AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Mission | Odds 'n ends ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mar 18 Oct - 4:12
« C’est très joli », commente la sorcière en observant le paysage. Elle n’a jamais mis les pieds dans le Dartmoor, elle n’en a jamais eu la nécessité, et elle découvre donc avec plaisir ces landes sauvages et rocailleuses. Elle tourne la tête pour regarder celle qu’elle accompagne, bien plus que le contraire ou même qu’une collaboration, et lui adresse un sourire un brin timide. Intimidé.

N’est-elle pas sous la tutelle mangemort de nulle autre que l’intrigante Vivienne McKay ?

Salomé a tressé ses longs cheveux et a bourré son sac à dos de bêtises, sans trop savoir ce qui serait crédible pour le rôle qu’elle doit endosser. Une carte du Dartmoor qu’elle a pris la peine d’user, des élastiques et des chouchous avec un peigne, un sac de noix entamé, un imperméable et une couverture. Comme vêtements, un vieux pantalon de son frère dont elle a roulé les jambes et commodément rétréci la taille, une chemise de flanelle et un manteau de velours côtelé aux coudes râpés, sur des espadrilles salies. Elle a tout trouvé dans les affaires offertes à très bas prix pour les moldus. Enfin, elle. Elle a surtout mandaté une des domestiques de la maisonnée Yaxley pour lui acheter quelques vêtements et accessoires ayant à peu près sa taille, sans lui préciser la raison d’un tel achat, sans aucun doute des plus curieux. La sorcière n’a pas manqué de grimacer devant les coupes informes, les tissus rêches et les couleurs affreuses, complètement hors saison, mais elle n’a pas vraiment le choix.

Dans sa manche, sa baguette, soigneusement cachée tout contre sa Marque des Ténèbres, prête à être dégainée en cas de problèmes. Quoique, contre des moldus… quels problèmes pourraient-elles avoir, si ce n’est la stupidité de ceux qu’elles vont rencontrer ?

Ses mains se serrent sur les bretelles de son sac à dos, alors qu’elle suit la brune sur une colline, histoire de se donner un meilleur point de vue. Il est rare de la voir nerveuse, la petite Yaxley, toute en flegme bien anglais. Elle l’est, cela dit, au cœur de cette première mission pour les Mangemorts. C’est excitant. Un peu effrayant. Définitivement intéressant. Sa main gratte le pantalon chipé à Seth, comme pour se rassurer. « Pensez-vous qu’ils se laissent des… signes, peut-être ? Pour se dire dans quelle direction aller. C’est que le Dartmoor… c’est grand. Et qu’effectivement, y chercher qui que ce soit, ça n’est pas aisé. Puis, entre un îlot de caillasse et quelques moutons désintéressés de leur présence, il n’y a aucun autre signe de vie. Ou de balisage de la route. Ç’aurait été trop facile. Des flèches faites avec des roches, ou des messages gravés sur des pierres. » Il faudra aussi qu’elle se souvienne de tutoyer Vivienne, en temps et lieux.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Jeu 20 Oct - 16:14
Le Dartmoor. Vivienne eut un petit geste agacé pour rejeter en arrière la mèche de cheveux qu'une brise de vent rabattit contre son visage, mais un sourire tendre vint cependant ourler ses lèvres alors que son regard balayait le paysage devant elle. Celui de son enfance. Non loin de là, à une quinzaine de kilomètres seulement en direction du sud, se dressait en effet le manoir des Lestrange ainsi que le village de Widecombe-in-the-Moor. Vivienne y avait passé quelques-unes de ses plus belles années ; celles du temps de l'insouciance et des jeux d'enfant innocents. C'était du moins l'histoire qu'elle aimait se raconter ! Elle oubliait un peu trop commodément que même si elle n'avait manqué de rien et que ses grands-parents n'avaient jamais levé la main sur elle, son enfance n'avait pas non plus baigné dans le bonheur le plus exaltant qui soit. Grandir sous la tutelle des très austères Caspar et Isabel Lestrange n'avait pas toujours été une partie de plaisir, en effet, mais cela l'arrangeait de se convaincre du contraire. Il était ainsi plus aisé de critiquer la rigidité de sa famille d'adoption et de justifier le fait qu'elle préférait vivre à Avalon plutôt que sous le toit du château McKay...

Enfin ! Elle n'était pas ici pour penser à tout cela ! Vivienne jubilait intérieurement. Retourner à sa petite vie rangée n'avait pas été une chose facile après la guerre. Elle n'était jamais tout à fait parvenue à endosser son rôle d'épouse ou de mère exemplaire. Si elle voulait être honnête, elle devait même avouer qu'elle avait été particulièrement catastrophique à ce petit jeu... Mais aujourd'hui, les Mangemorts avaient été reformés ! Et Mervyn Kark venait de lui confier sa toute première mission ! L'incident survenu à Tinworth l'inquiétait passablement. Il cherchait une explication, même la plus aberrante qui soit. C'est ainsi que Vivienne se retrouvait ici, à devoir mettre la main sur une bande de fugitifs moldus. Elle doutait fort que des créatures aussi insignifiantes puissent avoir quoi que ce soit à voir avec un quelconque dérèglement de la magie, mais elle était trop heureuse d'être de retour sur le terrain pour s'en formaliser. Et puis elle n'était pas seule ! Pour inutile qu'elle soit, cette mission aurait au moins le mérite de lui permettre de former la jeune Yaxley qui l'accompagnait. Vivienne se faisait un plaisir à l'idée d'avoir écopé de la charge d'une jeune recrue. C'était un rôle qu'elle prenait très à cœur, et elle ne perdit d'ailleurs pas une seconde à jouer l'instructrice.

_ Pensez-vous qu’ils se laissent des… signes, peut-être ? Pour se dire dans quelle direction aller. Des flèches faites avec des roches, ou des messages gravés sur des pierres.
_ C'est possible, concéda-t-elle d'une voix patiente. Cela s'est vu par le passé, mais les plus malins d'entre eux ont vite compris qu'ils devraient faire preuve d'un peu plus d'imagination que ça s'ils comptaient survivre.

Vivienne regarda autour d'elle jusqu'à ce que son regard tombe sur un long bâton qu'elle alla ramassé avant de revenir près de Salomé. Elle s'accroupit et entreprit alors de dessiner la forme approximative du Royaume-Uni dans le sol. D'une croix, elle marqua l'endroit où elles se tenaient, quasiment tout au nord du Dartmoor, ainsi que celle de la capitale sorcière et de Widecombe, respectivement à l'ouest et à l'est de leur position. Si on les avait reliés l'un à l'autre, les trois points auraient ainsi formé un long triangle ramassé sur lui-même.

_ Nous nous situons à peu près par là, reprit Vivienne en pointant la croix la plus au nord de son croquis. C'est ici que la trace des moldus a été repérée par la Brigade Magique il y a deux jours de ça. En tant que fugitifs, on peut supposer qu'ils restent souvent en mouvement. Ils ne se dirigeront pas vers Avalon en revanche, trop risqué, ni vers Widecombe. Depuis le projet Filet du Diable, la ville s'est agrandie et abrite de nombreux sorciers. Ça ne leur laisse pas beaucoup de choix : partir vers le sud, ou vers le nord. La côté est plus proche vers le sud, mais je pense qu'ils choisiront tout de même la seconde option, afin d'aller trouver refuge dans l'Exmoor. C'est une région relativement déserte, avec de nombreuses forêts où se cacher. Nous devrions commencer par là. Tu n'as qu'à garder les yeux ouverts pour essayer de repérer toute sorte d'indices : des indications gravées dans la pierre, oui, mais aussi des traces éventuelles de feu ou une zone anormalement piétinée pouvant former une piste.

Elle lui sourit alors doucement, avant de sortir sa baguette magique de sa manche. Un tour de bras plus tard et sa longue robe noire s'était ainsi métamorphosée en un accoutrement autrement plus convainquant en terme de mode moldu. Dorénavant vêtue d'un pantalon marron, d'un t-shirt rouge foncé et d'une veste kaki, Vivienne esquissa une légère moue de dégoût avant de hausser les épaules.

_ Tu n'as pas oublié notre plan, hm ? À partir de maintenant nous devrons nous comporter exactement comme eux.
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Sam 22 Oct - 2:16
La patience de Vivienne est vivement appréciée et déjà, Salomé ne voit pas du tout en cette femme la… furie folle à lier dont elle entend parler, à mots couverts, dans la peur palpable que le tout lui soit rapporté. Elle n’a même pas rechigné à son hypothèse qui, comme elle le découvre à l’aide de la carte de fortune tracée sur le sol et des explications de Mrs Kay, n’est pas la plus réfléchie que des fugitifs moldus pourraient employer. À moins de vouloir être rapidement découverts, ce qui est loin d’être le but. Ses yeux sombres détaillent chaque ligne de la carte tracée par Vivienne, les petites croix, la direction à prendre, comme espérant y trouver une réponse claire quant à l’emplacement de ceux qu’elles recherchent en ce jour. Les vastes landes du Dartmoor fourmillent probablement de pièges et de cachettes, tout à la fois. Elles sont préparées et prêtes. N’est-ce pas ? « Tu n'as pas oublié notre plan, hm ? À partir de maintenant nous devrons nous comporter exactement comme eux. Un signe de la tête, bref. Compris… Maman. » C’est bizarre. Trop bizarre, d’appeler ainsi quelqu’un qui n’est définitivement pas sa mère, mais elles doivent toutes deux jouer le jeu, au cas où elles soient observées. La ressemblance entre elles est suffisante pour être crédible, pour un duo mère-fille, et elle espère que les moldus croiront à ce mensonge, alors autant tout faire pour que ça fonctionne.

Elle hésite, quelques secondes, à effacer la carte tracée dans la terre, mais elle piétine à peine un coin du Royaume-Uni qu’elle éloigne ses espadrilles du dessin. Une piste. Si on les recherche, c’est le genre d’indice qui pourrait mettre des moldus sur leur trace. Les amener à elles.

La Poufsouffle sort sa carte du Dartmoor de son sac à dos et la déplie, se plaçant contre le vent pour ne pas l’échapper. Elles ont pris un Portoloin aux coordonnés exacts où l'activité moldue anormale a été notée par la Brigade, justifiant une randonnée champêtre tout à fait innocente pour les rechercher. C’est définitivement une chance que Vivienne connaisse cette région du Royaume-Uni ! Salomé décrypte l’échelle de la carte, observe le paysage pour repérer le nord – il suffirait d’un bête Pointe au nord, avec sa baguette, pour que tout soit réglé – et après quelques calculs mentaux, annonce à la McKay : « On devrait atteindre la première forêt dans deux heures, à peu près, à bon pas. » A-t-elle déjà effectué une activité physique continue pendant deux heures, outre du magasinage chez Zabini Couture ? Probablement pas, mais elles n’ont aucune raison de ne pas aller à bon pas ! Elles sont jeunes, en santé, tout est de leur côté.
Enfin, sauf les dénivelés, qui ne sont pas inclus dans le calcul de la distance à vol d’oiseau. Et les massifs rocheux à contourner, ou à escalader, si les contourner est trop long. Et les troupeaux de moutons, qui ne sont aucunement impressionnés par deux femmes menues et désarmées. Et le terrain rocailleux. Et les ruisseaux aux berges meubles et humides dans lesquels s’enfonceront leurs chaussures, mouillant jusqu'à leurs chaussettes.

Choses auxquelles elle ne pense pas, en rangeant sa carte et en s’engageant, aux côtés de Vivienne, vers le nord du Dartmoor.
Peut-être cette estimation se révélera-t-elle optimiste ?
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 24 Oct - 19:43
Leur plan était somme toute d'une étonnante sobriété : mettre la main sur les fugitifs, puis tenter de leur soutirer de potentielles informations en se faisant elles-mêmes passer pour de simples moldues. Elles auraient pourtant pu se faciliter encore un peu plus la tâche si elles avaient laissé tomber cette histoire d'infiltration et s'étaient contentées d'utiliser leur baguette. Quelques doloris auraient en effet certainement suffit à délier les langues ! Mais Vivienne avait insisté. Elle n'éprouvait pas  le moindre plaisir à l'idée d'être confondue avec une vulgaire moldue, ni le moindre états d'âme à faire usage de la violence – soyons honnêtes – simplement son expérience passée lui avait appris que l'on obtenait parfois plus de résultats en usant de la carotte plutôt que du bâton. La torture avait beau être un outil divertissant, elle n'avait jamais été au service de la vérité. Trop de gens soumis à sa tourmente étaient prêts à raconter tout et n'importe quoi, même à avouer des crimes qu'ils n'avaient pas commis, pourvu que le supplice ne cesse. On ne pouvait pas s'y fier.

C'est ainsi, sans magie et sans apparats, que les deux sang-pur s'élancèrent en direction du nord, à travers la lande nue jonchée de rochers et les plateaux escarpés du Dartmoor. Les deux heures qui suivirent ne furent troublées que par le bruit monotone de leurs pas ainsi que celui du vent humide poussant de lourds nuages gris au-dessus de leur tête. Et pas l'ombre d'une forêt à l'horizon si ce n'est les bosquets épars qu'elles traversèrent rapidement, sous l’œil vigilant de quelques corneilles aux croassements moqueurs. Il devint vite évident que l'estimation de Salomé avait été plus qu'optimiste. Les heures s'écoulaient et elles n'étaient pas beaucoup plus avancées que lorsqu'elles avaient commencé leur périple. À un moment donné, elles étaient pourtant parvenues à mettre le doigt sur un début de piste quand en contournant un fossé envahi par la végétation, elles avaient remarqué un morceau d'étoffe pris au piège des ronces, ainsi que des empruntes de pas qu'elles s'étaient empressées de suivre. Mais l'excitation avait été de courte durée. Les nuages chargés défilant dans le ciel avaient fini par se déverser, emportant leur trouvaille sous des trombes d'eau alors qu'elles courraient trouver refuge sous un renfoncement de roches. Quand l'averse cessa enfin, elles étaient trempées jusqu'aux os et transie de froid, et c'est le visage fermé qu'elles reprirent piteusement leur route.

Il se faisait tard lorsqu'elles atteignirent la forêt tant attendue. L'obscurité gagnait du terrain de minute en minute, et Vivienne suggéra qu'elles trouvent un endroit où passer la nuit. À une époque, cela l'aurait follement amuser de jouer ainsi au parfait petit trappeur, mais aujourd'hui elle n'était pas d'humeur et, surtout, elle n'avait plus le même enthousiasme qu'à ses vingt ans. Alors que Salomé allait chercher du bois pour tenter de les réchauffer à l'aide d'un bon feu, elle s'efforça de son côté à aménager un semblant de campement, qui se résuma vite à deux vieilles souches pourries sur lesquelles s'asseoir ainsi qu'à déballer les deux maigres couvertures qu'elles avaient emmené avec elles. Pitoyable, fut le seul mot qui lui vint à l'esprit lorsqu'elle eut terminé et qu'elle entendit sa jeune apprentie revenir, les bras chargés de branches et de pommes de pin humides. Vivienne s'efforça pourtant à lui adresser un petit sourire timide tandis qu'elle lui présentait les lieux dans un large mouvement de bras qui semblait vouloir dire "tadaaa".

_ Je ne sais pas comment ton père s'y prenait pour faire ça mais, ce qui est sûr, c'est que je ne suis décidément pas une fée du logis !

Un craquement sinistre résonna alors soudain dans son dos et Vivienne pivota brusquement sur ses talons. Les muscles tendus et le cœur battant, elle resta parfaitement immobile, son œil alerte scrutant les alentours avec minutie. Elle aurait pourtant juré... Mais rien. L'impression désagréable d'être observée s'éclipsa aussi rapidement qu'elle était venue et la McKay haussa les épaules.

_ Ce n'est rien. J'ai du rêver. Si l'on essayait plutôt de démarrer ce feu, hein ?


Citation :
Qui se cache donc dans la forêt ?
Oui : Des moldus ma bonne dame, sisi ! Cela fait un moment qu'ils ont repéré les deux femmes et les épient de loin.
Non : Pas de bol mais il semblerait que Vivienne et Salomé risquent d'avoir la visite d'une bande de sales petits Chaporouges d'ici la tombée de la nuit.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 24 Oct - 19:43
Le membre 'Vivienne McKay' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 31 Oct - 5:42
Lire une carte. À quel moment a-t-elle pensé que lire une carte convenablement était dans ses compétences ? Salomé essore ses tresses, alors qu’elle se flagelle intérieurement pour son idiotie. Elle veut tellement bien faire ! Elle aurait pu se pratiquer un peu plus, avant de partir en mission, et ne pas uniquement se fier à l’idée que ce ne serait pas si difficile que cela. Puis, elle a certes regardé la météo et a pensé à emporter un imperméable, mais ça… ce n’était pas une petite pluie, c’était plus proche d’un déluge qu’autre chose.

Un regard par-dessus son épaule. Elle distingue Vivienne monter leur campement de fortune, entre les arbres. Pas moyen de trouver du bois sec. Pourtant sa tâche. Il a tellement plu… Du bout du pied, elle pousse quelques branches, quelques pierres, avant de se rabattre sur celles en bas des arbres les plus touffus, donc les moins touchées par la pluie. Quelques morceaux d’écorce prometteurs et quelques pommes de pin pas trop détrempées, aussi. La sorcière tente de rester alerte, de voir si elle ne distingue pas une nouvelle piste, mais c’est peine perdue. La pluie a vraiment tout effacé. Crotte de troll.
C’est piteuse qu’elle revient auprès de la McKay, les bras chargés de bois plus ou moins bon pour débuter un feu et la bouche d’excuses qu’elle veut donner à la femme. Elle fait une bien mauvaise apprentie, à son avis. « Je ne sais pas comment ton père s'y prenait pour faire ça mais, ce qui est sûr, c'est que je ne suis décidément pas une fée du logis ! » Elle veut rire un peu, d’un rire léger de jeune femme qui s’amuserait de la blague de sa mère, mais le craquement qui résonne dans le dos de Vivienne l’alerte tout autant que la McKay. Elle se fait violence pour ne pas aussitôt tirer sa baguette et la pointer vers les bois. Les doigts raides, le cœur battant, elle attend que la Mangemort plus âgée se retourne et dissipe ses doutes : « Ce n'est rien. J'ai du rêver. Si l'on essayait plutôt de démarrer ce feu, hein ? »
Oui. Ça vaut mieux. Avant qu’elles meurent toutes deux de froid.
Ce doit seulement être quelques branches qui sont tombées des arbres. Un lièvre un peu curieux. Rien d’alarmant.

Les genoux dans les feuilles humides, elle déblaie un peu le sol et monte leur feu, plaçant stratégiquement les branches en une pyramide prudente. En espérant que ça va fonctionner ! Elle a essayé, à la maison, mais pas avec ce genre de matériau. Mouillé. Sale. Et encore mouillé. De son pantalon, la Poufsouffle sort un briquet ciselé, ridiculement beau et même riche, mais ne fonctionnant pas grâce à la magie. Prétexter l’avoir volé ne sera même pas difficile, puisqu’elle l’a véritablement pris sans prévenir dans les vieilleries de son père. Il y a longtemps qu’il ne fume plus, après tout. « Bouse de… troll de… », grogne la sorcière entre ses dents, alors que le briquet tremble entre ses doigts et refuse de s’allumer à chaque tentative. Pas même une étincelle. Enfin, elle réussit à tirer une flamme du briquet, qu’elle empresse de transférer à un morceau d’écorce assez sec pour servir d’allume-feu. Le bois humide fume abondamment et le souffle léger qu’elle applique pour encourager la flamme est aussi meurtrier qu’utile, mais après quelques essais et tout autant de jurons grommelés, elle réussit à allumer faiblement leur monticule de branches soigneusement disposées. « Je… je crois que j’ai réussi. » Elle a peur de se maudire, en prononçant ces mots, mais la flamme tient bon et ronge de plus en plus l’écorce des branches, sans s’éteindre. Salomé essuie les larmes qui ont coulé sur ses joues, ses yeux chauffent affreusement de toute cette fumée dans son visage, puis se lève pour contempler son œuvre comme une mère contemple son enfant nouveau-né. Elle dispose d’autres branches autour, pour qu’elles sèchent un peu et puissent être utilisées plus tard pour alimenter le feu.

La fierté est brève, quand elle détourne ses prunelles sombres du maigre feu pour regarder sa fausse mère. Avoir réussi le feu ne comble pas son sentiment général d’incompétence. « Je m’excuse. J’ai mal lu la carte. Enfin, c’est assez évident, n’est-ce pas ? Je devrais avoir l’habitude, pour… CRAC ! … tant. » Deux fois. Il n’y a plus lieu de se trouver. Il y a bien quelque chose dans les bois, outre elles. Le craquement est plus lointain, moins inquiétant, mais bien présent. Elle se force à conserver une voix calme, ses yeux fouillant frénétiquement les bois, sans que son corps daigne bouger d’un iota : « C’est… sans doute une perdrix. J’ai vu quelques plumes, plus loin. » Une perdrix qui ne roucoule pas, ni ne tente de s’envoler. Quoique ces oiseaux ne sont pas très farouches. Oui, une perdrix. Ça ferait un souper convenable, même, si leur feu devient assez fort pour la faire cuire. C’est… oui, c’est une perdrix. Rien de rien d’autre.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 7 Nov - 15:55
Accroupie près de Salomé, les mains coincées entre ses genoux pour tenter de réchauffer ses doigts gelés, Vivienne grelottait piteusement tout en encourageant les efforts de sa jeune apprentie par la pensée. Elle-même n'avait jamais allumé le moindre feu autrement qu'avec sa baguette et préférait donc rester en retrait, pas subjuguée par les tentatives répétées de la Yaxley mais presque. Elle se sentit pourtant doucement perdre patience au bout d'un moment. Elle commençait même à se dire qu'un peu de magie ne pourrait pas leur faire de mal – et au diable les moldus ! – lorsque la première flamme digne de ce nom vint soudain embraser les branchages de leur âtre de fortune. Un véritable petit cri de joie lui échappa alors, et Vivienne se jeta au cou de sa cadette pour la serrer entre ses bras, oubliant toute notion de convenance l'espace d'un instant. Elle était censée être sa mère de toute façon, non ? Quand elle la relâcha, l'expression de son visage ne trahissait aucune gêne et la sang-pur alla tout simplement se blottir au plus près du feu avant de tendre ses mains vers les flammes. Ces dernières produisaient peut-être plus de fumée que de chaleur mais c'était toujours mieux que rien, et elle roucoula presque de plaisir en sentant une douce brûlure s'enrouler autour de ses doigts puis remonter le long de ses bras transis.

Autour d'elles, l'obscurité victorieuse avait fini par recouvrir jusqu'au dernier recoin de lumière. Si elles avaient d'abord tenter de se rassurer en débriefant cette première journée de mission, Vivienne et Salomé s'étaient rapidement résolues au silence, comme intimidées par l'ambiance lourde et inquiétante qui planait sur la forêt. Le bruissement des feuilles au-dessus de leur tête et les complaintes profondes du craquement des arbres barbus ne cessaient en effet de leur soutirer sursauts et regards inquiets. À ce stade, ni l'une ni l'autre ne croyait plus en la théorie de la perdrix égarée – si tant est qu'elles lui aient jamais accordé la moindre crédibilité. Quelque-chose d'autre rôdait dans les environs. Quelque-chose de bien plus insidieux et menaçant, qui prenait un malin plaisir à jouer avec leurs nerfs. Vivienne n'aimait pas cela. Elle devait se faire violence pour ne pas tout envoyer valser, sortir sa baguette magique et sommer les petits plaisantins de se dévoiler. Mais ils ne lui en laissèrent jamais l'occasion...

_ Ça sent... Ça sent...
_ Qu'est-ce que ça sent, petit chenapan ?
_ La chaire fraîche, toute prête à passer à la flammèche !
_ Mais, pardi, en plus c'est qu'c'est pas d'la perdrix !
_ Hinhin ! On dirait même bien qu'c'est du gratin !

Tapies dans l'ombre, les voix s'élevèrent un peu partout autour d'elles. C'étaient les plus affreuses qu'il lui ait jamais été donné d'entendre, ignoble mélange de crissements de craies et de râles vieillissants, et Vivienne sentit un frisson désagréable remonter alors le long de sa colonne vertébrale. Les muscles de ses épaules se crispèrent et ce fut comme si tout le sang contenu dans ses veines se retirait soudain de son corps. Il en fallait plus que ça pour la figer d'horreur, cela dit. D'un bond, la sorcière fut ainsi de retour sur ses jambes et tendit aussitôt un bras protecteur devant la jeune Yaxley, son geste déclenchant un tonnerre de ricanements parmi les nouveaux venus qui émergeaient lentement de l'obscurité. Des Chaporouges. Une bonne dizaine d'entre eux semblait-il, le regards mauvais et le gourdin au bout du bras. Vivienne esquissa alors une moue, dégoûtée. Elle avait en horreur ces sales petites pestes assoiffées de sang. Avant le projet Filet du Diable, on en trouvait surtout sur les anciens champs de bataille ou tout autre endroit où le sang avait un jour coulé à flot mais, aujourd'hui, ils pullulaient dans les moindres recoins. Ce n'était pas des créatures si dangereuses, en vérité, mais plus d'une âme malheureuse avait trouvé la mort en faisant l'erreur de les sous-estimer. Le problème résidait surtout dans le fait que les deux sorcières ne pouvaient utiliser leur magie. Pas si elles ne voulaient pas risquer de faire sauter leur couverture en tout cas. Vivienne fronça alors les sourcils. Les rouages de son cerveau tournaient à plein régime, mais c'est par instinct qu'elle attrapa l'extrémité d'un bout de bois brûlant au feu et le tendit devant elle comme s'il s'agissait d'une torche quand les Chaporouges firent mine de s'avancer vers elles. Les créatures esquissèrent alors un mouvement de recul, avant de siffler et de cracher de colère.

_ T'approches, j't'embroche !
_ Salomé ! Ne les laisse pas t'intimider ! Et reste près de moi surtout !
_ T'attaques, j'te niaque !
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 16 Nov - 18:32
Elle a accueilli l’étreinte subite de Vivienne comme le plus grand des cadeaux et les flammes de son feu comme une des plus belles choses qu’elle n’ait jamais vécu dans sa courte vie. C’est une réussite qui lui semble plus grande que l’obtention de ses ASPIC, au point de désespoir et de froid où elle en est. Le tout sans baguette. Elle ne s’imagine absolument pas faire ça tous les soirs, tout le temps, à chaque fois dans des conditions plus exécrables que le soir précédent. Pauvres moldus qui n’ont pas eu la grâce d’être sorciers et qui ne peuvent pas se ménager un abri en quelques coups de baguette ! Quelle idée de fuir les commodités que les sorciers leur fournissent pour aller se perdre dans la cambrousse !
Même pire. Dans le Dartmoor. Dans ce silence qui n’a rien de silencieux et tout d’inquiétant. Les deux sorcières savent bien qu’elles ne sont pas seules et qu’on en parle pas ici de la faune et la flore du Royaume-Uni, mais d’autre chose. De quelque chose qui s’amuse à leurs dépends.

Un petit cri apeuré s’échappe de ses lèvres quand les voix s’élèvent autour d’elles et elle plaque aussitôt sa main sur sa bouche pour ne pas en pousser un autre. Pour ne pas encourager les horribles choses qui parlent dans les fourrés, celles qui enfin sortent des bois, motivées par le mouvement de protection de Vivienne que par sa propre peur. « Salomé ! Ne les laisse pas t'intimider ! Et reste près de moi surtout ! » Ne pas être intimidée, ne pas être intimidée, ne pas être intimidée. Ne pas sortir sa baguette, ne pas sortir sa baguette, ne pas sortir sa baguette.
Elle sait pertinemment ce qui est efficace contre un Chaporouge – quels sortilèges, quelles potions, quelles manœuvres. Et Salomé ne peut rien utiliser de tout ça. Crotte de troll. Du pied, elle réussit à attirer à elle un bâton laissé à sécher près du feu et elle l’agrippe fermement à deux mains, se positionnant comme si elle allait frapper un Cognard.

« Tu la bloques, vite j’la croque !
- Qu’est-ce qu’elle a peur, miam quelle odeur !
- Foutez le camp !, tremble sa voix.
- Elle veut pas la vilaine, qu’on lui mange les mitaines !
- Foutez le camp, qu’elle a dit ! Sales bestioles ! »

Une grande femme noire est au bout de la batte qui vient de faucher le Chaporouge en pleine tête, l’envoyant valser dans un arbre voisin. La panique prend aussitôt les créatures, qui sont prises entre la torche de Vivienne et l’arme de l’inconnue, qui est rejointe par un adolescent dégingandé et une autre femme, aux longs cheveux roux s’échappant de son bonnet. Eux aussi tiennent des torches et ils ne perdent pas de temps avant d’asséner des coups vigoureux aux Chaporouges, rejoints par Salomé, qui se fait un plaisir de frapper dans le plus proche d’elle. Son gourdin frappe quand même son flanc, lui arrachant une grimace – elle aura une belle ecchymose à soigner, et quelques minutes de bagarre plus tard, les créatures s’échappent, crachant et crachotant. « On va revenir, on va vous punir ! C’est ça, punir, aplatir, mentir et honnir », grogne la rousse en réponse. Leurs trois sauveurs reprennent leur souffle, tout comme elles. La Poufsouffle masse prudemment l’endroit touché par le gourdin du Chaporouge, sans quitter les arrivants des yeux. Depuis combien de temps les espionnent-ils ? Depuis qu’elles sont dans la forêt, ou depuis plus longtemps ?

« Il t’a pas fait trop mal ?, demande l’ado, remarquant son geste. Aussitôt, Salomé se redresse un peu, ignorant la douleur qui crie au niveau de ses côtes. Non. C’est un petit mensonge, mais elle ne veut pas exposer de faiblesse à ces inconnus. Des moldus ? Ceux qu’ils cherchent ? Elle n’en sait rien. Merci. Y’a pas de quoi. J’m’appelle Hannah, se présente la Noire, avec un sourire fatigué. Sally, et c’est ma mère. Vivienne. On sait. » Ah. Oh. Un silence teinté de malaise est sa réponse. Ils savent. Bien. Bien bien bien. Ça ne la rassure pas, mais ils les ont aidé. Ils les auraient laissé se faire tabasser par les Chaporouges, sinon. Tant qu'ils restent ici, dans son champ de vision, et autour de son feu dans lequel elle a mis tant d'efforts...

Spoiler:
 
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 23 Nov - 14:46
Salomé et Vivienne se tenaient dos à dos, brandissant tant bien que mal leur arme de fortune pour empêcher les vilaines créatures de s'approcher trop près de leurs mollets. Le bâton de la McKay avait rapidement cessé de flamber mais conservait l'aspect menaçant d'un tisonnier chauffé à blanc qui faisait reculer d'un bond chaque Chaporouge qu'elle pointait avec. Malgré ça, ils gagnaient pourtant du terrain. Le cercle se resserrait autour des deux sorcières et, bientôt, Vivienne poussa un petit cri partagé entre la douleur et la surprise lorsqu'un coup de massue asséné par l'un de ses adversaires la força à faire un pas de côté et qu'elle mit le pied au feu par inadvertance. Des éclats de rire saluèrent alors sa maladresse tandis qu'elle se dégageait précipitamment, brisant par là même leur formation de défense. Elles en étaient là, en mauvaise posture, lorsqu'un événement inattendu se produisit. Vivienne ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux en voyant surgir de nulle part la grande gazelle à la peau noire qui décocha aussitôt un violent coup de bâton en pleine tête de l'affreux lutin qui s'apprêtait à lui sauter dessus. Une moldue. Trois moldus, rectifia-t-elle intérieurement en apercevant les deux autres silhouettes qui se joignaient à la bataille. Mais elle se réjouirai plus tard. Pour le moment, elle avait encore des Chaporouges à mâter !

Déboussolés par l'arrivée de ces renforts inespérés, les créatures ne tardèrent pas à prendre la fuite en courant en tout sens. « Oh non mes mignons, pas si vite, » souffla alors Vivienne alors qu'elle attrapait le poignard à sa ceinture. Comme si elle allait les laisser s'en tirer à bon compte après qu'ils aient eu l'audace de s'attaquer à elle et à Salomé ! Le lancé de couteau était une tradition chez les Lestrange. Elle avait beau ne pas avoir pratiqué depuis un petit moment, la lame de Vivienne alla tout droit se planter dans le dos de la créature en train de sauter par-dessus un arbre mort pour tenter de rejoindre le couvert de la forêt. Un sourire mauvais étira alors ses lèvres en l'entendant s'écraser au sol et elle alla tranquillement récupérer son arme tandis que chacun reprenait son souffle. Quand elle revint, Salomé avait commencé à faire les présentations. Vivienne fronça légèrement les sourcils quand la dénommée Hannah indiqua qu'elle connaissait déjà leur prénom, mais elle se passa de commentaire. Elle se plaça plutôt au côté de sa protégée et passa son bras autour de ses épaules pour la ramener près d'elle dans un geste protecteur. Il y avait des chances pour que ces moldus soient ceux qu'elles cherchaient, mais Vivienne craignait qu'ils aient des doutes si elles se montraient trop vite trop enthousiastes. La vie de fugitif rendait certainement parano. Elles se devaient d'agir comme tel elles aussi.

_ Tu te défends plutôt pas mal avec ça, repris Hannah avec un mouvement du menton en direction du poignard qu'elle tenait toujours à la main. Où est-ce que tu as appris ?
_ Mon grand-père, rétorqua-t-elle alors un peu brusquement, sans rentrer dans les détails.

La grande black haussa les sourcils mais ne chercha pas à en savoir plus. Son regard était braqué sur elle. Intense. Insolent. C'était à peine si elle clignait des paupières et Vivienne dut se retenir de lui ordonner de baisser les yeux. Elle n'aimait pas sa manière de la regarder ni de marcher lentement autour d'elle comme si elle cherchait à la mettre mal à l'aise ou à l'intimider.

_ D'où est-ce que vous venez ?
_ Hannah... soupira la femme aux cheveux roux sur un ton mi-blasé mi-excédé, mais cette dernière leva alors sèchement la main sans même se retourner et elle n'alla pas plus loin dans son propos.
_ Ça fait un petit moment qu'on vous observe. Il n'y a que vous deux ?
_ Non. Il y avait mon fils et mon mari également, mais... Nous commencions à manquer de nourriture. Nous avons essayé d'en voler à des sorciers qui vivent isolés plus vers le sud mais... Mais cela a mal tourné et... Et nous avons été séparés dans la confusion. Je ne sais même pas s'ils sont encore vivants ou s'ils...

C'était véritablement du grand art. Les hésitations. La nervosité grandissante. Vivienne avait laissé les larmes grimper à ses yeux et acheva son petit discours d'une voix brisée, détournant la tête comme pour masquer pudiquement sa peine et son désarroi.


Citation :
Quelle est la réaction des moldus ?
Oui : Ils restent prudents et risquent de leur poser encore quelques questions mais leur proposent rapidement de les accompagner à leur campement.
Non : Le hasard a parfois un humour particulier. Hannah a en vérité reconnu Vivienne. Elle se souvient parfaitement de cette sorcière qu'elle a vu massacré un bon paquet de moldus lors du projet FDD. Consciente qu'elle n'a aucune chance en duel ouvert, elle continue cependant à jouer le jeu, mais Vivienne et Salomé risquent d'avoir une surprise à un moment donné...
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 23 Nov - 14:46
Le membre 'Vivienne McKay' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 28 Nov - 5:55
Salomé serre Vivienne dans ses bras, fille faussement éplorée retenant ses fausses larmes à la pensée d’avoir perdu son faux frère et son faux père. Elle frictionne avec douceur le dos de la sorcière, levant des yeux hésitants vers les trois modus. Leurs visages restent dubitatifs, surtout celui de la dénommée Hannah, mais ils ne semblent pas plus agressifs. Ni plus soupçonneux. À vrai dire, la rouquine semble même un peu se détendre, devant cette touchante image de mère et fille craignant pour la vie de la moitié masculine de leur petite famille de fugitifs.

Dans leur dos, l’adolescent va inspecter les alentours du feu, et elle doit se retenir de toutes ses forces de se retourner pour regarder ce qu’il fait. Elle se force plutôt à rester calme, aussi placide et détachée qu’à son habitude. « On espérait que… qu’ils avaient réussi à s’échapper. Puis, si on suit l’itinéraire que nous avions tous prévu, on s’est dit qu’on allait peut-être tomber sur eux, complète timidement Salomé. On n’a vu personne de nouveau », commente la rousse en hochant lentement la tête, une moue embêtée sur son visage. « Il y a toujours des gens qui vont et viennent, restent parfois, mais… aucun père et son fils. On a vu un homme seul, coupe brutalement Hannah, se retournant vers sa compère. Ah oui ? Mais si. Plutôt grand, assez brun. Il disait chercher sa famille. Peut-être… est-ce que ça correspond à celui que vous cherchez ? » Les deux regards se fixent sur elles. Celui d’Hannah, inquisiteur, même sévère. Celui de la rouquine, interrogateur. Salomé hausse les épaules. Elle ne veut pas risquer de trop s’avancer et de proposer une identité à un homme qui pourrait radicalement différer de ce qu’elle dirait. Elle ne veut pas se jeter un Avada Kedavra dans le pied. « Bien… Papa est plutôt grand et assez brun, mais… y’a plein de gens comme ça. Une note d’hésitation se glisse dans sa voix, alors que ses yeux sombres tombent sur ses chaussures détrempées. Et il… il faudrait qu’il soit avec Tom. Pas seul. »
Elle pourrait y prendre goût, à jouer la comédie. Ce n’est pas bien éloigné du petit jeu qu’elle joue avec Murphy, cette valse élaborée, deux pas en avant, un pas en arrière, faite pour déconcerter et s’amuser. Pourtant, le goût de ce théâtre n’est pas le même. Il est nerveux, il est amer, il est teinté du danger. Elle se sent en sécurité, avec Vivienne, dont l’expérience dépasse nettement la sienne en tout (à peu près), mais il y a trop d’inconnu pour que tout soit paisible.

« C’est joli, ça. » La voix de l’adolescent les sort toutes les quatre de leur petite discussion et Sally se tourne pour savoir de quel objet joli il peut bien parler. Certainement pas son dos à dos moisi. Dans sa main brille plutôt un briquet, son briquet, dont il tire une flamme. Brusquement, Salomé laisse Vivienne pour aller reprendre l’objet, qu’elle a probablement laissé tomber à terre après s’être escrimée à allumer ce damné feu. Elle le chaparde de la main du jeune homme, d’un geste leste et rapide. « Je l’ai volé. C’est à moi. Si tu l’as volé, c’est pas à toi, qu’il rétorque aussitôt, sur le même ton agressif qui lui est naturellement venu. Jaloux. » Sale Botruc mal élevé. Elle est en colère à l’idée que ce moldu ait touché une de ses affaires sans lui demander la permission. Jamais Savannah n’oserait faire une chose pareille. Les moldues des Yaxley sont bien élevées, elles, au contraire de cet espèce de… de… « Greg, laisse-la tranquille. J’ai rien fait ! »

Tiens, c’est ça. Fais-toi gronder comme un gamin.
Hautaine, elle suit le jeune homme du regard, alors qu’il retourne aux côtés des deux femmes, tempêtant à voix basse qu’il n’a rien fait, il l’a juste trouvé à terre et gnagnagna. « Ça vaut le coup de voir si le nouveau est celui que vous cherchez. Vous en pensez quoi ? »
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Sam 3 Déc - 18:23
Il y avait quelque-chose de déconcertant dans l'attitude de ces moldus. Une insolence à l'état brut, semblable à celle d'un cheval n'ayant encore jamais connu l'entrave du mors ou de la bride. Cela faisait depuis le projet Filet du Diable que Vivienne n'avait plus croisé de regards aussi farouches. Aussi droits. Elle découvrait presque avec ahurissement qu'il existait toujours d'irréductibles rebelles à la dignité franche et indomptée et, soudain, elle éprouva la plus grande difficulté du monde à contenir son envie de leur faire ravaler cette espèce de fierté idiote qu'ils avaient su préserver. En entendant avec quelle impudence l'adolescent du lot osa s'adresser à Salomé, elle ne put d'ailleurs s'empêcher de le foudroyer du regard – son animosité passant heureusement inaperçue alors que l'attention était toute entière focalisée sur les deux jeunes gens. L'incident ne dégénéra cependant pas en esclandre et Vivienne se força à raisonner la colère sourde qui lui démangeait le bout des doigts. Cela aurait été si simple de sortir sa baguette de la poche intérieure de sa veste où elle était soigneusement dissimulée. Si facile de mettre un terme à cette mascarade et d'obtenir ce qu'elles étaient venues chercher par la force. Mais ce n'était pas ce qui avait était convenu et Vivienne refusait de s'être fait passer pour une moldue pendant près de neuf heures pour abandonner son rôle à la première contrariété. Elle avait une fierté, par Morgane !

L'ambiance entre le faux couple mère-fille et les nouveaux venus était tendue. Il flottait au-dessus de leurs têtes un climat de suspicion mutuelle. Les regards étaient méfiants et les corps aux aguets, un peu comme ceux de deux félins se tournant autour en attendant de se sauter à la gorge ou d'accepter la présence de l'autre. Pourtant, les moldus semblaient avoir cru à leur petite histoire. Vivienne échangea un rapide coup d’œil avec sa protégée quand Hannah suggéra qu'ils partent à la recherche de cet homme dont elle disait avoir croisé la route, mais elle acquiesça rapidement. Elle ne se doutait pas une seule seconde qu'il puisse s'agir d'un piège. À aucun moment elle ne prêta attention à l'expression déconcertée de la rouquine face au comportement de Hannah, ni au fait qu'il faisait nuit noire et que cela aurait été bien plus prudent d'attendre le lendemain matin avant de se lancer dans un nouveau jeu de piste. Les préjugés qu'elle nourrissait à l'égard de la capacité de réflexion d'un moldu l'aveuglait. Tout comme son désir d'en finir au plus vite avec cette mission...

Éclairé par la seule pâle lumière de la lune, le groupe se mit alors en route. Les moldus avaient éteint leurs torches de fortune, expliquant que la moindre lueur attirait bien trop l'attention en déplacement ; ce à quoi les sorcières s'étaient contentées de répondre par un vague grommellement entendu. Hannah était celle qui ouvrait la marche, suivit de près par Vivienne, Salomé, Greg, puis la rouquine. Ils progressaient les uns derrière les autres, en file indienne, avançant lentement entres les arbres biscornus du Dartmoor. Le sol était jonché de larges pierres humides recouvertes de mousse qui ralentissaient considérablement la cadence. Vivienne manqua d'ailleurs plus d'une fois de s'y briser les chevilles. Elle finit même par devoir se rattraper aux épaules de Hannah lorsque son pied se coinça dans un interstice et qu'elle manqua de peu de s'étaler lamentablement par terre.

_ Faites attention !
_ Pardon, j'ai glissé, je... C'est encore loin ? Où est-ce que vous nous conduisez ?
_ Plus très loin, non. On ne devrait pas tarder à arriver à la rivière. C'est là que nous avons croisé votre bonhomme la dernière fois. Il squattait près d'un ancien large conduit d’égout.
_ Ah... Et c'est un endroit sûr ? fit-elle mine de s’inquiéter.
_ Plus aucun endroit n'est sûr depuis que les sorciers ont débarqué.
_ Oui, oui, bien sûr, bafouilla Vivienne, qui sentit pourtant l'adrénaline grimper en flèche dans ses veines alors que Hannah mentionnait les siens pour la première fois. Mais, vous savez, il paraît que leurs pouvoirs débloquent. Ma fille a réussi à dénicher un exemplaire de leur journal la dernière fois et...

Elle ne finit jamais sa phrase. Dans le lointain, un rugissement préhistorique venait de rouler dans le ciel et Hannah avait brusquement tendu le bras en arrière, sa main venant s'écraser contre son torse et lui coupant brièvement le souffle.

_ Tsss, on aurait dit un dragon. Trop loin pour nous poser problème mais nous ferions mieux de poursuivre en silence, trancha-t-elle alors d'une voix qui ne souffrait aucun compromis.
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 5 Déc - 19:43
Elles acquiescent bien vite à la proposition d’Hannah de les suivre afin de retrouver cet homme mystérieux. C’est pourtant avec la déception dans l’âme que Salomé ramasse leurs affaires, le regard fixé sur ce feu qu’elle a mis tant d’efforts à allumer et qu’elles doivent déjà laisser derrière elles. Elle aurait bien pris encore quelques minutes, ou heures, ou toute la nuit, avant de partir avec ces inconnus… Sa patience pâtit de plus en plus de la fatigue, du froid et de la nervosité, et elle craint qu’une parole de trop de la part de cet imbécile de Greg (en plus son prénom est moche et affreusement banal) ne lui fasse s’échapper sur quelque chose de magique. Ou sortir sa baguette pour lui apprendre le respect.

Les deux sorcières ne sont pas là pour effeuiller la sauge, cela dit, et autant prendre l’opportunité pendant qu’elle est là. Alors, une fois tout leur campement de misère plié, le petit groupe s’était engagé dans la forêt, dans la noirceur la plus totale.

Loin de la source de chaleur qui était si bienvenue, Salomé frissonne. Ses vêtements sont loin d’être entièrement secs et sur le sol humide, ses espadrilles ne font que se gonfler à chaque fois d’un peu plus d’eau et même avec son imperméable, qui coupe le vent, elle gèle. Toute concentrée qu’elle est à ne pas tomber sur les roches moussues, elle ne s’entend pas claquer des dents jusqu’à ce qu’un chuchotement résonne à son oreille : « T’as froid ? Elle refuse de détourner ses yeux du dos de Vivienne. T’as les oreilles bouchées ? Elle a dit de se taire. » La réplique fait taire momentanément l’adolescent. Elle se serre les dents, pour ne plus les claquer, mais le silence qu’elle pensait revenu est de courte durée, puisqu’à nouveau elle entend Greg chuchoter derrière elle : « T’en penses quoi ? De quoi ? Il la pense Legilimens, ou quoi ? Des sorciers. Tu crois qu’c’est vrai, qu’leurs pouvoirs déconnent ? » Il a dû entendre les mots échangés par Vivienne et Hannah. Peut-être pourra-t-il lui donner quelques informations précieuses ? Elle laisse volontairement quelques pensives secondes s’écouler avant de répondre, avec prudence : « Si ce n’était pas vrai… pourquoi l’auraient-ils écrit dans leur journal ? Si c’est une faiblesse, c’est pas très stratégique de la dévoiler à tout le monde. Ce type a déjà une idée bien faite de la situation, mais il ne semble pas réaliser que les sorciers n’ont pas d’ennemis. Plus d’ennemis. Si ce n’est eux-mêmes, entre eux, et les créatures magiques, disons. Comme quoi en plus d’être dépourvu de magie, ce moldu est aussi dépourvu de toute capacité de réflexion. Qui devraient-ils craindre ? Toi et moi avec des bâtons et des cailloux, peut-être ? » C’est un peu arrogant et ça cloue tout à fait le bec de l’adolescent, qui la laisse enfin à sa progression laborieuse.

En tendant l’oreille, elle croit bien entendre la rivière dont a parlé Hannah, où l’homme s’était réfugié. S’il est encore là, elles pourront jouer la déception, oh non ce n’est pas lui, et s’il n’est pas là, tout à l’identique ou presque, oh non il est parti. Le calme lui permet de réfléchir à l’adolescent, qui est encore sa meilleure –et première– piste à propos de Tinworth, soit ce qu’elles sont venues chercher. Le rembarrer comme ça c’était pas très fin. Rattraper le coup serait une idée plutôt judicieuse. Salomé tourne la tête pour regarder Greg, qui s’est renfrogné, et lui chuchoter : « Tu ne crois pas que c’est vrai ? Non. Pourquoi auraient-ils écrit ça, alors ? Pour faire peur aux gens. C’est ça que tous les dictateurs font, y’a rien inventé, Kark. Taisez-vous, vous deux. » La voix de la rouquine les coupe, réduisant les deux jeunes gens au silence. Pour faire peur ? Parce qu’il croit que le gouvernement oserait dire un tel mensonge à la population ? Mervyn Kark ? Salomé écarquille les yeux, envisageant pour la première fois que tout ceci pourrait être faux. Une simple mascarade gouvernementale. Possibilité qu’elle écarte aussitôt. C’est tout bonnement ridicule.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mar 6 Déc - 18:00
Vivienne esquissa une moue alors qu'elle vint masser l'endroit où la main de la moldue avait tenté de lui enfoncer le thorax. Le traitement à froid qu'elle lui servait depuis le début commençait doucement à l'agacer. L'ingrate. Ne se rendait-elle pas compte des efforts considérables qu'elle faisait pour se montrer un tant soit peu agréable ? De ce que cela lui coûtait de s'abaisser à son niveau ? Visiblement non. Son manque d'éducation était au-delà de tout secours. Il tardait à la sang-pur le moment où il serait enfin temps de tomber les masques mais, en attendant, il lui fallait bien ronger son frein. Elle espérait que Salomé parvenait plus aisément à briser la glace de son côté. Greg semblait en effet avoir développé un certain intérêt pour elle. Ce n'était encore qu'un adolescent qui n'avait probablement que rarement l'occasion de croiser la route de jeunes gens d'un âge similaire au sien. Il ne pourrait pas s'en empêcher. Un sourire vint d'ailleurs rapidement ourler les lèvres de la McKay en entendant les légers murmures qui ne tardèrent pas à s'élever dans son dos.

Malgré toute sa muflerie, Hannah n'avait pas menti. Un peu moins d'une dizaine de minutes après qu'elle l'ait intimé au silence, le son clair et cristallin de la rivière leur parvint enfin. Débarrassé du couvert de la forêt, le clair de lune éclairait la scène plus distinctement. Une lumière argentée irréelle se reflétait sur les remouds de l'eau et Vivienne prit alors quelques secondes pour profiter du paysage quasi romanesque que leur offrait la nature. Un léger sifflement la rappela cependant rapidement à la réalité présente. Quand elle se fut retournée, Hannah lui indiqua quelque-chose d'un bref coup de menton et Vivienne suivit son geste jusqu'à embrasser du regard le fameux conduit dont elle leur avait parlé. Il s'agissait d'une large bouche en ciment, mais noire, si sombre qu'il lui était impossible de discerner quoi que ce soit plus de quelques centimètres en avant. Sans qu'elle ne sache trop pourquoi, Vivienne sentit alors un frisson désagréable lui hérisser le poil tandis qu'elle s'en rapprochait à pas de loup. Tout cela lui semblait parfaitement absurde tout d'un coup. Comment est-ce qu'une personne aurait pu se cacher là-dedans ? Flairant sa réticence, Hannah vint aussitôt l'encourager.

_ Allez-y. Le conduit s'élargit un peu plus loin. Les égouts forment encore un vaste réseau que beaucoup d'entre nous continuent à utiliser pour se mettre à l'abri. Ce n'est pas prudent de rester à découvert trop longtemps.

Vivienne se raidit malgré elle. Une vieille odeur d'eau croupie se dégageait de la bouche. C'était infecte. Elle n'avait aucune envie de mettre les pieds là-dedans. Elle n'avait pas vraiment d'autre choix cela dit, mais alors qu'elle se penchait en avant pour pénétrer dans le conduit, elle se jura que ce serait là la dernière extravagance à laquelle elle accepterait de se plier. Si après ça les moldus refusaient toujours de coopérer... Alors c'est qu'il serait temps de passer à la manière forte.


Citation :
Les moldus laissent passer Vivienne et Salomé en premières, et quoi ?
Oui : Le conduit fini effectivement par s'élargir, mais alors qu'elles ont enfin assez d'espace pour se redresser, elles reçoivent chacune un bon coup de gourdin à l'arrière du crâne. Sonnées, elles ne tombent pourtant pas inconscientes.
Non : C'est le black out.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mar 6 Déc - 18:00
Le membre 'Vivienne McKay' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 14 Déc - 21:01
Lorsqu’elle se réveille, elle est appuyée contre un arbre, assise à même le sol mouillé. Les poignets attachés dans son dos, la gorge piquante de la fumée et du froid, et un mal de tête carabiné, très fortement localisé à l’arrière de son crâne. Il lui faut quelques minutes pour retrouver où elle est, pourquoi elle peut bien être dans cette situation et qui est attachée à ses côtés. La mission. Dans le Dartmoor. Les moldus. Avec Vivienne. Le conduit… oh, oui, le conduit. Ça doit être là. Le Sharak dans le filet. Salomé tente de discerner les alentours, sans grand succès. Il fait encore nuit noire et s’il y a un feu, celui-ci doit être derrière elle. Elle entend des voix, indistinctes, mais la faible lueur du brasier ne lui permet pas de voir quoi que ce soit d’autre.

L’autre Mangemort est appuyée tout contre elle, en apparence encore inconsciente. « Vivienne. » Un murmure, sans réponse, assorti d’un petit coup d’épaule qui ne génère aucune réaction chez la femme. Elle espère qu’elle n’a rien de grave… sinon, elles sont encore plus dans la bouse. Puis, plus inquiétant : elle ne sait pas si c’est parce quelle est frigorifiée, mais elle ne sent plus sa baguette tout contre son bras. On ne lui a pas retiré ses vêtements, mais les moldus auraient tout à fait pu profiter qu’elle soit dans les pommes pour la fouiller. L’idée la dégoûte. Avoir leurs sales pattes sur elle. Elle tente de replier les mains pour tâter sa manche, mais elle a tellement froid que le moindre mouvement lui arrache une grimace de douleur. Génial. Elle est gelée jusqu’aux os, potentiellement désarmée, et très mal assise. On doit l’avoir posée sur une racine, ce qui explique l’inconfort grandissant au niveau de sa fesse droite.
Un peu désespérée, elle appuie sa tête contre l’arbre et ferme les yeux. Elles ont été prises comme des bleues, sans même qu’elle sache comment. Vivienne et elle ont été exemplaires, un véritable modèle d’infiltration.

Un bruit de pas dans les feuilles la fait tressaillir, mais elle se force à rester immobile et à garder les yeux fermés. Les pas s’immobilisent devant elles, sans se rapprocher davantage, et il passe quelques secondes avant qu’une voix s’élève, cette fois clairement : « Toujours pas réveillées. On a peut-être frappé un peu fort… Elle sent une légère note d’inquiétude dans la voix masculine, qu’elle identifie comme étant celle de Greg. Quant à l’autre… c’est sans doute la rouquine. Ou une personne inconnue. Pas Hannah, ça, elle en est certaine. Ce n’est pas plus mal. Si Hannah a raison... je les préfère attachées et inconscientes. Ben, p’t’être qu’elle se trompe, proteste le jeune homme, un peu sur la défensive. Peut-être. Peut-être que c’est une simple coïncidence, aussi, que l’on rencontre dans les bois une lanceuse de poignard ressemblant à son avis trait pour trait à Vivienne McKay. » Un long silence suit cette déclaration, au sérieux tranchant, et Salomé se retient vivement d’ouvrir les yeux pour dévisager les deux moldus pour leur demander de répéter ce qu’ils viennent de dire. Vivienne ? Hannah aurait reconnu Vivienne ?
Que cette femme ait survécu au projet Filet du Diable est suffisamment étonnant en soi, mais qu’elle soit encore vivante quinze ans de cavale après en est une autre. Sans parler de pouvoir se souvenir du visage de la noble sorcière.
La Poufsouffle doit aussi se retenir de vérifier si sa compagne est éveillée. Avec un peu de chance, elle aussi a repris conscience et a appliqué la même tactique qu’elle, soit de feindre, afin de savoir ce qu’il se passait. Et elle sait donc ce qui a bien pu les trahir. Les pas de l’adolescent et de la rouquine s’éloignent, probablement pour retourner veiller au chaud, près de leur feu, mais en attendant qu’ils soient tout à fait partis, elle se force à se concentrer sur autre chose que sur l’envie de secouer Vivienne (enfin, secouer, vous comprenez). Comme la douleur à sa fesse droite, étrangement concentrée en un seul endroit. Après un temps de réflexion et de retour sur les événements passés, elle comprend. Ce n’est pas une racine. C’est son briquet. Oh. Peut-être que… que si elle réussit à l’atteindre, à le sortir et à en tirer une flamme, elle pourra brûler les liens qui la retiennent, les siens ou ceux de Vivienne.

Citation :
Les moldus remarquent-ils que Salomé est éveillée, ou ils laissent les sorcières tranquilles ?
OUI : Le calme total qu’observe la sorcière laisse l’illusion être parfaite et les deux loustics restent paisiblement près de leur feu.
NON : Une quinte de toux prend subitement la sorcière, les poumons enfumés par son précédent feu de boucane et le froid aidant à précipiter ce qui pourrait être le début d’une bonne grippe. Leurs gardiens reviennent près d’elles aussitôt.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 14 Déc - 21:01
Le membre 'Salomé Yaxley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Jeu 22 Déc - 1:33
Silhouette amorphe ramassée au pied d'un arbre, Vivienne émit un grognement étouffé tandis qu'elle se sentait émerger du profond trou noir à travers lequel elle avait sombré ; mais plus que le froid la paralysant jusqu'aux os ou que la morsure des liens tailladant ses poignets, la première chose dont elle prit véritablement conscience ne fut autre que la douleur lancinante qui lui vrillait l'arrière du crâne. Un peu comme si un troll des montagnes lui avait asséné un bon coup de massue derrière les oreilles. Plus elle s'éveillait et plus la tête lui tournait affreusement. C'était abominable. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Il lui fallut encore quelques minutes pour raccrocher les wagons les uns derrière les autres et finir par comprendre la situation dans laquelle elle se trouvait. Et le moins qu'on puisse dire c'est que celle-ci était loin d'être idéale ! Vivienne était furieuse. Elle n'arrivait pas à croire qu'elle s'était si aisément laissée avoir. Qu'elle n'avait rien vu venir ou ne serait-ce que perçu la duplicité se cachant derrière les intentions de Hannah. L'essentiel de la colère se déversant peu à peu dans ses veines n'était pourtant pas dirigée contre elle, mais uniquement contre ces sales petits moldus dont l'arrogance dépassait décidément tout entendement. Comment avaient-ils pu oser ?!

Sous le coup de la colère, la sorcière tira un coup sec sur ses bras tout en jetant le haut de son corps sur le côté. Au lieu de dégager ses mains de derrière son dos, l'entreprise eut malheureusement l'effet inverse et resserra encore un peu plus autour de ses chairs la corde qui la retenait prisonnière. Vivienne aurait pourtant volontiers retenté sa chance si un violent vertige ne l'avait aussitôt assaillit, mais elle dut bien se rendre à l'évidence qu'elle n'était pas en état de se débattre dans la situation présente. « Vivienne ? » La sorcière se figea, percevant pour la première fois depuis qu'elle avait repris connaissance la présence de Salomé à ses côtés. La jeune sang-pur avait l'air inquiète, apeurée même, mais saine et sauve et c'était bien là le plus important. « Je suis là, la rassura-t-elle alors de la même voix basse tandis qu'elle jetait un rapide coup d’œil aux deux moldus conversant toujours près du feu, à quelques mètres d'où elles se tenaient. Salomé, est-ce que tu as encore ta baguette sur toi ? Je... Je ne crois pas, mais je pense pouvoir attraper mon briquet. Il... »

Un craquement sonore retentit soudain dans leur dos, comme si quelqu'un venait d'écraser une branche, et les sorcières s'interrompirent brusquement. Grand bien leur en prit, car une poignée de secondes plus tard, la silhouette longiligne de Hannah surgissait devant elles, un sourire triomphant au bord des lèvres. « Bien dormi ? » Vivienne la fusilla du regard. Loin de s'en offusquer, la moldue échappa un petit rire sardonique qui lui donna une envie irrépressible de la gifler, mais elle en profita plutôt pour lancer un regard en biais à sa petite protégée. Parfaitement immobile, la tête renversée sur la poitrine, elle donnait l'illusion parfaite d'être encore inconsciente. Vivienne pouvait pourtant la sentir imperceptiblement bouger tandis qu'elle essayait de mettre la main sur son briquet, et elle reporta alors aussitôt son attention sur la moldue. Il était impératif qu'elle la garde focalisée sur elle. C'était la seule manière de permettre à Salomé d'agir sans être détectée, et elle comptait bien lui gagner le temps dont elle aurait besoin.

_ Qu'est-ce que ça veut dire ? gronda-t-elle en tirant à nouveau sur ses liens, mais sans grande conviction cette fois-ci. Même si elle ne savait pas encore comment cela avait pu se produire, il ne faisait aucun doute en effet dans son esprit que, pour en arriver là, c'est que leur couverture avait déjà du voler en éclats depuis un moment.
_ Allons, pas de ça entre nous. Je me demandais juste : c'est véritablement ta fille ?
_ Pourquoi ? Cela change quelque-chose ?
_ Non. T'as raison, concéda Hannah en haussant les épaules avant de venir s'accroupir à sa hauteur. Vivienne McKay, souffla-t-elle alors en la dévisageant avec une intensité rare, dérangeante presque. J'ai eu du mal à le croire sur le coup, mais quand je t'ai vu lancé ce poignard, le doute n'était plus permis.
_ C'est marrant mais je n'ai pas le souvenir d'avoir jamais eu le plaisir de croiser ta route avant aujourd'hui.
_ Non, c'est sûr. Après tout je n'étais sûrement qu'une moldue parmi tant d'autres à tes yeux. Mais moi je me souviens très bien de toi, à Londres, quand tout ce merdier a commencé. Si innocente. Si inoffensive en apparence. Dis-moi, combien d'entre nous ce sont laissés berner par ce visage de poupée avant de réaliser leur erreur ?
_ Je ne sais pas. J'ai arrêté de compter passé la vingtaine, mordit-elle avec une méchanceté assumée et un total manque de remord qui parvint enfin à tirer la gazelle de sa fausse désinvolture.

Vivienne se serait toutefois bien passée de la gifle qui la heurta alors en plein visage.
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 26 Déc - 6:20
Elle mime l’inconscience à la perfection et dans la pénombre, sous ses tresses défaites qui finissent de cacher son visage, Salomé garde une expression impassible. Pourtant, doucement, elle se tortille pour tenter de faire remonter le briquet de sa poche et l’attraper. Un exercice difficile, surtout sous le regard d’Hannah. Même si celle-ci est focalisée sur Vivienne, elle pourrait tout à fait deviner la supercherie. Elle ne veut même pas penser aux possibles conséquences. Le métal du briquet est frais, entre ses doigts humides et engourdis, et il s’échappe presque de sa poche. C’est in extremis qu’elle le rattrape avant qu’il tombe entre les feuilles mortes écrasées sous elle, retenant son souffle. Elle raffermit sa prise sur l’objet et, aussi discrètement que possible, ouvrir le clapet et laisse glisser ses doigts fermement sur la roulette, sans en tirer la moindre étincelle. Non, ce n’est pas… pas le temps. Une flamme jaillit, subitement, elle la sent lécher ses poignets, et à l’aveuglette, elle tente de diriger celle-ci sur la corde qui l’entrave. C’est maladroit, douloureux, mais Salomé peut jurer que quelques fibres de la corde grillent, son nez piquant de cette odeur de fumée différente et bien plus proche que celle du feu derrière elles.

Plus vite, pense la sorcière, osant à peine respirer, par peur de laisser échapper un son de souffrance quand la flamme reste un peu trop longtemps fixée sur sa chair. Elle sent, cela dit, les liens se détendre, au fur et à mesure qu’ils sont rongés par la flamme menue. Ce sera suffisant, qu’elle tente de se convaincre. Assez pour agir. Assez pour tenter sa chance.

Maintenant.

La gifle, part, retentissante, et s’écrase sur la joue de son aînée. Et en même temps, brusquement, ses jambes repliées se détendent et foncent dans celles d’Hannah, la faisant chuter sur elles dans un glapissement étouffé de surprise. La tête de la moldue frappe contre l’arbre, dans un son sourd, et le corps qui retombe sur elles est tout à fait dépourvu de conscience. Salomé force sur ses liens et ceux-ci se rompent partiellement, suffisamment néanmoins pour qu’elle glisse ses mains hors de ceux-ci et fouille sans gêne le corps de la moldue. L’urgence et le froid et la rendent maladroites, sans parler du corps inconscient à moitié étendu sur elle et pesant tout son poids. Les deux autres ont-ils été alertés par son cri ? Sont-ils déjà en train d’accourir jusqu’à eux pour leur coller des coups de, de, de, de batte ? De gourdin ? De pied ? Sont-ils plus que ce qu’elles pensent et savent ? Elle enfouit ses mains à l’aveuglette dans les poches, jusqu’à ce qu’elles se referment sur deux baguettes, dont une au contact familier. Aussitôt, un grand poids s’enlève de ses épaules. Bingo.
Elle repousse Hannah avec ses pieds et d’un coup de poignet, les liens de Vivienne disparaissent et elle donne sa baguette à la femme dès qu’elle réussit à se dégager. Elle est épuisée, tout son corps est endolori, mais elle est subitement survoltée à l’idée qu’elles vont bel et bien s’en sortir. Elles ont leurs baguettes Elles n’ont plus besoin de jouer. « Vite. » Un murmure empressé. Positif. Elles vont gagner.

Citation :
Hannah s’assomme-t-elle sur l’arbre ?
OUI : Dans sa chute, elle se cogne la tête contre l’arbre et sombre dans l’inconscience. Peut-être brièvement, mais assez pour qu’elles puissent agir.
NON : Elle évite l’arbre et s’écrase sur les deux sorcières, néanmoins surprise et déstabilisée par l’attaque.

Les baguettes de Vivienne et Salomé sont-elles sur Hannah ?
OUI : Elle a les deux baguettes dans ses poches et Salomé réussit à les attraper.
NON : Elle n'a pas les baguettes sur elle, probablement que la rouquine ou Greg est en charge de celles-ci.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Lun 26 Déc - 6:20
Le membre 'Salomé Yaxley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mar 10 Jan - 21:12
Vivienne dut faire appel à toute la maîtrise dont elle était capable pour ne pas pousser le même glapissement de surprise que Hannah lorsque cette dernière lui tomba littéralement dessus après s'être assommée contre le tronc d'arbre où elle était retenue prisonnière. Tout était allé si vite. Elle n'avait même pas eu le temps de se remettre du coup qu'elle venait de recevoir ou ne serait-ce que de ramener sa tête devant elle ! Excédée, meurtrie dans son ego, Vivienne se débattit alors furieusement pour dégager son visage des cheveux de la moldue. « Enlève-la de là, » feula-t-elle avec rage en direction de Salomé, sans chercher à masquer le dégoût que cette promiscuité lui inspirait. Sans chercher non plus à témoigner la moindre reconnaissance envers sa jeune apprentie et son coup de maître... Elle aurait pourtant mérité qu'on la félicite pour sa présence d'esprit, mais Vivienne était à bout. S'il lui était resté encore la moindre once de patience avant cela, le goût métallique du sang qui lui emplit soudain la bouche finit par en avoir définitivement raison et elle se sentit alors trembler de la tête aux pieds. Cela n'avait cependant rien à voir avec le froid ou la fatigue qu'elle pouvait éprouver. Non. C'était de la haine. Une haine à l'état pur, à la fois sauvage et terrible.

_ Greg ! Greg, cours !

Les moldus avaient fini par se rendre compte de ce qu'il s'était tramé dans leur dos. L'adolescent semblait complètement dépassé par la situation, mais la rouquine, elle, avait déjà bandé son arc et ne tarda pas à décocher une flèche vers les deux sorcières. Un acte aussi brave que stupide. Vivienne dévia en effet l'attaque d'un simple revers de baguette avant de la retourner dans sa direction. L'audacieuse lâcha alors bientôt son arme de fortune pour porter ses mains à son cou, comme si un étau invisible l'avait saisi à la gorge et refusait de la lâcher. Un tour de poignet plus tard, et ce fut au tour du garçon de tomber à genoux, pieds et poings liés.

_ Salomé. Amène notre dernière hôte par ici, veux-tu ? Et ranime-la. Il est temps que nous ayons enfin une véritable conversation tous ensembles. À visage découvert.

L'heure de la mascarade avait enfin sonné. Sous l’œil terrifié des deux moldus, Salomé s'exécuta et ramena Hannah aux côtés de Vivienne, après lui avoir certainement lancé un sortilège de Revigor. La gazelle semblait encore un peu dans le coaltar, mais son regard brûlait avec la même intensité de haine que celui de la sang-pur encore un instant auparavant.

_ Espèce de sale...
_ Ferme-la. La voix claqua dans l'air comme un coup de fouet. Sèche. Brutale. Et comme par magie la moldue se retrouva dans l'incapacité de continuer sur sa lancée. Tu parlera quand on t'y invitera et pas avant. Maintenant que c'est clair, fit-elle mine de s'adoucir tout en se penchant légèrement vers l'avant. Tinworth. Parle. Que sais-tu ?
_ Rien !
_ Mauvaise réponse. Avada Kedavra ! s'exclama Vivienne en visant la rouquine, qui finit de s'écrouler au sol dans un bruit mat. Greg se mit alors à sangloter tandis que Hannah donnait l'impression qu'elle aurait pu lui arracher la carotide avec les dents si Salomé lui en avait laissé la possibilité. Tinworth ? Tu ne voudrais pas que le petit mignon subisse le même sort, si ?
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 11 Jan - 4:58
La facilité avec laquelle Vivienne se remet sur ses pieds et prend soin de maîtriser les deux moldus restant est bluffante, pour une Salomé qui en est à sa première incursion sur le terrain. Pas même besoin qu’elle intervienne, baguette au bout de son bras ballant, un peu abasourdie devant la scène de bataille qui s’est terminée aussi rapidement qu’elle est née. « Salomé. Amène notre dernière hôte par ici, veux-tu ? Et ranime-la. Il est temps que nous ayons enfin une véritable conversation tous ensembles. À visage découvert. »

D’un coup de baguette, elle attache les mains de la moldue. Pas avec des cordes, comme ça a été son erreur, mais avec des chaînes. Puis, d’un autre, elle la réveille et la force à se lever du sol, la conduisant jusqu’à sa mentor. Hannah n’a pas fière allure, à ce moment, et pourtant, malgré la bosse sur son front, ses mains attachées, la situation précaire de ses alliés et d’elle-même, elle irradie de cette même arrogance haineuse.
Salomé tient sa langue, pendant le court échange entre Vivienne et Hannah, et elle sursaute violemment lorsque sans prévenir, le sortilège de Mort s’abat sur la rouquine. Le bruit sourd de son corps au sol lui semble encore plus vrai que les mots prononcés par la McKay, comme la preuve indéniable que tout ceci est vrai. Qu’elle est bel et bien morte. Elle n’ose pas aller vérifier, il ne faut pas laisser la Noire sans surveillance, mais son regard sombre ne peut se détacher de la silhouette inanimée au sol, du visage caché par la chevelure rousse en bataille.

« Tinworth ? Tu ne voudrais pas que le petit mignon subisse le même sort, si ?  Rien ! Elle ne sait rien, on n’sait rien !, plaide un Greg entre ses larmes et ses reniflements, recroquevillé contre la terre. Lui non plus ne peut quitter la rousse des yeux, n’ose surtout pas regarder sa meurtrière. On, on l’a, on l’a lu dans le journal et, et, et je l’ai dit, je crois même pas que c’est vrai. Hannah, dis, dis, dis-leur, qu’on, qu’on sait rien. » Il pleure tout à fait, l’adolescent, et Sally a bien de la difficulté à croire qu’il puisse jouer. Elle a pitié de lui, un peu, et du sort qui l’attend très probablement, suite à cette discussion. La clémence et la patience de Vivienne ne sont plus que des souvenirs. Puis… elle ne doit pas se laisser attendrir par ce moldu, qui a touché ses affaires, a osé prétendre que Mervyn mentait aux sorciers et lui a parlé comme s’ils avaient élevé les Scroutts ensembles. Alors elle inspire et calmement, lui répond : « Tu ne sais rien, mais ça ne veut pas dire qu’elle ne sait rien. » Les yeux du jeune homme s’écarquillent et il secoue la tête vivement, tentant de prononcer quelques protestations vaines qui ne font que se casser, que se briser en d’autres sanglots. « On remontait en espérant rencontrer d’anciens camarades qui en sauraient plus. » La voix d’Hannah enfin jaillit, couvrant les pleurs de Greg. Elle siffle plus qu’elle parle, entre ses dents serrées par la colère, mais elle est claire. « Plusieurs pensent que ce n’est pas vrai. Qu’une fabulation de votre Ministère pour justifier encore plus de saloperies envers nous. Son rictus se fait mauvais, menaçant, et Salomé se retrouve à craindre, le temps d’une seconde, cette femme qu’elle sait pourtant inférieure. Personne ne sait rien. »

Elle croise le regard de Vivienne et l’interroge en silence. Est-ce suffisant ? Est-ce satisfaisant ? Sa baguette s’enfonce dans les côtes d’Hannah, menace silencieuse, mais bien présente. Doivent-elles… insister ?
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 668
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Mer 11 Jan - 22:25
_ Comme si le Ministère avait besoin d'une raison pour vous traiter de la manière qu'il le fait ! Ou pire !

L'idée semblait désopilante, à tel point que Vivienne ne put s'empêcher de partir dans un grand éclat de rire qui n'en rendit son manque de compassion que plus cruel encore. Si on lui demandait son avis, le Ministère était déjà bien trop permissif envers la lie de leur société. Elle était effarée par le nombre d'associations ridicules qui avaient vu le jour ces dernières années, comme l'Association Visant à Aider les Domestiques à Apprendre à se Détendre, et faisaient l'apologie du bien-être moldu. Ces gens-là n'avaient-ils donc rien de mieux à faire ? De vrais problèmes sur lesquels se pencher plutôt que de perdre leur temps avec des futilités pareilles ? Cela dépassait son entendement, encore plus lorsque, comme aujourd'hui, elle se retrouvait confrontée à ces animaux au crâne épais et à l'insolence révoltante. Vivienne se redressa et porta alors sa baguette magique contre sa bouche, visiblement en proie à une intense réflexion. Devait-elle les croire ? À la base déjà, la sorcière n'était guère convaincue par l'hypothèse d'une quelconque implication moldue. Elle était à des années-lumière de leur prêter assez de matière-grise pour avoir été capables de fomenter un tel coup d'éclat. Et Merlin savait qu'il en avait certainement fallut une bonne dose pour faire trembler les fondations même de la magie ! Comment des êtres aussi pathétiques s'y seraient-ils pris ? C'était absurde.

_ Je suis... relativement disposée à vous croire. Salomé ?

D'un regard, Vivienne vint chercher l'assentiment ou non de la jeune Yaxley, qui se contenta de hocher la tête avant de déglutir discrètement. Elle avait l'air épuisée, presque un peu perdue dans son manteau de velours détrempé qui lui collait à la peau et la faisait grelotter sans même qu'elle ne semble s'en apercevoir. Sa première mission avait été éprouvante, et un léger pli de préoccupation vint froncer le front de sa mentor en la détaillant de plus près. Elle avait pensé profiter de l'occasion pour lui enseigner deux ou trois petites choses supplémentaires – comme apprendre à exécuter un Avada digne de ce nom – mais Vivienne balaya chassa cette idée de son esprit. Elle n'était pas encore prête.

_ Qu'est-ce qu'il va advenir de nous ? Vous pouvez me tuer, mais épargnez le gosse. Un temps. Je vous en prie.

Oh et qu'elle avait eu du mal à prononcer ces quatre petits mots de rien du tout ! Un cœur tendre se serait-il dissimulé sous les dehors de la guerrière impitoyable ? Hannah devait sacrément tenir à cet avorton en tout cas, pour ravaler ainsi son air bravache. Un large sourire fendit cependant les lèvres de la McKay alors qu'elle reportait son attention sur la moldue, trop heureuse de voir son adversaire plier enfin l'échine devant elle.

_ Qui parle de tuer ? Non, non, non, j'ai une bien meilleure idée ! Cela devient difficile de trouver des moldus vivant encore à l'état sauvage et dotés d'un tel instinct de survie. Toi et le gamin ferez un divertissement parfait lors d'une prochaine chasse !

À ce mot, ce fut au tour de Hannah de froncer des sourcils tandis que l'adolescent laissait échapper un gémissement plaintif. Les pauvres n'étaient pas au bout de leur peine. Ils ne savaient juste pas encore à quel point.
Gérontophile
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t129-salome-yaxley
Messages : 277
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Alice Englert
Crédits : Alaska

Double compte : Sam Jones

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang pur
Statut : Fiancée à Murphy O'Ryan
Métier : Employée à la commission de la Trahison, chanteuse du vendredi
Baguette : 27,2 centimètres, bois de charme et crin de licorne
Epouvantard : Elle-même, gorge arrachée, cordes vocales pendantes, mutisme forcé et irrémédiable
Dialogue : mediumpurple
unraveled
Re: Mission | Odds 'n ends
ce message a été posté Ven 13 Jan - 5:07
Voir Vivienne rire à gorge déployée de l’idée saugrenue qu’a émis Hannah, à savoir que Tinworth est un simple mensonge proféré à la population, rassure Salomé sur ses propres sentiments à ce propos (tout en faisant naître un frisson un peu terrifié sur sa nuque). Les moldus sont tort, les sorciers ont raison. Greg a fait des hypothèses idiotes, impossibles. C’est bien la preuve qu’il n’a jamais vu Mervyn Kark ! Pas comme elle, qui a déjà mangé à sa table, qui est amie avec sa petite-fille, qui sait qui est cet homme.
(ou enfin, elle croit savoir, la jolie naïve)
Cela ne résout toutefois pas leur problème, à savoir : la moldue dit-elle la vérité, quand elle prétend ne rien savoir de ce qui s’est passé ? L’adrénaline du moment précédent est retombée et la sorcière ne se sent pas trembloter, dans ses vêtements détrempés, et même la douleur de ses poignets brûlés est engourdie par le froid. Oui, elle est toute disposée à croire Hannah, mais surtout à croire Greg. Elle ne le quitte pas des yeux, à peine pour acquiescer de la tête lorsque sa partenaire lui demande son avis. Oui, elle les croit. De son cœur peut-être encore trop tendre, trop peu endurci, de son épuisement, de tout ce qui lui donne uniquement envie de partir dès que possible. Elle les croit, peut-être parce qu’elle a hâte que tout se termine, peut-être parce qu’elle ne veut pas chercher plus longtemps.

Salomé en a marre, à cet instant, de la mission, du Dartmoor et des moldus. Elle veut son lit, un chocolat chaud préparé par Savannah et dormir jusqu’à ce qu’on ait à nouveau besoin d’elle. Pas trop tôt, idéalement.

Le verdict de Vivienne la détend légèrement, et son calme revenu, la sorcière l’effraie un peu moins. Elle espère que le sort qu’elle réserve pour Hannah et Greg sera peu douloureux. Que ce sera vite fait et qu’elle n’aura pas à regarder. Un vœu pieux qui ne se réalisera pas et elle se retient elle-même de laisser échapper le même son plaintif et pahtétique que Greg, à ses pieds. Elle connaît de nom, de réputation, les chasses organisées par la McKay, et… et elle ne veut pas en savoir plus. « Une chasse ? » C’est juste un murmure, qu’émet Greg, cherchant son regard pour savoir. Pour comprendre. Et Sally sait, elle comprend, mais c’est délibérément qu’elle hausse les épaules, qu’elle ment, détournant les yeux malgré tout. N’osant pas le regarder, le confronter, avec sa voix détachée clame : « Tu verras. Ce sera amusant. » Pas pour elle, pas pour lui. Elle n’a pas envie d’en parler. Pas envie de lui confirmer qu’il est condamné à bien pire que ce qu’ils pensaient.

« Je te la laisse », dit Salomé en poussant Hannah vers Vivienne, afin qu’elle s’en occupe pour le transplanage de retour. Elle ne se sent pas en sécurité, avec cette femme si près d’elle, nerveuse et dangereuse comme un animal indompté. La sorcière aide Greg à se relever, toujours en fuyant son regard, et s’agrippe avec force à son bras. Il tremble autant qu’elle. Peut-être pour les mêmes raisons qu’elle.

Pourtant, elle vient de chasser.
Elle ramène sa proie.
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs