AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Le philtre miracle. ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur
Journée portes ouvertes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t168-cassandra-zabini
Messages : 112
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Chanel Iman.
Crédits : applestorm.

Double compte : Charlie Eilhart.

Age : 20 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Fiancée à Theophilius Schmidt.
Métier : Employée en titularisation du Département des Mystères, salle de l'espace.
Baguette : Ebène, ventricule de dragon, 26 centimètres, très rigide.
Epouvantard : L'humiliation publique, une foule riant d'elle et de tous ses complexes.
Dialogue : cornflowerblue

Le philtre miracle.
ce message a été posté Mar 27 Sep - 17:21
Le philtre miracle

Une affaire d’État dont l'avenir du monde sorcier dépendra...


Ça avait commencé par une difficulté à fermer son pantalon. Puis vint le sentiment d'être légèrement serrée au niveau des cuisses ; et enfin, le coup de grâce, un excès de… matière débordant de ses hanches. Si son premier instinct fut de hurler sur son domestique moldu pour avoir fait rétrécir ses vêtements au lavage, quand elle se rendit compte que le résultat était identique avec la totalité de sa garde-robe, Cassandra Zabini dut se rendre à l'horrible évidence : elle était devenue absolument, et sans le moindre doute possible, obèse. Une grosse truie, un éruptif, plus énorme encore que sa mère pendant sa quatrième grossesse – celle dont on ne parlait JAMAIS et dont toutes les preuves photographiques avaient été détruites. Cette réalisation porta un coup dur au moral de notre pauvre sang-pur qui n'avait pourtant rien fait pour mériter ce triste sort, et l'envoya directement au quatrième stade du deuil de sa plastique de rêve : la dépression, caractérisée par une abondance d'observations mélancoliques au travers de fenêtres diverses et variées et de soupirs à fendre le coeur d'un gobelin centenaire. Mais cette phase ne dura pas éternellement, et Cassandra finit par décider de cesser de jouer les idiotes, s'avouant finalement à elle-même que ce désastre de calibre international était purement et entièrement sa faute. Depuis sa sortie de Poudlard, la Zabini ne faisait tout simplement plus de sport, n'ayant plus le temps ni la motivation de faire le moindre effort physique quand son travail au Département des Mystères monopolisait toute son énergie, tel un Détraqueur aspirant toute la joie de vivre de ceux qui l'entouraient. Mais le Quidditch avait pourtant été l'une de ses passions lorsqu'elle était encore sur les bancs de l'antique école de magie et Cassandra était persuadée que le sport favori des sorciers était la raison pour laquelle Ashley Malefoy pouvait se permettre de se goinfrer comme une porcasse sans prendre le moindre kilo (bon, elle ne mangeait peut-être pas  vraiment comme un ogre mais aux yeux de Cassie, trois repas par jour c'était quand même beaucoup !). La jolie métisse se voyait nouvellement motivée pour se remettre à l'activité physique, mais celle-ci devait tout de même faire face à un problème de taille : avec ses horaires de boulot à faire pleurer une Manticore, elle n'aurait jamais l'énergie pour se remettre au Quidditch. De longues heures de réflexion intense et de brainstorming en solitaire passèrent, jusqu'à ce qu'elle trouve enfin une solution à son épineux problème. Solution qui la mena firectement au Manoir O'Ryan en ce beau jour de Septembre.

C'est avec un grand sourire aux lèvres que Cassandra accueillit cette vague de nostalgie qui l'assaillit à la seconde où elle posa les yeux sur la demeure des O'Ryan. La dernière fois qu'elle était venue ici remontait à bien des années auparavant, quand sa mère l'emmenait encore avec elle pour rendre visite au mari et au fils de sa défunte amie, Alexianne de Keroual. Depuis qu'ils avaient grandi, Cassandra et Caem se voyaient surtout en ville ou, plus récemment, directement au Ministère de la Magie, cela faisait donc quelque peu bizarre à la Zabini de se retrouver à nouveau sur le lieu où elle avait passé tant d'après-midi étant enfant, mais un bon bizarre, si ça avait du sens. Légèrement anxieuse sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi, Cassandra toqua à la porte et patienta une quinzaine de secondes avant qu'un majordome ne lui ouvre, l'air digne. « Bonjour. Cassandra Zabini pour Mr O'Ryan, s'il vous plait. J'aurais besoin d'une potion. » annonça-t-elle avec sérieux. Elle espérait être dans les heures de visite du réputé Potionniste. Peut-être aurait-elle dû envoyer un hibou avant de venir à l'improviste ? Ses besoins potionneux avaient beau être une affaire de vie ou de mort, elle s'en voudrait de déranger Murphy à un moment inopportun.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 281
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: Le philtre miracle.
ce message a été posté Jeu 29 Sep - 13:48
Mathews a bien faillit se faire vertement réprimander en venant le déranger dans son atelier en pleine expérimentation. Il en a sans doute été parfaitement conscient ; c'est bien pour ça qu'il s'est empressé de lui annoncer le nom de la visiteuse qui se trouvait actuellement à la porte de la demeure. Sans savoir, cependant, les sentiments que cela pourrait provoquer chez son maître. Les doigts soudain plus crispés sur la racine de belladone qu'il était jusqu'alors occupé à hacher, la lame qui passe bien trop près de sa peau. Et les pensées parasites qui viennent aussitôt s'emparer de son esprit.

Cassandra Zabini. Venir pour une potion. Et si ce n'était pas vrai ? Si elle n'avait trouvé que cela comme excuse afin de ne pas donner la réelle raison de sa visite ici à ce stupide Moldu ? S'il s'agissait de Caem, qu'il lui était arrivé quelque chose ? Non. Non, s'il était arrivé quelque chose à Caem, quelque chose de grave, ce ne serait certainement pas Cassandra qui serait venue l'en avertir. Et d'autant plus si quelqu'un, par une quelconque malédiction, avait réussi à découvrir la vérité sur leurs origines. Non. Alors quoi ? Est-ce qu'elle s'inquiétait elle aussi du comportement inhabituel de son fils et avait décidé de venir lui en parler ? L'idée était plaisante, d'une part car elle signifiait qu'il ne devenait pas fou, ni radoteur aigri comme l'avait sous-entendu Ian, et d'autre part que ses doutes conscernant le changement d'attitude de Caem étaient parfaitement justifiés. Pourtant, elle lui paraissait malgré tout quelque peu improbable. Car même s'il n'a pas vu Cassandra depuis maintenant de longs mois, il connait assez la jeune femme pour savoir que ce n'est pas vraiment dans son caractère de faire ce genre de choses.

Alors quoi, une simple potion ?...

Son attention est soudain attirée loin de ses interrogations quand à ses narines parvient l'odeur étrange de la sauge en train de pourrir. Clignement de paupières, retour à la réalité et précipitation auprès du chaudron dont s'échappe désormais une fumée rosâtre qui ne présage rien de bon - ce n'est ABSOLUMENT PAS ce qui était prévu. Et enfin, après ces trop longues secondes, Murphy se rappelle qu'à défaut de trouver des réponses, il doit en donner une à Matthews. « Fais là patienter au salon, et assure toi qu'elle ne manque de rien. J'arrive dans quelques minutes. »

Et Murphy de le congédier d'un geste rapide de la main, sans même un regard. Il va la rejoindre, bien sûr, mais aimerait d'abord s'assurer que son laboratoire et par là-même la moitié de sa propriété ne soit pas détruits par une explosion fortuite. Mieux valait se montrer prudent dans ses expérimentations.

Et en effet, près d'un quart d'heure plus tard, le voilà qui se rend près de son hôte,  dans une tenue un peu plus présentable que celle qu'il utilise dans son atelier. D'ailleurs, après les salutations d'usage, Murphy prend soin d'ajouter. « Excuse ma tenue, très chère Cassandra, ta visite me surprend en pleine réalisation de potion. » Et quasiment n'importe qui d'autre, a quelques rares exceptions, aurait certainement été prié de repasser car le maître "n'était pas présent" comme avait consigne de le signaler Matthews aux visiteurs intempestifs. Qui étaient extrêmement rare ; ses clients, même en cas d'urgence, avaient pour habitude de lui envoyer une lettre par hibou. Et d'ailleurs, il ne les recevait jamais dans son salon, mais avait bien un bureau réservé pour cela. Mais, bien sûr, il ne s'agissait pas de n'importe qui. Il s'agissait de Cassandra, ces murs, s'ils ne l'avaient pas vu grandir, l'avaient quand même accueillis assez de fois pour qu'il puisse lui permettre une certaine familiarité. Et, de plus, Murphy n'avait pas plus que cela envie de se mettre Naïma à dos en recevant mal da progéniture ;  ni même Cassandra elle-même, pour qui ses rapports avec Caem lui donnait une certaine affection.

Et puis, justement, elle connaissait bien Caem. Même si sa présence en ses murs n'avait effectivement aucun rapport avec son fils, cela n'empêcherait en rien Murphy d'essayer d'en savoir un peu plus sur son fils. Après tout, même si lui n'arrivait pas à comprendre ce qui pouvait bien actuellement motiver les réactions si étrangères au Caem qu'il connaissait, ce n'était sans doute pas le cas de l'une de ses meilleures amies. Murphy aurait, il est vrai, largement préféré interrogé Galahad, mais le jeune homme était actuellement à Poudlard et quelque chose lui disait que le fils de son meilleur ami aurait très certainement préféré s'arracher la langue plutôt que de dire à Murphy quelque chose sur Caem que celui-ci ne désirait pas lui dire. Alors que Cassandra ? Avec un peu de chance et beaucoup de précautions, il arriverait à la faire parler...

Matthews avait prit soin d'installer la jeune Sang-Pure et Murphy prit à son tour un siège, un léger sourire poli ourlant ses lèvres. « Et bien, cela fait fort longtemps que je ne t'avais vu. Que puis-pour toi ? » Après tout, même s'il n'était sûr de rien, les potions étaient le premier sujet évoqué par la Zabini, c'était donc par cela qu'il commencerait. Il aurait ensuite tout le temps d'aborder le sujet qui le préoccupait personnellement.
Journée portes ouvertes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t168-cassandra-zabini
Messages : 112
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Chanel Iman.
Crédits : applestorm.

Double compte : Charlie Eilhart.

Age : 20 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Fiancée à Theophilius Schmidt.
Métier : Employée en titularisation du Département des Mystères, salle de l'espace.
Baguette : Ebène, ventricule de dragon, 26 centimètres, très rigide.
Epouvantard : L'humiliation publique, une foule riant d'elle et de tous ses complexes.
Dialogue : cornflowerblue

Re: Le philtre miracle.
ce message a été posté Mer 5 Oct - 4:14


Tic toc, faisait l'horloge.

Tic toc...

Cassandra Zabini n'avait jamais été l'une des demoiselles les plus patientes du monde sorcier ; en fait, l'on pourrait même dire que rares étaient les personnes à l'avoir jamais faite attendre pour quoi que ce soit. Un coup de talon exaspéré, une moue courroucée et des sourcils froncés, cette formule magique avait toujours été suffisante pour lui faire obtenir tout ce qu'elle voulait, et ce à l'instant où elle l'exigeait. Mais Cassandra n'était plus une enfant, elle n'était pas chez elle, et elle était surtout en tort : elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même pour son manque de préparation. Avait-elle daigné prévenir de son arrivée, la Zabini n'aurait très certainement pas eu à patienter de la sorte, telle une… Basique. Et pourtant, la voila qui se retrouvait bel et bien dans cette situation… Nombreux étaient ses défauts, mais celui-ci était sans le moindre doute le plus gros et le plus dangereux d'entre eux : Cassandra était intelligente et Cassandra était déterminée, mais Cassandra n'était pas très réfléchie. Lorsqu'elle avait une idée ou prenait une décision, elle se lançait tête baissée dans son entreprise sans jamais prendre le temps de se poser et de réfléchir à ce qu'elle faisait, et au diable les conséquences. Elle blâmait sa tête brûlée de Gryffondor de mère pour cela, et pour tous les ennuis qu'elle s'était jamais causés. L'existence de la jeune sang-pur aurait sans doute été beaucoup plus facile si elle avait hérité du manque cruel de confiance en soi et du doute qui accablait son père chaque jour de sa vie, mais elle aurait également été bien moins amusante…


Assise dans un fauteuil de cuir du salon des O'Ryan, les jambes croisées, Cassandra Zabini pianotait  distraitement l'accoudoir de ses ongles parfaitement manucurés tout en attendant l'arrivée du maître des lieux, l'esprit obnubilé par ses pensées introspectives, alors que son regard était fixé sur une horloge sans vraiment la voir. Tic toc, faisait-elle. Tic toc... Cassie laissa échapper un grognement agacé et se leva violemment du fauteuil. Non, vraiment, elle en avait tout simplement marre d'attendre ! La jolie sorcière décida donc de se mettre à fouiner, tout simplement parce que, bon sang, qu'est-ce qu'elle se faisait chier ! Elle commença à tripoter tous les bibelots sur lesquelles elle pouvait mettre la main, se souvenant vaguement de certains d'entre eux qui n'avaient pas bougé depuis son enfance, et en découvrant d'autres, moins nombreux, qui semblaient être apparus dans la demeure O'Ryan plus récemment. C'est avec un grand sourire aux lèvres qu'elle attrapa un petit cadre photo dans lequel on pouvait voir un Caem à l'air mal à l'aise, habillé d'un costume et nœud papillon, à une garden party il y avait quelques dix années de cela. Le jeune homme avait tellement changé depuis que si elle ne l'avait pas côtoyé régulièrement pendant tout ce temps, elle ne l'aurait probablement pas reconnu. Elle reposa le cadre à sa place alors que la porte du salon s'ouvrait afin de laisser entrer l'homme qu'elle attendait depuis… Quoi, un quart d'heure seulement ?! L'attente lui  avait pourtant semblé avoir duré le triple !


Cassandra adressa un chaleureux sourire  au potionniste et plaça un baiser affectueux sur sa joue gauche en guise de salutations. « Ne vous inquiétez pas, oncle Murphy, c'est ma faute, vraiment ! » s'excusa-t-elle après avoir jaugé la tenue de Murphy O'Ryan d'un rapide coup d'oeil de haut en bas. « J'aurais dû envoyer un hibou avant d'arriver à l'improviste, comme un cheveu sur la soupe, mais j'étais tellement prise dans mes pensées que ça m'était sorti de la tête ! J'espère ne rien avoir interrompu de trop important... » L'ancienne aiglonne était une gamine égocentrique et pourrie gâtée mais la culpabilité qu'elle ressentait à l'idée d'avoir potentiellement dérangé le maître de potions était pourtant sincère. Elle avait beaucoup d'affection pour le O'Ryan, qui l'avait vue grandir, et que sa mère considérait comme un précieux ami de la famille. Elle se rassit dans le fauteuil de cuir tandis que son hôte prenait place à ses côtés et remercia le majordome moldu après qu'il lui eu servi une tasse de thé noir. Une fois le moldu ayant tiré sa révérence, elle exposa les raisons de sa venue. « Je vais jouer carte sur table avec vous... » dit-elle en ajoutant deux morceaux de sucre dans sa tasse de thé. « Je sais ce que vous vous êtes dit en me voyant debout tout à l'heure : que je suis devenue obèse. Pas besoin de le nier, je le sais très bien ! Je suis une grosse vache de 56 kilos, j'en suis parfaitement consciente. Et du coup, j'aimerais remédier à ce problème de taille. Ou de poids, plutôt. J'ai lu dans Sorcière Hebdo qu'il existait des crèmes amincissantes mais c'est de la triche ça, et puis il paraît qu'il y a un effet d'accoutumance donc je préfère garder ça pour quand j'aurais des enfants et que je serais vraiment énorme. Là, ce dont j'aurais besoin, en fait, et la raison de ma venue ici, c'est d'une potion énergisante. Rien de calorique, hein ! Simplement quelque chose pour me donner l'énergie de me remettre au sport après des longues heures de travail au ministère. Cela vous semble-il faisable ? » Elle finit de touiller son thé en même temps que sa tirade s'achevait et égoutta sa cuillère d'argent sur le bord de sa tasse, qui émit un tintement cristallin. Puis, elle posa l'ustensile sur la sous-tasse et but une gorgée. Bon sang mais quelle conne ! Quelle idée d'avoir mis deux morceaux de sucre ! On dirait que son seul désir était de quitter la vie citadine pour emménager dans une ferme en tant que ruminant...
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 281
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: Le philtre miracle.
ce message a été posté Dim 30 Oct - 0:12
Le sourire qui nait sur les lèvres de Murphy, bien que mince, n'est pas feint. Il a pour Cassandra une affection sincère et, même s'il ne la voit pas souvent, c'est avec malgré tout un certain plaisir qu'il la reçoit aujourd'hui. Aussi les excuses de la jeune femme sont-elles balayées d'un geste rapide de la main ; elle ne vient perturber aucune activité importante et vient même, au contraire, rompre la monotonie de journées qui finissent par toutes plus ou moins se ressembler. « Ne t'en fais pas, tu ne me dérange pas du tout, je me devais seulement de m'assurer qu'aucune préparation ne viendrait détruire le laboratoire » Ni les restes du manoir, comme cela avait bien faillit arriver plusieurs fois auparavant, mais là n'était pas la question.

Se saisissant d'une tasse de thé apportée par un Matthews toujours aussi discret et efficace, Murphy porte toute son attention sur Cassandra et le problème si urgent qui l'a fait se déplacer sans faire preuve de la moindre politesse élémentaire qui aurait voulu qu'elle le prévienne. Et alors que la jeune femme lui fait son exposé de la situation, Murphy sent son sourcil gauche se lever, ses traits se déformer petit à petit sous la perplexité. Il avait eu des demandes saugrenues concernant les potions et les changements physiques – des potions plus ou moins légales, qui n'était pas forcément destinées aux demandeurs et qui, s'il les avait réalisées, auraient pu provoquer de gros dégâts. Aucune demande, cependant, ne l'avait laissé sans voix comme celle qui lui était faite à présent. Et pour cause. Le postulat de base était tellement loin de la réalité qu'il n'arrivait pas à comprendre comment Cassandra avait pu en arriver à de telles conclusions.

Ou plutôt, si. Pour être honnête, Murphy connaissait assez bien Naïma Zabini pour savoir pourquoi sa fille pouvait en arriver là. Ce qui n'enlevait en rien le fait qu'elles étaient parfaitement et totalement injustifiées. Vraiment. Cassandra était une jeune fille - femme, s'il l'appelait jeune fille autrement que dans son esprit, nul doute qu'elle ne le lui ferait jamais oublié - très jolie et, même s'il était incapable de la voir ainsi, sans aucun doute parfaitement séduisante. Pour cela, nul doute qu'elle tenait de sa mère : une élégance naturelle et un corps qu'elle savait parfaitement mettre en valeur. Et elle arrivait à se trouver grosse, alors qu'elle pouvait très certainement glisser entre une porte fermée et son montant. Non, vraiment...

Pourtant, Murphy retient de justesse la remarque amusée et un peu trop moqueuse qui lui vient aux lèvres. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur la conception de la réalité de Cassandra, héritage malheureux de sa mère. Beaucoup de remises en questions que Cassandra ne fera très certainement jamais, ce qui, à son sens, est bien dommage. Après tout, la jeune femme a hérité également de l'intelligence de son père, même si c'est bien la seule chose que cet homme a pour lui aux yeux de Murphy. Mais, il faut croire que cette intelligence est parfois quelque peu parasitée par une éducation on ne peut plus superficielle subie depuis ces plus jeunes années.

Profitant que Cassandra ait porté à ses lèvres sa tasse de thé, Murphy se permet cependant une remarque anodine qui risque de lui attirer les foudres de la jeune femme. « Peut-être devrais-tu commencer par ne pas sucrer ton thé ? » Le sourire de Murphy l'a depuis longtemps abandonné, pour montrer qu'il comprend bien toute la gravité du moment - si tant est qu'il y ait une quelconque gravité à cela -, et il s'empresse d'ajouter avant qu'elle ne puisse répondre, profitant du fait qu'elle s'étouffe sans doute avec son thé. « Je veux dire, je comprend que tu veuille perdre du poids, même si tu es très jolie ainsi et je ne pense pas que tu en ai besoin. Mais je ne suis pas certain que te servir d'artifices pour te donner un regain d'énergie soit la solution : tu es jeune et en pleine santé, n'est-ce pas ? » Les lèvres de Murphy s'étirent de nouveau en un mince sourire bienveillant, espérant bien éviter une tempête, sachant parfaitement que tout ne sera pas bien prit dans sa petite tirade. Et que, Cassandra étant Cassandra, elle ne saurait tarder à s'énerver.

« Je ne te le refuse pas, bien sûr, mais peut être que revoir tes habitudes de vie serait plus efficace et moins néfaste. Moi-même, je ne suis pas certain de pouvoir te prévoir une potion sans aucune effet secondaire pour ton corps, que cela soit de la dépendance ou un surplus de besoin de se dépenser. » Murphy secoue légèrement la tête, et termine, comme si tout était parfaitement normal. « Peut-être organisé cela avec une autre personne ? Cela pourrait t'aider à te motiver pour tenir un nouveau rythme. » Et Murphy ne le dit pas, bien sûr, mais c'est à Caem qu'il pense. Il n'y a là absolument aucune subtilité, mais elle n'est pas encore de mise. Il s'agit juste ici de tâter le terrain ; et si Cassandra approuve son idée, au moins pourra-t-il à peu près savoir ce que fait son fils de son temps libre. Ce qui, vraiment, ne serait pas un mal.
Journée portes ouvertes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t168-cassandra-zabini
Messages : 112
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Chanel Iman.
Crédits : applestorm.

Double compte : Charlie Eilhart.

Age : 20 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Fiancée à Theophilius Schmidt.
Métier : Employée en titularisation du Département des Mystères, salle de l'espace.
Baguette : Ebène, ventricule de dragon, 26 centimètres, très rigide.
Epouvantard : L'humiliation publique, une foule riant d'elle et de tous ses complexes.
Dialogue : cornflowerblue

Re: Le philtre miracle.
ce message a été posté Jeu 3 Nov - 12:33


« Peut-être devrais-tu commencer par ne pas sucrer ton thé ? »

Le visage harmonieux de Cassandra passa d'abord du choc initial à la colère muette avant de finir en acceptation réticente alors qu'elle reposait sa tasse de porcelaine immaculée sur la sous-tasse, vaincue, une moue mi-boudeuse mi-courroucée sur les lèvres. Il avait raison. Évidemment qu'il avait raison mais, comme d'habitude, la sang-pur n'avait pas réfléchi avant d'agir. C'était probablement à cause de ce genre de réflexes de grosse qu'elle était devenue aussi obèse, d'ailleurs. L'air attentif, elle semblait écouter la tirade de Murphy O'Ryan, les sourcils légèrement froncés, bien qu'en vérité elle avait cessé de vraiment écouter à la seconde où elle avait compris que sa réponse n'était pas à 100% positive. Elle qui s'attendait à être félicitée pour son génie, ses recherches extensives et, surtout, son courage pour avoir osé faire face à la réalité et à son statut de grosse truie se trouvait bel et bien déçue face à la réception assez tiède de son plan par le maître de potions – plan qu'elle trouvait d'ailleurs toujours aussi infaillible, soit dit en passant.

« Une autre personne, hein… ? » elle répéta, pensivement. Elle n'avait jamais pensé à devoir potentiellement compter sur quelqu'un pour la motiver, aveuglée par ses illusions de femme forte et indépendante qui n'avait besoin de personne – si ce n'était de son moldu Damian, de sa famille qui lui procurait logis, nourriture, vêtements et gallions, et du reste de la société sorcière qui lui passaient le moindre de ses caprices, mais en dehors d'eux Cassandra n'avait décidément besoin de personne. « C'est tentant mais je ne sais pas trop... » Ses pensées s'en allèrent directement vers Ashley, qui était la seule vraie sportive qu'elle connaissait, mais s'entrainer avec une Batteuse des Harpies de Holyhead serait très certainement du suicide pur et dur, surtout après avoir été inactive pendant deux années. Leurs niveaux avaient été à peu près similaires lorsqu'elles avaient toutes deux fait partie de l'équipe de Serdaigle mais, désormais, la différence entre la forme physique de la Malefoy et celle de la Zabini était comme ciel et terre. Mais si Ash n'était pas une option viable, alors qui ? Nilhem ? Cet abruti n'avait probablement jamais touché un Souaffle de sa vie et ne verrait pas un Cognard même s'il le frappait en pleine face encore et encore.

Peut-être Ollie ? Elles avaient toutes les deux fait partie de l'équipe de Quidditch de leur Maison et Olivia avait quitté Poudlard depuis bien plus longtemps qu'elle, ce qui signifiait qu'elle serait sûrement en bien pire forme que Cassandra, et ce qui signifiait à son tour qu'elle aurait très certainement le dessus pendant les entraînements ; un argument de taille plus que convaincant pour la Zabini, qui aimait par dessus tout avoir le dessus sur qui que ce soit à chaque fois que c'était possible. Et puis ça lui donnerait l'occasion de voir sa cousine autre part qu'au Ministère, où elle était souvent de mauvaise humeur et en train de se noyer sous la paperasse. La langue de plomb se faisait de plus en plus à l'idée, mais n'avait pas abandonné son plan de base pour autant. Irréfléchie, peut-être, mais pas une tête de linotte non plus, et Cassandra n'était pas du genre à lâcher le morceau au moindre objet brillant agité devant sa figure. « Je suppose que je pourrais voir avec ma cousine Olivia, je pense que ça pourrait potentiellement l'intéresser. Potentiellement. Mais je maintiens quand même qu'une potion ne serait pas de trop ! Être motivé c'est bien, mais sans l'énergie de faire quoi que ce soit, la motivation ça ne sert pas à grand-chose. Et puis qu'eeeest-ce que l'accoutumance, en soi ? Rien de bien grave ! C'est même très surfait, je trouve. J'ai des collègues au Ministère qui se font des rails de Sucrelune dans les toilettes entre deux réunions et ils s'en sortent très bien, donc une potion énergisante devrait pas être très difficile à gérer. Et même si ça devient ingérable, je peux toujours arrêter, même si je doute que ça arrive un jour, ou que je puisse être accro à quoi que ce soit. J'ai un mental d'acier, c'est bien connu. » annonça-t-elle avec un grand sourire. Elle plaisantait, bien sûr, mais pas tant que ça. Il était parfaitement impensable pour elle d'être un jour dans une situation de faiblesse aussi flagrante que celle d'un accro à la moindre substance. Elle était Cassandra motherfucking Zabini, tout de même ! Pas une pute sang-de-bourbe qui vendait ses fesses sur l'Allée Écarlate pour une dose de Sommeil Sans Rêve. Elle était persuadée que c'était le père un petit peu trop protecteur en Murphy qui parlait, et qu'il s'inquiétait pour trois fois rien.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t103-murphy-o-ryan
Messages : 281
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Stuart Townsend
Crédits : Mara

Double compte : Savannah Michaels

Age : 51 ans
Sang : Sang-mêlé
Statut : Veuf, fiancé à Salomé Yaxley
Métier : Propriétaire de boutique d'apothicaire et Maître de potion
Baguette : Bois de Châtaigner, crin de licorne, 27,5 centimètres, fine, rigide
Epouvantard : Une bête informe avec des griffes et des crocs démesurés
Dialogue : [color=#0066ff]
Re: Le philtre miracle.
ce message a été posté Lun 5 Déc - 7:10
Ceux qui prenaient pour acquis que Cassandra, à l'instar de sa mère, était incapable de penser se trompaient lourdement. Déjà, parce que contrairement aux apparences, Naïma avait tendance à suivre milles chemins de réflexion à la seconde ; pas forcément toujours très intelligents, intéressants ou même juste cohérents, mais son esprit avait toujours fait l'impression à Murphy d'être un chaudron en ébullition. Plein de vapeurs d'eau. Ensuite, parce que si Cassandra avait bien hérité une chose de son père - même si Murphy, ne le connaissant au final que très peu, ne pouvait pas vraiment en juger par lui-même, mais il connaissait malgré tout sa réputation - c'était son intelligence. Pas toujours utilisée à bon escient peut-être, mais néanmoins bel et bien présente.

Donc Cassandra pensait, oui. Et parlait. Beaucoup. En fait, Murphy avait l'impression en cet instant d'assister directement à son chemin de réflexion et de pouvoir presque voir un fil se dérouler devant ses yeux pour lui permettre de suivre. Et il en aurait presque eu besoin tant, en réalité, le monologue de la jeune femme pouvait être assommant. Il n'était même pas très bien certain de savoir si elle tentait de se convaincre elle-même ou si elle espérait sincèrement le rallier à sa cause avec des arguments aussi fallacieux que ceux qu'elle avançait. La naïveté de la jeunesse, peut-être, cumulé avec son indéfectible confiance en ses capacités et sa méconnaissance totale des effets que la drogue pouvait avoir sur l'organisme sorcier la menait pourtant à tenir un discours complètement erroné, voire à évoquer des idées dangereuses pour sa propre santé. Sans compter qu'elle était passée à des kilomètres de la perche pourtant évidente qu'avait cru lui tendre Murphy. Vraiment, Cassandra n'aurait pas été elle-même, Murphy lui aurait sans doute depuis longtemps rit au nez.

Mais voilà. Cassandra était Cassandra et Murphy la connaissait depuis des années. Il l'avait vu grandir, l'avait vu s'épanouir, l'avait vu rire, pleurer ou même piquer une ou deux colères pas toujours justifiées. Il savait à quel point Caem lui était attaché, qu'elle était ce qui pouvait le plus se rapprocher d'une sœur pour son fils et, malgré tout ses différents avec ce dernier et les inquiétudes que son attitude pouvait lui provoquer, il respectait cela. Autant de raisons donc pour ne pas l'interrompre dans son monologue, même si l'envie de se taper la tête contre la table se fait de plus en plus forte.

Il met même quelques secondes de plus que nécessaire, à la fin des tergiversations de la jeune femme, pour se rendre compte qu'elle a bel et bien terminé et qu'il va à son tour pouvoir prendre la parole. Quelques secondes qu'il comble, une fois qu'il s'en aperçoit, en prenant une gorgée de son thé, pour ne pas qu'elle puisse se rendre compte qu'il en était venu à ne presque plus l'écouter. Vraiment, il souhaite par dessus tout éviter l'incident diplomatique. Mais au moins esquive-t-il la brûlure au quatrième degré, le thé ayant largement eu le temps de refroidir dans la porcelaine délicate.

« Et bien, je vois que tu m'as l'air vraiment motivée... Pour ce qui est du partenaire, il est vrai que je ne connais pas plus que de réputation ta cousine Olivia, mais fais attention à choisir quelqu'un à qui tu sauras vraiment transmettre ton envie et non quelqu'un qui abandonnera dès la première difficulté. Il te faudra quelqu'un qui ait, comme tu dis, le même mental d'acier que le tiens pour ne pas que la personne te laisse continuer seule. Ou, à défaut, quelqu'un que tu es certaine de pouvoir entraîner dans ton sillage. » Petite mise au point, en espérant qu'elle revoit son choix de partenaire... Ne pas perdre de vue l'objectif qu'il s'est lui-même fixé, même si, à vrai dire, il n'est plus totalement prioritaire pour le moment. Il arrivera bien à ses fins après l'avoir convaincu de ne pas prendre de telles potions. Même si pour cela, il préfère dans un premier temps prêcher le faux pour obtenir le vrai par la suite. « Je peux peut-être voir ce que je peux faire pour toi. Viens, nous allons passer dans mon laboratoire. » Reposant la tasse de thé après en avoir terminé les dernières gorgées, Murphy fait un signe de tête accompagné d'un bref sourire à Cassandra, l'invitant à le suivre. Le laboratoire de potion n'est pas le meilleur endroit pour une jeune femme tel qu'elle, mais, si elle est autant motivée qu'elle le dit, les divers ingrédients et les odeurs étranges ne devraient pas la répugner, n'est-ce pas ? Après tout, il est toujours fortement déconseillé d'avaler quoi que ce soit sans savoir ce qu'il y a à l'intérieur. Et bien, il va donc montrer à cela à Cassandra.
Journée portes ouvertes
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t168-cassandra-zabini
Messages : 112
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Chanel Iman.
Crédits : applestorm.

Double compte : Charlie Eilhart.

Age : 20 ans.
Sang : Sang-pur.
Statut : Fiancée à Theophilius Schmidt.
Métier : Employée en titularisation du Département des Mystères, salle de l'espace.
Baguette : Ebène, ventricule de dragon, 26 centimètres, très rigide.
Epouvantard : L'humiliation publique, une foule riant d'elle et de tous ses complexes.
Dialogue : cornflowerblue

Re: Le philtre miracle.
ce message a été posté Mar 28 Fév - 20:25


Pensive, les yeux plissés, Cassandra analysait les paroles du maître de potions alors qu'ils se dirigeaient tous deux en silence vers le laboratoire. Murphy marquait un point intéressant : sa cousine Olivia était une bien trop forte tête pour se laisser embarquer à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit au bon vouloir de la langue-de-plomb, et ce serait très probablement à la Zabini de s'adapter à l'emploi du temps de la Vaisey et non l'inverse, ce qui était absolument inacceptable (il ne fallait pas déconner, tout de même). Sur qui donc était-elle sûre de pouvoir utiliser son autorité pour ne pas avoir affaire à la moindre résistance ? Nilhem ? Non, le Kark avait beau être d'apparence malléable, il était tout de même un génie lorsqu'il s'agissait d'éviter la confrontation, et bien assez habile pour se sortir de situations dans lesquelles il n'avait pas envie de se retrouver. Peut-être Caem dans ce cas… ? Après tout, il n'avait jamais rien pu refuser à celle qui était presque comme une grande sœur pour lui, et même s'il essayait, Cassandra était confiante qu'un simple regard courroucé serait suffisant pour le ramener dans le droit chemin. Et puis, en y réfléchissant, le jeune O'Ryan en pleine crise d'adolescence retardée serait probablement ravi d'avoir une excuse de plus de passer du temps loin du manoir, de son père et surtout de sa future belle-mère. Elle n'aurait probablement même pas besoin de le convaincre, de lui crier dessus ou de l'avoir à l'usure, ce qui était un avantage conséquent.

Lorsqu'ils eurent pénétré dans le laboratoire, le premier instinct de Cassandra fut de froncer le nez en réponse aux effluves et émanations diverses et variées qui agressèrent son odorat, mais cette réaction fut rapidement supplantée par l'arrivée d'un sourire alors que les souvenirs de ses expériences Poudlariennes avec Nilhem Kark lui revenaient en mémoire. Avec une confiance et une curiosité bien dignes d'une bleue et bronze, la jolie métisse s'approcha de l'une des tables de travail du maître de potions et se mit à farfouiller avec les yeux – on ne touche pas les ingrédients d'un autre, c'est d'un malpoli ! – s'arrêtant pour observer de plus près tous ceux qui attiraient son attention. « Ahh, racine d'hellébore et hypophyse d'eruptif… On voulait en faire une encre enflammée avec Nilhem en Sixième année mais ça lui a explosé à la figure. Il a totalement perdu son sourcil gauche, du coup on a essayé d'arranger le coup avec de la salive de Kappa et du jus de Filet du Diable mais on s'était ratés dans les proportions il a fini par ressembler à un Yéti, ou à Carmella Higgs le dimanche soir. J'ai dû lui épiler les sourcils trois fois par jour pendant deux semaine, c'était l'horreur. » se rappela-t-elle en gloussant avec autant de grâce et de finesse qu'une dinde asthmatique qui fumait cinq paquets par jour. C'était de loin l'une des expériences les moins dangereuses que les deux Serdaigles avaient menées pendant leur scolarité. Si la recherche qu'elle conduisait au Département des Mystères la fascinait, elle ne pouvait s'empêcher de regretter ce genre d'expériences rocambolesques de son adolescence. Peut-être finirait-elle par rejoindre son père et Nilhem à MagiCorp un jour, les explosions lui manquaient terriblement…

Chassant ces pensées absolument pas pertinentes à la situation présente, Cassandra secoua la tête et se retourna vers Murphy O'Ryan, un grand sourire aux lèvres, l'air ingénu. « Aloooors… Vous travailliez sur quoi avant que je vous interroooompe ? » Ce n'était clairement pas le but de sa présence ici mais il était de même impossible pour elle ne pas être curieuse. Après tout, Murphy était l'un des meilleurs dans le domaine des potions, il devait très certainement travailler sur quelque chose d'absolument top secret et potentiellement létal et il serait impensable – presque immoral même ! –  pour elle de ne pas ne serait-ce que tenter de lui tirer les vers du nez. Et puis, pourquoi donc se casserait-elle la nénette à être aussi adorable et facile à vivre en toute circonstance si cela ne lui apportait pas des avantages inconnus du commun des mortels ?
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur