entière. Dix-sept ans qu’elle n’y avait pas refoutu les pieds, dix-sept ans maintenant qu’elle avait dit au revoir à son gosse pour se lancer dans une bataille sans espoir. Dix-sept ans qu’elle avait perdu la moitié de son clan. Une éternité, et pourtant face au Criterion Theater, elle éprouvait pleinement leur perte comme si c’était hier. Mais la Fuller n’avait pas le loisir de s'appesantir sur ces sentiments houleux que la ville en ruines ravivait en elle. Non, elle avait une mission. Reprendre Londres rien que ça. Armée de runes, et bien accompagnée, il fallait ferrer l’ancienne capitale. Pour cela elle pouvait compter sur Joaquim toujours efficace, en toutes circonstances. Les deux Sabordages sans l’égaler savaient se montrer dégourdis, la réputation trouble de la famille de pirates se présentait comme un atout pour l’objet de leur mission. Et en plus de tout ça il y avait Nero. En mère, Scarlett connaissait tout à la fois les qualités et les défauts de son engeance, ce qui la poussait à lui lancer régulièrement des regards courroucés, quand elle ne verbalisait pas directement ses craintes par des injonctions : « Fais pas le con. » Ne fais pas capoter la mission, ne te fais pas tuer.

S’avançant à pas mesurés, baguette au poing, les phénix étaient à l’affût du moindre mouvement sur la place en apparence déserte. Le soleil trop cuisant pour un après-midi de printemps brûlait leurs nuques et brouillait leur vision. Elle avait bien fait de revêtir son short le plus court, et sans doute celui insultant le plus la bonne morale sang-pure. « Les Criterion’s devraient être logiquement retranchés dans l’ancien théâtre.» rappela la sang-mêlée. Car c’était bien là tout le cœur de leurs missions : les Criterion’s. Ce gang de malfrats régnait sur le quartier, et leurs commerces tentaculaires commençaient à s’étendre dans tout Londres, les rallier c’était récupérer la capitale toute entière. «Du coup, on rentre dedans pour les débusquer ? » questionna son benêt de fils qui suait à grosses gouttes. Scarlett le suspectait de vouloir proposer de mettre le feu au théâtre pour faire sortir les malfrats plus vite. « Et on active leurs systèmes de sécurités et autres pièges ? J’ai pas signé chez les phénix pour crever la gueule ouverte, Nero. Et certainement pas en plus pour finir tuée par des types qui ne sont même pas des mangemorts. Non, on tente d’engager des pourparlers.» D’un coup de baguette magique, Scarlett amplifia légèrement le son de sa voix, et articula avec soin les mots choisis avec Jane : «Londres tombe sous le contrôle de l’Ordre du Phénix, nous avons déjà plusieurs alliés dans la ville, nous souhaitons engager des pourparlers. » Une brise agréable traversa la place, soulageant un instant les cinq phénix. Puis plus rien, juste le soleil assommant, et le bruit grisant d’affrontements un quartier plus loin. «Je propose qu’on…
Tutututuutu tu ne proposes rien du tout, et tu restes tranquille. S’ils ne nous ont pas encore canardé de sorts, c’est qu’ils considèrent notre requête. »

Une demi-heure s’écoula sans qu’il ne se passe rien. Scarlett s’était donc attelée à graver les murs des bâtisses en ruines quelques runes de la pointe de sa baguette. Elle achevait un glyphe lorsqu’une ribambelle de cracks retentit dans l’air. Les Criterion’s ? Non. Les mangemorts.« Calliope Kark » articula Scarlett en lançant un regard mutin à celle qui avait été son ancienne élève à Poudlard. La fille de Mervyn Kark était accompagnée de quatre mangemorts pas bien vieux, sans doute du même âge que Nero. « Fuller » cracha la fourchelang, prouvant en même temps qu’il était possible d’exprimer tout le mépris du monde en seulement deux syllabe. « Oh mais Callie-Jolie, pour toi c’est Professeur Fuller. » Un sourire narquois étira les traits de la sang-mêlée. Un sourire que la pourtant calme Calliope voulait voir disparaitre. Peu de sorciers en ce monde était capable de faire sortir de ses gonds l’ancienne poufsouffle. Scarlett Fuller en faisait partie. La chaleur caniculaire n’invitait ni au calme ni à la mesure. Mais la Kark ne devait pas dévier de la voie qu’ils s’étaient tracé, stopper l’ennemi, le piéger. Un enjeu d’autant plus important qu’elle était accompagné d’enfants : Varian, Hélios, Salomé, et Olivia. Les quatre mages avaient passé le cap des ASPIC depuis longtemps, et pourtant la fourchelang qui les avait vu grandir, les revoyait encore dans leur barboteuse. Protectrice et maternelle, comme elle aurait aimée qu’on le soit avec ses propres enfants face à de tels périls, Calliope et son escouade avaient patrouillé dans divers lieux stratégiques de Londres. De transplanage en transplanage, ils s’efforçaient d’alerter la population pour qu’elle quitte la ville en fuyant les combats tout en débusquant les terroristes. Jusqu’ici, ils n’avaient été confronté qu’à des londoniens mécontents de quitter leurs demeures. « Capturons-les ! »



«Informations»

Contexte général
ϟ Mangemorts : Vous avez été prévenus la veille qu'une mission à Londres vous attendait, les terroristes comptant envahir Londres ce 20 avril. On vous a bien motivés à défendre votre patrie et voilà, on vous a débarqués dans ce cloaque de l'ancienne capitale moldue avec pour but principal de protéger Londres de l'invasion rebelle.

ϟ Phénix et Nouvelle Inquisition : Vous, en revanche, vous préparez cette mission depuis plusieurs semaines. Jane et ses conseillers - dont des membres du Conseil de la Nouvelle Inquisition - sont tombés d'accord sur le fait que Londres était un point stratégique. Des actions ont été menées en amont pour faire de Londres un nouveau fief de la rébellion et aujourd'hui, c'en est la dernière étape ! Par contre, la rébellion ignore que les Mangemorts sont au courant et qu'ils vont tenter de leur couper l'herbe sous le pied.

Contexte de groupe & organisation spatiale

ϟ On est où ? Vous vous trouvez au milieu des ruines de Piccadilly Circus. Quinze ans ont beau s’être écoulé, tous les gravats des affrontements de la bataille de Londres sont encore là. Un cratère béant se trouve en lieu et place de la fontaine Horses of Helios. L’ancienne place de Piccadilly n’en est pas pour autant abandonnée. Un gang de sorciers aux activités douteuses en a fait son quartier général. L’ancien carrefour demeure une plaque tournante d’un commerce flirtant avec l'illégal. L’organisation mafieuse n’a jamais pris parti, cela ne l’intéresse pas. Au contraire, jusqu’ici les malfrats ont profité des troubles provoqués par le retour de l’Ordre et les coups de force de la Nouvelle Inquisition, qui a fait se désintéresser les pacificateurs de leurs trafics illégaux.

ϟ On est censés faire quoi ? Pour les Phénix/la NI, vos objectifs sont doubles: tenter de rallier les membres du Criterion’s à la cause rebelle pour qu’ils aident à maintenir Londres, parvenir à laisser Scarlett installer le dispositif runiques qui va isoler Londres du reste du Royaume-Uni. Pour les Mangemorts , votre objectif est simple : stopper les terroristes.

Équipement et autres modalités :
ϟ Pour les Phénix ou les NI prétendant encore être d’honnêtes citoyens (traîîîtres !) : n’oubliez pas de prévoir quelque-chose pour vous dissimuler le visage une fois le signal lancé ou une fiole de polynectar Wink

ϟ Chaque personnage est équipé d'une potion de soin. N'oubliez pas de l'utiliser au besoin, pour vous ou l'un de vos camarades !

Ce qui se passe dans votre groupe :

ϟ Vos PNJs : Vous serez accompagnés dans cette charmante promenade de santé par Scarlett Fuller fugitive endurcie, cette sang-mêlée au langage fleurie appartient en dépit de son nom et de son sang au clan Callaghan. Archéomage de formation, chasseuse de reliques pour les phénix, elle a une bonne connaissance des runes, et des pièges en tout genre. Elle seconde comme elle peut sa leader et amie Jane Callaghan. Elle est accessoirement la mère de Nero Callaghan. Scarlett est à la tête de ce groupe de phénix. Côté mangemort, vous vous trouvez en la charmante compagnie de Calliope Kark, seconde fille de feu Mervyn Kark, mais également co-leader de la faction Mangemort par intérim, et accessoirement la tante plus ou moins directe de la moitié de ce petit groupe de jeunes.
Vous ne pouvez pas les tuer, ni les blesser grièvement pour le moment. Et il vous faut un double-oui pour les toucher.

ϟ Bon, du coup, keskis'passe ?
Les phénix sont arrivés un peu avant les mangemorts, et tentent de faire sortir les membres du Criterion’s de leur cachette pour engager des pourparlers. Les mangemorts qui jusqu’ici allaient de quartier en quartier pour alerter la population de l’attaque et la faire fuir, tombent en transplanant sur le groupe de phénix.

ϟ Keskonfé ? On s’fout sur la gueule. Allez faites pas vos coincés, on sait que vous êtes tous venus pour ça !

ϟ Fin du tour Ce tour se terminera le lundi 16 avril à 5h du matin (heure française).

Le Roi Lion
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 203
Date d'inscription : 04/01/2018
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : W.

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Esther Baron

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Célibataire
Métier : Duelliste professionnel
Baguette : Son troisième bras, son épée : 34,5 cm de bois d’if, plume d’oiseau-tonnerre, plutôt rigide et droite.
Epouvantard : Sa soeur.
Dialogue : #b3ffcc
Son père est mort, sa soeur a rejoint l'ennemi - Héritier d'Arutha Kark, il ne manque pas d'argent - La magie noire l'a rongée et il cultive beaucoup de remords - Voue une haine féroce à l'endroit de l'Ordre du Phénix
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 18:44
Défendre la patrie pour Hélios a tout d’un rêve d’enfant. Cette fois-ci, il est resté sobre et s’est même échauffé avec Varian la veille. Quelques duels intenses pour se mettre dans le bain, nourrir ses sens et son affinité guerrière. Certes, il s’agit de défendre Londres : une vieille capitale moldue gangrenée par le crime. Néanmoins, là où des innocents vivent, Hélios sait qu’il n’y a plus rien à peser. De plus, il demeure impensable que les Phénix gagnent encore. Que ce soit une ville, un château, une motte de terre il s’en fiche : le Royaume-Uni doit retrouver son honneur.

Par contre, il doit affronter les nouveaux copains de sa sœur. Petit hic. Et s’il refuse de l’admettre, il subit la volonté de Scylla. Alors, il s’est promis deux choses avant de rejoindre sa tante Calliope et les autres. Premièrement : pas de sortilèges mortels. Les autres les tueront à sa place. Deuxièmement : s’il retrouve son jouet, ce Nero, il a juré de lui casser quelques dents. Peut-être le nez. Voir l’émasculer. Mais il le gardera en vie. S’il le faut il feindra l’erreur pour le laisser s’échapper. Par contre, du reste : ils peuvent bien mourir durant le combat ou dans un cachot glauque à Azkaban, il s’en fiche.

D’abord : avertir les civils. Hélios utilise sa présence naturelle pour convaincre le plus de gens possibles de quitter la ville. Ce ne sont que des civils… on doit les préserver du pillage, des règlements de compte et du viol dont les Phénix sont si friands. Qu’ils partent avec leurs objets de valeur et leurs proches… Ils nous remercieront quand on aura sauvé leur chez-soi. Et s’il faut leur faire peur pour qu’ils se décident… La fin justifie les moyens. Heureusement, le Kark peut compter sur la beauté d'Olivia et Salomé pour apaiser les craintifs. Il sait que ces trois-là peuvent être utile de par ce qu’il a entendu d’elles mais… son machisme latent le rend soucieux de l’état dans lequel elles vont se retrouver si les affrontements deviennent trop violents. Ou est-ce plutôt un attachement sincère qui le pousse à envisager les pires ? Peut-être. En tout cas, qu’ils touchent à un seul de leurs cheveux, il s’est dit qu’il ne laissera rien passer. Je dois être fort. Ne pas échouer comme la dernière fois. Plus jamais.

Puis, suite à un transplanage, les voilà. Les Phénix. Ça prend deux petites secondes à Hélios pour que son regard se plante sur celui de Nero. Il le reconnaît. Impossible d’oublier cette paire d’yeux. Cette silhouette. Pendant que Calliope et Scarlett se toisent, le Kark murmure à Varian : « C’est lui. J’en suis sûr. » Avant même que Calliope finisse son Capturons-les, Hélios dégaine sa baguette. Il est chaud bouillant, au moins autant que la météo.

« Retournez en Amérique les dindons ! », dit-il à l’endroit des terroristes. Il se doute que la plupart d’entre eux ne sont pas des Américains et vraiment, sans rancune aux ricains mais l’occasion est trop belle pour leur rappeler l’issue des Guerres civiles. D'ailleurs, il s'excuse intérieurement pour les dindons. Ils méritent mieux que ça. « Flagellus Ignis. » Un fouet enflammé s’allonge le long de la baguette d’Hélios. D’un mouvement ample, le fouet incandescent claque la figure de Nero. Son coup finit par descendre le long du corps d’une autre Phénix – Hija en l’occurrence – venant terminer sa descente ardente. Plus de douleur que de mal mais ça fait une bonne entrée en matière. Le fouet retourne vers Hélios, impatient de continuer sur sa lancée.

Préparez-vous au fail:
 

Résumai:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 18:44
Le membre 'Hélios C. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Les Poupées Russes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1312-varian-dolohov
Messages : 102
Date d'inscription : 08/10/2017
Célébrité : Cody Christian.
Crédits : Firestorm.

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang-pur (Dolohov & Kark).
Statut : Fiancé à Freya Kark.
Métier : Chef de la garde d'Azkaban.
Baguette : 24.3 centimètres, griffe de boogeyman et bois de prunelier.
Epouvantard : Une banshee.
Dialogue : #85c28b


Un Serpentard qui a toujours eu l'âme d'un Serdaigle + Mage noir en devenir + Il a toujours été du genre discret + Il possède son propre sortilège qui le rend très dangereux en milieu clos + Il est capable de se déplacer et de se repérer dans le noir + C'est un soldat qui n'obéit à personne d'autre qu'à son très cher père + Sadique et sarcastique, il est très moqueur. + Sa soeur et son meilleur ami sont surement sa plus grande faiblesse.

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 23:18
Posté sur l’un des toits de la ville, Varian scrutait les alentours, vigilant. L’ennemi, surement présent, n’avait jusqu’à présent pas fait la moindre vague. Au sol, le reste de son équipe se donnait beaucoup de mal à évacuer chaque maison, chaque appartement.  Victime de la chaleur qui régnait sur Londres, Varian se laissa peu à peu aller à rêvasser, repensant sans vraiment le vouloir à sa sœur qu’il avait dû laisser aux mains de leur oncle Arutha. Un oncle en qui il n’avait aucune confiance et en qui il n’aurait sans doute jamais confiance. Malgré cela Varian essayait de se rassurer, se persuadant que Rowena n’avait plus rien d’une petite fille fragile ; Elle avait, après tout, survécu à bien pire que ça… Aussi triste que cela puisse paraitre, Rowena n’avait plus besoin de lui ; elle n’avait jamais eu besoin de lui…

Légèrement agacé par ses propres réflexions, Varian grogna avant de finalement se ramener sur terre. La chaleur, elle lui faisait perdre la tête… elle le déconcentrait… Décidé à rester éveillé, il prit soin de se passer une main dans les cheveux, se débarrassant ainsi des quelques mèches de cheveux qui s’étaient collées contre son front en sueur…  Plus bas, l’évacuation du quartier touchait à sa fin. Rappelé au sol, Varian transplana sur le béton brulant avant de finalement jeter un coup d’œil tout autour de lui. Rien ne bougeait. Tout autour de lui, les rues étaient désertes, tristes, glauques… Très vite, sa tante (et future belle-mère) leur fit part de leur prochaine destination. Une destination vers laquelle ils ne tardèrent pas à transplaner.

Les uns après les autres, les mangemorts réapparurent sur Piccadilly Circus. Se rendant vite compte qu’ils n’étaient pas seuls, Varian resserra ses doigts autour de sa baguette qui ne l’avait pas quitté depuis le début des opérations. Finalement confronté à ses ennemis, Varian réalisa que l’idée de se battre aux côté de Salomé et Olivia ne lui plaisait pas forcément, persuadé que Rowena lui en voudrait si l’une de ses meilleures amies venaient à être blessée… Une pression dont Varian préférerait être dispensé.  Fait chier…

A côté de lui, Hélios perdait doucement patience… Sans même le regardait, Varian sait que quelque chose ne va pas. Limite s’il n’était pas capable de palper sa rage, sa colère. « C’est lui. J’en suis sûr. » Surpris par la déclaration de son meilleur ami, Varian jeta un coup d’œil vers la cible d’Hélios. Pas très grand, pas très imposant, il n’avait rien de bien impressionnant… Une chose était certaine c’est qu’impressionnant ou pas, ce petit fils de sombral n’allait pas s’en sortir vivant…  « Capturons… » Sans attendre la fin des ordres, Hélios attaqua. Pris d’une violente poussée d’adrénaline, Varian réagit attaquant un des phénix qui avait eu le malheur de faire un pas que Varian jugeait hostile… Laissant son regard tomber sur les débris il s'élança.

« Waddiwasi ! » Au sol, un bout de féraille s’élance avant de finalement s’encastrer dans un des murs qui se trouvait derrière le phénix qui avait réussit à l'esquiver... Une esquive qui fit sourire Varian, qui était plus qu'amusé à l'idée d'être tombé sur des adversaires de sa taille.

Vazivazi:
 

Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Varian Sevastian Dolohov △ Why should I apologize for the monster I've become. No one ever apologized for making me this way ; Maybe I'm not a good guy in your eyes, but I might end up being the guy that saves all your asses one day...
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 14 Avr - 23:18
Le membre 'Varian Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Le Procès
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t699- http://filetdudiable.forumactif.org/t106- http://filetdudiable.forumactif.org/t201-
Messages : 1285
Date d'inscription : 10/09/2016
Célébrité : Jenna Coleman
Crédits : kim + tumblr ♥

Double compte : James Windsor

Age : vingt-cinq ans
Sang : sang-pur
Statut : anciennement fiancée à Henry Avery, depuis peu fiancée à Armel Zabini
Métier : avocate au magenmagot
Baguette : 28cm, bois de noisetier, écaille de dragon, légèrement flexible & droite
Dialogue : #836096

fille unique de feu Donald Rowle et de Marion Vaisey, elle aurait dû être l'héritière de la famille Rowle - si les règles patriarcales avaient changé • son père meurt en 2030 alors qu'elle n'a que sept ans et demi, Marion passe un accord avec la branche secondaire des Rowle : elle et Olivia renoncent à l'héritage familial et au nom de famille mais partent avec tout, y compris la renommée de la famille et reprennent la tête de l'héritage Vaisey • Mangemort depuis leur reformation en septembre 2045, la Marque déposée sur sa cheville gauche, elle sait aujourd'hui qu'elle fera tout pour éliminer les terroristes, surtout à ceux cherchant à faire du mal à ses proches • a grandi dans une famille où concilier les règles de la bonne jeune Sang-Pure et avoir de l'ambition a toujours été possible et personne ne lui fera abandonner sa carrière d'avocate au profit d'une vie de femme au foyer • a hérité de la fortune (restante) des Rowle suite à la disparition du dernier d'entre eux mi janvier 2047, faisant d'elle la seule réelle Rowle restante, même si elle n'en porte pas le patronyme.
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 1:32
Londres. Ancienne capitale déchue, dont la superbe n’était désormais que dans les récits de ceux ayant connu la construction d’Avalon. Car aujourd’hui, Londres n’est plus que l’ombre  de ce qu’elle a été. Une ville-taudis, remplie de personnes loin d’être fréquentables.

Lorsqu’on nous a exposé la mission du lendemain, à savoir défendre Londres des terroristes, j’avais bien failli rire. Défendre un trou à rats de personnes de la même espèce, en voilà une drôle d’idée. Que pourraient-ils donc bien faire de concret dans une ville sinistre, encore marquée par une bataille du passé ? Les Phénix ne brillaient après tout pas pour leur don de restauration – il suffisait de voir dans quel état ils avaient mis la place d’Avalon l’an dernier, ainsi que la Tour des Médias, Magicorp et, plus récemment, le Manoir Kark. Ce foutu Manoir où j’avais bien failli y laisser ma peau, noyée dans les eaux du lac puis explosée avec lui. Un frisson avait parcouru mon échine, avant de disparaître lorsque le reste du plan se mit en place. Et où la logique de défendre Londres devint plus limpide. Ce n’était pas tant Londres qu’il fallait sauver mais bien repousser l’ennemi pour mieux les faire payer, avec le moins de victimes possibles. Puis, après tous les échecs qu’ils nous avaient fait subir, eux aussi avaient bien le droit à une part de défaite. Il fallait maintenant tout faire pour que, cette fois, la roue tourne en la faveur des Mangemorts. Et cela passait dans un premier temps par l’évacuation de ces personnes qui, en fin de compte, n’avaient strictement rien demandé.

Le jour J, avec les autres personnes de mon groupe et dans cette chaleur plus qu’étouffante (et qui est loin d’être naturelle pour une fin avril), nous nous sommes attelés à convaincre les civils de quitter leurs domiciles. Manipulant et usant de mes arguments comme si je devais gagner une affaire à tout prix dans une salle d’audience, le tout associé aux dons d’orateurs d’Hélios et Salomé, nous réussissons, avec plus ou moins de facilité, à faire évacuer la ruelle où nous opérions. Ne pas échouer est le mot d’ordre. Et bien loin du frère de Calliope Kark – seule leader en laquelle je crois, désormais et accessoirement leader de notre groupe de mission – tout ceci fait sens, voire a même une bonne chance d’arriver.

C’est sur ces pensées que Calliope nous somme de transplaner sur les vestiges de Picadilly Circus, pour nous retrouver nez à nez avec des terroristes. Le spectacle qui nous accueille est macabre, la chaleur n’arrangeant rien. Le visage renfrogné et ma main plus que jamais autour de ma baguette, j’assiste en silence à l’échange entre Calliope et la Fuller, prête à attaquer.

Et en à peine quelques secondes, tout s’enchaîna. La Kark n’a pas le temps de terminer son ordre qu’Hélios fait mouche face à un terroriste. Dans la foulée, Varian s’exécute mais n’obtient pas la même finalité. Il est alors temps de rentrer en scène. Ne pas échouer. « Avis Fulgurator ! »

oh les jolis petits oiseaux électriques...:
 

Malgré la chaleur (et la désagréable sensation de transpiration dans le cou), je vois avec satisfaction mon sort être lancé à la perfection et toucher de plein fouet la némésis de Calliope qui a, soyons honnête, clairement oublié de s'habiller correctement. Ne pas échouer. Il fallait que cela continue de la sorte.


Résumé a écrit:
Avant d'arriver à Piccadilly Circus, les mangemorts évacuaient une rue. Varian était posté sur un toit pour surveiller les alentours.

Les Phénix attendaient de pouvoir parlementer avec les gangsters mais les mangemorts arrivent pour les poutrer ! Calliope, Varian, Hélios, Olivia & Salomé, aka dream team !

Hélios, super galvanisé, invoque un fouet de flamme et attaque Hélios au visage/haut du corps avant de finir son coup sur Hija. Néanmoins l'attaque est plus douloureuse qu'handicapante, c'est juste un petit bonjour.

Varian, enhardi par l'attaque d'Hélios, attaque le premier Phénix à faire un pas en avant. Il ensorcèle une barre de métal qui s'envole à toute vitesse vers Joaquim avant de finalement empaler un des murs derrière lui ; Mojo jojo a réussi a esquiver...

Suivant l'exemple de ses deux comparses, Olivia lance un Avis Fulgurator réussi contre Scarlett : trois gros oiseaux électriques viennent faire la rencontre de l'experte en runes et c'est douloureux.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
unaware of where i'm going, or if i'm going anywhere at all, but i know i'll take the leap if it is worth the fall. so long as the blood keeps flowing, i'll set a sail and swim across. i'm not looking to be found, just want to feel unlost. (c) okinnel.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 1:32
Le membre 'Olivia Vaisey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1365-joaquim-cervera-bernal-perro-de-las-favelas-terminee http://filetdudiable.forumactif.org/t1440-joaquim-cervera-bernal
Messages : 259
Date d'inscription : 28/10/2017
Célébrité : Jon Bernthal
Crédits : lux aeterna (ava) & anaphore (signa)

Double compte : Scylla N. Lagides & Lizzie O'Meara & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Quarante-trois ans
Sang : Sang-de-bourbe
Statut : Abordé et conquis par la plus belle pirate que tous les océans aient portés
Métier : Règl'Tout au Ministère de la Magie (homme à tout faire, en somme)
Baguette : Tronc de 30cm en bois de chêne rouge, portant en son coeur une griffe d'Hippogriffe, rigide et légèrement courbée.
Epouvantard : Un loup-garou, comme celui qui a tué son père.
Dialogue : [color=#ffcccc]

Colombien ayant vécu dans le monde moldu jusqu'au projet Filet du Diable (avec un petit intermède scolaire à Castelbruxo), ancien membre d'un gang du quartier du Barrel, à Medellín. † Arrivé en Angleterre en 2041, à la demande Jane Callaghan, laquelle l'a recruté en 2033. † Pietramancien † Surnommé « Le Boucher » à cause de son goût du sang prononcé durant les affrontements. Hors du Ministère, il se trimballe toujours avec son couteau à lame dentelée. † Après avoir squatté la réserve des Règl'Tout depuis la prise de Londres, il vit désormais à Avalon chez Hija.
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 2:13
Un regard à gauche. Hija et Odin. A droite, Scarlett et Nero. Le Colombien renifle, levant son bandana le temps de cracher un mollard par terre. Cette putain de chaleur lui filait la pâteuse ! Il surprit le regard noir de la Sabordage. « C'est bon, j'vais le remettre. » gronda-t-il à son attention. Ce bout de tissu était la seule barrière entre d'éventuels ennemis et son identité, d'où la réaction de son amie. Mais bordel, ce qu'il crevait de chaud ! Son tee-shirt lui collait à la peau et il n'aurait pas été surpris que ses pieds glissent dans ses bottes. Il raffermit sa prise sur sa baguette alors qu'ils s'approchaient du QG des Criterion's, laissant la Fuller demander audience au gang. Pour ceux qui le connaissaient, il n'était pas difficile de deviner l'objet de sa présence. Ce genre de grosses frappes à forte influence, ça le connaissait. Il avait été un de ces chefs. Il savait comment leur parler, ce qu'il était possible d'obtenir et par quels moyens. Et quoi qu'en pense le commun des mortels, la violence n'en faisait pas partie. Voilà pourquoi il asséna une œillade meurtrière au Callaghan. « Reste à ta place, hijo. » Le ton ne souffrait pas la réplique, même de la part d'un bravache comme ce gamin. Là, ils étaient sur un territoire nettement plus dangereux que le Château de ces putains de Kark - dont Joaquim avait eu l'écho de ses frasques, sans compter son dernier exploit. Ramener la Kark-Lagides à Vivecime. Cervera était rarement en désaccord avec le Jefe, mais sur ce coup-là, il ne la suivait pas.

Le temps s'étirait et le camp d'en face n'avait pas encore répondu à l'appel. Faisant montre de sa légendaire patience, le colombien ne désespérait pas. Au contraire. Il avait déjà eu affaire aux Criterion's et le fait qu'ils ne se précipitent pas ne l'étonnaient pas. Comme l'avait si bien soulevé Scarlett, s'ils étaient toujours en vie, c'était qu'ils considéraient leur demande. Pour autant, il était aux aguets. Grand bien lui en prit ! Les silhouettes qui venaient d'apparaître dans leur giron n'avaient rien d'amies. Un sourire carnassier étira ses lèvres sous son bandana quand il reconnut les deux jeunes femmes qu'il avait déjà combattu. Et la grande Calliope Kark ! « Mierda ! Quel honneur ! » Sa fanfaronnade faillit lui coûter cher. Il eut à peine le temps de voir le fouet enflammé d'un des Mangemorts se dérouler qu'une barre de fer vola dans sa direction. D'un revers de baguette, il l'envoya finir sa course dans un mur. « Malparido. » grinça-t-il, goguenard. « Defenestro ! » Cette fois, ce fut son adversaire qui partit valser plus loin. Il n'avait pas dû lui faire grand mal, mais après tout, ils venaient juste de faire connaissance. Ça aurait été dommage de l'abîmer aussi vite !

Son attention revint sur ses alliés. Scarlett était aux prises avec des piafs qu'il tenta de disperser d'un nouveau sortilège. Toutefois, le plus urgent se trouvait tout près. Nero et Hija étaient brûlés. Là encore, rien de grave, mais ça n'empêcha pas son front de se froncer d'inquiétude. « Ça ira ? » demanda-t-il à leur attention, déjà remis en garde, prêt à affronter la prochaine salve.

Le dé du dududueeeeel a écrit:
Oui/Oui : Vooooooole loin Varian, voooooooole ! Et bim, le mur, juste à côté de la barre de fer. T'as aimé ?
Oui/Non : Vooooole ouiiiii ! Bon allez, t'atterris juste sur les pavés, ça vaaaaa.
Non/Oui : Voooole ... Un peu. Varian arrive à contrer une partie du sortilège et en diminue largement la puissance.
Non/Non : Vole pas. Varian pare.

Résumey a écrit:
Avant d'arriver à Piccadilly Circus, les mangemorts évacuaient une rue. Varian était posté sur un toit pour surveiller les alentours.

Les Phénix attendaient de pouvoir parlementer avec les gangsters mais les mangemorts arrivent pour les poutrer ! Calliope, Varian, Hélios, Olivia & Salomé, aka dream team !

Hélios, super galvanisé, invoque un fouet de flamme et attaque Hélios au visage/haut du corps avant de finir son coup sur Hija. Néanmoins l'attaque est plus douloureuse qu'handicapante, c'est juste un petit bonjour.

Varian, enhardi par l'attaque d'Hélios, attaque le premier Phénix à faire un pas en avant. Il ensorcèle une barre de métal qui s'envole à toute vitesse vers Joaquim avant de finalement empaler un des murs derrière lui ; Mojo jojo a réussi a esquiver...

Suivant l'exemple de ses deux comparses, Olivia lance un Avis Fulgurator réussi contre Scarlett : trois gros oiseaux électriques viennent faire la rencontre de l'experte en runes et c'est douloureux.

Joaquim disperse les piafs en question avant qu'ils fassent de trop gros dégâts sur Scarlett, après avoir envoyé Varian bouffer les pavés - et l'avoir traité de mal accouché, littéralement. Mais quand même, il demande aussi à Nero et Hija si ça va .

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
something reveals

sort of ultra violence


ANAPHORE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 2:13
Le membre 'Joaquim Cervera-Bernal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : angel dust

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : A offert la clef de son appartement et de son coeur au Boucher de Medellin.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 9:34
Pour sa première sortie en grande pompe, Hija était gâtée. Déjà, parce qu’une surprise de taille l’attendait quand elle avait retrouvé son groupe : Par les entrailles du Kraken … ODIN ?  Secouant la tête dans un rire amusé, elle avait étreint son cousin sans faire d’histoires, ils n’étaient pas là pour ça. Contente de t’avoir à bord, avait-elle simplement concédé, glissant un dernier : Si Claudicus apprend ça, on est bons pour la planche.. Se retrouver entre Joaquim et Odin pour la mission qui l’attendait : du pain béni. Quand on essayait de recruter des malfrats en puissance, autant en avoir autour de soi. Et ce n’étaient pas les pirates ou l’ancien gangster qui allaient dire le contraire. Et ils avaient droit à LA Fuller et son rejeton. Du cousu main, il n’y avait plus qu’à. Malgré la chaleur à crever. Hija avait ressorti une de ses tenues de pont, pantalon large pour tenter de capter le moindre coup de vent. Cheveux relevés, un chakram à la ceinture, sous sa chemise, un autre coincé dans sa botte, elle était prête à en découdre si besoin … mais prête à tomber le foulard (parfumé, histoire de combattre les odeurs corporelles ambiantes) pour user de ses charmes si nécessaire. Elle en avait déjà croisé un ou deux, des Criterion’s, sans vraiment s’attarder. Ils faisaient leur business sans empiéter sur celui des Sabordage, ils n’avaient donc jamais eu de raison d’en venir aux mains. Enfin … pas pour se battre, dirons-nous. Préférant rester silencieuse, elle ne s’exprimait que par regards désobligeants, comme celui qu’elle assena à Joaquim alors qu’il enlevait son masque pour cracher sur la chaussée. Qu’on n’aille pas imaginer que c’était le geste qu’elle condamnait (on rappellera « pirate » et on s’arrêtera là), simplement que pour l’instant elle préférait que la belle gueule de son ami reste bien cachée. Et également quand le gamin commença à montrer des signes d’impatience. Faisant tourner sa baguette, elle leva les yeux au ciel. Ne pas s’en mêler, les laisser gérer ça en famille. Mais pourquoi avait-on du s’encombrer du mioche ?

Se détournant du problème, elle scanna les environs du regard. Londres c’était sa ville, depuis qu’elle avait débarqué sur terre. Et elle était prête à … voir des gens arriver en transplanant ? La réponse sur l’identité des personnes vint rapidement, des lèvres de leur leader, même si elle aurait sans doute fait le rapprochement à un moment donné. Mangemorts. Son regard glissa sur le reste du groupe. Des enfants.  La guerre était la guerre, mais ces marqués l’impressionneraient toujours. Sa baguette retrouva sa station d’attaque alors qu’elle jaugeait le groupe. Ne pas sous-estimer la gent féminine, jamais. Et pourtant, ce fut d’un homme que vint le premier coup. Avec une histoire de … dindons. Ce fut la surprise et l’inattention qui lui coûtèrent de se prendre … un coup de fouet ? Lâchant une bordée de jurons colorés, la pirate recula d’un pas pour évaluer l’étendue des dégâts. Ses vêtements ne s’en relèveraient sans doute pas, même s’ils tenaient encore en place, et ça faisait un mal de chien. Autour d’elle, les sorts commençaient à pleuvoir. Bien. Serrant les dents, elle répondit un je survivrai, tu te débarrasseras pas de moi si facilement, à Joaquim, qui valait également, pour la dernière phrase, au freluquet qui avait osé éventrer son pantalon préféré au passage. Lequel allait bientôt regretter son acte. Si certains aimaient visiblement dispenser des discours de haine au combat, ce n’était pas son cas. Aucune envie d’éduquer des crétins. Par contre, combattre le feu par le feu, ça lui parlait davantage : Flumen Ignite, lança-t-elle en direction d'Hélios. Un rictus de satisfaction sous le foulard en voyant ses vêtements s'enflammer. Oeil pour oeil, dent pour dent. La loi du Talion, il n'y avait que ça de vrai. Mais personne n'était là pour jouer. Resserrant les rangs, elle scanna les Mangemorts, déjà un peu éparpillés. Qui serait le suivant ?

DÉÉÉÉÉDÉÉÉÉÉ a écrit:
OUI OUI : Oeil pour oeil, dent pour dent, Hélios se prend les lacets de feu de plein fouet, avec un petit supplément coup de chaud pour Salomé (chaleur des flammes, pas de brûlure).
OUI NON : Les flammes atteignent les vêtements d'Hélios.
NON OUI : Un petit coup de chaud pour Salomé, ce n'était pas assez la canicule.
NON NON : Les flammes se perdent (esquives, parades, you name it)
.

Résumey a écrit:
Avant d'arriver à Piccadilly Circus, les mangemorts évacuaient une rue. Varian était posté sur un toit pour surveiller les alentours.

Les Phénix attendaient de pouvoir parlementer avec les gangsters mais les mangemorts arrivent pour les poutrer ! Calliope, Varian, Hélios, Olivia & Salomé, aka dream team !

Hélios, super galvanisé, invoque un fouet de flamme et attaque Hélios au visage/haut du corps avant de finir son coup sur Hija. Néanmoins l'attaque est plus douloureuse qu'handicapante, c'est juste un petit bonjour.

Varian, enhardi par l'attaque d'Hélios, attaque le premier Phénix à faire un pas en avant. Il ensorcèle une barre de métal qui s'envole à toute vitesse vers Joaquim avant de finalement empaler un des murs derrière lui ; Mojo jojo a réussi a esquiver...

Suivant l'exemple de ses deux comparses, Olivia lance un Avis Fulgurator réussi contre Scarlett : trois gros oiseaux électriques viennent faire la rencontre de l'experte en runes et c'est douloureux.

Joaquim disperse les piafs en question avant qu'ils fassent de trop gros dégâts sur Scarlett, après avoir envoyé Varian bouffer les pavés - et l'avoir traité de mal accouché, littéralement. Mais quand même, il demande aussi à Nero et Hija si ça va .

Hija voit son pantalon et sa chemise se faire éventrer sur le flanc droit. Elle réplique en balançant un jet de flammes sur les vêtements d'Hélios avant de se rapprocher de ses potes Phénix.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 9:34
Le membre 'Hija Sabordage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Enfin veuve
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t130-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t97-salome-yaxley http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 495
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort qui se questionne peu sur l'ordre des choses • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi • Veuve depuis le 14 mai 2047, après moins d'un an de mariage à Murphy O'Ryan •
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 16:31
Il fait atrocement chaud.

Une chaleur inhabituelle pour le mois d’avril, en Angleterre, et Salomé ne peut s’empêcher de considérer ce fait avec inquiétude. En short et t-shirt, espadrilles aux pieds, verres teintés sur le nez, les cheveux attachés en tresses, elle parcourt la ville en ruines de Londres sous sa mission de Mangemort afin d’en faire évacuer les résidents. Une tâche qui se révèle utile et prudente, à chaque transplanage effectué en compagnie de tante Calliope, et pour laquelle son habitude traiter avec des gens peu aimables (ou peu coopératifs) lui sert grandement. Charme, patience et arguments raisonnés viennent à bout des Londoniens les plus tenaces, et Sally en vient même à se dire que… que peut-être qu’ils ne rencontreront pas de membres de l’Ordre du Phénix ? Elle ne remet absolument pas en question les informations obtenues par les chefs des Mangemorts, mais… peut-être qu’ils ont laissé tomber, finalement ? Ils ont su qu’ils savaient et ont préféré remettre ça à plus tard ?

Un voeu pieux, inutile, qui sert seulement à cacher son appréhension. Qui lui permet de garder une façade calme et en contrôle, et même d’ignorer Varian et Hélios avec superbe, sans les guetter nerveusement. Parce que même si elle est incapable de supporter les jumeaux de ses meilleures amies, il n’empêche que leur perte créerait un gouffre dans le coeur de Rowena et Scylla. Peut-être même dans le sien. Sally reste aux côtés d’Olivia, la seule qui a eu d’elle une salutation chaleureuse (elle et Calli), aux aguets.

Voeu pieux qui s’achève bien vite sur la vision de LA Scarlett Fuller. Celle dont elle a écouté la voix en cachette, à la Radio Insoumise Phénix, sachant bien que si elle était découverte en train d’écouter les propos controversés de Samantha Faimynist, ça irait très mal pour elle. Elle est… un peu déçue. La brune ressemble certainement aux portraits d’elle qu’édite et distribue le Ministère, scandaleux minishort en plus. À quoi s’attendait-elle ? À trouver en l’une des plus anciennes Phénix une alliée inattedue ? Ce n’est qu’une terroriste comme les autres, et même pire. « Capturons-les ! » Ce n’est pas le temps de se faire des états d’âme et Salomé écoute la voix de Calliope sans hésiter, sa baguette pointée sur les terroristes qui accompagnent la splendide brune aux jambes dénudées : « Manus ! »

Les dés a écrit:
OUI OUI : Manus bien fort et efficace dans la gueule de Joaquim.
OUI NON : Manus (moins fort) dans la gueule d’Odin.
NON OUI : Hija pare le sort comme la belle gosse qu’elle est.
NON NON : Le sort siffle à côté de l’oreille de Nero.

Bien mal pour elle, le nerveux qu'elle visait bouge juste au moment où elle lui jetait un sort, qui ne fait que siffler à ses oreilles. Bougre d'imbécile de Phénix qui n'arrête jamais de bouger ! Pire : alors que son sort rate tristement (ou plutôt, réussisse, mais ne touche personne), elle entend une voix au fort accent latin provenant de derrière le foulard d'un autre terroriste. IL est là. IL est revenu. Et cette fois, si son estomac se tord, c'est d'autre chose que d'anticipation. C'est d'une peur latente, cette fois réveillée, qui se distille dans ses veines.

Résumé du tour:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 16:31
Le membre 'Salomé O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Invité
Invité
avatar
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 17:43
Hija. C’est ce qu’on appelle un départ pied au plancher. Je n’ai aucune idée de ce qu’elle fait là, et la surprise que je lis sur son visage m’indique qu’elle ne s’attendait pas à me voir non plus. Autant pour ma couverture. « Alors là ! ». Mon masque tombe déjà une première fois alors que les choses sérieuses n’ont même pas encore commencé. J’étreins Hija de bon cœur, sans pouvoir m’empêcher de penser aux conséquences de cette révélation. Quoi qu’il en soit, autant parer au plus pressé. On verra ça plus tard. « Quelque chose me dit que Claudius sera le cadet de nos soucis, aujourd’hui ». Au-delà de la cousine, la combattante est un allié de choix. D’un bref coup d’œil, j’évalue le reste de l’escouade. Je souris ironiquement à Joaquim, amusé par les circonstances. Le type sait se battre et j’ai d’ores et déjà hâte de le voir à l’œuvre. Scarlett Fuller fait office de pièce maîtresse dans la mesure où, d’entre nous tous, c’est elle qui porte la plus grosse responsabilité. Le succès de la mission repose en quasi-totalité sur le système runique qu’elle est chargée de déployer. J’imagine que son gosse est là pour l’épauler. De par mon statut récent de Phénix, je n’ai pas eu l’occasion de côtoyer ces deux-là jusqu’à présent. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir entendu pas mal d’histoires sur l’un et l’autre. Si ne serait-ce que la moitié d’entre elles s’avèrent véridiques, ce sont de bons clients.

Nous progressons à pas lents, baguette à la main. Tous nos sens sont aiguisés, prêts à réagir au quart de tour. Par égard pour ma famille, je me suis grossièrement grimé la gueule à coup de sortilèges de métamorphose. Pas exactement une réussite. Ayant fait ça à l’arrache, j’ai le visage tuméfié et les traits beaucoup plus larges qu’à l’accoutumée. Ce drame esthétique remplit toutefois sa fonction première : il faut vraiment bien me connaître pour parvenir à m’identifier. Car c’est bien là l’objectif principal. Il est hors de question que je me fasse remarquer. Le cahier des charges de cette journée d’attaque est le suivant : rester en vie, m’assurer qu’Hija reste en vie, me barrer dès que possible. Phénix ou pas, les conflits entre Terrestres ne m’intéressent guère. L’organisation de Callaghan me permet de gagner de l’argent et ça s’arrête là. Dès lors, pas question de risquer ma vie pour une cause qui n’est pas la mienne.

C’est dans cet état d’esprit que j’assiste passivement à l’échange entre Fuller et Nero. Ils ne savent pas que je connais personnellement plusieurs membres des Criterion’s. Comment le pourraient-t-ils. Loin de moi l’envie de révéler cette information, soit-dit en passant. Ces types-là sont des criminels endurcis et ne prennent pas de risques inutiles. Bonne chance pour négocier avec eux. A la rigueur, si je n’étais pas grimé, je pourrais aider, mais là… Hors de question pour les Criterion’s de me croire sur parole si je débarquais et que je leur révélais ma véritable identité. De mon côté, il n’est pas envisageable que je me présente à visage découvert. Dans ces conditions, je préfère rester spectateur. Encore une fois, ce que l’Ordre ne sait pas ne peut pas me porter préjudice.

Pas pour longtemps. Plusieurs craquements sonores retentissent soudain. Des gamins qui tombent du ciel, littéralement… des gamins ? Mon cœur manque un battement lorsque je reconnais Calliope Kark. Cette trainée dont le père a provoqué la mort de notre mère. A cause des Kark, cette famille de dégénérés, la mienne s’est battue aux côtés des mangemorts et a payé un lourd tribut. Plus d’un Sabordage est tombé au cours des dernières guerres civiles. D’ailleurs, puisque les mangemorts débarquent, j’imagine que Freyja et Baldr participent à la fête. S’il leur arrivait quoi que ce soit… l’histoire est un éternel recommencement. Si on laisse les choses progresser à ce rythme, c’est encore notre sang qui coulera pour cette famille de chiens.

Les sorts fusent autour de moi mais mon état est second. Je ne quitte pas la Kark du regard. L’adrénaline me fait trembler, mes muscles se contractent un à un. C’est une occasion rare. Je suis méconnaissable, et Calliope Kark est en face de moi, à une centaine de mètres à peine. Je me sens comme si j’étais sur le point de lancer un abordage. Finalement, j’ai bien fait de venir. Ma volonté de tempérance est désormais un lointain souvenir. Ni une, ni deux, je me précipite vers elle, ignorant purement et simplement l’ensemble des autres protagonistes. « Calliope Kark ! Quel honneur. Je ne pensais pas que tu tenais à ce point à rejoindre ton pauvre type de père. Ça peut se faire ». Je ne peux pas me servir de Douloureuse sans prendre le risque d’être reconnu mais la dague est loin d’être mon unique atout. « Articulationem Luxe! ». S'attendant probablement à ce type d'attaque, l'expérimentée sorcière dévie ma tentative. « Ordure mais pas manchote. Dommage que papa ne présentait pas les même réflexes... ». Je ne la quitte pas du regard un seul instant. Si elle croit que j'en ai fini avec elle, la Kark se méprend lourdement.

Alea jacta es:
 

En somme :
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 15 Avr - 17:43
Le membre 'Odin Sabordage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t719-nero-callaghan-heads-up-for-the-light http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 625
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 16 Avr - 0:31
Il faisait une chaleur à crever. Ce qui ironiquement tombait à pic, puisque c’était justement un de ces jours où ils avaient tous une bonne grosse de crever. Si le Callaghan eut le mérite de garder son trait d’esprit pour lui, il n’eut pas la force de réprimer son sourire. D’un optimisme suicidaire, le sang-mêlé entrevoyait quelque chose de radieux dans la possibilité de mourir en récupérant Londres. Mais Londres… La capitale, la vraie, celle de l’ancien monde. À ses attitudes kamikaze se joignait une étrange certitude, qui alimentée par un trop plein d’adrénaline, le poussait à croire que tout allait bien se passer. Le soleil ne brillait il pas après tout haut et clair dans le ciel ? Rien de mal ne pouvait arriver par une si belle journée.

Son trop plein d’espoir avait été en partie stimulée par Lizzie ce matin même. Comme chaque jour, le phénix rendait visite à cette fille qui n’avait de sa soeur que l’apparence. Et comme chaque jour, il tentait par tous les moyens d'exhumer des tréfonds des abîmes de Vivienne Salope Mckay, ce qui restait d’Elizabeth O’Meara. Ce jour-ci la pioche avait été bonne, après qu’il se soit montré particulièrement exaspérant en entamant une complainte à la guitare nommée : “Lizzie fait le gueule”. Sa soeur avait fini par le chasser en lui arrachant sa guitare des mains en manquant de la lui briser sur le crâne. Certains y auraient vu un échec, Pas Nero. Parce que dans les yeux voilés de sa soeur, il avait entraperçu la fureur Callaghan, lui rappelant que même enfouie, Lizzie était toujours là. Et si ce genre miracle pouvait exister, alors, reprendre Londres serait une sinécure. Même s’il faisait une chaleur à crever.

Nero avait abandonné dès le départ tout artifice pour se cacher. Au regard courroucé que sa mère lui avait lancé, il avait aimablement rétorqué. «J’ai déjà ma gueule d’afficher de partout, je vois pas pourquoi je me planquerais ?! » Scarlett excédée s’était contentée de lever les yeux au ciel. La mère et le fils n’étaient plus à un point de désaccord près. La suite n’avait été que déambulation sinistre et attente mortelle avec deux Sabordage que la sang-mêlé connaissait peu, et l’autre bâtard-de-ses-morts de Joaquim. Aussi Nero fut presque soulagé en attendant les cracks significatif de transplanage. Presque. Les silhouettes qui se dessinaient devant lui, ne lui était que trop familière. Salliope Kark la persiffleuse, la naine coincée qu’il avait aperçu à la pool party des jumeaux Kark. Mais aussi,  Salomé Coincée O’Ryan la meilleure de Scylla qui avait manqué de peu de lui défoncer le crâne pendant l’effondrement de MagiCorp. Et surtout : Hélios Kark. Quelles étaient les chances ? Quelles étaient les putains de chance qu’ils se retrouvent face au frère-chéri de sa Scylla ? Londres étaient suffisamment grandes sans qu’ils ne tombent sur le dernier mangemort qu’il voulait croiser. Pas par peur, mais parce que ses liens avec sa dulcinée le rendait intouchable. Il fallait qu’il tombe sur le seul mangemort à qui il ne pouvait vraiment pas péter la gueule.  «Fais chier...» avait-il marmonné, ignorant superbement le cinquième mangemort du lot.

« Retournez en Amérique les dindons ! »Le Callaghan avait été d’un coup agité par un soubresaut qui n’avait rien à voir avec la douleur. En un spasme irrépressible, il avait laissé le rire fendre ses lèvres et illuminer son visage jusqu’ici crispé.
« Non mais non ! Va prendre des cours de répartie Karkinet ! Les dindons, non mais...» Le sort avait fusé, prompt et cinglant l’empêchant d’aller au bout de sa bravade. La douleur lui arracha un grognement, alors qu’il posait sa main sur sa joue balafrée. Cette même joue qui avait déjà été cinglée par le fouet d’une autre Kark, en un autre temps. Les sorts fusèrent en tout sens sans que Nero n’en perçoive tout de suite toute la mesure. Le coup l’avait sonné.  Il renoua avec la réalité lorsqu’il goûta avec exaspération à la sollicitude du colombien. « Ouais ouais, ça va, chui pas en sucre et puis l’autre tête de gland a eu la gentillesse d’utiliser un sort qui cautérise les plaies. MERCI TÊTE DE GLAND. » Il fallait dire qu’après le sectumsempra laissé par le paternel, le sort du fils avait des allures de simples escarmouches. La jolie pirate qui avait goûté au fouet du Kark avait déjà entrepris de les venger.

Peu de temps après un nouveau sort fusa le manquant de peu. La raison aurait voulu que le Callaghan se taise et s’attaque à un autre mangemort tout aussi dangereux. Comme au hasard la mandigote d'O'Ryan qui avait failli lui décoller la tête une nouvelle fois.  Mais les trois cicatrices sur son torse prouvaient que le sorcier n’avait jamais rien eu de raisonnable en lui. «  Bah quoi ? C’est parce qu’on vous apprend plus avoir l’air méchamment cool que tu préfères taper ? Ou alors tu préfères juste copier ta frangine ? Et maintenant qui se retrouve avec le feu au derche ? C’est karkinet ! Allez je te propose de mettre le feu au dancefloor : Tarantallegra ! »

Le Kark para avec une facilité déconcertante, ce qui aurait dû avoir le mérite de faire fermer son clapet au Callaghan. Mais non. «ET MERDE ! Putain de Kark ! Il faut vraiment que vous gâchiez tout le fun !   »

Les dés :
 

Pour vous la faire courte...:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 16 Avr - 0:31
Le membre 'Nero Callaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
La Duchesse
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 92
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Rachel Weisz
Crédits : Kim

Age : 45 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Mariée à Brashen Kark
Métier : Présidente de l’Union des Sang-pures Actives // Co-leader des mangemorts
Baguette : 25 cm, bois d'aulne et crin de licorne.
Dialogue : [color=khaki] [/color]
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 16 Avr - 21:23
« Second tour »
Calliope Kark & Scarlett Fuller



« Ordure mais pas manchote. Dommage que papa ne présentait pas les même réflexes... ». Placide, Calliope ne cilla pas. Elle n’avait ni chagrin, ni colère à offrir en pâture à ces terroristes. Son deuil n’était pas une plaisanterie, pas plus que ne l’avait été son père. À l’ennemi, elle laissait l’aigreur, préférant l’action. «Serpensortia !» Un long serpent noir s’échappa de sa baguette. Il n’avait ni la taille, ni la grâce d’Helga, son reptile disparu lors de la dernière bataille, il n’en était pas moins létal. «Tue-le» murmura-t-elle pour l’hydre en ce langage inhumains qu’eux seuls partageaient. Le serpent s’élança discrètement parmi les décombres à l’insu des phénix pour mieux fondre sur sa proie.

***


«ET MERDE !  Putain de Kark ! Il faut vraiment que vous gâchiez tout le fun !   »
« TAIS-TOI NERO ! Je n’ai pas la patience d’Obbie, moi. Je te préviens que si tu ne te calmes pas tout de suite, je t’étrangle. Je t’ai donné la vie, je peux très bien la reprendre ! » Son corps tout entier la faisait souffrir, perclus qu’il était par les multiples crampes causée par les oiseaux électriques. Putain de vierge coincée du cul !  Rien ne se passait comme prévu, la Fuller n’avait pas fini d’inscrire les runes sur les murs, les Criterion’s ne donnaient aucun signe de vie, et les mangemorts en bon soldats bien endoctrinés enchainaient les sorts. Mais le plus dérangeant dans tout ça c’était encore les problèmes que lui causait son équipe. Que Nero vrille, c’était attendu, que le Sabordage s’y mette aussi, non. Mais qu’à cela ne tienne, l’archéomage avait en réserve une solution qui refroidirait tout le monde.

***


« Aguamenti !» Un jet d’eau s’échappa de la baguette de la Poufsouffle pour doucher littéralement son neveu, et éteindre les flammèches qui brûlaient ses vêtements. Pauvre Hélios. Qu’il soit le très désagréable fils de son infâme frère, ne lui faisait mérité de finir brûlé en place publique sous les huées de rustres. Ainsi donc Scarlett Fuller avait enfanté, et son engeance était aussi criarde et outrageuse qu’elle. La découverte la rendait plus fière qu’elle ne l’était déjà de ces quatre beaux enfants. Même Freya n’était pas aussi vile que ce sang-mêlé !

Il y eut alors un râle de surprise chez les phénix, et Calliope comprit aussitôt que son serpent avait trouvé sa victime. Le reptile remontait à une vitesse folle le long de la jambe du terroriste, pour gagner son cou et l’enserrer. L’ancienne Poufsouffle n’était pas femme à se délecter de la souffrance d’autrui, mais il fallait l’admettre il y avait quelque de jouissif dans l’idée que cet odieux personnage ne puisse plus jamais l’apostropher.
Mais déjà l’horrible Fuller avait élevé sa baguette, prononçant des mots que la Kark ne comprenaient pas. Des mots empruntés à un langage si ancien, que de la mémoire des hommes il avait été effacé. La poussière du sol se souleva d’un coup, il eut une brise qui leur renvoya les débris dans la figure. Puis la brise se fit bourrasque, soufflant les mangemorts. Calliope sentit ses pieds décoller du sol, l’obligeant à reculer en protégeant son visage. Le vent les repoussaient pas à pas. La Kark tenta un sortilège d’un coup de baguette, mais l’éclair du diffindo loin d’atteindre les phénix fut projeté par le vent dans la direction de Salomé la manquant de peu. Dans la tempête, la sang-pure crut entendre : « OUST ! BARREZ VOUS LES MANGEMORTS ! »



«Informations»



ϟ Bon, du coup, keskis'passe ?
Calliope a créé un joli serpent qui s’est faufilé discrètement jusqu’à Odin pour tenter de l’étrangler. Dans le même temps Scarlett a décidé de transformer sa baguette en ventilateur géant. Le vent magique propulse les mangemorts en arrière. En plus de leur faire un brushing d’enfer, ça les fait reculer, voir pour les plus léger ça les soulève du sol.

ϟ Keskonfé ? On s’fout sur la gueule, en tenant compte des nouveaux paramètres. 
- Pour les mangemorts : Avec le vent de votre face, vous devez jouer au dé si oui ou non votre sort fonctionne. Il vous faudra un double oui pour qu’il arrive sans encombre à toucher un ennemi. En revanche en cas de double non, le sortilège vous reviendra directement en pleine tronche, ou sur un copain : joie d’offrir, plaisir de recevoir.

- Pour les phénix : Il faut sauver Odin qui se retrouve avec un serpent vénère qui veut l’asphyxier.  Il vous faudra au total « deux oui » pour neutraliser la créature. Cela peut-être un double-oui, ou bien 1 seul oui, de deux copains différents. À noter, que si vous libérez Odin vous ne pouvez pas attaquer de mangemorts.

ϟ Fin du tour Ce tour se terminera le mercredi 18 avril à 5h du matin (heure française).

Le Roi Lion
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 203
Date d'inscription : 04/01/2018
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : W.

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Esther Baron

Age : 24 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Célibataire
Métier : Duelliste professionnel
Baguette : Son troisième bras, son épée : 34,5 cm de bois d’if, plume d’oiseau-tonnerre, plutôt rigide et droite.
Epouvantard : Sa soeur.
Dialogue : #b3ffcc
Son père est mort, sa soeur a rejoint l'ennemi - Héritier d'Arutha Kark, il ne manque pas d'argent - La magie noire l'a rongée et il cultive beaucoup de remords - Voue une haine féroce à l'endroit de l'Ordre du Phénix
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 16 Avr - 21:59
Hélios est tellement chaud qu’il brûle ! En réalité, il s’en rend compte tardivement à cause de la chaleur ambiante, et l’idée qu’il ait pu éviter tous les traits de flamme de la terroriste demeurait délectable à son ego. Ceci dit, s’il avait pris le temps de remarquer les dégâts, il aurait pu mieux se défaire des flammes léchant le haut de son corps. Il ignore toutes les provocations de Nero – dont Hélios n’a que peu faire au final, si ce n’est qu’elles pourraient l’amuser par son caractère adolescent – et commence à exécuter une roulade maîtrisée au sol. Pour enlever les flammes. Problème : ça le réussit plus ou moins. Ça lui ne réussit tellement pas que la douleur commence à lui crisper les nerfs : il grogne dans ses manœuvres jusqu’à que sa tante l’aide de son sortilège aquatique. Calliope a beau être la mère de Mervyn Jr, ainsi que son obstacle le plus concret au pouvoir, Hélios lui glisse un remerciement à voix basse mais sincère. Puis il relativise son mépris pour elle.

Tandis que le serpent attaque le fils de Sombral qui a insulté sa lignée, le Kark se relève. Son t-shirt se décompose en lambeaux qu’il finit par arracher d’une main. Ça l’énervait et le voilà qui se sent un peu mieux dans sa peau, malgré les brûlures qui ont marqué son corps. Le voilà pratiquement torse nu, ses muscles saillants et ses pectoraux sculptés à l’air. Au plaisir de ces dames, se dit-il avec humour. L’envie de pousser le bouchon jusqu’à son extrémité lui plaît : un petit clin d’œil à Salomé lui ferait plaisir. Pourtant, il s’abstient. Ce sera pour plus tard… Une pensée pleine de sagesse puisqu’il peut ainsi prendre la bourrasque avec solidité. Grand gaillard, il recule mais reste stable. Pour l’instant…

Il tente de capturer un terroriste avec un fouet électrique cette fois. Pour l’emmener dans la bourrasque, les déstabiliser, tout ça… Ça partait d’une bonne intention mais dès que le fouet se forme avec ses éclairs, le vent devient plus fort que la volonté du duelliste et il s’électrocute lui-même. Il met un genou au sol en grognant de douleur, annule son sort et subit la bourrasque. Le vent lui agresse les yeux, l’électricité lui dérègle ses membres… Bref il est vulnérable.

Fail ou pas fail ?:
 

Résumai:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 16 Avr - 21:59
Le membre 'Hélios C. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : angel dust

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : A offert la clef de son appartement et de son coeur au Boucher de Medellin.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Mar 17 Avr - 8:09
Ils parlaient trop. Mais ce n’était pas comme si Hija n’avait pas l’habitude : pas mal de pirates aimaient assommer leurs adversaires de paroles tout en les éventrant. Une question de style mais de goût surtout. Pour l’instant, son attention était partagée entre la brûlure qui la lançait salement sur le côté (si ce ruffian avait marqué sa peau à jamais, elle s’occuperait personnellement de ce qu’il resterait de lui après cet affrontement, et elle ne ferait pas dans la dentelle), ses coéquipiers qui semblaient tous pour l’instant en bon état (le coup au visage du gamin n’avait pas entamé son flot de paroles, donc cela devait aller), leurs assaillants et bien sûr, ceux dont ils attendaient une réponse. Il était fort probable qu’ils ne pointent pas le bout de leur nez si les bruits de combat montaient jusqu’à eux. Faisant un pas de côté, baguette prête, elle se rapprocha d’Odin. Il avait visiblement besoin d’être calmé, elle n’était pas certaine qu’il soit très efficace au combat s’il continuait de hurler, la preuve en étant son sort raté. Entre ses dents, elle glissa : Laisse la parlotte au morveux et concentre-toi. Ils en avaient vu d’autres, bien sûr, mais pas comme ça. Elle n’ignorait pas qui était en face et ce que cela représentait pour Odin mais elle avait besoin du capitaine de navire expert en pillage, pas d’un gamin hurlant des insultes en face, ils en avaient déjà un (même si elle devait avouer que le « feu aux fesses » l’avait fait sourire et qu’il avait sans doute le style à faire un bon pirate). Mais chaque chose en son temps.

Surtout que sa mère s’en prenait à lui, l’empêchant d’entendre ce qui se disait en face. Ce qui n’aurait pas changé grand-chose, mais peut-être aurait-elle mieux anticipé ce qui allait se produire. Nouvelle information intéressante, son agresseur était un Kark (un Kark torse nu, maintenant, déception qu’il n’ait pas été plus brûlé au passage) décidément, cette famille une belle bande de raclures. Et on osait dire qu’eux manquaient d’éducation ? Elle regretta de ne pouvoir cracher sur le sol à leurs pieds, mais il n’était pas question de se découvrir. Et en parlant de sol … sa vision fut attirée par une forme mouvante, dont elle suivit vaguement le mouvement … trop tard. Une nouvelle bordée de jurons lui échappa alors qu’elle faisait un saut de côté, analysant la situation rapidement alors que le reptile prenait possession de son cousin. Ses muscles étaient tendus. A cet instant précis, il n’y avait que son sang Sabordage qui hurlait. La tentation d’hurler son prénom était forte mais elle se mordit la langue. Ne pas faire un son. Elle regretta son explosion. Il n’y avait pas longtemps pour agir. L’animal devait y passer. L’envie de lui foutre le feu était forte, mais elle ne pouvait pas garantir qu’Odin ne serait pas touché. Son choix se porta sur l’écho d’un sort précédemment lancé, qui s’imposa comme une évidence : Manus ! Et cette fouine de serpent en profita pour bouger, laissant le point d'impact sans protection : Non ! La précieuse seconde qu'elle perdit à s'exclamer, son cousin dut la sentir passer. Le contre-sort partit celle d'après, mais sans doute trop tard. Jurant, elle combla l'espace qui le séparait de lui, chopant son pied. Il devait bien avoir Douloureuse quelque part ... Ses mains tremblaient. Et la douleur et la chaleur ne faisaient rien pour l'aider. C'était à son tour de devoir se calmer...

Dés vs Snake, round 1 a écrit:
OUI OUI : Le serpent prend cher et lâche Odin, il est neutralisé.
OUI NON / NON OUI : Le serpent s’en mange un peu, desserrant un poil sa prise, mais pas assez pour libérer le Sabordage.

NON NON : C’est Odin qu’atteint le sortilège, qu’Hija brise rapidement. Il a quand même mangé dans sa face. L’amour familial, tout ça.

Résumette:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 3152
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Mar 17 Avr - 8:09
Le membre 'Hija Sabordage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Les Poupées Russes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1312-varian-dolohov
Messages : 102
Date d'inscription : 08/10/2017
Célébrité : Cody Christian.
Crédits : Firestorm.

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang-pur (Dolohov & Kark).
Statut : Fiancé à Freya Kark.
Métier : Chef de la garde d'Azkaban.
Baguette : 24.3 centimètres, griffe de boogeyman et bois de prunelier.
Epouvantard : Une banshee.
Dialogue : #85c28b


Un Serpentard qui a toujours eu l'âme d'un Serdaigle + Mage noir en devenir + Il a toujours été du genre discret + Il possède son propre sortilège qui le rend très dangereux en milieu clos + Il est capable de se déplacer et de se repérer dans le noir + C'est un soldat qui n'obéit à personne d'autre qu'à son très cher père + Sadique et sarcastique, il est très moqueur. + Sa soeur et son meilleur ami sont surement sa plus grande faiblesse.

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Mar 17 Avr - 9:56
Le sourire aux lèvres, Varian fixait son adversaire, satisfait. Ce gars avait beau avoir l’air d’un parfait idiot, il savait se défendre. Une capacité qui avait tendance à amuser Varian qui avait toujours pris un certain plaisir à écraser tout ceux qui se penser supérieur à lui… Chose dont ce crétin congénital semblait être plus que persuadé ; À côté de lui, la baguette d’Olivia crépite, laissant échapper plusieurs volatiles électriques. Un sort jeté à la perfection qui, aussi surprenant puisse-t-il être, était sur le point de faire mouche… Merde… A croire qu’Olivia n’avait plus rien d’un rat de bibliothèque… Comme quoi, les temps changent. Olivia, Salomé, Rowena, elles n’avaient plus rien de ce qu’elles avaient pu être autrefois… Fait chier…

Trop occupé à ressasser le bon vieux temps, Varian ne remarqua pas tout de suite le sort qui lui était destiné. Un sort qui s’écrasa lamentablement sur son épaule, le projetant quelques mètres plus loin. Une envolée mouvementée qui le força à tourner sur lui même plusieurs fois avant de s’écraser, face au pavé poussiéreux. Le souffle coupé, Varian tentait de reprendre son souffle. Sa petite envolée, en plus de l’avoir déstabilisée, lui avait refilé la nausée… Sale petite raclure de… de… de merde ! Se rattrapa Varian avant de finalement tenter de se redresser. Dans son dos, le soleil continuait de taper et empirait les choses. Fait chier, fait chier, fait chier… Autour de lui, les sorts volaient, s’écrasant ici et là… De l’autre côté de Picadilly, des petites répliques fusaient… « Ils se taisent donc jamais ?! » Grogna Varian à lui même alors qu’il se redressait. A croire qu’avoir une grande gueule était un des prérequis nécessaire pour avoir son diplôme de phénix… Sans vraiment le vouloir, Varian repensa à la petite garce phénix qui avait eu le plaisir de résider à Azkaban. Une petite garce à la langue bien pendue elle aussi… Du moins jusqu’à ce que Varian la force à se taire…

Revenant quelque peu au niveau du reste de sa famille mangemort, Varian cracha par terre avant de resserrer ses doigts autour de sa baguette. Le Serpentard avait beau ne pas être du genre rancunier, il comptait bien se venger… Malheureusement pour lui, l’une des phénix choisit ce moment pour transformer sa baguette en ventilateur, balayant tout sur son passage. Plantant ses pieds dans le sol comme il le pouvait, Varian détourna la tête, ses yeux étant en proie à la poussière et aux débris qui recouvraient aujourd’hui Piccadilly Circus.  A côté de lui, Hélios, qui s’était retrouvé à torse nu pour une raison sans doute obscure, lança un sort. Un sort qui finit par lui revenir en pleine face et qui le déstabilise… Ca t’apprendra à te la péter… pensa finalement Varian avant de ramener son attention sur le groupe de Phénix qui semblait, malgré tout, en position de faiblesse… Les yeux rivés sur le gars qui avait osé le faire voltiger, Varian hésita avant de finalement se laisser dominer par sa colère… Tant pis…  « Impero ! » L’ordre était simple : tabasse l’un des tiens…

Malgré le vent, le sortilège s'élance avant de finalement taper celui qui l'avait fait virevolter en plein crane. Doucement, le sortilège finit par le convaincre de se jeter sur celui qu'Hélios avait pris pour cible depuis le début. Quelques coups de poings bien placés furent donner avant qu'un morceau de pierre touche Varian au coin de l'oeil, le forçant à abandonner son sortilège qui s'évapora. « Scroutt ! »...

Imperotif:
 

Previously on Filay dou Dyableul:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Varian Sevastian Dolohov △ Why should I apologize for the monster I've become. No one ever apologized for making me this way ; Maybe I'm not a good guy in your eyes, but I might end up being the guy that saves all your asses one day...
Contenu sponsorisé
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres