AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Alimente les potins et autres rumeurs avec le premier amour d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt !
Des scénarios en folie
Explore ton Oedipe avec le fils de Victoria McKay, Donan Avery !
Des scénarios en folie
Viens jouer les super vilains avec l'amant Vivienne McKay, Mordred McKay !
Des scénarios en folie
Lance-toi à la recherche de ton fils perdu avec le père de Salazar Sabordage, Cecil Phillips !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ The fairest of them all. ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2096-cassandra-zabini
Messages : 49
Date d'inscription : 22/05/2018
Célébrité : Chanel Iman.
Crédits : Yapanzu.

Age : 22 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Célibataire.
Métier : Langue-de-plomb du Département des Mystères, salle de l'espace.
Epouvantard : Une foule se moquant d'elle et de tous ses complexes.
Dialogue : Cornflowerblue.
The fairest of them all.
ce message a été posté Mer 11 Juil - 11:28


The fairest of them all


Juin 2047

« Tragique. » Déplora Cassandra Zabini en fermant son exemplaire de Sorcière Hebdo avec toute la lassitude du monde. Elle qui avait passé des mois à amasser divers vêtements à imprimés animaux et aux couleurs chaudes se retrouvait désormais dans l’impossibilité de les porter puisqu’ils venaient d’être qualifiés de « tendance » par le fameux hebdomadaire féminin. Bientôt, toutes les lectrices de cette feuille de chou claudiqueraient à travers Avalon dans leurs escarpins bien trop hauts pour elles, toutes habillées exactement pareil, et si Cassandra considérait une seule et unique chose comme parfaitement inacceptable, c’était bel et bien d’être sapée comme n’importe quelle ménagère sorcière de moins de cinquante ans. Elle soupira, acceptant son sort de trendsetter à qui les belles choses sont à jamais refusées par la plèbe rustre et sans originalité, et se mit à réfléchir à ce qu’elle pourrait bien faire de cette garde-robe désormais sans valeur. La solution la plus simple et logique serait de brûler tout ce bordel, mais ça lui ferait tout de même un petit peu mal dans ce trou caverneux empli de chauve-souris qu’elle avait à la place du cœur. Les vendre dans ce cas ? Et offrir les bénéfices à une œuvre caritative ? Ça serait surement bon pour son karma, et Merlin savait à quel point son karma avait besoin de positif ces derniers temps…

Ses pensées furent interrompues par le tintement cristallin d’un carillon qui sonnait alors que quelqu’un pénétrait dans le charmant salon de beauté. Une petite tête blonde et incertaine se fit voir dans l’entrebâillement de la porte, une petite tête appartenant à « Alice ! »

Assise sur l’une des quelques confortables chaises longues du salon de beauté tandis qu’une manucuriste de talent s’occupait de ses serres,  Cassandra adressa un sourire radieux à la jolie moldue et lui fit signe d’entrer. « Comment vas-tu ma belle ? Tu n’as pas eu trop de mal à trouver j’espère ? Be’Witchin est le salon le plus select d’Avalon et change d’adresse toutes les semaines, par conséquent y arriver peut être un vrai casse-tête parfois ! Allez, assieds-toi ! » La langue de plomb tapota sur le siège à côté d’elle pour inviter son interlocutrice à y poser son délicat fessier et se remit à blablater de plus belle. « Je te présente Mrs Park, la propriétaire du salon. » dit-elle en indiquant d’un geste du menton une sorcière d’âge moyen d’origine asiatique qui répondit à la présentation d’une petite inclination du chef accompagné d’un « Mademoiselle… » Cassandra pointa ensuite la jeune femme occupée à peindre ses ongles d’un bleu turquoise criard. « Ça c’est Jamila, elle va s’occuper de moi aujourd’hui, et toi tu seras entre les mains expertes de Beth ! Beth ne prend pas les moldues en général, ni même les sorcières impures à vrai dire, mais comme nous sommes des clientes très spéciales, elle va faire une exception aujourd’hui, n’est-ce pas Beth ? Tout à fait, Mademoiselle… » répondit la concernée avec un sourire crispé. Il était évident que Beth n’était pas ravie à l’idée d’être aux petits soins d’une moldue. Pour une basique, servir des sang-purs était une chose normale, attendue même, mais masser les pieds d’un esclave était infiniment plus humiliant. Mais voilà, l’un des plus grands avantages de s’appeler Cassandra Zabini c’était qu’elle n’avait pas besoin de faire semblant d’en avoir quoi que ce soit à foutre des impurs et de leurs problèmes. Elle n’avait qu’à fermer les yeux et POUF ! Beth et son malheur n’existaient plus dans son monde. Magique, non ? Encore plus efficace qu’un coup de baguette.

« Je suis contente que le gérant du bar dans lequel on s’est rencontrées la première fois t’ait bien fait passer le message de me retrouver ici. J’aurais voulu faire envoyer un hibou chez tes maîtres mais je n’étais plus sûre de leur nom. C’est bien les Kriket c’est ça ? En tout cas, tu es bien là et c’est le principal ! Ça fait des mois qu’on ne s’est pas vues et on a toute une journée de mise en beauté pour rattraper le temps perdu. Dis-moi tout ce qui s’est passé dans ta vie pendant ce temps, tous les détails je veux TOUT savoir ! »

Oui, une simple mise en beauté, voilà le prétexte sous lequel Cassandra Zabini avait invité la jolie moldue Alice en ce beau jour du mois de juin. Une simple mise en beauté, bien qu’elle ait omis de préciser le fait qu’il y ait de grandes chances que cette journée de pouponnage aboutisse à un diner en tête à tête avec Damian (tout ça pour en pas la stresser inutilement, bien sûr, pauvre enfant), enfin, si Cassandra était satisfaite du résultat. Et quand elle disait tête à tête, ça incluait aussi elle-même et un photographe, il ne fallait pas déconner non plus.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -



I KNOW I'VE GOT A BIG EGO


I can't help that I need it all, the primadonna life, the rise and fall. You say that I'm kinda difficult, but it's always someone else's fault. Got you wrapped around my finger, babe, you can count on me to misbehave | ©️ FRIMELDA


Soirée CB TMTC:
 
La revanche d'une blonde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 246
Date d'inscription : 08/07/2017
Célébrité : Freya Mavor
Crédits : Whorecrux

Double compte : Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 23 ans
Sang : Moldu
Statut : C'est compliqué
Métier : Domestique (propriété des Kirke).
Epouvantard : Son petit-frère qui revient d'entre les morts, la jugeant.
Dialogue : #ffcc99

Espionne de la NI, devenue astucieuse par la force des choses - Développe une relation ambigüe avec sa maîtresse - Déteste les chiens - Se cache derrière une identité de servante gentille et servile - Adepte du déni et autres refoulements freudiens
Re: The fairest of them all.
ce message a été posté Sam 14 Juil - 23:39
Cassandra Zabini, l’élément le plus absurde de sa chienne de vie.

Alice croyait que cette sauterelle de la mode la laisserait tranquille. Pour toujours. Ça lui allait comme ça. Elle voulait qu’elle rencontre ce… Damian, un bel homme mais aux yeux de chien dressé. La dernière fois qu’elle l’a vu, c’est à la Tour des Médias.

Elle aurait pu lui éclater sa figure trop maquillée là-bas.

Heureusement pour elle et la communauté sorcière, reconnaissante chaque jour que Dieu fait de la présence de Cassandra, rien de tout cela ne s’est produit. Conséquence : le passé revient vers elle, cette fois aux allures d’ongles manucurés, de produits de beauté et de… papotage. Elle se tient devant l’adresse du Be’Witchin, mi-perplexe mi-curieuse de découvrir ce que cette journée lui réservera. Si elle sait que la Zabini fait partie des Mangemorts (mais elle pas de la résistance moldue, sinon ce ne serait pas drôle), elle a perdu l’angoisse d’autrefois. Cassandra n’est pas une espionne… ou sinon elle joue très bien son jeu. Si c’était le cas, elle m’aurait contacté il y a longtemps… Je crois qu’il s’agit que d’une femme très excentrique. Étrange. Qui me donne envie de partir et de rester dans ma routine. Mais je dois le faire. Gagner l’amitié d’une Sang-Pure pourrait me sauver la vie… qui sait ?

Alice entre dans l’établissement. À la vue des visages aux lèvres rouges et à la peau reflétant la lumière par leur lotion, l’Inquisitrice croit qu’ils auraient dû appeler l’endroit Be’Bitchin. Aucune femme ne lui inspire la moindre sympathique, mis à part Cassandra qui s’émerveille de sa venue. Elle reste incertaine, sur la défensive et somme toute elle croit ne pas être à sa place. Une pensée rationnelle sans doute. Elle fait quelques pas timides en direction de la Zabini, son phare de mascaras trop cher.  « Vos indications étaient claires… », répond-t-elle en s’asseyant.

L’Inquisitrice baisse la tête et les yeux devant Mrs Park. Tu vois, je ne suis qu’une moldue bien intimidée devant la grande Mrs Park, propriétaire du fabuleux Be’Bitchin… Femme immonde va, sais-tu ce qu’on va faire de ton salon quand l’Inquisition mettra les pieds ici ? Des cendres, je vais m’en assurer personnellement…

Jamila, Beth, blablabla… Je sais qu’elles me détestent. Ça se voit sur leur visage. De l’hypocrisie sans saveur, ça va dire des saletés sur moi dès que je partirais. Vous savez quoi ? Je vous déteste tous, bande d’idiotes. Chacune. D’entre. Vous. Vos vies sont basées sur un travail qui n’en est pas un alors ne faites pas les fières. L’unique moldue du salon se terre dans son silence, buvant des paroles de Cassandra comme si chacun de ses mots l’intéressait.

Alice manque de se crisper lorsque Cassandra fait mention du gérant du bar. Sait-elle que Franck s’est fait tuer un peu plus tard que la destruction du Château des Kark ? Surement pas. Elle laisse passer l’irrespect envers ses propriétaires (de toute façon, elle a abandonné l’espoir de lui faire dire le mot Kirke). Ce qui la rebute néanmoins c’est… devoir expliquer sa vie. Comme ça. Alice l’esclave mène une vie ennuyeuse, répétitive et tragique ; Alice l’espionne mène une vie clandestine, dangereuse et tragique. Qu’est-ce qu’elle veut que je lui raconte ? Comment je lave les robes d’Aveline ou quand je fais le thé matinal d’Altaïr ? Je doute que ça l’intéresse… Beth attrape sa main et s’occupe de ses ongles. Charley voudrait la retirer mais d’autre part… Qu’une sorcière s’abaisse à la servir lui donne le sourire. Un sourire franc et malin se dessine sur son visage. Comme par hasard, à mesure qu’Alice s’amuse de la situation, Beth prend une mine de plus en plus renfrognée. Allez sorcière, t’as intérêt à me rendre présentable sinon ce sera le fouet. Fais donc attention Beth, sinon tu seras privé de nourriture ! J’espère que tes collègues se moqueront de toi jusqu’à que tu veuilles mourir, connasse. Elle retire son attention de Beth pour se pencher vers la Zabini. « Ah vous savez mad- je veux dire Cassandra… ma vie n’est malheureusement pas très intéressante. Puis avec tous ces fous furieux en liberté… Où va le monde ? », dit-elle en tentant de ravir la Mangemorte en son hôte. « Je suis seule quand je ne m’occupe pas de mes honorables maîtres… C’est pourquoi j’étais si enthousiaste lorsque j’ai reçu l’invitation. Vous êtes une femme formidable ! Néanmoins… je croyais que vous m’auriez présenté Damian… même si je l’imagine mal traîner par ici. » Elle joue sur son ego zabiniesque et elle le sait. Serait-ce tous les secrets qu’elle accumule qui la rendrait aussi… vicieuse ? Possible. « Puis-je vous poser une question ? » Elle trouve la réponse dans ses yeux. « Vous fréquentez souvent cet endroit, n’est-ce pas ? Je suis étonnée… J’aurais imaginé que ce se serait vous qui dirigeriez un pareil salon. » Le mince froncement de sourcil sur le visage de Mrs Park plus loin, sans parler de Beth qui tousse faiblement… Alice est aux anges. Vous ne l’aviez pas venu venir hein ? Sachez que je suis l’invitée particulière de mademoiselle Zabini les nulles donc on se tait et on travaille. Allez Beth, je pensais que tu savais manucurer…
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2096-cassandra-zabini
Messages : 49
Date d'inscription : 22/05/2018
Célébrité : Chanel Iman.
Crédits : Yapanzu.

Age : 22 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Célibataire.
Métier : Langue-de-plomb du Département des Mystères, salle de l'espace.
Epouvantard : Une foule se moquant d'elle et de tous ses complexes.
Dialogue : Cornflowerblue.
Re: The fairest of them all.
ce message a été posté Lun 30 Juil - 15:23


Le sourire qui fleurit sur les lèvres d’Alice fit s’agrandir celui de Cassandra. La jolie moldue semblait commencer à apprécier d’être pouponnée et prendre gout au luxe et à la détente ; tant mieux, c’était le but. Après tout, la moldue le méritait. Il n’y avait personne qui travaillait plus dur que les esclaves en ce bas monde – mis à part son Damian, bien sûr, qui n’en secouait pas une, mais tous n’avaient pas la chance d’avoir une maitresse à la bonté aussi exemplaire que la sienne – et si quelqu’un devait avoir droit à de la relaxation, c’était bien eux. Enfin, eux et les sang-purs tout de même, restons sérieux.

« Ah vous savez mad- je veux dire Cassandra… ma vie n’est malheureusement pas très intéressante. Puis avec tous ces fous furieux en liberté… Où va le monde ? »

Comme à son habitude, Cassandra s’apprêtait à couper la parole à son interlocutrice, mais la mention de « ces fous furieux » lui cloua le bec instantanément. Elle se mit à hocher la tête d’un air entendu, comme si elle était empreinte d’une grande sagesse, alors que ses pensées se tournaient vers Tadhg, tout seul dans ces rues emplies de dangers, probablement terrorisé et grelottant de froid… Peut-être Alice saurait-elle quelque chose à son sujet ? Elle était consciente du fait que tous les moldus ne se connaissaient pas nécessairement mais elle n’était pas prête à ne pas explorer toutes les pistes possibles et imaginables pour retrouver son moldu égaré.

Heureusement, les compliments d’Alice eurent l’effet escompté et remontèrent immédiatement le moral de Cassie qui laissa échapper un rire cristallin. « Formidable ? Tout de suite les grands mots ! Je ne suis qu’une femme, tu sais, Alice. Certes, une femme incroyablement gracieuse et élégante et dont la… La beauté quasi-surnaturelle pourrait foudroyer une chouette en plein vol, mais une simple femme tout de même, comme n’importe qui. » Elle ajouta un petit clin d’œil facétieux à sa tirade pour donner le ton à sa blague. Est-ce qu’elle plaisantait ? Bien sûr ! Après, est-ce qu’elle plaisantait à 100%... ? Probablement pas. « Quant à Damian, tu risques de le rencontrer très bientôt, crois-moi… » Sourire malicieux, à nouveau. L’impatience d’Alice à rencontrer Damian fait bondir le cœur de la Zabini dans sa poitrine, ils allaient être tellement adorables !

Le regard interrogatif de Cassandra se transforme à nouveau en un éclat de rire alors que la jolie blonde lui affirme que si elle voyait une personne en charge du salon de beauté, c’était elle. « Moi ? Vraiment ? Être aux petits soins de toutes les mégères du coin ? Je ne sais pas qui voudrait se suicider en premier, moi ou ma clientèle ! Et puis, je fais un travail beaucoup plus important que cela ! C’est vrai qu’on n’en a jamais discuté donc tu ne pourrais pas le savoir, mais je suis Langue-de-Plomb au département des Mystères du Ministère de la Magie. Chercheuse, si tu veux. Non non, on va laisser ce genre de travail à Mrs Kim et son équipe, elles ont beaucoup plus l’âme d’un serviteur, n’est-ce pas Mrs Kim ? Assurément, Mademoiselle Zabini. » répondit la concernée, ses yeux scintillant d’un mépris qu’elle ne pourrait jamais exprimer et qui ne manqua pas d’être remarqué par Cassandra et accueilli par un sourire de requin blanc. Morue un jour, morue toujours, avoir agacé la propriétaire sans qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit apporta un plaisir sans bornes à Cassandra, et c’est de particulièrement bonne humeur qu’elle retourna son attention sur Alice. « D’ailleurs, en parlant de servir, peut-être devrait-on passer aux masques pendant que les ongles sèchent ? » C’était plus un ordre qu’une question, et les employées se mirent à courir partout à la recherche dudit masque facial. « C’est à base de coquille d’œuf d’Occamy concassé, de lait de Veaudelune et de nectar de fleur d’arbre-monde, tu verras Alice ta peau va être rayonnante pendant toute la semaine à venir ! Et il y a intérêt, vu le prix que ça coute. Je parie que même ta maitresse ne pourrait pas s’offrir un traitement aussi luxueux, tu risques de faire des jalouses… » Si le commentaire fit naitre une quelconque panique en la moldue, Cassandra ne s’en rendit pas compte, elle qui tentait plutôt de lui faire apprécier la chance qu’elle avait d’être entre de si bonnes mains en cette belle journée de juin.

Parfaitement relaxée alors que Jamila tartinait sa face de l’onguent aux fragrances sucrées, Cassandra soupira de contentement et tapota la main d’Alice. « Maintenant c’est à mon tour de te poser une question. Et je veux une réponse honnête, d’accord ? Il y a quelque chose qui me tracasse depuis quelques temps maintenant et j’aimerais avoir l’avis d’un moldu là-dessus. Je pourrais demander à Damian mais je sais très bien qu’il me dira uniquement ce que je veux entendre, donc je compte sur toi, hein ? Pas de chichis, pas de oui mais et cetera, je veux la vérité, c’est entendu ? Bien. Alors voilà, il y a beaucoup de moldus qui se sont retrouvés jetés à la rue par leurs maitres depuis ce qui est arrivé chez les Kark. Et je suppose qu’ils ont un peu perdu foi en les sorciers du coup, et qu’ils doivent avoir peur… Et je pense que ça pourrait en pousser certains vers de mauvaises fréquentations… Honnêtement, je m'inquiète pour eux et du coup je pensais, peut-être, ouvrir un genre d’auberge pour les accueillir ? Un endroit où ils pourraient au moins manger et dormir au chaud ? Mais j’ai peur qu’ils ne fassent pas confiance à une sorcière, qu’ils s’attendent à un piège ou je ne sais quoi… Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce que ça pourrait fonctionner à ton avis ? »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -



I KNOW I'VE GOT A BIG EGO


I can't help that I need it all, the primadonna life, the rise and fall. You say that I'm kinda difficult, but it's always someone else's fault. Got you wrapped around my finger, babe, you can count on me to misbehave | ©️ FRIMELDA


Soirée CB TMTC:
 
La revanche d'une blonde
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 246
Date d'inscription : 08/07/2017
Célébrité : Freya Mavor
Crédits : Whorecrux

Double compte : Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 23 ans
Sang : Moldu
Statut : C'est compliqué
Métier : Domestique (propriété des Kirke).
Epouvantard : Son petit-frère qui revient d'entre les morts, la jugeant.
Dialogue : #ffcc99

Espionne de la NI, devenue astucieuse par la force des choses - Développe une relation ambigüe avec sa maîtresse - Déteste les chiens - Se cache derrière une identité de servante gentille et servile - Adepte du déni et autres refoulements freudiens
Re: The fairest of them all.
ce message a été posté Lun 6 Aoû - 17:16
Les mots de la Zabini s’écoutent comme de la musique des Dieux. Tant d’orgueil à exploiter, tant de mépris envers autrui… Alice se gargarise de cette violence subtile. Elle sourit avec satisfaction en hochant la tête : « Il va sans dire qu’il s’agit d’un poste d'une très grande importance. » Cela m’étonne… Je ne l’aurais pas imaginé chercheuse. Bon, nous parlons de magie ici : ils n’ont qu’à formuler des mots avec leur baguette. Ça n’a rien à voir avec l’intellect mais… J’aurais cru qu’elle aurait fait carrière en un domaine plus futile.

L’heure du masque. La description qu’elle lui livre impressionne la blonde. Sa connaissance est limitée : en même temps, malgré sa polyvalence vantée par les esclavagistes, l’option masque de beauté reste à acquérir. À la mention de sa maîtresse, elle perd un peu de son air béat pour reprendre une expression plus neutre. Aveline… c’est amusant qu’elle se souvienne d’elle pour lui parler de sa jalousie. Elle, jalouse ? Très possible… Ou étrangement intéressée. Trop intéressée par ma peau… Peut-être qu’en revenant elle sentira les arômes et… « C’est impressionnant… en tout cas pour moi. Je crois que ma maîtresse sera honorée de mon traitement : je pourrai mieux représenter sa maison. » Alice est jolie : sa présence donne du cachet à une demeure.

Le cœur de l’Inquisitrice exécute un bond, puis une pirouette tandis que la Zabini prépare sa question. Pourtant, la moldue reste en parfait contrôle de soi. Ça lui rappelle sa conversation avec Altaïr : il s’agit d’un terrain glissant mais connu. De plus, des demoiselles les entourent. Rien de trop grave entrera dans la discussion…

Son attention se dédie tout entier à la Sang-Pure. Ce rendez-vous devient extrêmement intéressant… Cassandra Zabini serait-elle… un ange ? Je n’arrive pas à y croire… Elle se préoccupe des… moldus ? J’imagine que ça nourrit son estime et que ses vraies intentions sont dissimulées mais… il s’agit là d’une action concrète pour sauver les miens. Je… j’aimerais rester bouche-bée mais je dois répondre. Dis quelque chose. Donne ton avis. Pourquoi les sorciers ont cette manie de demander mon avis ? « J’ai rarement entendu une proposition aussi philanthrope. Pourtant, ça part d’une utilité pratique. Il faut en effet protéger les moldus d’eux-mêmes : que peuvent-ils faire sans maître ? Ils se laissent alors berner… » Elle ferme les yeux un instant. Elle imagine sans peine Durham qui approuve cette décision. Alice pense déjà à faire de cette auberge une plaque tournante du recrutement de la Nouvelle Inquisition. Une ambition folle mais qui la fait rêver à l’instant. « Ils pourraient travailler à l’entretien de l’auberge, réapprendre leur vocation… puisqu’un moldu doit se livrer au labeur. Qui sait, en reprenant confiance en la bonté sorcière, certains acheteurs pourraient adopter des moldus de l’auberge ? Surtout si celle-ci est magnifique… » Tu démontres trop d’intelligence Alice. Débarrasse-toi en. « C’est une idée merveilleuse que vous avez eue ! » Je sais que ça ne s’arrête pas là. Elle m’a avoué qu’elle croit que les moldus se méfieraient d’une sorcière… et à raison. « Damian ne pourrait-il pas y participer ? » Naïveté feinte. « Je pourrais vous suivre dans une pareille entreprise, comme il est de mon devoir de servir et d’aider… Sans parler de l'honneur que cela constitue. Cependant, ce même sens du devoir m’oblige présentement à demeurer à Pré-au-lard auprès de mes maîtres. Leur service prend du temps… et une telle entreprise en exigerait davantage. Je me retrouve dans une impasse. » À moins qu’elle t’achète… Que ferais-je sans Altaïr ? Sans Mayssan… Non qu’est-ce que je ferais sans Aveline… Alice qu’est-ce que tu penses ? Tu seras heureuse sans eux, très heureuse… Non mais… Oui, parfaitement heureuse. Arrête de te compliquer les choses.
Contenu sponsorisé
Re: The fairest of them all.
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers