AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne une ancienne miss météo revancharde avec la nemesis d'Adara Dragenvann, Seraphine !
Des scénarios en folie
Vis dans ton monde et perchée sur tes talons aiguilles avec la sœur de Cassandra Zabini, Rhiannon Zabini !
Des scénarios en folie
Plonge dans la peau d'un barman dissident avec le meilleur ami de Victoria McKay, James Storm ! Cool
Des scénarios en folie
Distribue des coups de pieds au cul avec la "coach" de William Barnes, Magdalena ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Arrondir ses fins de mois (ft. Adara) [Août 2047] ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers
L'effet papillon
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2242-callum-p-cooper
Messages : 46
Date d'inscription : 07/08/2018
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédits : Faith (Obsession 27)

Age : 24 ans
Sang : Basique #2
Statut : Célibataire
Métier : Assistant alchimiste à Avalon le jour, narcotrafiquant la nuit
Baguette : 24 cm, plutôt flexible, bois de tilleul argenté et tige de dictame
Epouvantard : Une boule de cristal nébuleuse
Dialogue : [color=yellow]
Poufsouffle (répartition de 2034) ⬪ Bon vivant altruiste, mais parfois un peu trop dans sa bulle ⬪ A été poursuiveur au Quidditch ⬪ Doué en potions, maladroit en duel ⬪ Passablement insomniaque ⬪ Pas fan des moldus ⬪ Fils d'un basique #1 et d'une basique #4 ⬪ Apprenti apothicaire chez les O'Ryan le jour, dealer la nuit ⬪ Fêtard du samedi soir à Avalon (malgré lui) ⬪ Indifférent à la hiérarchie du sang.
Arrondir ses fins de mois (ft. Adara) [Août 2047]
ce message a été posté Mer 29 Aoû - 0:43
« Arrondir ses fins de mois »
Arrivée remarquée

    Le pas rapide, Callum se faufilait dans la foule qui inondait les rues d’Avalon. Il avait fini tôt ce jour-ci chez les O’Ryan, Heden ayant accepté de fermer la boutique à sa place. Cela avait du bon d’être collègue avec lui autant de jour que de nuit… Ses cheveux blonds soigneusement coiffés à la cire et sa démarche vive tendaient à montrer qu’il avait rendez-vous avec quelqu’un. Ou au moins qu’il prévoyait de rencontrer quelqu’un. La nuance était ténue, mais assez significative à ses yeux : il arrivait parfois aux trafiquants de se manifester auprès de clients avec qui ils avaient perdu contact. Si habituellement Callum se refusait moralement à essayer de faire rechuter des drogués sevrés, les circonstances et le poids de son porte-monnaie suffisaient à faire vaciller ses principes. Et il faut dire qu’il ne croulait pas sous les gallions depuis que quelqu’un s’était essayé à ruiner ses affaires…
   Il lui arrivait de s’arrêter quelques instants pour observer les jeunes femmes au physique avantageux qui passaient près de lui ou encore tout simplement parce que le produit d’une vitrine lui avait tapé à l’oeil. Cependant, il ne ponctuait jamais son trajet de plus d’une poignée de minutes, bien décidé à arriver à destination avant la tombée de la nuit. La personne qu’il ciblait ce soir était une sérieuse consommatrice de philtres calmants et autres potions de sommeil, pourtant Callum n’avait plus eu de nouvelles d’elle depuis plusieurs mois. Il se souvenait néanmoins qu’elle travaillait dans une pépinière, celle de son mari porté disparu, une information qui lui serait utile pour mettre la main sur elle. Fut un temps où il se plaisait à faire des détours pour acheter de la magicodomotique dernier cri en revenant de ses rendez-vous à ladite pépinière tant ses poches étaient remplies. Même s’il lui arrivait de s’égarer dans les grandes rues bondées de la première cité sorcière d’Angleterre, il finissait toujours par retrouver son chemin en direction de la boutique d’Adara. C’était son nom : Adara Dragenvann.
   Callum n’en savait pas tellement à son sujet : il n’avait pas pour habitude de poser trop de questions à ses clients, une manière selon lui de se montrer sécurisant. Moins il en savait sur eux, mieux il se portait, et vice-versa. Pourtant, il y avait bien certaines choses qu’il avait pu déduire de sa relation particulière avec cette belle trentenaire : de la même manière qu’un médecin en sait long sur ses patients sans même qu’ils ne s’en rendent compte, un dealer est capable de déterminer quel genre de personnes sont ses clients en fonction des produits qu’ils lui achètent. Callum savait bien que ceux qui avaient recours aux calmants dont raffolait Adara étaient en stress permanent, soit car un événement pénible et angoissant approchait, soit parce qu’ils étaient hantés par des expériences dramatiques, des deuils insurmontables ou d’autres traumatismes qui laissaient une marque indélébile. Aussi indélébile que celle laissée par un marqueur sur du parchemin vierge.

   Le jeune Poufsouffle avait ses propres fournisseurs en matière de plantes magiques, des gars des bas-fonds aux activités suffisamment louches pour redouter d’être dénoncés. Il ne risquait ainsi pas d’être lui-même rapporté aux autorités lorsqu’il fréquentait ces loubards. Mais son travail d’apprenti apothicaire lui donnait ce jour-ci une couverture toute trouvée pour s’approcher de sa cliente de manière la plus naturelle qui soit. Il n’avait qu’à prétexter qu’il venait pour réapprovisionner la boutique au lieu de froidement dégainer divers breuvages de ses poches intérieures en espérant qu’elle succombe à la tentation. Oui, Callum était sûr qu’amener le sujet au travers d’une conversation était bien plus efficace pour regagner la confiance de sa proie.
   Continuant de potasser son plan, il finit par arriver devant la façade de la pépinière. Passant la porte d’entrée, il ne cilla pas lorsqu’une cloche enchantée annonça son arrivée par un tintement sonore. Jetant un regard par-dessus le comptoir, il fut soulagé de ne pas voir la propriétaire dans les environs - elle devait se trouver dans l’arrière-boutique. En effet, se promener dans les rayons lui laisserait assez de temps pour trouver une bonne amorce… Il commença donc à déambuler à un rythme modéré, celui d’un acheteur qui cherchait quelque chose en particulier sans savoir où regarder. Si certains produits n’impressionnaient que ceux qui en connaissaient les propriétés, comme l’aconit ou la cigüe, d’autres avaient les moyens de se montrer plus… démonstratifs. Callum tira la grimace en reconnaissant d’abord l’aspect, puis ensuite l’odeur, d’un plant de bubobulb.
   Tournant à l’intersection au fond du magasin, celle la plus proche d’une vitrine recouverte de géraniums dentus, son regard s’attarda sur ce qu’il crut d’abord être de longues tiges fixées dans les airs. S’approchant pour assouvir sa curiosité, il fut pris de court lorsque le sujet de son intérêt se mit à fendre les airs dans sa direction d’une manière bien trop soudaine pour être dénuée d’animosité. Dans la précipitation, Callum fit un bond en arrière pour s’écarter de ce qu’il avait maintenant identifié comme étant les tentacules d’un Snargalouf. Il se heurta à une étale et, avant même qu’il n’eut le temps de se masser machinalement le dos pour apaiser la douleur provoquée, il sursauta en entendant le bruit désagréable du verre brisé. Il se retourna et découvrit l’étendue des dégâts : il avait fait tomber un vase dont il ne parvint pas à deviner le contenu, le bulbe n’ayant pas encore fleuri. Il espérait que ce ne soit pas une plante rare, ses économies souffraient déjà bien assez de ses mésaventures ! Il se consola du mieux qu’il le pouvait en jugeant que ce coup du hasard allait probablement attirer Adara. Pourvu que ça ne la mette pas en rogne…  
La Belle et la Bête
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 1392
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Kim d'amur

Double compte : Stanley SS Summers & Dagobert Sabordage

Age : 36 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Mais nage dans le Moldu.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Arrondir ses fins de mois (ft. Adara) [Août 2047]
ce message a été posté Mer 19 Sep - 22:14
« Y'a pas écrit pigeon si ?! »
août 2047


La journée n'était pas fameuse. Le réveil avait été douloureusement vomitif. Les joies du premier trimestre... A rallonge, fallait-il le préciser ? Elle allait sur le 4eme mois, les choses auraient du s'améliorer. Mais il fallait croire que rajouter une abstinence sur une grossesse ne facilitait pas les choses... Elle dormait donc doublement mal, puisque son sevrage libérait en outre ses angoisses nocturnes. Bonjour, le retour en force des cauchemars, des visions laissées par Elena Kark et encore bien vivaces malgré le temps écoulé.
Malgré tout, il fallait travailler, il fallait tenir la boutique. Au propre comme au figuré.

Après l'ouverture, les premiers clients, la pause de midi, et puis les habituels clients de l'après-midi, l'heure de la fermeture approchait. Elle était dans l'arrière-boutique et préparait la fermeture quand CA intervint. Un bruit de casse qui ne présageait rien de bon. Aussitôt, Adara monta dans les tours : c'était arrivé, finalement ! @Eoin McKay l'avait vendue, il était là, avec une troupe de Mangemorts ! Ils mettaient la boutique à sac avant de s'emparer d'elle et de l'exécuter !
Elle leva sa baguette par réflexe et passa une tête prudente par l'ouverture de l'arrière-boutique pour constater que l'avant, lui, est vide. Ah... Au temps pour la théorie de l'attaque catastrophique. Scrout, c'était quoi alors ?
Elle remballa sa baguette sous sa robe et s'apprêta à quitter l'abri de son arrière-boutique quand elle se souvint que du coup, il valait mieux protéger son identité. Et du fait de son coup de stress, bien évidemment, son tatouage dévoilait largement le mot "traitre". Elle attrapa donc son brassard qu'elle gardait à portée en cas de besoin et l'enfila avant de se rendre dans la direction du bruit.

Elle ne put que constater les dégats.
" Par Morgane, c'est pas possible... Qu'est-ce qu'il s'est p... " Son regard venait de tomber sur Callum, qu'elle avait immédiatement reconnu. Son fournisseur - ne lui parlez pas de dealer, oh ! - en potions de sommeil et autres calmants pendant les mois qui avaient suivi l'attaque de la Tour des Medias et jusqu'à la découverte de sa grossesse. Ca faisait deux bons mois - presque trois - qu'elle ne lui avait plus rien pris. Elle ne lui avait rien dit - après tout, ce n'était pas comme si c'était un ami. Mais elle ne s'était pas attendue à le trouver là. Immédiatement, elle eut envie qu'@Adem K. Wolf fut là pour le sortir de la boutique à coup de pied dans le fondement. C'eut été mieux que de faire venir Fergus, mais avait-elle seulement le choix ?
" Que faites-vous ici ? " souffla-t-elle.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
If I lay here, would you lay with me and forget the world ?
L'effet papillon
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t2242-callum-p-cooper
Messages : 46
Date d'inscription : 07/08/2018
Célébrité : Alex Pettyfer
Crédits : Faith (Obsession 27)

Age : 24 ans
Sang : Basique #2
Statut : Célibataire
Métier : Assistant alchimiste à Avalon le jour, narcotrafiquant la nuit
Baguette : 24 cm, plutôt flexible, bois de tilleul argenté et tige de dictame
Epouvantard : Une boule de cristal nébuleuse
Dialogue : [color=yellow]
Poufsouffle (répartition de 2034) ⬪ Bon vivant altruiste, mais parfois un peu trop dans sa bulle ⬪ A été poursuiveur au Quidditch ⬪ Doué en potions, maladroit en duel ⬪ Passablement insomniaque ⬪ Pas fan des moldus ⬪ Fils d'un basique #1 et d'une basique #4 ⬪ Apprenti apothicaire chez les O'Ryan le jour, dealer la nuit ⬪ Fêtard du samedi soir à Avalon (malgré lui) ⬪ Indifférent à la hiérarchie du sang.
Re: Arrondir ses fins de mois (ft. Adara) [Août 2047]
ce message a été posté Ven 21 Sep - 17:28
« Arrondir ses fins de mois »
Tentation

    D’un pas pressé, une silhouette finit par se montrer dans l’encadrure de la porte qui menait à l’arrière-boutique. Au moins, il ne s’était pas trompé d’adresse : Adara se tenait bien devant ses yeux, quelque peu ébahie de le voir ici.

« Par Morgane, c'est pas possible... Qu'est-ce qu'il s'est p… commença-t-elle avant d’arrêter son regard sur le sien. Que faites-vous ici ? demanda-t-elle alors d’un air intimidé - ou plutôt intimidant, à y voir de plus près.

   Spontanément, Callum fut poussé par sa nature bienveillante et la bienséance surmoïquement ancrée dans son identité : baissant les yeux et affichant un air un brin gêné, il balbutia un sincère « Pardon, je suis vraiment désolé » tout en sortant sa baguette pour utiliser le sortilège Reparo sur le vase en morceaux. Ne sachant trop que faire de la terre et du bulbe éparpillés parterre, il releva la tête et affronta enfin l’oeil impétueux de son ancienne cliente.
   Forgée par l’âge et ses expériences, elle ne laissait pas transparaître la moindre faille. Ce n’était pas le genre de femme frêle à subir et accepter les infortunes qui se présentaient sur son chemin. Non, celles de sa trempe les déviaient de leur passage. Chaque seconde passée à scruter ses pupilles lui donnait l’impression d’être un insignifiant moucheron, ce qui le força à laisser ses yeux lentement dériver dans le reste de la pièce. Jamais il n’avait ressenti une telle gêne face à elle. Quelque chose avait changé. Avait-il moins de mal à dialoguer avec quelqu’un qui dépendait de lui, quelqu’un sur qui il avait du pouvoir, de l’influence ? Certainement. Et cette influence s’était évaporée dès lors que Dragenvann ne consommait plus ses substances.

- Bonjour, Mrs. Dragenvann… commença-t-il enfin, tentant vainement d’occulter que le début de leur rencontre n’avait pas été aussi banal qu’il l’aurait voulu. Ça faisait un moment qu’on ne s’était pas vu. Je passais par hasard dans le coin et je me suis dit que je pourrais passer vous saluer. Loin de moi l’idée de vous importuner dans… ce que vous faisiez ?

   Callum n’apparaissait clairement pas très à l’aise. Il se rendait bien compte que son discours était décousu, voire plutôt illogique. Pour ce qui était de fabriquer des produits de qualité et les vendre à des gens qui n’avaient généralement pas les idées très claires, il savait s’y prendre. Mais comment pouvait-il convaincre quelqu’un de vraisemblablement plus sain d’esprit de consommer ? Il commençait presque à regretter d’être venu là. Sans trop réfléchir à ce qu’il faisait, il essaya de paraître naturel en posant maladroitement une main sur le rebord d’un étalage. Il sentit aussitôt son poids faire légèrement vaciller l’édifice et s’avisa de reprendre son équilibre sans s’appuyer sur la structure. Lorsqu’il croisa par inadvertance le regard d’Adara, il comprit qu’elle semblait perdre patience. Il n’avait plus le choix… il devait sortir la carte qu’il redoutait toujours de mettre en jeu. Celle de l’honnêteté.

- Écoutez… Pour tout vous dire, ça ne va pas très fort ces derniers temps. Je me doute bien que vous ne vous souciez pas vraiment de ma réussite, on se connaît à peine. Mais si jamais, par hasard, vous auriez envie d’un petit remontant, sachez que je peux vous aider. conclut-il en haussant les épaules, pas bien sûr de ce qu’il venait de dire.

   Son discours aux limites de la mendicité était-il seulement utile ? Plus les secondes passaient, et plus il doutait d’avoir effleuré l’empathie du roc inérodable posté en face de lui. Il décida alors de sortir une fiole de la poche intérieure de sa veste en cuir. La couleur mauve proche du lilas et l’aspect fluide du liquide ne laissaient aucun doute sur sa nature : il s’agissait d’un philtre calmant. Il l’avait préparé la veille au soir en prévision de ce rendez-vous, et il en avait laissé tout un chaudron à son domicile, au cas-où il lui en fallait plus. Il espérait que la vue de la potion tenterait Adara, que cela suffise à la faire replonger. Mais était-elle à ce point sur le fil, elle qui n’avait pas cherché à le recontacter depuis des mois ? Il finit par ajouter :

- Bien sûr, je peux vous préparer n’importe quel autre type de potion. S’il vous faut la moindre chose, n’hésitez pas. »

   Peut-être était-il trop insistant, peut-être était-ce contre-productif. Mais il devait en avoir le coeur net, tenter le tout pour le tout. Il ne pouvait pas se permettre de repartir encore une fois sans remplir ses poches.
Contenu sponsorisé
Re: Arrondir ses fins de mois (ft. Adara) [Août 2047]
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers