AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire souffler le vent de la révolte avec le crush adolescent d'Abel Schmidt, Tess Johansen !
Des scénarios en folie
Adopte la vibe de la famille royale avec la femme de James Windsor, Wendy Windsor ! Cool
Des scénarios en folie
Dévoile les mystères qui planent sur ton enfance avec la mère de Mathilda Lovewell, Madelynn Lovewell ! Rolling Eyes
Des scénarios en folie
Viens faire exploser la violence en toi avec l'ancienne esclave de Sid W. Lewis, Loly Furter !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ A cuppa tea? - James ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Habitations
Lemon incest
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 729
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

A cuppa tea? - James
ce message a été posté Dim 6 Mai - 23:56




A cuppa tea?
(début mai 2047)


On toque. Victoria, vive comme un écureuil qui aurait entendu une branche craquer, se redresse. Scroutt, quelle heure est-il ?! Question inutile. Certainement dix-sept heures, comme convenu. Elle n’a pas vu le temps passer, étant occupée à imposer un semblant d’ordre à sa nouvelle… Demeure. « Sa nouvelle demeure », comme ça sonne étrange. Même si ça fait bien trois jours qu’elle se le répète. Trois jours où elle a essayé de faire sens à son nouveau quotidien, et surtout, d’y mettre de l’ordre. Mais trois jours n’ont pas suffi, et maintenant, elle regrette amèrement avoir invité James à prendre le thé. Elle aurait dû convier l’autre James – pas le royal, mais son meilleur ami. Elle n’aurait pas eu autant honte de lui ouvrir sa porte et de le faire entrer dans son « appartement », encore sens dessus dessous.
D’où lui était venue cette idée stupide déjà ? Elle ne sait plus, mais elle aimerait bien faire un bond dans le passé pour interrompre le moment où elle a écrit au Windsor. Arrête tout, c’est une très mauvaise idée ! Une très, très mauvaise idée ! Mais trop tard. Elle est maintenant piégée, avec sa très, très mauvaise idée.

Elle ouvre la porte et découvre, comme prévu, James Windsor. Oh hey there. Je t’en prie, entre… … Dans mon bordel. Elle a honte, comme elle a honte. Il y a encore quelques photos de l’ancienne famille qui vivait dans « sa nouvelle demeure » qui trônent çà et là, ce qui est clairement gênant. Mais en bonne hôtesse, il lui faut prétendre que tout va bien dans le meilleur des mondes. Que ta demeure brûle, que ta demeure coule, ou que ta demeure s’envole, tu dois garder ta contenance, ma fille, et ta dignité, lui répétait sa mère. Tu te dois de faire honneur à ta famille et à tes hôtes. Toute catastrophe est évitable, et dans le cas échéant, gérable.
Je suis navrée, je n’ai pas encore fini de faire le tri et de m’installer, comme tu peux le constater. Ann Fawley aurait fait claquer sa langue de désapprobation. Mais la réalité est là, devant leur nez, et il est préférable de ne pas la nier du point de vue de Victoria : la famille précédente a quitté cet appartement – les Poulaindor si elle ne se trompe pas – en ne prenant que le nécessaire. Ce qui tombe bien car il  y a une grande bibliothèque qui contient plus de livres qu'il n'y a de place – raison pour laquelle elle a choisi cet appartement et non un autre, après en avoir visité plusieurs. La large collection de thés qu’elle a débusqué a achevé de la convaincre. Voilà, c’est de là que lui vient cette satanée idée ! Ah, si seulement !

La médicomage a tout de même pensé à préparer la table à manger, qui se trouve dans une alcôve vitrée qui donne sur la rue et où elle invite James à s’installer. Deux tasses en porcelaines, surmontées de passe-thés remplis d’Early Grey – à juste dose, toutefois, elle est britannique, tout de même ! – se trouvent à côté d’une assiette de scones frais, d’un beurrier et d’un pot à confiture. A part cela, rien, dans cet appartement, ne lui ressemble. Les Poulaindor semblent avoir mené une vie très rangée et très ordonnée… Dans la cuisine. En jetant un coup d’œil aux chambres, à ladite bibliothèque ou à la salle de bain, on comprend rapidement que seule la cuisine était leur sanctuaire sacré, tandis que le reste était des annexes négligées.
Avec un semblant d’assurance, Victoria verse l’eau chaude qui se teinte immédiatement en traversant les passe-thés. Du lait et du sucre ? Faites qu’il refuse le sucre, faites qu’il refuse le sucre… Mais un thé avec du lait sans sucre est improbable… Faites qu’il refuse le sucre… Elle a complétement oublié d’en prendre lorsqu’elle a fait ses emplettes, et ignore totalement s’il y en a dans « sa nouvelle demeure ». Mais le doux sourire qui ourle ses lèvres, qui aurait rendu fière sa mère, ne laisse absolument pas transparaître cette inquiétude. Comment vas-tu ?
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Habitations