AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Invité
Invité
avatar
Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Dim 9 Oct - 17:59
Debout dans l’obscurité, la pluie martelait sa capuche tandis que la brume s’enroulait autour de ses bottes de cuir. Une forêt d’arbres immenses entourait la jeune sorcière vêtue d’une longue cape noire. Prenant une profonde inspiration, elle laissa l’odeur des mousses vertes, de la terre mouillée et des feuilles mortes exalter ses narines. Un instant, elle scruta la forêt à la recherche d’une portion plus clairsemée, pouvant éventuellement accueillir une petite cabane à l'allure inhabitée, ou même d’un arbre à l’aspect particulier. Sans succès. Reprenant sa marche, elle haussa des épaules. Il y avait de toute évidence peu de chance pour qu’elle trouvât le refuge de William Fripemine aussi facilement. En effet, ledit refuge pouvait se trouver n’importe où sur le massif dont l’étendu était considérable et, en outre, était certainement camouflé par un sortilège de Désillusion. Par ailleurs, son abri ne se trouvait peut-être même pas sur le mont Snowdon ; peut-être que Victoria Mckay lui avait donné rendez-vous au sommet du mont pour une toute autre raison.

Trop enthousiaste à l’idée d’accomplir sa première mission, Aslinn avait quitté son domicile bien plus tôt que prévu et avait enfourché son balai sous la pluie en direction du massif du Snowdon. Malgré l’intempérie, la jeune médicomage s’était faufilée à travers la cime des arbres en plein milieu d’une forêt qu’elle avait estimé être à moins d’une heure de marche du sommet de la montagne. L’excitation de trouver, peut-être, avec beaucoup de chance, l’abris du potionniste elle-même et une énergie trop débordante pour être contenue, l’avaient conduite à braver les gifles et griffures des branches secouées par le vent et les gerbes d’eau qu’elles lui renvoyaient par la même occasion.

Au bout de plus d’une demie heure de randonnée, elle quitta la forêt pour s’engager sur un chemin plus rocailleux et à la pente raide. La pluie s’était estompée, mais le sol gorgé d’eau et la roche glissante rendaient la montée plus ardue. Marquant un temps de pause dans son ascension, elle leva son visage pâle éclaboussé de tâches de rousseurs vers le sommet du mont, à quelques mètres d’elle. Dans la brume, elle distingua une silhouette menue et féminine. Victoria. Forçant sur les muscles de ses jambes, elle finit de grimper la pente. « Bonjour Victoria, » salua-t-elle la Sang Pur, le visage rougi par l’effort et illuminé par un large sourire.  Sentant le regard de son aînée la parcourir de la racine de ses cheveux  jusqu’au bout de ses bottes pleines de terre, Aslinn sortit sa baguette. « Récurvite », incanta-t-elle sur chaque partie de son corps couvert de boue ou de branchages. « Je suis prête, » finit-elle par déclarer une fois redevenue plus présentable.
Lemon incest
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : Ell

Age : 55
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Dialogue : #B0C4DE

Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Lun 17 Oct - 23:17




breeding will break out in the eyes of a cat
(début septembre 2045)



Bonjour Victoria ! Devant elle, une jeune femme, essoufflée, embourbée, mais motivée. Victoria la regarde de haut en bas, puis de bas en haut. Jane avait raison : Aslinn ressemble affreusement à la soeur de William, avec ses boucles blondes et ses yeux bleus vifs. Victoria l’avait croisée, lorsqu’elle avait officiellement déclaré son allégeance pour les Phénix il y a à présent 25 ans. Ah, comme ça fait longtemps… Peut-être trop longtemps, pour recruter William. Mais il faut tenter. Elle est bien revenue, elle. Il reviendra, lui aussi. Il le faut.

Aslinn a dû se sentir jugée car elle passe un coup de baguette sur ses tâches de boue. Victoria ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire qui n’en est pas vraiment un: si la jeune sorcière savait ce par quoi elle était passée et dans quels états elle avait pu être dans son exil, elle n’aurait probablement pas pris la peine. Enfin, c’est mignon. La flamme brûle en elle, et elle est avide de se libérer et de se répandre comme une bonne nouvelle. Je suis prête. Et ça se voit ! Ce large sourire ne ment pas.
Comme c’est étrange d’être en contact avec “d’autres” gens qui ne sont pas contre elle ou qui ne veulent pas de sa compagnie. Il y a tant de choses qui ne sont pas dites quand on part s’exiler. Tant de choses auxquelles on ne pense pas. Tant de choses auxquelles on n’est pas préparé. Tant de choses qui changent une personne. Mais rester aussi, change.

Ecoute Aslinn… William est... Était… Je ne sais pas, honnêtement. Je l’ai connu il y a tellement longtemps que je ne sais pas ce qu’il nous attend s’il se trouve bien là, sur cette île au milieu de nul part. Il était un fervent Phénix avant, mais Jane m’a indiqué qu’il avait bien changé - et c’est normal. C’est normal, mais ça ne va pas faciliter notre tâche. Elle soupire. Il s’avère bien compliqué de discuter avec quelqu’un qui n’est pas son fils, ou qu’elle aurait rencontré dans sa fuite. C’était déjà tendu avec Lars Dragenvann, un peu moins avec sa fille, Adara. Allez, elle peut le faire. Si tu es là aujourd’hui, c’est parce que tu ressembles beaucoup à sa soeur, Eva. Elle a disparu, je ne sais pas exactement comment… Enfin, je me doute que ce ne sont pas dans les circonstances les plus… Paisibles. Je ne l’ai croisée qu’une fois, mais je me souviens très bien qu’elle était l’une des personnes les plus accueillantes que j’ai dû rencontrer dans ma vie. Toujours positive, et crois-moi, c’était difficile à l’époque. Les mains dans les poches, Victoria quitte Aslinn des yeux et tire dans un caillou, qui bondit misérablement puis roule un peu plus loin. Les souvenirs l’envahissent, elle garde les yeux fixés sur le sol pendant quelques instants. Les sourires se mêlent aux larmes, les hurlements de douleur aux exclamations de joie. Tellement ont disparu. Tellement ont souffert…
Inspiration. Elle relève la tête. Expiration. Plus difficile que maintenant, je pense. Mais que sais-je, enfin. Elle renifle discrètement. J’ignore si l’endroit où nous allons est son actuelle demeure. Mais c’est l’information la plus récente que j’ai pu avoir. Puis, si ça se trouve, les autres sont des caches. Si on ne le trouve pas au premier endroit, on continuera au suivant, puis au suivant, puis encore et encore… Jusqu’à qu’on le trouve. William surveille, et il est surveillé, ce qui ne rendra pas notre tâche facile mais pas insurmontable. On est des battantes après tout, non?
Il faut juste espérer qu’il ne se soit pas empoisonné avec ses potions… Elle articule comme un fourchelang pour cette dernière partie mais est presque sûre qu’Aslinn l’a entendue. Ce n’est pas plus mal si ça la refroidit un peu. Elle risquait de déchanter à une vitesse record à la vue du vieux gobelin que doit être devenu William.

C’est parti. Victoria tend la main à sa coéquipière alors que derrière elles, un rayon de soleil se faufile entre les filets de brume et caresse chaleureusement leur dos.
Elle ferme les yeux. La première piste qu’on lui a indiqué n’est pas loin mais à une bonne heure de marche quand même. C’est un lac comme tant d’autres en Grande-Bretagne. Un lac parmi des milliers, et des milliers encore. Mais avec le temps “libre” qu’elle a eu jusqu’à présent, elle a eu le temps de faire un peu de repérage. Il vaut mieux donc se transplaner.

Elle inspire.

Elle expire.

Elle ouvre les yeux.

Devant elles, un lac perdu au milieu des vallées verdoyantes galloises. Au milieu, une île minuscule et d’après ses informations, putative du cher William Fripemine - espérons. Elle est pleine d’arbres qui cachent le crannog où il est censé croupir depuis le Grand Pardon.
Elle se met en chemin pour rejoindre la bordure la plus proche de l’îlot, Aslinn derrière elle. Il se peut qu’il y ait des piè… Goule de vie.
Invité
Invité
avatar
Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Dim 23 Oct - 13:42
Grave. Il y avait quelque chose de grave en Victoria Mckay. Il émanait d’elle une impression de lourdeur malgré la finesse de ses membres, une impression de trop vécu qui poussait à la distance, et il y avait cette difficulté apparente à s’exprimer comme si les mots étaient eux-mêmes devenus trop durs à prononcer. La gravité de la sang pure troubla quelque peu la jeune médicomage qui l’écouta, silencieuse, lui exposer la situation, les raisons de sa présence, mais également l’avertir de la difficulté de leur mission.  « […] On est des battantes après tout, non ? » Un sourire confiant étira les lèvres de la griffonne. Des battantes ? Elles étaient des lionnes ! Le sourire d’Aslinn s’effaça cependant presqu’aussitôt. «  Il faut juste espérer qu’il ne se soit pas empoisonné avec ses potions… » A aucun moment l’Irlandaise n’avait imaginé que le potionniste ait pu mettre fin à ses jours de façon délibérée. « On le retrouvera, » affirma la jeune femme sur un ton calme et confiant. Mort ou vif, conclut-elle en son for intérieur en prenant la main de Victoria. Plop.

La sorcière jeta un bref regard autour d’elle. Au sommet du mont Snowdon avait succédé un lac entouré par la forêt. Tout en suivant Victoria, Aslinn fixait le petit îlot peuplé d’arbres au centre du lac. « Il se peut qu’il y ait des piè… » la prévint la sang pure, mais déjà des tentacules hérissées d’épines s’enroulaient autour de ses chevilles. Les premiers tentacules griffèrent les jambes de la griffonne tandis que d’autres s’enroulaient fermement autour de ses mollets et plantaient leurs ronces dans sa chaire, lui arrachant un cri de douleur et la faisant tomber brutalement. « Diffindo ! » Les tentacules qui la sanglaient se sectionnèrent d’un coup sec. Se rejetant en arrière, la jeune femme identifia la plante meurtrière. Seulement il n’y en avait pas qu’une mais tout un plan ! Un plan de snargaloufs. Il était à peine remarquable. Des souches et des branches noueuses, ce n’était pas ce qu’il manquait dans la forêt. Plongeant de tout son long, malgré les assauts de nouveaux tentacules, Aslinn attrapa les gousses de snargalouf dans la petite cavité que protégeait la plante carnivore. Les tentacules se figèrent aussitôt et disparurent. La jeune femme resta un instant immobile, à plat ventre sur la terre humide, les jambes meurtries par les écorchures causées par les épines acérées « Foutues plantes carnivores. Je vais vous apprendre le végétarisme, moi… » grinça-t-elle entre ses dents quand un hurlement la fit sursauter. « Victoria, » s’écria-t-elle. Se relevant d’un bond, elle s’écarta précipitamment du plant de snargaloufs et jeta un regard circulaire autour d’elle. Victoria avait disparu. Pourtant quelques minutes plutôt, elle se débattait elle-même contre les tentacules d’un snargalouf voisin. « Lumos. » Un filet de lumière naquit à la pointe de sa baguette. La forêt alentour était dense, si bien qu’hormis le bassin d’eau, les bordures du lac demeuraient dans l’ombre des hauts arbres de la vallée.  Elle dirigea le faisceau de lumière dans un premier temps sur le plan de snargaloufs. Cinq, non six souches espacées d’un mètre les unes des autres et aucune trace de la fugitive, sinon un pan déchiré de cape noire. Tout en évitant soigneusement de s’approcher de trop près des plantes carnivores, Aslinn s’avança vers l’endroit où elle avait aperçu Victoria pour la dernière fois. Sa baguette illumina une masse de vrilles et de tentacules. Un filet du diable. La sang pure avait-elle été projetée sur le filet ? « Flammes… » Un long cri arrêta le sortilège de la médicomage. « Noooooooon ! » La jeune médicomage dressa sa baguette devant elle, jeta un nouveau regard autour d’elle, balaya d’un fin faisceau de lumière le lac, la forêt, le plant de snargaloufs, avant d’arrêter son geste sur le filet du diable. « Victoria, » appela-t-elle chaque sens à l’affût.
Lemon incest
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : Ell

Age : 55
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Dialogue : #B0C4DE

Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Ven 28 Oct - 15:20
Il se peut qu’il y ait des piè… Il ne manquait plus que ça. Victoria se débat avec les tentacules qui l’enlacent amoureusement. D’abord aux poignets, comme le courtisan qui retient sa demoiselle. Puis aux bras, quand elle refuse de rester. Les tentacules se rejoignent sur sa poitrine, comme pour la câliner. Sauf qu’elle ne veut pas de cette embrassade forcée. Elle essaie de se libérer par sa propre force, maugréant, jurant, gémissant de douleur quand une épine traverse sa chair. Elle aurait dû sortir sa baguette avant de s’aventurer dans les bois et de « prévenir » des éventuels pièges que William aurait installé. Une erreur de débutante. Quelle honte.
A côté d’elle, Aslinn essaie aussi de s’en sortir. La plante semble y aller plus lentement avec elle, ou alors ce n’est qu’une impression. Les jambes aussi. C’est plus pratique pour sortir sa baguette et contrattaquer.
Mais…
Est-ce une impression ou Aslinn s’éloigne ? Non. Ce n’est pas Aslinn qui s’éloigne, c’est elle-même ! La plante se trouve à côté d’une autre, dont les tentacules sans épines sont musclées. Ne serait-ce pas… Non. Non. Non ! Un filet du diable ! C’est bien sa chance… Elle essaie désespérément rester calme, les tentacules du filet qui enroulent ses pieds, puis ses chevilles, puis ses mollets, puis ses cuisses se contractent et se resserrent. Très vite, elle ne sent plus ses jambes et si ça continue, elle en perdra peut-être la motricité. Naturellement, le snargalouf ne veut pas lâcher prise non plus, et enfonce d’autant plus ses épines dans sa peau pour la retenir. Chacun tire de son côté. C’est dur. Vraiment dur. DE GARDER SON CALME. Goule de vie, qu’a-t-elle fait pour mériter ça !
La pieuvre finit par remporter la mise – c’est-à-dire elle-même. Sa cape et son gilet en-dessous sont troués et parfois même striés, témoins de la lutte entre les deux plantes létales. L’emprise se resserre et la plante grimpe sur son corps, lentement mais sûrement – et surtout, fermement. Victoria tente désespérément de se détendre. La douleur lui donne envie de vomir et le goût métallique du sang inonde ses sens olfactif et gustatif, ce qui n’aide pas.
Elle inspire.
Elle expire.
Elle inspire.
Elle expire.
Elle ferme les yeux.
Oublie où tu es. Oublie tout.
Elle inspire.
On est bien là, non ?
Elle rouvre les yeux. Le ciel est à présent invisible, caché par les branches noueuses du filet du diable. Elle est passée au travers du filet sans s’en rendre compte, qui a une grotte en-dessous, pas si profonde que ça et avec un sol apparemment couvert de mousse. Elle a eu droit à un atterrissage en douceur, ce qui semble être un luxe vu la situation dans laquelle elles s’étaient empêtrées.
Immédiatement, elle se relève et sort sa baguette, en position de combat. Elle guette, mais aucun bruit suspect, rien. Victoria ! Elle entend au loin. La fugitive aimerait lui répondre, mais elle est presque sûre qu’Aslinn ne l’entendrait pas – ou alors que ça attirerait l’attention, même à première vue, ils sont seuls. Lumos.. Un murmure. Mais on ne sait jamais. Le rayon bleu de lumière qui émane de sa baguette éclaire les alentours. Victoria se trouve dans une large alcôve plutôt qu’une grotte qui mène à un tunnel, en face d’elle. Probablement un chemin vers sa demeure… Ou un piège ? Dans tous les cas, il faut enquêter.

Flammes… Noooooooon ! Un cri avec une voix qu’elle n’a elle-même pas reconnu et qui est sorti de sa gorge instinctivement. S’il s’agit bien d’un passage « secret » vers le crannog de William, il vaut mieux le laisser intact. Victoria… Bon, Aslinn l’a entendue  - mais Victoria sera obligée de crier pour communiquer avec elle, ce qui est malheureux, vu le timbre qu’elle a lorsqu’elle hausse le ton apparemment. Cela fait tellement longtemps qu’elle n’a pas crié. Quand on est fugitif, on vit caché, on vit muet. Détends-toi et rejoins-moi ! Oui, sa voix est vraiment étrange, on aurait dit que ses cordes vocales se réveillent après une longue période d’hibernation. Elles s’harmonisent progressivement, comme si elles s'étiraient.

Oups. Son appel n’a pas dû alerter Aslinn seulement mais quelqu’un, ou quelque chose d’autre qui vient d’apparaître à l’entrée du tunnel. Victoria se tourne, sa baguette pointant vers l’endroit d’où provenait le bruit.

Oh oh.

Stupefix !

Elle atterrit contre la paroi de l'alcôve qui elle, n'est pas couverte de mousse. Aoutch.

#1 Qui va là ?!
Oui/Oui William, qui lance un Stupefix à Victoria qui atterrit au fond de l’alcôve. Au moins, c’est lui !
Oui/Non Un mangemort, qui lance un Stupefix à Victoria. Ça va être sport pour Aslinn !
Non/Oui Deux mangemorts. Comme ça, pas de jaloux !
Non/Non Un chaporouge, suite logique à des snargaloufs. Oh joie. Oh volupté. Oh… Faut s’échapper.


Spoiler:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Ven 28 Oct - 15:20
Le membre 'Victoria McKay' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Invité
Invité
avatar
Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Mar 15 Nov - 23:59
Prête à lancer son sort malgré le cri qui l’avait arrêtée, Aslinn sursauta au bruit d’un craquement de branche. « Détends-toi et rejoins-moi ! » La voix ramena l’attention de la jeune femme sur le filet du diable. Malgré sa tonalité altérée, elle la reconnut cette fois-ci. Victoria. Jetant un dernier regard à la forêt, la médicomage se planta en plein milieu de la masse de vrilles qui dès que ses pieds l’eurent piétiné, avaient tendus ses appendices vers ses chevilles pour les emprisonner. A mesure que les tentacules s’enroulaient autour de chacun de ses membres, son cœur cognait un peu plus fort et peu plus vite contre ses côtes. Instinctivement, sa main droite écarta la liane qui s’apprêtait à s’entortiller le long de son bras. Le geste vif fut aussitôt arrêté par la plante qui resserra son emprise. Un tentacule se rétracta alors soudainement et la fit tomber de tout son long sur la masse molle de vrilles.  Une inquiétude, insidieuse, remua le creux de ses entrailles. Et si, ça n’était pas Victoria. Et si, elle venait juste de sauter à pieds joints vers une mort certaine ? Et, si… Prenant une grande inspiration, Aslinn ferma les yeux et se remémora la berceuse que sa mère entonnait quand elle était petite avant qu’elle ne s’endorme. Doucement, le refrain simple, délicat et plein de tendresse apaisa le martèlement de son cœur, musela l’angoisse naissante et raviva ses certitudes. La voix de Victoria l’avait appelée. Elle devait la suivre. Lui faire confiance.  

Petit à petit, l’éteinte des vrilles se desserra et elle sentit ses jambes flotter dans le vide. Une entrée secrète, pensa-t-elle, enhardie par la joie de retrouver lentement sa liberté. Les jambes légèrement fléchies pour amortir sa réception, elle se laissa tomber souplement sur la mousse. Presqu’aussi grande que la hauteur du tunnel, la chute fut peu abrupte et courte. Faisant un pas, elle buta dans ce qui lui sembla être un pied. Le bout de sa baguette illuminé d’un petit jet de lumière, l’Irlandaise reconnut le corps stupefixé de Victoria. Aussitôt, l’Irlandaise voulut se retourner pour faire face à l’ennemi, mais déjà un everte statum informulé la touchait de plein fouet dans le dos. Ayant entendu la sang pure appeler sa co-équipière, le sorcier s’était reculé de quelques pas de sa victime pour l’attaquer par surprise. Partisan de l’ombre depuis trente ans, il avait mené plus d’une mission pour le compte du Kark. Annoncer si bruyamment sa présence était du pain béni, mais en plus le prévenir par la même occasion de l’arrivée d’un nouveau venu… ce bon vieux Hodge, basique de rang 3, mangemort de père en fils, que pouvait-il rêver de mieux ?

Propulsée plus en avant dans le tunnel, Aslinn tomba dans la mousse qui amortit sa chute. Sans prendre le temps de se relever, elle arma sa baguette. « Expelliarmus ! » Le sort rebondit sur le bouclier invisible du sorcier qui s’approchait d’elle à grandes enjambées. « Confringo, » lança-t-elle pour achever le bouclier du mage noir, tout en se relevant. « Incarcerem, » tonna l’homme en cape noire, passablement irrité par cette petite joute sans aucun intérêt pour le duelliste d’envergure qu’il était. Emprisonnée de chaînes solides, Aslinn contorsionna son poignet pour tenter de fendre ses liens d’un sort, mais le sorcier, arrivé à sa hauteur, lui prit le poignet et le tordit violemment. « Fils de Doxy ! » Lui crachant au visage, elle lui jeta un regard plein de rage. La colère qui brûlait dans ses veines dominant toute peur, elle accusa la gifle qui l’envoya par terre sans un cri. « On dirait que j’ai tiré la dragée au chocolat aujourd’hui. Deux rebelles pour le prix d’un, » sourit-t-il, en s’essuyant le visage d’un revers de main. « Bon, et maintenant, où se trouve votre cher ami Fripemine ? » Fixant son regard dans celui du quarantenaire, la médicomage haussa des épaules. « A vous de me le dire , » répondit-elle, une note provocante au fond de la gorge, en désignant du menton la porte entr'ouverte derrière elle. Faisant mine de détourner son regard, Aslinn chercha sa baguette et la repréra quelques pas plus loin. Impossible de la récupérer. Ravalant sa salive, elle comprit qu'il ne lui restait plus qu'une solution. Gagner du temps. Le plus de temps possible afin de trouver une alternative à la promesse de mort qu'elle lisait dans les yeux anthracites du mangemort. « Vous avez déjà deux Phénix à rapporter vivantes à votre ô combien vénéré Premier Ministre, c’est déjà pas mal non ? Vous aurez tout le temps du monde de nous interroger une fois enfermées dans une cellule ! »  

¤~¤~¤

Son sac de cueillette plein d’herbes,  de quelques fleurs et d’une multitude de champignons, le potioniste, tout en veillant à plusieurs reprises à ne pas être épié, se laissa happer par le Filet du Diable. Toujours sur le qui-vive, le quarantenaire serrait sa baguette fermement et alors qu’il retombait tel un félin sur ses deux jambes dans la mousse, il tomba nez-à-nez avec une vieille connaissance. Victoria Mckay. Stupéfixée. « Qu’est-ce qui te fait croire petite insolente que j’ai besoin de vous ramener toutes les deux vivantes. L’une de vous deux me suffira amplement. » Un mangemort. Un frisson le parcourut tout le long de l’échine. Par la barbe de Merlin ! Son regard fit des allers-retours entre le mage noir et la fugitive, alors que ses jambes prenaient déjà le chemin le plus court pour fuir. « On ne sait jamais à l’avance quel terroriste lâchera quelle information… je ne connais personnellement pas Fripemine, en revanche, j'aurais d'autres informations que Victoria, qui n'est de retour en Angleterre que depuis peu, n'a pas... Sur des évènements plus récents, » insinua une voix féminine, dont l’accent irlandais était perceptible. Le mangemort, absorbé par les propos de la sorcière ne semblait le remarquer, et nul renfort de l’Ombre ne semblait venir, aussi William s’arrêta-t-il et à pas de velours revint auprès de Victoria pour la ranimer d’un enervatum murmuré du bout des lèvres, tout en veillant à rester caché dans le renforcement du mur de pierre. Après avoir lancé le contresort, le potionniste jeta un rapide coup d’œil au mangemort pour vérifier qu’il lui tournait toujours le dos avant de prendre discrètement la poudre d’escampette par une issue connue de lui seul, car après tout, il avait fait son devoir. Comme tous les soirs, il se coucherait avec ses vieux démons, mais la conscience tranquille. Il avait aidé Victoria en souvenir d’une époque qu’il avait définitivement décidé d’enterrer et après quelques étirements, il savait la fugitive capable de sauver  sa complice et de s’en sortir. Il allait partir… quand le sorcier se décala d’un pas sur le côté, lui donnant un visuel sur sa victime ligotée à ses pieds. Il remarqua d’abord ses boucles dorées qui encadraient un visage ovale aux joues pleines, puis son regard. Un regard bleu comme un ciel sans nuage, bleu comme le ciel de son enfance, bleu comme les yeux de sa sœur. Et enfin, son visage, piqué de tâches de rousseur, et encore ce regard… Le même regard plein de fougue. « Ce n’est pas faux… Vous garder en vie a d’autres avantages, par ailleurs, » trancha le mangemort avant de lancer un endoloris qui déforma le visage de la jeune femme, non de sa sœur, dans un rictus de douleur qui fit saigner la plaie encore ouverte de son cœur.  « Eva, » cria-t-il, sortant de sa cache, baguette armée.

¤~¤~¤

Une lueur belliqueuse vrilla le regard de Hodge. Il aimait torturer ses victimes. Mais il se délectait plus encore de l’effet bénéfique du supplice lorsqu’il lui apportait sur un plateau d’argent le Phénix qu’il recherchait précisément. Son bras, dans un mouvement fluide et assuré, pointa en direction de celui qu’Aslinn devinait également être le potionniste, malgré la douleur intense qui l’avait assaillie. Le sort avait été lancé avec une telle haine que chaque cellule de son corps en tremblait encore. Aslinn se contorsionna cependant et d’un coup d’épaule déséquilibra juste assez le mage noir pour que son sort n’atteigne pas sa cible. « Avada Kedavra ! » Le sort toucha le duelliste de plein fouet et Tim Hodge s’écroula à côté de la médicomage.

Choquée, mais à la fois soulagée par le meurtre de son bourreau, Aslinn resta une longue minute immobile alors que William se précipitait sur elle pour la libérer de ses liens. Délirant à moitié, entre souvenir et réalité, ses yeux ne voyaient plus que le visage d'Eva. Il avait sauvée. Oui, il l'avait sauvée. Tout son corps en tremblait. Doucement, une main se posa srur son épaule.
Lemon incest
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : Ell

Age : 55
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Dialogue : #B0C4DE

Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Dim 18 Déc - 12:04
Quelle idiote ! Mais quelle idiote ! Jane l’avait pourtant prévenue. Enervatum. Victoria émerge lentement, l’oreille gauche qui siffle et un marteau lourd qui cogne dans sa tête. Aslinn aurait-elle le dessus sur le mangemort qui l’a attaquée ? Faites que oui, faites que oui, par Merlin, faites que oui… Mais qui est cette ombre ? Est-ce la personne qui vient de la ranimer ? Faites que oui, faites que oui, par Merlin, faites que oui… Serait-ce même Frippemine ? Oh, si seulement. Elle relève la tête, essaie de distinguer quoi que ce soit avec sa vision floue. Avec déception, elle constate que non, Aslinn n’a pas l’ascendant sur le mangemort – au contraire même. Elle a à peine le temps d’essayer de deviner l’apparence de son « sauveur », car il semble vouloir prendre la poudre de cheminette.
… J'aurais d'autres informations que Victoria, qui n'est de retour en Angleterre que depuis peu, n'a pas... Sur des évènements plus récents… Damn it ! Petite naïve ! Petite idiote ! Qu’as-tu fait ? Mais qu’as-tu fait ?! Même sonnée, elle comprend qu’Aslinn joue de la montre. Mais il y a bien d’autres façons de le faire ! Victoria a envie de se cogner la tête contre le sol, contre le mur, contre le plafond ! De dépit, d’incrédulité, de déception, d’irritation ! Comment a-t-elle pu ainsi lâcher son nom ? N’a-t-elle donc aucune considération ? Victoria est une fugitive. Fu-gi-ti-ve. Elle est censée être morte, ce qui ralentira peut-être la nouvelle mais tout de même, elle finira par arriver à l’oreille de son cher et tendre Nicolas ! Et là… ça sera le début d’une nouvelle partie de chasse, ce qu’elle voulait retarder à tout prix en retournant en Grande-Bretagne.
Vite, il faut retrouver sa baguette. Ce choc l’a revigoré, il faut éliminer ce mangemort avant que la nouvelle puisse atteindre qui que ce soit. Discrètement, Victoria tâtonne autour d’elle. Rien. Scroutt ! Pourquoi maintenant ? Il ne manquerait plus qu’elle soit cassée… Enfin, elle en avait vu des plus belles quand même ! Ou du moins, c’est comme ça que Victoria raisonne pour essayer de se rassurer… Le mangemort semble être obnubilé par Aslinn, ce qui lui donne une marge de temps tandis qu’elle se relève – plus lentement qu’elle n’aurait voulu. Ce n’est pas faux… Vous garder en vie a d’autres avantages, par ailleurs. Le hurlement qui suit indique le sort qu’Aslinn est en train de subir. Un doloris. Victoria reprend sa recherche de plus belle. Le stupéfix du mangemort ayant été efficace, elle se doute que son doloris doit être, en conséquence, puissant. Et ayant elle-même subi ce sortilège impardonnable par le passé, elle ne souhaite pas forcément que sa coéquipière en souffre…

Ah ! Te voilà vile petite ! Tu m’avais échappé ! Victoria observe son précieux trois secondes, bien heureuse qu’il soit intact, mais ce sont trois secondes suffisantes pour l’ombre de changer d’avis tandis qu’elle a les yeux rivés sur sa baguettes… EVA ! Ah oui, c’est bien William. Eva, cette douce et gracieuse créature que Victoria avait vaguement eu l’occasion de connaître. Eva, qui ressemblait autrefois tant à Aslinn avec ce regard ardent. Eva, qui connut un destin trop tragique – comme beaucoup chez les Phénix, malheureusement.
Victoria se relève, adressant un rapide je t’aime quand même à sa baguette pour qu’elle ne fasse pas des siennes. Tout de même, ça tomberait vraiment mal. Avada Kedavra ! Jane a vu juste, Aslinn va être leur arme fatale pour ramener William au sein de l’Ordre. Victoria ne peut s’empêcher de sourire vaguement, pendant un bref instant, avant de voir le potionniste se précipiter vers la jeune médicomage pour la délivrer de ses liens. Eva… Eva… Eva… Tout ira bien, Eva… Oh, oh. Il commence à délirer. Il faut que tout le monde se remette de ses émotions, pour pouvoir ensuite avoir une discussion sérieuse avec William. William, allons chez toi, nous y serons plus en sécurité. William, désorienté, se tournent vers elle, d’abord incompréhensif puis en accord avec ses propos. Allez, aide-moi. Chacun prend Aslinn sous son épaule et ils s’avancent lentement dans le tunnel jusqu’à en atteindre le bout.

A première vue, le tunnel semble être une impasse, mais une des nombreuses branches-lianes qui pendent du plafond se révèle être celle qui permet à la trappe de s’ouvrir. Un inconnu aurait dû « s’amuser » à toutes les tirer avant de trouver la bonne, ce qui donnait le temps à William de prendre la poudre de cheminette. Malin.
La trappe s’ouvre donc, et fait descendre une échelle vieillie par le temps. Elle grince, elle craque, mais elle tient bon alors que les trois sorciers grimpent un à un, Aslinn avec l’assistance d’un simple Levi Corpus, Victoria en dernière. Ils installent la jeune femme sur un fauteuil qui se trouve dans un coin du crannog, même s’il n’y a pas vraiment de coin dans la large demeure de William – étant de forme circulaire.
Victoria murmure un Mulcerem Dolor pour faciliter le rétablissement d’Aslinn. Tu n’aurais pas une potion? Je pense que c’est sa première fois et que le mangemort était fichtrement puissant… L’intéressé, qui caressait nostalgiquement la blonde chevelure de la médicomage en murmurant des paroles rassurantes, se tourne soudainement et comme quelques instants plus tôt, reprend conscience de la réalité. Il se met à fouiller ses nombreuses étagères, en bousculant parfois les potions qui reprennent automatiquement leur place sans jamais toucher le sol, comme si un filet invisible les retenait et les relançait vers leur place originelle. Il a donc finalement trouvé une cure à sa terrible maladresse. C’est déjà ça… Mais vu l’état dans lequel il est à la vue d’Aslinn, Victoria doute de plus en plus qu’elle leur sera utile. Enfin, dès qu’elle sera remise sur pied, il sera temps de mettre un bon coup d’accélérateur sur la touche sentimentale et surtout, sur la mission première.
William s’arrête enfin, une potion en main. Il en vérifie le nom, il en vérifie l’odeur, puis s’élance vers Aslinn pour ensuite lui en faire avaler le contenu. Le visage tendu de sa coéquipière se lisse, sa respiration est moins saccadée. En cinq minutes, ça devrait passer. C’est rare que le doloris ait un tel effet, mais cela les arrangeait in fine. Ou du moins, c’est ce que Victoria espère…

William, il faut qu’on parle. Elle essaie d’avoir la voix la plus douce, la plus tendre, la plus paisible possible, comme quand elle parlait à Donan, enfant. Non… Je sais pourquoi tu es là Victoria… Je ne veux pas en entendre parler. Donan. Pour lui, elle doit réussir cette mission. Ils sont revenus pour ça, après tout. William, tout ira bien… Il relève les yeux, méfiant. Un sourire mauvais se dessine sur ses lèvres, comme pour se moquer. William, il… Il renaît. Il renaît pour mieux vous tuer ! Il se lève brusquement. Le Phénix renaît de ses cendres, ou plutôt, devrais-je dire, le Pigeon roucoule à nouveau… Il roucoule à nouveau pour attirer vous autres naïfs à se battre pour lui… Je ne veux pas entendre parler de ce foutu Ordre ! Tu peux vouloir être de la chair à canon, Victoria, mais je refuse d’être la bouse qu’on envoie aux premières lignes de combat… Tu ne vois donc pas ? Tu n’es rien ! Rien ! Elle va finir par perdre patience… William, calme-toi… Je comprends, je veux juste p… Non Victoria. Tu es prête à y retourner, d’accord. Mais moi, je ne veux pas être un esclave en plus pour ces machines de guerre. Plus maintenant. Will, laisse-moi juste… Elle va vraiment finir par perdre patience… J’avais enfin de la tranquillité. Enfin ! Et vous êtes venues gâcher ça. Un lèche-botte de Kark à ma porte ?! A cause de qui, hein ? Vous deux, vous êtes la raison de sa présence ! William ! Elle ne l’a pas voulu. Non, elle ne l’a pas voulu. Mais elle a haussé le ton. Et le regrette à présent. Alors, c’est comme ça que tu as éduqué ton petit ? Ce ton moqueur la frustre. Elle n’aurait pas dû crier. Je suis désolée, William. Je ne voulais pas… Est-ce qu’il est encore vivant au moins, le pauvre enfant ? Tu l’as obnubilé avec les promesses du Pigeon ? Il est prêt à se battre et à se sacrifier pour la Cause ? Les mains levées, il prend un air grandiose, pour ridiculiser, à nouveau. N’as-tu donc pas honte, Victoria ? N’as-tu donc rien appris ? William, tu n’es pas le seul à avoir perdu des proches… J’ai perdu des amis, j’ai perdu de la famille ! Ta sœur et ta mère, si je me souviens bien… Mangemortes ! Bou-hou-houh, quelle perte pour l’humanité ! William, je t’en prie… Tu as pu duper ton fils, mais tu ne me duperas pas. On me l’a déjà faite celle-là et j’ai perdu… Et alors, tu vas laisser les Mangemorts gagner ? Ne vivons-nous pas dans un monde misérable aujourd’hui ? Tout ce à quoi tu croyais, tu n’y crois plus ? Tu vis bien maintenant, tu vas me dire ? Oui ! Et je vous veux maintenant hors de chez moi ! Victoria, je t’ai sauvée du pétrin pour te repayer de toutes les fois où tu m’as tiré de la mouise… Mais plus jamais. J’aurais dû t’y laisser. Tu vas mieux jeune fille ? On dirait bien. Tant mieux ! Allez, dehors ! Du balais !
Lemon incest
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : Ell

Age : 55
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Dialogue : #B0C4DE

Re: Breeding will break out in the eyes of a cat - feat Victoria McKay
ce message a été posté Dim 8 Jan - 16:34
La porte claque. Elles sont dehors, dans la brume qui embrasse les arbres entourant le krannog de William, Aslinn à peine remise du violent Doloris qu’elle a subi et Victoria prise de court par la tournure qu’a pris la discussion. Il était si différent, autrefois. Aujourd’hui, c’est un homme rance, qui souffre encore bien trop pour tourner la page. Elles ont été mises dehors comme des gnomes qu’on veut absolument expulser de son jardin. Victoria ressent de la culpabilité. C’est de ma faute, c’est de ma faute, tout est de ma faute… Que va-t-elle dire à Jane ? Que va-t-elle dire à Don ? Que va-t-elle dire aux autres ? Quelle honte, elle n’est pas revenue pour échouer. Elle n’est pas revenue pour perdre son sang-froid ainsi et tout gâcher.
Aslinn pose sa main sur l’épaule de Victoria. Celle-ci se tourne vers elle alors, se remémorant qu’elle est là, elle aussi. Qu’elles ont failli à deux, et non elle seule. Tout de même, pour la première mission d’Aslinn, Victoria espérait une réussite, ou alors une défaite moins cuisante. Ce n’est pas grave … Elle lui offre le plus beau sourire qui puisse orner ses lèvres à cet instant, qui réchauffe le cœur de Victoria. Elle n’a pas la force pour lui rendre ce rayon de soleil momentané, pas la foi. L’échec brûle au fond d’elle, comme un fer ardent qui y aurait apposé sa marque pour qu’elle n’oublie jamais cet épisode où elle a perdu le contrôle de soi-même. Je n’aurais pas dû lui parler comme ça… Aslinn hoche légèrement la tête d’accord, puis hausse les épaules. Que peut-on ? Ce qui est fait, est fait. Ça sera probablement inutile de réessayer. Pour l’instant en tout cas. Vu son état, pas sûr que quelques heures ou quelques jours lui permettront d’y repenser et de revenir sur sa décision… Tu te sens capable de te transplaner ? Oui. Elle tend la main à la jeune blonde, qui l’attrape fermement. Plop.
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs