AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Escapes within - Nicolas ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Escapes within - Nicolas
ce message a été posté Dim 27 Mai - 18:13




escapes within
(fin mai 2047)

Debout en face du poste, les mains dans les poches de sa veste en cuir, Victoria gratte le sol avec la pointe de sa chaussure. Quel ennui. Deep, ci-présent, n’est pas d’une grande aide. Il enchaîne cigarette sur cigarette, et lui en propose une de temps à autre – ce qu’elle refuse poliment. Il les fume toutefois avec parcimonie – ce n’est pas parce qu’ils sont à présent à Londres qu’ils vivent dans l’opulence. Lui, est habitué à l’attente. Elle, jette souvent des coups d’œil à la petite horloge fissurée qui trône sur le bureau de poste. Parfois, vingt minutes passent ; parfois, vingt secondes. Ils ont discuté, au début. Deep n’a pas d’enfant, pas de compagne, pas de centre d’intérêt particulier si ce n’est fumer. Il lui a aussi parlé de pêcher et, après avoir échangé quelques astuces et anecdotes, leur discussion s’est tarie pour laisser place au silence de la nuit.
A l’arrière se trouve la salle de repos où se trouvent les deux autres gardes, Fred et Rob. Elle-même aimerait prendre sa pause mais il reste encore une demi-heure avant qu’elle ne soit relevée de ses fonctions pendant deux heures. Elle lutte contre le sommeil : après une longue journée à Sainte-Mangouste, elle n’a pu bénéficier que de vingt minutes de sieste avant de devoir décoller pour la porte nord.

Une silhouette se découpe au loin. Elle ignore encore s’il s’agit d’un Phénix, d’un Inquisiteur… Ou d’un Mangemort. Mais elle se tient prête. Même si, quelques secondes auparavant, elle enchaînait les bâillements, son attention est à présent aussi vive qu’un hippogriffe qui se ferait approcher pour la première fois. On lui a expliqué le protocole à tenir en cas d’attaque, mais aussi en cas de simple contrôle d’identité. Quoi qu’il en soit, sa baguette glisse de sa manche sur son poignet, sa paume de main puis entre ses doigts jusqu’à que ceux-ci saisissent fermement le manche.
L’identité du visiteur est inconnue, celui-ci gardant la tête baissée vers l’intérieur de sa veste – comme pour y chercher ses papiers. Il se redresse ; Victoria constate avec une pincée de soulagement qu’il s’agit d’un visage familier. Elle ne se souvient plus de son nom, mais se souvient avoir vu son visage à plusieurs reprises après les missions inter-factions. B’soir. Ils lui répondent de même. Deep avale une dernière bouffée de sa cigarette puis l’écrase dans le cendrier. En se relevant, la fumée blanche s’échappe de sa bouche. Vos papiers ? Le visiteur les lui tend. Ecartez les jambes et les bras, s’il vous plaît. Pendant qu’elle inspecte les documents avec sa baguette, Deep effectue une fouille corporelle puis termine par un finite incantatem au cas où le visiteur a eu usage d’un ou plusieurs sortilèges de camouflage. S’il a eu recours à du polynectar, ça se saura quand il aura traversé la barrière magique encerclant la ville. Tout est bon pour moi. Moi aussi, déclare-t-elle en lui rendant ses papiers. Bonne soirée, Monsieur Bellemare. Un signe de tête et il continue son chemin. Il passe la barrière magique invisible et rien ne se passe. Ils peuvent se détendre à nouveau, maintenant.

Elle regarde l’horloge. Plus que vingt minutes. Sa baguette retrouve sa position sur son bras. Elle peut sombrer à nouveau dans son ennui – la prochaine fois, elle pensera à prendre un livre… Et du café.
Ce ne sont pas des talons contre le pavé de pierre qui la sortent de sa langueur, mais le son du métal qui tombe. T’inquiète pas, c’est probablement un renard… Tu savais que Londres en est totalement infesté ? C’est incroyable comme certaines choses ne changent pas malgré le temps… Victoria est peu rassurée. Je préfère quand même aller vérifier. Comme tu voudras. Mais reviens vite. Elle approuve. Même si son partenaire se veut confiant, ils savent tous les deux les risques qu’ils encourent : elle, en allant en repérage seule ; lui, en tenant le poste de contrôle seul. Mais la McKay préfère prévenir que guérir… Même si c’est pour se faire réprimander ensuite par la hiérarchie.
Baguette en main donc, elle s’avance. Dans la première ruelle à gauche, il n’y a rien d’anormal. Elle continue jusqu’à la deuxième venelle. Son cœur manque de rater un battement. Elle y pénètre, contrainte par ce qu’elle y voit, tout en essayant d’agir comme si de rien n’était pour ne pas inquiéter son camarade. Pas un geste, ou je le tue. Silencieuse, elle hoche la tête. Il faut qu’elle lance l’alerte, il faut qu’elle lance l’alerte ! Mais le pauvre captif est si jeune… Si effrayé. Elle ne peut s’y résoudre. Et si ça avait été Donan, à sa place ? Non, elle ne peut mettre la vie de ce jeune homme en jeu. Il faut que j’y retourne. Sans quoi Deep, Rob, Fred et bien d’autres vont tous débarquer. Mais je reviendrai. Plus qu’une promesse, c’est une menace. Elle ne le laissera pas s’en tirer, comme ça a été le cas ces vingt-cinq dernières années. Non, elle lui fera la peau, ce soir, dans cette venelle sombre et isolée. Puis elle rentrera, avec le pauvre jeunot qui n’a jamais demandé à être mêlé à ça.
Invité
Invité
avatar
Re: Escapes within - Nicolas
ce message a été posté Lun 28 Mai - 16:13
Ca devait faire une bonne dizaine de minutes qu'il marchait dans la banlieue nord de Londres, un endroit dépeuplé, déserté par la plupart des humains. Pour ne pas risquer d'éveiller la curiosité des nouveaux gardes rebelles de la ville, Nicolas avait jugé bon de transplaner suffisamment loin de la douane. Le maître mot de cette mission, qui lui avait été donnée dans le seul but de se racheter, était la discrétion absolue. Ce n'était pas le moment de déclancher une autre bataille alors que le camp des Mangemort peinait à se relever de la perte de Londres. Cela dit, M. Avery deuxième du nom était déterminé à prouver qu'il n'était pas bon à jeter aux dragons. Sans masque, sans polynectare ou autre artifice, Nicolas venait d'arriver aux abords de ce qu'il pensait être le fameux champs magique élaboré par les Phénix. Ce concentré de sortilèges lui donnait presque la nausée mais dans cette obscurité c'était le seul repère lui indiquant le chemin à suivre, la lumière étant à peine capable de se refléter dans les quelques vitres encore intactes.

Arrivé dans une ruelle étroite en friche, le sorcier cru entendre un bruit, un bruit de pas continu. Il semblait provenir de derrière lui. Le premier réflexe d'espion qu'il eut fut de se plaquer contre le mur, derrière le seul renfoncement de façade qu'il trouva. Les genoux fléchis, il glissa sa main droite dans la grande poche intérieure de sa cape de soir et en sorti sans brusquerie sa baguette. Le martèlement des pieds sur le sol résonnait de plus en plus fort à mesure qu'on approchait. Fin prêt à attaquer, au moment où le corps à peine éclairé passa devant lui, Nicola leva sa baguette et murmurra un Locomotor Mortis, ce qui stoppa net le vagabon dont les jambes se colèrent entre elles. Lourd et faible, l'homme tomba avec fracas contre une poubelle pleine de vieux détritus métalliques. La bouche grande ouverte, la victime de la chute commença à hurler dans un etouffement : "Au seco... !", mais le sorcier lança un sortilège pour sceller ses lèvres une bonne fois pour toutes. Enragé de ne pas avoir pu contrôler cet imprévu, Nicolas tendit l'oreille et resta ainsi immobile une demi minute silencieuse. Les sourcils froncés par la colère qu'il avait envie de déverser sur le responsable de ce boucan, il se pencha vers le gars au sol et l'attrapa par l'épaule, afin de le redresser un maximum. Il se retrouvait avec ça sur les bras désormais. En le soulevant, les gémissements étouffés du moldu lui parvinrent sans intensité. Maintenant que la lueur du lampadaire éclairait son visage, Nicolas pouvait le voir. Son sang paru s'arrêter de filer droit dans ses veines lorsqu'il eut le sentiment indescriptible et inexplicable de tenir entre ses mains blanches et fermes ce qui pourrait être son fils. Ce devait être l'effet de l'âge que le jeune homme renvoyait. Mais comment aurait-il pu le reconnaitre alors que Victoria l'avait privé de Donan alors qu'il n'était encore qu'un bébé.

Comme une étrange coïncidence, un autre bruit attira son attention et Nicolas fut surpris de voir que Victoria venait de faire irruption dans la venelle en vrac. Il ressera alors son emprise sur le garçon à l'allure débraillée et menaça de sa baguette la nouvelle arrivante. Pas un geste, ou je le tue. Entre sérénité et extase, il tenait son ex-femme en joue. De tous les rebelles de garde cette nuit-là, il éavait fallut qu'il tombe sur elle. Inutile de rappeler la haine qu'il lui vouait depuis toujours -ou presque? Ce soir, il avait l'impression d'avoir une occasion en or, sauf qu'il ne devait pas oublier les ordes des Kark. Il faut que j’y retourne. Mais je reviendrai. Elle avait l'air en plein dilemme, elle se sentait concernée de toute évidence, alors il la laissa disparaitre de sa vue sans ajouter quoique ce soit d'autre. Il ne bougerait pas d'ici parce qu'il savait qu'elle reviendrait. Le ton qu'elle avait employé lui rappelait soudain cette façon qu'elle avait de lui tenir tête. Elle n'avait pas dit cela dans le vide non.

En attendant, il lui fallait se débarrasser du poids mort. D'un geste lent voire précautionneux, Nicolas repoussa le jeune homme apeuré contre la poubelle renversée. Celui-ci tentait de se débattre mais le sorcier ne pouvant lui permettre de faire plus de dégâts il lui infligea cette fois-ci un Petrificus Totalus pour s'assurer qu'il ne puisse plus faire le moindre mouvement. Enfin debout, il passa une main légèrement nerveuse dans ses cheveux qui se dressèrent maladroitement sur sa tête. Dans un reniflement sourd il attendait le retour de Victoria en espérant qu'elle n'était pas tout simplement parti chercher du renfort. Il était hors de question, en tout cas, qu'il se laisse faire et qu'il reste à sa portée. La baguette toujours tendue devant lui, il alla se camouffler derrière la poubelle et le corps inerte du moldu. Les deux objets lui serviraient de bouclier.
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: Escapes within - Nicolas
ce message a été posté Mar 5 Juin - 12:55
Je reviendrai. Un pied devant l’autre, elle avance. Je reviendrai. Elle sait qu’il ne disparaîtra pas. Je reviendrai. Le prix de sa tête est trop élevé pour cela, et l’occasion pour la faucher, trop belle. Je reviendrai. Alors ? Elle relève la tête, qu’elle gardait jusqu’alors baissée, fixant les dalles qui défilaient sous ses pieds. T’avais raison. Le renard est parti en détalant dès que je me suis approchée. D’un geste de la main, il lui signifie un « tu vois ? » malicieux. La médicomage jette un coup d’œil à l’horloge. Plus que dix minutes. Je reviendrai…
Elle tente de rester calme, de paraître ennuyée. Mais difficile à faire en sachant ce qu’il se passe, à seulement une centaine de mètres. Le pauvre jeunot… Pourquoi ne s’est-il pas défendu ? Il a pu être pris de court. Il n’a peut-être aucun autre moyen de défense que ses poings. Si c’est le cas, elle en est bien embêtée. Elle n’a rien contre les moldus, au contraire même, mais elle craint les répercussions politiques si elle ne réussit pas à le tirer d’affaire – surtout s’il s’agit d’un Inquisiteur… Et elle-même n’agit pas selon les règles. Elle aurait dû donner l’alerte dès qu’elle a croisé le regard de Nicolas, dès qu’elle a croisé le regard du jeune homme, dès qu’elle a évalué la situation. Elle a déjà désobéi une fois et s’en est voulu, s’est persuadée que ça ne serait pas grave, que ça ne se reproduirait jamais. Et pourtant… Wilfric a réussi à déceler son identité – bien que leurs regards croisés ne semblent pas avoir eu plus d’impact que cela, puisque Vivecime est encore debout. Et aujourd’hui, elle déconne à nouveau. Car, non, il n’y a pas d’autre mot que cela. Elle agit de manière indépendante, mettant potentiellement en danger tous les habitants de Londres. Tout ça parce qu’elle craint pour la vie du jeune captif… Et parce qu’elle veut un face à face avec Nicolas qui ne commence pas par un échange de sorts, de manière égoïste. Oui, elle doit se l’avouer, elle souhaite avoir une petite discussion avec son ex-mari avant de laisser son instinct de survie reprendre le dessus. Pour parler de quoi exactement ? Elle l’ignore. Ça lui viendra certainement quand elle sera à nouveau face à lui. L’insulter ? Le blâmer ? Elle ne saurait où commencer.
Les minutes semblent défiler encore plus lentement qu’auparavant. Elle ne tient plus en place. Si quelqu’un arrive par l’allée principale qui mène au poste de contrôle, elle espère qu’elle ne remarquera pas Nicolas dans l’une des ruelles. Elle le veut pour elle. Comme il la chasse, c’est à son tour de le chasser. Hopla la compagnie ! Nous voici nous voilà ! Victoria essaie de sourire face à la bonne humeur de Rob. Mais au fond d’elle, l’envie d’accourir vers la petite venelle la démange. Ça tombe bien, je commençais à m’endormir ! Ne dors pas trop profondément quand même, on pourrait avoir besoin de toi… Comme d’hab, chef ! Et toi, doc’ ? Je vais me dégourdir un peu, avant d’aller me reposer. Rester debout comme ça m’a atrophiée ! Elle se veut rassurante, naturelle, détendue. D’acc’. Bon, en tout cas, merci de t’être portée dispo’, Tim aurait vraiment dû faire attention à ce qu’il boulottait… Elle hausse les épaules. Ce n’est pas la pire de mes nuits ! Non, elle préfère monter la garde, éveillée et consciente, plutôt que de se sentir seule et abandonnée chez elle, hantée par ses cauchemars et étouffée par l’étroitesse de son appartement. S’ajuster à la vie nomade lui est encore compliqué, même si elle a fini par virer toutes les affaires des anciens occupants qui ne l’intéressaient pas. Les photos, les vêtements, les babioles… Ce ne sont pas, finalement, le problème. Ce sont ses propres habitudes, ses vingt-cinq années à fuir et à dormir sous une tente, dans une grotte, dans une grange abandonnée, près de la nature, avec la possibilité de fuir au moindre instant. Certes, elle possède une clé qui lui permet de se transplaner à volonté dans et hors de Londres, mais cela n’est pas suffisant pour l’apaiser. Puis, si ce soir se termine mal, elle pourrait se la faire confisquer. C’est même une certitude.
Bon, ben bonne balade alors. Elle hoche la tête en signe de remerciement puis commence à descendre l’allée. Un pas, deux pas. Elle essaie de ne pas courir, même si elle le voudrait. Trois pas, quatre pas. Elle se retient de se retourner, pour vérifier que les yeux des autres gardes ne sont pas fixés sur son dos. Cinq pas, six pas. Pourtant, elle sent leur regard la brûler vive. Sept pas, huit pas. Ça peut être une impression, bien sûr. Neuf pas, dix pas. Mais il est préférable qu’elle ne se retourne pas pour vérifier, elle ne voudrait pas éveiller les soupçons. Onze, douze, treize pas… …Cinquante, cinquante-et-un, cinquante-deux… …Soixante-treize, soixante-quatorze… La venelle l’appelle mais elle passe devant, imperturbable. Soixante-seize, soixante-dix-sept, soixante-dix-huit… Elle tourne deux ruelles plus tard, à gauche. Elle ignore exactement comment elle va retrouver la venelle où se trouve Nicolas, mais elle la retrouvera. Elle le lui a dit : elle reviendra.

Sa baguette se glisse hors de sa manche. Elle sent la tension augmenter et sa fidèle baguette se préparer. De détours en détours, elle finit par arriver près de la ruelle, qui semble posséder plusieurs artères. Son cœur bat fort. Tellement fort que, le temps d’une seconde, elle craint que Nicolas l’entende, de là où il se trouve. C’est ridicule, bien sûr.
Elle entend déjà Joaquim lui hurler dessus. Bruja de mierda ! Qu’est-ce que tu as encore fait ? Ou bien, le regard désapprobateur de Jane. Nous ne pouvons malheureusement plus te faire confiance. Cela lui ferait mal au cœur, bien sûr. Mais tant pis. La vie d’un jeune homme est en jeu, et elle ne peut simplement pas l’abandonner. Sa promesse était aussi sûre que celle de Nicolas : pas un geste, ou je le tue.
Elle espère toutefois le prendre par surprise pour avoir un avantage vis-à-vis du Mangemort. Il n’est plus debout ; il s’est probablement réfugié entre les poubelles… Sa juste place, si on veut son honnête avis. Victoria s’avance donc silencieusement, faisant attention aux ombres pour ne pas être repérée. C'est bien dans de tels moments qu’elle aurait aimé avoir un déluminateur... Elle réussit à identifier la silhouette de son ex-conjoint. Elle le connait suffisamment bien pour ne pas le confondre avec celle du jeune homme.
Petrificus totalus !
Invité
Invité
avatar
Re: Escapes within - Nicolas
ce message a été posté Dim 10 Juin - 16:15
Le temps paraissait long et de plus en plus incertain. Sans compter que l'odeur de la ruelle laissait à désirer. Nicolas maudissait intérieurement Victoria de le faire patienter dans une telle position inconfortable. Et ce sale gamin qui s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment... Que faisait-il ici de toute façon, ce moldu ? Il s'agissait sûrement d'un membre de la Nouvelle Inquisition, ce qui expliquerait en partie la réaction raisonnable de la phénix qui au lieu de l'attaquer, comme un bon petit soldat l'aurait fait, s'était tue. Elle n'avait peut-être tout simplement jamais changé : obéir aux ordres n'était pas dans ses habitudes par le passé, et visiblement ça n'était toujours pas le cas aujourd'hui.

Alors que le sorcier se penchait sur le visage inexpressif de son prisonnier comme pour vérifier son état d'immobilisme, un bruit lui parvint d'un peu loin, sans qu'il ne sache dire d'où il provenait exactement. On aurait vaguement dit un caillou dont la chute avait résonné sur tous les murs. Évidemment, la nuit, chaque son était décuplé. C’est d’ailleurs ce qui avait trahi sa présence. Et voilà qu’il se retrouvait à épier le moindre bruit. Un coup d’œil derrière lui : rien. Un regard fixe en face : rien non plus. Il n’y a qu’une lumière vacillante qui lui parvient et par moment elle fait danser quelques ombres d’objets inanimés. Les yeux plissés, comme si ça l’aiderait à y voir plus clair, il était pourtant sûr d’avoir entendu quelque chose non loin d’ici. La baguette tendue devant lui n’a pas bougé depuis le départ de l’autre traîtresse. Il est sur le qui-vive et le premier sort qui s’échappera du bout de bois magique ne sera certainement pas clément. Tant pis s’il fout la zizani ici, après tout il était hors de Londres, et tout ce qui est hors de Londres appartient encore à celui qui a le pouvoir. Or Nicolas était prêt à s’octroyer ce pouvoir.

Machinalement, le sorcier se sentit resserrer son emprise sur le jeune homme encore sous maléfice. Si Victoria tenait tant à le sauver, elle ne lancera pas de sort qui puisse le blesser. Et en parlant d’attaque, un éclair jaillit de derrière lui tandis qu’il était justement en train de se retourner. En un réflexe approximatif, Nicolas tira sur lui le gamin pétrifié et c’est ce qui le sauva. Le sortilège de Victoria heurta le bras replié du moldu dont la peine de ferait que se prolonger. Dans un mouvement de recule, Nicolas se releva tout en lâchant lourdement le corps inerte du garçon sur le sol. Il fixait son agresseuse et ne baissait pas la garde.

- Toujours aussi farouche… lança-t-il avec un de ces regards méprisants qu’il avait l’habitude de réserver à ses cibles. Maintenant qu’elle était plus proche de lui, et puisqu’elle était arrivée de l’autre côté de la ruelle, il pouvait aisément reconnaître son visage et sa maigre corpulence. Elle n’avait pas vraiment changé, si ce n’est que comme lui elle avait vieilli. Et les années de fuite dans la nature n’avaient pas dû contrer les effets du temps qui passe. Pourtant elle était toujours assez désirable. Mais toujours méprisable !

- Tu as des nouvelles de Donan Avery ? Tu sais, notre fils, à tous les deux. C’était le moment pour Nicolas de jouer la carte du mensonge. Prêcher le faux pour connaître le vrai. Après avoir fait sa petite enquête auprès des Mangemorts qui avaient participé à la défense de Londres, personne n’avait pu lui parler d’un jeune homme qui lui aurait ressemblé. Évidemment, cela ne signifiait pas que Donan avait disparu de la circulation, après tout Victoria devait certainement le sur-protéger et l’empêcher de se jeter dans la gueule du loup (sachant que c’était Nicolas le loup). Mais… il aurait au moins essayé, et tant pis s’il était décrédibilisé, il n’aurait qu’à abattre sa colère sur la femme qu’il tenait en joue. Pour Donan, il trouverait bien un autre moyen de l’approcher. En tout cas le silence l’aider à laisser planer un doute pesant sur leur  semblant de conversation qui venait de commencer. Son regard perçant maintenait celui de Victoria. Il savait qu'il avait bien fait de lancer le sujet maintenant avant que la sorcière s'en prenne physiquement à lui.
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: Escapes within - Nicolas
ce message a été posté Sam 16 Juin - 15:43
Scroutt ! C’est le jeune homme qui mange, pas Nicolas. Elle serre les dents de frustration : avoir un avantage sur l’Avery aurait pu lui épargner bien des efforts. Dans tous les cas, le sortilège ne semble pas avoir d’effet particulier sur le captif, certainement parce qu’il a déjà subi un sortilège similaire de la main de Nicolas… Toujours aussi farouche… Elle ne répond rien. Elle préférerait s’il pouvait éviter ce type de remarque. Elle n’est pas revenue dans cette ruelle pour cela, après tout, mais pour la victime de son affreux ex-mari.
Tu as des nouvelles de Donan Avery ? Tu sais, notre fils, à tous les deux. Elle le considère avec dédain, lui renvoyant sa propre considération hautaine. Plutôt que de répondre immédiatement, elle choisit de peser sa réponse pour ne pas lui donner d’indices sur leur progéniture. Il ne manquerait plus que cela ! Oui, biologiquement, il s’agit de leur fils. Mais leur lien de parenté s’arrête là. Donan a beau être (extrêmement) curieux de connaître son père biologique, il ne doit certainement pas le considérer comme son père de coeur. Il y a bien d’autres figures masculines dans la vie du jeune homme qui peuvent s’y apparenter. Et, de ce fait, elle ignore si elle a véritablement un devoir d’informer Nicolas de la bonne santé de Donan. En y réfléchissant bien, non. Elle peut lui dire ce qu’elle veut, il n’en saura apparemment rien. Il perdra même son temps à vérifier l’information, à suivre n’importe quelle piste qu’elle lui indiquera, comme un charognard se jetant sur un morceau de viande avarié. S’il lui pose la question, c’est justement parce qu’il n’a aucune nouvelle de Donan, non ?
Un sourire arrogant finit par lentement se dessiner sur ses fines lèvres. Je m’attendais à mieux de ta part… Après tant d’années à nous courir après, tu ne nous as toujours pas attrapés. Tu ne l’as toujours pas attrapé. Remuer le couteau dans la plaie lui procure un malin plaisir. Il s’agit, en quelques sortes, d’une revanche qu’elle prend sur Nicolas. Lui et tout le système qu’il soutient lui ont volé tellement d’années de sa vie que ses propos actuels ne sont qu’une maigre vengeance. Peut-être que c’est parce que, même si tu l’avais tout juste sous ton nez, tu ne saurais pas le reconnaître… La sorcière jette un coup d’oeil furtif au captif, qui la regarde avec horreur. Bien sûr, Nicolas est suffisamment intelligent pour soupçonner qu’il ne s’agit pas de Donan, mais il suffit simplement que le doute s’installe en lui pour qu’elle tente de l’attaquer à nouveau. Elle pourra alors délivrer le prisonnier puis donner l’alerte, pour que le Mangemort soit capturé à son tour. Il pourra alors goûter au plus grand inconfort que Victoria aura pu imaginer spécialement pour lui, en représailles.
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: Escapes within - Nicolas
ce message a été posté Dim 2 Sep - 20:40
Victoria n’attend qu’une chose : qu’il détourne le regard, qu’il se penche vers l’inconnu pour qu’elle puisse faire du Mangemort un saucisson. La pauvre victime, doublement pétrifiée, est sûrement effrayée. S’il est bien un moldu qui ne faisait pas encore parti de la Nouvelle Inquisition, ça sera peut-être bientôt le cas vu ce qu’il subit. Coincé entre deux sorciers qui ont clairement des comptes à régler, dont l’une semble prête à le jeter dans la gueule du loup, il doit y avoir besoin de beaucoup moins pour rejoindre cette faction. Malgré les quelques exceptions qu’elle ne citera point ici, Victoria a le sentiment que le clan de Durham regroupe les moldus qui haïssent les sorciers. Au point de vouloir les brûler, pour certain.e.s., comme dans le bon temps…
Pourtant le moment tant attendu n’arrive pas ; peut-être a-t-il déjà eu le temps de scruter attentivement leur prétendue progéniture pour ne pas avoir à vérifier. Ou bien il est simplement suffisamment intelligent pour se douter qu’elle lui tend un piège. Aurais-tu, toi-même, perdu sa trace ? Scroutt. Il veut faire le malin ? Qui rira bien qui rira le dernier… Elle ne veut pas perdre cette bataille, surtout pas contre lui. Au contraire, elle veut le dominer, l’écraser, l’humilier. Elle se ressaisit donc, tout en espérant qu’avec l’obscurité, il n’aura pas remarqué sa surprise. Bien sûr que je sais où Donan se trouve, répond-elle avec un ton amer. Mais je ne suis pas certaine que, lui, veuille de tes nouvelles… Ni même qu’il te considère encore comme son père. Méchanceté gratuite ? Peut-être, mais Nicolas ne peut pas forcément le deviner – il ne peut qu’imaginer. Il y a tant de possibilités, tant de questions, derrière une seule et même phrase : quelqu’un l’aurait-il remplacé ? Si oui, par qui ? Depuis combien de temps ? De qui s’agit-il ? Ou est-ce plusieurs personnes qui auraient pris la place qui devait lui être dédiée ? Petite garce… ! Je resterai toujours son père, qu’il le veuille ou non. … Et qu’elle le veuille ou non aussi.
Victoria le toise en silence pendant un instant, avant de reconsidérer sa décision de ne pas souffler mot sur le bien-être de leur fils. Quel mal cela peut-il faire ? Ce n’est pas parce qu’il saura que Donan est en bonne santé qu’il saura où il se trouve, ou ce qu’il fait. Il va bien, pour ta gouverne. Il devient un homme accompli. Accompli ? Il le sera quand il ne sera plus pollué par tes idées contre-nature… Ah ! Victoria avait oublié son incroyable capacité à lui faire regretter n’importe laquelle de ses décisions à l’instant-même où elle les prend. Elle aurait dû se taire et ne pas céder – surtout quand il s’agit de son ex-mari. Contre-nature ?! C’est plutôt vous et votre idéologie absurde qui l’est ! La suprématie du « sang-pur », l’esclavagisme des moldus… Laisse-moi rire… Face au serpent qui siffle, le lion s’éveille et gronde. Il s’est déjà manifesté lors de leur première rencontre après vingt-cinq ans de séparation, il sera bien moins long à enrager cette fois-ci, maintenant qu’il n’a plus peur. Tu restes la même malgré les années… Sale traître à ton sang. Voilà, ce qui devait arriver arriva. Une vague de fureur l’assaillit. En dépit des années, du nombre de fois où elle l’a entendu, du nombre de fois où elle l’a elle-même pensé… Elle ne s’y fera jamais, à cette insulte. Assez parlé, il est maintenant temps d’en faire un saucisson, comme elle le projetait – qu’il soit distrait ou non. Il a voulu la chercher ? Il l’a trouvé. Manus ! Cette fois-ci, Nicolas n’évite pas son sort et se prend une gifle cinglante au visage. Tu es tellement prévisible… Ah ça se voi... Une gerbe rouge s’échappe de la baguette de son adversaire, qu’elle réussit à parer à temps. Elle heurte sourdement un mur. L’échange de sortilèges qui s’en suit immédiatement est silencieux mais intense. Chacun est conscient que la défaite – ou le moindre bruit – équivaut à la mort. Et chacun veut garder l’autre pour soi. Les précautions sont donc prises, des deux côtés : ils s’attaquent avec sorts non-prononcés ou murmurés, qui ne sont pas généralement à même à causer du vacarme à part s’ils touchent éventuellement un mur ou une poubelle (ce qui n’arriva pas, par miracle, bien que quelques briques furent éraflées), et pour la plupart invisibles… Il semblerait qu’un accord ait été passé, sans même qu’ils n’aient eu à prononcer un mot.
Le face à face continue mais, pour Victoria, essoufflée, aux cheveux mouillés de sueur, il a assez duré. Bien que l’affrontement soit rude, la médicomage n’a qu’une envie, qu’une hâte : gagner. Elle peut déjà imaginer le sentiment de satisfaction – non, d’euphorie, que va lui procurer la capture de son ex-mari. Et, surtout, ce qu’elle va lui faire subir par la suite, avant de s’en débarrasser comme un vulgaire mouchoir déchiré. Elle lance donc un catanae ferrum : tant pis si ça lui cause des ennuis ! Il vaut mieux quelques réprimandes, mais aussi une victime sur laquelle se venger et s’acharner de tout son soûl, que rien. Mais un simple protego fait retomber les chaînes au sol, en même temps que ses espoirs qui devenaient de plus en plus fous. Tous deux savent que cette dernière attaque avortée signe la fin de leur échange. Je reviendrai, souffle-t-il, le sourire en coin, avant de disparaître en un craquement bruyant. Elle ne peut s’empêcher de grogner de rage. Elle l’avait presque ! ELLE L’AVAIT PRESQUE ! Dans le coin, le pauvre innocent la regarde avec les yeux ronds. Elle le libère de son double maléfice avec désintérêt, avant de faire quelques pas pour essayer de se calmer. Par Merlin, elle l’avait presque !
Elle entend débarquer des collègues d’une nuit mais, plongée dans sa frustration, leurs voix semblent lointaines… Qu’est-ce qu’il se passe ici ?! Victoria ?! La lumière qu’il pointe dans son dos ne paraît pas l’atteindre. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Je… C’est que… Euh… Vous êtes qui d’abord ? Euh… Lucas… Lucas Huart. Phénix ? Inquisiteur ? Secouez-vous un peu, là ! Euh… Phénix. … Oh on n’bouge pas ! Gardez vos mains bien visibles ! Fred, cherche ses papiers ! Victoria émerge, lentement. En se retournant, elle découvre le jeune homme, mains en l’air face à Deep qui pointe sa baguette vers lui de façon menaçante. Fred fouille dans ses poches et finit par trouver ses papiers. C’est bon. Deep baisse sa garde et se tourne vers elle. Fred garde tout de même un oeil sur Huart, au cas où. Qu’est-ce qu’il s’est passé, Victoria ? Il y avait un espion Mangemort, mais il s’est échappé. Mais pourquoi tu ne nous as pas appelés ? Tu connais pourtant le protocole non ? On n’a pas été suffisamment clairs ? Les restes de rage viennent grignoter sa patience, comme des termites qui rongeraient une table. Ça va, du calme ! Si je vous appelais, il mourrait. Son regard coule vers Lucas qui semble encore un peu hébété. Pour seule réponse, Deep lui offre une moue réprobatrice. On verra ce que Rob en dira…

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Contenu sponsorisé
Re: Escapes within - Nicolas
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres