AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ [Litha] Life's a fantasy - Hija ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

[Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Mer 11 Juil - 21:46



Dance, dance with me
Life's a fantasy
Stand next to me
Like ecstasy
(21 juin 2047)

Merci d’avoir accepté de m’aider les filles ! Vous êtes prêtes ? Victoria acquiesce, incertaine de ce qu’elle fait là. Elle n’est, après tout, pas une chercheuse de trésor invétérée, contrairement à Hija (en quelques sortes). Du coup, j’étais passée à Gringotts, à Fleury & Bott, chez l’apothicaire… Tout le Chemin de Traverse en gros. … Oui. Victoria soupire. Elle a mieux à faire que ça, par Merlin ! Mais Ginny est une collègue avec laquelle elle s’entend très bien, elle n’allait pas refuser de l’aider en un après-midi où elle n’avait, à l’origine, rien de prévu si ce n’est profiter des festivités de Litha, pour une fois qu’elle réussit à se motiver à se joindre aux efforts populaires de liesse pour oublier le conflit destructeur, le temps de quelques heures…
Pourquoi tu n’utiliserais pas un simple Accio ? La médicomage tente de rester polie et aimable, mais le fait qu’elle est agacée doit probablement transparaître – et ce, malgré la couronne de fleurs qu’elle venait de finir avant de croiser le regard désespéré de l’infirmière. Si seulement, si seulement, elle était restée concentrée sur son ouvrage ! Oh j’aurais trop peur que ma montre s’abîme ! Tu imagines une des pierres s’enlève en se glissant hors d’un tiroir ? Ce serait bien dommage, en effet… Hija, pour sa part, doit certainement avoir le cœur qui se brise à cette simple idée. La McKay la connaît suffisamment pour savoir qu’elle salive intérieurement en imaginant la magnifique montre à gousset de Ginny. Je propose que l’on prenne le nord de la rue et qu’on la redescende boutique par boutique, Victoria. Hija, si tu peux remonter par le sud… Il y a plus de boutiques dans le sud, ce serait plus pratique si j’accompagne Hija et… Ou on peut simplement échanger ! Victoria grogne silencieusement. Elle a simplement envie de boire un verre de vin épicé, faire une offrande, regarder les saltimbanques, visiter les étals des marchands… Et, peut-être, rencontrer Hiresh auquel Hija lui fait tant penser. Au final, c’est probablement mieux qu’elle aille avec Ginny pour taire cette vilaine envie de le croiser « par hasard ». Et si nous allions toutes les trois dans le même sens ? Au final, ça reviendra au même… Ginny n’a pas l’air convaincue, mais le joli sourire que lui offre la médicomage l’amène à accepter docilement ; elle tient peut-être quelque chose, là.
Elles commencent donc à descendre l’allée qui est remplie de monde. La chaleur étouffante n’aide pas alors qu’elles se glissent dans la foule. Victoria repère alors un stand de limonade où le liquide doré semble briller comme le plus beau des trésors. Je ne sais pas vous mais moi, je me prends un verre… Pour l’instant, elle reste sage mais si la situation se prolonge, elle ne refusera pas quelque chose de plus fort…
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

En ligne
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Lun 16 Juil - 19:00



life's a fantasy

victoria & hija



[21 juin 2047 -Londres]

Mais quelle idée. Elle a prétexté une rencontre avec un nouveau fournisseur de flacons en Irlande pour aller faire la fête côté londonien, juste un après-midi et une soirée – qui s’annonce torride - à l’écart d’Avalon. Et alors qu’elle apercevait Victoria en se faisant que c’était l’occasion parfaite de rattraper le temps passé, elles se sont fait attraper par une de ses collègues qui a perdu un objet hors de prix. Alors certes, elle bave effectivement, comme anticipé par la femme à ses côtés, qui la connaît visiblement très bien. Comme elle doit se douter que si elles doivent supporter Sœur Sourire encore plus longtemps, elle va craquer et définitivement tout faire pour retrouver cette montre et la garder pour elle. Ce qui sera sans doute le cas, quoi qu’il en soit. Il y a un monde fou et elle n’a qu’une envie : en profiter librement, pour une fois. Mais ce n’est pas au programme. Alors qu’elles mettent la main sur cette précieuse posession, qu’elles perdent la médicomage dans la foule, après qu’elle l’ait de nouveau subtilisé de sa poche et qu’on en finisse. Un plan infaillible, renforcé par un atout de taille : la dénommée Ginny en pince visiblement pour Victoria. Ce qui n’est pas mal, mais tenir la chandelle ne va pas l’amuser longtemps. Surtout pas quand elle a envie de tâter le terrain pour voir si elle pense toujours à son frère. Elle sait que la réciproque est vraie et avant de dire à Hiresh qu’elle l’a retrouvée, elle a besoin de savoir si cela vaut le coup ou pas. Pas question de lui briser le cœur une seconde fois. Et elle a besoin de temps, pour ça … et …  Je ne sais pas vous mais moi, je me prends un verre…

Le regard d’Hija suit celui de la McKay et un sourire retrousse ses lèvres en avisant le précieux breuvage qui lui fait une envie folle. J’en suis ! Se frayant un chemin à travers la foule, elle s’approche des verres et en obtient rapidement trois, et se retourne vers elles et … Oh, pardon ! Des mots qui ne vont pas du tout dans la bouche de la pirate, surtout si on sait lire l’étincelle au fond de son regard. Le contenu, qui a l’air de tacher atrocement, ce qui est bien dommage pour une boisson de festivités, vient de se renverser sur la tenue de Ginny. Ma tenue ! Elle est foutue. Hija se mord l’intérieur de la joue, et pose les trois verres avant de la considérer : Allez vous changer, profitez des festivités et on s’charge de l’enquête, c’est le moins qu’on puisse faire. Et de prendre deux nouveaux verres, d’en confier un à Victoria et de l’entraîner à sa suite, se perdant dans la marée humaine. Elle trinque avec elle, une fois hors de vue, lui lançant un regard de biais : Désolée, tu peux me hurler dessus, mais franchement, j’en pouvais déjà plus. T’auras qu’à dire que j’suis une vraie sauvage. Ce qui n’est pas loin d’être vrai, quelque part. J’suis pas d’humeur à te partager. Et elle s’envoie une longue gorgée, souriant alors que le liquide la réchauffe. Bon raconte moi ! Comment vous vous êtes retrouvés là ? Et non, elle n’oublie absolument pas la quête et s’approche d’une boutique désaffectée dont elle pousse la porte. Pas mal de choses sont à l’abandon, ça vaut le coup d’y jeter un coup d’œil.


(c) DΛNDELION


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Mer 25 Juil - 22:08
« Oh pardon »… ? Pourquoi Victoria a l’étrange impression que… Allez vous changer, profitez des festivités et on s’charge de l’enquête, c’est le moins qu’on puisse faire. Huh. I see. Clairement, il y a sharak dans le filet. Et pourquoi « on » ? C’est Hija, après tout, qui a renversé la boisson sur Ginny. Elle devrait partir seule, tandis que Victoria continue à profiter des festivités. Elle était si bien partie pour, après tout… Mais la voilà déjà emportée par la jeune femme qui se faufile dans la foule comme un furet puis s’arrête à l’écart avant de trinquer – le tout sans que Victoria n’aie le temps de prononcer ne serait-ce qu’un mot… Ou une protestation. Désolée, tu peux me hurler dessus, mais franchement, j’en pouvais déjà plus. T’auras qu’à dire que j’suis une vraie sauvage. Victoria lui offre un sourire pincé en réponse, un peu peinée pour Ginny qui n’a certainement pas vu la tempête débarquer ; preuve d’Hija est bel et bien une Sabordage. J’suis pas d’humeur à te partager. Cette fois-ci, c’est son sourcil droit qui se lève. Victoria l’imite quand elle avale sa boisson d’un trait ; la chaleur est étouffante et la foule ne fait qu’empirer cela. Bon, raconte-moi ! Comment vous vous êtes retrouvés là ? Avant même qu’elle ne puisse répondre, Hija entre dans une boutique désaffectée. Ce n’est pas certain que Ginny y ait été, mais pourquoi pas. Puis, il y fait relativement frais. Dans tous les cas, avoir un train de retard sur la parfumeuse lui laisse le temps de réfléchir à sa réponse – pas parce qu’elle se doute que la demoiselle a des arrière-pensées plus ou moins bien intentionnées, mais plutôt parce qu’elle n’est pas certaine de ce dont elle est prête à parler et, surtout, de la façon dont elle va en parler. On a décidé de revenir… Parce qu’il était temps. Elle ouvre, puis referme un tiroir – vide. Il était temps qu’il connaisse sa terre natale, qu’il ait enfin des véritables ami.e.s, parce qu’à courir partout et tout le temps, il n’y a pas vraiment d’occasion… Et, au final, elle l’a renvoyé loin, très loin, de sa terre natale. C’était pour son bien. Oui, c’est pour son bien. Enfin ! Depuis, il en a mené des batailles… ! Contre elle, notamment. Mais ce n’est pas un sujet qu’elle a envie d’aborder à présent. Et toi alors ? Qu’est-ce que tu fais sur terre ? Alors qu’elle soulève un ancien journal sous lequel, elle sait, elle ne trouvera pas la fameuse montre, la médicomage lui offre un sourire innocent, qui pourtant paraît mutin.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

En ligne
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 9:10



life's a fantasy

victoria & hija



[21 juin 2047 -Londres]

Bon, Victoria a l’air contrarié, c’est malin. Hija pince les lèvres en retour. Ce n’est pas ce dont elle a envie, mais voir une Médicomage baver toute la soirée sur celle qui aurait du être la femme d’Hiresh si les choses s’étaient mieux goupillées, c’est plus que ce qu’elle n’a envie de supporter. Et elles n’ont pas eu le temps de se poser pour discuter, sans doute parce qu’après tout, elle n’est pas censée passer trop de temps à Londres et que Victoria a fort à faire. Ce qui se comprend. C’est la guerre, après tout, et elles font ce qu’elles ont à faire. Le reste peut attendre. Et pour l’instant, c’est jackpot pour la pirate qui a le champ libre pour retrouver un objet de valeur, se l’approprier et en plus passer du temps avec celle qui a été, l’espace d’une traversée délicieuse, une pièce d’un futur potentiel qui lui plaisait énormément. Elle ne s’excusera pas plus qu’elle ne l’a déjà fait (et c’est déjà beaucoup pour elle) et surtout pas d’être ce qu’elle est. La McKay l’a vue à l’œuvre, plus jeune, elle sait très bien qu’elle n’a rien d’un enfant de chœur. Et ce n’est pas entrer chez les Phénix qui a changé les choses, bien au contraire. Furetant dans la boutique, la demoiselle n’en prête pas moins une grande attention à ce que Victoria lui raconte. On a décidé de revenir… Parce qu’il était temps. Une raison suffisante pour elle. Bien placée pour comprendre l’importance de ses racines, où qu’elles soient et où qu’elles vous mènent. Il était temps qu’il connaisse sa terre natale, qu’il ait enfin des véritables ami.e.s, parce qu’à courir partout et tout le temps, il n’y a pas vraiment d’occasion… Donan … Un sourire amusé se dessine sur les lèvres de la Sabordage. Elle a une tendresse toute particulière pour le fils de Victoria, qu’elle a brièvement retrouvé au détour d’une rue Londonienne, peu après la victoire. Mais qu’elle n’a pas revu depuis. Enfin ! Depuis, il en a mené des batailles… ! Il a bien grandi, confirme-t-elle sans la moindre arrière-pensée, et il tient mieux le rhum qu’à l’ép… Elle s’arrête, tournant son regard vers la mère qui ne savait sans doute pas que son rejeton à peine adolescent avait goûté à cet aspect de la piraterie. Laisse tomber. Elle n’a qu’à moitié l’air coupable. Pas vraiment, en réalité. Si elle vient lui faire des reproches, elle lui rappellera qu’elle était bien trop occupée pour prêter attention à qui ou à quoi que ce soit.

Elle continue son exploration, avisant un carton déposé au sol avec des objets éclectiques à l’intérieur. Visiblement les « objets trouvés » de l’endroit. Elle n’aurait jamais laissé ça là, à la place du propriétaire. Mais sait-on jamais. Et toi alors ? Qu’est-ce que tu fais sur terre ? Ses yeux se relèvent pour croiser ceux de la Médicomage. L’ombre qui passe sur son visage ternit un peu son sourire, mais pas assez : On croirait entendre ma famille, murmure-t-elle en secouant la tête. Mais elle comprend. Elle non plus, quatorze ans en arrière, n’aurait jamais pensé en arriver là. J’avais besoin de voir autre chose. De vivre de ma passion, son autre passion. Même s’il lui a fallu renoncer à la première. Elle se relève et pointe l’est, un collier à la main. Ma boutique est à quelques rues d’ici. Enfin, était, note-t-elle sans amertume. Elle connaissait l’enjeu. Ses doigts jouent avec sa prise, une splendeur sertie d’une émeraude. Stupides gens honnêtes. Laisser pareille merveille pour qu’on vienne le reprendre. Quiconque perdant un objet de cette beauté mérite qu’on le lui prenne. Simplement. D’un mouvement habile, Hija le fait disparaître dans une poche. Je pensais repartir et … on m’a dit qu’il y avait des gens qui aimaient casser du Mangemort. Ça m’a parlé. Ses doigts agiles se remettent en marche, ouvrant une armoire au hasard. Pas-grand chose ici. Et j’ai pas l’intention de repartir avant qu’on ait fini le travail. Parce que la flamme Phénix l’a gagnée. Clairement. Et que libérer l’Angleterre libérerait la compagnie. Aussi. Sauf si Hiresh vient pour me ramener par la peau des fesses sur la Vayu. Oh non, cette remarque n’est pas innocente, même si les traits de la pirate ne laissent rien transparaitre de ses intentions. Quoi ? Elle a besoin de savoir. S’il est le seul à se languir. Si ça vaut le coup qu’elle lui écrive qu’elle la retrouvée. Alors elle coule un regard en coin vers la femme. Attendant.


(c) DΛNDELION


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 19:06
Il a bien grandi. Oh que oui. Trop, peut-être, ou bien elle ne l’a pas vu grandir et s’est soudainement trouvée face à un jeune homme mature, qui avait ses propres envies et qui n’avait plus besoin d’être guidé pour connaître son chemin. Qui n’avait plus besoin d’elle. Et il tient mieux au rhum qu’à l’ép… Victoria se contente de sourire avec légèreté. Tant mieux, si c’est le cas – c’est rassurant. Bien que ses pensées aient été très occupées par un autre à l’époque, elle avait senti les effluves – ce n’est pas seulement par affection qu’on embrasse son fils, parfois.
Il y a tout de même de quoi faire, dans cette boutique abandonnée. Après le journal et sa question somme toute maladroitement posée au vu de la réponse amère de la jeune femme, Victoria s’attaque à une étagère qui contient des papiers et quelques bibelots – peut-être des souvenirs, ou des cadeaux pour les clients. J’avais besoin de voir autre chose, de vivre ma passion. Victoria hoche de la tête, compréhensive. Il en faut, du courage, pour aller contre le courant familial – elle en sait quelque chose. Et encore, la médicomage suppose qu’elle n’a pas été reniée par les siens, si ? Si elle ne se trompe pas, une partie des Sabordage agit en terre ferme, plutôt que sur les flots, donc ce n’est pas non plus comme si elle était la première à braver l’interdit… Ce qui ne rend pas les choses plus faciles, ceci dit. Ma boutique est à quelques rues d’ici. Enfin, était. Etrange choix que de s’installer à Londres, tout de même. Elle ne le commente pas, mais n’en pense pas moins que la mauvaise réputation d’une ville aurait dû la faire fuir, même s’il s’agissait d’un beau défi. Enfin, elle a bien senti qu’il s’agissait, malgré tout, d’un sujet sensible pour sa comparse, et ne préfère ainsi pas remuer le couteau dans la plaie. Je pensais repartir et… On m’a dit qu’il y avait des gens qui aimaient casser du mangemort. Ça m’a parlé. Tiens donc, répond-elle du tac au tac avec un sourire malin. Et j’ai pas l’intention de repartir avant qu’on ait fini le travail. Et tant mieux ! Plus on est de fous, plus on rit, non ? Puis avoir une Sabordage de convaincue est rassurant… Ce n’est pas sans rappeler le voyage retour beaucoup moins agréable qu’elle a passé dans la cale d’Odin, qui a fini par rejoindre l’Ordre par opportunisme plus que par conviction. Sauf si Hiresh vient pour me ramener par la peau des fesses sur la Vayu. Nous y voilà. Evidemment, Hija sait retomber sur ses pattes… Ou plutôt, sur la baleine sur le grain de sable.
Victoria ne réagit pas d’un iota et continue sa recherche, comme si l’anglo-indienne avait mentionné la plus banale des personnes. Or, toutes les deux savent très bien qu’il ne s’agit pas de la plus banale des personnes. Mais c’est loin derrière elle maintenant, n’est-ce pas ? Alors qu’à l’époque, elle s’était cent fois demandé « et si ? », aujourd’hui ce n’est plus le cas, n’est-ce pas ? … Jusqu’à qu’elle croise Hija à Sainte-Mangouste.
Elle a mille et une questions qui fusent dans sa tête. Mais elle se contente d’une – parce qu’elle sait qu’elle est scrutée : ah, il a son propre bateau maintenant ? Et c’est tout.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

En ligne
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Ven 27 Juil - 6:48



life's a fantasy

victoria & hija



[21 juin 2047 -Londres]

Tiens donc. Oui, tiens donc. Elle regrette d’avoir passé deux ans à ne pas l’avoir croisée, tout ce temps perdu … mais qu’elles peuvent à présent rattraper. Au moins en paroles. Il s’en est passé des choses, en quatorze ans. Surtout pour quelqu’un d’autre, qui ne manque pas d’intérêt. Pas de réaction, pour l’instant, mais Hija ne compte pas lâcher le morceau. Alors qu’elle s’attaque à une malle, qui nécessite qu’elle utilise sa baguette pour l’ouvrir, elle sourit en entendant la question : ah, il a son propre bateau maintenant ? A quarante-deux ans, il s’rait temps ! fait observer la jeune femme en s’attendant à plus de questions. Mais rien, pour l’instant. Elle ne lâcherait pas l’affaire aussi facilement, cependant. A Sabordage vaillante, rien d’impossible. Il n’a jamais eu d’autre objectif, mais … je ne t’apprends rien. Il n’y a rien dans cette malle, rien que des vieux papiers de comptabilité sans le moindre intérêt. Elle en feulerait de frustration. Maintenant qu’elle a entendu parler de cette montre il la lui faut. Tout simplement. Et même son larcin ne suffira pas à l’apaiser le temps qu’elle n’aura pas mis la main dessus. Et sur une réaction de la femme quand elle lui parle d’Hiresh. Jouer les entremetteuses, ou tout du moins les espionnes, un exercice nouveau pour la pirate, son frère n’ayant jamais franchement eu besoin d’aide en la matière (en même temps, vous avez vu le morceau ?). Il a non pas une mais plusieurs femmes dans chaque port, ce qui pourrait faire hurler au porc … mais on n’est bien loin du compte. Et s’il en est une après laquelle il a soupiré, c’est bien celle-ci. Ca va bien faire … huit ans ? Il l’a eu un peu avant que je m’en aille.

Un souvenir qui manque de la faire soupirer. Ç’aurait du être le point culminant de leurs vies. Le début d’une aventure qu’ils auraient écrit ensemble. Et elle a tout gâché. Il voulait que je sois son second. Mais elle s’est rendu compte, au moment où Hiresh lui a proposé cette place qui lui revenait de droit, qu’elle n’en voulait pas. Que ce ne pouvait pas être sa vie. Ou en tous cas, elle ne l’envisageait pas comme ça à l’époque. Et maintenant … le large lui manque. Son frère lui manque. Mais elle a d’autres engagements ici. D’autres combats à mener. Tout aussi importants. Peut-être est-ce ça. Les marées et les vents l’ont menée jusqu’à l’Ordre. On peut voir ça comme ça. Bon, s’impatiente-t-elle, il n’y a rien de plus dans cette boutique. De plus que le collier au fond de sa poche, qu’elle vient caresser du bout des doigts d’un air absent. Parler d’Hiresh lui donne toujours le mal du pays. Et elle n’a pas l’impression finalement que le sujet intéresse tant la Médicomage que ça. Se redressant, elle s’essuie les mains sur sa tunique : Elle s’rait allée où ? Tu la connais, tu dois avoir une idée. Après, la dénommée Ginny leur a dit qu’elle avait déjà fouillé quelques endroits : Pas les choses évidentes, un endroit où elle ne va pas souvent et qu’elle aurait oublié … ou dont elle aurait honte, dont elle n’aurait pas parlé ou carrément effacé de sa mémoire … Un fumoir, un … sex shop ? Les possibilités sont multiples et elle compte sur Victoria pour l’éclairer. Et revenir sur le sujet qui l’intéresse. QUOI ? Elle essaye.


(c) DΛNDELION


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Ven 27 Juil - 17:53
En effet, oui, heureusement qu’à 42 ans il est maître de son propre bateau. Et tant mieux pour lui ! Lui aussi, comme Donan, a grandi et a muri. Il est probablement devenu un homme et un pirate accompli, vivant de nouvelles aventures tous les jours, conquérant de nouvelles mers aussi facilement qu’un enfant avec des soldats en plomb. De surcroit, il doit être bien accompagné – par ses matelots, d’abord, mais aussi par une femme – ou plusieurs. Comment sont-elles ? Mentalement, Victoria chasse l’idée de la main. Elle ne préfère ne pas y penser, car une petite tension, une toute petite tension, commence à poindre dans sa poitrine. Il n’a jamais eu d’autre objectif mais,… Je ne t’apprends rien. La médicomage secoue légèrement sa tête pour confirmer le propos de la parfumeuse. Est-ce un reproche caché qu’elle entend-là ? A nouveau, elle préfère ne pas s’y attarder, ayant suffisamment de questions qui jaillissent dans son esprit pour ne pas en rajouter d’autres. Ça va bien faire huit ans ? Il l’a eu peu avant que je m’en aille… Il voulait que je sois son second. Evidemment, qui d’autre qu’elle aurait été parfaite pour ce rôle ? Prince et princesse des mers, chevauchant les flots main dans la main, braves et victorieux, ils auraient été à l’origine de bien des histoires et de contes pour petits comme pour grands. Mais la réalité est toute autre et c’est ça, au final, la vraie vie.
Bon, il n’y a rien de plus dans cette boutique. Hija se relève, comme agacée. Elle est probablement frustrée de n’avoir rien trouvé, alors que Victoria émerge de ses pensées sans, au final, avoir eu l’impression d’avoir vraiment cherché. Elle s’rait allée où ? Tu la connais, tu dois avoir une idée. Je réfléchis… Pas les choses évidentes, un endroit où elle ne va pas souvent et qu’elle aurait oublié… Ou dont elle aurait honte, dont elle n’aurait pas parlé ou carrément effacé de sa mémoire… Je ne la connais pas si bien, tu sais… Mais elle m’avait mentionné un bar « qu’elle voulait trop qu’on visite » (elle mime des guillemets avec ses doigts) donc on peut tenter là-bas. C’est à quelques boutiques d’ici en remontant la rue. Elles ressortent de la boutique abandonnée ; Victoria a l’impression qu’une vague de chaleur l’assailli, comme si on lui avait jeté un drap chaud et humide au visage pour l’étouffer. Quelle idée de chercher un objet précieux… Un jour de fête, maugrée-t-elle en plissant les yeux sous les rayons du soleil.
C’est avec beaucoup moins d’aisance qu’elle se fraie un chemin dans la foule, qui semble encore plus dense que quand elles ont pénétré dans la boutique abandonnée. Nous y voilà. Elles entrent dans un café où sont installées des jeunes comme des personnes plus âgées, certains avec un café, d’autres avec une part de gâteau, mais tous avec un chat sur les jambes. Et non, je ne me suis pas trompée, prévient-elle en se tournant vers Hija. Un félin vient d’ailleurs se frôler à sa jambe. Même si elle a toujours préféré les hiboux, Victoria le prend dans ses bras et s’approche du comptoir, pensant que sa proximité avec le matou soutiendrait probablement sa cause. Bonjour mesdames ! Que puis-je faire pour vous ? Bonjour. Eh bien… Mon amie a perdu une montre à laquelle elle tient beaucoup, et elle est récemment venue ici, donc nous venions nous renseigner, pour savoir si vous n’en auriez pas retrouvé une… Ou si nous pourrions jeter un coup d’œil à votre merveilleux café au cas où… Victoria lui sert le parfait sourire de la gentille médicomage qu’elle utilise quand elle a à s’occuper d’enfants. Il est totalement rassurant, totalement naturel. On a une boîte d’objets trouvés donc on peut commencer par-là ! La bonne femme sort une caisse remplie de bibelots. Hija, si tu veux bien… Elle a les mains un peu occupées, voyez-vous. Vous m’excuserez, je vais m’occuper des clients en attendant… Alors que la commerçante s’éloigne, Victoria décrète que c’est à son tour de titiller Hija… Enfin, rattraper le temps perdu, elle veut dire. Mais alors, comment tu as intégré l’Ordre ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

En ligne
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Sam 28 Juil - 8:00



life's a fantasy

victoria & hija



[21 juin 2047 -Londres]

Je ne la connais pas si bien, tu sais… Mais elle m’avait mentionné un bar « qu’elle voulait trop qu’on visite » donc on peut tenter là-bas. C’est à quelques boutiques d’ici en remontant la rue. Qu’on s’arrête deux secondes. Donc elles sont en train de se faire chier à ne pas profiter des festivités pour quelqu’un qu’elle connaît à peine ? Mais c’est quoi, ce pays, le monde des flans où tout le monde est ami ? L’objet de la quête aurait été autre, Hija aurait immédiatement dit qu’elles abandonnaient et qu’elles retournaient s’amuser. Ce n’est pas parce qu’elle est Phénix que c’est devenue une bonne samaritaine du jour au lendemain, il ne faut pas pousser Claudicus dans les orties. Quelle idée de chercher un objet précieux… Un jour de fête. Hija approuve d’un reniflement peu engageant. Mais objet précieux … et elle a déjà gaspillé de son précieux temps, alors elle ne repartira pas sans. Si elle savait ce qui l’attendait … elle partirait en courant. Mais pour l’instant elle se contente de suivre Victoria, se demandant avec un demi-sourire quel genre de bar cette dame peut bien fréquenter pour un rencard, parce que c’est visiblement ce qu’elle a en tête quand elle parle à Victoria, ou Odin est un moine bouddhiste. Elle la suit donc, non sans profiter de la foule pour vérifier si des imprudents n’ont pas commis la même erreur que leur « commanditaire » et si un montre ou deux ne dépassent pas des poches – mais rien. C’est donc déjà passablement frustré qu’elle entre dans le bar en question qui est …

… le miaulement qui les accueille fige la pirate sur place alors qu’elle avise l’engeance du démon qui la contemple d’un regard mauvais. Oh. Non. Qu’on soit bien clairs. Hija Sabordage n’aurait aucun problème avec l’idée de se retrouver face à six Mangemorts armés. Un beau bain de sang en perspective. Mais … les chats … Son nez la démange déjà et elle serre les dents. Et non, je ne me suis pas trompée. Comme c’est dommage, grince l’Indienne dans sa barbe. Des chats. Un endroit pour caresser des chats. Mais quelle horreur. Il n’y a pas plus fourbe et pernicieuse créature au monde. D’ailleurs, un tout petit chaton s’approche d’elle alors qu’elle laisse Victoria se charger du sweet talk à la gérante. Qui fonctionne très bien et tant mieux, il faut qu’elle sorte de là le plus rapidement possible. Elle commence à se demander si l’objet en question en vaut vraiment la chandelle. Evitant l’animal comme on le ferait pour un pestiféré, sous le regard ahuri d’une petite demoiselle qui en profite pour se l’accaparer – qu’elle l’emmène TRÈS loin d’elle – elle rejoint la Médicomage au comptoir non sans deux nouveaux éternuments. Son NEZ, bon sang. Son outil de travail. Hija, si tu veux bien… Oh oui, elle veut bien, jeter un coup d’œil, décréter qu’il n’y a rien et partir le plus rapidement possible. Elle n’a toujours pas décroché un mot ou un sourire à la propriétaire des lieux et n’est pas mécontente de la voir s’éloigner. Mais alors, comment tu as intégré l’Ordre ? D’abord, si tu pouvais éloigner cette abomination de mon nez, ce s’rait parfait, demande-t-elle en agitant sa main vers l’animal qui tend la patte vers elle, croyant sans doute qu’elle va le caresser. Elle la rétracte aussitôt. Il ne manquerait plus qu’elle se chope des plaques, en plus de ça. Jetant un coup d’œil dans la boîte, elle répond tout de même à la question, appréciant juste le fait de pouvoir en parler librement : C’est Joaquim qui m’a trouvée. Il a entendu parler de mes « talents » sur le marché noir. Bon, ça, peut-être que ce n’est pas vraiment l’endroit. Un éternuement plus tard et elle continue, pas gênée pour deux sous, sortant foulard et jouets oubliés de la boîte – quoi, elle rangerait après. Je ne fais pas que dans le joli parfum, précise-t-elle pour Victoria, qui a rencontré sa mère, botaniste émérite. et même si pas mal de membres de ma famille ont choisi - atcha - l’autre côté, j’ai pas hésité. Hiresh et moi chassions déjà le Mangemort, avant. Ou au moins - ATCHA - les gens qui s’amusaient à brûler les moldus près des ports. De bons souvenirs, sans nul doute. Ca a été un peu long avant qu’on me fasse - atcha - confiance, mais ça valait le coup. Même si cela signifie, un jour prochain, déclencher un vrai raz-de-marée en interne dans la famille. Oui, ça vaut le coup pour le combat, bien sûr. What else ? La boîte semble sans fond, mais elle n’a pas l’impression qu’il y avait quoi que ce soit d’intéressant. Grommelant dans sa barbe, elle continue tout de même : Ces raclures l’ont sans doute volée et cachée dans un de leurs antres secrètes. Pourquoi pas ? Ces êtres démoniaques sont sans doute prêts à tout pour dominer le monde, un jour.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Lun 30 Juil - 14:00
Si le chat a un capital mignonnerie élevé, Hija y est certainement insensible. Et c’est compréhensible, au vu de la réaction allergique qu’elle est en train de manifester. C’est Joaquim qui m’a trouvée. Il a entendu parler de mes « talents » sur le marché noir. Victoria hoche de la tête, impressionnée autant qu’intéressée par les compétences cachées de la jeune femme. Puis, la mention de Joaquim, avec lequel Hija a semblé particulièrement proche à Sainte-Mangouste, vient également chatouiller sa curiosité. Je ne fais pas que dans le joli parfum. A nouveau, c’est un : tiens donc malicieux qui s’échappe d’entre ses lèvres. Elle est bien la fille à sa mère ! Celle-ci lui avait enseigné, à l’époque, quelques petites choses bien pratiques sur certaines plantes… … Et même si pas mal de membres de ma famille ont choisi l’autre côté, j’ai pas hésité. Hiresh et moi chassions déjà le Mangemort, avant. Ou au moins les gens qui s’amusaient à brûler les moldus près des ports. Victoria se retient de tout commentaire. Les questions qu’elle a au sujet d’Hiresh bavardent encore dans sa tête, multipliant les conversations, les entrecoupant, les accélérant, en hurlant, en chuchotant. Mais elle les tait : Hija est très certainement à la pêche, tendant appât sur appât. Eh bien, il est décidé : elle ne mordra pas, n’en dormira pas pendant quelques jours, et voilà. Ca a été un peu long avant qu’on me fasse confiance, mais ça valait le coup. La médicomage offre un sourire approbateur. Et ils n’ont pas eu tort… Elle-même a eu ses hauts et ses bas vis-à-vis de l’Ordre, ayant parfois l’impression de mener une vaine lutte contre les Mangemorts, tout en devant échapper éternellement à son ex-mari et composer avec un fils en soif de liberté et d’indépendance. Elle s’est alors isolée, contant parfois ses malheurs à son meilleur ami et à certain.e.s de ses ami.e.s proches, mais, au final, les gardant pour elle, les faisant fermenter au fond d’elle. Et c’est quand elle a recroisé son ex-mari sur le champ de bataille londonien que le bouchon a sauté. Il ne se referme plus, à présent et c’est peut-être mieux ainsi, parce qu’elle se sent enfin respirer.
La frustration d’Hija la sort de ses pensées : ces raclures l’ont sans doute volée et cachée dans un de leurs antres secrètes. Arrête, ils ne sont pas si vilains… Hein, tu n’es pas vilain ? Elle caresse la petite boule de poils qu’elle tient entre ses bras puis observe leur environnement. J’ai l’impression qu’ils n’ont nulle part où aller tout de même… Je redemande à la gérante puis allons-y, d’accord ? Ladite gérante revient d’ailleurs vers le comptoir. Comme les choses tombent à pic ! Alors ? Pas de succès, malheureusement ! Les chats auraient-ils des cages ou des paniers où nous pourrions regarder ? Oui mais nous vidons les cages tous les soirs… Pour ce qui est paniers, toutes les semaines… Vous savez comment peuvent être ces amouuurs ! (elle chiffonne le visage du chat que porte Victoria) Bref, tout était dans cette boîte. Tant pis, encore merci ! Les deux sorcières ressortent de la boutique. Victoria a beau faire fonctionner ses méninges, elle ne sait pas trop où est-ce que Ginny aurait pu aller de particulier à part ce café à chat… Bon ! Je pense qu’on a bien cherché, déclare-t-elle. Je t’invite à prendre un verre pour nous récompenser ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

En ligne
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Mar 14 Aoû - 7:59



life's a fantasy

victoria & hija



[21 juin 2047 -Londres]

Qu’elles sortent d’ici, par tous les vents, qu’elles partent, parce que là, Hija est sur le point de commettre un génocide félin. Son nez la gratte horriblement et le chômage technique ne lui irait pas du tout au teint. Et quelque chose lui dit que la propriétaire des lieux n’apprécierait pas vraiment ce qu’elle a en tête avec les fourrures des chats – il y a bien une riche Sang Pur qui a toujours eu envie d’un manteau en peau de matou, non ? Donc il est urgent qu’elles mettent les voiles. Un regard haineux pour le chat que porte Victoria, qui ne fait que ronronner de plus belle – mais en plus, c’est que c’est sacrément con, ces choses – et elle éternue dans sa manche pendant que la Médicomage établit qu’il n’y a rien ici. Donc en plus, elle se tape une crise d’allergie pour des prunes. C’est merveilleux. C’est passablement de sale humeur que la pirate sort de la boutique. Si tous les endroits que fréquente la cruche Ginny ressemblent à celui-ci, le jeu n’en vaut pas la chandelle. D’ailleurs, quand elle y pense, est-ce que cette montre a seulement disparu ? N’est-ce pas simplement un prétexte qu’elle a inventé pour essayer de passer du temps avec la McKay ? Ce ne serait pas improbable. Un juron manque de lui échapper, mais son amie intervient au bon moment avec une distraction sur-mesure et un plan auquel elle ne peut qu’adhérer : Bon ! Je pense qu’on a bien cherché. Je t’invite à prendre un verre pour nous récompenser ? On m’a toujours dit qu’c’était malpoli de refuser, sourit-elle, essuyant son nez du revers de la manche sans la moindre élégance – on ne se refait pas. Et elle suit donc la Médicomage plus loin, dans un endroit fort heureusement dépourvu d’agent allergisant ou, comme Hija le pense, sans un putain de chat pour me faire chier. On ne peut pas tous être poètes.

Un serveur ne met pas longtemps à venir prendre leur commande. Un old fashioned, s’il vous plaît. Et pour toi ? Un rhum. Sec, s’il est bon. Sinon, noyez-le avec des glaçons. Elle ne s’embarrasse même pas d’un regard d’excuse, bien au contraire, ignorant la tête confuse du garçon pour contempler la foule qui se presse à un mètre d’elles, à peine. Les festivités battent leur plein. Et Hija doit bien avouer qu’elle préfère ce Londres à celui dans lequel elle a ouvert sa boutique. Même s’il manque la mer, il y règne un parfum de liberté doux à sa narine. Victoria la tire cependant rapidement de ses réflexions pour la ramener à leur discussion, interrompue par des rejetons du démon : Au final, pourquoi tu n’as pas rejoint l’Ordre avant ? Si ça n’est pas indiscret, évidemment. Le sourcil droit de l’Indienne part à l’assaut de son front alors qu’elle répond, avec un haussement d’épaule : C’est l’inconvénient d’un mouvement secret, sinon, tu te doutes bien que je serais venue d’mander ma part avant. En revivant ces deux ans, elle se dit qu’elle aurait aimé, effectivement, le savoir beaucoup plus tôt. Mais les choses ne se sont pas faites ainsi. Et puis t’avoueras qu’un nom comme le mien donne pas vraiment envie de m’approcher pour voir si j’ai envie d’aller buter mes cousins. Et la réponse à cette question est toujours non. Et le restera. La famille avant tout. Sauf peut-être Baldr. S’ils se retrouvent face à face sur le champ de bataille, elle sait que ce sera elle ou lui. Et qu’Odin ne lui pardonnera jamais si elle s’en prend à son frère. Mais pour l’instant, ça ne s’est pas produit. Et ça ne se produira sans doute jamais. Puis y a plus intègre qu’un pirate, si tu vois c’que j’veux dire. Ce qu’elle peut prendre pour elle, elle le fait, clairement. Et ce n’est pas tellement un problème de conscience. Pas du tout même. Une question d’équilibre des choses, d’y trouver son compte.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Sam 25 Aoû - 22:43
Hija n’hésite pas un instant avant d’accepter son offre, ce qui fait sourire la médicomage. Elle a certainement bien grandi depuis leur première rencontre… Comme ce doit être le cas d’Hiresh. Enfin, Victoria le renvoie à nouveau au fond de ses pensées, comme elle a si bien réussi à le faire jusqu’à présent.
Elles s’installent donc à la terrasse d’un café, où il est possible d’observer les diverses activités qui se déroulent dans le Chemin de Traverse à l’occasion de la fête de Litha. Au bout de la rue, une fine volute de fumée s’élève dans le ciel, signalant que les festivités de la soirée commenceront bientôt. Au regard des questions qui sont venues puis sont reparties de son esprit, elle n’est pas certaine de vouloir faire une offrande au grand feu… Car elle craint profondément de ressortir de cette expérience en larmes, et d’être paralysée ensuite par les regrets. Et elle ne voudrait surtout pas que ça arrive devant Hija…
Leur commande passée, Victoria décide qu’il est préférable que ce soit elle qui pose les questions, afin que la parfumeuse n’ait pas l’occasion de l’interroger – surtout qu’elle se montrerait bien moins subtile que la quinquagénaire. Au final, pourquoi tu n’as pas rejoint l’Ordre avant ? Si ça n’est pas indiscret, évidemment. Est-ce que Joaquim a été l’argument déterminant ? Ou était-il seulement la bonne personne, au bon endroit, au bon moment ? C’est l’inconvénient d’un mouvement secret, sinon, tu te doutes bien que je serais venue d’mander ma part avant. Hm, pas faux, concède-t-elle. Et puis t’avoueras qu’un nom comme le mien donne pas vraiment envie de m’approcher pour voir si j’ai envie d’aller buter mes cousins. Tu plaisantes ? (elle rit) On a tous au moins un cousin à défoncer… Et pour elle, Mordred en premier. Pour les autres, c’est plus compliqué… Elle n’a clairement pas les mêmes sentiments et ressentis vis-à-vis d’Amadeus, Eoin, Caitlyn ou Moïra – et ne parlons pas de leurs conjoint.e.s respectif.ve.s qu’elle ne connaît absolument pas. Hormis cette Vivienne McKay, à qui Victoria se ferait une joie de flanquer un coup de botte au visage, comme elle l’a déjà fait pour un autre Mangemort lors de l’attaque de la Tour des Médias. Puis y a plus intègre qu’un pirate, si tu vois c’que j’veux dire. Il faut bien de tout pour faire un mondre… Puis tu n’aurais pas été notre première pirate. Certes, Victoria est tenue par le serment inviolable quant à sa relation primaire avec Odin, mais cela ne lui interdit pas de faire des allusions. Elle connaît les limites de leur promesse pour savoir où s’arrêter dans ses propos, même si elle sait qu’elle joue avec le feu en agissant de la sorte. Et, honnêtement, tu es bien plus fréquentable qu’Odin, en espérant qu’Hija sache qu’il fait partie de l’Ordre du Phénix – sinon ce serait fort gênant.
Le serveur revient pile à temps avec leurs boissons. Elles trinquent, et le whiskey pur feu qui compose l’Old Fashioned glisse sur son palais tel une chaude caresse. Elle ne peut s’empêcher de grimacer légèrement une fois avalé, étant peu habituée aux boissons alcoolisées. Tu as pu faire connaissance d’autres Phénix, ou pas trop ? J’espère qu’on est de meilleure compagnie que les Mangemorts, tout de même. Et on y vient enfin, elle espère.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 155
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : Schizophrenic

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander

Age : 35 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

En ligne
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Lun 10 Sep - 7:45



life's a fantasy

victoria & hija



[21 juin 2047 -Londres]

« Tu plaisantes ? On a tous au moins un cousin à défoncer… » « Parle pour toi, » rétorque Hija en hommage à la famille McKay qu’elle a pu apercevoir, de loin, depuis son arrivée sur terre. Et quelle horreur. Mais effectivement, elle a bien un cousin ou une cousine duquel ou de laquelle botter le cul, marqués comme iels le sont. Mais pas comme ça. Sans doute pas comme elle. Le nom Sabordage a toujours voulu dire plus que les autres pour une bonne raison. Si le champ de bataille doit se vider, il ne restera qu’eux. Parce que c’est comme ça. Et il serait dangereux de tester la loyauté d’Hija envers les siens. Ou celle d’Odin. Enfin … « Il faut bien de tout pour faire un mondre… Puis tu n’aurais pas été notre première pirate. » Cela fait rire Hija, qui note l’allusion immédiatement. « Crois-moi sur deux points : un,  y a des gens qui pensent que le monde s’porterait bien mieux sans pirates, et ceux-là n’ont évidemment rien compris à la vie, cela va de soi, Et deux, Odin est bien loin d’être le pire d’entre nous. » Même s’il est vrai que c’est un sacré numéro. Ils le sont tous, à leur manière. Un sourire mi fier, mi nostalgique se dépose sur les lèvres de la jeune femme, brisé par la vue du verre de rhum … avec bien sûr des glaçons dedans. Une moue déçue le remplace donc alors que le serveur s’empresse de déguerpir. Après avoir trinqué, elle porte le verre à ses lèvres … et soupire. Ce n’est pas si terrible, mais ce n’est effectivement pas « bon ».

« Tu as pu faire connaissance d’autres Phénix, ou pas trop ? J’espère qu’on est de meilleure compagnie que les Mangemorts, tout de même. » « T’as pas idée, je crois. J’en peux plus de ces culs serrés qui se pavent avec leur manche à balai dans le fion. » Vivement qu’ils aient ce qu’ils méritent et que l’ordre des choses se renverse enfin. Qu’ils goûtent un peu à la misère qu’ils ont répandue un peu partout, à la torture qu’ils ont infligés à des êtres pour une question de naissance. Conneries. Conneries, tout ça. « Et donc oui, j’ai pu rencontrer pas mal de monde … mais rien ne m’a fait plus plaisir que d’te revoir. » Clairement, c’était la surprise qu’il lui fallait. « Si on m’l’avait dit … quand t’as quitté le bateau … » Qu’elles se retrouveraient dans un hôpital à moitié détruit, dans une ville qu’elles auraient reprise ensemble. Une histoire rocambolesque. Sans le moindre doute. « Et crois pas que tu vas t’en tirer comme ça, à juste me poser des questions sur moi. » prévient-elle en sirotant son rhum de bas étage. « J’veux tout savoir. Du moment où vous êtes partis à maintenant. » Elle n’a pas vu Donan depuis quelques temps, d’ailleurs, il faudra qu’elle lui demande ce qu’il devient. Elle a une ou deux cuites à rattraper avec lui et plein de questions à poser au jeune homme qu’il est devenu. Mais la mère, d’abord.


(c) DΛNDELION


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
Plus jamais
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t279-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t98-victoria-mckay http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 869
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : moondaygirl

Double compte : Denise LeRoy

Age : 56
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre ?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Epouvantard : Perdre Donan, à jamais.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté Ven 21 Sep - 23:01
Odin est bien loin d’être le pire d’entre nous. Oh dear Il serait préférable qu'elle s’en tienne aux meilleurs d’entre eux alors… Elle a beau être patiente, le nombre de rustres qu’elle peut supporter avec politesse est limité. Elle a serré des dents et ravalé sa fierté et sa frustration lorsqu’elle a embarqué dans le Ragnarök, mais elle ne le fera certainement pas pour tous les membres de la charmante famille Sabordage.
J’en peux plus de ces culs serrés qui se pavent avec leur manche à balai dans le fion. Alors que Victoria portait à nouveau son verre à ses lèvres, elle manque de s’étouffer. Tu plaisantes ? J’ai grandi avec leurs parents, je vois tout à fait de quoi tu parles… Je voulais juste vérifier qu’ils étaient tous toujours aussi ennuyants, eux ou leurs progénitures, pour être certaine que je ne manque rien. Cette société de « culs serrés » comme elle le décrit si bien ne lui manque nullement, et rien que l’idée de devoir évoluer en son sein la dégoute au plus haut point. Et donc oui, j’ai pu rencontrer pas mal de monde … mais rien ne m’a fait plus plaisir que d’te revoir. Oh tu me flattes, mais je ne posais pas la question pour ça… Mais si c’est la réponse que veut lui offrir Hija, elle s’y tiendra. Si on m’l’avait dit… Quand t’as quitté le bateau… Décidément, elle ne lâche pas le morceau… Mais la McKay doit bien l’admettre : si on lui avait prédit cet avenir, elle y aurait difficilement cru – ou elle n’aurait tout simplement pas débarqué, peut-être… Enfin, peut-être que ça les aurait mené au même endroit, quinze ans plus tard. Enfin, elle ne le saura jamais : seul le présent compte. Et crois pas que tu vas t’en tirer comme ça, à juste me poser des questions sur moi. Pourtant, c’est tellement plus intéressant. Victoria n’aurait rien à raconter, vraiment. J’veux tout savoir. Du moment où vous êtes partis à maintenant. Eh bien, si elle veut tout savoir, la médicomage se permettra de prendre une nouvelle gorgée de son cocktail, pour se donner le courage de se replonger dans le passé et réveiller ses souvenirs. Depuis… Depuis… Elle soupire, se passe une main dans sa frange puis… Soupire à nouveau. Il n’y a plus qu’un souvenir qui lui revient en tête, finalement. Mais ce n’est pas celui sur lequel elle va se pencher, surtout – surtout – pas face à Hija. Depuis, on a vécu avec des indigènes au fin fond du Pérou… Ils ont des pratiques magiques singulières, étroitement liées aux éléments. C’était très intéressant de vivre quelques temps parmi eux. On a ensuite été jusqu’au bout du Chili, en passant par la Bolivie et l’Argentine… Tu connais le topo. Par topo, évidemment, elle désigne son cher et tendre, Nicolas Avery. Celui qui est responsable de sa fuite éternelle – si l’on oublie le système Mangemort qu’il soutient avec une loyauté sans faille. Peut-être qu’Hija ne s’en souvient pas au final, c’était surtout avec ses a aînés que Victoria avait échangé lorsqu’elle a séjourné sur le Shiva. Puis on est partis de l’autre côté de la terre… En Nouvelle-Zélande. Ne me demande pas pourquoi, c’était la seule destination disponible à ce moment-là ! Si ça avait été un voyage touristique, je t’assure qu’on se serait régalé… C’est vraiment magnifique là-bas. Mais particulièrement difficile… Il n’y a que des insectes, les poissons sont tous petits et peu de mammifères. Enfin, on n’en est pas morts de faim, on a  su s’adapter et ce, grâce à toutes les rencontres qu’on avait fait jusque-là. Et, bien que consciente d’avoir apporté quelque chose à chacun d’entre eux.elles, elle a l’impression qu’ils.elles lui ont rendu bien plus, et qu’ils.elles lui ont, au fur et à mesure, fourni tous les outils nécessaires pour qu’elle puisse faire face à la monstrueuse odyssée qui l’attendait. Si elle en avait connu l’ampleur avant ce fameux jour où elle a décidé de s’enfuir, elle aurait peut-être réévalué sa situation… Enfin, à nouveau, seul le présent compte, et se poser des questions d’une telle manière est finalement une perte de temps. Au final, on est rentrés… Je ne suis pas certaine que ç’ait été ma meilleure décision jusqu’à présent mais bon, nous voici nous voilà. Elle baisse les yeux vers le verre où le liquide brun dans lequel nage une écorce de citron et un glaçon, miraculé parmi tous ceux qui y flottaient auparavant, puis le porte à sa bouche. Oui, au final, seul le présent compte, et elle se doit de garder cela en tête. Ce qui est fait est fait, et c’est de là qu’elle doit partir et agir, plutôt que du passé, immuable.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Contenu sponsorisé
Re: [Litha] Life's a fantasy - Hija
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres