AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ A change is gonna come [Lija] ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Paradise Lost
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2004-lito-cervera
Messages : 15
Date d'inscription : 06/05/2018
Célébrité : Gregg Sulkin.
Crédits : Firestorm.

Double compte : Varian Dolohov.

Age : Vingt-et-un ans.
Sang : Sang Basique de Rang 1.
Statut : Célibataire.
Métier : Etudiant en médicomagie.
Baguette : 23 cm, bois de saule et crin de licorne, droite mais souple.
Epouvantard : Sa mère, rendue folle.
Dialogue : #6699cc

A change is gonna come [Lija]
ce message a été posté Dim 20 Mai - 16:18

A Change Is Gonna Come
HIJA SABORDAGE & LITO CERVERA

Got a secret, can you keep it ? Swear this one you'll save. Better lock it, in your pocket, taking this one to the grave. ✻✻✻ Lito collectionnait les heures de garde comme certains collectionnent les dragées surprises de Bertie Crochue. A bout de force, il faisait de son mieux pour garder la tête haute, pour ne pas avoir l’air trop fatigué. Malheureusement pour lui, rien n’était fait pour lui faciliter la tâche. Sa garde terminée, il était censé rejoindre Londres et aider les nouveaux Londoniens à panser leurs blessures. Laissant tomber son sac sur le sol, il soupira. Il était à bout. Son corps tout entier le faisait souffrir. Persuadé qu’une douche froide lui ferait le plus grand bien, il balança ses fringues ici et là avant de finalement se jeter sous le pommeau de sa douche. L’eau, froide, lui fit un bien fou. Débarrassé de sa fatigue, il se laissa aller à soulager chaque petite partie de son corps. Un petit plaisir qui l’aida bien vite à faire le vide, à retrouver un semblant de bien être. Sa petite affaire finalement terminée, il prit soin de tout nettoyer avant de finalement sortir de la douche et nouer une serviette autour de sa taille. Machinalement, l’apprenti médicomage se passa une main dans les cheveux, débarrassant son front des quelques mèches qui s’y étaient écrasées. T’as une tête à faire peur. pensa-t-il en examinant les deux poches qui commençaient peu à peu à se former sous ses yeux. Il avait l’air d’un inferius… Un inferius affamé qui n’aurait pas vu la lumière du jour depuis plusieurs décennie.

Agacé par sa propre réflexion, il grimaça avant de finalement  quitter la salle de bain pour aller enfiler quelques fringues qui traînaient ici et là… Sa mère décédée, Lito avait beaucoup de mal à gérer son linge. Le pauvre n’avait jamais été du genre maniaque, bien au contraire. Bordélique, il prenait plaisir à comparer son appartement à un chaos organisé. Tout était à portée de main, tout était à sa place sans vraiment l’être. Finalement habillé d’un simple jean et d’un t-shirt blanc, Lito enfila ses bottes en cuir de dragon beige qu’il aimait tant. Des bottes que sa mère lui avait offert, à la sueur de son front. Finalement habillé, il attrapa son sac qu’il plaça sur l’une de ses épaules. Fin prêt, il jeta un dernier coup d’oeil à son appartement avant d’attraper sa baguette et transplaner en direction de Londres.

La sécurité londonienne finalement passée, Lito arriva à Ste Mangouste. Un hôpital qu’il n’appréciait qu’à moitié compte tenu de son emplacement géographique. Toutes ces ruines… c’était d’un triste. Tentant tant bien que mal de faire abstraction des habitations en ruines qui ne faisaient que lui rappeler à quel point les sorciers pouvaient être de véritable petits cons, il se faufila au sein de l’hôpital qui, comme à son habitude, était bondé. Se faufilant entre les patients qui attendaient leur tour, Lito finit par atteindre le bureau d’admission à qui il se présenta tout en prenant bien soin de charmer la jeune sorcière qui s’y trouvait. Avec un sourire ravie, la sorcière l’invita à rejoindre le bureau du personnel. Avec un clin d’oeil, le médicomage la remercia avant de finalement se diriger vers le dit bureau. Là-bas, Lito prit soin d’enfiler une des blouses vertes pommes mises à disposition. Sans un mot, il déambula dans les couloirs à la recherche de celle qui était en charge de son internat Londonien. Très vite, il se retrouva à devoir s’occuper des personnes ayant déjà été soignés. Des personnes qui revenaient après plusieurs jours et qui souhaitaient être de nouveau auscultés.

Deux heures plus tard, Lito était toujours là. Las et fatigué, il traitait ses patients de façon presque automatique. Avec un profond soupire, il invita une des infirmières à faire rentrer le patient suivant. Une femme. Avec un sourire forcé mais crédible, il fit signe à la “jeune” femme de s’asseoir avant de finalement s’asseoir sur un petit tabouret face à elle. “Alors, comment est-ce que je peux vous aider ?” Demanda-t-il finalement, insistant un peu plus sur son sourire. Pas aveugle, le colombien avait remarqué la blessure de la jeune femme mais voulait s’assurer qu’elle était là pour cela. Se jeter sur une blessure présumée était digne d’un premier année et Merlin seul savait à quel point Lito était loin de sa première année. Plein de charme, le jeune sorcier fit de son mieux pour rester le plus anglais possible. L’Ordre du phénix avait beau être ouvert d’esprit, on était jamais à l’abris d’y croiser des cons. Son père étant sans doute le plus con d’entre eux…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: A change is gonna come [Lija]
ce message a été posté Dim 10 Juin - 20:44


Change

La vie à Avalon … une plaie. Dire qu’Hija supporte mal la situation est un doux euphémisme. Véritable lion en cage, elle ne supporte pas l’inactivité. Cela ne fait pourtant qu’une semaine. Mais la réalité l’a vite rattrapée : Avalon n’est pas Londres, et les personnes souhaitant louer un appartement ou une boutique à une pirate de sang impur non marquée ne sont pas légion. Elle n’est certainement pas la plus à plaindre des ex londoniens, ayant gîte et couvert chez les Sabordage. Mais cette cohabitation lui fait l’effet d’une captivité. Incapable de créer, de continuer ses recherches pour Alfie, même les poisons ne l’amusent pas, en ce moment. Alors elle donne un coup de main ça et là, pour gagner sa croûte et éviter de passer ses journées au lit à déprimer (certaines se reconnaîtront, tmtc bébé) mais ce n’est pas tout à fait ça. Et enchaîner les refus ne lui plaît pas davantage. Aucune envie de demander à qui que ce soit d’intercéder en sa faveur, elle est suffisamment grande pour prendre soin d’elle, merci bien. Elle espère simplement que cela ne va pas durer. D’autres choses sont un peu plus compliquées, comme s’envoyer en l’air, par exemple. Et ça, c’est la cerise sur le pudding de merde. Pas encore réduite à se lancer des caresses de la mort, cependant, elle prend les choses en main autrement. Littéralement. Comme en cette fin d’après-midi, après une entrevue particulièrement éprouvante et peu sympathique avec une vieille rombière de rang quatre se permettant de la regarder comme une traînée. Jalousie féminine mal placée. Dans tous les cas, sa boutique sentait atrocement mauvais, une ancienne herboristerie, lui avait-on dit, mouais. En clair, elle a eu besoin d’un moment à elle et profité de l’absence de tout le monde pour prendre soin d’elle, grimaçant au passage de son bras. Son prochain arrêt de la journée.

Ce qui l’amène directement à Londres (enfin, directement, façon de parler). Contrôles d’usage effectués, on la laisse se diriger vers Sainte-Mangouste sans faire d’histoire. Elle fera un crochet par sa boutique en en sortant, mais souhaite d’abord se faire examiner. La blessure, dissimulée sous ses vêtements, lui pose problème. On lui a assuré qu’une semaine suffirait. Et même en prenant scrupuleusement ses potions … une douleur sourde persiste, sur certains mouvement. Ce qui peut devenir problématique à long terme. Hija en a évidemment vu d’autres, mais l’aspect délicat de sa situation ne l’autorise pas à prendre le problème à la légère. On l’introduit finalement dans une salle où elle est reçue par un très jeune homme. Médicomage en apprentissage, sans doute. Pas du genre à faire de chichis pour parler à un homme d’expérience (ou une femme, au demeurant, pas sexiste), elle prend place. Sa veste a quitté ses épaules dès son arrivée dans la ville Phénix et laisse donc apparaître la marque sur son bras, où la Mangemort la atteint. Serrant les dents à ce souvenir, elle parvient à esquisser un demi-sourire : On s’est amusé à me charcuter joliment y a une semaine. Elle ne juge pas utile de donner les circonstances, il doit en voir d’autres dans son cas. Les yeux de la pirate s’attardent quelques secondes de trop sur les traits fatigués du garçon. Il y a quelque chose de familier en eux, elle en est persuadée depuis qu’elle a passé la porte. Mais quoi ? Un lancé de couteau. Sale p*te de Mangemort, crient ses yeux au passage. Sans le lâcher. Elle est certaine de ne pas déjà avoir eu affaire à lui. Peut-être l’a-t-elle croisé dans les couloirs à la fin de la bataille. Sans doute. La douleur devait s’arrêter, mais c’est pas l’cas. Non. Pas les couloirs. Autre chose. Mais quoi ? J’ai épuisé la potion calmante, je viens voir s’il y a autre chose à faire qu’attendre. Incapable de mettre le doigt sur le fond du problème, elle attend. Dans le pire des cas, elle demandera. Pour l’instant, qu’il se concentre sur son bras pendant qu’elle essaye de faire la lumière sur ce léger flottement. Enfin, s’il en est capable : Mais s’il vous faut un café avant, j’peux attendre quelques minutes. Son examen approfondi de ses traits lui a donné le loisir de constater qu’il n’est pas en grande forme. Pas tellement envie qu’il s’endorme sur elle, où se plante en l’examinant. Et l’image de Victoria au bord du gouffre après Londres est encore ancrée dans son esprit. Que quelqu’un prenne soin d’eux, bordel, avant qu’on se retrouve en pénurie totale ! Et elle est bien placée pour savoir ce que c’est de ne pas avoir de soigneur à bord et ne le souhaite à personne.


AVENGEDINCHAINS

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
 :: Royaume-Uni :: Londres