AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Et une cagette de verdure, une ! ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 662
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Arse

Double compte : Saïmen Lagides

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Dim 18 Sep - 18:48

18 Septembre 2045

Croyez le ou non, mais la vie de pépiniériste, ce n’était pas toujours rose. Surtout quand on gérait son affaire seule. De trois personnes et demi - Lars - , le Bulbolux Bleu était passé à un un quart en six ans. Certes, Adara avait acquis deux Moldus. Mais soyons honnêtes : s’ils n’étaient pas les abrutis finis que les Mangemorts voulaient bien faire croire, les Moldus ne pouvaient pas non plus tout faire.
Gérer la caisse ? En dehors du fait qu’Adara serait passée pour une timbrée, les Moldus ne comprenaient absolument pas le système monétaire sorcier et s’avéraient incapable de faire la simple conversion des noises aux mornilles ou des mornilles aux gallions.
Traiter les plantes les plus subtiles ? Elle avait du empêcher le plus jeune d’entre eux de toucher aux mandragores, alors prendre soin des figuiers abyssiniens ou autre trésor botanique, certainement non !
Même renseigner les clients pouvait se révéler trop ardu pour eux, car ils peinaient à différencier un voltiflor d’un filet du diable.
Pourtant, ils coutaient encore moins cher qu’un employé qualifié. Adara était donc coincée.

Certes, Eclipse l’avait bien aidée pendant l’été. Même si, à partir du moment où elle avait recu sa lettre pour Poudlard, l’enfant avait plus volontiers fantasmé sur les menus privilèges et les grandes brimades que son statut de basique de rang 3 lui octroieraient. Et puis le 1er septembre est arrivé, et la rentrée avec lui. Adara se retrouvait ainsi seule - enfin presque.
Cela dit, pourquoi pas… Travailler, ca empêchait de penser. A son père en crise de prostration, à Darran disparu - quoiqu’elle y pensait de moins en moins - et surtout à la décision totalement débile un peu folle qu’elle avait eue de rejoindre l’Ordre du Phénix. Où est-ce que cela la mènerait ? Elle n’en savait rien. Mais c’était un peu tard pour revenir en arrière - et puis ce n’était pas son genre.

De toute facon, un client venait d’entrer dans la boutique. Et pas n’importe lequel : Murphy O’Ryan faisait partie de ses réguliers. Qui plus est, alimenter l’ensemble de ses commerces n’en faisait pas un obscur potionniste sans intérêt. Si le Bulbolux ne pouvait pas être son fournisseur principal, Adara savait qu’il appréciait la qualité des plants plus rares et subtiles qu’elle pouvait lui fournir. Et puis il avait la conversation intéressante sans être condescendant avec la pauvre basique de rang 2 qu’elle était. Bref, il n’avait que des qualités.

« Bonjour M O’Ryan. Comment allez vous ? »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 281
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Lun 19 Sep - 8:46
La dernière commande en date qui venait de parvenir à la boutique d'Avalon avait fait froncer les sourcils de Murphy. Non pas qu'elle soit extrêmement difficile - enfin, si, elle l'était pour le commun des sorciers, mais il avait depuis longtemps dépassé le stade de potionniste du dimanche - mais son usage devait être parfaitement contrôlé, sous peine d'avoir des conséquences extrêmement néfastes. Dont il ne serait pas responsable, bien sûr. Il avait cependant une certaine étique en matière d'information et avait prit soin d'expliquer longuement à la personne désireuse d'acquérir une telle potion des risques encourus, même avec un filtre parfaitement réalisé. Le client, un Sang-pur visiblement sous pression, avait cependant été intraitable et Murphy n'avait aucune raison de ne pas le satisfaire. Au contraire, même, il n'était clairement pas dans son intérêt de s'attirer l'inimité d'un homme d'affaire à l'envergure internationale. S'il ne pourrait sans doute pas grand chose pour égratigner la réputation acquise avec les ans et l'expérience, il pourrait cependant lui créer quelques ennuis et lui faire perdre un ou deux clients. Et Murphy n'en avait aucune envie, aussi s'était-il empressé, une fois son rendez-vous terminé, de se rendre à son laboratoire pour commencer la préparation de la décoction.

... Pour se rendre compte qui lui manquait un élément essentiel : de l'asphodèle. Enfin, non. Il en avait bien dans sa réserve personnelle et aurait tout aussi bien pu en trouver dans celle de la boutique d'Avalon, mais s'il voulait que sa potion soit parfaite, il fallait que la plante ait été plantée la veille de la pleine lune et ait fleuri dans des conditions bien précises (sous un soleil de juillet, en ayant reçu qu'une certaine quantité d'eau et dans l'entourage proche de créatures magiques). Ni une, ni deux, Murphy s'était saisit de sa cape et était sorti du manoir, direction le Bulbolux Bleu sans, une fois de plus, penser à prévenir Matthews qu'il s'absentait - le moldu s'en rendrait bien compte tout seul, ou pas, d'ailleurs, vu le peu d'interactions qu'ils pouvaient avoir en règle générale en dehors des heures où sa présence était indispensable.

Murphy se retrouvait donc devant la dite boutique, à en pousser la porte. D'un coup d'oeil, il s'assura que miss Dragenvann était seule ; la présence des moldus ne le dérangeait pas outre mesure, mais celle de Lars Dragenvann pouvait devenir vite assez pesante. Pas qu'il n'avait jamais conversé avec lui, bien au contraire. Lars Dragenvann avait été quelqu'un avec qui commerçait avait été très agréable : quelqu'un qui savait de quoi il parlait, réellement. Mais les dernières fois que Murphy l'avait vu, tout ce qui était sorti de la bouche de l'homme n'était qu'une espèce de galimatias que Murphy avait patiemment subit, attendant l'arrivée bien heureuse de la fille du commerçant pour pouvoir enfin obtenir les extraits de mandragore qu'il recherchait. Il ne savait pas quel mal avait pu prendre possession de l'esprit de cet homme, mais il en venait presque à le plaindre. Quand il y pensait, ce qui, pour être honnête, n'était que très peu fréquent. Fort heureusement, donc, la sorcière semblait bien être seule et c'est avec un léger sourire aux lèvres que Murphy salue la gérante des lieux d'un signe de tête, accompagné d'un : « Miss Dragenvann, c'est un plaisir. Je vais très bien, je vous remercie. Et vous-même ? » Avalanche de politesse, dont il sait qu'il pourrait parfaitement se passer en temps que soit-disant Sang-Pur. Mais il n'avait, à dire vrai, aucune raison de le faire. Et s'il pouvait conserver avec elle de bonnes relations, il n'allait certainement pas s'en priver.

Une fois les salutations d'usage passées, Murphy sortit de la poche de sa cape un parchemin sur lequel il avait griffonné précisément ce qu'il venait chercher ici. « J'aurai spécifiquement besoin de ceci, s'il vous plait. Vous êtes certainement la plus apte à pouvoir m'en dépanner.  » Et un sourire toujours affable pour ponctuer ses paroles. La demande est certe très précise, mais, après tout, la boutique ne lui a jamais fait défaut. Il serait tout de même malheureux que cela arrive aujourd'hui. D'autant plus avec les information qu'il apporte à la gérante des lieux.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 662
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Arse

Double compte : Saïmen Lagides

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Ven 21 Oct - 18:44
Tout en élégance, classe et sans prétention, c’était tout ce qui pouvait caractériser Murphy O’Ryan. Ce qui devrait caractériser les Sang-Pur en fait : l’élite sans élitisme. Si tout les Sang-Pur avaient la noblesse de Mufasa Murphy, la vie serait beaucoup plus simple… Mais ma foi, il faut bien faire avec son temps, comme on dit...
En attendant, elle lui rendit son sourire, tout aussi aimable.
« Merci, je vais bien. » Bon si on pouvait dire. Bien sur, il y avait toujours les sautes d’humeur de Lars - catatonique depuis peu - à gérer… Il y avait aussi l’absence d’Eclipse qui leur manquait sérieusement le soir pour amener un peu de gaité et d’innocence à la maison… Il y avait aussi l’invasion de parasites dans sa série spéciale de bulbolux non traités pour les usages spécifiques en divination et qui nécessitait de tout arracher et replanter. Les Moldus étaient d’ailleurs sur le sujet depuis le matin. Et puis il y avait des clients qu’on n’avait guère envie de revoir, comme M Pffeterspoor qui était passé une heure plus tôt et qui avait été franchement désagréable. Il ne manquait pas de rappeler à quel point il vénérait « les choix éclairés de notre cher Mervyn Kark » et se donnait de grands airs - alors qu’il était un basique de rang 4 - et de fait, traitait Adara à peine mieux qu’un Moldu.
Mais tout ces petits tracas ne concernaient pas Murphy O’Ryan, n’est-ce pas ? Alors, règle d’or du commerçant, on plaque un sourire et on vend du rêve. Ou au moins on fait comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes - la blague.

« Que puis-je pour vous ? » Et Murphy O’Ryan sortit sa liste de courses. Elle n’avait pas besoin de jeter un oeil dessus pour savoir que son shopping serait extrêmement précis. On ne devenait pas potionniste de son niveau sans être rigoureux dans le choix de ses ingrédients. Et on ne devenait pas botaniste du niveau d’Adara sans être tout aussi rigoureux dans la préparation desdits ingrédients. Et lorsqu’elle se pencha sur le parchemin, elle ne fut pas déçue. D’ailleurs l’inventaire lui tira un haussement de sourcils appréciateur. Ce n’était des plantes ni courantes ni bon marché, et qui devaient avoir été élevées dans des conditions très particulières. Rien qui soit à la portée d’un botaniste de seconde zone.

« On vous a demandé une potion pour changer un chien en mari fidèle ?! » lança-t-elle avec son rire particulier, en grognant comme un petit cochon, qu’elle lachait lorsqu’elle faisait une blague qu’elle jugeait hilarante - et qu’elle était en général la seule à trouver drôle.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 281
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Ven 25 Nov - 7:49
Murphy O'Ryan n'était pas connu pour être un sorcier particulièrement jouasse. Murphy O'Ryan, en général, ne riait pas. Pour être honnête, même des personnes aussi proches que lui que Heather, Caem et même Ian devaient pouvoir compter sur les doigts d'une main les fois où ils avaient pu l'entendre rire dans les derniers mois. Mais, s'il ne riait pas, Murphy pouvait cependant sourire. Pas forcément un sourire joyeux ni communicatif, parfois même un sourire moqueur ou froidement cruel, mais il pouvait sourire ; cela lui arrivait bien plus souvent que de rire. Et, alors qu'il ne rit pas, donc, à la plaisanterie somme-toute assez mauvaise voire presque de mauvais goût d'Adara, il lui offre un sourire légèrement amusé. Rien de condescendant, aucun jugement. Juste une pointe d'amusement dans cette expression souvent si fermée.

Une épouse, en vérité. Mais je compte sur vous pour que l'affaire reste discrète, bien sûr. Entre professionnels. Le ton est faussement complice, reflet de cette plaisanterie qu'il accepte de partager avec elle. Et puis de toute façon il n'y a pas de discrétion à avoir, au fond, puisqu'elle ne sait rien de l'affaire en question ; ni noms, ni rangs, ni professions, rien du tout. Mais il est agréable de pouvoir converser avec une personne qui, à la vue de quelques ingrédients griffonner sur un bout de parchemin, est capable d'en déduire la possible utilisation de la potion qu'ils serviraient à concocter. Une véritable professionnelle, en somme, qui connaît réellement son métier. Et Murphy sait qu'il a bien fait de venir, qu'il a bien fait d'agir comme il l'a fait auparavant. Miss Dragenvann est quelqu'un de talentueux dont les mérites ont largement de quoi être reconnus. Et si Murphy n'est pas exactement - voire même tout le contraire en réalité - quelqu'un d'altruiste, il n'empêche qu'il sait reconnaître l'efficacité quand il la voit. Et c'est exactement la définition d'Adara.

Et comment marchent vos affaires, en ce moment ? il pourrait s'agir là d'une indiscrétion et elle serait tout à fait en droit de le renvoyer d'où il vient - après avoir honoré sa commande, si possible - mais il espère néanmoins qu'elle n'en fera rien. Car le renseignement, s'il pourrait être simplement le fruit d'une curiosité mal placée, a cependant toute son importance. Après tout, quel besoin aurait-il de ramener des clients à une commerçante déjà débordée ? Cela pourrait au contraire être parfaitement nuisible à son image si, pour conséquences d'une surcharge de travail, elle ne pouvait plus honorer les commandes faites ou, pire encore, produire des plantes d'une qualité moindre. Et il estimait assez la commerçante tout autant que l'artisante qu'elle était pour ne pas la mettre sciemment dans l'embarras.

Mais, honnêtement, elle ne semblait pas débordée outre-mesure. Enfin. Pas assaillie par la clientèle, car il ne doutait pas qu'elle redouble d'ardeur au travail. Cependant, il fallait bien avouer qu'il n'avait jamais vu foule envahir la boutique et qu'on ne se bousculait pas à sa cheminée. Bien sûr, il ne pouvait pas non plus en juger avec certitude, il ne passait pas sa vie ici ni auprès de la jeune femme - et, aussi aimable était-elle, il n'en avait nullement l'intention - mais c'était en tout cas son impression.

La question était néanmoins maladroite et pouvait être mal vécu, il s'en rendait compte avec un temps de retard. Peut-être allait-elle le trouver bien trop intrusif pour un client certes régulier et sans problème, mais qui restait malgré tout un client. Et s'il ne pouvait rattraper les mots pour reformuler sa pensée, il pouvait néanmoins apporter quelques précisions. "Avez-vous déjà entendu parler de la Très Extraordinaire Société des Potionnistes ?" Il ne doutait pas vraiment que la réponse soit affirmative et si ses deux questions pouvaient paraître parfaitement incongrues, il espérait malgré tout que la jeune femme ferait d'elle-même le lien. Et si ce n'était pas le cas, qu'à cela ne tienne, il finirait bien par lui dire ce qu'il avait en tête. Il voulait simplement éviter de paraître trop empressé à l'aider ;  en aucun cas il ne voulait paraître se mêler de ce qui ne le regardait pas. Cela évitait bien souvent aux gens de vouloir par la suite regarder d'un peu trop près ce qui le regardait lui. Un échange de bonnes manières, en somme.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 662
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Arse

Double compte : Saïmen Lagides

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Mer 30 Nov - 17:52
A n’en pas douter, Murphy avait de l’élégance. Face à ses blagues plus ou moins vaseuses, la plupart des gens se fendaient d’un sourire gêné au mieux, d’une grimace de mépris ou d’incompréhension le plus souvent.

A l’école, associé à son statut de sang, son passif de fille de Phénix ayant ciré les bancs de l’institut POTTER, autant dire que cela lui valait un bizutage en règle. Un souvenir particulièrement douloureux lui revient en mémoire : après avoir émis une nouvelle blague, la troupe de Sang-Pur de sa classe avait jugé son humour sans indulgence et décidé de sévir. A 8 contre elle, ils l’avaient trainée dans les toilettes et l’avaient menacée de crache-limace, furunculus, de la colorer en vert, de sortilège de hoquet, bref tous les pires sortilèges du monde, si elle ne léchait pas le sol. Des toilettes. Et elle avait eu beau pleurer, gémir et tenter de s’échapper, elle n’avait eu d’autre choix que de s’exécuter. A quatre pattes sur la pierre froide, elle avait fermé fort les yeux en se baissant lentement. Comme à regret, elle avait tiré la langue et effleuré la dalle avant de se retirer vivement. Mais ca n’avait pas été suffisant pour ses tortionnaires, qui avaient exigé qu’elle y aille du gros palot. La mort dans l’ame, elle avait repris le chemin du pavé et tiré la langue tant qu’elle pouvait. Elle se souvenait encore de la froideur de la pierre, de la saveur minérale et l’arrière gout qu’elle avait refusé de chercher à identifier… Depuis ce jour, utiliser des toilettes publiques relève d’ailleurs de la torture mentale pour elle.

Mais en l’occurrence, après un sourire qui ne s’était pas transformé en air railleur ou en silence poli, Murphy lui répondait même sur le même ton, ce qui eut pour effet de renvoyer le souvenir dans les limbes de l’oubli - jusqu’à la prochaine déconfiture, peut être. Eussent-ils été de même statut et pas client-commercant, elle l’aurait embrassée. A la place, elle mis sa bouche en cul de poule tout fripé et, se penchant en avant, avec un faux murmure très exagéré et très raté : « Comptez-sur moi. Je serai muette comme une combe. » Oui parce qu’en plus Adara ne connait pas l’expression « muet comme une tombe ». Ce qui fait qu’elle n’a jamais compris l’expression. En fait.
Elle conclut avec un petit rire de gorge étouffé, réprimant sa joie d’avoir été - enfin - comprise, et commença à checker la liste de Murphy, s’assurant d’avoir tous les ingrédients, correctement préparés, sous la main. Et elle reprit aussi son sérieux. Quand même.

Du coup, à la question de Murphy, elle leva distraitement les yeux sur lui et lui servit un sourire absent.
« On ne se plaint pas. La rentrée des classes est toujours un peu chargée, mais les choses sont revenues dans la normale. Nous n’avons pas une production si importante pour satisfaire les gros fabricants. Du coup, on peut se concentrer sur la qualité et satisfaire une clientèle plus exigeante et donc plus rare. » Et aussi prête à payer plus cher. Mais on ne va pas l’ajouter, hein !
Cela dit, le nez dans la liste de Murphy, elle ne fit pas le lien entre les deux questions de son client, se contentant d’un « Oui bien sur ! » Suivi d’un « Sa réputation n’est plus à faire. Je ne sais même pas s’il existe des sorciers qui pourraient ignorer son existence. Ou alors ils sont éleveurs de Moldus au fin fond du Pays de Galles ! » Conclut-elle avec son rire de goret.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 281
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Sam 4 Mar - 10:45
Il y avait quelque chose de touchant dans l'attitude d'Adara lorsqu'elle se mettait à tenter de plaisanter. Quelque chose de touchant, comme l'on serait toucher par un animal un peu maladroit, mais pas dangereux, et qui conserverait un certain capital sympathie. C'était exactement le sentiment qu'elle provoquait chez lui ; une certaine sympathie et un léger amusement, non pas par ses propos en eux-mêmes mais par les vaines tentatives en qu'elles représentaient. Et il était parfaitement conscient que cela n'était dû qu'à une chose : la condition de la Sorcière en tant que sang basique. Une différence qui n'avait rien de génétique, rien d'héréditaire, ah ! il en était bien la preuve. Non, il ne croyait toujours pas en la supériorité d'un quelconque Sang pur, et pour cause. Cela résultait tout simplement à une différence d'éducation. Si Adara était douée de ses mains, en tout cas en ce qui concernait la botanique, elle conservait ce côté un peu vulgaire, mal dégrossi typique d'une éducation moindre, mais pas pour autant d'une moindre intelligence. Et elle le lui prouvait à chacune de leurs discussions quand, au détour de quelques traits d'humour ratés, ils pouvaient échanger le plus sérieusement du monde sur la botanique, les potions et tout ce qui pouvait relier ces deux disciplines. Et par Morgane, qie ce sujet pouvait être vaste.

Donc, oui, Adara était touchante, à sa façon. Et c'est sans doute bien ce qui avait empêché les recoins des lèvres de Murphy, relevés en un faible sourire, de retomber dans une grimace dégoûtée ou, au moins, ce que Ian qualifiait parfois de "pire qu'une porte scellée d'une cellule d'Azkaban". Après tout, cet humour plus que limite n'était pas vraiment de sa faute. Et au moins essayait-elle d'entretenir la conversation.

 "Vous seriez pourtant surprises du nombre de personnes se targant d'une certaine connaissance de notre société qui n'en ont pour autant jamais entendu parler. Ou qui préfère même ignorer son existence, ce qui est d'autant plus criminel que les potions sont l'un des aspects les plus délicat de la pratique de la magie. Enfin, si ces gens-là préfèrent acheter leurs potions au rabais à quelques charlatans, cela les regarde, n'est-ce-pas ?" Contrairement à son habitude, une certaine émotion s'échappe en même temps que les mots de la bouche du potionniste. Un agacement à son sens légitime lorsque l'on s'attaquait à sa discipline ; ou lorsqu'on la traitait avec légèreté. Mais ce n'était ici pas le propos et d'un geste de la main, Murohy balaye son propre agacement avant de revenir à son interlocutrice.

"Quoi qu'il en soit, même si tous les membres ne sont pas forcément des maîtres de potions dignes de ce nom, je connais quelques confrères qui sont toujours à la recherche de plantes d'une qualité supérieure. J'ai bien conscience des lilites de votre stock, mais je pensais pourtant leur donner votre nom afin qu'ils soient certain de trouver toujours des plants d'une qualité indiscutable lorsqu'ils en auront besoin." Car si certaines firmes faisaient leur chiffre d'affaire sur des productions d'une large quantité de plante à la qualité acceptable, certaines potions nécessitaient une attention vraiment particulière et des ingrédients extrêmement précis. Lui même avait eu parfois le plus grand mal à s'en procurer, autrefois, avant de trouver presque par hasard la boutique des Dragenvann ; en cherchant, en réalité, à se procurer de la poudre de corne de licorne. Le nom avait été évoqué, il avait lui-même effectué quelques recherches avant de venir se rendre compte sur place de la potentialité des ingrédients fournis ici ; il n'en avait était, depuis, jamais déçu et ne cherchait que rarement ailleurs ses plantes dont la qualité était les plus requises.

Il espérait donc qu'elle apprécierait le geste. Il espérait aussi qu'elle ne faillisse pas aux paroles qu'il pourrait donner à certains de ses confrères. Après tout, c'était également son nom qu'il engageait en la recommandant. Et il devait pour cela être certain qu'elle pourrait assurer.  Même s'il ne doutait pas vraiment qu'Adara Dragenvann soit à la hauteur de la trop petite réputation de qualité de son nom, réputation qu'il comptait bien amener à grandir au travers des quelques publicités qu'il se proposait de lui faire.[/color]
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 662
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Arse

Double compte : Saïmen Lagides

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Et une cagette de verdure, une !
ce message a été posté Mer 5 Avr - 16:20
Après sa tentative d’humour - avortée - elle s’était replongée dans sa liste, bienheureusement ignorante de l’élan de sympathie teintée de pitié du O’Ryan. Pour elle, Murphy était plutôt un exemple de ce que devrait être un Sang Pur, si déjà ils existaient : des gens abordables, mettant leur excellence et leur exigence au service du nombre. Sans écraser les autres au passage. Alors bien sur, il n’était pas d’un abord facile, et la comparaison avec Azkaban lui seyait en vérité. Mais lorsqu’il passait à la boutique, ils pouvaient échanger longuement sur leurs professions, et ces discussions étaient des plus passionnantes. Et qu’importe s’il était un peu froid. Après tout, elle ne vivait pas avec…

Elle continuait à faire l’inventaire des besoins de Murphy alors qu’il avait repris la parole. Le ton soudain vibrant d’une colère qui ne lui était pas coutumiere, lui par ailleurs très maitre de ses émotions. Cette tirade d’exception l’avait conduite à relever une nez pour s’assurer que le potioniste ne perdait pas trop son flegme - et que ca n’en devenait pas dangereux pour elle. Elle savait qu’un Sang Pur mécontent pouvait se révéler particulièrement injuste envers ceux qui l’entouraient, Adara en avait assez souvent fait les frais, dans sa scolarité notamment. Inquiete de l’éventuelle réaction de Murphy, elle se tendit légèrement, et sa main erra sans qu’elle s’en aperçoive un peu trop près d’une de ses plantes, carnivore de sa nature. Ladite plante profita de ce bout de chair à portée pour mordre un coup, tirant un petit cri de douleur de notre botaniste, qui lacha la liste d’achats du potioniste et serra sa main contre elle.
La douleur diminuant, elle jeta un coup d’oeil à son doigt pour constater qu’elle n’avait qu’une légère trace des dents de la plante, mais que celle-ci avait quand même réussi à lui emporter un bout de cuticule. Ca faisait mal, mais ca aurait pu être pire : heureusement qu’il s’agissait d’un jeune plant.
Craignant soudain d’indisposer encore plus le Sang Pur, elle se reprit vivement et prêta attention à ce qu’il lui disait. A temps pour entendre ce qui était finalement le plus important : il voulait vanter ses mérites de botaniste à ses copains potionistes d’élite.

Un instant, Adara laissa béer sa machoire de façon un peu inconvenante avant de se reprendre. En bafouillant.
« Ah bah mais je bah oui ! Vous pouvez ! La meilleure publicité, ce sont les clients satisfaits, et vous êtes une belle pub, n’est-ce pas ! » Elle resta avec un sourire plaqué avant de réaliser que cela pouvait être mal interprété. « … Par rapport à votre compétence ! En potion ! » Peut être mal pris. « Pas votre… Non pas que vous soyez… Hein ! » Tu t'enfonces. «  Mais je pensait à votre travail ! Métier ! Activité ! Vous avez besoin de lierre-dragon du 4eme jour de juin, je vois ! Je vais vous en chercher ! » Des fois, la meilleure défense est la fuite.

Elle disparut dans l’arrière boutique chercher l’échantillon correspondant. Une main sur l’étagère, elle ferma les yeux et prit une grande inspiration. S’il voulait encore la recommander à ses collègues, elle aurait bien de la chance…
Se recomposant une expression, elle revint dans la boutique avec le produit demandé dans un sachet en papier opaque.
«  Le voila. J’imagine que je n’ai pas besoin de vous rappeler de ne pas l’exposer à la lumière avant son utilisation, mais je le fais quand même. » Nouveau rire de goret.
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers