AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Au sergent recruteur ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Au sergent recruteur
ce message a été posté Lun 3 Oct - 18:54
Yaeshawn était déjà à la bourre. Il avait beau eu tenter de se dépêcher en quittant son petit bureau de Botanica Magazine, il avait tout de même réussi à être en retard. Et pour ne rien arranger, il avait voulu flâner. Non qu'il n'aimait utiliser la poudre de cheminette, mais s'il pouvait en profiter pour traîner dans la ville, il le faisait volontiers. L'habitude, peut-être, de passer son temps à fureter pour prendre les plantes en photos ? Pas vraiment. Il avait passé la matinée à tenter de récupérer un certain nombre de ses vieux clichés mal entreposés au local souterrain du journal. Il avait donc passé la matinée à tenter de retrouver des morceaux entiers de photographies splendides d'alihotsy. Les efforts qu'il avait mis l'année précédente pour faire ressortir au mieux les petits poils urticants violets de ses feuilles avaient été rongés par des sorts de protection mal faits et une fâcheuse tendance de certains esprits frappeurs à jouer avec ce qui semblait coloré.
Inutile de dire que Yaeshawn avait patiemment pris sur lui tout en se fatiguant les yeux, et avait fini par faire voler les feuillets récupérables sur sa table de développement. Il avait tout juste eu le temps de reprendre une tige brisée montrant la sève gouttant lentement qu'il avait remarqué l'heure tournante et avait filé.
Il aurait pu transplaner, mais ne se souvenais jamais exactement de l'endroit où il devait arriver. Et s'il fallait rentrer dans un mur parce que sa mémoire défaillait, il préférait s'en passer. Alors il s'était mis à marcher, faisant plus confiance à sa mémoire visuelle et musculaire qu'à son sens de l'observation. Il avait donc trottiné au milieu de la foule dense qui sortait à cette heure, certainement pour aller prendre son déjeuner, tentant d'éviter cette masse grouillante de basiques qui, comme lui, s'évertuaient à faire leur travail le mieux possible pour cirer un nombre de chaussures incommensurables.
Il rageait sous ses lèvres en léger sourire pincé. La vue de cette masse humaine lui aurait donné la nausée, peut-être parce qu'il s'y voyait et que cela déclenchait une colère sourde. Peut-être parce qu'il y avait autre chose qu'il n'arrivait pas à saisir, un sentiment fugace d’incompréhension injuste. Il aurait aimé pouvoir faire tomber les murs en remuant sa baguette en l'air mais...

Il s'arrêta brutalement. Le bulbolux Bleu se trouvait juste devant lui. Comme quoi, en s'oubliant un peu, les pieds humains savaient faire mieux que leur extrémité antipodale. Il fit craquer son cou en penchant sa tête de chaque côté et posa la main, par réflexe, sur son appareil photo qui lui pendait au coup, encore dans son étui épais. Il s'avança et poussa la porte, luttant un peu, pour finalement la faire pivoter et entrer dans la boutique. Un air plus chaud et plus humide l'accueillit, des odeurs variées de plantes, de terre et d'aromatiques bien habituels vinrent lui caresser les narines. Yae laissa la porte se fermer derrière lui et s'avança vers le comptoir, au fond du magasin. Adara lui avait dit de venir pour voir une nouvelle plante, alors il avait accouru. S'il y avait bien une personne dans Avalon qui avait les dernières nouveautés, c'était Adara. Même avant d'en discuter chez les Férus du Bulbe, elle avait la perle rare, ce petit bulbe sec en provenance d'Océanie qui avait passé les cinq derniers siècles à mille lieues sous les mers et qui refleurirait chez elle.
Tout.
Sa curiosité commençait à le démanger et à remplacer le sentiment d'inexpugnable haine qu'il avait ressenti auparavant. Ses pas l'approchèrent un peu plus du comptoir alors qu'il se faufilait entre les rangées de plantes en exposition. C'était une certitude, elle l'avait certainement en arrière-boutique. Il s'arrêta, et jugea prudent de s'annoncer. Après tout, si elle avait dit midi trente, il était quinze minute en retard.

"Adara ? lâcha-t-il un poil trop bruquement. C'est Yae."
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Dim 23 Oct - 11:21
Adara était passablement nerveuse. D’abord à cause de la plante posée sur la table devant elle, et qu’elle scrutait avec attention. Le bulbe à l’origine de cette profusion verte et orange avait été mis en terre quatre ans plus tôt. C’était une des dernières trouvailles de Darran, qui l’avait acquise à prix d’or aux Samoa et qui avait nécessité une attention soutenue toute ces années. D’après ses calculs et son expérience, le bourgeon devrait éclore incessamment. En fait, elle espérait avoir tellement bien calculé que l’éclosion aurait lieu pendant le passage de Yaeshawn, et qu’il pourrait prendre des photos uniques dès aujourd’hui. Mais la plante était un peu sortie des livres de botanique, difficile de prévoir… Faire repartir le bulbe avait déjà été une petite victoire en soi, cette fleur était le couronnement de tout son travail. Elle ne regrettait que l’absence de Darran qui ne manquait jamais les grands moments de ses trouvailles de par le monde. S’il y avait une chose sur laquelle leur complicité ne s’était jamais démentie, c’était bien la botanique.

L’autre sujet de nervosité pour Adara était la venue de Yaeshawn, justement. Elle appréciait beaucoup le jeune homme qui ne manquait jamais de mettre ses productions en avant dans Botanica Magazine. Elle le rencontrait aussi au club des Férus du Bulbe où ils échangeaient régulièrement. Et puis les avis et idées de Yaeshawn étaient nettement plus académiques que ceux d’Agapanthe, donc beaucoup moins sujets à friction. Alors pourquoi s’inquiéter de cette visite si elle l’appréciait ainsi ? Parce qu’il venait de rejoindre l’Ordre du Phénix par un biais qu’elle n’avait pas saisi - elle n’avait pas cherché à connaitre, en même temps. Echanger à propos de l’Ordre, à la boutique, qui était un lieu public, après tout, ca la rendait nerveuse. L’Ordre la rendait nerveuse tout court. Elle n’était pas encore très à l’aise avec sa renaissance et le fait qu’elle en fasse partie, tant son adhésion relevait de l’impulsion plutôt qu’une décision réfléchie. Mais elle n’était pas du genre à revenir sur ses décisions, et voir chaque jour ce que le gouvernement de Kark avait fait de son père renforçait sa conviction d’avoir fait le bon choix. Cela dit, il lui faudrait encore du temps pour se faire à l’idée...

Elle jeta un coup d’oeil à son horloge. Yaeshawn était en retard. Il fallait qu’elle fasse quelque chose, sinon elle allait devenir folle. Fergus et son autre Moldu étaient au travail à l’autre bout de la pépinière à désherber - pensait-elle. Aucun danger de ce côté là - et puis bon, qui écouterait un Moldu ? Elle chercha quelque chose à faire, et puis son regard tomba sur des plants de sauge à rempoter. Ni une, ni deux, elle s’empara d’un premier pot et d’un sac de billes d’argile, et entreprit de préparer le terrain, quand Yaeshawn l’appela, la faisant sursauter violemment alors qu’elle tenait le sac de billes en main. Des billes volèrent en tout sens et se répandirent au sol dans un bruit d’averse.
Les yeux grands ouverts, elle se tourna vers son visiteur :
« Yaeshawn ! Tu m’as fait peur ! » Hello miss obvious...
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Mar 15 Nov - 19:36
Yaeshawn eut à peine le temps de prononcer ses trois paroles qu'un léger fracas se fit entendre du fond de la boutique. Il vit une forme humaine se retourner, soutenue par une voix familière s'exclamant, le plus naturellement du monde :

« Yaeshawn ! Tu m’as fait peur ! »

Oui, notons, chères lectrices, chers lecteurs, que la précaution que notre jeune homme avait tenté de prendre s'était avérée superflue. Yaeshawn s'avança, le coeur trépidant, encore légèrement à bout de souffle en raison de sa marche forcée pour arriver, à moitié, aussi, en raison de l'excitation qui l'habitait. Il allait voir un truc du tonnerre de Merlin !
Il s'approcha d'Adara, levant la main en signe de salut amical, lorsqu'il sentit des petits durillons crisser sous ses pieds. Il leva son pied pour inspecter sous sa semelle, et son regard se posa sur une foultitude de petites billes d'argiles répandues autour de lui. Le sac dont elles provenaient s'éparpillait toujours sur le sol, à moindre puissance.

"Oh, bugger..." maugréa-t-il en une grimace mi-amusée, mi gênée. Il sortit rapidement sa baguette et la remua, murmurant un léger "Tergeo" du bout des lèvres. Si la magie considérait, comme lui, que les billes étaient de la saleté, elle ferait son office sans trop discuter. Et la magie s'exécuta, comme par... passons.

"Désolé, reprit-il encore souffletant, rangeant sa baguette dans la poche intérieure de sa veste. "Je me suis perdu en chemin... Enfin, je suis pas parti super vite non plus," finit-il en une moue enfantine, témoignant de sa gène, alors qu'il se passa la main dans les cheveux, faisant rebondir ses fils blonds sur son crâne.

Il sourit à Adara. Regarda le pot remplit de billes d'argiles, dont les soeurs remontaient rapidement dans le sac. Il regarda de nouveau Adara. Dansa sur un pied. Sur l'autre. Regarda le pot avec insistance. Montrant un sourire excité à la vendeuse en la fixant droit dans les yeux. Regarda de nouveau le pot. Se frotta les mains. Se dandina. Se passa les mains sur le visage, s'ébouriffant un peu plus. Regarda Adara en dodelinant de la tête.

"Alors... C'est où ?" finit-il par dire, au comble de l'impatience, un sourire large lui barrant horizontalement le visage.

Il attrapa de nouveau sa baguette - quelle idée de la ranger, encore ! - et ouvrit l'étui de son appareil photo. Le petit parallélépipède noir s'ouvrit par tapotement de la baguette en un cliquetis presque muet, avant de laisser sortir un de ces modèles de compétition, bardé de lentilles, avec deux paraboles pour flash et trois objectifs, l'un pour les couleur, l'un pour les mouvements et le dernier pour la sensation. Il se pencha un peu vers le pot, en montrant l'appareil d'un mouvement de tête.

"C'est pas le mien, hein," lâcha-t-il, un peu ballot. "C'est celui du magazine. T'as vu, ils ont même réduit la taille des lutins pour les enfiler derrière ce petit trou, là, et donc ils peuvent prendre la photo..."

Il s'arrêta, s'apercevant qu'il n'avait cessé de piailler comme un poussin sorti de l'oeuf, ne laissant pas une seconde à Adara. Il se mordit la lèvre, se redressant un peu, laissant l'appareil voleter au dessus de son épaule droite. Les mains croisées, il se reprit.

"Pardon, heu... Ca va ?" lâcha-t-il un peu platement.

Il avait beau tenter de jouer les politesses, il dissimulait mal son impatience. Le fait même que la vendeuse ait été en train de préparer un pot lui indiquait qu'elle était sur le point d'empoter une plante. Pas n'importe quelle plante. LA plante. Sautillant presque sur ses jambes, Yaeshawn garda une mine polie. Il était content de revoir celle qui, de star des plantes à Avalon et personnalité inévitable de son travail, se commuait peu à peu en amie aimable et sympathique. Ils n'étaient pas assez intimes pour savoir les secrets l'un de l'autre, mais un lien se tissait.
Il s'excusa donc lui-même cette brusquerie dont il témoignait en cet instant même.

"Et heu... Pardon pour le retard, hein. Me suis perdu..." répéta-t-il gauchement, claudiquant encore sur place.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Sam 19 Nov - 9:58
La main sur le palpitant qui faisait son possible pour mériter son nom, elle grimaça un sourire à Yaeshawn qui s’excusa. Essentiellement de son retard, mais le fait qu’il prenne sur lui de débarrasser le sol des billes d’argiles valait réparation. Lorsque la dernière bille eut rejoint le sac, Adara remit celui-ci où elle l’avait pris en feignant d’ignorer la fébrilité de Yaeshawn. Tout en ricanant intérieurement.

Elle connaissait l’enthousiasme du jeune photographe quand il s’agissait de plantes inconnues et si cela pouvait être déroutant de prime abord, elle avait fini par s’y faire, le trouvant même amusant, avec un côté attachant - un peu façon jeune chiot, il fallait l’avouer. Mais Yaeshawn n’en était pas moins un camarade sympathique avec qui il faisait bon échanger, que ce soit lors de reportages à la pépinière ou lors des réunions des Férus du Bulbe.

Le jeune homme commença à déballer son appareil. Un bel objet, d’ailleurs, pour autant qu’Adara puisse en juger. Mais pas celui qu’elle connaissait à Yaeshawn. Elle allait le faire remarquer, mais le jeune homme babillait sans discontinuer. Elle plaqua donc un sourire indulgent sur son visage, appuyée contre l’établi, et le laissa poursuivre jusqu’à ce qu’il réalise qu’elle n’avait effectivement pas pu en placer une depuis son arrivée. Et s’excuse une nouvelle fois.

Retenant un petit rire gentiment moqueur, elle leva la main pour lui signifier que toute excuse était inutile.

« L’essentiel est que tu sois là. » Et, le faisant mariner encore un peu, elle répondit à la question la plus insignifiante qu’il avait posée : « Je vais bien. L’activité s’est un peu ralentie après la frénésie de la rentrée - tu sais ce que c’est. On se demande aussi comment certaines plantations vont survivre à cette arrière saison complètement folle… Et toi ? » Elle laissa flotter un temps, savourant l’impatience qu’elle sentait frire en lui.

« Tu es prêt ? » Et avec un haussement de sourcils mystérieux, elle le guida jusque devant l’afi fugalaau, resplendissant dans ses parures marbrées vert et orange. Et puis, au milieu de cette profusion de feuilles, le bourgeon violacée gardait jalousement sa fleur semblait prêt à exploser d’un moment à l’autre. De bon augure pour qui souhaitait ne pas manquer ce moment rare - et était aussi à même d’en apprécier la primeur. Pas peu fière, elle se tourna vers Yaeshawn avec un sourire d’intense satisfaction.
« Tu as peut être une question ou deux ? » Elle ponctua sa question par une grimace qui laissait entendre que peut être, l’événement n’était pas à même de susciter le moindre intérêt. Ironie, quand tu nous tiens...
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Mar 29 Nov - 17:41
Il n'en était guère aperçu, mais Yaeshawn avait passé ses quelques premiers instants à trépigner d'impatience comme un chien attendant férocement sa pâtée, sans laisser le temps à son amie de placer une seule parole tant il l'avait couverte de ses hésitations surexcitées.
Il se pinça les lèvres en une expression un peu enfantine lorsqu'elle lui fit comprendre qu'il n'y avait pas de problème quant à son léger retard. Ce n'était après tout pas vraiment se faute, tous ces cul-terreux de sangs-purs s'étaient sentis obligés de sortir en même temps pour pavaner à l'air libre, alors qu'il auraient parfaitement pu rester cloîtrés dans leurs palais dorés aux murs tapissés de peaux de sorciers basiques.
Et... Il écouta patiemment son rapport sur l'état de son commerce - au moins ça se passait bien, ce qui semblait être une évidence. Avec un gouvernement aussi bêtement passéiste, songea-t-il, les gens aimaient à retrouver les méthodes que leur mémé sorcière leur faisait lorsqu'ils étaient petits. Alors une petite bouture de genièvre ici, un bain de pieds à la mandragore là, sans compter la soupe aux pommes d'or, il y avait de quoi faire. Ce qui les arrangeait bien tous les deux, elle pour son commerce, lui pour couvrir les passions de tout un chacun. Et son intérêt botanique, à lui, était différent. Il aimait les plantes pour ce qu'elles représentaient, évidemment, une espèce vivante à part entière qui se foutait éperdument de savoir si la sève de la voisine était plus sucrée que la sienne.
Et puis elles avaient leur beauté intrinsèque, il n'y avait qu'à voir le pistil enroulé de certaines fleurs, l'élégance de certaines racines ou même la résistance de certains roseaux du Pays de Galle pour s'apercevoir que, dans un combat entre un saule pleureur et un Kark, ce n'allait pas être les politiciens corrompus qui gagneraient... mais ses pensées s'égaraient déjà, comme en témoignaient ses légers coups d’œil succincts aux alentours, alors qu'il écoutait Adara.

Il acquiesça avec ferveur lorsqu'elle lui demanda s'il était prêt. Il était né prêt, alors la plante, elle, n'avait qu'à bien se tenir. Il fit un mouvement de la main pour signifier àson appareil de le suivre, qui s'exécuta en un léger bourdonnement joyeux. Il remua sa baguette, fit deux petit moulinets devant l'objectif alors qu'il s'arrêtèrent devant la fleur. Yaeshawn ne put s'empêcher de siffler d'admiration. Pas un simple "ouaaah" admiratif, mais un sifflement comme ceux que l'on entendait le soir dans les bars de la ville, lorsque les esprits s'échauffaient. Il fit un mouvement sec du bout des doigts, déclenchant une symphonie de cliquetis et de flashs rosés alors que l'appareil photo se mit à voleter autour de l'afi fugalaau. Les couleurs étaient peut-être pâles, mais ressortaient parfaitement, plus que ce qu'il avait pu voir d'anciennes photographies d'une autre époque.

"Oui, une question," lâcha-t-il en se penchant devant la plante, s'étant mis à bonne distance pour observer sans risquer de brusquer la pousse par une trop violente respiration ou un mouvement brusque. "Comment tu l'as trouvée ?"

Avant même qu'elle ne réponde, il embraya : "En fait, une deuxième, elle était fleurie quand tu l'as eue ?" Et continuant le même jeu : "Et avec quoi tu la nourris ? J'imagine que les granules de fumier d'hippogriffe ne sont pas suffisantes et que tu dois lui apporter autre chose..." Il sortit un crayon et un carnet et nota quelques mots dessus, attendant les réponses de la botaniste.

Sa respiration était fébrile. Il se redressa, et fit glisser l'appareil photo plus près, pour prendre le bulbe violet de la fleur en gros plan. Il jeta un regard curieux à Adara, relevant un sourcil, le regard inquisiteur : "Sérieux, comment tu as pu avoir un truc fleuri ? D'après ce que je sais, ça fleurit qu'avec des longues racines, un afi..." Il fit un pas en arrière et jeta regarda Adara. "Et j'aimerais bien te prendre avec la fleur, en plus..."

Décousu, certes, mais sans perdre le nord - ses priorités éditoriales prenaient le dessus.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Mar 6 Déc - 17:21
Cette plante, c’était un aboutissement. Pas l’aboutissement de sa vie, il ne fallait pas exagérer, mais quand même : les recherches pour en apprendre un maximum sur l’afi fugalaau, les lieux susceptibles d’abriter un bulbe viable, le travail sur place pour le trouver effectivement, toute la mise en place des conditions nécessaires à ce que le le bulbe reparte, revive, et en arrive à ce point : fleurir. C’était aussi un témoin des quatre dernières années. La vie après la mort de sa mère. La disparition de Darran. L’entrée d’Eclipse à Poudlard, Rejoindre les Phénix… A penser à tout ca en regardant cette petite beauté de botanique, sa gorge se serra et ses yeux se mirent à lui piquer dangereusement. Quelque part entre fierté, regrets, deuil, espoir… Un mélange détonnant si on se laissait aller !

Fort heureusement, Yaeshawn s’activait autours d’elle avec l’énergie d’un jeune chiot devant ses premières neiges, ce qui tira à notre Adara un pauvre sourire. Allons, jeune Dragenvann ! Il faut se reprendre ! Elle ravala ses larmes à peine nées et se concentra sur les questions en rafales de son jeune apprenti visiteur. Au moins, lorsqu’on lui donnait la parole, Yaeshawn ne se faisait pas prier.

Quand enfin le silence fut suffisant pour lui permettre de répondre, elle finit par sourire un peu plus franchement pour répondre.
« A dire vrai, je ne l’ai pas « trouvée », c’est mon mari qui s’était chargé du travail de recherche sur place pour trouver un bulbe viable susceptible de redonner une plante, déjà. Une fleur, c’est la cerise sur le gâteau. » Sa voix avait à peine chevroté en disant le mot « mari », sur lequel elle était passé vite pour se concentrer sur la botanique.
« Ce qui répond à ta deuxieme question : elle était tout sauf fleurie quand elle est arrivée ici ! Elle a des goûts simples, figure toi. Dans ses iles natales, le terrain est plutôt pauvre. Le fumier d’hippogriffe est trop acide, en prime. Il faut le bon dosage entre le côté alcalin et un apport en minéraux adaptés. Le travail préparatoire a été sans appel : il leur faut des copeaux de bouleau imprégné de macérat de bandimon. » Simple, évidemment… A la portée du premier binbin venu, évidemment.
« Pour les racines, j’ai du déployer des trésors de persuasion pour obtenir d’un spécialiste un sortilège de pot sans fond. Autant te dire que c’est un avantage inestimable. »

Elle allait continuer, mais c’est alors que Yaeshawn évoqua LE sujet. Faire une photo d’elle avec la plante.
« Oh… C’est obligé ? Je veux dire… La plante parle d’elle même… Je ne suis vraiment pas un sujet d’intérêt. Vraiment. Et puis j’ai une mine affreuse. La lumière est mauvaise. En plus je crois que j’ai un bouton… » Tu la sens la panoplie de l’excuse bidon pour pas se faire prendre en photo ?
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Dim 11 Déc - 20:47
Yaeshawn avait commencé à prendre des notes, marquant rapidement des abréviations personnelles - son propre style dactylo - des propos tenus par Adara. Il aurait pu se prendre une de ces plumes qui furent à la mode sous Rita Skeeter, et qui écrivaient votre article pour vous en flottillant dans les airs. Avec son appareil photographique à lévitation, le jeune Fetherstonhaugh considérait que beaucoup de choses, déjà, étaient en apesanteur lorsqu'il faisait un reportage botanique, il n'allait pas non plus en rajouter. Et de surcroît, toute cette agitation devait faire du mal aux plantes, d'une manière ou d'une autre. Il inscrivit donc quelques mots - ou plutôt symboles et vaguelettes, son écriture ressemblait plus à une mer déchaînée qu'une lettre calligraphie et embellie d'enluminures, et releva un sourcil lorsqu'Adara parla de son mari. Même s'ils n'étaient pas copains comme cochons, il ne cacha pas sa surprise à la mention du mari. Il nota rapidement quelques petits symboles sur le côté droit de son carnet, les yeux relevés sur Adar, le visage fermé, comme souvent lorsqu'il rencontrait une nouveauté surprenante.

"Ton mari ?..." n'eut-il pas le temps de finir qu'elle revint rapidement sur les soins promulgués à la plante.

Il nota quelques mots, visualisant déjà l'article comportant la description de la plante, un central photographique mettant en exergue les couleurs et les rondeurs de l'afi fualaau, un petit texte "Entretien avec une sorcière", la méthode révolutionnaire pour permettre la floraison, les lignes se formaient déjà. Cet article serait facile, il pourrait partir tôt du journal le soir et partir au pub. Bonne nouvelle, déjà.

"Ouais ?" lâcha-t-il en finissant de noter l'essentiel, alors que l'appareil photo revenait près de son épaule, frétillant doucement. "Et du guano de Phénix ? Ca marche pas mal avec les plantes exotiques, non ?" Il fronça les sourcils. "Ah, non je dois confondre, attends..." Il tapota ses lèvres du bout de son crayon, les yeux levés vers le ciel, alors qu'il semblait rechercher quelque chose au fond de son crâne. Il haussa ls épaules en abandonnant la partie.

"Un pot sans fond ? Ca, c'est futé ! Mais ça coûte une couille à Merlin - cher, cher, je veux dire. Tu as autre chose pour un budget plus serré ?"

"Un budget plus serré" - quelle intelligence ! On parlait plante exotique, rare, pour botanistes de collection, et il demandait si on pouvait avoir une réduction sur l'entretien. "Nan, mais on doit rendre le truc attirant, un tantinet... attirer le chaland, tout ça..."

"Parlant de chaland," reprit-il, avec un sourire à faire pâlir le chat de Cheshire, il donna de petite tapes de la main sur la table sur laquelle reposait la plante. "Oui, c'est obligé. On aime mettre nos botanistes en valeurs, surtout les plus douées. Alors tu te mets là et on va faire un shoot. Soit tu regardes la caméra, très pro, un peu actrice ou princesse, ou tu nous la joue à celle qui fait un truc à la plante, coupe, taille, rempotage... tu choisis ! Pour ta face, ça changera pas, hein," ricana-t-il sottement , fier de sa plaisanterie

Il attrapa l'appareil et en retirant un petit cylindre métallique qu'il inséra dans sa poche, dont il en ressortit un autre, doré, brillant, qu'il introduisit dans la caméra. Un vrombissement colérique fit rebondir l'appareil dans les airs.

"Scrout de lutin, va !" gronda-t-il, puis, se retournant vers Adara : "Ouais, ça lui demande plus de travail dans la caméra. Mais tu verrais le rendu, photo plus fluide, plus vivante, et la lumière, tu t'en ficherais même !" Il se rendit compte que parler de sa caméra - deuxième passion obsessionnelle du jeune homme, ne devait pas intéresser Adara outre mesure. "Bref, j'aimerais te proposer en couv' et dois faire une photo qui troue même les miches à hipogriffe. Et si ça passe, tu me paies à boire."

Il se recula un peu, laissant champ libre à la jeune femme.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Ven 6 Jan - 5:11
La réaction surprise de Yaeshawn à la mention de Darran ne lui échappa pas (papapapaaaaa) mais elle esquiva le sujet. La disparition de son époux avait été un coup dur pour les affaires, et si leur couple n’était pas fusionnel, ils n’en étaient pas moins amis et complices. Elle avait perdu celui qui aurait du être le partenaire de sa vie et n’avait pas vraiment eu le temps de refaire son marché de ce côté. En même temps, son nouveau statut de rebelle - bientôt - terroriste ne rendait pas facile de choisir un nouveau compagnon. Et Darran n’était pas officiellement mort…

BREF ! Parlons plantation plutôt, non ?
« Le guano de Phénix est un peu trop difficile à se procurer. En plus, j’avais peur que les résidus de cendres soient trop aléatoires pour obtenir un substrat suffisamment stable pour les besoins de l’afi. Après tout, son territoire d’origine ne connait presque aucune variation climatique, les changements auraient sans doute trop perturbé sa croissance. Voire anéantir les espoirs de floraison… » Elle glissa un regard entendu à Yaeshawn : un botaniste averti comme lui mesurerait sans aucun doute l’échec cuisant qu’aurait pu représenter l’absence de fleur sur une telle plante. C’était une déconvenue insupportable pour quiconque avait un peu d’amour propre ! En botanique tout du moins.

Sur le sujet du pot sans fond, Adara ne pu qu’acquiescer quant au cout astronomique que cela avait représenté.
« En effet. D’ailleurs nous n’avons pas commencé nos investigations avant d’avoir la certitude que ce type de pot était réalisable - et réalisé. Meme si nous l’avions acquis sans trouver de bulbe, nombre de plantes requierent de l’espace pour leurs racines, nous en aurions eu l’usage de toute façon. Peut être moins prestigieux, sans doute, mais utile quand même. Et maintenant que nous savons que cela peut être reproduit, nous allons…. je vais pouvoir m’atteler à l’étape suivante : tenter d’obtenir un nouveau plant ! » Le nous « Darran + Adara » avait toujours tendance à sortir automatiquement. Pourtant force était de constater qu’elle était désormais seule aux commandes. Les deux Moldus à son service ne comptaient pas.
Mais comment remplacer de facon moins onéreuse ce pot ? Elle haussa les sourcils à la recherche d’une bonne solution.

« Ma foi, j’imagine que quelqu’un désireux d’acquerir ce type de plante aura les moyens aussi de s’offrir le pot requis. Sinon, il y a toujours la solution de le planter en pleine terre dans une serre adaptée. Ce serait effectivement moins couteux, mais cela demanderait aussi beaucoup plus de soins et d’attention : la température et l’humidité seraient plus difficiles à maintenir, et même si on amène le bon substrat, il y a fort à parier qu’il sera pratiquement impossible à contrôler. La floraison et même la pousse seraient beaucoup plus aléatoires. »

Et puis Yaeshawn enchaina sur la maudite photo. Si le magazine aimait mettre les botanistes en avant, certains comme Adara préféraient rester dans l’ombre. Ce qui l’intéressait, c’était son travail. Réussir ses plantations, ses floraisons exceptionnelles comme celle-ci. Elle le faisait pour elle, et non pour une quelconque renommée. Mais il semblait que la renommée venait toute seule à qui ne la désirait pas… Elle soupira avant de faire une grimace à Yaeshawn en réponse à sa plaisanterie. « Ha-ha... »
Nouveau soupir et elle se positionna à côté de la plante. Totalement empruntée, elle réfléchissait à ce qu’elle pouvait bien faire quand l’appareil de Yaeshawn fit une embardée. Elle sursauta légèrement, les yeux écarquillés. Aux explications de Yaeshawn elle répondit par une grimace, de cette grimace dont le profane gratifie l’expert en se reposant entièrement sur son expérience.
« Je te crois sur parole… » Avant de réaliser ce qu’il venait de dire. « En couverture ?!!! Yaeshawn ! » gémit-elle comme si cela aurait pu convaincre son jeune camarade de changer d’avis. Sait-on jamais…
« Si ca ne passe pas, je t’offre à dîner... » grommela-t-elle avant de se livrer bon gré mal gré aux simagrées de la pose.

Prenant une grande inspiration, elle commença par réarranger quelques feuilles avant de se tourner légèrement vers l’objectif avec un sourire serein. Elle revint à la plante et s’apprêtait à ramasser un sac de terreau pour faire mine de nourrir la plante quand un frémissement agita les pétales.
Elle retint son souffle, les yeux grand ouverts, mais très vite, le doute ne fut plus permis : la fleur était effectivement en train d’éclore.
« Yeashawn ! Regarde ! » Souffla-t-elle, extatique. Un sourire radieux aux lèvres, elle se tourna vers le journaliste avant de revenir à la plante, les mains sur le coeur. Pendant le temps suspendu que la fleur mit à déployer ses belles couleurs lilas, le regard d’Adara alla de Yaeshawn à la fleur, pour capter le reflet de son expression sur le journaliste. Sans nul doute ils profitaient d’un instant rare.
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Dim 22 Jan - 19:54
Yaeshawn avait écouté la jeune femme avec un intérêt non feint. Il notait chaque détail que lui donnait Adara, s'évertuant à ne rien oublier. Tant qu'il avait l'essentiel, ça passerait. Il remettrait tout au propre en rentrant, remettrait en contexte, citerait la botaniste et lui ferait relire le texte final, afin de la laisser ajouter quelques autres choses. En attendant, les remarques sur le pot sans fond le fascinaient. Peut-être qu'un encart serait intéressant pour parler de cet objet qui s'avouait plus intéressant qu'il n'aurait pu le laisser présager de prime abord. Après tout, il avait lui-même trouvé ridicule cette invention lorsque le premier pot avait été mis sur le marché. Il reconnaissait à présent toute l'étendue de son erreur, et aurait été prêt à payer une tournée générale pour tout le quartier pour s'acquitter de son errements précédent, si ses finances l'avaient permis.
Toutefois, l'heure n'était pas aux beuveries mais à la contemplation ravie de plantes exotiques.

"Mais, dis-moi, y'a pas de botaniste qui puisse tenter de la reprendre en main au ministère ? C'est un peu leur boulot, non ?" demanda-t-il rapidement en relevant son nez, pendant que son appareil virevoltait toujours autour de la pièce.

« Si ca ne passe pas, je t’offre à dîner... »

"Oui, même si ça passe, hein, je suis partant pour une soirée au restau avec une belle femme," lâcha-t-il un peu benoîtement, avant d'écarquiller ses yeux, de laisser béer sa mâchoire pour mieux la refermer et se reprendre : "Enfin t'as compris, hein... C'est sympa de prendre un peu de bon temps de temps en temps en bonne compagnie."

Il s'arrêta. Son regard sauta de son carnet à Adara, alors que ses joues devenaient pivoine. Il laissa l'appareil photo prendre Adara avec la plante, alors qu'il faisait mine de relire ses notes, incapable de parler après ses paroles précédentes, sorties trop vite de sa tête de linotte.

"Enfin, scrout, t'as compris, hein..." lâcha-t-il.

C'est le moment que choisit fort judicieusement Adara pour le tirer de l'embarras dans lequel il s'était lui-même fourré.

« Yeashawn ! Regarde ! » souffla-t-elle si bas qu'il ne comprit pas très bien, initialement, ce qu'il y avait à voir.
Plissant les yeux, il le vit venir progressivement. Un gros bourgeon commençait à remuer, se déchirer lentement, et laisser perler quelques couleurs vivaces encore enfermées dans leur prison végétale. Les plantes magiques avaient ceci d'épatant qu'elles avaient tendance à se moquer éperdument des règles de botanique moldue et à s'ouvrir plus rapidement. Certains botanistes anciens, un peu trop prêt du monde moldu, avaient émis l'hypothèse que ces plantes étaient plus capricieuses et vaines que les plantes non-magiques, ce qui expliquait leur empressement à se dévoiler. Bien évidemment, les cours de botanique que Yae avait reçus à Poudlard ne mentionnaient ces hérétiques que brièvement. Ce souvenir passa de manière fugace à la surface corticale de notre jeune héros avant de replonger dans les méandres de ses synapses.

Les yeux du jeune homme pétillaient, son cœur battait la chamade, sa bouche était entrouverte, laissant passer un léger filet d'air...

Ne pas laisser passer cela ! Yae se redressa rapidement et agita sa baguette, ce qui fit vrombir l'appareil photographique. Un petit cri nerveux - certainement celui du lutin enfermé - lui fit comprendre qu'il en demandait trop. Peu importait, le moment était historique.
Yae, béat d'admiration, applaudit a deux reprises.

"Splendide," sourit-il presqu'amoureusement. "Je vois déjà un titre bien frappant." Il prit son inspiration, laissant le silence se poser quelques secondes, à peine perturbé par le cliquetis de l'appareil qui enregistrait l'ouverture de la fleur. "LA fleur revenue des tropiques ? Non, ça sonne pas bien... Mmh... Retour à la vie, retour à l'afi ? Un peu cheesy, hein... Nan, heu... Tu penses quoi d'un truc où on mettrait les deux, là, la plante, toi, on raconte l'histoire, ce que t'as trouvée, tu vois, un parallèle, la plante, comment tu l'as chopée, elle est revenue, mais morte, et paf, elle revient à la vie et... OH ! Ca y est !"

Il s'arrêta et déclara fièrement: "L'Afi Fugalaau et la botaniste phénix."

Il sourit.
Le silence lui parla.
Il réfléchit.
Il cessa de sourire.
Il se passa la main dans les cheveux.

"Nan, mais tu vois, phénix, parce que ça renaît et c'est grâce à toi. Tu vois... pas... pas le... enfin tu vois, ça revient à la vie, quoi..."

Il déglutit. Arrivée aussi haut dans la société, Yaeshawn se disait qu'Adara devait plutôt être à la bonne avec le gouvernement. Il n'avaient jamais discuté politique, mais ça tombait sous le sens.

"Scrout..." couina-t-il.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Jeu 23 Fév - 8:27

Adara avait haussé les épaules en entendant Yaeshawn évoquer la possibilité qu’un membre du Ministère s’approprie le fruit de son travail.

« Je ne pense pas. On est une entreprise privée, je les imagine mal s’approprier notre bien. Encore que… Vu mon statut de sang, ce n’est pas exclu non plus… » Ajouta-t-elle après réflexion. Amère, la réflexion. Mais qu’elle n’eut pas le temps de développer grace à la candide proposition de Yaeshawn, qui tira un sourire amusé à notre botaniste. Sourire qui s’étira à mesure que le jeune homme s’enlisait dans ses tentatives de se sortir de son mauvais pas. Mais la plante eut le bon gout d’éclore à ce moment là.

Une éclosion superbe, qui valait tous les sacrifices consentis pour en arriver là. Oublié les quatre années à guetter le moindre signe de fatigue de la plante, la mesure à la goutte près du bon arrosage, les recherches minutieuses sur les bons substrats et les casse-tête pour trouver le moyen de maintenir la bonne température, la bonne hydrométrie, enfin tout était balayé par cet aboutissement, dans un chatoiement de couleurs uniques. Et à défaut de son mari qui avait beaucoup donné de sa personne pour arriver à ce résultat, Adara était bien heureuse de pouvoir profiter de ce spectacle avec un ami à même d’en apprécier la valeur. Quel autre choix aurait-elle eu ? Son père se complaisait dans sa dépression et ses Moldus… Franchement, qui pouvait croire que les Moldus pouvaient s’intéresser aux plantes ? Même si les siens se révélaient utiles - même Jeremiah, malgré ses bizarreries - elle ne pouvait pas dire qu’ils étaient passionnés. Un Moldu pouvait-il seulement être passionné ? Rien dans l’éducation d’Adara ne lui permettait de l’affirmer. Après tout, ils étaient bien à travailler…

Et puis Yaeshawn reprit ses réflexions autours de son article. Toute à la contemplation de son oeuvre, Adara ne l’écouta que d’une oreille, un vague sourire aux lèvres en l’entendant tâtonner à la recherche d’un titre digne de son scoop végétal. Adara ne risquait pas de l’aider dans cette entreprise : elle n’avait jamais été douée avec les mots, avec l’écrit. Son truc à elle, c’était la terre, le concret, le manuel.
Lorsque Yaeshawn annonca avoir trouvé le titre parfait, le sourcil de la botaniste se leva en attendant la révélation finale… pour déchanter aussitôt. Soudain livide, son expression se décomposa et son rythme cardiaque s’accéléra, au point de rupture, lui sembla-t-il.

Elle se tourna vers le jeune journaliste avec un air de bête traquée.
« Tu ne peux pas écrire ca ! C’est pas possible, pas avec mon père, et… surtout pas ! Ils vont … ! » C’était sans doute la première fois qu’elle était confrontée concrètement à son « identité secrète », et les risques venaient de lui sauter au visage. Mais difficile de l’évoquer directement sans prendre un risque encore plus grand. Alors quoi ?
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Jeu 16 Mar - 20:25
Inutile de le lui répéter, Yaeshawn savait reconnaître quand il avait gaffé. Et là, en l'occurrence, la panique apparente sur le visage de son amie lui révéla que la gaffe était si suprême qu'il aurait pu s'en servir à la pêche au cachalot. Sa main continuait de gratter son cuir chevelu, un peu plus énergiquement qu'il n'y comptait initialement, manquant de se couper par un ongle trop pointu.
Il se mordit la lèvre, haussa les épaules, sautilla sur ses jambes, comme pour se débarrasser de son embarras bien palpable.

« Tu ne peux pas écrire ca ! C’est pas possible, pas avec mon père, et… surtout pas ! Ils vont … ! »

Yaeshawn arrêter de palper son crâne. Son père ? Qu'est-ce qu'il avait à voir avec ça ? Il écarquilla les yeux grandement comme pour tenter de voir au travers de la botaniste. Comprenons-nous bien, Yaeshawn était un gentil garçon, mais il ne fallait présumer ni de son intellect, ni même de sa connaissance de la politique actuelle en général. Son entrée chez les Phénix s'était faite en raison de sentiments revanchards, rien à voir avec la belle idéologie humaniste prônée par les poussins enflammés. Alors imaginez-le être au courant de papa Dragenvann qui s'était fait enfermé, il y a de cela quelques années, à Azkaban.
Il hocha la tête, comme pour secouer ses mots précédents du bord de ses lèvres. Il fixa la plante un instant, comme pour reprendre ses idées. C'est vrai qu'elle était belle avec ces effets de moirés qui la rendait changeante. Il n'y avait pas à dire, elle avait dû gravement chier, la Adara qui...
Yaeshawn constata que le silence devenait de plus en plus gluant.
Le paternel Dragenvann, donc.

"Scrout... Ton... ton père ? Qu'est-ce qu'il... enfin... ça me regarde pas, hein," commença-t-il en bafouillant, tentant de reconnecter un peu la communication.

Il laissa tomber ses bras et souffla. S'il avait été un personnage de ces bandes dessinées japonaises, un petit nuage serait apparu en dehors de sa bouche ainsi qu'une goutte d'eau au niveau de sa tempe, pour signifier à la fois son embarras et le fait qu'il reprenait le dessus.

"Putain, Yae, parfois t'es vraiment aussi paumé qu'un fils de pute le jour de la fête des pères, jura-t-il pour lui-même à haute voix. Sorry, Adara. Très mauvais choix de mots... Tu te doutes, hein... ça serait même pas passé, tu crois que mon édit' en chef il prendrait le risque de ne pas me corriger ?"

Il laissa s'échapper un rire un peu forcé.

"La dernière fois, c'était un cactus. Enfin, un euphorbe, mais on ne va pas chipoter. Bref, le truc, tu vois, énorme, avec des aiguilles super longues, remplies de sève dégueulasse qui te fait digérer à l'envers - je mens pas, tu digères ton caca à l'envers. Bref. Et là, moi, l'idée du siècle, il agitait ses mains, ayant reprit son sourire, tout excité par son histoire. Le mec, il est d'East End, il a un petit jardinet avec une serre et tout, et il utilise cette sève, une fois séchée, comme de l'huile de chauffage. Et le truc est génial, ça brûle longtemps, ça sent bon. Un seul effet secondaire, celui que je viens de te dire."

Yaeshawn, ayant visiblement oublié le malaise précédent, était hilare.

"Sauf que le truc a pas de nom. Mais le mec est à fond pour Mervyn Kark, tu vois le genre, le doigt sur la couture, le bras en l'air... enfin, au salut, quoi. Dans mon article, je m'excite. Je finis par proposer un titre en réunion : 'Mini-stère, un Karktus flambant neuf'. Ca déjà, ça a fait tiquer. Et l'éditeur en chef a refusé."

Il s'esclaffa en grinçant des dents, une légère ombre cruelle balayant son visage de manière fugace.

"Enfin, ça, ou le sous-titre qui aurait dû tomber pile dessous avec écrit 'Henceforth, shit will hit the fan'. Il cligna des yeux avec un sourire en coin. J'étais fier du jeu de mots. Plus mauvais salaire du mois que j'aie eu, remarque..."

Il fixa Adara, presque essoufflé.

"Enfin tout ça pour dire, pas de risque. Enfin, plus pour moi, hein. Je te raconte pas ce qu'ils m'ont fait chier pour l'autre titre. Celui que je viens de te proposer, on le garde pour nous."

Il haussa les épaules.

"Tu seras ma petite botaniste phénix."

Il gloussa.
Il regarda Adara.
Il cessa de glousser.
Il soupira de nouveau, pour lui-même. Par dépit.

"Ouais. Mauvaise blague."
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Jeu 6 Avr - 4:33
[my god ]

Des images atroces lui passaient par la tête. La torture, les Détraqueurs, Azkaban, Eclipse torturée, son père exécuté… Tout ca si jamais son appartenance à l’Ordre était connue du gouvernement. Tout ca qui deviendrait réalité si le Ministère soupçonnait quelque chose. Et il devait sans doute déjà la surveiller, à n’en pas douter : elle avait croisé les Avery récemment, et le regard acéré du père, sans parler de la morve de Seraphine, était une accusation en soi. Adara avait l’impression qu’il était écrit « Phénix » sur son front dès que l’un d’entre eux entrait dans son champ de vision. Sans parler que cette peste passait à la TVM tous les jours…

Yaeshawn s’excusa de la bourde dont il ignorait tout et enchaina sur des explications aussi abracadabrantesques que hors sujet, finalement - et qui n’enlevaient rien au sentiment de malaise qui avait pris notre sorcière. Une boutade contre le Ministère n’était rien contre une quasi accusation de trahison. Adara commençait à s’apaiser tout en offrant à Yae un regard à la fois soupçonneux et amusé, quand il en rajouta une couche.

« Mais nooon ! » Elle leva les deux mains, comme prête à l’étrangler lorsqu’il évoqua le nouveau surnom qu’il venait d’inventer. « C’est pas vrai… Mon père appartenait à l’Ordre du Phénix ! Ces connards d’Avery sont persuadés qu’il en est encore ! Ils profiteront du moindre prétexte pour enquêter, fouiller, et trouver tout ce qui ira dans leur sens ! »
Sans compter qu’en fouillant vraiment, ils trouveraient. Ils trouveraient qu’elle avait rejoint l’Ordre, et qui sait où ca les mènerait… Elle imaginait fort bien le triomphe de cette pétasse de Seraphine, trop heureuse de lui pourrir une ultime fois la vie.
Elle n’imaginait par contre pas que son agitation pouvait aussi attirer l’attention de Yaeshawn, dont l’allégeance était des plus mystérieuses. Elle ne le croyait pas sympathisant du gouvernement, mais elle se souvenait de certaines histoires de son père, lorsque les Phénix étaient au pouvoir, évoquant les surprises désagréables en listant ceux qui avaient rejoint Pré-Au-Lard.
Bref, à l’instant, la situation d’Adara était des plus précaires, surtout si Yaeshawn poussait plus avant ses questions.
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Dim 4 Juin - 20:09
Yaeshawn mis une éternité avant de réagir. Peut-être avait-ce été la période qui fut l'une des moins propices à son talent de journaliste botanique, le fait est que, malgré tout, il venait encore de parler à tort et à travers. En ayant tenté de se rattraper aux branches, il venait de remuer la terre une fois encore, et faire ressortir pléthore de petits lombrics luisants qui allaient dévorer les souvenirs d'Adara.
Le visage de la botaniste avait vire de la joie - lors de la présentation de la plante - a l'angoisse la plus totale. Son visage était crispé et, si elle était tombée en ce moment même en pleine apoplexie, terrassée par une crise d'angoisse (si tant était que cela fonctionnait de la sorte), cela aurait été dans al continuité logique des choses.

"Mais, heu..." balbutia-t-il, peu assure de ses réponses à apporter. "Non, mais tu comprends, c'est pas..."

Il se mordit la langue, pendant que son appareil photo, ayant fini son shoot de la plante en gros plants, s'était remis en standby, flottant dans un petit grondement léger au-dessus de son épaule.

"Enfin, je veux dire, ça arrive, tu sais... On..."

Il hésita.
'On a tous des squelettes dans le placard' allait-il hasarder, donnant un poil trop de détails sur sa propre situation. Il connaissait Adara depuis quelques temps, certes, et les deux s'entendaient bien. Etait-ce une raison pour lui raconter que, jeune, il avait été élevé par des grands-parents un poil obtus et ne voyait ses parents qu'une à deux fois l'an ? Et tout ça parce que ces derniers avaient trouvé plus judicieux de prendre le maquis - comme les vieux racontaient - plutôt que de s'occuper de lui ? Il aurait dû lui raconter que la nouvelle de leur mort avait mis du temps à lui remonter au cerveau, incapable qu'il avait été de réaliser immédiatement ce qu'il s'était passe ?

Non, mieux valait taire certaines choses, trop privées.
Il se reprit, triturant ses mains, alors que son appareil, qui venait de finir un photo shoot de gros plans de l'afin fugale, vrombissait légèrement au-dessus de son épaule.

"Nan, mais... pardon, hein... je voulais pas te mettre dans cet état, je... je savais pas... Et puis, c'est pas toi hein, donc t'as rien à te reprocher !"

Il émit un rire faux, qui resonna étrangement dans la pièce. Il se passa la main dans les cheveux, se grattant le cuir chevelu, tentant de détourner la conversation Adar avait encore les bras en l'air, et semblait plus menaçante qu'un dragon ayant la rage.

"Et... heu... tu vas faire quoi de l'afi, après...?"
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Ven 23 Juin - 2:42
Ce n'était pas elle... HA ! HA ! Ses lèvres se crispèrent involontairement dans une expression de peur. Un enquêteur chevronné aurait sans nul doute levé le lièvre, mais qu'en serait-il de Yaeshawn ? Bien sur que c'était elle - aussi. Elle aurait d'ailleurs aimé pouvoir se confier, mais à qui ? Où, dans une ville où votre voisin pouvait être votre pire ennemi sans que vous le sachiez ? Sans parler des menaces qu'elle ignorait - celle des Moldus pour lesquels elle n'avait qu'indifférence : après tout, en quoi pouvaient-ils lui nuire ? Totalement inconsciente des menaces de l'ombre, elle faisait même abstraction des quelques Moldus rencontrés lors des réunions Phénix. Pour elle, ils n'avaient aucun intérêt.

" Non... C'est moi que m'excuse... Certains sujets sont... Sensibles, tu imagines bien... J'aimerais pouvoir me dire qu'on peut laisser certaines choses derrière nous, mais elles nous reviennent sans qu'on puisse rien y faire... " Après tout, elle n'avait pas demandé à Victoria de revenir chercher son père. En étant parfaitement injuste, si la McKay ne s'était pas présentée, jamais Adara n'aurait eu l'idée de rejoindre l'Ordre. Les Phénix étaient revenus dans sa vie sans qu'elle ne demande rien. Même si elle y avait plongé volontairement, il n'en restait pas moins que la première moitié du chemin n'était pas de son fait.

Le rire faux de Yaeshawn lui fit plisser les yeux. Pourquoi ce manque de naturel ? Lui-même cachait-il quelque chose ? Elle eut envie de lui demander qu'est ce que tu sais ? mais elle doutait d'avoir la moindre réponse cohérente, sincère ou crédible. Elle même ne faisait-elle pas preuve d'un manque de franchise absolu ? Pour protéger ses intérêts - sa vie en premier lieu ?

Et bien sur, la question suivante était tout aussi problématique : elle avait une demande pour ce que l'afi pouvait produire. Les Phénix auraient besoin d'ingrédients pour les potions de soins, et même si l'afi fugalaau n'était pas très productif, ses puissantes propriétés curatives en faisait une plante précieuse. Si elle pouvait offrir à l'Ordre un mode de production pérenne, ce serait un gain précieux... Dans 3 ans au mieux, certes, et qui pouvait savoir où serait le monde à ce moment ? Autant parier sur l'avenir. Elle devait parier sur l'avenir, sinon ca signifierait le pire pour elle et les siens.
D'un autre côté, elle savait que, sa réussite connue, elle aurait des demandes. Il lui faudrait donc jongler sur plusieurs tableaux. Elle haussa les épaules.
" J'ai plusieurs pistes pour son usage. Il faudra d'abord trouver le moyen de le reproduire. Et surtout réserver son usage aux potions curatives : c'est ce qui en fait sa valeur. "
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 25/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Lun 18 Sep - 17:33
Yaeshawn, a n'en pas douter, se sentait un peu merdeux d'avoir mis son amie botaniste dans cet état. L'ambiance était lourde, après ses propos, et, malgré son incapacité à comprendre ce qu'il se passait, il sentait que quelque chose ne tournait pas rond. N'arrivant pas à mettre le doigt dessus, il préféra stopper cette discussion pour se concentrer, une fois encore, sur l'afi qui s'était révélé à eux. Les plantes, au moins, ne mentaient pas, contrairement aux lèvres d’Adara qui étaient encore plus pincées que les cordes d’un clavecin en plein concerto de Poulenc.
Les choses revenaient ? Yae était perdu. Comment des accusations pouvaient-elles revenir, comme les fleurs parfaitement orangées sur les tiges du plus rare des arbres – comme celui qui se présentait sous yeux ? Outre l’indicible coïncidence de ces deux faits, l’on aurait pu noter que l’air suspicieux qu’arborait Adara collait mal avec l’entente cordiale et amicale qui avait eu lieu jusqu’ici. Le regard de son amie semblait le percer jusqu’à ausculter son squelette rachitique, ce qui eut le don de l’irriter un tantinet.

« Tu as trouvé un repreneur au ministère, pour les potions ? demanda-t-il, l’air de rien, mais un peu plus brutal qu’il ne l’aurait souhaité, légèrement impatient d’en finir avec l’ambiance qui s’était installée. J’avais entendu dire que c’était coton d’avoir un permis pour tout ce qui était magie curative… »

Il inscrivit quelques notes de plus, soulignant les dernières phrases sur son calepin, alors que son appareil photo venait de se glisser de nouveau dans son sac, le ventre plein de cliches animes à développer un fois rentre.

« En même temps, c’est toi, tu dois facilement obtenir tous ces trucs, non ? C’est pas comme si t’étais une phénix recherchée, hein ? »

Admirons un fois encore la légèreté absolue et le tact de Yaeshawn qui, espérant égayer l’atmosphère et jouer les plaisantins, venaient de lancer une autre bombe sans s’en apercevoir, sourire aux lèvres, la dents brillante au travers de son air un peu beat.
En plus, songea-t-il en reportant son regard sur son amie, si elle se doutait que lui-même avait été approche par les Phenix, cela permettrait de laver les soupçons… non ?
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté Mar 26 Sep - 17:08
La discussion aurait pu continuer sur un ton plus professionnel. Elle aurait dû. Le sujet de l'utilisation pratique de la plante était un vaste sujet, encore que l'obtention dudit droit était en effet un détail critique. Le Ministère savait ce qu'elle faisait, connaissait les propriétés de la plante. Détourner l'utilisation de sa trouvaille au profit de l'Ordre serait très compliqué. Et ce n'était évidemment pas le moment d'aborder le sujet. Yeashawn semblait même trouver lui-même le chemin de l'échange plaisant. Il fallait qu'ils s'éloignent du sujet Phénix avant que ca dérape - parce que ca pouvait déraper facilement, Adara en était sure.
Aussi, discuter badinement sur les plantes et leurs usages, c'était bien plus sur.

Mais ça, c'était avant le drame, évidemment...
Travers journalistique ou maladresse absolue ? Adara n'en avait aucune idée, mais Yaeshawn semblait doué d'un talent particulier pour mettre les pieds dans le plat.
Une nouvelle fois, Adara le foudroya du regard, et pris sa décision : ça ne pouvait pas continuer comme ça !
Un coup d'œil à droite, un coup d'œil à gauche, et elle attrapa Yaeshawn par le col. Faisant fi de ses protestations, Adara traina le jeune homme jusqu'au placard de Fergus. Avant de fermer la porte, elle vérifia que personne n'était à proximité. La voie libre, elle referma derrière elle et se tourna vers le photographe, bras croisés, air furibond et baguette brandie. Qu'il moufté d'un centimètre, et il aurait droit à un Stupefix suivi d'un Oubliette.

" On ne dit pas ce mot là quand on a envie de finir la journée sans ennuis ! " elle considéra Yaeshawn d'un air critique avant de lui demander d'un air suspicieux :
" Qu'est ce que tu sais ? " Elle espérait ne pas avoir à s'en prendre à Yaeshawn, mais c'était sa sécurité et celle d'Eclipse avant tout.
Contenu sponsorisé
Re: Au sergent recruteur
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les sept quartiers