AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Ϟ WANTED Ϟ
Ils sont beaux ! Ils sont chauds comme la braise ! Jetez-vous sur les prédéfinis du forum ! Ça se passe par ! ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël 587073792
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël 587073792
Ϟ Scénario à l'honneur Ϟ
Tu aimes le drama familial & les petits Phénix aux ailes liées ? Alors Colin Rees est fait pour toi ! ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël 3613870186
Ϟ Scénario à l'honneur Ϟ
Le Bunker Inquisiteur a besoin de ses ouailles ! Gonfle les rangs avec David Rosenthal ! ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël 3258294192
Ϟ Scénario à l'honneur Ϟ
Représente le bayou et le monde de la nuit avec Kayin Layibadé ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël 3777389882

❝ ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs :: Vivecime
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
Jane Callaghan
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 150
Date d'inscription : 04/09/2016
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Dim 2 Déc - 14:43

Christmas Wedding
Le mariage de Lizzie O'Meara & Sam Jones pour un bon réveillon






24 décembre 2047 - Vivecime

« J'crois qu'il faut que j'aille aux toilettes ... » grommela la O'Meara en se trémoussant dans sa robe. Tenue des plus inhabituelles pour la Phénix, chacun en conviendrait. « T'en sors, monkey. Pas question que je te tienne encore la jupe, c'était ... Gênant. » « P'tite nature. » « Nerveuse. » « TU TE CALMES. » « Ssssh ! J'aimerais que pour une fois, on te voit arriver, avant de t'entendre ! » La jeune femme fit la moue, envoyant un coup de coude à Nero qui ricanait à sa gauche. Obbie d'un côté, Nero de l'autre. Quoi de plus normal que son père de substitution et son petit frère pour l'accompagner jusqu'à l'autel ? Si elle avait pu - et eu plus de deux bras -, elle aurait aussi pris Scarlett. Et Lloyd. Et Lyne. Et Kiara. Mais pas Summers, parce qu'il fallait pas abuser non plus. De toute façon, lui, il était pas invité. Elle inspira profondément alors que les premières notes de musique s'élevaient de l'autre côté de la porte. Le rouquin serra la chair du bras de la future, Nero imitant le geste, comme s'ils s'étaient tacitement consultés. « Ouais, ouais, allez, on y va ... » Un pas. Puis un deuxième. Elizabeth O'Meara-Callaghan-Kantaro-Fuller était sur le point de dire « oui ». Ou « ouais ».

¤¤¤

Jane Callaghan se sentait aussi fébrile que sa fille. Propulsée maîtresse de cérémonie pour ce « grand jour » qu'elle n'aurait pas cru voir venir, au regard de tout ce qu'ils avaient déjà vécu, la leader des Phénix coula une œillade vers l'assemblée qui s'était réunie dans la bâtisse en bois aménagée pour l'occasion. Pas de fioritures fastueuses, à part quelques gerbes de fleurs colorées accrochées au bric-à-brac de chaises et de bancs. Les mariés eux-mêmes n'en demandaient pas tant. Parlant de fiancés, elle en revint à Sam, lui renvoyant son sourire le plus tendre. Le loup-garou semblait agité et elle se remémora sa propre union, si longtemps auparavant. James l'avait-il espéré comme le blond attendait sa promise ? Certainement. Toutefois, plutôt que de se laisser envahir par la mélancolie, l'Irlandaise fit signe à Bruce de lancer le vieux tourne-disque. Les premières notes de Oró sé do bheatha 'bhaile s'élevèrent et le battant s'ouvrit, révélant bientôt la silhouette menue de sa fille unique, encadrée par deux des hommes de sa vie. A peine la vit-elle qu'elle remercia intérieurement Lloyd - enfin, Charlie -, d'avoir insisté pour que Lizzie oublie le jean au profit d'une tenue plus appropriée. La robe était certes très simple, d'un bleu pâle aussi peu virginal que son hôte, avec son col rond et ses manches longues, mais, en toute objectivité - non -, Jane trouvait sa fille magnifique. Cette dernière avait même consenti à attacher sa crinière folle, une petit rose blanche piquée dans son chignon bas. « Tu es tellement belle ... » murmura-t-elle, une fois la brune arrivée à sa hauteur. Elle lui embrassa le front, avant de la laisser aux bons soins de l'américain. Puis, elle s'adressa aux autres Phénix présents. « Mes amis, les temps ont été rudes, je le sais. Toutes nos victoires ont pu avoir le goût amer laissé par de lourds sacrifices. Je vous en ai remercié bien des fois, déjà, mais les mots sont parfois inutiles face aux actes. C'est pourquoi, aujourd'hui, nous ne sommes pas réunis pour établir le prochain plan de bataille. Non, aujourd'hui, nous allons tout simplement célébrer l'une des raisons pour lesquelles nous luttons : la liberté d'aimer qui nous voulons, quand nous le voulons, et comme nous le voulons. Sam et Lizzie en sont la preuve. » Délaissant l'assemblée, elle reporta ses yeux brillants d'émotion sur les jeunes gens. D'abord, son gendre. « Sam, te confier ce que j'avais de plus précieux il y a près de deux ans a été l'une des meilleures décisions que j'aie jamais prise. Toi aussi, tu es précieux. Acceptes-tu de prendre Elizabeth Eireann O'Meara-Callaghan pour épouse ... » « Jusqu'à ce qu'une explosion intempestive vous sépare ? » intervint Obbie depuis le premier rang, provoquant quelques rires auxquels Jane répondit de bonne grâce en levant les yeux au ciel. « ... Jusque ça ou autre chose, effectivement. » L'assentiment du loup obtenu, et le premier anneau passé à l'annulaire de cette dernière, elle fixa Lizzie. Les mots parurent se bloquer dans la gorge de la Callaghan agréablement bouleversée. Elle toussota, cherchant ses esprits. Mais Lizzie la devança, trop excitée pour attendre davantage - et peut-être aussi pour soulager sa pauvre maman : « Oui, oui ! Moi aussi, je veux ! Jusqu'à la prochaine explosion et toutes les suivantes, Sam Callaghan ! » s'exclama-t-elle avant de se jeter au cou de son désormais époux, manquant d'en lâcher la seconde alliance. « Alors je vous déclare officiellement mari et femme ! » Inutile de leur préciser qu'ils pouvaient s'embrasser, ils s'y affairaient déjà. La musique reprit, se mêlant à l'écho des applaudissements fiévreux de l'assistance.


Informations hrp


ϟ  Contexte : Vous l'avez compris, vous venez d'assister au mariage de Lizzie & Sam Callaghan, officié par Jane Callaghan elle-même - Dudu n'a qu'à bien se tenir. L'ambiance est festive, détendue, pas de costumes trois-pièces ou chapeaux à voilette pour l'occasion : on est là pour faire la fête, célébrer l'amour et Noël qui arrive, pas pour jouer aux pingouins !

ϟ L’organisation des festivités : Vous n'avez pas reçu d'invitation : la cérémonie a été annoncée par bouche-à-oreille entre Phénix. De fait, tous les Phénix sont les bienvenus, du moins ceux qui peuvent se libérer ce soir-là.
Les lieux sont encore plus sécurisés que d'ordinaire, pour des raisons évidentes, aussi, vous pouvez vous détendre, aucun Mangeur de morts ne viendra tout gâcher ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël 1533679780
Pour vous organiser avec les copains, rendez-vous dans ce sujet !

ϟ Déroulement de la soirée :
- 20h : Cérémonie d'une dizaine de minutes décrite dans le PNJ. Acclamez les mariés, faites-vous des bisous toussa quoi !
- 20h30  : Soit le moment où vous ferez débuter l'action principale de votre rp. Vous pouvez tous filer au buffet qui se trouve dehors, sur la place principale de Vivecime. Vous y trouverez donc de la boustifaille à foison, diverses musiques celtiques à l'image de celle de la cérémonie crachées par des sonorus, de quoi vous assoir, danser ... Bref, c'est l'enjaillade !
- 21h30 : Ce sera l'heure des discours ! Un PNJ ou un compte admin viendra les introduire et tout ceux qui veulent pourront en prononcer un à leur tour !
- Minuit : Nous serons officiellement le 25 décembre, soit le jour de Noël ! Une animation mystère viendra redonner un petit coup de fouet à la fête, donc merci de ne pas dérouler vos rps après cette heure pour le moment Wink

ϟ Modalités de rp: Vous pouvez poster autant de fois que vous le souhaitez dans ce sujet principal. Vous pouvez également si vous le souhaitez ouvrir un sujet privé reprenant le contexte de l'animation.

L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
Lyne Cooper
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 345
Date d'inscription : 08/02/2017
Célébrité : Alexa Chung
Crédits : arctic love

Double compte : Armel Zabini

Age : 38 ans
Sang : Basique, rang 2
Statut : Seule au monde
Métier : Fugitive depuis plus de vingt ans
Baguette : Bois d'aubépine ; rigide et pas toujours simple à manipuler. 26 cm. Larme de licorne.
Epouvantard : Elle est enfermée dans une salle minuscule, elle étouffe
Dialogue : #3366cc
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Original
Fugitive depuis ses 12 ans, Phénix jusqu'au bout des ongles •• Née Mary-Kathleen Miller •• Fille de terroristes, aujourd'hui elle a "deux papas" (condamnés pour condamnés...) •• Douée en métamorphose, sur un balai et pour faire pousser des citrouilles •• Teigne émotive croisée bulldozer suicidaire, elle est malheureuse et n'a rien à perdre - dangereuse, en d'autres termes.
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Dim 2 Déc - 21:04
« Tu es très belle » « Et toi tu ressembles à un pingouin » « … C’était la toute dernière fois de ma vie que je te faisais un compliment » « Vraiment, où as-tu trouvé ce nœud papillon ? » « Tu n’y connais rien » « Al, je t’en prie, dis quelque chose ! » « Moi j’aime bien » « T’es qu’un sale vendu »

Entourée de ses deux papas, Lyne grommela ces derniers mots en levant les yeux au plafond du lieu improvisé à l’occasion de la présente cérémonie. Les compliments, ça n’était pas son fort. Elle savait éventuellement en faire, mais jamais les recevoir. C’était bien plus simple de critiquer le seul hurluberlu à avoir trouvé un nœud papillon ce soir – autrement dit, Zak. Par-dessus sa chemise claire et son jean, ça ne lui allait pourtant pas si mal que ça : mais quand même, c’était pour la forme. A sa droite, Alden était occupé à échanger avec le premier des regards de merlan frit qui n’auraient plus trompé personne. Elle avait l’habitude, alors elle se contenta de hausser à nouveau ses yeux azur au plafond en ajustant son chignon beaucoup trop sophistiqué pour son habitude. Elle avait troqué ses pulls trop larges pour une robe noire ouverte dans le dos qui ne lui ressemblait absolument pas plus, des collants sombres mais fins et donc qu’elle allait logiquement filer incessamment sous peu, mais elle avait gardé ses rangers en cuir. Toutes propres pour l’occasion, s’il-vous-plait – pour le côté rock’n’roll, parce qu’elle n’était pas douée non plus pour se déguiser en fille jusqu’aux orteils. Lizzie l’aurait tuée si elle s’était donnée en spectacle, là, devant tout le monde, à se casser une jambe parce qu’elle aurait trébuché à cause d’escarpins hauts perchés.

**

Il n’était pas question de pleurer, parce qu’elle allait ruiner son mascara bas de gamme et donc absolument pas waterproof.
Et pourtant bordel, si, voilà ! Elle pleurait. Elle essuya une larme alors que les deux tourtereaux s’étaient mutuellement jeté au cou l’un de l’autre, de toutes leurs forces, de toute leur âme. Elle n’était pourtant pas émotive… Si, si – elle était émotive, ok. Elle se jura néanmoins que si l’eye-liner qu’elle avait lutté pour appliquer bavait, c’était la dernière fois qu’elle se prêtait à ce genre de déguisement.

C’était beau (à en pleurer, ok, on avait compris), Lizzie était belle, Sam était beau, et Jane, et Nero, et même Obbie. C’était fort, si bien que rien n’aurait su voler toute sa force à cet instant précieux et magique.

Alors qu’elle applaudissait de toutes ses forces, elle surprit un instant un regard interrogateur posé sur son épaule. Mais son père eut la bonne idée de ne pas lui demander, là, tout de suite, si elle comptait se marier bientôt – ou pas. Pourquoi pas ? A les voir là, aussi crétins qu’insouciants et heureux, ça faisait presque envie. Il ne manquait qu’un type bien et pas trop vilain… Et puis nom d’un scroutt, elle n’avait pas le temps pour ça, balaya-t-elle brutalement en essuyant une seconde toute petite larme (qui n’aurait pas non plus raison de son maquillage, par pitié).

Après plusieurs minutes d’acclamations, les applaudissements cessèrent et le volume de la musique augmenta encore un peu – n’en déplaisent aux amoureux qui n’avaient pas encore dit leur dernier mot, et visiblement pas fini pour l’instant de se bécoter.
Elle en profita pour s’éclipser jusqu’au buffet (non pas pour y voler les premiers petits fours, son appétit avait depuis trente ans oublié de grandir en même temps qu’elle) et ni une, ni deux, repartit au milieu de la foule, une coupe improvisée dans chaque main. Faute de coupes de champagne en cristal, c’était deux chopes remplies d’une boisson qui conviendrait de toute façon tout à fait qu’elle tenait fièrement, occupée à n’en renverser sur personne et à chantonner en slalomant à travers les invités. « Pardon, pardon ! J’ai pas trop envie salir ma robe tout de suite, pardooon ! »

Et puis enfin, elle retrouva Kiara, qu’elle accueillit avec un immense sourire sincère. Elle lui fourra la deuxième chope dans les mains. « Slainte ! »

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

J'envoie valser
Invité
Invité
Anonymous
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Lun 3 Déc - 23:53


Quelques heures plus tôt...


« Something old, something new,
Something borrowed, something blue.
 » disait la comptine.

« Bon, on a déjà le truc bleu avec ta robe, et le truc vieux avec tes vieilles Converses dégueulasses… Mais ! » s’ensuivit un petit ballet de mains et avant-bras pour repousser les attaques de Lizzie qui se dirigeaient sans relâche vers ma précieuse tête, chaque coup dévié étant accompagné d’un petit cri haut perché de ninja, ma dextérité n’ayant d’égale que celle d’un guerrier de l’ombre – si si – mais la main de l’irlandaise finit par trouver le côté de ma tête et y assener une petite tape. « Aïe-euh ! … Quelque chose d’emprunté : ma broche, que je dois impérativement récupérer avant après-demain parce que je revois le vieux blaireau qui me l’a donnée et il aime bien que je la porte. Et quelque chose de neuf… Tada ! Ton cadeau de mariage ! » Je sortis de ma poche un petit coffret contenant une paire de boucles d’oreilles en diamant. Et personne ne me les avait offertes celles-là ! Je les avais achetées moi-même avec mon propre argent ! … Certes, obtenu en revendant deux ou trois fourrures qu’on m’avait offertes mais bon, on fait c’qu’on peut avec c’qu’on a, comme on dit. « J’arrive pas à croire que tu te maries… Le temps est passé vite, hein ? » J’avais l’impression qu’hier encore on était des ados stupides qui se roulaient des pelles dans les bois, cherchant des excuses pour que Nero ne nous traine pas dans les pattes et qu’on ait un peu d’intimité, et aujourd’hui on était devenu des adultes stupides aux vies infiniment plus compliquées, même si entre nous c’était resté simple. Ça avait toujours été simple avec Lizzie. « Je suis vraiment heureux pour toi. » je lui assurais avec un grand sourire en la prenant dans mes bras, tentant tant bien que mal de ne pas me mettre à chialer comme une grosse merde avant même que la cérémonie n'ait commencé.


Présent.


Vêtu d'une chemise mauve avec cravate et pantalon de costume que j'avais achetés uniquement pour cette occasion, j'observais Lizzie remonter l'allée centrale, des étoiles pleins les yeux. Ça me faisait bizarre de me dire qu’à un certain moment de ma vie, j’aurais pu m’imaginer être devant l’autel à la place de Jones, aujourd’hui cette idée me semblait parfaitement aberrante. Et cette pensée ne fut que renforcée par la vue de la façon dont les deux amoureux se regardaient à l’arrivée de la mariée : c’était exactement comme ça que les choses devaient se passer, c’était une certitude. Lizzie était sublime et rayonnait de bonheur. En mon for intérieur, je me félicitais d’avoir réussi à la convaincre de me laisser lui mettre un peu de maquillage sur le visage, juste un peu, histoire d’accentuer la beauté naturelle de son visage – ce qui, au final, s’avéra être tout aussi difficile pour moi que de créer l’illusion d’un visage complètement différent, comme je le faisais sur moi-même presque tous les jours de ma vie depuis presque cinq ans déjà. La cérémonie ne tarda pas à commencer, et moi je n’ai pas tardé à me mettre à renifler bruyamment, tentant de retenir les larmes, avant d’abandonner et de me laisser pleurer comme un bébé devant la beauté de la scène. « Je pleure pas, c’est toi qui pleure ! » je répondis à l’interrogation muette de Scylla à mes côtés.


Après avoir passé plusieurs minutes à applaudir comme une otarie en hurlant « VIVENT LES MARIÉS ! » à m’en casser la voix, je finis par suivre le mouvement et me diriger vers le buffet où j’attrapai une coupe de champagne, ravi d’avoir enfin l’occasion de me bourrer la gueule. Dans ma vie de tous les jours, je ne buvais que très peu, ne faisant pas confiance à ce que ma langue un peu trop bien pendue pourrait déblatérer si elle était huilée par l’alcool en présence de personnes qui feraient mieux de ne jamais apprendre le moindre de mes secrets si je souhaitais garder ma tête sur mes épaules. Mais ce soir j’étais entouré d’alliés, d’amis. Ce soir je n’avais pas besoin de me cacher, pas de secret à garder, je pouvais juste être moi-même et célébrer, et être heureux.
Invité
Invité
Anonymous
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Lun 10 Déc - 12:24
Ca n’était pas parcequ’il avait un caractère d’ours que Clyde comptait rester seul à hiberner dans une grotte ce soir-là. Non, ce soir, c’était la fête, et il comptait bien en profiter aussi. Il n’avait plus aucunes traces des blessures récoltées à Poudlard, et son humeur était plutôt bonne. La plupart des Phénix étaient rentrés dans la grande bâtisse en bois où se tenait la cérémonie, mais pas l’écossais, qui lui avait pris le parti d’attendre dehors, au calme, à l’écart des ronds de jambe et de la foule. Le temps était doux pour un mois de décembre, et il ne neigeait pas sur Vivecime, mais il n’avait pas abandonné ses lourdes fourrures pour autant. Au moins en avait-il choisi une propre, grise et blanche (de la fourrure de loup, comme une dédicace morbide, même si en réalité il n’y avait pas réfléchi), y rajoutant des bottes et un pantalon de peau noir neuf, et s’était même trempé dans la rivière le matin même pour l’occasion (quoi, de l’eau chaude ? pourquoi faire ?). Et même si la soirée s’annonçait calme, il gardait tout de même sa baguette à sa ceinture.

Vivecime avait été transformé en place forte magique pour la soirée, les systèmes de sécurités avaient été doublés, triplés, et Clyde avait aussi installé sur certains axes sensibles des pièges physiques, ceux qu’on utilisait pour les bêtes sauvages, et qui auraient facilement découpé un Mangemort en deux. Aux grands maux les grands remèdes, mais pas d’inquiétude, ces pièges ne réagissaient qu’à la marque noire, aucun invité tardif ne risquait de tomber dedans. Ce soir donc il était détendu, il ne pouvait rien leur arriver, d’affreux, maintenant. Clyde s’était assis sur une chaise à plusieurs mètres du buffet déjà prêt et abondamment rempli. Il n’était pas peu fier d’avoir ramené plusieurs des ingrédients exposés là, qui avaient été ensuite travaillés par d’autres Phénix plus doués pour la cuisine que lui. Il s’était un peu avachi dans son siège en mettant ses pieds sur une autre chaise vide en face de lui, et s’était allumé ce qui ressemblait à une petite branche d’aubépine, mais son contenu était plus complexe que ça. L’abondante fumée qu’il exhalait par le nez et la bouche avait une douce odeur sucrée de pomme, de cannelle et de vanille.

Des voix provenaient de la bâtisse, il ne comprenait pas les paroles, mais le ton était familier, la cérémonie était en cours. Un mariage, en pleine guerre, bah, pourquoi pas. C’était important de garder le moral des troupes le plus haut possible, surtout avec l’hiver qui tombait sur Vivecime et rendait la vie plus compliquée pour le commun des mortels. Tous les Phénix du coin seraient sans doute présents pour l’occasion, qu’ils soient déjà arrivés ou qu’ils débarquent plus tard, au gré de leur emploi du temps. Ca voulait dire qu’il y aurait une paire de visage connus, et certains que Clyde n’aurait préféré ne pas revoir. Il n’avait pas que des amis chez les Phénix, mais il secoua la tête, chassant ces pensées, pas question que cela lui gâche la soirée, ou le mariage de Sam, donc pas de bagarre. Le blondinet était un chic type, malgré la malédiction qui lui était tombée dessus, Clyde aurait presque pu avouer qu’il l’appréciait, fait rare, même si il lui menait la vie dure.

Des applaudissements et un brouhaha de voix sortirent soudain du bâtiment de bois. Ah, la cérémonie devait toucher à sa fin. Tant mieux parceque Clyde commençait, lui, à toucher à sa faim. Les premiers sorciers sortirent, suivis de tout un flot de Phénix comme vomis par la bâtisse. Tout le monde était content, tout le monde souriait. Certaines, voire certains, pleuraient. Ahlala les p’tites natures… Tout ce monde se répartit vite sur la place principale de Vivecime en groupes plus ou moins grands. Ca s’embrassait, ça se donnait de grandes tapes dans le dos. De la musique se mit à retentir, crachée par des sonorus. Cela marquait pour Clyde le début des réjouissances, et il leva son grand corps de sa chaise, s’étirant de toute sa hauteur. Quelquechose craqua quelquepart dans son corps, mais il n’y accorda pas d’importance, de toute façon à son âge ça craquait toujours quelquepart.

Beaucoup d’invités avaient jeté leur dévolu sur le champagne, met rare festif difficile à trouver en contrebande, mais Clyde choisit plutôt de se tourner vers de la bière d’Irlande, sombre et tourbée à la mousse épaisse. Il en remplit une choppe, vola des amuses gueule de sa main libre, autant qu’elle pouvait en contenir, et retourna sur sa chaise avant d’étaler son butin devant lui. Il comptait un peu attendre que les effusions se calment avant d’aller féliciter le marié, sa femme, et même la Callaghan. Les coudes sur le table en face de lui, il essuya la mousse qui blanchissait sa moustache avant de poser son menton dans sa main. Observer l’animation avant de tenter peut être de s’y incruster lui allait bien, pour le moment.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
Adara Dragenvann
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t358-adara-dragenvann http://filetdudiable.forumactif.org/t122-adara-dragenvann http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 1749
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Lili-One

Double compte : Stanley SS Summers, Dagobert Sabordage, Henry Avery

Age : 40 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Doublement
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Azkaban
Dialogue : darkturquoise
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël WavySarcasticGuernseycow-small
Porte le mot "traitre" sur l'avant-bras droit, cadeau de Mervyn Kark, entouré de deux Phénix tatoués.
A tué Elena Kark durant l'Attaque de la Tour des Medias.
1 fille, Eclipse, 13 ans, morte à Vivecime en janvier 2048, en même temps que son compagnon, Adem Wolf, Moldu.
1 fille, Maitilde, née le 23 févier 2048. Vit en Suède, élevée par de la famille éloignée, bien à l'abri.

ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Mar 18 Déc - 21:58
Elle était venue. C’était le 24 décembre, elle finirait la soirée avec Eclipse. Mais sa fille avait été invitée à un spectacle qui finirait vers 22h. Eclipse avait supplié : elle devait retrouver des camarades de classe qu’elle n’avait pas vus depuis que Poudlard avait fermé ses portes, et Adara avait dit oui. Elles se retrouveraient plus tard. Du coup, la botaniste en avait profiter pour assister au mariage de Lizzie et Sam.

Enceinte de ses six mois, elle avait été bien heureuse que la cérémonie ne s’éternisât pas. D’abord parce que rester debout était une torture. Et dire qu’elle en avait encore pour trois mois… Et ensuite parce qu’elle avait faim. Elle avait l’impression d’avoir toujours faim. Elle ne se souvenait pas avoir eu autant faim pour Eclipse, mais en même temps, c’était il y a 13 ans. Et puis Eclipse était une sorcière. Ce bébé était un Sang-Mêlé, c’était peut être normal ? Elle avait questionné Victoria, Adem, tout le monde. Elle avait deux mille avis différents et rien susceptible de lui donner des certitudes, encore moins de la rassurer.
Le seul point positif était que le travail réalisé avec Victoria portait ses fruits : Adara commençait à retrouver des nuits normales. Ses fantômes s’éloignaient peu à peu. C’était encore fragile, mais l’équilibre revenait, progressivement.

Ainsi donc, bien heureuse de pouvoir rejoindre le buffet, elle avait été parmi les premières à sortir du bâtiment et à rejoindre le buffet. S’emparant d’une assiette, elle chargea comme elle pouvait et partit en quête d’autre chose : un endroit où s’assoir pour soulager ses jambes.
Elle avisa une table où se tenait déjà un visage familier. Toujours plus sympa que de se poser dans un coin toute seule. Etre seule, ce n’était pas forcément le mieux.

« Je me permets… » Lacha-t-elle en posant son assiette en face de Clyde. Elle manoeuvra pour se laisser tomber sur la chaise, et enfourna le premier petit four, en mâchant tout juste. « Je sais pas ce qu’il y a dedans, mais j’espère que c’est assez cuit… »
Elle lorgna du côté de la chope de Clyde, mais il n’était pas question d’y toucher.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -
Personne ne meurt pour rien.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
Sam Callaghan
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t452-sam-jones http://filetdudiable.forumactif.org/t418-sam-jones http://filetdudiable.forumactif.org/t451-sam-jones
Messages : 338
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Charlie Hunnam
Crédits : hedgekey

Double compte : Salomé Yaxley • Maddox Macnair

Age : Trente-cinq ans ans.
Sang : Né-moldu.
Statut : Marié à Lizzie O'Meara.
Métier : Terroriste convaincu ; soigneur de dragons
Baguette : 37.6 centimètres, chêne blanc et ventricule de coeur de dragon.
Epouvantard : Jésus.
Dialogue : darkorange
all hell breaks loose
Américain bruyant et chaleureux • Peu engageant envers les moldus, il ne les sous-estime pas de par leur absence de magie • Marqué de cicatrices un peu partout, blanches ou d'argent, dont une qui lui zèbre la gueule du sourcil droit au coin gauche de la bouche • Lycanthrope depuis le 24 décembre 2046, il a apprivoisé cette nature monstrueuse tant bien que mal • Formé aux soins aux créatures magiques, plus particulièrement aux dragons, par un éleveur canadien
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Dim 23 Déc - 5:16
20 heures

« Et si elle disait non ? Depuis le temps, elle te l’aurait déjà dit », répond calmement son vieux, chassant les insécurités et doutes de son fils adoptif, comme il le fait depuis le début des préparatifs du mariage. Le lycanthrope ne tient pas en place, debout aux côtés de Jane, passant d’un pied à l’autre, inconfortable, sa main venant ébouriffer ses cheveux (inutilement coiffés, précédemment, maintenant hérissés en pétard sur son crâne), rajuster sa chemise, les fleurs blanches agrafées à son col, vérifier que tout est parfait pour ce moment.
Le Moment.

Il n’a pas réfléchi, lors de sa demande en mariage. Il y a été à l’instinct, au sentiment, et il ne regrette pas. Pas même un peu, pas même une seconde, de cette demande en mariage sincère, qu’il lui semblait mijoter depuis qu’il a posé les yeux pour la première fois sur la O’Meara. Seulement… et si Lizzie, elle, regrettait, maintenant ? Si elle préférait un autre que lui, ou juste, personne, à lui ? Si elle ne voulait pas d’un loup-garou Américain comme compagnon ? Des pensées parasites que Paul a chassé, une à une, et encore une fois de plus, alors que le vieux tourne-disque entame les premières notes d’une musique qu’il ne connaît pas, et que dans l’allée s’avance Elizabeth Eireann O’Meara-Callaghan. Quelques secondes il la regarde, bouche bée, comme s’il ne l’avait jamais vue auparavant. Comme si elle était la plus belle personne qui ait jamais foulé la planète, également, dans cette simple robe bleue, avec ce chignon qui dégage son visage volontaire, où un sourire nerveux, quasi timide, en adoucit les traits encore un peu anguleux, des mois après sa libération. Sam entend Paul pouffer un peu à ses côtés et il referme sa bouche, sèche, et cligne des yeux, étrangement mouillés ceux-là, sans que la vision de Lizzie s’efface, entourée d’Obbie et de Nero.

Arrivée devant lui, il attrape ses deux mains et les serre entre les siennes. « Si belle », mime-t-il avec ses lèvres, dans un souffle silencieux, incapable d’en dire plus. Il a préparé un petit discours, mais Sam sait désormais qu’il lui sera impossible de dire autre chose que oui je le veux, lorsque le temps viendra, tellement l’émotion s’est emparée de lui. Les mots de Jane sont simples et appropriés, et lorsqu’elle s’adresse à lui, il sent ses yeux d’humidifier encore un peu plus, malgré lui : « Sam, te confier ce que j'avais de plus précieux il y a près de deux ans a été l'une des meilleures décisions que j'aie jamais prise. Toi aussi, tu es précieux. Acceptes-tu de prendre Elizabeth Eireann O'Meara-Callaghan pour épouse... Jusqu'à ce qu'une explosion intempestive vous sépare ? ... Jusque ça ou autre chose, effectivement. » Son rire est étranglé, à la pique d’Obbie, et il est surpris de s’entendre parler, avec suffisamment de clarté pour que sa voix grave soit entendue : « Oui, je le veux. Je te veux, Lizzie. » L’alliance, simple, est glissée au doigt de la sorcière, annulaire qu’elle habille comme si elle y avait toujours été. « Oui, oui ! Moi aussi, je veux ! Jusqu'à la prochaine explosion et toutes les suivantes, Sam Callaghan ! » Il éclate de rire et serre avec force la brune dans ses bras, l’embrassant à pleine bouche alors qu’elle glisse la seconde alliance à son doigt. Mari et femme, pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce qu’une explosion intempestive les sépare… et encore : il en faut plus, pour éloigner Lizzie O’Meara et Sam Jones. Sam Callaghan.

20h30

Se rendre sur la place principale est long, pour les deux tourtereaux, qui sont félicités par de nouveaux convives à chaque pas qu’ils font en direction du buffet. Et l’exubérant Américain en est bien heureux, d’ailleurs ! Chaque voeu de bonheur est une occasion de se mettre des claques dans le dos, des bises sur les joues, de rires, de se taquiner. Son bras est jalousement entouré autour des épaules de Lizzie, sa femme, son épouse, comme pour signifier à tous qu’elle est sienne. Comme s’ils ne venaient pas d’assister à leurs noces, bien justement !

À sa belle, il fait d’ailleurs une réflexion à voix haute : « Ça va faire bizarre, qu’on m’appelle Sam tout l’temps. » Avec son ancien nom, il jette le surnom qui est le sien depuis toute sa vie de fugitif, comme un serpent laissant derrière lui une ancienne peau. Il n’en est pas déplû, d’ailleurs, car Jones n’a jamais été un nom heureux, là où Callaghan résonne de rires et d’amour. Il suffit de voir le regard énamouré qu’il jette à sa nouvelle épouse, avec laquelle il a très hâte de consommer ce mariage. Ils sauront bien se retenir, les deux mariés, le temps de la cérémonie, mais plus les verres s’enchaîneront… moins Sam aura le contrôle de lui-même, il a l’impression. Surtout de ses mains, qui n’ont pas besoin d’alcool pour être baladeuses. « Si on n’me laisse pas arriver au buffet bientôt, c’est toi, que j’vais manger toute crûe. » Et ses commentaires volontairement tendancieux n’ont certainement pas besoin d’alcool non plus.
Invité
Invité
Anonymous
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Lun 31 Déc - 11:22
Entourée de son père et de Killa, Kiara essuyait sans discrétion les larmes qui roulaient le long de ses joues. Elle avait insisté un moment auprès d’eux pour qu’ils viennent ici, à Vivecime. La Péruvienne n’avait pas réussi à choisir entre le traditionnel réveillon familial auprès des siens et le mariage de sa cousine. Elle aurait pu faire les deux grâce au décalage horaire et un bon portoloin qu’elle aurait pu commander officiellement cette fois au Ministère mais elle avait eu envie d’être avec tout le monde en même temps. Est-ce qu’on pouvait considérer ça comme un caprice ? Elle était persuadée que non.
Voir Lizzie heureuse, sombrer dans un acte d’amour après tout ce qu’elle avait traversé la remplissait de joie. Elle était heureuse pour elle, comblée aussi. Enfin, pour ce soir en tout cas.

***


« Prends un verre Cariña. » Kiara attrapa la coupette qui vibra instantanément dans ses mains, visiblement ravie d’être vidée sous peu. « Si je finis saoule et que je dis que c’est de ta faute, personne ne me croira. - Je soutiendrai ta version. » Killa lança un clin d’œil à Kiara qui sourit. Sa tante avait toujours été sa plus fidèle alliée. Un jour elle lui rendrait la pareille. En ouvrant les yeux de son père, peut-être. Killa était amoureuse d’Urcos depuis toujours et lui ne voyait rien. Ou il le savait mais ne voulait rien faire. Pourtant, ensemble, ils étaient beaux, unis, complémentaires. La mère de Kiara ne représentait que peu d’années dans la vie d’Urcos finalement et Killa avait toujours été comme une mère pour elle par la suite. C’était naturel entre eux, différent de l’amour qu’Urcos avait vécu avec Eireann mais il méritait d’être heureux. Et Killa aussi, surtout elle, qui avait tout donné pour les Birú, oubliant même sa propre vie par moment. Elle se pencha vers Killa. « J’crois que j’ai vu du gui là-bas. J’dis ça, j’dis rien. » Sa tante ne rougit même pas. Elle se contenta de sourire. « Viens avec moi, elle a envie d’aller voir ses cousins, ça se voit. » Urcos se laissa entraîner en direction du gui sans même se rendre compte de l’entourloupe.

Kiara vida la coupette qui s’arrêta de frétiller une fois à sec, visiblement satisfaite d’avoir enfin été vidée. Sauf qu’elle la remplit à nouveau et sentit à nouveau le verre chatouiller sa main. « Doucement, tu te calmes, je vais prendre mon temps maintenant. » Elle cherchait Lizzie et Sam des yeux, ou Nero, ou ses tantes, ou même la un-peu-trop-décriée-à-on-goût copine de Nero. Il y avait du monde, tous les fugitifs et proches des fugitifs étaient là ou presque. Faire la fête, célébrer la vie et surtout l’amour était un beau moyen de célébrer Noël et tout le monde en avait besoin en ce moment.

À la place, c’est Lyne qu’elle trouva ou plutôt qui la trouva et qui lui offrit une chope. La coupette dans sa main droite redoubla ses frétillements pour s’assurer d’être bue en premier. « Fichtre Lyne ! T’es sublime ! Je savais bien que viendrait le jour où je te verrai en robe. Et avec tes chaussures, c’est juste parfait ! » Et elle ne se moquait même pas. Parce qu’en fait, c’était bien tout Lyne : ça lui allait à merveille. La coupette fut instantanément vidée puis déposée sur une table pour qu’elle puisse entièrement se consacrer à la pinte. « Slainte ! » Le souvenir des vacances hors du temps passées avec Lyne lui mit du baume au cœur. Elle avait deux belles et grandes familles aujourd’hui et elle ne regrettait rien.
Ou presque.
Invité
Invité
Anonymous
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté Ven 25 Jan - 19:29
Les invités qui étaient sortis de la bâtisse s’étaient tous répartis naturellement en groupes plus ou moins grands. Parfois deux ou trois personnes, parfois dix ou plus. Clyde aimait bien observer ce petit manège, définissant les affinités de chacun, sans vouloir s’en mêler, par Merlin, non merci. Il n’avait pas encore assez de bière dans le sang (ou de sang dans la bière) pour ça. Exhalant de la fumée comme un dragon, il avalait de temps en temps un des petits fours qu’il avait récupérés, mais son stock serait rapidement vide, il n’avait même pas pris la peine de prendre une assiette. Celle qui se dirigeait désormais vers lui avait été plus intelligente sur le coup, et plus civilisée sans doute, puisqu’elle n’avait pas oubliée la vaisselle, et son plat débordait de nourriture. C’était ça qu’il aurait dû faire, pour sûr.

Dodelinant en suivant son ventre, Adara vint s’asseoir à côté de Clyde, un peu étonné d’avoir si vite de la compagnie, mais pas fâché. La sorcière ne faisait pas partie des gens qu’il considérait comme barbants, et il y en avait pas mal, puisque ça concernait quand même la majorité de la population vivante ou morte d’Angleterre, alors c’était un compliment appréciable. A son arrivée, il l’accueillit avec un simple hochement de tête, mais éteignit également, sans qu’elle le demande, la brindille qu’il fumait jusque-là, l’écrasant au sol avec son talon. Les femmes enceintes et les odeurs, tout ça… Même si honnêtement, ça sentait bon, cette chose-là.

« Je sais pas ce qu’il y a dedans, mais j’espère que c’est assez cuit… »

Clyde était en train d’expirer sa dernière bouffée de fumée, qu’il avait gardée le plus longtemps possible dans ses poumons, quand elle posa cette question, à moitié rhétorique, à moitié non. Adara engageait la conversation, c’était tout à son honneur, et l’Ecossais lui répondit, après un bref temps mort.

« Normalement ça devrait aller. Si c’est du gibier, de toute façon ça se mange bien cuit, je fais confiance aux cuistos. Et le reste… Le reste a été bien lavé je pense. Ils sont un peu maniaques ces gens-là. »

Ca n’était pas du tout une critique contre les cuisiniers du moment, qui avaient eu le mérite de chercher à contenter un peu tout le monde avec de la diversité et de l’originalité. Ca changeait du quotidien de Vivecime. Il prit une gorgée de sa bière, en analysant du regard l’assiette de la sorcière… Piquer dedans était tentant, mais on allait pas l’accuser de voler son repas à un nourrisson même pas né, quand même.

« Oh et puis, hein… »

Redéposant sèchement sa bière sur la table, il se leva pour se diriger à nouveau vers le buffet. Cette fois çi, il prit une assiette, suivant l’exemple d’Adara, et la remplit d’un peu de tout ce qui était présent, histoire de varier les plaisirs. Il remplit même un verre d’un jus de fruit qu’il ne prit pas le temps d’analyser, mais il n’y avait pas d’alcool, puisqu’une petite étiquette précisait devant la carafe « pour les enfants ». De retour à sa place, il sourit à son inspiration du moment, déposant le verre devant elle, le genre de sourire un peu grinçant car cette expression n’allait pas tellement à son visage, avant d’attaquer les hostilités.

« Ca te fait combien, maintenant ? » dit il au bout du premier petit four, désignant le ventre de sa voisine de table d’un mouvement sans gêne du menton. « Ca s’passe bien ? Pas trop de complications ? Pas trop la gerbe le matin ? Et le manque d’alcool, c’est comment ? »

Clyde et sa femme n’étaient jamais allés jusqu’à ce stade, même si leur vie commune avait été longue et riche en rebondissements. Il n’avait donc jamais eu l’honneur de devoir lui tenir les cheveux au-dessus de la cuvette au petit matin (enfin si, mais pour des raisons plus avinées). Diane avait toujours dit qu’elle ne pouvait songer à mettre un enfant au monde tant qu’il ne serait pas débarrassé de tous ses fléaux, et au final, ça n’avait jamais été le cas. Pas spécialement paternel sur les bords, ça n’avait jamais contrarié le sorcier, les couches, les biberons, tout ça, ça n’était pas fait pour lui. Autant laisser à ceux qui en avaient la fibre le soin d’assurer la continuité de l’espèce.

Non loin de la source musicale, quelques Phénix parmi les plus jeunes s’amusaient déjà à se trémousser, évacuant leur trop plein d’énergie et de liesse. Cela attira l’attention de Clyde quelques secondes, avant qu’il tourne à nouveau le regard vers Adara.

Contenu sponsorisé
ϟ Until the « boom » do them apart ϟ  Ordre du Phénix ϟ  Le Mariage de Noël Empty
Re: ϟ Until the « boom » do them apart ϟ Ordre du Phénix ϟ Le Mariage de Noël
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs :: Vivecime