AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Réveille ton âme littéraire avec la femme de Nicolas Avery, Amalia Avery ! study
Des scénarios en folie
Fais souffler le vent du large avec le frère de Hija Sabordage, Hiresh Sabordage ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une frenchie bohème avec la mère d'Agapanthe Kirke, Berenice Kirke !
Des scénarios en folie
Défend l'honneur des moldus avec l'amant de Sheherazade Raviya, Ghassan Amhès !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 0:51
Le membre 'Varian Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 84
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Minako

Double compte : Nilhem Kark

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, assouvissant ses besoins avec qui l'intéressera, au moins momentanément ... ou lui offrira une parure irrésistible.
Métier : Parfumeuse, elle est à la recherche d'une nouvelle boutique à Avalon. Les commandes, et celles de poisons, sont toujours évidemment acceptées.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 1:48
Focalisée qu’elle l’était par la défense de la porte et surtout, muscles tendus à l’idée qu’elle puisse céder, dans l’attente de ce qu’ils prendraient, Hija en avait oublié momentanément le reste. Ils étaient en sécurité, donc ils étaient sortis de son esprit. Chaque sort la fit vibrer, et quand ils cessèrent, un sourire satisfait se dessina sous le bandana. A la niche, les Mangemorts. Ton cousin a l’air mal en point, Hija. Ça t’ennuie de l’aider un peu ? Retour à la réalité et à leur espace. La pirate se tourna vers la Fuller et hocha la tête. Odin … où … ses yeux tombèrent sur Nero et sur Joaquim … et se détournèrent brutalement, alors qu’elle se mettait en marche à l’opposé, où se trouvait Odin qui n’avait effectivement pas bougé depuis leur arrivée. Elle arracha son bandana, le descendant à son cou. Trois enjambées pour effacer certaines images un peu trop vives et précises de son esprit. Et se concentrer sur le Sabordage. Odin. Ses doigts claquèrent devant ses yeux avant que ses mains ne trouvent ses épaules pour le secouer légèrement : Ecoute, j’suis désolée pour les coups. Mais par les mille putains de Jones, on a besoin de toi, ok ? Elle finit par détacher son banda et lui coller sous le nez : les essences dont elle l’avait imprégné feraient le reste. Une fois certaine qu’il était bel et bien des leurs, elle le récupéra, le remettant autour de son cou. Même s’il faisait moins chaud que dehors, elle était heureuse de ne pas avoir à respirer à travers un tissu, pour quelques temps. Tentons notre chance dans la salle de spectacle, je pense qu’ils ont dû s’y planquer. Ça semblerait logique. Relevant la tête, Hija marqua son approbation en silence, avant d’emboîter le pas à la Phénix, sans un regard en arrière. Ils avaient une mission à accomplir, et le temps que les autres trouvent comment entrer …

Baguette pointée devant, la Sabordage était seconde de la file … et s’arrêta brutalement alors que les ombres qui se dessinaient sur les murs devenaient un peu trop précises, et que le mot troll résonnait autour d’eux. Assorti au grondement qu’il poussa en apercevant les intrus.  Kouchikari,siffla-t-elle sans la moindre grâce alors que la massue de l’imposant créature fonçait sur le groupe. Sans même réfléchir, les genoux de la demoiselle se plièrent alors qu'elle roulait au sol, protégeant sa baguette au passage. L'entraînement d'Isaac payait enfin. De retour sur ses pieds, elle ne perdit pas une seule seconde. Il fallait le mettre hors jeu le plus rapidement possible pour pouvoir avancer. Pas question d'échouer. Cela ne faisait pas partie de son vocabulaire. Calculus ! Aucune idée du pourquoi du comment, mais le déluge de pierres qui s'abattit sur la créature massive lui arracha un sourire carnassier. On avait entendu des craquements, et, alors que les rochers disparaissaient à mesure qu'ils la touchaient ... était-ce du sang ?

Touch'ra, touch'ra pas ? a écrit:
OUI OUI : Une esquive rapide permet à la Sabordage d’esquiver le coup de la bestiasse.
OUI NON : Une esquive moyennement rapide permet à Hija de juste se prendre la massue dans le flanc déjà abimé par le fouet, ajoutant aux dégâts au passage.
NON OUI : Une esquive franchement bof permet à Hija d’entendre ses côtes craquer sous l’impact.
NON NON : Une esquive complètement ratée envoie Hija au tapis d’un joli coup à la tête. Sonnée pour le tour.

L'empire contre-attaque a écrit:

CALCULUS (si pas NON NON)
OUI OUI : La réplique est violente et le troll se prend un déluge de pierres bien méritée en pleine face.
OUI NON / NON OUI : Bon, une pluie de petits cailloux, ça distrait, au moins ?
NON NON : Pas de concentration, pas de projectiles !

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 1:48
Le membre 'Hija Sabordage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
Jamais sans mon pyjama
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t201-
Messages : 1108
Date d'inscription : 10/09/2016
Célébrité : Jenna Coleman
Crédits : Schizophrenic

Double compte : James Windsor

Age : vingt-quatre ans
Sang : sang-pur
Statut : fiancée à Henry Avery
Métier : avocate au magenmagot
Baguette : 28cm, bois de noisetier, écaille de dragon, légèrement flexible & droite
Dialogue : #836096

fille unique de feu Donald Rowle et de Marion Vaisey, elle aurait dû être l'héritière de la famille Rowle - si les règles patriarcales avaient changé • son père meurt en 2030 alors qu'elle n'a que sept ans et demi, Marion passe un accord avec la branche secondaire des Rowle : elle et Olivia renoncent à l'héritage familial et au nom de famille mais partent avec tout, y compris la renommée de la famille et reprennent la tête de l'héritage Vaisey • Mangemort depuis leur reformation en septembre 2045, la Marque déposée sur sa cheville gauche, elle sait aujourd'hui qu'elle fera tout pour éliminer les terroristes, surtout à ceux cherchant à faire du mal à ses proches • a grandi dans une famille où concilier les règles de la bonne jeune Sang-Pure et avoir de l'ambition a toujours été possible et personne ne lui fera abandonner sa carrière d'avocate au profit d'une vie de femme au foyer • a hérité de la fortune (restante) des Rowle suite à la disparition du dernier d'entre eux mi janvier 2047, faisant d'elle la seule réelle Rowle restante, même si elle n'en porte pas le patronyme.
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 20:56
Et même avec l’intervention de Calliope, cette foutue porte ne cède pas. Comment ? Pourquoi ? Encore plus frustrée et agacée de savoir que ces raclures de Phénix nous ont ainsi distancé, je n’arrive pas à garder mon calme en voyant Varian s’exciter comme un demeuré contre la porte. « ARRÊTE AVEC TES FOUTUS SORTS VARIAN, CA NE SERT A RIEN ! », crié-je en espérant le faire réagir un minimum. Ça n’est pas en lançant n’importe quel sort sur la porte que nous allions réussir à avoir un résultat positif. Ils ont réussi à l’enchanter (et bien) de l’autre côté. Scroutt. Foutus terroristes. Foutue chaleur qui ne veut toujours pas s’atténuer. Foutue mission.

Heureusement pour moi, la colère de Varian n’ayant pas eu le temps de s’abattre sur moi – et vice-versa, d’ailleurs – la tante d’Hélios nous ramène tous à la réalité en parlant d’une seconde porte par laquelle nous pourrions essayer de rentrer. Je tente de calmer mes nerfs, retirant quelques perles de sueur de mon front d’un revers de ma main avant d’imiter Calliope pour trouver une entrée quelconque. Avant d’être interrompue par un son étrange.

Un gobelin. Nommé Raskine. Accompagné de deux sorciers et portant… Une baguette ? Je l’observe avec dégoût et appréhension. Je resserre ma poigne autour de ma propre baguette, sentant le danger à des kilomètres. Cette raclure, lui aussi décidément, porte une baguette et défie Calliope Kark sans sourciller. Et attaque. Scroutt.

saleté de gobelin:
 

Les sorts volent et j’écope d’un beau Everte Statum de plein fouet. Je fais un vol plané et mon dos rencontre douloureusement un des murs du théâtre. Scroutt, scroutt et re-scroutt. Toi, l’abomination tu vas prendre. Réussissant, non sans douleur, à me remettre sur mes deux jambes et rejoindre mes camarades, je ne peux qu’assister à l’exécution parfaite du sort de magie noire de Varian sur l’un des sbires sorciers du gobelin (quelle hérésie, par Rowena). Je décide alors, pleine de rage et de douleur, de me défouler sur le deuxième sorcier restant. « Souffre, par Rowena, ENDOLORIS ! »

et le deuxième sorcier dans tout ça...:
 

Le sorcier se tort alors de douleur alors qu'un rictus satisfait se dessine sur mon visage. Oubliant douleur et chaleur, je me défoule sur ce sorcier comme un exutoire. Dommage cependant qu'il ne retrouve pas son comparse au sol. Mais je m'en contente pour l'instant.

Résumé a écrit:
Hélios se prend un gros blixten sale et anticipé parce qu'il est une grosse victime et la cible principale. Il est expulsé jusqu'à la porte du Criterion, est parcouru par des chocs électriques et il lance des sortilèges comme un nul. Et c'est tout.

Varian il est vénère de ouf. Remonté, il pare l'attaque du Gobelin et envoie au tapis un de ses sous-fifres grâce à plusieurs flammes violettes (magie noire). A bout de souffle et mal en point à cause du sortilège qu'il a jeté, Varian est trop fatigué pour célébrer sa victoire.

Hija esquive l'attaque fait sa fête au troll dans la foulée. Le troll reçoit des pierres sur la tête et ça fait bien mal. Elle gère, donc.

Olivia, tout aussi énervée que ses comparses à cause du mélange porte bloquée + chaleur + Phénix qui s'enfuient, se prend un Everte de la part du gobelin. Elle rencontre douloureusement le mur du théâtre mais réussit tout de même à se lever et contre-attaque sur l'un des sorciers encore debout d'un doloris. Doloris qui ne sera pas suffisant pour le faire rejoindre son collègue au sol mais assez fort pour lui faire bien bien mal. Au moins elle se défoule.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
there's a ghost in the back of this room and i don't like it. i fall asleep with my covers pulled up and try to fight it. i gotta say it's hard to be brave when you're alone in the dark. i told myself that i wouldn't be scared, but i'm still having nightmares. (c) okinnel.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 20:56
Le membre 'Olivia Vaisey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
Veuve noire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 452
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 23:40
Ils essaient tous de défoncer la porte, sans succès, et même la magie évidemment plus grande et plus forte de Calliope ne réussit pas à y changer quoi que ce soit. Il n’y a que le Dolohov qui persiste, mélange de rage et d’impatience qui inquiète un peu la jeune femme. Elle connaît Varian. Ou enfin, il y a un temps, elle pensait le connaître, avant que leur relation se délite dans leurs maladresses respectives. Tout ceci est… tellement éloigné du jeune homme qu’elle croyait connaître. Avant la Russie. Évidemment. Quelque chose qui a changé, chargé de la même sombre énergie destructrice qui se meut en Hélios, et qui se retrouve là exposée aux yeux de tous. Olivia crie, lui ordonne d’arrêter, et Salomé se promet de la remercier. Parce qu’elle est à deux doigts de mettre une claque à Varian, afin qu’il arrête ses bêtises, tout en sachant très bien qu’il risque de lui rendre la pareille. L’intervention de la Serdaigle lui semble sonner le glas de leurs efforts conjugués, et les mots de la Kark confirment le tout. Une autre entrée. Forcément.

Un toussotement désagréable résonne parmi eux. Salomé se retourne, regarde les deux garçons. Aucun des deux ne semble responsable. « Hum hum », résonne à nouveau la voix aigüe, et ils lèvent tous les yeux vers trois nouveaux invités. Deux sorciers et un gobelin, qui se présente sous leurs yeux et oreilles ébahies.

La baguette dans la main du gobelin échauffe l’esprit de Salomé, qui ne peut cacher une moue vaguement dégoûtée. Qui donc est le sorcier inconscient qui ait laissé ce gobelin s’approprier le précieux objet ? Aucun ; il l’a probablement volée. A tué un honnête citoyen afin de s’accaparer ce qu’il n’aurait normalement jamais pu posséder. Un petit frisson de déplaisir, qu’importe la chaleur écrasante, et ses yeux sombres se posent sur les sous-sorciers qui accompagnent la créature. Une honte pour toute la nation, que ces personnages. La voix de Raskine lui vrille les oreilles, et encore plus les propos sirupeux qu’il ose sortir au visage de Calliope Kark, comme si elle était une inconnue, et non pas Calliope Kark.

Dés:
 

Les hostilités sont lancées par Raskine, qui met d’abord Hélios au tapis avant de s’attaquer à chacun d’entre eux. Le sortilège de Luxation qui file vers elle, la Poufsouffle tente de l’éviter en se poussant littéralement, mais il ne la rate pas. Son poignet droit est directement touché par l’éclair et un cri déchirant de douleur lui échappe, alors qu’elle sent distinctement l’articulation claquer et se démettre. Sa baguette passe dans son autre main, dont la prise est maladroite, mal à l’aise, sur le bois de charme. L’arme tourne un peu dans sa main, comme si ses doigts tentaient de chercher la façon la plus confortable de tenir cette baguette qui est habituellement maniée par l’autre main. C’est tout ce qu’elle peut faire. Salomé ramène son poignet blessé contre sa poitrine et se plante bien fermement sur ses pieds. À défaut de pouvoir utiliser sa main dominante… elle peut au moins faire tout le reste très bien, et ainsi espérer être victorieuse. La baguette se pointe sur le second sbire de Raskine. Celui qui déjà se tord de douleur sous le sort d’Olivia. Le sortilège qui passe sa baguette frappe directement l’homme, dont l’expression se fige dans quelque chose de… surpris. Surpris, alors que sa gorge s’ouvre et qu'il tombe de son balai, dans des gargouillis écoeurants et une mare écarlate qui s'étale autour de son corps. Elle souffle sur une mèche brune de ses cheveux, jette un regard de biais à ses camarades. À Varian, plus longuement, et son souffle encore court.

Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Sam 21 Avr - 23:40
Le membre 'Salomé O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1440-joaquim-cervera-bernal
Messages : 200
Date d'inscription : 28/10/2017
Célébrité : Jon Bernthal
Crédits : Swan & wiise

Double compte : Scylla N. Lagides & Lizzie O'Meara & Calypso Layibadé

Age : Quarante deux ans
Sang : Sang-de-bourbe
Statut : Célibataire
Métier : Règl'Tout au Ministère de la Magie (homme à tout faire, en somme) ¤ Phénix, membre de la Suicid Squad
Baguette : Tronc de 30cm en bois de chêne rouge, portant en son coeur une griffe d'Hippogriffe, rigide et légèrement courbée.
Epouvantard : Un loup-garou, comme celui qui a tué son père.
Dialogue : [color=#ffcccc]

Colombien ayant vécu dans le monde moldu jusqu'au projet Filet du Diable (avec un petit intermède scolaire à Castelbruxo), ancien membre d'un gang du quartier du Barrel. † Arrivé en Angleterre en 2041, à la demande Jane Callaghan, laquelle l'a recruté en 2033. † Pietramancien † Surnommé « Le Boucher » à cause de son goût du sang prononcé durant les affrontements. Hors du Ministère, il se trimballe toujours avec son couteau à lame dentelée.
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 22 Avr - 0:15
Le colombien laissa ses yeux rouler vers le ciel alors que Nero s'administrait un soin à peine efficace. « Tant pis pour toi ! » Au moins avait-il réussi à endiguer le flot carmin de ses autres plaies. Rien qui tiendrait indéfiniment, mais au moins pouvaient-ils espérer qu'il ne glisse pas dans une flaque de son propre sang quand les mortifagos passeraient cette porte.

Ce qui, visiblement, ne serait pas dans l'immédiat. Bien que ni le gamin ni lui-même ne soient intervenus, le battant restait sourd aux attaques violentes venues de l'autre côté. Les deux femmes avaient, visiblement, fait un excellent boulot, rendant leurs compères de l'autre sexe tout à fait dispensables. Un constat qui n'étonna en rien le Boucher de Medellín, pour les avoir suffisamment vu à l’œuvre, elles et leurs consœurs - de tous sangs confondus. Au contraire, il rendit à Joaquim la force qui lui avait fait défaut ces dernières minutes, craquelée l'Impardonnable que l'autre cul-serré miniature avait eu l'audace de lui infliger. T'en fais pas, on va vite se retrouver promit-il intérieurement alors qu'ils emboîtaient le pas à la Fuller dans les profondeurs du théâtre.

A défaut d'avoir remis son tee-shirt - de toute façon, auréolé d'un carmin poisseux qu'il n'avait aucune envie de voir coller à sa peau s'il n'en était pas l'auteur -, il avait au moins réajusté son bandana. Il y avait assez peu de chances que l'ennemi le reconnaisse aux pectoraux - quoi que la petite O'Ryan était pleine de ressources - et, bien qu'il ne fut pas du genre à s'exposer aussi aisément torse-nu, il devait avouer que l'absence de tissu l'arrangeait plutôt. Sans lui, il lui semblait qu'il transpirait un peu moins, ce qui, franchement, n'était pas du luxe.

L’œil et l'oreille aux aguets, lumos au bout de la baguette, il reconnut les contours de la silhouette avant que Scarlett ait eu besoin de s'exclamer. Un frisson de dégout lui parcourut l'échine. Il avait une sainte horreur des trolls. « Bande d'enfoirés. » grommela-t-il, pas plus étonné que par les compétences des Phénix un peu plus tôt. C'était tout à fait les Criterion que de leur tendre un coup pareil. A leur place, il aurait fait exactement la même chose. Il jeta une œillade au Callaghan à ses côtés. « Tu prends le flanc droit, moi le gauche. » Comme quoi, il n'était rien de mieux que quelques bonnes baffes pour rapprocher deux âmes. Exécutant son propre ordre, il contourna prudemment la créature avec toute la vivacité possible, avant de s'accroupir pour appeler la pierre que le plancher défoncé laissait apparaître. « Sten staty. » La forme pierreuse naquit du sol. Haute de deux bons mètres, elle avait de quoi se mesurer à l'ire du troll. Toutefois, malgré son intense concentration, le colombien sentit avec horreur sa création commencer à lui échapper. Et pour cause, déjà largement titillé par le sortilège réussi de Hija, l'apparition de ce nouvel adversaire ne fit qu'attiser un peu plus sa colère. Avant qu'il ait pu lever les bras pour se protéger - réflexe vain mais si humain -, il décolla du sol. Soufflé par la main gargantuesque de la créature, son dos alla heurter le mur le plus proche dans un craquement sinistre de côtes fêlées.

Et pendant ce temps-là, le golem s'en retournait vers les Phénix. Indécis. Peut-être plus pour longtemps ? Bravo Joaquim. Vraiment, mon gars, tu gères.

Les dés de \"j'essaie d'être badass mais ça sent surtout la poisse" a écrit:


Dé 1 : LE GOLEEEEEEEEEEEEEEEEEEM
Oui/Oui : Joli golem, jolie maîtrise ! Le troll a désormais un adversaire à sa hauteur et prend plutôt cher.
Oui/Non - Non/Oui : Oui oui, joli le golem hein Jojo ! Mais pas suffisamment puissant pour vraiment enrayer l'ire de notre nouveau copain. C'est à peine si ça le ralentit.
Non/Non : Non seulement ça ralentit à peine bébé troll mais en plus, Joaquim n'étant pas dans une forme olympique (chaleur, contre-coup de l'impero toussa toussa), il sent que son emprise sur l'être de pierre lui échappe rapidement. TOUS AUX ABRIS.

Dé 2 : Un Jojo aplati pour vous servir ?
Oui/Oui : Eh non !
Oui/Non - Non/Oui : Un peu quand même (explication en fonction de la réussite du golem et/ou des conséquences du sortilège réussi d'Hija)
Non/Non : Ah putain, carrément ! Tu la sens la commotion là ? Oh oui, elle vient !

Résumey a écrit:
Hélios se prend un gros blixten sale et anticipé parce qu'il est une grosse victime et la cible principale. Il est expulsé jusqu'à la porte du Criterion, est parcouru par des chocs électriques et il lance des sortilèges comme un nul. Et c'est tout.

Varian il est vénère de ouf. Remonté, il pare l'attaque du Gobelin et envoie au tapis un de ses sous-fifres grâce à plusieurs flammes violettes (magie noire). A bout de souffle et mal en point à cause du sortilège qu'il a jeté, Varian est trop fatigué pour célébrer sa victoire.

Hija esquive l'attaque fait sa fête au troll dans la foulée. Le troll reçoit des pierres sur la tête et ça fait bien mal. Elle gère, donc.

Olivia, tout aussi énervée que ses comparses à cause du mélange porte bloquée + chaleur + Phénix qui s'enfuient, se prend un Everte de la part du gobelin. Elle rencontre douloureusement le mur du théâtre mais réussit tout de même à se lever et contre-attaque sur l'un des sorciers encore debout d'un doloris. Doloris qui ne sera pas suffisant pour le faire rejoindre son collègue au sol mais assez fort pour lui faire bien bien mal. Au moins elle se défoule.

Salomé se prend un sortilège de Luxation bien méchant de la part de Raskine, directement sur son bon poignet. Remontée et forcée d'utiliser sa main la moins agile, elle lance un sort sur son sbire et lui tranche net la gorge.

Joaquim - toujours torse-nu, soulignons-le -, profite de l'attaque d'Hija pour se faufiler jusqu'au flanc gauche du troll et crée un golem de pierre. Sauf que le contrôle lui échappe à cause de la chaleur et du contre-coup de l'impero. Non content de se prendre une bonne tatane par la créature et de fly like a bird contre un mur, il vient de créer un nouvel adversaire à ses copains Phénix. On dit merci qui ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
I'm not afraid to take a stand. Everybody come take my hand. We'll walk this road together, through the storm ; whatever weather, cold or warm. Just letting you know that you're not alone. Holler if you feel like you've been down the same road.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 22 Avr - 0:15
Le membre 'Joaquim Cervera-Bernal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 475
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 22 Avr - 1:32
Ecoute, j’suis désolée pour les coups. Mais par les mille putains de Jones, on a besoin de toi, ok ? Nero qui n’avait pu s’empêcher de suivre l’échange entre les deux cousins, arqua un sourcil. Jones ? Loin de faire le lien avec un énième célèbre pirate, le Callaghan pensa aussitôt à Sam. «  Mais Jones… Il n’a pas de putains.  » avait-il marmonné seulement pour lui-même. «  Il n’a que Lizzie.  » Ce qui n’était à la fois pas mal, et pas grand-chose en même temps. Personne ne releva ses mots ou son trouble. Même lui ne s’y attarda que très peu, se promettant toutefois d’en toucher deux mots au Yankee. Que sa frangine soit aussi affable d’un troll dénutri ne justifiait pas qu’il aille voir des putes. Et d’abord, où il en trouvait des putes Sam ? Il y en avait à Vivecime ? Et personne ne lui avait jamais rien dit ?

À l’instar du reste des phénix, Nero s’engouffra dans les profondeurs du théâtre. Sa curiosité plus que sa vigilance le poussait à attarder son regard partout. Sa baguette une fois parée d’un lumos se posait sur chaque élément nouveau digne de son attention. Il se faisait l’effet d’être comme sa mère, lorsqu’elle explorait d’antiques bâtisses, et autres temples perdus. À ceci près, que sa mère n’était jamais tombée sur un troll au gré de ses missions.

« Tu prends le flanc droit, moi le gauche. » Le Callaghan obtempéra se glissant à l’endroit exact que Joaquim avait indiqué. Il avait obéit naturellement, parce qu’un instant, un terriblement curieux instant, le colombien lui avait rappelé Obbie. Une nuée de gravats s'abattit alors sur le troll. Nero identifia immédiatement Hija comme en étant l'origine. Le sang-mêlé présuma avec un peu trop d'enthousiasme qu'après ça le troll leur fouterait la paix. Mais non. Il envoya paitre Joaquim, puis ce fut à son tour. La terrible massue s'abattit sur le Callaghan avant qu'il n'ait eu le temps de formuler un sort, seul un pas salutaire lui fit éviter le pire. Il vola en arrière au contact de l'arme contre son abdomen. Le souffle court, la massue touchait des points déjà rendus sensible par la furie du Colombien. Affalé sur le sol, peinant à respirer, il articula avec difficulté son sortilège : «  Confringo  » Mais le sort se perdit un poil plus haut au niveau du plafond. L'explosion faiblarde, ne fit tomber sur le troll qu'un léger nuage de poussière et de cailloux, en un remake lamentable de la belle attaque d'Hija.

Parvenant enfin à reprendre une respiration normale, Nero fit encore ce qu'il savait faire de mieux : brailler. «  Mais pourquoi un troll ? Mais quelle idée de merde ! Ils se sont dit quoi les gars ? Tiens si on avait un troll domestique ? UN TROLL !  » Et en plus, il puait.

Les dés:
 

Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 22 Avr - 1:32
Le membre 'Nero Callaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Rachel Weisz
Crédits : Kim

Age : 45 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Mariée à Brashen Kark
Métier : Présidente de l’Union des Sang-pures Actives // Co-leader des mangemorts
Baguette : 25 cm, bois d'aulne et crin de licorne.
Dialogue : [color=khaki] [/color]
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Dim 22 Avr - 20:30
« Cinquième tour »
Calliope Kark & Scarlett Fuller



Un rictus de frustration parcourut Raskine en voyant chuter ses deux sbires. Vermine humaine. Il parait un à un les sorts que Mrs Kark lui lançait pour tenter soit de le tuer, soit de l’empêcher de faire pleuvoir les sorts sur eux. «Expelliarmus ! » Ah ça non ! Pas sa baguette ! Raskine contra aussitôt. L’heure n’était plus aux politesses et les échanges avec les sorciers ne l’avaient déjà que trop agacé. Se passant de mots dont il n’avait plus besoin, il lança un maléfice qu’aucun sorcier n’avait vu, qu’aucun sorcier n’était sans doute capable de lancer. Un à un, les mangemorts se figèrent comme retenus par des chaines invisibles, captifs. Ils étaient tous devenus ses prisonniers.

***


« Par Merlin, boucle-la Nero ! Diffindo !  » Le sort avait beau avoir été exécuté à la perfection, seule une légère entaille s’imprima sur la peau grisâtre du troll.
« Putain de troll ! Et putain de…  » Le troll se figea. Les insultes avaient-elles une prise sur l’infâme créature ? Non. Une dizaine de sorcier se trouvaient dans le dos du Troll, et le menaçait du bout de la baguette. Dans un geste coordonné et synchronisé à la perfection par l’habitude, ils avaient figés la créature. Le golem de pierre se décida alors enfin à bouger, s’agitant contre tout ce qui se trouvait sur son passage. Il rencontra Odin qui se prit un méchant coup.  Deux sorts percutèrent alors le golem et le firent voler en éclat. L’un venait de Scarlett, l’autre s’était échappé de la baguette d’un des sorciers du Criterion. Ce dernier s’avança, dévoilant ainsi son visage à la lueur des lumos. Une chevelure poivre et sel trahissait ses presque cinquante ans. De lui se dégageait une certaine vigueur, et étincelait dans son regard une forme de malice. Les autres sorciers couvraient ses arrières, sans doute était-il donc leur chef. Sa mine jusqu’ici sérieuse fut ponctuée d’un rictus sous forme de tressaillement, comme s’il venait d’être percuté par quelque chose. La même expression traversa le visage de la Fuller. «  Scarlett Fuller ?   
Aleksander Galinski ? » L’homme opina du chef, confirmant son identité. Galinski. Sang-de-bourbe soviétique, qui avait fait son chemin jusqu’à Londres une vingtaine d’années plus tôt, pour y lancer son commerce. Son commerce en question, était un petit mais prolifique trafic de drogue. Scarlett avait été à l’époque une de ses clientes les plus fidèles, avant de devenir sa compagne de faction. Ancien membre de l’Ordre du Phénix, plus personne n’avait eu de nouvelles de lui après le retour au pouvoir des mangemorts. Le baron de la drogue était resté planqué. Un choix que Scarlett comprenait à défaut de le respecter. Au moins avec Galinski, ils avaient une chance de s’en sortir. Sans compter que la dernière fois qu’ils s’étaient vus, Scarlett étaient encore moins vêtue qu’à présent. Le petit dealer avait toujours eu un petit quelque chose pour sa cliente, les allures d’apocalypses de la fin du régime phénix l’avait poussé à franchir une limite qu’ils s’étaient jusqu’ici refusés. Ça avait été le cas de beaucoup de sorcier à l’époque, et pour Scarlett, si l’expérience avait été plaisante, elle s’était surtout retrouvée lourdes de conséquences. Neuf mois plus tard, Nero s’était invité dans sa vie.
«  Ça fait quoi 24 ans ?   
- À peu près, oui.
C’est bien gentil tout ça, mais c’est qui, Maman ?  »
- Un ancien membre de l’Ordre du Phénix, Nero.
- C’est ton fils ?  » Un lueur de gêne passa sur le visage du Galinski alors qu’il scrutait avec une certaine intensité le Callaghan. « Il a quel âge ?   
- À peu près 24 ans.  » Un sourire plein de malice ourla les lèvres de la Fuller, alors ce qu’elle se faisait un plaisir de voir le Galinski se poser tout un tas de questions à une vitesse folle. Était-il le père de Nero ? Ah ah ah Merlin seul savait qui avait bien pu l’engrosser. «  Tu te doutes bien, Aleksander, que si nous nous retrouvés devant ton troll, c'est qu’on ne vient pas seulement échanger des politesses, ou acheter des potions. On vient négocier avec les membres du Criterion’s. Mais d’abord, laisse-nous prendre soin de notre coéquipier.  »  Du bout de la baguette, elle pointa Odin qui ne s’était toujours pas relevé. Aleksander acquiesça et la Fuller s’agenouilla au chevet du pirate. Au vu de ses grognements, le golem lui avait défoncé la cage thoracique. «  Il faut qu’il rentre au QG tout de suite.   »  Scarlett sortit de sa poche une flasque qu’elle transforma aussitôt en portoloin qu’elle glissa entre les mains d’Odin. Ce dernier disparut aussitôt. «  Maintenant, négocions.   »

Scarlett énonça avec soin le plan de la prise de Londres, et les arguments auxquels serait sensible le gang. Elle vit plusieurs fois Galinski sourire, et à l’inverse parfois froncer les sourcils. Tout n’était pas gagné, aussi furtivement la Fuller avait abaissé un peu son t-shirt pour offrir une vue dégagée sur son décolleté. Argument de choc. «  J’entends bien ce que l’Ordre propose, Scarlett. Seulement, je ne suis le seul à décider. J’ai fondé le Criterion avec quelqu’un d’autres, et il se montre souvent moins raisonnable que moi, quoique nettement plus futé. Mais je crois que ça peut valoir le coup de vous présenter Raskine.  » Les malfrats dégagèrent la porte pour laisser les phénix dans la grande salle de théâtre. Cette dernière grouillait de monde. Les membres du gang s’y étaient retranchés. Mais bien vite, Scarlett se soucia peu des Criterions, son regard attiré par ce qui se trouvait sur la scène : les mangemorts.

Désarmés, ils déambulaient sur la scène, emprisonnés par une barrière magique qui les empêchaient de s’échapper. Aleksander pointa du doigt Raskine, un gobelin. Bordel un gobelin. «  Je vais aller lui parler, le mieux encore c’est que ça soit moi qui lui explique tout.    » Les phénix furent invités à s’asseoir, et à admirer le spectacle qu’offraient les mangemorts. Scarlett scrutait avec appréhension le Galinksi et le gobelin qui échangeaient des messes basses. Les sourcils froncés qu’ils affichaient laissaient présumer d’âpres négociations. « Crois-moi, c’est la meilleure solution.  » entendit Scarlett trancher le Gobelin. D’un claquement de doigts, Raskine fit signe à une dizaine de ses sbires de se rapprocher de lui. Et Scarlett sut aussitôt que c’était mauvais signe. À peine eut-elle le temps de raffermir sa main sur sa baguette qu’une dizaine d’expelliarmus fondaient sur eux. Les phénix se retrouvaient désarmés. « Votre plan nous desserre profondément. Dans l’intérêt du Criterion, nous préférons que vous mouriez.   » Scarlett vit Galinski élever sa baguette, avant qu’un de ses équipiers ne le force à abaisser son bras. « Mettez-les avec les mangemorts, je pense qu’ils peuvent nous offrir un beau spectacle.   » Les phénix furent immobilisés, puis à leur tour emmenés sur la scène où on avait figé également les mangemorts. Des Criterion installèrent de part en part de la scène diverses armes, avant de quitter l’estrade et s’installer avec le reste de leurs comparses dans les sièges de velours. Raskine leva le maléfice immobilisant mangemorts et phénix, et un sourire mauvais aux lèvres lança : « Maintenant, battez-vous ! Le dernier survivant aura la vie sauve. »


«Informations»

ϟ Bon, du coup, keskis'passe ? Les mangemorts se font capturer par Raskine et emmener à l’intérieur du théâtre par transplannage de groupe. On les stocke sur la scène transformée en prison magique. Ils n’ont plus leurs baguettes. Les phénix rencontrent le second chef des Criterions un ancien membre de l’Ordre. Scarlett lui explique leur projet pour Londres. Galinski en discute avec Raskine, mais le gobelin n’aime pas le plan et capture également les phénix. Ils emprisonnent tout ce petit monde sur la scène, fait disposer des armes de toute sorte, et leur ordonne de s’entretuer. Bisous.

ϟ Keskonfé ? HUNGER GAMES !    Battez-vous à la moldue

ϟ Absences Nero a manqué un tour, et Odin a manqué trois tours : il est, par conséquent, exclu de l’event.

ϟ Fin du tour Ce tour se terminera le mardi 24 avril à 5h du matin (heure française).

HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 141
Date d'inscription : 04/01/2018
Célébrité : Colton Haynes
Crédits : frith

Double compte : Alice Charley & Theresa Mulciber

Age : 23 ans
Sang : Sang-pur
Statut : Célibataire
Métier : Duelliste professionnel
Baguette : Son troisième bras, son épée : 34,5 cm de bois d’if, plume d’oiseau-tonnerre, plutôt rigide et droite.
Epouvantard : Arutha qui tue Scylla, avec lui-même pour complice.
Dialogue : #b3ffcc
Longtemps en relation fusionnelle avec sa jumelle, Scylla Kark, il tente aujourd'hui de recoller les morceaux et c'est difficile - Fils d'Arutha Kark et ce n'est pas une qualité - Meilleur ami de Varian Dolohov et il en est fier - Apprenti de Sofia Dolohov, ça aussi il en est fier - Possible héritier - Bien qu'il soit un Mangemort convaincu, il voudrait changer certaines choses dans la communauté sorcière (pour le mieux) - Son ego est bien nourri - Veut retrouver sa maman - Duelliste prodige qui se plante lorsque ça devient sérieux - Aime tout ce qui est viril
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 1:05
Hélios se souvient avoir rejoint l’équipe pour protéger Londres animé de sentiments nobles. Servir la patrie, voler au secours du peuple, rétablir l’ordre… C’est aujourd’hui qu’il réalise à quel point cette ville est infectée et dissidente. Enfermé avec les Mangemorts, il reste comme enchaîné par un enchantement, le visage noir de vengeance. Un gobelin nous a eu. Un gobelin ! Une créature qui ne devrait même pas avoir le droit de vivre en société… Le Ministère devrait régler leur cas une fois pour toute, pense-t-il avec haine et violence. Il essaie de trouver les yeux de Varian mais n’y arrive pas, alors il scrute Olivia. Valeureuse Olivia… belle Salomé… Sans aucune forme de raison, il tente en vain de bouger ses bras pour récupérer sa baguette absente. Son épée, son arme, son troisième bras, le cadeau du père… Disparu. Il se sent alors nu et plus vulnérable que lorsque les éclairs venaient lui créer des spasmes incontrôlables.

L’envie de se battre n’en brûle que davantage. En dévisageant tous ce qu’il appelle les déchets de la société – incluant les Phénix qui les rejoignent – il meurt d’envie de jouer des poings, quitte à ce qu’il s’abaisse au niveau des moldus. En voyant la bande de terroriste discutée gentiment avec la vermine, Hélios est réconforté dans son idée que l’Ordre du Phénix ne vaut pas mieux que la pègre. Son attention s’attarde quelques instants sur Nero mais il revient sur ses pairs. En fait, c’est dans ce moment d’étrange calme qu’il a le plus l’impression que sa vie ne tient qu’à un fils. Qu’un imbécile pourrait l’abattre à tout moment et il pourrait… rien n’y faire. Avec sa baguette, le Kark avait l’assurance. À mains nues… Il redevient le petit vers blanc aux pieds de Sofia Dolohov, malgré son corps bâti par les exercices physiques intenses. Il se perd alors dans les femmes l’entourant : Olivia, Salomé, sa tante Calliope… Il sent qu’il se battrait jusqu’à la mort pour l’honneur de chacune d’elle. Avec Varian, bien sûr.

L’héritier sourit, mesquin, lorsque les Phénix se font capturer et mener sur la scène. Une ironie du sort qu’il apprécie en ces instants. Ils connaissent maintenant la saveur de la trahison… Puis, il retrouve l’usage de ses membres. Comme tous les Mangemorts et les Phénix. Hélios craque son cou tandis que Raskine donne l’ordre de se battre. La victoire finale, il s’en fiche. Il refuse de sortir du taudis moldu sans l’un des siens. De toute manière, il se doute que si personne ne vient les sauver, ils mourront tous peu importe la finalité. Je préférerais mourir plutôt que de repartir seul. Non, tout ce qui importe maintenant c’est l’amusement de ces animaux. Il nous faut gagner du temps. Espérer des renforts. Pour ça il faut jouer le jeu. Sans mourir. Et si je dois tuer pour protéger les autres en attendant, tant mieux. Sauf… un. Nero. Il fixe le Sang-Mêlé. Froid comme la Finlande.

Il court tête baissée vers les Phénix. Sans réfléchir. Plus impulsif qu’une balle perdue. En chemin, il prend une espèce de bâton en bois un peu lourd ressemblant à une baguette (une batte de baseball datée 2025 de fabrication américaine). Il ne prend même pas le temps de se pencher : il s’incline légèrement et prend l’arme d’une main. Ses pas lourds résonnent dans tout l’amphithéâtre alors qu’il fonce vers les oiseaux de malheur. « Pureté et puissance ! », crie-t-il à l'endroit des Phénix, pour ensuite frapper le Callaghan au visage du pommeau de sa batte. Dès qu’il tombe par terre sous le choc du bois swingué par son bras musclé, il murmure à son intention : « On a un compte à régler. » Qu’il tente de se relever ou non, le Kark le prend par le col, le soulève d’une poigne folle d’adrénaline, lâche la batte et lui assène un lourd coup de poing au bas du ventre. Puis, il devient moins véhément et continue de murmurer, dans le chaos, à lui seul. « Sale chien si tu ne veux pas qu’elle pleure cette nuit, bats-toi comme un homme et fais-nous gagner du temps. Sinon, c’est eux qui te tueront. » Et je ne pourrais rien y faire. Bien qu’Hélios donne de vrais coups à la hauteur de sa rage contre le Callaghan, cette bataille n’est plus ni moins qu’une comédie macabre. Une prestation où ce sont les spectateurs qui se jouent des acteurs. Et si pour sortir de là vivant et revoir sa jumelle, il lui faut prendre des coups de son… beau-frère, alors ainsi soit-il. Il peut me frapper à son tour, ce n’est que du jeu. À chaque attaque, il met de l'eau dans son vin en attendant que le Callaghan lui rende la pareille.

Fail Inc.:
 

Résumé:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 1:05
Le membre 'Hélios C. Kark' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 84
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Minako

Double compte : Nilhem Kark

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, assouvissant ses besoins avec qui l'intéressera, au moins momentanément ... ou lui offrira une parure irrésistible.
Métier : Parfumeuse, elle est à la recherche d'une nouvelle boutique à Avalon. Les commandes, et celles de poisons, sont toujours évidemment acceptées.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 20:13
Comment en étaient-ils arrivés là ? Hija, bien qu’elle ait la tête solidement vissée sur les épaules, se sentait dépassée par les événements. Sort réussi, ils auraient pu être tirés d’affaire, mais le troll était une créature bien trop coriace pour qu’elle en vienne à bout seule. Et elle n’avait pas cette prétention. Le sort de Joaquim la fit s’arrêter alors qu’elle observait les pierres prendre vie … et se retourner contre lui. Sa mâchoire se serra alors qu’elle essayait d’analyser la situation. Mais quand Odin fut également envoyé au tapis … une seconde de pause. Et ils n’étaient déjà plus seuls. Sa main avait immédiatement attrapé le foulard pour le rabattre sur son visage. Ses yeux passaient des uns aux autres, évaluant la situation. Odin était trop éloigné pour qu’elle se rapproche de lui. Chaque mouvement devait être calculé face aux nouveaux arrivants. Sur ses gardes malgré le ton familier qu’employait leur meneuse avec le leader des bandits, elle se décala de quelques pas pour s’accroupir à côté de Joaquim, qui semblait mal en point après son vol plané. Hey… Ses sourcils se froncèrent alors que sa main libre effleurait les côtes du Colombien, faisant abstraction de sa plastique pour se concentrer sur une éventuelle blessure. T’es au courant c’est pas le moment de tout faire pour que je te touche ? De l’humour pour masquer l’inquiétude dont le pli barrait le front de la pirate, référence à la tension quasi palpable entre eux dernièrement. Mais entre son cousin et lui, elle n’avait pas vraiment la tête à ça (même si elle appréciait à juste titre la vue). Pas de sang en vue, à priori, et pas grand-chose qu’elle puisse faire à part lui offrir sa main pour se relever. Tu peux te lever ? Ses yeux trouvèrent les siens une fois à son niveau : Essaye de rester en un morceau, ok ? Pendant ce temps, les négociations avaient apparemment bien avancé, étant donné qu’on proposait de les introduire auprès d’un autre ponte de la bande. Hija se mordit la lèvre alors que Scarlet écartait son cousin, ce qui était plus qu’une bonne chose. Ne pas penser qu’elle lui avait peut-être fait extrêmement mal, au point de le sonner pour la suite avec son sort. Avancer, ses doigts crochetant brièvement ceux de Joaquim.

Le théâtre enfin atteint, elle eut la superbe surprise de voir les Mangemorts, visiblement prisonniers, entourés par le gang qu’ils étaient venus rencontrer. Et leur autre chef, pour le coup, un gobelin. Ce qui ne la fit par sourciller outre mesure. Finalement, ils en auraient peut-être fini plus tôt que prévu et elle pourrait aller au chevet du Sabordage s’enquérir de son état. Il était solide, certes, et il en avait vu d’autre. Mais de là à ne pas se relever … Plus perturbée qu’elle ne l’aurait voulu, ses doigts pianotant nerveusement sur l’accoudoir de son fauteuil, elle ne suivait pas autant qu’elle l’aurait voulu et ne releva le regard que lorsque des silhouettes se dessinèrent à la limite de son champ de vision. Pas le temps de réagir que sa baguette lui échappait déjà. Ses lèvres s’entrouvrirent pour jurer mais elle ne parvint pas à aller au bout. Pétrifiée, impuissante, elle sentit son rythme cardiaque s’accélérer alors qu’ils étaient menés sur scène. Bandant sa volonté pour tenter de bouger, ce fut en pure perte jusqu’à ce qu’elle soit aux côtés de ses coéquipiers, face aux Mangemorts. Avec des armes tout autour d’eux. Se battre ? Le dernier survivant ? Réagir. Rapidement. Il était hors de question qu’elle s’en prenne à qui que ce soit d’autre que leurs adversaires. Ne pas s’appesantir sur la situation. Il leur fallait un plan pour s’en sortir. Déjà, éliminer ceux d’en face. Et ensuite … gagner le cœur du public ? S’ils leur offraient un show à la hauteur … donneraient-ils une deuxième chance aux Phénix ? Dans tous les cas, ils n’avaient pas vraiment le choix, pour l’instant. Rester aux aguets. Mais ouvrir les hostilités. Se baissant dans un mouvement fluide, la pirate récupéra le chakram coincé dans sa botte. De nouveau debout, elle sortit le second de sa ceinture. Pas question de prendre autre chose. Elle avait déjà amené ce dont elle avait besoin. Les armes indiennes brillèrent brièvement. Un Mangemort s’élança (le gamin qui avait retrouvé un t shirt) sur le fils Callaghan. Ils étaient cinq contre quatre. Il fallait viser juste. Et c’était justement ce qu’elle faisait encore de mieux. Rejetant sa longue chevelure noire en arrière, qui s’était détachée dans la bataille, elle assura le posé de ses pieds. Respirer. Les deux demoiselles n’avaient pas l’air de bouger. Et elle ne commettrait pas l’erreur de les sous-estimer une nouvelle fois. Ce fut donc vers elles que le premier coup partit, sous la forme d’un anneau de métal brillant de mille promesses sanglantes. Non tenues. La mâchoire d'Hija se crispa en voyant son arme se perdre sans trouver de cible, à un cheveu de Salomé, certes, mais trop loin pour ne serait-ce que l'effleurer. Changeant le second de main, elle se replaça. Ce n'était pas fini.

VOLE VOLE a écrit:
OUI OUI : Le chakram trouve sa cible : le flan droit de Salomé se fait entailler.
OUI NON : Le chakram dévie, c’est le bras de Salomé qui se fait légèrement chahuter.
NON OUI : Le chakram ne fait qu’effleurer la joue de Salomé.

NON NON : Manque de concentration ou esquive trop preste : cible manquée.

Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 20:13
Le membre 'Hija Sabordage' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1440-joaquim-cervera-bernal
Messages : 200
Date d'inscription : 28/10/2017
Célébrité : Jon Bernthal
Crédits : Swan & wiise

Double compte : Scylla N. Lagides & Lizzie O'Meara & Calypso Layibadé

Age : Quarante deux ans
Sang : Sang-de-bourbe
Statut : Célibataire
Métier : Règl'Tout au Ministère de la Magie (homme à tout faire, en somme) ¤ Phénix, membre de la Suicid Squad
Baguette : Tronc de 30cm en bois de chêne rouge, portant en son coeur une griffe d'Hippogriffe, rigide et légèrement courbée.
Epouvantard : Un loup-garou, comme celui qui a tué son père.
Dialogue : [color=#ffcccc]

Colombien ayant vécu dans le monde moldu jusqu'au projet Filet du Diable (avec un petit intermède scolaire à Castelbruxo), ancien membre d'un gang du quartier du Barrel. † Arrivé en Angleterre en 2041, à la demande Jane Callaghan, laquelle l'a recruté en 2033. † Pietramancien † Surnommé « Le Boucher » à cause de son goût du sang prononcé durant les affrontements. Hors du Ministère, il se trimballe toujours avec son couteau à lame dentelée.
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 20:53
Craquement sinistre. Celui de l'os rencontrant une surface dure, s'entrechoquant avec ses pairs jusqu'à céder. Pas un cri, tout juste un grondement étouffé par l'impact. Le colombien sentit la chute bien plus qu'il ne l'avait vu venir. Allongé sur le flanc, il tenta une première fois de se redresser mais la douleur l'en empêcha. Pourtant, il le fallait. A travers le brouillard de sa souffrance, il avait aperçu son œuvre prête à lui échapper. La piétramancie était un art délicat et il se flagella intérieurement d'avoir eu la bêtise de s'en servir alors qu'il manquait visiblement de concentration. Et de force d'esprit. « Fi ... Finite ... » Ses râles n'y purent rien : impossible de terminer son incantation et de rendre à la terre ce qui lui appartenait.

Au bout de ce qui lui parut une éternité, il parvint à rouler sur le dos en gémissant piteusement. Si bien qu'il manqua l'arrivée de leurs « sauveurs ». Les Criterions avaient enfin décidé de sortir de leur cachette. Quand il reprit véritablement conscience, ce fut pour apercevoir Hija penchée au-dessus de lui, un rire qui se transforma en toux douloureuse répondant à son trait d'esprit. « J'ai un très mauvais sens du timing. » répliqua-t-il néanmoins avant d'acquiescer. Oui, il pouvait se lever. Nouveau grognement alors qu'elle lui palpait le torse. Une côte cassée, il en était certain et au moins une autre de fêlée. Rien qu'il ne pourrait pas supporter le temps d'une mission. Il accepta la main qu'elle lui tendait, se remettant sur ses jambes, leurs visages tous proches alors qu'il lui répondait, sourire aux coins des lèvres : « Il en faut plus pour avoir ma peau, chica. » Et ils emboitèrent le pas au nouveau groupe éclectique, serrant brièvement les doigts de l'indienne entre les siens.

Son regard était à l'affut de leur nouvel environnement. Un sombre pressentiment l'envahit alors qu'il découvrait les lieux - lesquels, pourtant, lui semblaient familiers. Peut-être les repaires de gangs se ressemblaient-ils tous, au fond. Des gueules cassées armées jusqu'aux dents, un ou deux chefs sur son trône et ... Des Mangemorts ? Ma foi, pourquoi pas. Les Criterion's venaient de leur enlever une sacrée épine du pied. Ou pas. Non, vraiment, quelque chose dans l'air gênait l'ancien Rojos, rompu qu'il était à ce genre d'existence. Plus de vingt-cinq ans de vie ne s'effaçaient pas à cause d'une guerre. Avant d'être la conchita du Ministère, la lie de la société à peine au-dessus du moldu, il avait été ce genre de malfaiteurs. « Scarlett ... » La Fuller lui fit signe de se taire, bien que percevant l'urgence dans sa voix. Il n'aimait pas ce gobelin. Il pouvait lire dans ses petits yeux pernicieux la sentence qu'il allait rendre. « Fuller ... » « Votre plan nous desserre profondément. Dans l’intérêt du Criterion, nous préférons que vous mouriez.   » « Cabrones ! » A peine eut-il le temps de rugir l'insulte qu'on s'empara de lui. On le délesta de sa baguette, ainsi que de ses potions alors qu'il se débattait tel un diable, distribuant hijos de putas et autres malparidos fleuris à la cantonnade. Finalement, on le pétrifia. « Regarde ce qu'il a là ! » « Wowo ! Jolie lame ! On la garde ? » Son sang se glaça dans ses veines figées tandis qu'il continuait de les abreuver d'insultes en pensées. « Nan, laisse-la lui. Imagine s'il en tue quelques-uns avec, on pourra la revendre encore plus cher ! » Et sur le regard entendu des gangsters, il fut emmené dans l'arène.

Débarrassé sur maléfice, Joaquim prit une grande inspiration tandis qu'il avisait leurs adversaires. Immobile. Seule partie de son visage visible, son regard transperçait les Mangemorts aussi captifs qu'eux. Et il le sentait. L'instinct du Boucher, qui remontait lentement mais sûrement. Finalement, il lui suffit d'entendre brailler le Kark, puis de le voir précipiter sur le gamin, pour que la dernière barrière cède. Ses prunelles se tintèrent du rouge qu'il rêvait de faire couler alors qu'il dégainait son couteau et traversait l'arène. Vers la petite mierda qui lui avait fait perdre la raison. « Ce soir, tu meurs, gringo. » Ses yeux se plissèrent, laissant deviner le sourire carnassier qui creusaient ses joues, lui tournant autour tel un prédateur à l'affut. Soudain, il arme son bras. Frappa. La lame trancha l'air, ne rencontrant que le vide. Le petit sorcier avait le pied leste. « Si si ! Continue ! J'adore jouer avec la nourriture avant de la découper ! » feula-t-il sans cesser son ballet infernal ni quitter sa proie des yeux.

Le retour d'El Carnicero a écrit:

Oui/Oui : Tmtc que t'es scalpé Varian.
Oui/Non : Une belle entaille sur l'abdomen. Les préliminaires selon Jojo le Rouge.
Oui/Non : Une petite entaille sur le bras roh ! C'est qu'il sait esquiver, l'enfoiré !
Non/Non : Rien du tout ! Mais quelle anguille !
Résumey a écrit:

Dès le début des hostilités, Hélios court vers les Phénix, prend une batte de baseball et fait sa fête à Nero Il lui a donné un coup de pommeau, des coups de poings en le prenant par le collet... Bref c'est la baston.

Hija choisit d'imposer son style pour tenter de faire le show grâce à ses armes de jet préférées, qui n'ont pas été confisquées. Et manque.

Joaquim a aussi pu garder son couteau et prend Varian pour cible. Mais ce dernier esquive sa première attaque, ce qui a pour effet d'exciter un peu plus le colombien ! (coquinou)

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
I'm not afraid to take a stand. Everybody come take my hand. We'll walk this road together, through the storm ; whatever weather, cold or warm. Just letting you know that you're not alone. Holler if you feel like you've been down the same road.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 20:53
Le membre 'Joaquim Cervera-Bernal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Jamais sans mon pyjama
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t201-
Messages : 1108
Date d'inscription : 10/09/2016
Célébrité : Jenna Coleman
Crédits : Schizophrenic

Double compte : James Windsor

Age : vingt-quatre ans
Sang : sang-pur
Statut : fiancée à Henry Avery
Métier : avocate au magenmagot
Baguette : 28cm, bois de noisetier, écaille de dragon, légèrement flexible & droite
Dialogue : #836096

fille unique de feu Donald Rowle et de Marion Vaisey, elle aurait dû être l'héritière de la famille Rowle - si les règles patriarcales avaient changé • son père meurt en 2030 alors qu'elle n'a que sept ans et demi, Marion passe un accord avec la branche secondaire des Rowle : elle et Olivia renoncent à l'héritage familial et au nom de famille mais partent avec tout, y compris la renommée de la famille et reprennent la tête de l'héritage Vaisey • Mangemort depuis leur reformation en septembre 2045, la Marque déposée sur sa cheville gauche, elle sait aujourd'hui qu'elle fera tout pour éliminer les terroristes, surtout à ceux cherchant à faire du mal à ses proches • a grandi dans une famille où concilier les règles de la bonne jeune Sang-Pure et avoir de l'ambition a toujours été possible et personne ne lui fera abandonner sa carrière d'avocate au profit d'une vie de femme au foyer • a hérité de la fortune (restante) des Rowle suite à la disparition du dernier d'entre eux mi janvier 2047, faisant d'elle la seule réelle Rowle restante, même si elle n'en porte pas le patronyme.
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 23:39
Salomé achève le sorcier victime de mon doloris dans la foulée. « Propre. », dis-je impressionnée à la concernée. Mais la disparition des deux sorciers ne signifie pas que tout est fini pour autant. Non loin de nous, Calliope Kark enchaîne les sorts. Il ne reste que le gobelin. Cette immondice qui utilise une baguette volée pour se défendre. Par Rowena, comment arrive-t-il à la contrôler ? A lancer des sorts avec ? L’espace d’un instant, je laisse mon cerveau oublier la situation pour me concentrer sur la créature, espérant comprendre quelque chose pour mieux le contrer. Jusqu’au moment où le gobelin récupère l’avantage. Et nous couvre d’ignominie.

Tous figés et sans baguette, il nous transporte dans une cellule aménagée dans la salle de théâtre. Comme nous tous, je tente de me débattre en vain. Seuls mes yeux, horrifiés par la situation, peuvent se balader comme bon leur semble. Je vis la perte de ma baguette comme lors de l’extinction de magie dans la Tour : mal. Foncièrement incapable de me défendre sans baguette – n’ayant pas le gabarit d’Hélios et Varian – j’ai l’impression de redevenir une petite fille peureuse et perdue. Petite fille qui fait également tout pour cacher sa détresse. Jusqu’à l’arrivée des Phénix – avec un de leur membre manquant à l'appel – et l'échec de leur négociation.

Si mon sang n'a fait qu'un tour en les voyant, retrouvant ainsi un peu de courage, mon sourire imite celui de mes comparses lorsque le gobelin n'aime finalement pas le plan prévu par les Phénix et leur fait subir le même sort. Et s'efface bien assez tôt. Se battre ? Avec des armes moldues ? Jusqu'au dernier ? Il est hors de question de m'en prendre à qui que ce soit d'autre que les terroristes. Et au vu de certains visages autour de moi, cela est le cas de tout le monde. Pourtant, cette restriction n'empêche ni Hélios de foncer sur le fils de Scarlett Fuller, ni l'espagnol du Manoir d'essayer de s'en prendre à Varian. Inoccupée, seule l'autre Phénix cachée reste à distraire. Bien peu sûre de moi, je tourne alors la tête vers Salomé. « Ensemble ? » Au lieu d'une réponse de la concernée, c'est un objet dangereux non-identifié qui nous évite qui me répond, tranchant l'air. Il ne m'en faut pas plus pour tenter alors ma chance. Je récupère alors la première arme qui me tombe sous la main – un couteau – et le lance en sa direction.


Olivia attaque Lame Sainte:
 

Presque logiquement – bien qu'un miracle aurait été grandement apprécié, par Rowena – le couteau ne touche pas la Phénix, la frôlant simplement au bras. Et scroutt. Il ne me reste plus qu'à espérer que Salomé s'en sorte mieux...


Résumé a écrit:
Dès le début des hostilités, Hélios court vers les Phénix, prend une batte de baseball et fait sa fête à Nero Il lui a donné un coup de pommeau, des coups de poings en le prenant par le collet... Bref c'est la baston.

Hija choisit d'imposer son style pour tenter de faire le show grâce à ses armes de jet préférées, qui n'ont pas été confisquées. Et manque.

Joaquim a aussi pu garder son couteau et prend Varian pour cible. Mais ce dernier esquive sa première attaque, ce qui a pour effet d'esquiver un peu plus le colombien ! (coquinou)

Olivia décide de prendre la première arme qui lui tombe sous la main (un couteau). Elle vise Hija, qui a manqué Salomé mais les visait toutes les deux et lance. Le couteau la frôle, évidemment, elle n'est pas faite pour se battre à la moldue, la Olivia...

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
there's a ghost in the back of this room and i don't like it. i fall asleep with my covers pulled up and try to fight it. i gotta say it's hard to be brave when you're alone in the dark. i told myself that i wouldn't be scared, but i'm still having nightmares. (c) okinnel.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 23:39
Le membre 'Olivia Vaisey' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1312-varian-dolohov
Messages : 94
Date d'inscription : 08/10/2017
Célébrité : Cody Christian.
Crédits : Firestorm.

Double compte : Lito Cervera.

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang-pur (Dolohov & Kark).
Statut : Fiancé à Freya Kark.
Métier : Chef de la garde d'Azkaban.
Baguette : 24.3 centimètres, griffe de boogeyman et bois de prunelier.
Epouvantard : Une banshee.
Dialogue : #85c28b


Un Serpentard qui a toujours eu l'âme d'un Serdaigle + Mage noir en devenir + Il a toujours été du genre discret + Il possède son propre sortilège qui le rend très dangereux en milieu clos + Il est capable de se déplacer et de se repérer dans le noir + C'est un soldat qui n'obéit à personne d'autre qu'à son très cher père + Sadique et sarcastique, il est très moqueur. + Sa soeur et son meilleur ami sont surement sa plus grande faiblesse.

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 23:43
Le souffle court, Varian laissa son regard glisser sur Salomé qui, pour une raison qui l’ignorait, le fixait du regard. Mal à l’aise, il détourna les yeux, préférant mille fois les planter sur le Gobelin qu’il ne voyait plus vraiment tant son esprit était ailleurs. Pourquoi est-ce qu’elle me regarde celle-là !?... Sentant sa propre transpiration lui couler le long de la joue, le Serpentard déglutit. Il la détestait, il l’avait toujours détesté alors pourquoi ; Pourquoi est-ce qu’elle le regardait de la sorte ? Etait-elle inquiète ? Admirative ? Jalouse ? Sentant sa concentration lui glisser entre les mains, Varian secoua doucement la tête avant de finalement resserrer ses doigts autour de sa baguette. Fait chier… « Expelliarmus ! » La voix de sa tante résonnait. Retrouvant quelque peu ses esprits, Varian leva les yeux vers le Gobelin qui eut l’air presque outré que l’on puisse penser le désarmer. Une colère qui donna naissance à un sortilège dont Varian ignorait jusqu’à l’existence. Foutue créatures de merde !

Pris au piège, Varian restait silencieux. Ils avaient beau se retrouver dans la merde, Varian avait sa fierté et refusait de se donner en spectacle. Calme, adossé à une surface suffisamment solide pour le soutenir, il fixait ses geôliers tout en faisant craquer le bout de ses doigts. Ces fils de Sinistros allaient le regretter. D’une manière ou d’une autre, il allait les faire payer. Traitres à leur propre race, ces sorciers ne valaient rien. Une bande d’idiots réunis autour d’une erreur de la nature… Une description qu’il aurait très bien pu appliquer aux phénix qui, bien que moins nombreux, avaient réussi à les rejoindre. Des retrouvailles que Varian n’appréciait qu’à moitié, parfaitement conscient du désavantage dont son groupe et lui souffraient. « Votre plan nous desserre profondément. Dans l’intérêt du Criterion, nous préférons que vous mouriez.   » Surpris, Varian fronça les sourcils avant de sourire, presque amusé. Ces cons avaient beau être des erreurs de la nature, ils avaient le sens du spectacle… Tous ensemble, les Phénix furent neutralisés avant d’être finalement emmenés sur la scène. Fébrile à l’idée d’être enfermé dans la même pièce qu’eux, Varian restait sur ses gardes. Très vite l’ordre de s’entretuer fut donner, donnant l’occasion rêvé à Hélios de se débarrasser de son trop plein de colère. Une colère qui le força très vite à démonter celui qu’il avait désigné comme étant l’agresseur de Scylla… Une scène que Varian aurait pris plaisir à contempler si l’autre idiot du village ne s’était pas mis à le chasser tel un vieux pervers… Sur ses gardes, Varian ne bougeait pas, laissant son regard le suivre du regard. « Ce soir, tu meurs, gringo. » Sans pouvoir s’en empêcher, Varian sourit avant de finalement répondre : « C’est toujours ceux qui parlent le plus qui en font le moins… » Ni une ni deux, le gros balourd perdit patience et se jeta à l’attaque. Instinctivement, Varian esquiva avant de finalement remarquer la dague qui décorait à présent la main poilue de son adversaire…  Une dague personnalisée qui devait surement représenter quelque chose pour l’homme des cavernes qui continuait de lui tourner autour… « Si si ! Continue ! J'adore jouer avec la nourriture avant de la découper ! ». Toujours sur ses gardes, Varian leva les yeux au ciel. Non mais ils ne se taisent donc jamais !? Limite si ça ne devenait pas agaçant à la longue… Retentant sa chance, le débile s’approcha à nouveau de Varian qui esquiva une nouvelle fois avant de lui donner un coup de poing en pleine poitrine. Un coup suffisamment puissant pour le faire reculer mais surement pas assez fort pour lui faire vraiment mal.  A croire que Varian n’était pas le seul à avoir des pectoraux en béton… sauf que contrairement à ce crétin, il n’avait jamais été du genre à les exhiber tel un coq au milieu de sa basse-cours.  Toujours silencieux. Varian fixait le grand dadais, un nouveau sourire aux lèvres. Tu n’y arriveras pas… pensa-t-il alors, persuadé de pouvoir esquiver encore et encore…  

Les dés de la mort qui tue sa mémé:
 

Résumé a écrit:
Dès le début des hostilités, Hélios court vers les Phénix, prend une batte de baseball et fait sa fête à Nero Il lui a donné un coup de pommeau, des coups de poings en le prenant par le collet... Bref c'est la baston.

Hija choisit d'imposer son style pour tenter de faire le show grâce à ses armes de jet préférées, qui n'ont pas été confisquées. Et manque.

Joaquim a aussi pu garder son couteau et prend Varian pour cible. Mais ce dernier esquive sa première attaque, ce qui a pour effet d'exciter un peu plus le colombien ! (coquinou)

Olivia décide de prendre la première arme qui lui tombe sous la main (un couteau). Elle vise Hija, qui a manqué Salomé mais les visait toutes les deux et lance. Le couteau la frôle, évidemment, elle n'est pas faite pour se battre à la moldue, la Olivia...

Varian, après avoir esquivé une première attaque en esquive une deuxième en cognant les gros pecs de Joaquim qui recule. (Mojo Jojo n'est pas blessé par le coup : merci la musculation).

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Varian Sevastian Dolohov △ Why should I apologize for the monster I've become. No one ever apologized for making me this way ; Maybe I'm not a good guy in your eyes, but I might end up being the guy that saves all your asses one day...
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Lun 23 Avr - 23:43
Le membre 'Varian Dolohov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Veuve noire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 452
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert.
Crédits : Wild life (avatar) ; ANESIDORA (signa)

Double compte : Sam Jones • Maddox Macnair

Age : Vingt-quatre ans.
Sang : Sang pur.
Statut : Veuve.
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi.
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne.
Epouvantard : Un homme Sud-américain léchant un couteau recouvert de sang.
Dialogue : mediumpurple
your head on a platter
Sage petite dernière de la fratrie Yaxley • Mangemort débutante • En recherche de sensations fortes • Plus flegmatique que toi
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Mar 24 Avr - 1:47
Salomé détourne les yeux de Varian au moment où celui-ci capte son regard, avec un sentiment croissant de malaise. « Propre. Tu avais bien commencé. » Discussion surréelle, qui donne à toute la scène des airs bien moins graves que ce qu’il en est vraiment. Tante Calliope envoie sort sur sort au gobelin, jusqu’à tout à fait provoquer sa colère, et rien ne peut contrer l’informulé qui les emprisonne tour à tour. Les chaînes invisibles, bien plus fortes que celles d’un vulgaire Incarcerem, entravent tous ses mouvements, et elle peut seulement se laisser transporter à l’intérieur du théâtre.

Là, plusieurs sorciers (elle suppose) sont regroupés, et quelques-uns s’occupent de les désarmer tout à fait avant de les expédier sur scène. Comme s’ils faisaient part d’un grotesque spectacle. Sans baguette, Salomé a le sentiment d’être nue. Pourtant, elle l’a appris, elle n’est pas démunie, même sans cette arme qui lui est si familière. Elle se force à ne pas montrer à leurs ravisseurs une seule miette de son trouble, droite comme la justice. Pas même lorsque leurs adversaires Phénix se joignent aux spectateurs, avant d’être introduits sur la scène. Avec eux. Quoique là, à ce moment-là… elle a tout de même laissé tomber un peu de son stoïcisme parfait, pour une inquiétude bien plus forte qu’elle.

Se battre ? Comme des moldus ? Contre les Phénix ? L’idée la répugne. Elle a même le vague espoir qu’ils refusent, tous autant qu’ils sont et peu importe le camp, mais c’est un espoir plus que vain. S’ils refusent, ils pourraient très bien être exécutés, et tout ceci reviendra au même. Se donner en spectacle au gobelin et à ses sbires est dégoûtant, mais ils n’ont pas de choix. Un regard à son poignet mal en point, qui refuse absolument de bouger sans envoyer des ondes aiguës de douleur dans tout son bras droit. Déjà qu’elle ne donne pas cher de sa peau en tant normal, lorsqu’il est question de combat à la moldue, mais maintenant… il lui faut seulement espérer avoir un tant soit peu de chance. Ou que les autres soient encore plus mauvais qu’elle.

Qui attaquer ?

Son coeur balance, son instinct lui hurle de planter n’importe quelle arme dans le dos du Latin qui tourne autour de Varian comme un prédateur autour d’une proie. Salomé capte le regard d’Olivia, qui semble aussi peu sûre qu’elle-même. La bagarre moldue, c’est du Magenmagot et de la Commission de la Trahison, pour sûr. Leurs yeux convergent vers une femme, tenant une arme non identifiée dans sa main. « Ensemble ? » Pas le temps de répondre que l’objet vole en sa direction et la rate de peu, convaincant tout à fait la jeune femme. Elle attrape un autre couteau, voisin de celui réquisitionné par la Serdaigle. La prise est toujours aussi peu confortable, dans sa main gauche. Comme pour le sort. Les pieds bien plantés, le menton levé, le geste assuré, qu’importe l’étrangeté de l’arme et du bras - l’arme file et tourne, et se plante bien droit dans le bras de la dame au visage dissimulé, le bras qui déjà tient une autre arme dans sa main. « Oh ! » Exclamation échappée malgré elle, la surprise la surpassant tout à fait, et Salomé aussitôt se penche pour attraper un second couteau. Prête à réitérer l’exploit.

Les dés:
 

La Dame au Couteau a écrit:
Dès le début des hostilités, Hélios court vers les Phénix, prend une batte de baseball et fait sa fête à Nero Il lui a donné un coup de pommeau, des coups de poings en le prenant par le collet... Bref c'est la baston.

Hija choisit d'imposer son style pour tenter de faire le show grâce à ses armes de jet préférées, qui n'ont pas été confisquées. Et manque.

Joaquim a aussi pu garder son couteau et prend Varian pour cible. Mais ce dernier esquive sa première attaque, ce qui a pour effet d'exciter un peu plus le colombien ! (coquinou)

Olivia décide de prendre la première arme qui lui tombe sous la main (un couteau). Elle vise Hija, qui a manqué Salomé mais les visait toutes les deux et lance. Le couteau la frôle, évidemment, elle n'est pas faite pour se battre à la moldue, la Olivia...

Varian, après avoir esquivé une première attaque en esquive une deuxième en cognant les gros pecs de Joaquim qui recule. (Mojo Jojo n'est pas blessé par le coup : merci la musculation).

Salomé se joint à Olivia pour attaquer Hija, mais est bien plus chanceuse que sa comparse. Le couteau de lancer se plante dans le bras dominant de la Phénix. Sally reprend donc un autre couteau, menaçant de recommencer.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
we're breaking promises we thought we could keep
It's like a pain in the chest / Despair, Hangover and Ecstasy / So many people around / We disappoint and let down / And though we're trying our best / Despair, Hangover and Ecstasy
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2573
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Mar 24 Avr - 1:47
Le membre 'Salomé O'Ryan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t750-nero-callaghan
Messages : 475
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : ROGERS

Double compte : Rose o'More

Age : 23 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Bolosse à vie de Scylla Lagides.
Métier : Fugitif & membre fondateur du S-squad l'unité de kamikazes à la recherche de sa soeur.
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Vivienne Mckay tuant sa soeur sous le regard approbateur de Scylla.
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté Mar 24 Avr - 2:45
Nero était resté assez indifférent à l’échange entre sa génitrice et son potentiel géniteur. Une attitude qui donnait du crédit aux propos qu’ils tenaient depuis une dizaine d’années. À savoir qu’il s’en battait profondément la race de savoir qui avait bien pu engrosser sa mère. Ce qui ne le laissa pas indifférent en revanche fut le spectacle que leur offrit Galinski en les entrainant dans le théâtre. Affalé dans un fauteuil de velours, Nero n’avait pu s’empêcher de dévisager les mangemorts. Ou plutôt un en particulier. Allaient-ils tous les buter ? L’idée le chiffonnait plus que de mesure. Alors que sans jamais avoir souhaité devenir un assassin, la mort des sbires du Lord ne l’avait jamais attendri. Et le fait est qu’Hélios meurt en soit lui était assez indifférent, mais le Kark avait eu le mauvaise goût de naitre en même temps que sa Scylla. Et Nero se doutait qu’elle réagirait nettement moins bien à la perte de son jumeau. Et comment se présenter devant elle et lui annoncer que son frère était mort, et qu’il n’avait rien fait. Le sang-mêlé avait la certitude que peu de chose pouvait anéantir la sang-pure, mais perdre Hélios en faisait partie. Alors, tant qu’il l’aimerait, le Callaghan se creuserait la tête pour tirer son connard de jumeau de ce mauvais pas. Il parcourait sorts, et autres ruses qui lui vaudrait de se faire verbalement éviscéré par sa mère, et sans éviscéré tout court par Joaquim. Le sang-mêlé ne s’était pas attendu à devenir aussi vite le larron de la farce à laquelle il assistait.

Prisonnier, enfermé sur une scène avec pour seule solution que de s’entretuer : «  C’est mort, moi, je ne fais pas cette merde. C’est mort, on leur n’offre pas ce qu’ils veulent à ces bâtards.  » Il adressait déjà un élégant doigt d’honneur au gobelin qui s’impatientait, quand Hélios Kark se rua sur lui. « Pureté et puissance ! » Le coup au visage le fit chanceler, ravivant les douleurs à peine éteintes des différentes contusions qui peuplaient son visage. « Putain de Kark !  » cracha-t-il comme on lâche un aie tonitruant. « On a un compte à régler. » Il a sans doute l’impero encore coincé au travers de la gorge. Trop sonné pour répondre, il se figure également que dans son désir de ne pas prendre part à la bataille, il n’a pas pris d’arme tout court. Chaque fibre de son corps lui semble douloureuse, alors qu’il accuse encore les stigmates du coup du troll. Il ne résiste pas quand Hélios le soulève, de toute façon il n’a pas l’intention de le frapper. Pas l’intention d’être ce sale con qui contrariera encore Scylla. Il a moins peur d’écoper d’un de ses doloris que de lui faire de la peine. Il peut et sait encaisser. Préparé à recevoir un nouveau coup, il expire l’air au moment de l’impact, limitant son effet. La douleur n’en est pas moins présente. Tellement qu’il rate presque les murmures d’Hélios.

«…si tu ne veux pas qu’elle pleure cette nuit Elle ? Scylla, il ne peut s’agir que de la circassienne. Son cœur manque un battement, en une saccade il devine : Hélios sait. Mais la Lagides le sait elle ? Pourquoi ne lui a-t-il pas dit ? Une foule de questions se pressent dans sa caboche fatiguée sans qu’l ne puisse seulement leur laisser le temps d’éclore, alors y trouver des réponses… «… bats-toi comme un homme et fais-nous gagner du temps. Sinon, c’est eux qui te tueront. » Encore un plan à la Kark, tortueux, et retord. Pour la première fois, le sang-mêlé perçoit une certaine ressemblance entre les deux jumeaux. Faire semblant en s’affaiblissant, vraiment ? Pour un phénix bercé par des idéaux plus noble que lui, l’entraide était apparue d’emblée comme la meilleure solution. Le fait que ce plan que lui imposait Hélios dans la douleur, Nero le refusait. Pas par peur, pas seulement par orgueil, d’avantage par principe. Debout, les yeux bien plantés dans ceux du mangemort Nero articule avec détermination. «  Va juste bien te faire enculer Hélios Connard Kark. Je refuse de jouer à votre petit jeu. Moi, je me bats pour un idéal, et il y a que pour ça que je crèverais ou tuerais. Mon combat c’est pas une farce ou un spectacle. Alors niquez-vous ! NIQUEZ VOUS TOUS !  » Il avait adressé ses derniers mots à l’audience qui ne perdait pas une miette des affrontements. Le Callaghan tenta d’accroche le regard de Galinski, mais ce dernier piteux se contenta de baisser les yeux.

Résumé:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

I was caught in the middle of a railroad track - I looked round and I knew there was no turning back - My mind raced, and I thought what could I do - And I knew there was no help, no help from you - Sound of the drums, beating in my heart - The thunder of guns, tore me apart - You've been, thunderstruck. ©️ AC/DC
Contenu sponsorisé
Re: ϟ Spoliatis arma supersunt ϟ Groupe IV
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres