AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Anti-souffrance ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Habitations
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Anti-souffrance
ce message a été posté Jeu 19 Juil - 23:04
Tu prépares quelques potions dans ton petit laboratoire, emménagé à même ton nouvel appartement. Travailler à domicile : un rêve devenu réalité, après des années à perdre ton temps dans tous ces boulots stériles ou à fabriquer des potions louches au creux de cachettes clandestines.

Tu remplis les fioles une par une avec précision, l’esprit tranquille, presque apaisé à chaque contenant vitré gorgé de liquide. Il s’agit d’un dérivé de ce que les moldus appelaient la marijuana. Tu en diminues les effets psychotropes pour garder le plus de médical possible : tu en fais un anti-douleur, anti-dépresseur… Pas pour toi, tu le sais bien. Des médicomages de l’Ordre du Phénix t’ont demandé de fournir à quelques-uns de leurs patients de quoi tenir le coup. Tu as accepté : trop bonne trop conne. Bon, tu gardes la plupart de ta production pour les Inquisiteurs mais… Voilà, tu remplis un petit panier des fioles qui s’agitent l’une contre l’autre, dans un fracas certes dérangeant. Tu places de délicats tissus pour les empêcher de s’entrecogner.

Tu sors de chez-toi avec ta nouvelle chemise. Tu l’as… emprunté à ceux qui ont quitté Londres. Bah quoi ? Il vaut mieux éviter de gaspiller… puis s’ils voulaient la garder, cette chemise, ils avaient qu’à la prendre avec eux. Voilà tout.

Tu as accroché l’étui de ta baguette contre ton sac-à-dos. L’avoir contre ton corps… t’énerve. Tu l’as assez utilisé pour la journée en créant ces potions : tu peux bien t’en passer… sans que ça cause trop de problèmes. Tu espères. Tu enfourches ta bicyclette grise, dépeinturée, et tu pédales. Tu sifflotes au rythme de la chaîne, un sourire un brin béant scotché à ton visage. Tu passes devant des moldus, des sorciers… des connaissances. Tu dis bonjour : certains te répondent, d’autres font la moue. Qu’importe. Tu descends quelques rues et encaissent des bosses et autres débris sur ton chemin. Ce ne sont pas les routes pittoresques de Pré-au-lard c’est sûr… ni le pavé parfait d’Avalon. Ah qu’en ai-je à faire ? C’est ainsi qu’ils ont laissé Londres, et pas juste après le Filet du Diable… Il faut vivre avec les ruines du passé. Puis je déteste Pré-au-lard. C’est dans cette philosophie que tu exécutes ton premier arrêt devant une adresse, l’une des nombreuses que tu dois visiter aujourd’hui.

Tu descends du vélo. Tu montes quelques marches grinçantes en relisant ta liste. Joy North. Tu cognes à la porte. Des secondes s’écoulent sans qu’aucune âme ne se manifeste, alors tu réessaies en tentant ton plus sympathique monologue : « Joy ? Je suis apothicaire… J’ai été envoyé par les médicomages de l’Ordre… C’est pour tes douleurs ! J’ai quelque chose… Des médicaments qui pourraient t’aider… Es-tu là ? »
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Ven 20 Juil - 9:05
« Joy ! Ça ne peux plus durer ! Tu n’as pas fermé l’œil de la nuit et ce matin t’es incapable de poser le pied par terre même avec ta canne.
- Andros…
- Y a pas d’Andros qui tienne. Je vais voir si on peut pas te filer quelque chose. Maintenant tu vas rester couchée ! »

Je rouvre en grand les yeux, la « dispute » date d’il y a quelques jours, mais Andros avait raison : j’avais tellement mal depuis quelques jours et jusque là je refusais de prendre quelque chose. Cependant, Andros est venu me voir et c’est parti de là. Mais en plus de la douleur physique s’ajoute la douleur d’avoir blessé Alice la dernière fois que je l’ai vu. Elle me manque et je ne peux rien faire pour aller la voir et l’aider. Enfin…

Pour l’instant je suis surtout roulée en boule sur moi-même à tenir ma jambe qui tremble et qui me fait un mal de chien. J’ignore le nom du dieu nordique de la guérison, mais je le pris de toutes mes forces mes dents serrées en respirant profondément pour essayer de ne pas paniquer. Nicolas… Je vais tellement te trancher lentement tous les doigts et d’arracher la peau avant de mettre du souffre, du sel et du piment sur tes plaies avant de t’arracher les ongles et de te faire subir un millier de tortures pour tout le mal que tu as fait. Et pas qu’à moi. Je prends une profonde respiration en basculant sur le dos. Je ne sais pas si Andros a demandé à l’ordre pour les anti-douleurs, mais moi qui voulais être une vraie guerrière digne de Thor en refusant de me plaindre… Je dois avouer que je me mettrais bien des claques parce que j’ai horriblement mal. Et avec ça j’ai mal mentalement.

On frappe, je suis toute seule, j’ai demandé qu’on me laisse tranquille je n’ai pas envie de voir des gens. Je roule lentement sur le côté pour attraper ma béquille en respirant lentement. Je dois me lever. Plantant la béquille dans le sol je me redresse lentement, je suis obligée de faire tout lentement… Et visiblement l’apothicaire n’est pas du genre patient. Un sourire se dessine sur mes lèvres, médicaments. J’inspire en avançant lentement avant de lancer.

« Je suis là ! J’arrive, excuse moi ! »

Le temps que j’atteigne la porte on sera au mois de décembre 2069 tant je suis lente. J’avance aussi vite que je peux, ma jambe traîne un peu derrière moi. J’arrive enfin à la porte et l’ouvre. La femme derrière est jolie, des traits harmonieux, des beaux yeux, peau blanche, cheveux bruns… Je lui souris et désigne ma jambe du menton, me traîner jusqu’ici a réveillé un brasier de douleur qui coule de ma hanche aux orteils.

« Désolé pour l’attente. Elle est pas très coopérative aujourd’hui. Entre… euh… Comment tu t’appelle ? »

Je lui laisse refermer la porte derrière elle et me laisse tomber sur le canapé le plus proche. Je remonte mon pantalon pour masser mon mollet. J’ai l’impression qu’il est brûlant et qu’il palpite comme une plaie infectée d’asticots et de pus sous mes doigts. Je regarde l’apothicaire et lui explique

« Elle s’est prit un sort de magie noire lors de la prise de Londres. De toute manière : je suis un aimant à magie noire. »

Et voilà qu’elle, ma jambe, se met à frémir toute seule. Manquait plus que ça… Je hausse les épaules avec une grimace désabusée à l’intention de la soigneuse.
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Lun 23 Juil - 17:52
La porte s’ouvre sur une jeune fille. Tu la trouves belle malgré son jeune âge évident. Une adulte tu te dis, mais jeune. Plus jeune que toi. Tu lui donnes quoi ? Vingt-ans, dix-neuf ans… Il s’agit peut-être de cette cicatrice parcourant le long de son visage en porcelaine cassée qui te donne l’impression qu’elle a trop vieillie pour son âge.

Tu la trouves mignonne malgré tout. En même temps, tu te connais : tu poses tes standards à un niveau plutôt bas. Beaucoup (trop) de gens te plaisent. Pas de quoi en faire tout un fromage. « Bonjour ! Je m’appelle Esther… Enchantée de faire ta connaissance. » Tu aimerais lui tendre la main mais Joy tient à peine sur ses deux jambes. Elle s’écroule sur un canapé. Tu es entré à l’intérieur, sans te gêner bien sûr, et tu prends le temps de scruter sa jambe problématique. Tu te donnes l’air d’un vrai médecin.

La magie noire. Une grimace traverse ton visage l’espace de quelques secondes. Une preuve systématique du caractère pervers de la magie. Un coup de poignard, une balle de fusil… Ça peut tuer mais on peut en guérir. La magie noire laisse des marques à vie et continue de faire souffrir sa victime. Douleur permanente – et pas une douleur du type plaisante. « C’est sûr que les Mangemorts n’y vont pas de main morte… Je suis désolée. » Pourquoi ? Tu l’ignores mais tu sens que tu te devais de t’excuser. Tu as été blessé mais jamais à ce point. Tu aimes qu’on te lance un sortilège bien senti durant les batailles. Ça éveille la guerrière en toi. Et cette petite… Elle souffre. Toujours pas de manière plaisante. « J’apporte des potions qui pourraient t’aider à supporter la douleur… C’est fait à base de cannabis. Il y a des effets secondaires : euphorie, stimulation de l’appétit, endormissement… Tu peux l’utiliser comme anti-dépresseur. » Tu poses ton panier sur une table et sors quelques fioles. « Généralement, une gorgée suffit. » Tu inspires. « Ça ne guérira pas ta jambe mais ça t’aidera à la supporter le temps que les médecins trouvent une solution… ou que le temps fasse son œuvre. Vois ça comme un outil pour faciliter ton quotidien. C’est gratuit, des membres de l’Ordre se sont chargés du coût… As-tu des questions ? » Un maigre coût mais un coût tout de même.
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Lun 23 Juil - 20:03
La jeune femme s’appelle Esther. C’est un joli nom. Je crois. Je suis nulle en prénom, le mien signifie bien « Joie » et je suis loin d’être la Joie incarnée en ce moment même. Ou alors la joie des mangemorts d’avoir une cible favorite pour lancer leurs sorts. Je ne sais pas et honnêtement ça me passe un peu au-dessus de la tête en ce moment. J’ai plus urgent, plus… je n’ai pas le mot, mais j’ai plus à faire. Comme m’occuper d’une jambe qui décide de faire plus ou moins cavalier seule. Je vous jure pour humble bipède que je suis : ce n’est pas du tout la joie. Je sens d’ailleurs le regard d’Esther sur ma jambe. Qu’elle regarde si elle veut, ce n’est pas un soucis, une de plus une de moins. Je rougis un peu en repensant aux mains d’Alice dessus avant de me gifler mentalement. Ce n’est pas le moment de penser à la jolie blonde. Je note la grimace de la brunette à l’évocation de la magie noire. Je secoue la tête face aux excuses de la brune.

« Pourquoi tu t’excuse ? C’est pas à toi que je dois ma jambe sauvage ou la cicatrice sur ma joue tu sais ? Et non, effectivement les mangemorts n’y vont pas doucement, surtout avec leur anciens moldus »

J’ai un rire amer et me masse le mollet. J’aurais dû tuer Nicolas. J’aurais dû le tuer. Mais est-ce que j’avais pus ? Non. Je n’en avais pas eu l’occasion. Et puis… Entre lui et Arutha, lequel des deux valait-il mieux que je tue ? Arutha, sans aucun doute. Qu’on lance sa tête et son cadavre aux pieds des mangemorts avec gravé sur son torse « Né-moldu ». Je suis sûre qu’ils adoreraient cette délicieuse attention.

Je sens que je fais une tête de merlan frit quand elle m’annonce porter des potions à base de cannabis. Tiens, je ne connaissais pas cette plante magique. Je devrais demander à Fergus de m’en parler, je suis sûre qu’il la connaît. Euphorie, l’appétit d’un ours et endormissement. Et au besoin si j’ai un coup au moral je peux en prendre. Une gorgée suffit et je compte… beaucoup trop de fioles pour mon cerveau engourdi par la douleur. J’ai un petit sourire tout tordu.

« Si ça provoque l’euphorie, au moins ça sera en accord avec mon nom. »

Je ferme les yeux quand un éclair de douleur me traverse toute la jambe, un long sifflement de douleurs échappe à mes lèvres et je me force à écouter la suite. Un outil pour m’aider ? Génial. Sinon on pourrait me couper la jambe et m’en faire repousser une nouvelle. L’Ordre ? Elle est de l’inquisition ? Oh… Je me laisse tomber contre le dossier défoncé du canapé.

« Les Médicomages ont dit lors de la prise de Londres que d’ici quelques mois tout serait bon. Nicolas Avery avait la rage quand il m’a balancé le sort. »

Des questions ? Je me mords la joue et regarde la fiole hors de porté de main à quelques mètres, juste posée sur la table. J’ai mal et je sais que si je tente de me déplacer ma jambe me lâchera. Mon regard se reporte sur Esther et mon cœur se serre : je ne veux pas rester seule en compagnie de la douleur. Je hoche la tête lentement, une autre question plus urgente avant.

« Est-ce que si j’en prends trop… c’est grave ? »

Parce que douée comme je suis, je ne serais même pas capable de prendre le bon dosage ni d’attendre. Ma gorge se serre et je poursuis un petit peu plus bas, j’ai un peu honte de ma demande, j’ai l’impression d’être une enfant sans défense. Ce que je suis actuellement.

«… Tu… Tu veux bien rester un peu s’il te plaît ? Je… je ne me sens pas de… de rester toute seule pour l’instant. »
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Mer 25 Juil - 22:48
Euphorie… Joy… Tu souris pour lui faire plaisir. Elle te parle d’un Nicolas Avery. Tu ignores de qui il s’agit : un Sang-Pur, de toute évidence, mais sinon… Peut-être un politicien ? Un haut-gradé au Ministère ? Ta mémoire te fait défaut. En même temps, tu te fiches un peu de ces gens-là. Ils méritent de crever pour l’ensemble de leur œuvre : point final.

Tu fais non de la tête à la question sur l’abus de la drogue. « Comme c’est à base de cannabis, il te faudrait des doses surprenantes pour que tu fasses une overdose. Tu n’en trouverais pas assez à Londres pour en arriver jusque-là. Le pire qu’il peut t’arriver c’est que tu tombes raide endormie ou que tu deviens légume pendant quelques heures… Ce n’est pas un mélange addictif, non plus. Dû moins physiquement. » Au-delà des drogues, l’humain peut devenir accroc à n’importe quoi. Il croit alors qu’il doit répondre aux caprices de ses addictions. Parfois, il s’agit d’un problème physique. D’autre fois, ça se passe dans le cerveau. Tout dépend de l’addiction en question.

La requête de la fille te bloque le temps d’un battement de cils. « Ah... D’accord, si ça t’aide à te sentir mieux… je suppose que je peux rester un peu, quelques minutes… » Problème : que dois-tu faire, ou plutôt… lui dire ? Lui raconter ta journée, parler de la météo… de politique ? Tu prends le temps de sortir les quelques potions de ton panier et de les poser sur sa table. Trois potions devraient suffire, penses-tu. Chacune comporte plusieurs portions : à gorgée raisonnable, tu crois qu’elle pourra tenir une semaine ou deux… Tu pourrais revenir pour les reprendre, une fois vide. « Si tu ne sais pas quoi en faire une fois vide, je peux les récupérer… N’hésite pas à en prendre maintenant si tu en ressens le besoin. » Tout recycler. Des vestiges de sa relative courte vie de fugitive. « Alors… » Observation : aucune baguette de sa part en vue. Probabilité de non-magie : élevée. « Depuis combien de temps habites-tu Londres ? » Papoter. « En tout cas j’ai hâte qu’ils commencent à reconstruire… Même si ce n’est pas les logements qui manquent pour l’instant. » Avec le départ de la majorité de la population, la ville demeure vide malgré les fugitifs venus s’y installer.
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 0:31
Oui, mon humour laisse sacrément à désirer ces temps-ci. Il a toujours laissé à désirer, je ne sais pas faire de l’humour, je le comprends et j’en ris, mais moi-même en faire… C’est quelque chose d’horriblement difficile pour moi. Mes amis moldus me le disent : je tente, mais je n’arrive pas à faire rire, des sourires gênés, comme Esther oui, mais pas plus. Je ne sais pas s’il y a un dieu de l’humour dans le grand Panthéon Nordique, mais en tout cas, je ne suis pas née sous sa bonne étoile. Ou alors la noirceur de ce monde l’a tué. Bien que je ne suis pas sûre qu’on puisse tuer un dieux, faudrait que je me renseigne.

Visiblement pas d’addiction, il faudrait de grosses doses que je ne peux pas me fournir ici pour réussir à faire quelque chose. Au pire, je dors juste un bon coup et voilà. Ça ne pourra pas me faire de mal : je dors très mal à cause de ma jambe. Mais avec ces potions cela devrait aller mieux. Devrait. Je ne sais pas si elles vont fonctionner, mais je ne perds rien à les essayer. Au pire cela sera comme boire de l’eau ou prendre un somnifère. Guère plus. Mais il faut être positif ! Ça va marcher ! Cette fois-ci c’est sûr. J’aurais moins mal. Peut-être que je pourrais un peu dormir.

Je vois que ma requête la plonge un peu dans l’embarras. Je voudrais m’excuser, mais je me sens tellement seule, j’ai tellement besoin de compagnie, que je pourrais parler à haute voix aux dieux au bout d’un moment en espérant vaguement une réponse. Et me connaissant au bout d’un moment je me ferais des conversations toute seule. Moi entrain de péter les plombs ? Mais non ! D’accord, oui, un peu. Mais la douleur n’aide pas à rester cohérent. Physique ou du cœur. Je regarde les trois potions sans rien rajouter. Je reporte son attention sur Esther et je secoue doucement la tête.

« Nan, avant de dormir. Au bout d’un moment… On s’habitue à la douleur. Je te le rapporterais. »

Je ne veux pas m’endormir tout de suite. J’aime bien la présence douce d’Esther. Je détourne un peu les yeux en massant ma jambe. Les questions sont banals, mais j’aime bien.

« Seulement depuis la reconquête de Londres, mais je n’aime pas beaucoup la ville, je préfère nettement Vivecime, c’est plus calme, et il y a moins de monde. Et toi ? Tu aime bien Londres ? Non, c’est vrai, il y a beaucoup de logements, mais je pense que la reconstruction va attendre encore un peu. »

Que la guerre soit finie, qu’on ait le temps de souffler… Je ne sait pas trop. Je regarde avec attention Esther.

« Tu avais vécu à Londres ? Je veux dire… avant. Tu as vécu ici ? Ou ailleurs ? Je veux dire… Ça a beaucoup changé ? Je ne connais pas vraiment le monde d’avant, j’ai toujours vécu dans ce monde là… Tu as quel âge au fait ? »

À vu de nez… vingt ans ? À tous casser. Mais je suis nulle pour déterminer les âges. Ma jambe tressaute dans ma main et je retiens une grimace de douleur. Je plisse le nez.

« Désolé, je pose beaucoup trop de questions. C’est presque maladif chez moi. »

Le besoin de poser des questions, de tout savoir, de tout comprendre. On m’en avait tellement empêcher …
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Sam 4 Aoû - 23:50
Tu hoches la tête lorsqu’elle te compare Vivecime et Londres. Vivecime représente le calme, un retour aux sources et à la nature… en plus d’un retour à la technologie brute. Une électricité fugitive, un moteur rouillé parmi les arbres, coucher sous les étoiles… Tu as apprécié ces moments là-bas. « Vivecime est une ville plaisante, tu as raison. Mais alors, pourquoi vis-tu ici ? » Tu sais que beaucoup d’Inquisiteurs ont rejoint Londres pour l’Eden, pour se rapprocher de leur leader ainsi que de la vieille capitale moldue… mais tu sais que Joy appartient à l’Ordre du Phénix.

Une armée de questions vient t’assaillir. Tu souris avec timidité, incertaine de pouvoir répondre à cet amas informe d’interrogations de manière très construite. « Ah… eh… en fait… » Elle grimace et finit par se confondre en excuses. Tu crois que Joy se sent seule : sinon pourquoi perdrait-elle son temps à converser avec des inconnus ? Ça te rappelle les personnes âgées… ou les fous. « Ne t’inquiète pas… J’aime croire que je provoque ce type de réaction. » Grand sourire pour marquer le trait d’humour. « Alors… J’habite le Londres sorcier depuis quelques années.  Avant… je… enfin j’habitais avec mes parents à Birmingham. J’allais parfois en Allemagne… tu connais l’Allemagne ? » Bien sûr que non ma vieille Esther, elle n’a jamais été là-bas… Elle a probablement été une esclave la grande majorité de sa vie, sans possibilité de voyager. Regarde son jeune âge et comment elle t’écoute… Elle n’a visiblement pas connu le monde d’avant, c’est une évidence ! « Pour un changement… oui on peut dire que les choses ont beaucoup changé, ici. » Tu te passes de commentaire sur la dévastation. Les morts. La destruction. Les mots te manquent pour décrire le rouleau compresseur qui a écrasé l’humanité d’autrefois, elle qui dominait le monde. « J’ai 27 ans. Sais-tu qu’il est impoli de demander l’âge à une femme ? », dis-tu suivi d’un rire cristallin. Ça t’amuse car tu dirais cela à un homme, pas à une jeune fille. Puis, quand même, cette question te semble venir tout droit du vide du hasard. « Et toi ? Tu as l’air jeune… aurais-tu 17 ans ? Tu vis déjà toute seule ? » Tu refuses de te nourrir d’illusions : pour qui la misère cogne à sa porte, la débrouillardise vient à n’importe quel âge. Toutefois… si jeune pour combattre et mener une révolution. Ça te fascine. « Tu t’engages déjà pour le combat pour la liberté… Voilà qui est impressionnant. » Tu le penses.
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Dim 5 Aoû - 10:27
« Je ne vis pas toujours ici. Je vis plus à Vivecime où j’ai ma cabane à moi, mais je passe souvent quelques jours ici, comme je m’amuse à rédiger des souvenirs, des récits et… tout ce que je peux autour de l’ancien monde moldu. »

Mais je sature vite de Londres, si ici je prends des notes, je rédige tranquillement et proprement tout à Vivecime. Enfin, ce n’est pas trop le sujet du moment. Je ne fais que rassembler des souvenirs, des histoires… Rien d’important ou de grave. Grave… Cela n’a rien de grave ! Tout dépend de ce qu’on entend pour… « grave ». J’imagine que pour les mangemorts c’est quelque chose de grave ce que je fais. Mais pour moi c’est essentiel de faire ce que je fais.

J’ai l’impression d’avoir mis très mal à l’aise Esther. Je me mords les joues sans rien rajouter.  Mais son grand sourire me rassure. Elle a l’air heureuse de toutes ses questions. Je lui rends son grand sourire, avec un peu plus de timidité. J’écarquille les yeux en l’écoutant, elle habite à Londres Sorciers ? Je suis un peu surprise, mais de quelle faction est-elle ? Phénix ? Ou Inquisition ? Je la détaille avec soin, je crois qu’elle a un étui à baguette… mais je ne suis pas sûre.  Je ne sais pas trop… L’Allemagne ? Euh… Je fronce les sourcils avant de secouer la tête.

« Juste par des livres et des conversation que j’ai entendu… Mais je n’y ai jamais mis les pieds. »

Désolée pour ses parents, je pose ma main sur la sienne sans rien dire. Je ne sais pas quoi dire dans ce genre de situation. Dans la mienne c’est un peu moins grave : je n’ai que très peu souvenirs de ma mère. J’écoute cependant avec attention ce que me raconte Esther : sans me donner le moindre détail ! Mais… si elle ne veut pas en parler c’est qu’elle a une excellente raison. Je rougis un peu face à son commentaire avant de secouer la tête. On m’a toujours appris à ne PAS poser de questions de base.

« Vingt sept ans ?! Tu ne les fais pas ! Tu fais moins ! »

Elle renvoie les questions : c’est amusant ! Je lui souris plus largement, je n’ai pas ôté ma main de la sienne et je secoue doucement la tête. Elle est presque tombée juste ! Je la laisse finir ses questions avant de répondre.

« Presque, dix huit ans depuis mars. Et à Vivecime oui, j’ai mon coin à moi toute seule, mais la je squatte chez un ami, mais il ne rentre pas avant deux jours. Au minimum. Ce n’est pas impressionnant de s’engager dans le combat pour la liberté, c’est une nécessité pour moi. Tu peux trouver ça stupide et idiot, mais honnêtement je pense que si je suis arrivée ici c’est parce que je suis tombée sur les bonnes personnes. Si j’avais eu des maîtres bien plus manipulateurs… peut-être que j’aurais aujourd’hui leur marque sur le corps. Puis si les principaux concernés ne se battent pas pour la liberté… Ce n’est pas les mangemorts qui vont pensé que peut-être éventuellement on n’aime pas l’esclavage… »

Je fais un petit sourire. Non clairement pas, heureusement que nous pouvons compter sur ceux se souvenant d’avant pour nous aider, je n’ose pas imaginer si c’était ma génération qui devait se souvenir qu’un jour ils auraient put être libre. J’ai toujours ma main sur celle d’Esther et je me rends compte d’une chose.

« Oh ! Je t’ai pas demandé, quelle hôte exécrable je fais ! Est-ce que tu veux boire quelque chose ? »

De mémoire il y a du thé… et du café. C’est déjà pas mal… je crois
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Dim 12 Aoû - 1:56
Sa main touche la tienne. Elle essaie de te rassurer… pour la mort de tes parents ? Possible. Tes larmes ont cessé de couler pour eux : tu accepterais mieux leur mort cependant si les coupables payaient pour leur crime. Les Kark commencent à tomber : il s’agit que d’un début. Ensuite, tu te purifieras. Il le faut.

Tu aimes le contact chaud des doigts. À défaut de te consoler, ça t’excite un peu. Il te faut peu pour que tu ambitionnes de coucher avec quelqu’un. Un garçon, une fille, peu importe. Tu la trouves jeune. Trop jeune pour toi ? Du haut de tes vingt-sept ans… Est-ce que j’aurais entrepris des avances avec moi-même à l’âge de dix-huit ans ? Hm, je dois avouer que j’ai l’air pas mal aujourd’hui… Si j’avais eu l’occasion… Ahah, très certainement. Ton intérêt grandit tant que tu perds le fil des mots de Joy. Tu as réussi à comprendre quelques fragments de son monologue : bataille pour la liberté, émancipation des moldus, révolte contre les maîtres… Un vocabulaire avec lequel tu te sens à l’aise. « Tu sais quoi ? Tu as raison. Il n’y a rien d’idiot à se battre. Ce système est une aberration inhumaine, injuste et injustifiable… Il est nécessaire de le combattre. » Tu ne convaincs personne parce qu’il n’y a personne à convaincre : les Phénix tiennent une position ferme à ce sujet… Cependant, ils préfèrent les sorciers. Tu le crois. Se serait-il battu pour libérer un moldu des griffes de la dynastie Kark ? Bien sûr que non. La vérité viendra un jour…

Elle te propose à boire. Tu trouves ça mignon. Elle bouge mais tu gardes ta main dans la sienne grâce à une tendre fermeté. « Ne te dérange pas. Tu as besoin de repos. Quant à moi… je vais très bien. » Ça t’irait mieux si tu pouvais lui débarrasser de ce t-shirt. Ça doit lui peser à la poitrine… Tu tentes de t’approcher d’elle en t’asseyant à ses côtés sur le sofa. « Tu me parles beaucoup de ces Mangemorts… » Tu baisses les yeux, un brin désolé (encore) pour toute la souffrance qu’elle a endurée. « J’imagine que je dois m'estimer chanceuse de n’avoir jamais travaillé pour l’un d’eux… en dépit du fait que personne n'échappe à leur méchanceté ordinaire. » Les rumeurs, les insultes, les rires… Non, tu dois les chasser. Le sexe pourrait t’aider à les oublier l’espace d’un instant. « On se sent mieux loin d’eux, n’est-ce pas ? Leur présence, c’est comme la magie noire… Lourde, malsaine… Ici on peut respirer. Sourire un peu. Être soi-même, tu ne penses pas ? » Ton envie de glisser tes doigts contre sa cuisse croît. Tu lui sors ton meilleur sourire enjôleur. « Sinon, que fais-tu de tes journées quand… tu n’es pas cloué au lit ? Ce n’est pas trop difficile de trouver sa place après… enfin après tout ça. » Vraie question.
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Dim 12 Aoû - 12:06
Je souris à Esther et hoche la tête. Nous sommes sur la même longueur d’ondes ! C’est super agréable d’avoir quelqu’un avec qui on partage ses idées sans qu’on ait besoin de convaincre l’autre qu’on a raison, c’est bien plus plaisant comme ça ! Et puis j’aime bien le contact de sa main sur la mienne, elle a la main chaude… Je n’ai pas vraiment l’habitude de tenir la main aux gens, mais là … j’aime bien ! Et je sens ses doigts se resserrer autour des miens quand je fais mine de me lever pour aller lui chercher quelque chose à boire. Elle s’approche de moi et je la laisse faire, j’aime bien sa présence à mes côtés… elle est paisible ? Je crois que c’est le mot.

De ma main libre je me masse la nuque en détournant un peu le regard, aucune de nous deux ne regarde l’autre, c’est une étrange situation. Je parle beaucoup des mangemorts, c’est vrai. Je relève le regard vers ma nouvelle amie et la scrute avec attention quelques secondes avant de hocher doucement la tête, je comprends totalement ce qu’elle veut dire. Je lui caresse délicatement la main du bout des doigts.

« Je t’estime chanceuse oui, tout comme je m’estime chanceuse d'être en vie. Au vu de mes anciens propriétaires… j’aurais très bien pus me faire égorger ou torturer à mort. Alors… oui ! On se sent bien mieux loin d’eux, on peut sourire, respirer… et comme tu dis si bien : être soi-même ce qui est un privilège à n’en pas douter. »

Je la regarde en réfléchissant, mes yeux suivant les traits harmonieux de son visage, de sa gorge… Je me mords l’intérieure des joues, en essayant d’expliquer un peu. Je préfère passer directement à la deuxième partie de la question. Je me souviens très bien de ce qu’il s’est passé après l’assaut du manoir Kark avec Adem… Après la prise de Londres, c’était encore différent, mais je pense que c’était à ce moment là que peut-être… je suis vraiment devenue vivante. Je hoche doucement la tête.

« Peut-être pas de trouver sa place, il y a d’autres moldus, mais le plus dur a été… véritablement de vivre, de comprendre comment je pouvais vivre. Ce que je pouvais faire, ce que je devais faire. C’est Adem qui m’a beaucoup aidé à… découvrir la vie ? Quelque chose dans ce goût là. Sinon… lorsque je ne récupère pas des témoignages d’avant l’apocalypse, et bien je m’entraîne, au combat, à tirer à l’arc… et quand je suis à Vivecime j’apprends les plantes, la traque… J’aimerais savoir faire quelques poisons, pour mes armes, pour en avoir plus contre les mangemorts. »

Je la fixe toujours avant de poser ma tête sur son épaule. Je ne sais pas pourquoi je fais ça : j’ai simplement envie de proximité. La douleur de ma jambe ressemble un peu à la mer, de ce que je connais de la mer ! Ça va et ça vient, on fait avec. Je reporte mon attention sur Esther.

« Et toi ? Quand tu ne fais pas des potions ? Tu fais quoi ? »

Je suis contre elle, sa main dans la mienne… Je suis bien là malgré la douleur.
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Mer 15 Aoû - 22:43
Adem… Adem… Tu crois te souvenir de ce nom. Tu as entendu dire qu’il s’agissait d’un fils de traître qui couche avec une sorcière de l’Ordre du Phénix. Tu t’éloignes du jugement du bonheur des autres mais tu te demandes si le fameux Adem veut rester auprès de l’Inquisition, au fil des histoires qui t’ont été rapportés.

De toute façon, tu t’en moques un peu, de ce Adem. Tu remarques que la petite a du goût pour la violence sous des formes diverses. Tu comprends ça : quoi de mieux qu’un bon coup de batte de baseball sur le crâne d’un connard pour se sentir en vie ? Ceci expliquant cela, comme la violence attire la violence, tu cernes mieux pourquoi le corps de Joy est dévasté par le monde.

Peut-être qu’un toucher lui fera oublier la douleur ?

Tu hoches la tête puis elle pose la sienne contre ton épaule. Tu souris avec sobriété. Tu prends cela pour un signe : continue de te rapprocher d’elle. Elle te veut ici, là, sur son canapé… sans doute. La brunette te renvoie la question. « Je refais ma vie. » Débauche, péchés, religion et politique. « Je rends visite à des gens, parfois. » À ce moment, ta main libre glisse sur la cuisse de Joy. Tu as fait attention pour choisir un endroit qui semble épargné par ses blessures. « Je participe à l’effort de guerre, à ma façon. » Bien sûr, tu évites de mentionner la Nouvelle Inquisition. Expliquer le pourquoi du comment prendrait du temps, sans parler de la controverse que tu pourrais créer. Non, reste sur tes acquis. Tu attends au moins d’avoir eu ce que tu veux avant d’entrer dans les détails qui fâchent. « Pour en revenir aux gens... Je t’avoue que je suis plutôt sociale. J’aime être près de quelqu’un… Le monde qu’ils nous ont imposés est si pauvre de ça. J’en profite. » Tes doigts commencent à jouer sur sa cuisse.
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Jeu 16 Aoû - 9:39
Je ne détache pas mon regard d'Esther. C'est peut-être très mal poli de dévisager les gens de la sorte, mais tant pis. Je suis bien là contre elle, à profiter de sa chaleur et de sa présence. Je n'en ai pas honte. Sinon je finirais par parler à mes dieux. Et pas sûre que cela soit un excellent signe pour ma santé mentale bien qu'ils existent. J'imagine sans mal la tête d'Andros s'il rentrait là tout de suite. Mais on a largement le temps. Il ne reviendra pas avant au moins demain matin. Et de toute façon : je suis avec qui je veux où je veux. Je souris à Esther. Elle refait sa vie... Certains ont vraiment de la chance. Je sens sa main sur ma cuisse et sa chaleur traverse l'étoffe fine de mon pantalon. Je n'ai pas envie qu'elle bouge sa main. Enfin si, mais pas qu'elle l'enlève. Je me demande tout de même si je dois l'imiter. Je l'écoute avec attention et je souris plus largement. J'aime bien ses idées. Je ne sais pas trop ce que je dois faire pour lui montrer que je suis d'accord... J'imagine que ça peut me faire oublier pas mal de chose et partager un moment avec elle n'est pas désagréable. Je ne touche pas à sa main, mais colle ma cuisse contre la sienne. Je n'ose pas poser ma main là où elle pose la sienne en miroir. Je souris en parlant comme-ci la situation est normale et elle l'est.

« Tout à fait d'accord avec toi. On nous empêche de tisser des liens, on ne sait plus en faire et c'est dur ensuite de réussir à se lier avec d'autres personnes. On a tous besoin de liens et on est tous en manque de compagnie. »

Joy... Mais qu'est ce que tu dis ? Je ne sais absolument pas ce qu'il m'arrive, mais je suis bien et j'aime beaucoup la présence d'Esther. Je tends les doigts pour " remettre " une de ses mèches de cheveux en place, en réalité je caresse plus sa joue qu'autre chose. Je garde le plus longtemps possible mes doigts en contact avec sa peau douce dans un geste qui est tout ce qu'il y a de moins innocent au monde. Mais tant pis. L'envie qu'elle ne parte pas, qu'elle reste avec moi encore un peu s'est changé en un autre désir sur lequel je n'ose pas vraiment poser de mots. Je n'ai jamais fait ça avant c'est à elle de me montrer ce que je dois faire. Même si la chambre serait mieux parce que le lit est plus grand. Mon regard glisse vers la porte de la chambre dans laquelle je dors. Je doute qu'elle m'ait comprise, mais tant pis.
Melancholia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 38
Date d'inscription : 04/07/2018
Célébrité : Adelaide Kane
Crédits : Ammstewy (pinterest)

Double compte : Alice Charley, Theresa Mulciber & Hélios Kark

Age : 27 ans
Sang : Né-moldue
Statut : Volatile
Métier : « Apothicaire »
Baguette : 20 centimètres, bois d’houx, plume de phénix, tordu mais rigide.
Epouvantard : L'abysse des fonds marins.
Dialogue : #aacbff

Né-moldue au service de la Nouvelle Inquisition - Considère la magie comme une malédiction et croit que Durham pourra la guérir - Tendance à prendre de mauvaises décisions - Déteste les créatures magiques - A une connaissance parcellaire des potions, elle a appris auprès de contrebandiers - Masochiste - Croyante et pécheresse - Aime blâmer les autres ou une raison tiers pour ses problèmes - Manque cruellement d'amour - Parle anglais et allemand, l'allemand étant la chose la plus concrète la reliant à sa famille moldue
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Mer 29 Aoû - 1:39
Elle répond à tes avances. Tu te réjouis : tu sens que tu as gagné la partie. Cette visite médicale a gagné un très haut intérêt lorsqu’elle commence à te toucher en retour. Dès qu’elle pose sa main contre ta joue, tes lèvres pétillent d’envie. Elle jette un regard vers sa chambre et cela suffit pour comprendre où cette conversation finira. Très bien. Tu te lances. Tu fermes tes paupières et tu poses ta bouche contre le coin de sa lèvre avant de t’y aventurer davantage. Petit à petit, tu t’insères dans sa bouche et tu lui roules des pelles embrasées.

Tu sens qu’il s’agit d’une novice. Ça t’excite encore plus. Tu te feras un plaisir de lui apprendre un truc ou deux. Dès que tu cesses de goûter son palais, tu enlaces ses épaules et tes yeux cherchent la fameuse chambre. « Ça aussi, ça aide à soulager la douleur. » Tu commets le péché de la chair encore, vilaine jeune fille. Dieu ne serait pas heureux de ce que tu fabriques ici… Tu avais une mission. Ce n’est pas ainsi que tu acquerras la pureté, tu devrais… Réussirais-tu à dire non à la tentation plus que matérialisée en cette partie de jambe en l’air presque prédestinée ? Il t’est difficile d’y dire non : impossible parfois. Tu la veux : là et tout de suite. Tu regretteras plus tard. Tu tais les voix puritaines de ton esprit en massant avec tendresse Joy. « Je suis certaine que nous pourrions faire plus ample connaissance dans ta chambre... qu’en penses-tu ? » Ni elle ni toi se laissent prier plus longtemps. Tu lui prends la main et l’entraîne vers le lit du plaisir.

Tu commences à la déshabiller avec lenteur mais confiance. Tu débutes par le haut : tu débutes toujours par le haut. « Ne sois pas anxieuse… Ces choses-là sont naturelles. » Ou plutôt elles te viennent avec aisance. « Aimes-tu ça ? » Tes actions se passent de description.

***

Tu es étendue sur le lit. Le temps s’est laissé filé comme la soie, a coulé comme tes vêtements qui gisent au sol. Joy est à tes côtés, tout près de toi. Très près tu t’en doutes. Tu fixes le plafond du regard en repensant à cette luxure gratuite : cette énième luxure. Tu es une incorrigible traînée. Tu ne mérites pas la croix que tu dois porter. Tu te mords la lèvre alors que tu gigotes sous les draps. Tu abandonnes la belle brunette pour te lever et tu rassembles tes habits. Tu sais que tu ne resteras pas longtemps.
Patty's Cake
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 547
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Prying Monkey

Double compte : Caitlyn McKay

Age : 18 ans ( 19 mars 2028 )
Sang : Moldu
Statut : Amoureuse sans savoir quel est ce sentiment
Métier : Fugitive
Baguette : Du pain complet !
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

A une cicatrice qui lui zèbre la joue gauche du coin de la bouche à la tempe - se fait appeler Vali en mission - craint terriblement les bruits trop violents - Fangirl d'Adem - Elle croit dans les dieux nordiques -Propriété d'Alice
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté Mer 29 Aoû - 11:05
Je vois Esther qui ferme les yeux et je l’imite sans hésiter. Je ne sais réellement ce qu’il va se passer, mais la curiosité m’emporte et je décide de me laisser faire, de laisser Esther guider la danse pour découvrir quelque chose de nouveau. Je sais très bien que je ne suis pas amoureuse de lui, c’est uniquement l’envie du moment. Peut-être que c’est la bonne solution ? Qui sait. Je sens ses lèvres frôler le coin de ma bouche de ses lèvres avant de venir les poser sur les miennes. Elle va lentement, doucement et je suis son rythme, découvrant une nouvelle part des relations humaines avec timidité. C’est elle qui romps le baiser et je rouvre les yeux en soutenant son regard. Je la laisse me prendre les épaules et me masser, un mince sourire et le goût de ses lèvres sur les miennes.

« Je pense que c’est une excellente idée. »

Je ne réfléchis pas plus : je prends sa main et la suis sans la moindre hésitation dans sa chambre. Je lui fais assez confiance pour la laisser me déshabiller. Malgré la hâte je sens une pointe de stress au creux de mon ventre que je fais taire alors que j’imite toujours avec maladresse et timidité Esther. Je sais que le sexe est quelque chose de naturel, mais le savoir et le faire sont deux choses différentes, mais la confiance d’Esther dans ses gestes est contagieuse. Je frémis quand elle me frôle et souris avant de lui répondre. »

« Oui. »

***


Je suis tout près d’Esther un fin sourire aux lèvres. Je ne pensais pas que c’était possible de procurer autant de plaisir à quelqu’un… Mais Esther est très douée. Je décide de la classer comme amie, pas sûre que je retournerais cependant dans son lit : il n’y a pas que ça dans la vie. Je la sens se lever et roule sur le ventre pour la regarder. Elle est très belle. Je souris, j’espère ne pas avoir fait d’impaire avec elle. Elle se rhabille lentement et je veux la rassurer.

« Merci Esther, c’était incroyable. Je passerais te rendre tes fioles. Sinon si tu veux passer pour discuter simplement, tu es la bienvenue. »

J’attrape mon t-shirt rouge qui est largement trop grand pour moi et mes sous-vêtements avant d’enfiler le tout. J’ai oublié la douleur de ma jambe pendant la partie de jambes en l’air et ça fait du bien. J’espère qu’elle ne m’en veut pas et qu’elle ne sera pas gênée si on se recroise…
Contenu sponsorisé
Re: Anti-souffrance
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Londres :: Habitations