AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Perche ton gros cerveau sur des talons hauts avec la petite sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini Cool
Des scénarios en folie
Incarne un sorcier vaudou avec le frère aîné de Calypso Layibadé, Kayin Layibadé Twisted Evil
Des scénarios en folie
Viens refaire le portrait aux sorciers avec la grande sœur de Salazar Sabordage, Madison Phillips
Des scénarios en folie
Prouve que t'en as autant dans la cervelle que dans le portefeuille avec le petit frère d'Armel Zabini, Alix Lancaster Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 181
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : likeanewday

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 16:01



la moitié d'un tout

hiresh & hija



[1er juillet 2047 - Avalon]

Vous ne pouviez pas choisir un autre endroit ? Hija lance un regard perçant au sorcier qui lui fait face. Est-il totalement stupide ? Sans doute pas, juste inquiet. Sa redingote n’est en effet pas du meilleur ton à l’Embuscade, qui porte plutôt bien son nom. C’est un repaire où le nom de Sabordage est suffisamment connu pour que nul de s’essaye à poser ses mains sur le postérieur de l’Indienne au passage – et ceux qui s’y sont un jour risqués l’ont amèrement regretté. Un endroit parfait pour une transaction en toute quiétude pour la pirate, beaucoup moins pour cet employé du département des Mystères souhaitant apparemment se débarrasser d’un collègue briguant la même promotion que lui. Pas une mort, mais une belle altération des facultés mentales en perspective. Je suis bien, ici, répond la fleur vénéneuse en lui envoyant un sourire en coin à faire frémir plus d’un assassin chevronné. Il comprend le message et abandonne la partie, se contentant d’empocher la fiole remplie d’un liquide clair qu’elle lui tend. Une bourse est poussée dans sa direction, qui ne fait qu’amplifier son rictus alors qu’elle l’ouvre pour y jeter un œil avant de l’empocher. Deux gouttes, sur son manteau. Quarante-huit heures d’efficacité. J’déconseille d’en mettre plus, si vous voulez qu’ça reste discret. Après, les dommages risquent d’être irrémédiables et elle n’a pas vraiment envie de ça … et lui non plus, d’ailleurs. Il hocha la tête et va pour se lever, sous son regard amusé : Même pas un verre ? Ses yeux glissent sur la chemise légère que porte la jeune femme, peu opaque et ses jambes fuselées dans son pantalon et ses éternelles bottes. Un rire échappe à Hija alors qu’elle décroise les jambes et se lève, pour le frôler en murmurant : Même pas en rêve, laissant derrière elle le sillage de son nouveau parfum, une tentation d’ylang et de santal, un délice de crémeux et une note hypnotique qui en saisit plus d’un aux narines alors qu’elle s’approche du bar.

Un rhum. Et pas la pisse que tu sers aux culs serrés, lâche-t-elle au barman qui se contente de hocher la tête. Elle se retourne pour contempler la salle, remplie en ce début de soirée … et se fige. Avant de parcourir de nouveau l’endroit du regard. Non, elle a rêvé. Il lui a semblé apercevoir une silhouette familière, pas celle qu’elle attend – mais elle est en avance, pour ses affaires, Joaquim ne la rejoindra que plus tard – mais une autre, surgie du passé. Un autre aux lèvres duquel elle a mêlées les siennes. Un battement de cils plus tard et elle est convaincue qu’elle n’a pu qu’être victime d’une hallucination. Les grands Ecossais séduisants ne sont pas si rares, et Liam est bien loin, sur la Vayu, avec son frère. Elle se demande non sans en sourire si Hiresh a fini par lui pardonner. D’avoir osé. Elle se souvient encore de ce jour où il les a surpris. Il n’était pas capitaine depuis longtemps. Et ça faisait déjà quelques temps que Liam et elle se voyaient, bien loin des quelques coucheries qu’elle avait pu connaître avant. Peut-être l’avait-il senti. Et peut-être était-ce pour cela que la scène avait été aussi violente. Un léger rire secoue la pirate. Ça semble loin, terriblement loin. Elle n’avait pas encore décidé de partir. Peut-être que tout ceci a précipité son départ. Il y avait un peu de ça, il y avait beaucoup d’envie de vivre de sa passion, même si c’était renoncer à une partie d’elle. Une partie d’elle qui lui manquait énormément. Levant son verre dans un toast silencieux, elle se l’envoie sans même ciller, avant de le pousser pour qu’on la resserve, sans un mot. Allez, dans deux verres ça irait mieux, elle aurait oublié cette vague de spleen qui lui lèche l’âme, lentement. Pas question de tirer une tête d’enterrement à l’arrivée du Colombien, qu’elle voit bien trop peu souvent à son goût. Ses doigts se referment autour du nouveau verre et elle murmure, avant de le porter à ses lèvres : A toi, mon frère. Où que tu sois …



(c) DΛNDELION


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
La Revanche de Salazar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2197-hiresh-sabordage#32035
Messages : 27
Date d'inscription : 07/07/2018
Célébrité : ranveer singh
Crédits : ranipyarr

Age : quarante-deux ans.
Sang : basique #3
Statut : célibataire.
Métier : capitaine de la vayu, c'est un pirate et fier de l'être.
Baguette : bois de vigne, plume de phoenix, 28,12 cm.
Epouvantard : il est enchainé à un rocher, près de l'eau, incapable de la toucher. si au début, il essaye de rationaliser, quand il comprend l'aspect défintif de la chose, il panique.
Dialogue : 339966

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 17:21

Adossé au mur de pierre en face de la taverne, Hiresh prit une gorgée de sa flasque de thé. Froide, comme il aurait dû s’y attendre en fin de journée et recracha discrètement la rasade. La rue, dans le noir, était de toute façon déserte. A l’intérieur de l’établissement douteux, deux des hommes de confiance du pirate devaient être en train de vérifier leurs informations.
Voilà trois jours qu’Hiresh avait été redirigé à Avalon et après avoir soumis un infortuné mangemort à un désagréable interrogatoire, il se trouvait devant une seconde taverne à faire vérifier. Après enquête, il avait découvert qu’Hija avait ses habitudes ici. Probablement.
En attendant, Liam et un jeune pirate qui venait d’être recruté et devait faire ses preuves étaient à l’intérieur de l’établissement et étaient censés faire signe à Hiresh d’un moment à l’autre que le champ était tristement libre ou qu’ils avaient touché au but.
Liam était le second d’Hiresh et si tout n’avait pas bien commencé, aujourd’hui, le capitaine confierait sa vie à l’autre homme. Mais, en effet, leur histoire était mal partie. Partie de travers, la tête à l’envers. A peu près de la façon dont il l’avait trouvé, avec Hija, cette fameuse nuit. Depuis, on ne peut pas dire qu’Hiresh en riait. Ce n’était toujours pas drôle, ah ah, merci bien. Mais il était redescendu de sa fougue sur le coup. Le pauvre Liam avait quand même passé cinq jours à fond de cale après le départ d’Hija. Alors oui, Hiresh avait peut-être eu une réaction un peu… sanguine. Mais oui, Liam avait touché à sa sœur. Sur son bateau. Défiant ainsi ses règles, la bienséance, l’honneur. Bref, jamais trop sur cette histoire sur laquelle le capitaine ne voulait pas revenir.
De toute façon, Liam, qui était resté dans l’équipage, avait fait ses preuves moins de trois ans plus tard. Il était là durant cette terrible nuit quand la Vayu avait perdu Simeon. C’est lui qui avait assuré les arrières d’Hiresh avant que, conscient du danger, ce dernier ne le renvoie à bord. Depuis, Liam était l’homme de confiance du pirate et un ami proche.
C’est pour ça que, malgré les sentiments conflictuels qu’il éprouvait à l’idée que Liam et Hija se retrouvent ensemble, Hiresh n’aurait confié cette mission à personne d’autre.
Et justement, quand on parlait du loup… La porte s’ouvrit soudainement sur le jeune membre d’équipage qui sortit en chantonnant un air joyeux, signe qu’Hija était présente dans le bar. Et dans son champ de vision, toujours à l’intérieur, se trouvait Liam.
Hiresh fit un signe de tête au gamin qui avait pour consigne de retourner à bord du bâtiment une fois le signe donné, et tenta de maîtriser sa respiration. Son cœur battait à tout rompre depuis que la porte s’était ouverte bruyamment. Un an. Presque un an qu’il n’avait pas vu sa sœur, sa chair, son sang. Et elle se trouvait à quelques mètres de là. De lui.
Prenant une grande goulée d’air chaud – foutu mois de juillet – le capitaine de la Vayu rajusta son fleuret et remit en place sa chemise blanche. Il avait l’air presque normal, si ce n’est pour la fine épée à sa taille. Sa moustache était parfaite, plus encore que d’habitude, et ses cheveux noirs ramenés en arrière. Il avait l’air plus fringant que jamais, parce qu’il voulait avoir l’air plein de panache malgré sa tenue simple. Il aimait être tiré à quatre épingles, toujours. Mais si en plus il pouvait faire bonne impression sur sa sœur…
Une fois dans le bar, il passa devant Liam qui lui indiqua d’un geste dans quelle direction se diriger. Son cœur ne se calma pas quand il aperçut le dos d’Hija. Lui faisant signe de rester en arrière, il s’éloigna de son compagnon pour s’approcher à pas furtifs – bien inutiles dans le brouhaha environnant.  
Et juste quand il arrivait à sa hauteur, il entendit : « A toi, mon frère. Où que tu sois … » Son sang ne fit qu’un tour, alors que machinalement, comme il l’avait fait des centaines de fois plus jeunes, ses mains se posèrent délicatement sur les hanches de sa sœur. Il l’avait retrouvée. « Je suis là, » décréta-t-il assez douce pour que seule elle l’entende, son sourire retentissant dans sa voix. Une de ses mains se détacha pour attraper le verre suspendu aux lèvres de la jeune femme pour le boire d’un trait. « Et cette fois, je ne te quitte pas. »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
Tu l'as vu mon beau tricorne?
- non? c'est normal, il est dans ton...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 181
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : likeanewday

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 18:42



la moitié d'un tout

hiresh & hija



[1er juillet 2047 - Avalon]

Sa gorge se noue alors qu’elle porte le verre à ses lèvres. Parce qu’elle le sent. Ca n’a rien d’inhabituel, pour celle dont la mémoire est surtout olfactive. Fermant les yeux, pour un battement de cœur, elle se laisse porter par ce mélange qu’elle connaît par cœur, puisqu’elle en est à l’origine. Un cœur vibrant, inspiré d’un absolu géranium pour cueillir l’essence de l’homme. Le marier à l’encens a été une évidence, volutes d’une sensualité et d’une chaleur absolues, mystiques et envoûtantes. Un souffle d’épices brûlant, soufflant le feu qui agite l’âme de son frère entre en collision avec l’ambre gris, matière noble par excellence, forte brute de la mer, à la fois iodée et animale. Un équilibre parfait de sauvagerie et d’élégance. Sans doute sa plus belle réussite. L’odeur l’emplit, réconfortante, et elle s’y abandonne deux secondes. Juste le temps pour deux mains de se poser sur ses hanches, dans un geste atrocement familier. Au sens « connu ». Au sens intime. Le temps de se fige, soudainement. L’éclair roux qu’elle a vu repasse sur l’écran de ses paupières. L’odeur est trop forte, trop intense pour n’être que le fruit de son imagination. Je suis là. Ses lèvres s’ouvrent, sous le choc, alors que son verre lui est enlevé. L’air lui manque soudainement et elle pivote, pour voir Hiresh, son Hiresh juste là, devant elle, en train de s’envoyer son verre, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Et cette fois, je ne te quitte pas.Sa main gauche se raccroche au bar, pour l’ancrer dans la réalité. Elle n’est pas femme à avoir des hallucinations. Et aucune ne serait aussi belle que celle-ci. Ni à nier l’évidence. Son autre main, comme dans un rêve, se pose sur celle qui est toujours sur sa hanche. Et le contact l’achève. Hiresh … Le murmure est brûlant. De l’absence qui l’a tuée, un peu tous les jours. Il n’y a plus personne, dans la taverne pourtant bondée. Il n’y a plus que lui. Qu’eux.

Alors c’est sans le moindre complexe que la pirate se saisit de la chemise, pourtant impeccable de son aîné et l’attire brutalement à elle, lui faisant lâcher le verre au passage qui va s’éclater contre le sol dans l’indifférence la plus totale. Et se blottit contre lui, enfouissant son visage dans le tissu qui s’humidifie rapidement. Elle n’a pas senti les larmes monter mais est consciente qu’elles cascadent maintenant. Elle n’est plus Hija, la femme forte et indépendante, la pirate posant ses bottes sur la table et ordonnant qu’on la serve. Elle est démon, la gamine qu’on n’a pas appelé comme ça depuis bien trop longtemps et à qui son frère a horriblement, horriblement manqué. Sur cette terre hostile, qu’elle a pourtant choisie, dans les méandres de cette vie qu’elle s’est dessinée, il y a toujours eu un vide que rien ni personne n’a pu combler. Parce que rien ni personne n’est lui, n’est eux. Elle ne se demande pas comment, elle ne se demande pas pourquoi. Ça n’a pas d’importance. Il est là. Pour elle. Et il a promis de ne pas repartir. Pas en ces termes ? C’est tout ce qu’elle a entendu et compris. Et ça lui suffit. Il lui faut quelques secondes pour absorber le choc, avant de relever le visage vers celui de l’homme et de le prendre entre ses mains. Ses lèvres déposent un baiser sur sa joue. T’es là … Suivi par un second, pus un autre, puis encore un autre alors qu’elle rit, finalement : T’es vraiment là … C’est un sifflet qui la fait s’arrêter en pleine course, les mains sur les épaules d’Hiresh, pour fusiller l’indélicat du regard, qui lève son verre en direction du pirate : Bien joué, moussaillon, y en a qui s’cassent les dents depuis des mois avec celle-là. C’est un geste d’une vulgarité sans pareille qui répond à celui qui vient d’interrompre le moment magique, autant pour l’envoyer au diable que pour signifier à son impétueux de frère que ce n’est pas la peine. La main d’Hija, toujours sur son épaule, le retient. Pour l’instant.



(c) DΛNDELION


- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
La Revanche de Salazar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2197-hiresh-sabordage#32035
Messages : 27
Date d'inscription : 07/07/2018
Célébrité : ranveer singh
Crédits : ranipyarr

Age : quarante-deux ans.
Sang : basique #3
Statut : célibataire.
Métier : capitaine de la vayu, c'est un pirate et fier de l'être.
Baguette : bois de vigne, plume de phoenix, 28,12 cm.
Epouvantard : il est enchainé à un rocher, près de l'eau, incapable de la toucher. si au début, il essaye de rationaliser, quand il comprend l'aspect défintif de la chose, il panique.
Dialogue : 339966

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Jeu 26 Juil - 23:09
A force d’être marié à la mer, Hiresh ne s’était jamais lié à une femme. Tout avait toujours été éphémère. Aussi les femmes de sa famille avaient droit à toute sa passion et son amour. Et même si cette amour restait familial, il n’en était pas moins fusionnel, et comme Hija était la plus proche de lui, et qu’ils avaient été séparés si longtemps, il n’était effectivement pas prêt de s’éloigner. Alors certes ce dont il allait s’éloigner, c’était de la terre ferme, mais il partirait avec elle, même si elle l’ignorait encore. « Hiresh… » Le pirate ne dit rien de plus, il observait les deux yeux sombres plantés dans les siens alors que sa sœur se retournait pour lui faire face. Et puis, lui qui était en général si cavalier en eut pour ses frais quand elle l’attira à son tour dans une étreinte à l’en étouffer.
Il laissa échapper un petit rire affectueux avant de se rendre compte qu’elle pleurait. Et soudain elle lui sembla si vulnérable qu’il eut envie de l’emmener loin, tout de suite, de la protéger. Il savait pourtant que si une personne n’avait pas besoin de lui pour se protéger, c’était sa sœur. Ils avaient trop souvent menacé des gens ensemble, et il l’avait vu mater des hommes d’équipage comme une grande suffisamment, pour savoir qu’il avait affaire à quelqu’un d’aussi fort que lui. Pourtant là, tout ce qu’il voulait faire et fit fut de l’entourer et de caresser ses cheveux pour l’apaiser. Les deux Sabordage en avaient clairement gros sur la patate.
Et puis quand elle le laissa respirer quelques secondes, elle se mit à le couvrir de baisers et il ne put s’empêcher de se remettre à rire. C’était bien sa petite sœur qu’il retrouvait là. Le petit démon qui courrait partout sur le pont du bateau et qui l’enquiquinait autant que ce qu’elle lui apportait du réconfort. « T’es là… t’es vraiment là. » Il sourit de plus belle. « Tu croyais pas que j’allais t’abandonner aux terrestres et leurs… » il ne finit pas sa phrase. Coupés par un sifflet désobligeant, Hiresh – qui allait justement parler des manières grossières des hommes sur terre – et Hija se séparèrent de quelques centimètres alors que le pirate prenait en considération ce qu’un énergumène leur lançait. « Bien joué, moussaillon, y en a qui s’cassent les dents depuis des mois avec celle-là. »
Le regard noir d’Hiresh vacilla alors du geste obscène de sa sœur, à l’enfoiré de première qui venait d’ouvrir sa bouche, puis à la main sur son épaule, qui trouva sa place comme pour le tempérer, comme tant de fois auparavant. Et peut-être qu’elle allait y arriver. Le silence s’installa bientôt, alors que l’attention se portait sur eux et que les plus proches cessaient leurs conversations pour se tourner vers eux. Le capitaine ne disait rien, ses yeux transperçant juste le cafard qui semblait moins sûr de lui à présent. Et puis il éclata d’un grand rire, affable, rassurant le cafard immédiatement.
Un grand rire de gorge, auquel se joignirent bientôt quelques autres soulards qui trainaient autour d’eux. Un rire franc, celui d’un homme qui venait juste de se rappeler à quel point certaines personnes étaient des bouffons ! S’écartant d’un pas d’Hija, Hiresh sortit son fleuret à la vitesse de la lumière, comme sa mère le faisait avant lui, et la seconde suivante, posa la pointe de l’épée contre la gorge du cafard, juste avec assez d’insistance pour instaurer de la peur dans ses yeux. « Et qui donc s’est cassé les dents ces derniers mois ? Toi, je suppose ? D’autres joueurs parmi nous ? On peut faire un prix de groupe pour la leçon. Je peux t’apprendre comment t’y prendre avec elle, mais tu risques d’avoir du mal quand je t’aurai coupé les mains, » dit-il en exposant son sourire éclatant et… tordu. Ensuite, il se tourna obligeamment vers le reste de l’assistance, son fleuret toujours bien pointé sous la gorge de l’autre idiot.
Quand il remarqua que seuls quelques grognements peu enclins à en découdre et se vanter d’avoir approché sa sœur s’élevaient, il se retourna vers la pauvre victime. « Pour ton information, moussaillon, tu parles à un capitaine. Au capitaine de la Vayu, » quelques murmures s’élevèrent à la table la plus proche.  « Et se casser les dents implique que tu avais une chance de la séduire en premier lieu, une erreur grossière que tu n’aurais pas faite si tu avais regardé ton reflet trente secondes en te levant, » ajouta-t-il avant de retirer la lame d’un geste vif qui laissa une trace rose vif sur la peau du cou de l’énergumène.
Là-dessus, Hiresh se tourna vers le comptoir, faisant un clin d’œil à sa sœur, à peu près sûr qu’il venait de donner le ton. Liam, posté non loin, avait la main sagement posé sur sa taille là où sa baguette se trouvait probablement. Ils ne risquaient rien. « Patron, je crois que votre meilleur client (il indiqua d’un geste du pouce l’autre guignol) nous offre une tournée de rhum. Faites-moi rêver, j’ai de la marchandise à vous proposer plus tard dans la soirée. » Il avait retrouvé son ton affable et s’il ne se trompait pas, le patron de l’établissement devait avoir entendu parler de la Vayu et donc des Sabordage… ainsi que du commerce fructifiant qui se tramait à bord de leurs bâtiments. « Je te laisse moins d'un an et tu fais marcher un port entier sur la tête ? On n’a pas perdu la main à ce que j’vois, démon ! »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
Tu l'as vu mon beau tricorne?
- non? c'est normal, il est dans ton...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 181
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : likeanewday

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Ven 27 Juil - 7:15



la moitié d'un tout

hiresh & hija



[1er juillet 2047 - Avalon]

L’atmosphère se tend. Pas Hija. Si sa main a effectivement vocation à calmer son frère, elle est beaucoup trop heureuse de le retrouver pour s’offusquer qu’il provoque un esclandre dans une de ses tavernes habituelles. C’est l’autre qui l’a initié, d’ailleurs, si on veut être précis. Mais elle lève les yeux au ciel en l’entendant rire. Evidemment qu’il va en profiter pour faire une entrée fracassante, à la Sabordage. Parce que si le soulagement se peint sur les traits de l’importun, elle sait très bien que ce sera de courte durée. Elle le connaît par cœur. Elle le laisse donc filer, le son familier du fleuret retentissant joliment à ses oreilles. Affichant une moue mi-amusée mi-résignée, elle le regarde faire son numéro. Avec plus de tendresse que d’agacement de « je sais me défendre toute seule ». Ca fait très longtemps qu’il n’a pas fait ça et ça l’amuse beaucoup. Surtout parce qu’elle sait qu’il est conscient qu’elle aurait pu lui trancher les mains seule si elle en avait eu envie. Ses bras se croisent, dans une attitude désinvolte qui lui donne en réalité un meilleur accès à ses shakrams, dissimulés dans ses manches, pour le cas où quelqu’un se surprendrait à devenir téméraire. Pour ton information, moussaillon, tu parles à un capitaine. Au capitaine de la Vayu.Les murmures la font sourire avec délices. La renommée des Sabordage n’est plus à faire et certains viennent d’additionner deux et deux et de comprendre qui est l’homme qui vient d’apparaître dans le paysage avalonien. Ainsi que le lien qui l’unit à la pirate, même si son dernier estoc au rat qui s’est recroquevillé continue de porter à confusion sur sa nature. Qu’importe. Ce n’est pas elle qui va les détromper. Un dernier tour de salle pour vérifier que tout va bien … et ses yeux croisent ceux de Liam, un peu plus loin. Elle se détourne, relâchant sa posture défensive, sans l’avoir salué le moins du monde. Une chose à la fois. D’abord, son frère. Le reste peut attendre.

Patron, je crois que votre meilleur client nous offre une tournée de rhum. Faites-moi rêver, j’ai de la marchandise à vous proposer plus tard dans la soirée. Fais pas l’con, si tu lui sers autre chose que c’qu’on vient de boire, j’vais mal le prendre. Mais en même temps, si c’est pas ton meilleur rhum et qu’on s’en rend compte après, tu risques de perdre une très belle affaire, précise la sœur après l’entrée du frère. Pas de raison qu’il soit le seul à se la jouer gros bras ce soir. Mains sur le comptoir, elle se détourne pendant que le patron fait le nécessaire, le verre brisé à leurs pieds ayant déjà disparu sous l’action d’un jeune commis qui s’est empressé de disparaître après son sort. Je te laisse moins d'un an et tu fais marcher un port entier sur la tête ? On n’a pas perdu la main à ce que j’vois, démon ! A quoi tu t’attendais ? lui répond-elle avec un haussement de sourcil malicieux, c’est pas parce que j’vis sur terre que j’ai tout oublié. Bien au contraire. Une façon de cultiver et de revendiquer son héritage. Ses yeux ne le lâchent pas, ne le lâchent plus. Même si son esprit se fait à l’idée qu’il est bel et bien là, la réalité de la chose semble encore extrêmement fragile. Et pourtant … par contre, peut-être est-ce l’effet de son imagination, mais elle sent son regard sur eux. Et pour tout dire, ça gâche un peu la fête. Toi par contre, je n’savais pas que tu avais besoin d’un chien de garde en permanence. Son pouce gauche désigne son second sans le regarder. Tu t’encroûtes avec l’âge ? le taquine-t-elle en enfonçant son index dans son ventre – non, toujours pas un poil de graisse. Ou alors tu commences avec une leçon ? Ce serait bien son genre. Et si elle n’a aucune envie de se disputer avec lui, à peine arrivé, elle commence à se demander si son petit spectacle n’a pas un autre but et que ce n’est pas une autre personne qui était visée. L’arrivée des verres de rhum fait diversion. Momentanément. Mais elle s’empare des deux verres dans un geste possessif. Les yeux dans les siens. Demande lui de partir. Il n’a pas besoin de lui ici. Et en cas de bagarre, il y a assez d’eux deux pour faire face à n’importe quoi. Et elle n'a pas envie de le voir. Pour l'instant.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
La Revanche de Salazar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2197-hiresh-sabordage#32035
Messages : 27
Date d'inscription : 07/07/2018
Célébrité : ranveer singh
Crédits : ranipyarr

Age : quarante-deux ans.
Sang : basique #3
Statut : célibataire.
Métier : capitaine de la vayu, c'est un pirate et fier de l'être.
Baguette : bois de vigne, plume de phoenix, 28,12 cm.
Epouvantard : il est enchainé à un rocher, près de l'eau, incapable de la toucher. si au début, il essaye de rationaliser, quand il comprend l'aspect défintif de la chose, il panique.
Dialogue : 339966

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Sam 28 Juil - 20:46
Il était on ne peut plus vrai que le pirate se plaisait dans ce genre de petit numéro. Loin de lui l’idée de jouer à la modestie mal placée, il n’avait pas perdu de temps pour devenir grisé par la sensation que procuraient presque immanquablement les murmures et les regards lorsque le nom de sa famille et celui de son bateau était lâché. Et puis fermer le clapet d’abrutis pareils était toujours reluisant. Hiresh avait tout pour être de la meilleure humeur qui soit à présent. Même la phrase lourde de sens de sa sœur n’ôta pas son sourire. « Fais pas l’con, si tu lui sers autre chose que c’qu’on vient de boire, j’vais mal le prendre. Mais en même temps, si c’est pas ton meilleur rhum et qu’on s’en rend compte après, tu risques de perdre une très belle affaire. » Il l’entoura d’un bras et posa ses lèvres dans ses cheveux pour souffler quelque chose qu’elle seul pouvait entendre : « Hija, Hija, est-ce que tu crois que tu vas m’apprendre à faire commerce ? Regarde l’état des verres dans lesquels il nous sert, et ce n’est que la douzième des excuses que j’ai pu trouver jusque-là pour partir d’ici avec un marché qui nous profite plus qu’à lui, » dit-il en adressant un clin d’œil au patron qui venait de finir d’arroser le comptoir pour d’autres clients qui s’empressèrent bizarrement d’aller s’asseoir plus loin. « Mais je suis plutôt fier de voir que tu as à cœur nos intérêts, malgré ton envie de quitter le pont. »
Hop, et voilà, il n’avait pas pu s’en empêcher, première remarque. Et à croire qu’elle allait lui tendre des perches, la malheureuse. Ou bien peut-être que la mer lui manquait plus qu’il n’y paraissait ? En tout cas, il était venu ici pour comprendre et elle lui facilitait la tâche. « A quoi tu t’attendais ? C’est pas parce que j’vis sur terre que j’ai tout oublié. » Il prit place en face d’elle, s’appuyant nonchalamment contre le comptoir, les mains entremêlées devant lui et surtout pas posée sur le bois moite. « Ah mais je ne m’attendais pas à moins que ça, démon ! Justement, je suis très curieux. Avant le rhum, c’est la piraterie qui coule dans tes veines, et pourtant, il a fallu que je retourne des ports, sur terre ! Merlin m’en préserve, tu m’as évité d’entrer dans les terres alors que j’y étais prêt, alors pourquoi est-ce que tu restes ici ? » Evidemment, il ne cessait de lui sourire et c’était sincère. Mais c’était aussi pour cacher la petite détresse qui grandissait en lui à mesure que les mois passaient et que sa sœur s’éloignait.

Mais, évidemment, elle ne lui servirait pas la réponse sur un plateau et elle n’avait jamais été du genre à lui dire ce qu’il voulait entendre ou à faire ce qu’il aurait voulu juste pour lui faire plaisir. Et elle ne semblait certainement pas d’humeur à lui rappeler le contraire. Il ne l’en aimait que plus, mais il était impatient. « Toi par contre, je n’savais pas que tu avais besoin d’un chien de garde en permanence. Tu t’encroûtes avec l’âge ? Ou alors tu commences avec une leçon ? » Il plissa les yeux à cette remarque, bien que ses lèvres gardent la trace de sa joie. Et avant qu’il ne puisse lui répondre, leurs verres furent posés entre eux. Il y avait beaucoup de choses qu’ils s’étaient dites, d’autre qu’Hiresh avait gardé pour lui. Et la leçon à laquelle elle référait n’éveillait pas le souvenir plus agréable. Pire, elle rappelait pourquoi Liam était toujours là aujourd’hui, malgré cet épisode.
Il regarda les deux verres avec fermeté, comme pour se donner la contenance qu’il aurait pris en les buvant. « Demande lui de partir. » Oui, ils avaient encore des choses à se dire…
Mais il voulait aussi qu’elle se sente bien et ne réfléchit pas une seconde avant de se détourner pour faire un signe de tête à son homme.
Liam, averti, répondit solennellement et se retira immédiatement. Hiresh ne doutait pas une seconde qu’il n’ait pas quitté les prémices du bar, il était doué, mais au moins, sa présence n’importunerait pas Hija.
Ayant eu le temps de respirer et de réfléchir avant de parler, il se retourna vers elle, les yeux posés sur un verre, ses lèvres s’écornant avec malice. « Je n’irais pas jusqu’à parler de chien de garde, démon, bien que comme eux, il soit fidèle. » Abruti, le voilà qui s’hasardait sur le chemin des sous-entendus vaseux. Il était peut-être un peu plus piqué qu’il ne voulait se l’avouer. Son regard se tourna vers l’autre verre. « Et je crois que tu as passé l’âge qu’on te fasse la leçon… En tout cas, tu ne m’en as pas laissé l’occasion à l’époque, n’est-ce pas ? »
D’un geste vif, sa main entoura l’une des siennes, serrant le verre plus que de raison. Il avait oublié comment tout pouvait devenir électrique entre eux. Et puis, oui, malheureusement, il y avait des souvenirs tristes sur lesquels il pensait ne pas avoir envie de se pencher, et en même temps, avoir tout le besoin du monde de le faire auprès d’elle. « Tu sais… S’il est là, ce n’est pas juste parce qu’il m’a séduit avec les mêmes… charmes que toi. Il a beaucoup plus de valeur que ça, et il me l’a prouvé quand j’en avais le plus besoin. » Cette fois, à sa voix, elle devait se rendre compte qu’il ne la taquinait pas, ni n’essayait de lui lancer une pique ou de lui reprocher quoi que ce soit. Il était simplement entier et il avait besoin de parler autant que de la faire parler.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
Tu l'as vu mon beau tricorne?
- non? c'est normal, il est dans ton...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 181
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : likeanewday

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Dim 29 Juil - 7:51



la moitié d'un tout

hiresh & hija



[1er juillet 2047 - Avalon]

Elle aurait du le savoir, le sentir venir. Mais, toute à son émerveillement de le voir là, elle n’a rien flairé. Ou n’a pas voulu le faire. Il n’y a que quelques minutes qu’ils se sont retrouvés, et la tempête gronde déjà. Elle profite de son étreinte, mais ses lèvres se pincent légèrement quand il se vante d’avoir déjà cet argument dans un coin de son crâne. Et la pirate ne perdra pas de temps à lui expliquer que ce n’est pas son commerce qu’elle défend principalement, même si effectivement, cela va dans son sens, mais sa propre réputation. Qui ne souffrirait d’être supplantée par celle de son frère, pas dans ce port, dans tous les cas. Mais je suis plutôt fier de voir que tu as à cœur nos intérêts, malgré ton envie de quitter le pont. Et ça y est, ils y sont. Les mots se posent sur ses plaies, qui cicatrisent lentement depuis la prise de Londres. Sa nuque s’est raidie. Il ne va pas commencer … Pas maintenant, pas alors qu’il vient juste d’arriver. Elle se dégage en douceur, n’ayant pas envie de se lancer dans un combat, au moment où il s’éloigne de lui-même. Bien. Cette taverne n’a jamais connu un orage Sabordage et personne n’est prêt pour ça. Et surtout pas elle. Il vient juste d’arriver, elle a besoin de le retrouver avant qu’ils ne se déchirent. Pour mieux se tomber dans les bras l’instant d’après ? Sans nul doute. Mais personne n’a vu de colères comme les leurs, de disputes comme les leurs. Ah mais je ne m’attendais pas à moins que ça, démon ! Justement, je suis très curieux. Avant le rhum, c’est la piraterie qui coule dans tes veines, et pourtant, il a fallu que je retourne des ports, sur terre ! Merlin m’en préserve, tu m’as évité d’entrer dans les terres alors que j’y étais prêt, alors pourquoi est-ce que tu restes ici ? Si son cœur enregistre ses paroles et le fait qu’il aurait été prêt à parcourir la terre ferme pour la retrouver, son esprit est accaparé par le reste. La raison qui la pousse à rester. Les raisons. La première, son engagement. Elle ne peut pas lui en parler maintenant. Mais elle le fera. Si ce n’est pas déjà le cas, c’est qu’il y a toujours des oreilles indiscrètes sur la Vieille Barrique qui leur en ont ravi l’occasion. Et cet endroit n’est pas plus sécurisé pour ça : Pas maintenant … s’il te plaît, souffle-t-elle. Une requête aux accents multiples. Elle ne peut pas lui parler des Phénix ici. Et elle n’a pas envie qu’ils se disputent maintenant, qu’il continue sur la voie qu’il semble avoir choisi d’emprunter. Qu’il la laisse profiter, un peu. Elle en a besoin.

Mais ses prières restent vaines. Même s’il s’exécute sans même hésiter, enlevant le poids de ce regard de ses épaules, si elle s’attendait à ce que tout devienne plus simple, elle en est pour ses frais. Je n’irais pas jusqu’à parler de chien de garde, démon, bien que comme eux, il soit fidèle. Le coup est bas et trouve sa cible sans le moindre mal. Hija ne fléchit pas sous l’impact, mais son sourire se ternit un peu. Pour disparaître complètement au coup d’estoc suivant. Et je crois que tu as passé l’âge qu’on te fasse la leçon… En tout cas, tu ne m’en as pas laissé l’occasion à l’époque, n’est-ce pas ? Il ne la regarde même plus. Elle sent l’impact sur le verre. La force qu’il y a dans ses doigts. Est-il vraiment venu pour se battre avec elle ? Tu sais… S’il est là, ce n’est pas juste parce qu’il m’a séduit avec les mêmes… charmes que toi. Il a beaucoup plus de valeur que ça, et il me l’a prouvé quand j’en avais le plus besoin. C’est dommage, je trouve que vous faites un très beau couple. Ses doigts abandonnent le verre à son frère dans une saccade. S’il a changé son mousquet d’épaule, il est trop tard pour la pirate en face de lui. Il n’a pas le droit. D’apparaître comme ça, après quasiment un an d’absence pour venir lui dire des horreurs. L’accuser de trahison, de désertion et d’être une traînée en quelques phrases, c’est du Hiresh tout craché. Elle se détourne, posant ses poignets sur le bar. Elle n’a pas envie de s’énerver, pas après lui, pas avec le risque qu’il reparte aussi vite qu’il est venu. Parce qu’elle a besoin de lui, là, maintenant, tout de suite. Même si son commerce repart, même si elle a retrouvé un semblant d’équilibre … Mais il n’est pas question de laisser passer ça. De le laisser s’en tirer, comme elle l’a fait, il y a des années de cela. Il est des choses qu’il oublie, pour quelqu’un qui remue le passé avec autant d’aisance. Et elle va se faire un devoir de les lui rappeler, même si pour l’instant elle s’adresse à la surface de son verre. Tu t’es jamais dit que peut-être je l’avais vue avant toi ? Sa valeur ? Un léger rire ressemblant à un soupir lui échappe, et elle s’envoie une lampée de son rhum. Tu sais bien que j’avais arrêté d’en voir d’autres. Tu devais bien de douter que c’était pas pour n’importe qui. C’est sans regrets, cependant, en ce qui concerne sa relation avec Liam. Il n’a pas eu les couilles de tenir tête à son frère. Pour eux. Et ça a été la fin, pure et simple, de tout sentiment qu’elle ait pu avoir pour lui. Mais ça a été le début d’une prise de conscience assez amère. Le temps qu’elle serait sur le bateau de son frère, elle ne ferait qu’en subir les règles, second ou pas. Et d’ailleurs, ce qu’il semble ne pas avoir encore intégré, c’est que si elle était restée, ce serait son cadavre, à la place de celui de Simeon, qu’il aurait du abandonner à Douvres. Je voulais une vie à moi, finit-elle par lui dire, se tournant vers lui, plongeant son regard dans le sien. Et même si ça m’a tuée, même si ça me tue encore, personne ne me dicte plus ma conduite. Ne m’apprend à faire commerce. Ne me dit ce que je dois faire, qui j’ai le droit de voir. Elle n’est même pas en colère. Elle ne l’est plus. C’est de la tristesse qui se lit dans les yeux de l’Indienne. C’est pour ça que tu es venu ? Pour me rappeler la déception que je suis pour toi ? Elle s’envoie la fin de son rhum et reposer son verre sur le comptoir : C’était pas la peine de v’nir jusqu’ici, t’aurais pu attendre la Vieille Barrique.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
La Revanche de Salazar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2197-hiresh-sabordage#32035
Messages : 27
Date d'inscription : 07/07/2018
Célébrité : ranveer singh
Crédits : ranipyarr

Age : quarante-deux ans.
Sang : basique #3
Statut : célibataire.
Métier : capitaine de la vayu, c'est un pirate et fier de l'être.
Baguette : bois de vigne, plume de phoenix, 28,12 cm.
Epouvantard : il est enchainé à un rocher, près de l'eau, incapable de la toucher. si au début, il essaye de rationaliser, quand il comprend l'aspect défintif de la chose, il panique.
Dialogue : 339966

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Sam 4 Aoû - 12:44
Hiresh avait été trop loin, il l’avait senti. Pas qu’il n’en pensait rien où qu’il avait dit des choses qu’il ne pensait pas, mais il était conscient que, impatient et emporté par ses émotions, il avait été trop vite en besogne, et trop maladroit, et trop grande gueule. D’ailleurs, l’idiot aurait dû comprendre dès le subtile « Pas maintenant … s’il te plaît. » que sa sœur lui donna, mais non, il avait préféré embrayer et pour le pire, puisqu’une fois qu’il laissait ses émotions prendre le dessus, on frôlait la diarrhée verbale. Sauf que là, il s’agissait de sa sœur, qu’il aimait et voulait protéger. Qu’il voulait retrouver. De quoi s’en vouloir.
Et de toute façon, elle n’allait pas se laisser faire. Il n’avait pas le temps d’y penser mais ne fut pas non plus surpris quand elle s’enflamma à son tour. Mais elle avait un peu plus de jugeote que lui et avait aussi surement pensé aux alentours et curieux qui se trouvaient dans le bar, alors sa voix resta égale. « C’est dommage, je trouve que vous faites un très beau couple. » Il savait qu’elle ne le taquinait pas vraiment et quand il la vit se détourner, il s’efforça de respirer profondément. Il devait redevenir maitre de ses émotions, lui parler franchement mais sans agir comme un sombre abruti. Il voulait juste qu’elle le comprenne. Mais là, il était plutôt piteux et ne savait plus quoi ajouter. Heureusement, elle oui. Et même s’il n’était pas prêt d’être ravi d’entendre certains de ces mots, leur honnêteté et leur fond le touchèrent. « Tu t’es jamais dit que peut-être je l’avais vue avant toi ? Sa valeur ? Tu sais bien que j’avais arrêté d’en voir d’autres. Tu devais bien de douter que c’était pas pour n’importe qui. » Il se radoucit. Il sentait une certaine amertume qui n’était pas due qu’à son attaque.
D’un geste presque hésitant, il lui prit la main et effectua une faible pression avant de la relâcher pour réagripper son verre. Il ne savait pas trop s’il pourrait parler de sang froid de tout cela mais si Hija en avait besoin, il le ferait. Et puis le temps avait passé. De l’eau avait coulé sous les ponts, oh oui. « Excuse-moi démon. » qui voulait aussi dire parle-moi. Elle mit du temps avant de reprendre la parole et elle n’allait pas l’épargner, ce n’était pas aussi simple que ça, il le savait. « Je voulais une vie à moi. Et même si ça m’a tuée, même si ça me tue encore, personne ne me dicte plus ma conduite. Ne m’apprend à faire commerce. Ne me dit ce que je dois faire, qui j’ai le droit de voir. »
Hiresh le prit d’abord comme une attaque personnelle et s’il avait eu vingt ans de moins, il serait resté là-dessus, gonflé d’orgueil et à s’énerver de nouveau. D’ailleurs, même huit ans de moins et il n’était pas encore assez raisonnable. Il ne l’était déjà pas toujours maintenant… Heureusement, le fait que le pétard ait déjà éclaté fit que cette fois, il put rester calme et comprendre ce qu’elle lui disait et le chagrin l’envahit de nouveau. Mais pas pour lui, cette fois. Pour elle. Et elle semblait tout aussi attristée.
Cette fois, il n’hésita pas quand son bras s’enroula autour de sa taille et qu’il se rapprocha d’elle. Il n’avait jamais vraiment compris le problème et en même temps, il l’avait toujours su. Hija n’était pas plus faite que lui pour seconder, pour recevoir des ordres ou les exécuter. Hija était une entité flamboyante et grande. Et lui était trop égoïste. « Tu crois que je n’aurais pas écouté à l’époque si tu m’avais dit ces choses au lieu de partir ? » C’était plutôt une question rhétorique car il soupçonnait qu’elle aussi pensait que ça aurait été le cas. C’était plus que probable. « Et cette vie, tu l’as trouvée ? » demanda-t-il avec la gorge quelque peu nouée. Il n’en était pas certain. Hija aspirait forcément à grand et au panache. Quelque chose lui disait qu’elle pouvait et méritait mieux que les tréfonds d’un bar d’Avalon. Si ça ne tenait qu’à lui, elle serait sur un trône si elle ne devait plus être en mer.
Et elle lui en voulait encore, il le méritait. « C’est pour ça que tu es venu ? Pour me rappeler la déception que je suis pour toi ? C’était pas la peine de v’nir jusqu’ici, t’aurais pu attendre la Vieille Barrique. » La nouvelle gifle piqua Hiresh plus fort. Bien sûr que non, comment pouvait-elle penser une chose pareille ! La réponse était évidente, avec ce qu’il lui avait lancé d’emblée mais quand même ! Si elle regardait deux secondes au fond d’elle, elle saurait que jamais, jamais, il n’aurait pu penser ça d’elle. « Hija ! » Etrange de s’exclamer à voix basse, mais c’est ce qu’il fit plus ou moins, conscient qu’il valait mieux garder leur conversation privée dans le brouhaha du bar. « Hija comment tu peux penser une chose pareille ! Je n’ai jamais… jamais j’ai pensé que tu étais une déception ! J’étais mort de chagrin et perdu ! La seule chose qui m’a déçu c’est de ne pas… » sa voix se brisa. Il tapa son verre sur le bar pour indiquer qu’il avait besoin d’être rempli de nouveau – et il ne plaisantait pas. Une fois fait, sa main libre se passa sur son visage pour essayer de se calmer. « Hija, ma seule déception c’est d’avoir eu le rêve à portée de main et l’avoir laissé passer. Mais tu ne m’as pas déçu. Au contraire, te voir devenir qui tu veux… » merde, c’était terrible d’avoir cette conversation. « j’étais si fier de toi ! Je t’en voulais à l’époque et j’y crois toujours mais… je ne veux que ton bien, pas t’enfermer ! On en a jamais parlé, pas vrai ? On pourrait le faire maintenant. » Il la relâcha et se redressa pour regarder autour de lui avant de froncer les sourcils et de reporter son attention sur elle. « Pas maintenant, maintenant, évidemment, mais tu me comprends ? Hija… Démon… Tu me manques. » C’est tout. Il l’aimait. Rien de « plus ».


- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
Tu l'as vu mon beau tricorne?
- non? c'est normal, il est dans ton...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 181
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : likeanewday

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Mer 15 Aoû - 16:44



la moitié d'un tout

hiresh & hija



[1er juillet 2047 - Avalon]

Il essaye. De la calmer, de la rassurer. Mais son geste n’a pas suffi, sur le coup, pas plus que son : « Excuse-moi démon. ». Il va falloir plus que ça. Et oui, Hija est un démon, sans doute, qui a besoin d’être apaisé. Elle prend notamment les offrandes en rhum. Et en câlins. Elle ne se débat pas, ni ne le repousse quand il s’approche d’elle. Parce qu’elle en est incapable. Et elle peut hurler son envie d’indépendance autant qu’elle le veut, vivre sans le voir tous les jours est un enfer. Ils ont grandi ensemble, ont tout partagé – ou presque – pendant plus de vingt ans. Il la connaît comme personne d’autre. Et l’inverse est également vrai. Alors elle sait qu’il s’en veut, qu’il regrette déjà son emportement. Elle a besoin de son grand frère protecteur, pas de celui qui la pousse dans ses retranchements. « Tu crois que je n’aurais pas écouté à l’époque si tu m’avais dit ces choses au lieu de partir ? » Elle ne répond pas. Parce que ça ne servirait à rien. Elle n’était pas en état de lui en parler, à l’époque. Et elle ne pensait pas rester. Elle voulait lui apprendre une bonne leçon, qu’il ne pouvait et ne peut toujours pas la contrôler. Et elle a fini par rester, séduite par les possibilités s’offrant à elle. Et n’est pas revenue. « Et cette vie, tu l’as trouvée ? » Une question épineuse, à laquelle elle n’a pas la réponse. Il y a trop de variables qu’elle ne contrôle pas, qui ne lui vont pas, cette société à vomir, sa famille qui se prostitue pour un peu de reconnaissance … et elle qui s’est venue au passage. Qui compense, qui se fit que c’est pour la bonne cause. Pas un mot qui ne passe ses lèvres, pincées. Mais elle secoue la tête. Non. Elle n’a pas trouvé cette vie, pas encore. Mais elle y travaille, ils y travaillent, dans l’ombre. Si elle reprendra la mer un jour ? Sans doute. Elle est une Sabordage, elle n’est pas faite pour la terre. C’est de l’eau salée et du rhum, qui coulent effectivement dans ses veines. Et elle ne l’a pas oublié.

« Hija ! » C’est elle qui a frappé, cette fois, un beau crochet à l’estomac. Mais elle pensait chaque mot. Il n’a fait que lui faire des reproches, depuis son arrivée, et son petit jeu avec Liam n’a pas arrangé la situation. « Hija comment tu peux penser une chose pareille ! Je n’ai jamais… jamais j’ai pensé que tu étais une déception ! J’étais mort de chagrin et perdu ! La seule chose qui m’a déçu c’est de ne pas… » Sa gorge se noue en sentant la voix d’Hiresh faillir. Mais elle ne bouge pas, se contentant de pousser son verre du bout des doigts pour qu’on la resserve également. Ses yeux glissent sur le comptoir pour trouver le visage de son frère. Elle ne détournera pas le regard. Parce qu’elle a besoin de savoir qu’il est sincère. Même si elle est persuadée qu’il ne lui mentirait pas. « Hija, ma seule déception c’est d’avoir eu le rêve à portée de main et l’avoir laissé passer. Mais tu ne m’as pas déçu. Au contraire, te voir devenir qui tu veux… j’étais si fier de toi ! Je t’en voulais à l’époque et j’y crois toujours mais… je ne veux que ton bien, pas t’enfermer ! On en a jamais parlé, pas vrai ? On pourrait le faire maintenant. » Et merde. Elle sent les larmes monter de nouveau, et prend sur elle de les chasser en avalant son rhum sans respirer, sans ciller. Le rêve à portée de main. Lui et elle, sur leur bâtiment, voguant sur les océans. Ça aurait pu fonctionner s’ils avaient été sur un pied d’égalité. Co-capitaines. Mais il n’en a jamais été question, parce que ça ne fonctionne pas comme ça. Mais elle aurait adoré. Elle y a pensé. Mais n’en a rien dit. Parce qu’Hiresh a toujours été voué à devenir capitaine. Et elle a trouvé autre chose, avec Farina, à l’époque. Et elle a cru que c’était sa voie qu’elle découvrait. La morsure de la déception a tout de même été vive quand il lui a proposé la place de second. Même si elle savait qu’il le ferait. Evidemment. Pour ce qui est de parler … ils se sont effectivement surtout engueulés. Mais rien de construit … il ne lui a jamais dit ça. Et ça fait un bien fou. « Pas maintenant, maintenant, évidemment, mais tu me comprends ? Hija… Démon… Tu me manques. » « Tu me manques aussi. » Une vérité, simple et évidente. « Tous les jours. »

Et ça n’a rien d’évident de lâcher ces mots à voix haute, tant ils prennent de l’ampleur. Hija pose son front sur le torse de son frère, quelques secondes, abandonnant physiquement la lutte. Ce sera pour une autre fois, les explications, les conversations douloureuses qui les déchireront sans nul doute. Ils devront faire ça en terrain neutre, sans oreilles indiscrètes, ne serait-ce pour qu’elle lui parle de l’Ordre – parce que pas une seconde elle n’a peur qu’il ne la trahisse, bien évidemment, et qu’elle espère surtout qu’il joigne ses forces aux leurs … même si ça voudrait dire rester à terre, au moins quelques temps. Elle a un autre argument dans sa manche, pour ce faire, mais cela attendra encore un peu. Pour l’instant, elle a Hiresh pour elle toute seule et ne compte pas le partager. Relevant son visage vers le sien, elle hoche la tête : « On discutera … à bord de la Vayu si tu promets de n’pas en profiter pour me kidnapper et m’emmener en mer. » prévient-elle avec un sourire malicieux. Si elle l’en croit capable ? Totalement. Mais il ne rompra pas un accord préalable, c’est une certitude. « Pas ici, pas maintenant. » Elle pousse de nouveau leurs verres vers le patron qui s’empresse de les remplir, guettant du coin de l’œil les regards qui traînent dans leur direction. Le navire de son cousin et maintenant, celui de son frère, semblent les seuls refuges dans lesquels ils pourraient parler librement. Ou son chez-elle … mais il soulèverait des questions auxquelles elle n’a pas envie de répondre. Pas maintenant, en tous cas. « Mais je t’expliquerai. Tout. » Une promesse qu’elle ne brisera pas. « J’suis heureuse que tu sois venu … » Elle se mord la lèvre et tente une autre question qui risque de fâcher. Mais elle a besoin de savoir : « Tu restes combien de temps ? » Longtemps. S’il te plaît. J’ai besoin de toi, murmurent ses yeux.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
La Revanche de Salazar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2197-hiresh-sabordage#32035
Messages : 27
Date d'inscription : 07/07/2018
Célébrité : ranveer singh
Crédits : ranipyarr

Age : quarante-deux ans.
Sang : basique #3
Statut : célibataire.
Métier : capitaine de la vayu, c'est un pirate et fier de l'être.
Baguette : bois de vigne, plume de phoenix, 28,12 cm.
Epouvantard : il est enchainé à un rocher, près de l'eau, incapable de la toucher. si au début, il essaye de rationaliser, quand il comprend l'aspect défintif de la chose, il panique.
Dialogue : 339966

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Mer 10 Oct - 0:34

Hiresh accueillit son verre rempli de nouveau avec soulagement. Pas tant pour l’alcool dedans que pour avoir de quoi s’occuper les mains et se contenir. Mais quel scénario horrible était-il en train de se passer à présent ? Il était venu pour retrouver sa sœur, lui dire comme elle lui manquait, la retrouver et les voilà qui se feulaient au visage devant l’assistance entière. Il regretta soudainement la présence de Liam qui aurait su quoi dire pour l’apaiser ; dans le scénario improbable où cela aurait pu arriver en la présence d’Hija.
Il descendit le verre d’une traite et envoya un regard meurtrier à un homme chancelant qui approchait dans l’idée de s’accaparer le tabouret le plus proche d’eux. Il n’arrivait plus à regarder sa sœur car il avait l’impression de l’avoir failli. Sans parler de son impression de rejet. Elle était beaucoup plus installée qu’il ne le croyait et il avait beaucoup trop débarqué avec ses gros sabots. Quelle honte. « Tu me manques aussi. Tous les jours. »
Et avec ces petits mots, son cœur se serra comme une brute. Le verre claqua sur le comptoir alors qu’il se tournait de nouveau vers elle. Puis soudain elle fut contre lui mais le pirate, aussi grand et sûr de lui fut-il, n’osa même pas poser une main sur ses cheveux. A la place, il marmonna d’une voix rauque son nom, secrètement soulagé que personne autour ne puisse entendre ce moment de faiblesse. Hija se retirait déjà. Il chercha son regard, déterminé. Lorsque leurs yeux se rencontrèrent, il essaya tant bien que mal de lui montrer tout ce qu’il n’arrivait certainement pas à lui dire. Qu’il était désolé, qu’il l’aimait et qu’il ne voulait pas qu’ils s’écharpent ici. Elle était encore toute proche de lui et quand elle reprit la parole, il sentit un léger poids s’ôter de ses épaules. Pas entièrement, pas tout, mais il savait que cela irait mieux avec le temps. Qu’ils allaient ré-apprendre à se parler, à se comprendre. « On discutera … à bord de la Vayu si tu promets de n’pas en profiter pour me kidnapper et m’emmener en mer. »
Il sourit à son tour, même si cela lui coûtait encore un peu, parce qu’elle avait toujours le mot pour ça. « J’imagine que je n’ai pas le choix, » marmonna t-il même s’il souriait clairement aussi de cet air mutin. « De toute façon, je doute que même après avoir quitté la mer tu ne sois pas capable de reconnaitre un équipage entier en train d’appareiller un bâtiment et loin de moi l’idée de te ligoter ou te mettre à fond de cale, je tiens à mes yeux. » Il essayait innocemment de lui montrer son affection, son respect aussi.
« Pas ici, pas maintenant. » A cela il acquiesça avant de regarder aux alentours. Non, clairement, ils s’étaient déjà bien trop donné en spectacle pour ça. Il repéra qu’elle avait le même réflexe que lui et une vague de chaleur  déferla sur le pirate. Hiresh reposa des yeux fiers – plus fiers que nécessaires – sur elle. En tout cas, elle lui expliquerait tout. Et il n’avait pas besoin de lui faire promettre.
Il y avait peu de gens sur terre à qui Hiresh aurait fait aussi confiance qu’à Hija. « J’suis heureuse que tu sois venu … Tu restes combien de temps ? »
A nouveau sa gorge se serra mais au moins, il était heureux. Elle voulait de lui, elle ne voulait pas le chasser. Ça l’aurait tué et Merlin sait qu’il avait imaginé les pires scénarios tard la nuit, allongé dans sa cabine à ressasser mille possibilités pour cette rencontre. Et si le scénario n’était pas idéal, au moins il n’était pas catastrophique. Et il allait répondre. Il allait lui dire qu’il était revenu pour elle et qu’il n’avait pas exactement de devoirs pressant pour le mois à venir, que peut-être à la fin de l’été, elle aurait changé d’avis, qu’ils pourraient au moins passer ce temps à se comprendre, se retrouver.

Au lieu de ça, la porte du bar s’ouvrit de nouveau et la silhouette qui s’engouffra était si rapide et furtive qu’elle attira l’attention du pirate immédiatement. Il reconnut alors le gamin qui avait surveillé les lieux avant son arrivée. Sa présence ici n’était pas normale. D’un mouvement vif, Hiresh porta les mains à sa hanche droite, l’une sur le pommeau de son fleuret, l’autre à la poche qui contenait sa baguette. On n’était jamais trop prudent. Hija était probablement en train de se demander ce qu’il se passait malgré la rapidité de l’action mais le gosse était déjà devant Hiresh. « Où est Liam ? » demanda le capitaine immédiatement, suspicieux.
« Dehors sir, il a dit qu’il retournait immédiatement sur la Vayu. On a des nouvelles. Un messager s’est présenté avec des informations concernant Simeon. Je sais pas qui c’est ça sir mais c’était urgent il a dit le messager et Liam a dit qu’il… »
« Simeon ? » Le monde autour d’Hiresh sembla soudain vaciller. Son regard vide se posa sur le sol près du garçon alors que sa main glissait de son fleuret dans le vide puis à son visage qu’il écrasa d’une main lourde. « Tu es sûr ? » demanda-t-il après avoir retrouvé un peu de contenance.
Les mots du garçon le frappaient enfin réellement et la personne suivante qui fut l’objet de toute son attention fut naturellement Hija. Le gosse repartait déjà d’une voix basse et pressée : « Liam a dit qu’on pourrait partir d’ici à demain pour le zénith. Il dit qu’ils ont pas fini les affaires ici mais qu’on sera prêts d’ici là. »
Hiresh regardait toujours Hija, tout en recevant chaque mot de plein fouet. Si Liam était déjà sur le bateau en train de préparer le départ, c’était que les informations concernant Simeon n’avaient rien de légères. Et s’il avait pris cette responsabilité en sachant qu’Hiresh était venu pour Hija, alors il semblait impossible de passer à côté de cette chance inespérée. Et en même temps qu’il réalisait cela, il était terrifié. Horrifié qu’Hija le rejette, pense qu’il s’était joué d’elle ou qu’il n’ait pas été sincère. Pendant qu’il se mettait doucement à se torturer, le temps s’étirait. « Sir ? Sir je… »
« Retourne sur la Vayu, Liam aura besoin d’aide, » trancha-t-il à mi-voix, incapable de détacher son regard de sa sœur et de ses yeux qu’ils tentaient de déchiffrer. Le gosse obtempéra plus vite que son ombre mais il ne voyait qu'Hija. Elle avait connu Simeon, et la tragédie. Elle savait à quel point c’était important pour lui. Mais elle savait et elle devait surtout revendiquer le fait d’être importante à ses yeux aussi. « Hija, je… »
Il ne savait même pas quoi lui dire, tout semblait mal venu maintenant et c’était étouffant. « Hija, je veux te donner tout le temps du monde, je suis venu pour toi et toi uniquement et je voulais rester. Je veux rester, je… » Le pirate porta une main hésitante à la joue de sa sœur. « Pardonne-moi. Je veux être prêt de toi. »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
Tu l'as vu mon beau tricorne?
- non? c'est normal, il est dans ton...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t1365-joaquim-cervera-bernal-perro-de-las-favelas-terminee http://filetdudiable.forumactif.org/t1440-joaquim-cervera-bernal
Messages : 249
Date d'inscription : 28/10/2017
Célébrité : Jon Bernthal
Crédits : lux aeterna (ava) & anaphore (signa)

Double compte : Scylla N. Lagides & Lizzie O'Meara & Calypso Layibadé & Beverly Salamander

Age : Quarante deux ans
Sang : Sang-de-bourbe
Statut : Célibataire se découvrant une passion plutôt dévorante pour la piraterie
Métier : Règl'Tout au Ministère de la Magie (homme à tout faire, en somme)
Baguette : Tronc de 30cm en bois de chêne rouge, portant en son coeur une griffe d'Hippogriffe, rigide et légèrement courbée.
Epouvantard : Un loup-garou, comme celui qui a tué son père.
Dialogue : [color=#ffcccc]

Colombien ayant vécu dans le monde moldu jusqu'au projet Filet du Diable (avec un petit intermède scolaire à Castelbruxo), ancien membre d'un gang du quartier du Barrel, à Medellín. † Arrivé en Angleterre en 2041, à la demande Jane Callaghan, laquelle l'a recruté en 2033. † Pietramancien † Surnommé « Le Boucher » à cause de son goût du sang prononcé durant les affrontements. Hors du Ministère, il se trimballe toujours avec son couteau à lame dentelée. † Squatte la réserve des Règle'Tout du Ministère depuis qu'il a lâché son logement de Londres.
Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Dim 21 Oct - 23:34
Les bars, le colombien en avait fréquenté plus qu'à son tour. Moldus, sorciers, légaux ou beaucoup moins, l'ancien Rouge de Medellín au sang souillé par ce que ces lépreux de Mortifagos appelaient sans honte la sous-race de l'espèce humaine, n'avait de toute façon jamais été bien regardant. En revanche, il était précautionneux et se renseignait toujours sur l'endroit où on lui donnait rendez-vous. Partant du principe qu'il connaissait déjà l'Embuscade - forcément - et qu'il avait quelque peu l'habitude de passer outre le couvre-feu imposé aux sorciers de son maigre statut, son fidèle couteau avait retrouvé sa ceinture dès lors qu'il avait quitté l'enceinte du Ministère. Où il travaillait. Et dormait. Vivait, donc, faute de mieux.

Officiellement, le pauvre Joaquim avait été contraint de quitter son appartement à cause de la prise de Londres par les Phénix à peine quelques mois plus tôt. Officieusement, et parce que le Jefe tenait à ce qu'il conserve sa couverture, il avait vidé les lieux, participé à l'assaut et s'était par la suite trimbalé à Avalon avec un air de pure innocence, celui du bon citoyen qui fait juste son boulot tête baissée sans moufter. Il était très bon à ce jeu-là. Le jour, en tout cas. A la nuit tombée, le garçon des rues reprenaient ses droits, ses armes et la fréquentation de lieux tout aussi louches que lui. Il ne paraissait donc pas spécialement décalé dans le paysage pourtant très pied marin du coin. Ce qui n'empêcha pas un gars au chicot pourri de l'arrêter en posant la main sur son épaule. « Quel bâtiment, le freluquet ? » Il n'est pas certain d'avoir compris le mot, bien qu'il soit bilingue. Ou alors, il fait comme si, parce que vraiment, il n'est pas d'humeur à voir rouge aussi tôt dans la soirée. « Ta sœur. » lâche-t-il avec un petit sourire en coin en dégageant son bras. A la lueur des chandelles, il voit luire un pommeau de sabre à cause de l'affront qu'il vient de faire à son nouvel ami. « Tasseur - répète-t-il en articulant davantage, comme si l'autre était sourd - Français. » L'autre homme bat des paupières, un peu hébété. Son accent rendu léger par des années d'anglais forcé doit donner le change, puisque l'autre finit par hausser les épaules. « Ouais. C'est bien. » Ces pirates. Pas toujours très affutés d'esprit, surtout quand ils sont bourrés. Pourquoi l'avait-il arrêté, d'ailleurs ? Il ne demandera pas et préfère s'éloigner sans se faire prier. Une autre compagnie bien plus charmante l'attend.

Ou pas. Quand il parvient enfin au comptoir où il est censé retrouver Hija, ça pour la retrouver, il la retrouve. Lovée dans les bras d'un type d'à peu près son âge à lui, la moustache et une prestance qu'il n'aura jamais en plus. Leurs regards sont tout aussi entrelacés, fiévreux d'une affection qui en fait gronder l'insatiable démon sanguinaire couvant en lui. Le bon-sens lui intime de faire demi-tour sans prendre la vague à son apogée. La jalousie naissante - et sortie de nul part, lui qui, de mémoire, n'en a jamais éprouve - de surfer dessus. « J'arrive au mauvais moment, peut-être ? » Sa mine est sombre, ses lèvres légèrement grimaçantes sous la cigarette odorante, laquelle tressaute sous chacun de ses mots. Il toise l'inconnu. Mierda. Il avait juré qu'il serait sage, ce soir.

J'ai vu de la lumière, du coup ...:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
something reveals

sort of ultra violence


ANAPHORE
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 181
Date d'inscription : 23/03/2018
Célébrité : Deepika Padukone
Crédits : likeanewday

Double compte : Nilhem Kark & Lux Salamander & Darwin Roy

Age : 36 ans
Sang : Basique de rang trois
Statut : Célibataire, avec des envies irrésistibles de saveurs latines.
Métier : Parfumeuse. Rêve d'Orient, sa boutique, a rouvert début juillet à Avalon. Ses poisons sont toujours disponibles à la livraison au marché noir.
Baguette : Bois de cèdre, 24 centimètres, Venin d'Acromentula
Epouvantard : Une cage. Simple. Efficace.
Dialogue : tan

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Lun 22 Oct - 19:36



la moitié d'un tout

hiresh & hija



[1er juillet 2047 - Avalon]

La tension retombe et c’est un soulagement, pour elle comme pour lui. Son frère, sa moitié est là. Enfin, simplement, juste pour elle. Pas comme avant, car jamais rien ne sera comme avant et qu’ils ont encore beaucoup à se dire, à régler, mais l’essentiel a été dit.  Et savoir qu’il ne la hait pas, qu’il ne lui en veut pas, qu’elle ne l’a pas déçu, c’est énorme. Même pour la femme forte qu’elle est, il est des choses importantes et l’avis des siens, de ceux qui comptent, reste important. Et elle le retrouve, enfin, alors qu’il lui sourit, sans arrière-pensée, cette fois. « J’imagine que je n’ai pas le choix. De toute façon, je doute que même après avoir quitté la mer tu ne sois pas capable de reconnaitre un équipage entier en train d’appareiller un bâtiment et loin de moi l’idée de te ligoter ou te mettre à fond de cale, je tiens à mes yeux. » « Evidemment, » confirme-t-elle simplement. Pas besoin d’en dire beaucoup plus. Elle a son terrain neutre. Ils auront leur explication. Et c’est tout ce qui compte. Peut-être le début de nombreuses autres, entre debriefs dont elle a envie, également, qu’il la fasse voyager, de la terre ferme où elle s’est ancrée, par les récits de ses exploits. Il faut juste qu’ils aient du temps et ça, ce n’est pas une certitude absolue. Qui lui fait peur. Surtout quand il ne lui répond pas sur la durée de son séjour, alors qu’elle est suspendue à ses lèvres. Ses yeux trouvent le gamin qui a causé cet arrêt, qu’elle ne connaît pas, mais le lien se fait rapidement dans son esprit. Ne l’a-t-elle pas vu, précédemment, avant Liam ? Soudainement silencieuse, surtout à la vue de sa mine agitée, elle porte la main à la poche qui contient sa baguette, prête à suivre son frère pour se battre si le besoin s’en fait sortir. Mais c’est autre chose qui se passe. Surtout quand un nom précis est prononcé. Simeon. Un ancien homme de son père, le second qu’a pris son frère quand elle a refusé sa proposition. Un pirate mort au combat pour protéger Hiresh du piège dans lequel ils étaient tous les deux tombés. Quelqu’un qu’elle a pleuré, respectueusement. Et une histoire dont le dénouement n’a jamais été écrit, depuis toutes ces années.

Complètement immobile, elle assiste à l’échange et en absorbe tous les paramètres. Sa main s’est posée sur le bras du capitaine quand le nom a été prononcé, et depuis, elle n’a pas bougé d’un iota. Il va partir. Et si Liam a pris les devants, sachant très bien où est Hiresh et pourquoi, c’est que la piste est sérieuse et ne peut attendre. Ses prunelles sont ancrées dans les siennes. Le couperet est tombé. « Retourne sur la Vayu, Liam aura besoin d’aide, » Il va s’en aller. A peine arrivé, l’Indien va devoir reprendre la mer. Loin d’elle, après tout ce que cela a du lui coûter, de s’amarrer. Et surtout, après cette soirée au goût un peu trop amer. « Hija, je… » Il ne parvient pas à parler. Elle non plus. La gorge nouée, elle voudrait le rassurer. Lui dire qu’elle comprend. Mais rien ne sort. « Hija, je veux te donner tout le temps du monde, je suis venu pour toi et toi uniquement et je voulais rester. Je veux rester, je… » Ses paupières se baissent quand il caresse sa joue, consciente du fait qu’elle va se mettre à pleurer s’il continue à la regarder de la sorte. Et elle s’en veut, de ne pas être capable de lui dire tout simplement qu’elle comprend, avec toute l’assurance du monde. Parce que le retrouver lui a fait prendre conscience du point auquel il lui manque, et que ça n’a rien d’anodin pour elle, bien au contraire. Et cet aveu de faiblesse lui a coûté, pour lui être renvoyé en pleine face l’instant d’après. « Pardonne-moi. Je veux être près de toi. » « Je sais, » s’entend-elle répondre, d’une voix étranglée qui ne lui plait pas du tout. Elle se racle la gorge. Ce n’est vraiment pas le moment de baisser les bras ou de faire preuve d’immaturité. La déception est évidente et compréhensible mais avant tout, il doit savoir qu’elle le soutient. Elle prend donc sur elle de rouvrir les yeux pour les plonger dans les siens. Le rhum aide sans doute. Sa main gauche rejoint la première, qui n’a toujours pas quitté son frère pour lui dire : « Mais je comprends. » C’est une certitude et des faits qu’elle énonce, tout simplement, reprenant pied plus rapidement que prévu. « Vas-y. Tu en as besoin. Et la mémoire de Simeon également. » Et Liam aussi, mais c’est plus accessoire. Les calculs ont rapidement été faits dans ton esprit : « Je passerai, demain matin. Il faut que je te parle avant que tu t’en ailles. » Même s’il n’aura sans doute pas l’esprit à ça, il est des choses qu’elle veut qu’il entende, sans doute pour être certaine qu’il revienne. Mais aussi pour qu’il parte apaisé, et qu’elle le laisse partir également en étant plus sereine. Que leur relation soit réparée, une bonne fois pour toutes. S’approchant pour déposer un baiser sur son nez, elle est coupée en plein élan par une voix bien connue, retentissant juste à côté d’eux : « J'arrive au mauvais moment, peut-être ? »

Ses yeux quittent Hiresh pour se poser sur … un Joaquim a l’air tout sauf enjoué. Ils se plissent, détaillant les traits qu’elle commence à bien connaître. Et il faut tout le contrôle de la pirate pour ne pas éclater de rire. Pour une arrivée en beauté, c’en est une. A point nommé. Avec plusieurs facteurs intéressants, à savoir son frère et son instinct de protection et son amant et sa … serait-ce de la jalousie ? Même si elle l’embêtera sans doute plus tard, la scène doit en effet prêter à confusion, il ne sera pas le premier ni le dernier à se méprendre sur la relation qui unit les deux Sabordage – qui n’ont jamais jugé utile de modifier leur comportement. A noter qu’elle ne lui aurait sans doute pas donné rendez-vous pour emballer un autre homme devant lui. Mais passons les technicités. Le silence n’a duré que quelques secondes quand elle le rompt, le plus naturellement du monde, avec une once de malice au fond des yeux : « Pas du tout, il s’en allait. » Ses doigts glissent sur le veste de son frère que ses yeux retrouvent : « On avait rendez-vous, glisse-t-elle comme une excuse. Il doit partir, de toute façon, c’est une réalité, mais l’interruption risque de ne pas être du goût du Sabordage. Ce qui pourrait être problématique. Mais une mise au point rapide évitera normalement les effusions de sang. « J’en profite pour faire les présentations … Hiresh, voici Joaquim. » Ce n’est peut-être pas le moment, mais quand le rhum est tiré, il faut le boire. Faisant un pas en arrière, elle pose la main dans le dos du Colombien, dont elle cherche le regard : « Joaquim, Hiresh … » Le nom doit lui être familier, étant donné qu’elle lui a bien sûr parlé de ce membre des plus importants de sa famille, mais elle ne peut résister à l’envie d’enfoncer le clou : « Mon frère. »  L’ombre d’un sourire en coin passe sur ses lèvres, avant que ses prunelles ne retrouvent ledit frangin. Pourquoi ? Un petit retour en arrière sur les images précédentes vous donnera un élément de réponse. Mais la pirate est prête à intervenir en cas de problème. C’est un premier test. Pour tout le monde.


(c) DΛNDELION

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Qui maîtrise les odeurs maîtrise le coeur des hommes
ANAPHORE
La Revanche de Salazar
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2197-hiresh-sabordage#32035
Messages : 27
Date d'inscription : 07/07/2018
Célébrité : ranveer singh
Crédits : ranipyarr

Age : quarante-deux ans.
Sang : basique #3
Statut : célibataire.
Métier : capitaine de la vayu, c'est un pirate et fier de l'être.
Baguette : bois de vigne, plume de phoenix, 28,12 cm.
Epouvantard : il est enchainé à un rocher, près de l'eau, incapable de la toucher. si au début, il essaye de rationaliser, quand il comprend l'aspect défintif de la chose, il panique.
Dialogue : 339966

Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté Jeu 25 Oct - 14:19

« Evidemment. » Si proche et pourtant si loin. Elle avait souri, elle s’était blottie contre lui, et il y avait de l’espoir. Ils allaient pouvoir se retrouver. Et puis si vite qu’ils avaient trouvé un terrain plus calme, tout s’était effondré et Hiresh était terrifié à l’idée que sa sœur ne le rejette vraiment, cette fois.
Mais il la connaissait aussi et s’il réfléchissait plus rationnellement et qu’elle était la Hija qu’il connaissait, il savait au fond de lui qu’elle le laisserait partir. Elle comprenait. Elle savait parfaitement que la situation était grave, à quel point c’était important. Et elle lui dit. Hiresh sentit sa propre gorge le brûler en entendant le « Je sais, » étranglé. Dans leur regard échangé ensuite, il n’avait pas besoin des mots qu’elle prononçait « Mais je comprends. Vas-y. Tu en as besoin. Et la mémoire de Simeon également. » Il savait déjà. Le pirate serra les mains de sa sœur dans les siennes. Ils avaient cette entente et cette compréhension mutuelle qui ne mourrait pas malgré la distance et les années.
« Je passerai, demain matin. Il faut que je te parle avant que tu t’en ailles. » Hiresh poussa un long soupir de soulagement. « Merci démon. Il le faut, oui, » répondit-il à mi-voix alors qu’elle se rapprochait de lui. Il n’y avait plus qu’elle dans ce bouge pourri, d’ailleurs il n’y avait plus d’autour pour le moment. Ils étaient seuls. « J’arrive au mauvais moment, peut-être ? » Ou pas. Les sourcils de pirate s’arquèrent subitement ?   « Pardon ? » lâcha-t-il en se détournant de sa sœur, la main volant à nouveau à son fleuret. Quiconque venait de les interrompre – et de se méprendre de toute évidence s’il croyait qu’il avait le droit à l’attention d’Hija – allait comprendre que c’était lui qu’il allait passer un mauvais moment.
En tout cas, ça c’était le scénario qui se déroulait dans la tête du capitaine. Un scénario où Hija ne souriait pas de manière aussi mutine au nouveau venu. Un homme de son âge environ, qui n’avait certes pas du tout l’air d’être de la même trempe que les poivrots qui les entouraient mais qui restait tout aussi malvenu. « Pas du tout, il s’en allait. » La mâchoire d’Hiresh tomba sur le parquet sale de la taverne alors qu’il regardait sa sœur avec de grands yeux outrés, ignorant les mains qui glissaient sur sa veste. Mais elle s’amusait où quoi ? Hiresh pouvait très bien rester, il avait bien cinq minutes. Quinze si ce mec continuait à le regarder comme il le faisait. Et le pire c’était qu’Hija n’en avait pas fini et, horreur, le pirate voyait qu’elle y prenait un malin plaisir. Il la connaissait trop, et il avait horreur qu’on se joue de lui. « On avait rendez-vous. » Ce mec avait intérêt à être son dentiste. « J’en profite pour faire les présentations… Hiresh, voici Joaquim. » Elle se détacha de lui pour se rapprocher de l’autre. La main d’Hiresh était désormais solidarisée avec le pommeau de son fleuret. Et puis sa main se posa sur ce Joaquim d’une façon dont on ne pose pas les mains sur son dentiste.
« Joachim, Hiresh… Mon frère. » Enfin le pirate retrouva l’usage de la parole. Il fit un pas, sortant juste la lame légèrement pour que son reflet n’échappe pas à l’autre. Son sang était en train de bouillir.   « Oui, son frère. Ça me parait plutôt évident, » dit-il d’un ton accusateur en regardant totalement Hija avec des yeux sombres. « Du coup, je ne saisis pas l'évidence vous concernant...? » Ajouta-t-il en feignant l’intérêt pour cacher sans la moindre subtilité la menace. Il avait encore le temps de sortir sa carte de visite et le nom de son cabinet dentaire. Il lui offrait une chance en quelque sorte. Mais son intuition lui disait tout autre chose. Il avait une certaine posture, quelque chose qui se dégageait qu’il connaissait parfaitement : un type d’homme qui plaisait à Hija. Il en connaissait d’autres des comme ça.   « Vous faites commerce ensemble ? » Et non, commerce n’était pas la façon dont les jeunes parlent de ça de nos jours.
« Sir, Liam m’a demandé de vous faire venir, il a besoin que vous entendiez le... » La voix du gosse, décidément bien furtif, retentit de nouveau près d’eux. Il se coupa, surement conscient de les interrompre. Mais il était désormais évident qu’Hiresh devait partir.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

 
Tu l'as vu mon beau tricorne?
- non? c'est normal, il est dans ton...
Contenu sponsorisé
Re: Puisqu'on ne sera toujours que la moitié d'un tout - Hirja
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon