AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Don't sweat it, get it back to you ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 149
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Dim 13 Nov - 2:08
Yaeshawn vérifia ses poches une dernière fois. Il avait sa baguette, il avait deux snacks - "Witchmus - Ayez la barre !" au chocolat - et des vêtements solides.
Et chauds.
Il venait tout juste de récupérer de ses blessures d'Avalon, il n'allait pas non plus risquer une nouvelle paire de chaussettes et une chemise légère. Sa peau ne s'en porterait que mieux. Déjà, ses sourcils repoussaient là où il avait été tranché, tout allait donc pour le mieux. Il soupira en relisant une dernière fois le message de Jane Callaghan. Le voilà qui devait aller récupérer des parchemins chez un vieux sheepshagger. Les temps devenaient durs. Attention, toutefois. Non que Yae ait eu quoi que ce fût contre les Gallois, mais leur accent ne lui revenait toujours pas. Aberdeen, les Ecossais, ça passait peinard, en se forçant un peu. après tout, son propre daron était du Nord de l'Angleterre, alors les accents difficiles, ça lui allait... mais les Gallois ?
Yaeshawn remua la tête, se voyant déjà débouler chez un type leur parlant avec de la purée brûlante dans la bouche. Secouant la tête, il rangea le parchemin de la Callaghan dans une poche, son petit appareil photo dans l'autre. Il s'en servait lors de ses sorties en salon d'exposition et qu'il prévoyait trop de monde pour sortir la grosse Berta. Là, vu le coin dans lequel il allait se promener, il n'attendait rien de plus que des vacances, des bégonias et des moutons épars mangeurs de radis noirs. Quant à papi aux parchemins, un coup sec derrière la nuque et ils lui régleraient son sort. A cour vaillant, rien d'impossible.
Le jeune Fetherstonhaugh vérifia le contenu de ses poches rapidement, une fois encore : mangeailles, parchemin, baguette, appareil photo et s'assura être paré. Le Pays de Galles, c'est pluie, froid, pluie, brouillard, pluie et froid. Notre jeune homme s'apprcha de la cheminée, prit un peu de poudre entre ses doigts et s'apprêta à la lancer lorsque des coups firent résonner sa porte.

"Yaeshawn, vous êtes là ?"


Yae soupira, maudissant ses voisins. S'ils étaient aimables, et prenaient soin de lui, qui devait passer pour un petit lapin isolé dans les plaines de la vie, il n'appréciait pas la faculté qu'ils avaient de débarquer comme des mamans poules pour lui faire partager une soirée en famille.

"Vous avez mangé ? J'ai fait un gâteau. Vous tentez le tiramisu ?"

Yaeshawn soupira, sentant la poudre de cheminette lui glisser entre les doigts. Il se décida à s'en sortir par un mou "Sorry, je pars..." avant de lancer la poudre dans sa cheminée et de traverser els flammes vertes qui le séparaient de l'ordre du Phénix. Il n'entendit qu'un vague "oh, bah c'est dommage..." alors qu'il bondit dans l'âtre...

... et déboula trop rapidement à son goût dans un vestibule, avant d'être arrêté un peu trop soudainement par un mur trop dur à son goût. A cette heure-ci, jugea Yae, les autres cheminées du QG devaient être bouchées. Se massant la joue, qu'il avait alors un peu rouge, il se déplaça dans la maison, dont il continuait à apprendre les méandres.
C'est détour d'un couloir, à l'entrée de la cuisine, qu'il manqua de bousculer une jeune femme.
Blonde.
Qu'il avait rencontré.

"Aslinn! s'écria-t-il un tantinet fort pour ne pas paraître suspect. J'étais en train de me demander d'où on partirait..."

Quelle platitude dans ces mots, mes petits amis, à l'orée d'une mission truculente. Yae sourit, un peu gauche, ayant encore en tête ses abominables perfomances en tant que Phénix à leur sortie précédente. Mais là, ç'allait changer...
Invité
Invité
avatar
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Lun 28 Nov - 11:02
« Aslinn! J'étais en train de me demander d'où on partirait... » La jeune femme qui s’apprêtait à sortir de la cuisine du QG de l’Ordre du Phénix sursauta, surprise. « Yaeshawn ! Tu es presque comme neuf, » s’exclama-t-elle en le détaillant de son regard de médicomage de la tête au pied, découvrant ses sourcils clairsemés, sa peau bientôt guérie des brûlures causées par son propre sort et son pied qui avait quitté l’attelle qu’elle lui avait faite. « Pour répondre à ta question, je pense que le plus simple est de sortir du QG, sous l’enchantement d’un petit sortilège de désillusion pour qu’on ne nous voie pas, puis on transplannera au bout du sentier qui mène à la résidence d’Halloway. » Elle s’était exprimée d’une traite, la réponse déjà toute prête, et débitée à la façon d’une leçon apprise et répétée maintes et maintes avant d’ajouter : « C’est l’idée de mon frère, Isaac. » Si les sempiternels conseils de ses aînés l’exaspéraient, Aslinn les écoutait toujours malgré ses soupirs, ses yeux roulant dans leur orbite et les longs débats du pourquoi et du comment qui s’ensuivaient. « Tu l’as certainement déjà croisé, enfin, tu les as déjà certainement croisés. Ils font partis de l’Ordre du Phénix, » précisa-t-elle pour rassurer Yaeshawn. Non, elle ne discutait pas missions avec n’importe qui. D’ailleurs, elle aurait préféré éviter cette conversation. Isaac s’était montré d’une humeur terrible, ce qui contrastait avec son ton d’accoutumé mesuré. Finalement, il avait quitté l’appartement de sa soeur tout aussi énervé qu’à son arrivée, Merlin savait pourquoi. Un problème au boulot ? Ou avec une femme ? L’idée étira ses lèvres dans un petit sourire malicieux. Isaac et les femmes. Toute une histoire.

Revenant sur ses pas, Aslinn attrapa sa cape d’hiver posée sur une chaise de la cuisine. Elle enfila sa cape puis passa un petit sac sur son dos. Prête, elle fit à nouveau face au sorcier, et lui adressant un large sourire, lui donna une tape amicale dans le dos avant de passer devant lui sans prêter attention au manque de féminité de son geste. « Allons piller un vieil homme dans son sommeil ! » Le ton de sa voix était enthousiaste et ses yeux pétillaient comme au début d’un match revanche contre une équipe adversaire de Quidditch au temps de Poudlard. Elle n’avait pas oublié la nuit de Tintagel. Elle n’avait pas oublié les Mangemorts, ses sorts, échec sur échec, leurs sorts réussite sur réussite. Ou quasiment. Et il s’en était fallu de peu. Mais ils étaient rentrés… et la vie reprit son cours. Son épaule avait complètement été remise grâce aux soins d’un médicomage au QG, ses blessures avaient été recouvertes pour les plus profondes par de l’essence de dictame, les plus superficielles par des onguents et autres huiles essentielles moins coûteuses. Au lendemain soir, elle avait pris son service de nuit à la Clinique de Pré-au-Lard, comme convenu à dix-neuf heure, les quelques blessures qui auraient pu encore être apparentes soigneusement dissimulées par crèmes et poudres de beauté. Rien ne changea, ou presque.

Lorsqu’ils arrivèrent à la porte de la maison, Aslinn s’arrêta net. Avant de sortir, elle prit soin de suivre les instructions de son frère. Jeter le sort de désillusion, sur Yaeshawn, puis sur elle-même, vérifier que personne ne se trouvait dans la rue, prendre son coéquipier par la manche pour ne pas le perdre, sortir de la maison, s’éloigner un peu, transplanner.

Le Pays-de Galles et ses belles campagnes. Dans ce petit bout de nature perdu, loin de la ville, de son agitation et de ses lumières, le sentier de terre à peine éclairé était d'un calme paisible. Nulle âme éveillée ne semblait le parcourir à cette heure si proche du jour prochain. Aussi, tout en restant agrippée à la manche du sorcier, Aslinn s’approcha de l’imposante et magnifique demeure de l’architecte, entourée d’un labyrinthe gigantesque décoré pour la saison de citrouilles. Fin novembre, Halloween, la fête des sorciers. Personne n’échappait aux vieilles traditions. Jetant un regard circulaire autour d’eux, la sorcière sentit les battements de son cœur s’accélérer dans sa poitrine. Pour ne pas que Yaeshawn ne le remarque, elle lâcha son bras. Ce n’était pas la première fois qu’elle passait devant le bijou d’architecture, puisqu'elle était venue en repérage sur son balais quelques jours auparavant, mais c’était bien la première qu’elle devait y pénétrer. Illégalement, qui plus était. Posant sa main sur la poignée du portail, la sorcière fut surprise de pouvoir l’actionner et ouvrir le portail. Elle pénétra dans la propriété et supposant que Yaeshawn la suivait, s’introduisit dans le labyrinthe où cachée par les hauts taillis, elle redevint parfaitement visible après s’être lancée le contre sort à l’enchantement de Désillusion. « Yeashawn, » appela Aslinn à demie voix ne voyant pas son coéquipier. Quelle idée merveilleuse que de se lancer un sortilège de Désillusion pour aller au beau milieu d'un trou perdu.Tout ça, pour qu'on ne les voit pas transplanner depuis Avalon ! Prudence est mère de sûreté  lui répétait Isaac... Maintenant, elle ne trouvait plus Yaeshawn et elle avait l'impression désagréable que quelque chose s'agitait dans les buissons.
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 149
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Lun 5 Déc - 1:45
Yaeshawn se passa la main sur le visage, par réflexe, alors qu'Aslinn mentionna les réparations - intenses et lourdes - qui avaient eu lieu sur son visage. Sa peau, quoique guérie, était fraîchement rafistolée, et les soins qu'il avait reçus avait laissé une certaine tension sur son visage, comme si les différentes potions lui avaient retiré toute élasticité faciale. Bien entendu, cela ne se remarquait guère, mais il ressentait cette sensation interne, doublée d'une brûlure intense en son sein, mue par la rage que leur mission à Avalon avait suscitée en lui.
Il opina du sous-chef à al proposition de la jeune femme. Il ignorait un peu tout des us et coutumes des Phénix quant aux protocoles à suivre lors de leurs escapades en amoureux, et son sens de la prudence, bien qu'aiguisé, en raison de sa jeunesse de petit sorcier basique, n'était pas non plus suffisante pour qu'on l'appelât "ninja". Toute proposition devenait de fait une vérité.

"Peut-être, ouais," marmonna-t-il, alors qu'Aslinn parlait de son frère. Des Phénix, il y en avait beaucoup, alors un de plus ou de moins, il ne faisait pas les comptes.
Aslinn avait une bonne humeur communicative. La tape amicale qu'elle donna à Yae, pourtant étranger complet, ragaillardit un peu le jeune homme, qui commençait de redouter une mission à suivre au pied de la lettre, avec chef et troufions. Même si le professionnalisme pouvait sembler être absent, au moins auraient-ils une bonne ambiance - condition nécessaire pour travailler en toute intelligence, non ?

"Des scrupules pour un ex-karkien ?" lâcha-t-il en montrant ses dents dans un large sourire. Certes, présenté de la sorte, leur mission aurait pu les faire passer pour deux cambrioleurs sans vergogne qui allaient s'en prendre à un pauvre petit pépé isolé dans sa maison de campagne, loin de tout le monde, seul et abandonné...
Mais Fetherstonhaugh ne pouvait ressentir la moindre pitié. Le type avait été l'un des piliers de Kark, il n'aurait que ce qu'il mérite. Et la perte de quelques cartes n'allait certainement pas être ce que l'on pourrait appeler un crime odieux. Alors le vieux, il n'allait pas commencer à leur casser les...

C'est à ce moment que la main d'Aslinn agrippa sa manche et qu'il ressentit la compression habituelle du transplanage. Il allait encore avoir la nausée le soir...

Il tituba en sentant le sol se raffermir sous ses pieds, sentant l'effet du sort s'estomper peu à peu. Devant eu se dressait le portail, magnifique et haut, menant à la bâtisse de Halloway. Il se laissa traîner, encore cotonneux, par Aslinn qui s'approchait, curieuse, de la propriété, et qui avait oublié de lui lâcher le bras. Il ne put lâcher qu'un mince "hé !" avant qu'elle ne coupe leur connexion aussi sec, l'air visiblement troublé.
Notre jeune héros lança un regard circulaire à ce qui s'offrait à sa vue. Des cucurbitacées, quelques grosses courges, rien de bien vraiment intéressant à se mettre sous la dent - ou plutôt, trop comestible pour avoir un intérêt pour la prochaine édition spéciale de Botanica. Toutefois, les haies qui bordaient l'entrée de la propriété attirèrent son regard, et il profita du fait qu'Aslinn semblait observer la bâtisse au loin pour sortir son appareil et prendre quelques photos. Un gros plant de cet arbre fraîchement taillé, l'enfilade de la haie qui semblait ensuite se diviser en plusieurs et nombreux couloirs distincts, une fleur blanche, là, bien trop haute pour être ce qu'elle aurait dû être, trop tardive pour être encore en vie, là, sans compter la végétation folle et sauvage qui se répandait le long de la grille.

"All set ?" demanda-t-il en rangenat sa caméra dans son sac à dos.

Aslinn ouvrit le portail qui, étonnamment, s'ouvrit sans un bruit, glissant sur ses gonds comme des pommes de terre dans du beurre. Yaeshawn lui emboîta le pas, prenant le soin de tirer le portail en métal derrière lui. Si d'aventure papi Halloway n'était pas chez lui, il ne serait pas surpris en arrivant.

Il suivit la jeune fille, tout en continuant de fixer derrière lui, par réflexe.

"Tu as prévu qu'on fasse ça comment ?" lâcha-t-il à demi-voix, enjambant les herbes folles et hautes qui commençaient à se faire plus nombreuses.
Se retournant pour fixer la direction de ses pas, Yaeshawn remarqua que la jeune blonde n'était plus en face de lui. "By Merlin's balls !"

Elle ne devait pas être loin, estima-t-il, s'enfonçant un peu plus dans le labyrinthe. Rasant la hair sur sa gauche, il posa sa main sur sa cuisse droite, sur sa baguette rangée dans sa poche, par habitude. Les sons habituels de la campagne, les petits gazouillis d'oiseaux, les crissements d'insectes hivernaux, ou même la caresse du vent dans les branches semblaient étouffés. Seul une sorte de bourdonnement étrange semblait régner, presque inaudible, mais omniprésente. Le sol avait une consistence inhabituelle, presque boueux d'apparence, il résistait sous les pieds comme la plus sèche des terres méditerranéennes.

Yaeshwan dut se résoudre à appeler sa coreligionnaire Phénix.

"Asli-"

Une force le saisit au mollet, le faisant sursauter.

LES MAINS !:
 

Avant qu'il ne réussisse à réagir, de longs bras tubulaires armés de mains l'attrapèrent en tout endroit, le tirant dans le sol devenu subitement meuble, presque liquide. Yaeshawn se débattit, poussant des bras plus forts que les siens, mais cet argile se brisait sous ses doigts pour mieux se reformer, rendant sa tâche vaine.
Il planta ses doigts au plus loin dans une partie du sol qui lui semblait encore dure. Il forçait sur ses bras, tout en tentant de pousser inutilement sur ses jambes, déjà en court de digestion par la terre affamée. Un bruit de pas lui donna espoir.

"Aslinn, ici !"

Il aurait vraiment l'air chose si Papi Halloway se rameutait.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1242
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Lun 5 Déc - 1:45
Le membre 'Yaeshawn Fetherstonhaugh' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 149
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Mar 14 Fév - 0:07
Yaeshawn goûtait déjà la poussière boueuse sur le bout de ses lèvres, pensant à se reconvertir en gastronome pour humus, alors que les pas se rapprochaient. Ses doigts glissaient dans la boue formant dix sillons parallèles, indiquant ses efforts pour se tenir hors de ce piège fangeux. Le liquide terreux, épais, commençait à se coller à ses cheveux, engloutir ses oreilles, tuant peu à peu les sons alentours, laissant les borborygmes de mère Nature l'ensevelir. La viscosité de son environnement lui donnait l'impression - à l'odeur d'herbe humide près - d'être enseveli dans du marshmallow liquide, épais, mais froid, lui offrant un édredon confortable.
Quel dommage qu'il ne put y respirer !
Quelques bulles disgracieuses éclatèrent, libérant l'air coincé par Yae dans ses vêtements, transformant une symphonie pastorale en ode à la flatulence.

L'on raconte souvent que, au seuil de sa vie, alors que le trépas frotte ses petits pieds et va entrer dans la maison, prendre l'apéritif et notre vie, que les souvenirs remontent à la surface, nous permettant d'observer, par le truchement de notre encéphale mou, le film de notre existence terrestre.
Avant de crever.
Les souvenirs de Yae qui remontèrent furent certes adaptés à la situation, ou tout du moins très compréhensibles, mais ne devaient certainement pas coller à l'idée que l'on se faisait du "film de sa vie".
Les mains, solides, qui se resserraient autour des chevilles de Yaeshawn, contrastaient avec la mollesse du sol qui se refermait lentement sur son visage. Des morceaux épars, la couleur sombre, la texture et la consistance avaient tout naturellement renvoyé Yaeshawn a d'affreux souvenirs de coliques enfantines.
Il n'avait pas 7 ans, et avait été bloqué dans le jardin de ses grands-parents qui le pensaient chez des amis. Du coup, après une après-midi entrecoupée d'averses courtes et de soleil fugace mais bizarrement chaud pour l'Angleterre, il s'était senti mal. Peut-être le fait d'être arrosé en jouant dans le jardin, boueux comme celui de Papy Holloway à présent, l'avait-il rendu malade. Le problème demeurait que, alors que ses intestins se mirent en marche pour expulser une partie de ses repas accumulés, la porte qui donnait à l'intérieur de la maison avait été fermée. Et la maison s'était alors retrouvée vide. Il avait eu beau s'allonger, s'asseoir, tenter de marcher pour faire passer la sensation de piston qui, lentement, descendait le long de son ventre, il avait senti que, tôt ou tard, il aurait explosé dans une gerbe de produits corporels un rien viciés.

Un coup de couteau, se souvenait-il alors que la jambe de l'individu - pas Aslinn, elle n'avait pas de bottes comme ça, si ? - passait derrière la haie, la boue recouvrant finalement son visage, l'aveuglant totalement et lui coupant la respiration. Un coup de couteau, qu'il avait senti dans son ventre d'enfant en proie à un malaxage intestinal de tous les diables. Il le savait alors, il donnerait lieu à un geyser peu appréciable lorsqu'il aurait l'opportunité de relâcher ses muscles trop crispés. Il s'était mordu la lèvre jusqu'à se la couper, ses mains crispées sur le ventre, sentant les remontées, les bulles, les mouvements de morceaux divers en son être.

Yaeshawn, tiré vers le centre de la terre par des mains magiques, se dit que se souvenir de ce moment précis était beau d'absurdité, mais augurait - excusez du peu - une fin passablement merdique.
Il se souvenait jusqu'à ses recherches désespérées d'un petit buisson inexistant  : le problème des maisons de ville était évidemment qu'elles n'offraient qu'un parterre carrelé en extérieur, sans la moindre petite feuille pour aider. Alors, à contrecoeur, sentant sa peau se crisper,  Yaeshawn avait trouvé un bac à fleurs de sa grand-mère et l'avait inondé. Le souvenir aurait fait rire Yaeshawn en ce moment, s'il n'avait été sur le point de mourir étouffé, et tentait de conserver son souffle du mieux qu'il le pouvait.
Ah, que d'orchidées mortes, asphyxiées, elles aussi, ce jour-là...

Yaeshawn sentit brutalement la pression se réduire sous lui. Ses jambes retrouvèrent l'air, puis son buste, puis ses épaules, puis il chut totalement.

LES DES MAGIQUES:
 

Le sable mouvant - ou la boue manu militari, nom bien plus élégant, songea Yaeshawn durant sa courte chute - n'était en fait qu'un passage menant à ce qui semblait être une caverne des plus...

*KRUNK*

Yaeshawn s'affala de tout son long sur le sol, avant de sentir, enfin, une vive douleur lui percer la cheville. Mauvaise posture lors de son départ de la boue, petite glissade avant de se réceptionner et squelette de mauvaise qualité, et vous aviez la fracture assurée, Monsieur Fetherstonhaugh.
Les larmes aux yeux, tirées par la douleur vive et brûlante de sa cheville, Yaeshawn sortit sa baguette, bégayant son sort. Il se souvenait de quelque chose de similaire appris à Poudlard, il fallait bien tester. Il remua sa baguette en maugréant quelque chose ressemblant à s'y méprendre à "whisky" et poussa un petit glapissement. La douleur sembla s'étendre, se diluer un peu, et des picotements désagréables envahirent la jambes de Yae, pendant qu'un crissement aussi supportable que des ongles rayant la surface d'un tableau d'ardoise se promenait dans sa cheville. Relevant la baguette, il sentit, alors que ses dernières larmes coulaient le long de ses joues boueuses, que son pied était à peu près solide. Il tenta de remuer les orteils, sentant une douleur un peu diffuse lui chauffer le pied à l'endroit des os réparés à la va-vite. Cela irait amplement. Il ne forcerait pas et tout irait bien.
Il y croyait.
Reniflant un peu, crachant la terre qu'il avait en bouche, il tapota ses bras pour faire tomber un peu de la boue qui lui collait encore au corps. Les bras pendaient, au-dessus de sa tête, inanimés, et semblaient attendre qu'une autre victime ne marche au même endroit que lui. Il regarda autour de lui. D'un côté, un mur, de l'autre, un couloir. Il ne manquait que les flèches clignotantes avec écrit "Pyjama Party de Papy Holloway" et on aurait été fixé. Yae soupira, se demandant où la petite blonde avait bien pu passer.
Un bruissement se fit entendre, suivit d'un grésillement. Les bras retournèrent dans leur boue et n'en sortirent plus. Une ondée bleue sembla balayer la caverne en un bruit de vague marine. Yaeshawn renifla. Quelque chose avait changé. Encore. Il ne savait pas quoi, mais il voyait que la pierre brillait légèrement, avait comme perdu sa rugosité. Quelque chose clochait.

Soupirant, il fit un pas en avant, prudent. Son pied rebondit. Rien de bien palpitant jusque-là. Sauf que, ne s'attendant pas à ce maléfice, Yaeshawn perdit l'équilibre et se retrouve cul-par-dessus-tête. Pour entrer de nouveau en contact avec ce sol qui, dur 5 minutes plus tôt, l'avait accueilli violemment. Mais point de violence ici. Le jeune Fetherstonhaugh fut propulsé en sans inverse par le sol soudain élastique. Et les rebonds commencèrent. Nombreux. Nauséeux.
Yaeshawn perdit un instant le compte-rendu des événements.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1242
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Mar 14 Fév - 0:07
Le membre 'Yaeshawn Fetherstonhaugh' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#3 'Lancer de dé ' :
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 149
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Sam 4 Mar - 1:25
Yaeshawn ne comprenait plus vraiment le monde qui l'entourait - l'avait-il seulement un jour compris ? - et tout ce qu'il voyait était le monde qui vrillait entre deux rebonds. Inutile de préciser que, même si la sensation était étrangement amusante, elle n'en demeurait pas moins, à la longue, pénible. Un peu plus et elle serait douloureuse.
Yae, malgré ses efforts, n'arrivait plus à se repérer. Il sentait qu'il passait par des boyaux qu'il n'avait pas franchi, et mis, logiquement, de côté, le caractère aléatoire aux rebonds. Son corps s'engourdissait sous les coups répétés des rebonds, commençant a laisser perler une douleur sourde sous son épiderme. Il allait encore avoir des hématomes... s'il arrivait à se tirer de ce fichu foutoir.

Il en était à ces considérations, commençant à voir des licornes multicolores cracheuses de feu l'accompagner dans ses pérégrinations souterraines lorsque, soudain, il sentit le dur baiser du sol sur tout son long. Le choc le réveilla un peu, plaçant finalement une douleur froide, minérale, dans tout son, corps, ébranlant ses os un peu plus. Une douleur vive et fugace traversa sa cheville.
Maudite fracture.
Maladroit, il se hissa sur ses bras, tentant de se relever. Sa cheville tenait toujours, mais semblait vibrer plus que de raison. Le moindre faux mouvement et ce serait le drame... N'étant pas parfaitement à l'aise dans ses sorts de premiers soins - fussent-ils de première année - Yaeshawn préféra ménager la chèvre et le chou, et ainsi prendre son temps à se relever.
Sa vision était aussi floue que son sens de l'équilibre, et il tituba sur quelques pas avant de se vautrer monumentalement de nouveau. Jurant entre ses dents, il releva lentement la tête pour apercevoir être au bord d'un lac, sur une corniche, à quelques pieds au dessus du niveau de l'eau. Le lac souterrain s'étendait plus loin, dans l'obscurité. Yaeshawn serra les dents, en se remettant debout. Un son lourd fit vibrer l'air derrière lui. Le temps de claudiquer pour se retourner, sa cheville ayant eu la soudaine envie de le relancer, au cas où il l'avait oubliée, et Yaeshawn aperçu sa retrait barrée nette, le mur de pierre derrière lui, ouverture sur le boyau qu'il venait d'emprunter malgré lui, s'étant refermé.
Yaeshawn soupira.

"Lumos maxima," lanca-t-il un peu à contrecoeur, sentant la fatigue le gagner, et se demandant où Aslinn avait bien pu se rendre. Il n'aurait pas été contre une aide familière pour le faire avancer dans ce méandre dans les entrailles de la Terre.

Quelque chose d'étrange sembla se former devant les yeux de Yae. Bien qu'il eût envoyé sa lumière plus au loin dans ce qui semblait être une grotte engloutie, cette dernière disparut aussitôt, à quelques mètres de lui. Non seulement elle s'éteignait, mais les rayons issus de la petite boule lumineuses semblaient ne pas passer outre un écran situé face à lui.
Yaeshawn répéta le sort une deuxième fois pour fouiller l'endroit rapidement du regard. De l'eau, face à lui, en bas. Sa petite corniche. Et... un petit chemin descendant vers l'eau. Serrant les dents, il lança un final "Lumos" - simple, et le laissa au bout de sa baguette, s'avançant sur le petit chemin parsemé de marches qui semblait donner sur une crique souterraine, en retrait. Sa descente lui demanda plsu de temps et d'effort qu'il n'aurait cru. Si sa cheville tenait le coup, chaque pas envoyait une décharge aiguë dans toute sa jambe, lui tirant quelques râles fatigués.
Cinq longues minutes plus tard, après avoir descendu un chemin pourtant court, Yae aperçut ce qui se trouvait sous la corniche précédente : une barque à fond plat, sans rames ni pagaie, semblait l'attendre.
Yae s'approcha, tapota le bord du bateau du bout se sa baguette encore allumée, et grogna. Si toute son approche depuis le jardin semblait suivre un trajet prévu et bien déterminé, cela ressemblait par trop à un piège. Ou à un jeu dans lequel il se voyait obligé de suivre l'imagination défaillante d'un vieillard décati occupé à s'amuser à le voir endurer catastrophe sur catastrophe.
Il tenta de détecter les possibles sortilèges présents sur l'embarcation. Réussite totale ou échec fatal, il ne put rien distinguer. Si sortilèges il y avait, ceux-ci étaient parfaitement dissimulés. Le jeune Fetherstonhaugh décida de considérer cela comme une victoire et décida d'embarquer. Il n'avait pas particulièrement le choix, avait-il remarqué. L'avantage d'un tel transport, de plus, était qu'il aurait le loisir d'être assis.

Et assis, il fut.
Et immobile, le bateau demeura.

Yaeshawn se retourna, pour voir s'il avait oublié un levier, une manivelle, ou simplement un passage masqué sur le petit ponton de pierre et... n'observa rien. Autour de lui, l'eau l'entourait, à l'infini. Ou du moins jusqu'à deux mètres de lui.

"Ohé !" cria-t-il, espérant se repérer à l'écho qui, hélas, n'arriva pas. Ses alentours semblaient être noyés dans un silence de mort.
Un frisson lui parcourut tout le dos.
Il décida d'en avoir le coeur net.

"LUMOS MAXIMA" brailla-t-il à plein poumons, faisant briller sa baguette comme jamais auparavant.

Des bulles se mirent à apparaître autour de l'embarcation de fortune, avant que l'eau ne bouillonne vraiment. Quelque chose approchait.
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 149
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Jeu 9 Mar - 1:50
Yaeshawn sentait son frêle esquif remuer sous lui, les tourbillons bouillonnants devenant de plus en plus sérieux. Il ne savait pas s'il était en proie à des visions - ce qui aurait semblé bien logique eût égard au fait que le monde semblait avoir disparu autour de lui - ou si la magie qui régnait dans ces lieux était forte. Foutus mangemorts. C'était bien leur genre de mettre des pièges partout pour se protéger. Non contents d'être la plaie de l'humanité, il fallait encore que ces pseudo-sangs-purs sombrent dans la paranoïa la plus complète.
Yaeshawn fulminait, sentant la fatigue le gagner peu à peu. Mine de rien, sa course dans le jardin, et son entraînement dans les profondeurs de la terre avait fini par l'éreinter. Chaque mouvement qu'il faisait lui déclenchait une douleur dans la cheville qui tenait encore Merlin savait comment. alors les petites bulles qui menaçaient de faire jaillir un geyser sous lui, sans façon. Serrant sa baguette entre ses doigts, il tenta vainement de faire avancer l'embarcation. Il sentait sa barque tanguer et rouler de plus en plus, des vaguelettes commençant à gicler sur les bords. D'un coup, dans un bruissement profond, une force surgit de sous son navire de fortune et envoya la barque à vive allure vers le haut. Une colonne d'eau semblait s'effondrer à l'envers de toute cohérence et logique physique. La barque chahutait, alors que l'eau, qui semblait partir sous pression énorme frappait le bois dans un tambourinement sinistre.
Etait-ce un craquement qu'il venait d'entendre.
Le jeune Fetherstonhaugh, dans la demi-seconde d'accélération qui le plaqua au bas de son bateau, eut un haut-le-cœur. Il tenta d'attraper le rebord de la barque, pour retirer sa main aussitôt. L'eau, dans sa vitesse infinie, venait tout juste de lui lacérer le dos de la main, comme autant de fin rasoirs liquides. C'était un miracle que son ascenseur boisé - initialement canot -  ne soit pas réduit en morceaux.

Puis le silence. L'eau disparut aussitôt en un brouillard dense, si épais que Yaeshawn ne put même observer le bout de ses doigts, ou à peine. L'humidité soudaine rendait sa respiration inconfortable, suffocante.
Fébrile, Yaeshawn commença de se relever...
Il toussa.
Il hoqueta.
Il retint sa respiration.
Il émit une bulle.
Les gouttelettes s'étaient resserrées, jusqu'à s'agglomérer et finalement se joindre en gouttes, de plus en plus grosses, puis des flaques, jusqu'à être totalement englobé dans une masse de plus en plus large, épaisse, le pressant de plus en plus.
Un Inniti Graviter, ou une variante. Parfois, vos cours de 4e année pouvaient servir. Parfois.

Sur le point de laisser ses réflexes lui faire reprendre sa respiration - et donc le noyer - Yae parvint à se concentrer pour un dernier sort.

Des petits sorts:
 

Parfois, les cours de 4e année reviennent et repartent aussitôt. Plutôt que de songer à un simple arrêt du sort, notre jeune héros lança le premier qui lui passa par la tête.
En bon gros bourrin, l'idée de faire face à un ou des mangemorts n'évoquait chez lui qu'explosions et désentripaillement. C'est docn avec une certaine logique que sa baguette cracha un puissant confringo.
Ne boudons pas notre plaisir, l'explosion eut lieu, pulvérisant la bulle d'eau en apesanteur pour faire s'échapper d'infinies gouttes dans une pluie fine aux alentours. Malheureusement, la proximité du coup, un peu kamikaze, pulvérisa la jambe droite de Yae qui retomba comme une chaussette vide. Brisant ses os en plusieurs endroits, sa peau fut brûlée aux 2e et 3e degrés sur tout son mollet et sa cuisse, tout en faisant claquer de nouveau sa cheville.
La douleur le réveilla alors que l'eau le quittait. Il reprit sa respiration, toujours en l'air, porté par une force invisible, avant de se mettre à gémir. Il était à l'agonie, tant sa jambe droite l'élançait. S'il en avait été capable physiquement, il se serait volontiers scié son membre pour ne plus avoir à pâtir de cette géhenne.

Il serra sa baguette, tentant de lancer un bref episkey en sanglottant lorsqu'il se sentit de nouveau aspiré vers les cieux.
Un choc mou plus tard et la lumière réapparut. Le Soleil.
Il s'effondra sur le sol en un bruit de sac mou. Une fontaine se trouvait à sa gauche, le manoir en face, derrière deux rangées de haies, et un couloir végétal direct.
Yae ravala un gloussement amer. Il avait avancé.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1242
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Jeu 9 Mar - 1:50
Le membre 'Yaeshawn Fetherstonhaugh' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#3 'Lancer de dé ' :
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 149
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Mar 14 Mar - 0:22
Raté, raté, raté.
Yaeshawn fulminait. Sa jambe endolorie l'empêchait de se relever convenablement, et il avait eu beau jeu de s'envoyer trois episkey sur la jambe, il avait surtout l'impression d'avoir du coton en place et lieu de cuisse. Il sentait sa transpiration couler le long de son front et lui tremper le visage. Il allait certainement choper une fièvre, s'il ne faisait rien, ses sorts ne pouvant, qu'au pire, repousser un peu plus la fin. Il n'avait pas été dans la propriété pour plus d'une heure ou deux qu'il était déjà en charpie. Repoussant ses cheveux en arrière alors qu'il s'adossait tant bien que mal à la margelle de la fontaine, et ses pensées se retournèrent sur Aslinn. Pas un mot, pas un signe, rien. Pas même un cri, qui, aussi sinistre eût-il pu être, aurait renseigné notre charmant jeune homme sur le devenir de sa comparse blonde.
Sa tête lui tournait. S'il décidait d'effectuer un accio sur le portoloin, il abandonnerait volontairement Aslinn - ou du moins cela passerait pour tel. Sans être même entré dans le manoir d'Holloway pour tenter de récupérer les plans, cela serait suspect.
Louche.
Bizarre.
Etrange.
Et prêterait à discussions.
Cela, Yaeshawn n'en voulait pas. Il devrait donc entrer. Trouver le vioque. Lui balancer un confringo entre ses dents de sang-pur. Et un second. Et pourquoi pas un troisième ? C'aurait le bonheur de relaxer Yaeshawn qui sentait son courroux l'emplir de plus en plus. Et puis Jane l'avait dit.

"On a besoin de ces parchemins," susurra-t-il entre ses dents en un sourire triste.
Le regard du jeune sorcier se posa sur la façade, arrogante, de la bâtisse. Il n'allait pas s'avouer vaincu. Pas par un de ces sorciers bouffis d'orgueil parce qu'ils ont eu la chance que pôpa et môman aient été membre d'une fratrie, pour mieux protéger leur sang.
Catin de Merlin en peau de boursouf ! Il ne manquerait plus que des rejetons grabataires de mangemorts incestueux viennent lui rire au nez ! C'en était trop pour Yae qui fulminait. Se hissant sur la margelle de la fontaine, Yaeshawn sentit sa jambe l'élancer de nouveau en se relevant. Il posa son postérieur en soupirant et sortit sa baguette. Il allait devoir tenter de faire tenir le tout, au moins pour un gros quart d'heure.

"Episkeyepiskeyepiskeyepiskey..." répéta-t-il comme un homme atteint de monomanie.
Sa jambe pris une chaleur tendre qui se répandit tout du long, lui donnant une fausse sensation de bien-être. Ca irait pour le moment. Ce qui n'irait pas, en revanche, et toute personne qui aurait vu Yaeshawn dans cet état en aurait convenu, était l'apparente mollesse de ce membre, résultante d'une multiple fracture. Il tenta de retrouver ses souvenirs. Ils avaient bien appris quelque chose de similaire à Poudlard, mais quoi ?

"Furoncula ?"
Non.
"Spherula ?"
Non.
"Fistula ?"
Non plus.
"Figatella ?"
Toujours pas, mais un crépitement s'était fait voir.
"Ferula?"
Une attelle translucide se forma au bout de sa baguette et vint s'appliquer tout le long de sa jambe. Trial and error at its best. Remuant sa baguette, il sentit l'attelle s'allonger, s'étendre, pour finalement bloquer sa jambe, de manière plus ou moins souple. Un moulinet de poignet trop loin et un couinement suraigu lui échappa, laissant comprendre à lui-même et aux quelques écureuils alentours qu'il venait de serrer un peu trop sa nouvelle jambe de fortune.
Serrant les dents, sentant la chaleur bercer encore un peu sa jambe endolorie.
Il pouvait le faire.
Il se redressa, maintenant la majorité de son poids sur sa jambe gauche. Il vacilla. Il récupéra son équilibre.
Il tenait bon.
Il n'avait qu'une trentaine de mètres jusqu'aux petits escaliers. Puis une dizaine de marches. Peut-être deux mètres jusqu'à la porte.
Et quelques kilomètres une fois dans la baraque.
Il se mit en route, claudiquant et lâchant de petits cris étouffés à chaque fois qu'il pivotait sur sa jambe droite. Il ne tiendrait pas longtemps ainsi.

Que notre aimable lectorat nous excuse cette ellipse narrative, mais, afin d'éviter la redondance possible d'un tel récit, nous passerons outre les difficultés techniques, morales et physiologiques que Yaeshawn rencontra pour marcher jusqu'à l'escalier extérieur. Gravir les marches fut plus simple, le jeune Fetherstonhaugh préférant se hisser grâce à sa jambe valide, assis sur chaque marche, montant par à-coups. Ce léger répit lui permit d'oublier un instant le feu qui embrasait sa jambe droite. Il sautilla ensuite trois fois jusqu'à la lourde porte et reprit son souffle, dégoulinant de sueur, rouge comme une pivoine.
A présent, vérifier si l'huis s'ouvrait. Avec un peu de chance, la porte ne serait pas verrouillée et...

Les dés !:
 

Yaeshawn prit une grande inspiration et appuya sur la poignée lentement, faisant attention à ne pas brusquer le bois, et éviter de déclencher Merlin savait quel sortilège dément. La poignée tourna dans un grincement presqu'imperceptible. Arrivant en butée, une force s'exerça sur le poignet de Yaeshawn, signifiant que, contre toute attente, la voie était libre.
Il se remit à respirer, laissant tomber quelques gouttes de sueur sur le parvis, maculant ce qui ressemblait à du marbre blanc de quelques auréoles plus sombres et humides.
S'aidant de la porte, Yaeshawn pénétra dans le hall. Une odeur de vieux livre, d'humidité et de poussière hantait les lieux. Si ce n'était pour le mince filet de lumière que l’entrebâillement de la lourde produisait, l'on aurait pu croire ce manoir mort et enterré. Il claudiqua un peu, s'enfonçant plus encore dans la bâtisse. Il laissa la porte entrouverte, afin de s'assurer une sortie plus aisée...
Glissant contre le mur, support non négligeable pour un homme dans son état, Yaeshawn entra dans la première pièce qu'il rencontra, au bout d'un couloir exigu. Un petit bureau était installé.
Bingo, songea Yaeshawn. Il s'installa dans une chaise à roulettes, poussa un soupir de soulagement et commença à soulever ce qu'il trouva là. Question délicatesse dans la manière de subtiliser des secrets, l'on avait fait mieux.
Yaeshawn attrapa ce qu'il put. Là, cela ressemblait à des plans, dans un tiroir. Il commença à peine à jeter un rapide coup d'oeil, aperçut "...valon..." et se dit qu'il ferait le tri plus tard. Il n'allait pas non plus...

"Oh le vilain !"

Yae poussa un petit cri de terreur en relevant la tête.

"Le vilain petit voleur."

Une chanson venait de commencer.

"Il est laid."
"Il a peur."
"IL EST LA POUR SON MALHEUR"
"Squiiiiiik."

Des rires. Le regard de Yae courut tout autour de lui alors qu'il attrapa les parchemins du tiroir et les glissa sous sa ceinture. Des paires de petits points lumineux bougeaient, au fond de la pièce.

"Lumos...?" hésita-t-il.

Yaeshawn ouvrit grand la bouche, mais réussit, tant bien que mal, à garder sa surprise qu fond de sa gorge. Des têtes d'animaux empaillés le regardaient, un cerf, un sanglier et - comble du comble - une tête d'écureuil, sur un socle bien trop large. Les yeux brillaient d'un rouge sanguin, et Yae aurait pu jurer qu'ils se rapprochaient, bizarrement.

"Il est petit."
"Il est maigre."
"Comme donc il sent le vinaigre !"
"Pas terrible..."
"Mais faut l'appeler !"
"Réveillons donc tonton Holloway"

"Squiiiiiik."

Yaeshawn tomba de sa chaise, voyant les tête de plus en plus diaboliques des animaux fondre sur lui. Il se traîna dans le couloir, entendant les voix continuer dans son dos. Il se releva péniblement, mais de manière terriblement véloce pour sa condition.

"Il est tombé..."
"Le voilà debout !"
"Mais suivons-le..."
"Et disons..."

Un silence.

"BOUH !"

Les trois têtes pendaient dans l'air, à 50 cm de Yae. De leurs cous tranchés se répandaient une masse noire, gluante, fumante et puante. Les yeux rouges semblaient injectés de sang, les lèvres, babines, des animaux morts retroussées, menaçantes. Yaeshawn accéléra la cadence en avançant à cloche-pied. Il sentait la présence derrière lui, mais sentait plus encore son adrénaline le faire voler, glisser sur ce couloir qui s'étendait et s'étendait et... il déboula de nouveau dans le hall, couinant, rebondissant sur sa seule jambe valide.
Dix mètres jusqu'à la porte.

"Déjà ses os, je sens craquer."
"Entre nos molaires, malaxés."
"De la pâté de son cerveau..."

Cinq.

"Digéré avec les grumeaux"
"Squiiiiiik."
"Quand sur le mur nous reviendrons..."
"Lui coulera en gros étrons !"

Trois.
Yaeshawn ne vit pas l'horloge commencer à remonter le temps. Ni même le plancher commencer à fondre derrière lui.
Deux.
Il sentait presque, hoquetant, les bois de la tête de cerf - ou imaginait-il ?
Un.
Il rentra brutalement dans la porte, sentant un choc mou, et s'effondra sur le sol. D'un mouvement de baguette, il fit se fermer la porte en un claquement sec. Une autre silhouette avait chu, visiblement ayant heurté la porte lorsqu'il s'était enfui. Une vieille silhouette. Grisonnante. Grinçante.
Yaeshawn se laissa descendre les marche sur les fesses, remuant son corps de petits chocs, mais plus rapide que claudiquer.
Il prit à gauche. Passa à côté d'un rosier et... arriva à l'entrée du parc. Il se retourna. Les haies avaient repris leur place, le manoir se trouvant à plusieurs centaines de mètres. S'il avait eu, en ce moment, moins la frousse qu'à présent, Yaeshawn aurait apprécié le raccourci de sortie. Il aurait certainement plaisanté en mentionnant quelque chose sur le fait de ne pas oublier les courses. Mais là, il ne pouvait pas.
Fébrile, il attrapa sa baguette, tremblottant, et transplana au QG des Phénix. Il s'effondra en arrivant, laissant les larmes de douleur couler sur ses joues.

« Yaeshawn ! Tu es là ! » s'écria une voix familière. Aslinn avait donc fait le chemin retour avant lui.
Il se mit à grelotter, sentant ses forces l'abandonner. Il jura intérieurement lorsque le médicomage arriva.
Putain de mission de scrout.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1242
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Don't sweat it, get it back to you
ce message a été posté Mar 14 Mar - 0:22
Le membre 'Yaeshawn Fetherstonhaugh' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#2 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#3 'Lancer de dé ' :


--------------------------------

#4 'Lancer de dé ' :
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs