AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ No matter how hard I try [Yaeshawn] ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 230
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Nerose

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Lun 14 Nov - 0:16
La défaite laissait un goût amer dans la bouche. Cecilia était restée si longtemps sous la douche que ses coéquipières avaient quitté depuis longtemps le vestiaire. On l’avait attendue, on l’avait appelée, elle avait grommelé et puis elles étaient parties. Le silence était pesant lorsqu’elle sortit de la douche, tellement qu’elle n’avait pas pris la peine de s’enrouler dans une serviette. Elle laissait des traces de pas dégoulinantes d’eau derrière elle alors qu’elle se dirigeait vers la porte de son casier. Elle s’épongea le corps, ses tatouages s’animant brièvement au contact de ses doigts. Elle s’habilla avec lenteur, ne prenant même pas la peine de remonter ses cheveux. Le froid de novembre l’attaquerait et ce serait tout ce qu’elle mériterait. Car elle aurait dû, ooooh qu’elle aurait dû faire ce Revers de Cognard lorsqu’elle en avait eu l’occasion, juste au moment où la Poursuiveuse adverse effectuait son Plongeon d’Orazio. Mais elle n’avait pas osé. Le Cognard aurait frappé le balai de l’adversaire et la Poursuiveuse aurait plongé dans le vide, et ça, Cecilia n’avait pas pu se résoudre à une telle fin. Résultat : l’autre équipe avait marqué, creusant davantage l’écart entre les deux équipes. Et les Harpies avaient fini par perdre. Une défaite crève-cœur. Après cette seconde d’hésitation, peu importe à quel point elle essayait de nuire à l’équipe adverse, rien n’y faisait.

Cecilia finit de rassembler ses affaires, son sac sur l’épaule, son balai d’une main et sa batte d’ébène de l’autre et elle sortit du vestiaire, la tête basse, trainant sa batte par terre comme s’il s’agissait d’un boulet. Or, à la sortie, là où elle se croyait seule, quelqu’un attendait. Un jeunot, un appareil-photo autour du cou. Un journaliste assurément. Ou un paparazzi? Ah non! Certainement pas ce soir. Pas après ce match épouvantable. Elle n’avait absolument rien à dire, et puis certainement, la capitaine et l’entraineuse avaient déjà tout dit. Cecilia n’avait rien à dire, elle voulait juste rentrer chez elle, se servir un verre de whisky sur glace et s’abrutir le cerveau devant les chaines de la TVM. Peut-être commander une pizza aussi. Dommage que les pizzas surgelées n’existaient plus. Encore un de ces trucs que le satané gouvernement Kark avait détruit en anéantissant le monde des Moldus.

« Allez-vous-en! Pas d’entrevue! »

Elle n’avait même pas la force de brandir sa batte de Quidditch pour se montrer plus menaçante. Mais quelque chose clochait dans cette situation. Ce mec, là… il lui disait quelque chose…
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Mar 22 Nov - 0:03
Yaeshawn, c'était peu de le dire, n'avait rien d'un sportif. Son physique de branche de roseau pesant 300 grammes tout mouillé ne lui conféraient pas la force nécessaire à effectuer toutes ces pirouettes que le Quidditch demandait. Il avait bien une parfaite maîtrise de la levée de pintes, mais l'Association des Sports Sorciers n'avait pas cru bon de l'ajouter à la liste des activités physiques ludiques de son programme, au grand dam de notre jeune et intrépide jeune homme.
Sa curiosité le titillait. Il était certain d'avoir vu un visage connu, au QG des Phénix, après leur bagarre mémorable avec le kraken. Certes, sa condition physique d'alors, ses blessures et sa convalescence plutôt rapide l'avaient un peu étourdi, et il n'avait pas eu une véritable image nette de l'étoile brillante des Harpies. Mais le doute s'était déjà insinué en lui. C'était à son réveil, alors, qu'il avait entendu le nom de la jeune femme prononcé par quelques médicomages entre eux, du bout des lèvres.
Sans être un grand connaisseur - il n'allait pas jusqu'à collectionner les images animées des chocogrenouilles - il suivait suffisamment de matches pour connaître les joueurs et joueuses les plus en vogue. Et donc le nom de Cecilia ne lui était pas inconnu, ni même certains propos qui lui avaient été attribués. C'était en rentrant chez lui après leur mission à Avalon que, boitillant encore, le visage tuméfié, il avait passé quelques jours chez lui, se faisant porter pâle, pour vérifier son doute. Et le nom collait avec les propos anti-moldus. Et le nom collait avec sa présence au QG des Phénix.
Et ces deux faits ne collaient pas entre eux.
Yaeshawn, avec cette intrépide excitation des jeunes de son âge, avait donc décidé d'aller enquêter tout seul. Peu importait que la joueuse ait été vérifiée par des hordes de Phénix plus moches et méchants que lui - il y avait un lézard, il le savait, et ne laisserait rien passer.

C'était donc l'appareil photo autour de son cou qu'il avait regardé le match, ayant trouvé un billet peu cher, le faisant passer pour une urgence professionnelle. Personne ne vérifierait, et il pourrait prétendre avoir commencé un article sur la passion des fleurs chez les joueuses de Quidditch. Il s'était empiffré durant tout le match de chocogrenouilles, jusqu'au moment où son estomac, tendu par les rebondissements sucrés des confiseries, lui cria d'arrêter. Cela parvint au moment même où Cecilia laissa passer une occasion en or.
Vous cherchiez une preuve de son appartenance aux mangemorts ? Elle était là, cette hésitation montrait tout.

C'est donc déterminé que Yaeshawn garda son regard fixé sur la jeune femme le reste du match. Il n'allait pas la laisser s'enfuir de la sorte. Il profita donc de son statut de photographe pour se faufiler derrière la foule et se précipiter devant la porte des vestiaires. La jeune blonde en sortit finalement, l'air mauvais - qui ne l'aurait pas été en faisant perdre son équipe ainsi, exprès - et lui envoya une remarque cinglante.
Yaeshawn ne répondit rien et tapota le dessus de son appareil qui s'éleva et commença à prendre des photos en rafale.

"Madame Munro, pensez-vous que votre blessure à la jambe ait été la cause de votre niveau de jeu aujourd'hui ?"

Dans le registre des platitudes et de la finesse raffinées, Yaeshawn s'y connaissait. Mais l'on ne s'improvisait pas journaliste, et il voulait obtenir des réponses rapidement. Iln'aurait plus qu'à rediriger le tout vers Avalon, et il aurait sa preuve, en 1024 photos.
Il jubilait déjà.
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 230
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Nerose

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Lun 28 Nov - 17:55
Les flashs incessants et l’insultante question du journaliste à la scroutt eurent raison de la déprime passagère de Cecilia. Un agacement risquant dangereusement de basculer dans la colère l’habitait désormais et elle trouva la force de brandir sa batte, menaçante.

« Je vous ai dit pas d’entrevue! Vous êtes sourd ou quoi? Depuis quand une blessure au genou nuit au vol? »

Mais quel imbécile celui-là! Ce n’était pas parce qu’elle s’était blessée qu’elle ne pouvait plus maintenir le manche de son balai avec ses cuisses, - qu’elle avait très musclées d’ailleurs. Oui, elle boitait encore légèrement, mais c’était à peine perceptible. Rien à voir avec l’état dans lequel elle se trouvait le 15 novembre dernier et qui l’avait privée d’arpenter les plages de Tintagel. Aaah… Tintagel… Elle aurait aimé y être, se retrouver dans le feu de l’action, l’embrun se déposant doucement dans ses cheveux, l’air salin jouant dans ses narines… Comme à Jersey, dans son enfance. Ouais bon. Tintagel n’avait probablement rien eu de cette image idyllique, hein, y’avait quand même eu mort d’homme! Et les blessures, le sang… Mais tant que Cecilia ne l’avait pas vécu, elle ne pouvait pas vraiment savoir ce que c’était. Et elle continuerait de s’en faire une idée romantisée tant qu’elle n’aurait pas mis les pieds sur le terrain.

Alors Cecilia se mit à dévisager ouvertement le journaliste de pacotille des pieds à la tête. Et elle fronça les sourcils. Pour la deuxième fois, elle se dit que ce visage lui disait vraiment quelque chose.

« Et vous êtes qui d’abord? » demanda-t-elle un peu moins agressivement qu’elle l’aurait voulu. Elle se demandait même si elle n’avait pas vu cet homme la semaine dernière… voire même… au QG? Après Tintagel? Il ne pouvait certainement pas faire partie de la résistance moldue, il n’aurait jamais pu se promener aussi librement, voire même assister à un match de Quidditch sans qu’il se fasse remarquer. La seule option qui restait était donc qu’il y avait des chances qu’il soit Phénix. Mais alors, s’il était Phénix, qu’est-ce qui lui prenait de la bombarder de photos comme ça? Cherchait-il simplement un prétexte pour lui transmettre un message…? Mais les membres de l’Ordre utilisaient leur Patronus pour communiquer, c’était beaucoup plus rapide et fiable qu’un messager ou même un hibou.

Ou peut-être qu’elle était complètement dans le champ et que c’était effectivement un journaliste vraiment chiant. Auquel cas il avait intérêt à savoir transplaner au quart de tour, car Cecilia n’était pas d’humeur à supporter les paparazzis ou les journalistes.
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Mer 7 Déc - 2:05
L'agressivité pointait déjà, Yaeshawn le sentait, et cela le confortait dans son idée selon laquelle la jeune joueuse avait des choses à cacher. Forcément, ce n'allait pas être son comportement cavalier et grossier qui pouvaient en être la cause, surtout à la suite d'une défaite pour laquelle la jeune Munro devait se sentir responsable. Certainement pas. Yaeshawn avait sa preuve et allait l'agiter devant tout le monde. Elle avait bien trompé son monde, la petite sorcière volante, maintenant, il l'exposerait dans toute son hypocrisie. Foi de Fetherstonhaugh.

« Et vous êtes qui d’abord? »

Yae se voyait presque répéter, comme on le faisait pour des enfants, "mais vous êtes qui alors" en singeant ses mimiques et parodiant son ton, afin de tourner en ridicule et énerver un peu plus son interlocutrice. Toutefois, Yaeshawn, malgré son jeune âge et ses réflexions parfois peu matures, savait faire preuve d'intelligence et de finesse. C'est pourquoi...

"Et vous êtes qui d'abord ?" singea-t-il en remuant la tête de droite à gauche, appuyant sur les aigus, tout en prenant un ton volontairement bête, pataud et attardé, en fronçant les sourcils fortement, renvoyant à Cecilia une image déformante.
En terme de finesse et d'intelligence, l'on avait vu mieux, et les 4 milliards d'années d'évolution avaient fort heureusement permis, dans d'autres cas, sur des individus divers, d'obtenir des résultats plus probants. Yaeshawn Fetherstonhaugh, dont l'apparente complexité du nom faisait penser à un aboutissement évolutif, prouvait, en cet instant même, que son ancêtre amibe était plus proche chez lui que chez ses comparses homo sapiens magicae.
Yaeshawn continua de faire virevolter son appareil dans les airs, à bonne distance de la joueuse, toutefois. Il n'était pas fou, les réflexes des joueuses de Quidditch étaient suffisamment bons pour pouvoir attraper son appareil au vol, et il pourrait alors dire adieu à ses images.

"C'est pourtant ce vilain bobo qui vous a empêché d'aller tacler du poulpe, si je ne m'abuse, non ?"

Pas un pas de trop ? Non, Yae restait prudent. Tête brûlée et intempestif, mais prudent d'après ses critères.

"Ca vous aura évité de trop vous frotter à des sangs inférieurs, c'est pas si mal, non ?"

Fetherstonhaugh ne mesurait pas vraiment la chance insolente dont il jouissait, commençant à être légèrement isolé du reste de la cohue, et le brouhaha lointain empêchant à quiconque d'autre d'entendre ses paroles de manière intelligible. Chanceux, mais stupide, cela revenait souvent comme un boomerang dans les dents, pour mieux briser les résultats parfaits de la dernière mode de l'othodontie sorcière.
Il remua rapidement un doigt pour parer sa caméra à prendre des photos à la moindre mimique - forcément traîtresse - de Cecilia.
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 230
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Nerose

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Mar 31 Jan - 7:18
En le voyant l’imiter aussi grossièrement, Cecilia fut piquée dans son orgueil et explosa de plus belle : « Non mais! Non seulement vous êtes sourd, mais en plus vous manquez clairement de professionnalisme! Par les couilles de Merlin! »

Dès qu’elle saurait à qui elle avait affaire, elle porterait plainte au journal pour lequel il travaillait. Avec un peu de chance, il était même de rang inférieur à elle et il paierait pour son intrusion dans sa vie privée. Ce serait facile de le faire renvoyer. Après tout, elle était basique de rang 4, pratiquement une sang-pure. Mais elle interrompit bien vite le fil de ses pensées pour deux raisons majeures. La première était parce qu’elle se dégoutait d’avoir pu oser penser de la sorte, elle qui aspirait à renverser cette hiérarchie du sang en se battant dans les rang de l’Ordre du Phénix, et ce, même si cela coutait ses privilèges inhérents à son rang, car c’était un bien moindre prix à payer que celui de l’esclavagisme et de l’inégalité sociale. La deuxième raison était ce que le journaliste de pacotille venait tout juste de dire :

« C'est pourtant ce vilain bobo qui vous a empêché d'aller tacler du poulpe, si je ne m'abuse, non ? Ça vous aura évité de trop vous frotter à des sangs inférieurs, c'est pas si mal, non ? »

Car ce qu’il venait de dire ne fit que renforcer ce que Cecilia soupçonnait déjà. Elle l’aurait donc bel et bien déjà croisé au QG des Phénix. Il lui fallait donc d’abord confirmer ce fait, car on n’était jamais trop prudent. Or, dans un lieu public, aucun Phénix digne de ce nom n’irait fanfaronner à la cantonade qu’il était un fier révolutionnaire (ouais, Cecilia préférait définitivement le terme révolutionnaire à celui de terroriste).

« Comment osez-vous… » lui cracha-t-elle, le regard noir. Après toutes les pertes qu’elle avait vécues, nul ne pouvait remettre en cause son allégeance. Et certainement pas ce petit scroutt. Alors, usant de ses réflexes de joueuse de Quidditch aguerrie, elle empoigna l’insolent journaliste fermement par le bras (quoique lui arracher son appareil-photo avait été fort tentant) et elle les fit transplaner jusque chez elle, loin, bien loin des oreilles indiscrètes. Ainsi, s’il était bel et bien de l’Ordre comme Cecilia le croyait, il pourrait parler franchement. Et puis si elle s’était trompée, elle aurait tous ses aises pour se débarrasser de lui : ça ferait toujours un pro-gouvernement de moins à faire changer d’idée de manière permanente.

Un Pop! plus tard et ils se trouvaient désormais à Édimbourg, dans la maison de Cecilia, aussi bordélique qu’à son habitude. Elle relâcha le photographe, se débarrassa sans vergogne de son équipement de Quidditch, brandit sa baguette et fit léviter plus loin une pile de linge (propre, pour une fois) qui occupait tout le divan, un éternel work in progress pour quand elle aurait moins la flemme. Ou pour quand Altair ou tante Sorcha lui rendait visite.

« Asseyez-vous! » lui ordonna-t-elle. Au moins, il ne pourrait pas lui reprocher qu’elle ne savait pas recevoir. Prenant elle-même place sur le confortable divan, elle s’alluma une clope et demanda : « Qui vous envoie? » Certainement pas Jane. Alors qui?
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Mar 14 Mar - 23:54
Visiblement, Yaeshawn avait touché un point sensible. Il jubilait intérieurement. Après tout, l'agressivité était la réaction évidente des personnes qui avaient quelque chose à se reprocher, non ? De cette hypothèse qu'il tenait pour véridique, Yaeshawn concluait, de manière non surprenante, que Cecilia avait beaucoup à dissimuler.
Et qu'il avait touché un point sensible.
Certes, il manquait d'élégance, mais comment pouvait-il ne pas en manquer alors que la personne en face de lui pavanait comme une tourterelle, se montrait au QG des Phénix alors qu'elle arborait fièrement des propos anti-moldus dans les grands médias. On le savait, il fallait garder une apparence de respect du ministère. On le savait. Après tout, cela permettait à tout un chacun de bouffer à tous les râteliers, et la joueuse de Quidditch ne faisait certainement pas exception à la règle. C'en était quasiment mathématique.
Sûr de sa logique, il ne put s'empêcher un cruel sourire en coin à la surprise choquée de la jeune femme.

« Comment osez-vous… »

Bingo. Il n'en avait pas fallu moins pour qu'un petit voyant "got it, mate" s'allume dans la tête de Yaeshawn, tête balayée par le vent et les embruns, notons-le. Il avait visé juste. Il avait finalement suffit de ne lâcher qu'un petit détail connus d'eux seuls pour qu'elle démarre au quart de tour. Bingo gagnant.
Ce sur quoi il n'avait en revanche pas compté étaient les réflexes - et la force - de la jeune femme qui l'attrapa rapidement et le fit transplaner chez elle. Le temps qu'il remette ses idées en ordre et un second voyant "attention danger" s'alluma dans une partie tout aussi vide de son encéphale. L'avantage de la foule, du stade, d'un lieu public était que les risques restaient limités. Il n'avait rien dit qui puisse le trahir ouvertement, et toute action de la jeune femme aurait pu être critiquable... difficilement, vu le sang du jeune sorcier, mais suffisamment pour espérer s'en tirer sans trop de confringo en travers de la figure. Là, le lieu était isolé. Si quelque chose arrivait ici, il serait en difficulté pour se défendre. Compte tenu, de surcroît, des exploits dont il faisait preuve, une baguette à la main, il sentait qu'il avait perdu un terrain avantageux. Il ne cilla pas, glissant sa main dans sa poche, pour aller au contact de sa baguette. On n'était jamais trop prudent.

« Asseyez-vous! »

Le ton était sans appel. Yaeshawn regarda rapidement les lieux. Il était à quelques mètres de la jeune femme, ce qui lui laissait une distance de sécurité, sinon suffisante, au moins appréciable. Il garda ses yeux rivés sur la jeune femme, sans bouger. Les cliquetis de son appareil continuèrent.

« Qui vous envoie? »

Elle se sentait acculée. Donc elle avait quelque chose à se reprocher. Le premier petit voyant crânien de notre jeune héros gagna en intensité.

"Personne."

Il laissa planer le mot quelques instants, s'imaginant que cela apportait un peu de gravité à la situation. La joueuse en avait profité pour s'allumer une cigarette. De personne aux aguets, elle reprenait la main, semblant plus détendue. Terrain connu, avantage à Cecilia.

"Je n'ai pas besoin d'être envoyé pour voir deux faits qui ne collent pas. Ou que l'on ne fait pas coller... volontairement."

Il arrêta son appareil photo d'un mouvement de sa main libre, celle qui ne triturait pas quelque objet oblong dans son pantalon. Il décida de ne pas en rajouter, sa témérité ayant tout de même les limite de son instinct de survie. Il se doutait qu'il devrait bien faire attention et moins il pourrait en dire, mieux valait pour lui. Il fallait simplement amener la joueuse à la faute.
Si la joueuse décidait d'appliquer ses réflexes de Quidditch à leur discussion, la partie serait difficile.
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 230
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Nerose

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Ven 2 Juin - 3:04
Personne l'envoyait? Hmm... Se donnant un temps de réflexion précieux, Cecilia posa sa clope dans le cendrier de sa table basse, une des rares choses qu'elle nettoyait régulièrement, car elle n'aimait pas l'odeur des vieux mégots écrasés. Juste à côté du cendrier trônait une photo d'un couple de jeunes trentenaires accompagné d'un homme environ du même âge. Ce dernier avait les mains posées sur les épaules d'une blondinette de huit ans. Le couple avait un air de famille avec le journaliste et la gamine n'était autre que Cecilia. La photo avait été prise à l'époque où Cecilia et son parrain étaient retournés vivre dans le coin le plus paumé de Jersey, fuyant l'Écosse revenue aux mains des Mangemorts de Kark. Comme le petit cottage qu'ils habitaient alors offrait un refuge relativement sécuritaire, ils avaient pu héberger quelques sympathisants Phénix de façon sporadique. Mis à part Victoria et Donan, ces Phénix n'étaient jamais restés plus de quelques semaines, pour souffler, pour se ressourcer. Mais la peur les tenaillait, la paranoïa les accaparait et ils repartaient aussi discrètement qu'ils étaient venus pour Cecilia-ne-savait-où.

En y repensant, Cecilia avait été terriblement chanceuse, malgré des parents et des tuteurs Phénix. Les histoires de sa fuite autour du monde que lui racontait son parrain, les risques qu'il avait pris pour protéger la poignée de Moldus jersiais qui avaient survécu à la bactérie Dolohov... autant de choses que Cecilia était soulagée de ne pas avoir vécu. Plus jeune, elle aurait dit jalouse, car elle aurait aimé vivre une adolescence sur les routes, pleine d'aventures. Mais ça aurait voulu dire de faire une croix sur ses rêves de jouer au Quidditch professionnellement. Et ça, elle n'aurait pas pu s'y résoudre.

« Quelles choses ne collent pas, dis-moi?» soupira-t-elle. « Allez... parle franchement! » ajouta Cecilia en retirant son pull-over, révélant par le fait même une camisole aux fines bretelles et quelques-uns de ses onze tatouages. Chacun d'entre eux revêtait une signification particulière ou lui rappelait un être cher disparu trop tôt, mais surtout, toutes les raisons pour lesquelles elle avait suivi son parrain à cette rencontre de l'Ordre, en ce soir d'août 2045 et qui l'avait poussé à dire qu'il prêchait une convaincue depuis ses 5 ans. Le pull-over alla atterrir en boule à l'autre bout de la pièce. La joueuse de Quidditch reprit sa cigarette et en prit une longue bouffée.

« T'étais à Tintagel, non? » Le regard dans le vague, Cecilia caressait doucement son bras droit du bout des doigts. Le crapaud affublé d'ailes de Phénix croassa silencieusement, ses ailes s'agitant. La harpie soigna son plumage et s'ébroua. Les vélos se pourchassèrent autour de son avant-bras. Le crapaud pour tous ces Jersiais emportés par la bactérie, la harpie pour Eireann Callaghan, les vélos pour ses copains d'enfance et pour Julia. Étant donné son genou blessé, si Cecilia avait été à Tintagel, aurait-elle connu le même sort que tous ces gens? Une forme symbolique d'elle-même se serait-elle retrouvée sur le bras de quelqu'un d'autre, en souvenir?
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Dim 9 Juil - 22:35
Yaeshawn était demeure impassible. Il avait pu déceler ce qu'il avait cru être du trouble chez la joueuse de Quidditch. Ne venait-elle pas de rêvasser ? De se perdre un temps trop long pour réagir. C'était évident, elle mentait. Yaeshawn en avait la preuve, il obtiendrait des confessions. Et des images. Son appareil flottillait toujours, lentement, a cote de lui.

« Quelles choses ne collent pas, dis-moi ? Allez... parle franchement ! »

Yaeshawn se pinça les lèvres. Elle était sérieuse ? En train de se dessaper devant lui et lui demander des comptes ? Elle tenter de le manipuler et allait jouer la carte du charme. Il étrécit légèrement son regard, ruminant ces pensées paranoïaques. Elle allait lui sauter dessus et tenter de le mener par la peau du prépuce, s'il n'y prenait pas garde.
Sois plus sensé, mon petit Yaeshawn.

"Vous le faites exprès ? L'attitude violente envers les moldus de manière publique. C'est pas con, ça permet de donner l'impression qu'on joue le jeu."

Jusqu'ici, c'était faible, du reconnaitre intérieurement notre intrépide petit journaliste botanique. Cela aurait tout aussi bien pu prouver l'inverse. Garder la face, tout cela.
Et elle avait une jolie face à sauver, il ne pouvait que le reconnaitre, alors que ses yeux couraient sur le corps de la jeune femme et en admiraient les tatouages apparents. Il releva les yeux alors qu'elle recracha la fumée une fois de plus. Il fit mine de tousser.

"Oui, justement, j'étais a Tintagel." Sa voix avait été chevrotante sur la fin de la phrase. L'idée des tentacules du bord de plage le ramenait à des vacances qu'il aurait préfère éviter. Il se racla la gorge. "Oui, j'y étais. Et d'autres pas."

Il la fixa, faisant un pas en avant, pensant arborer un air menaçant. Malheureusement, son visage le faisait plus ressembler à un chaton tentant de se faire les griffes sur une boule de laine qu'a un investigateur déterminé et vindicatif.
Cependant, son cœur battait la chamade. Il avait appris, durant ces derniers mois, à haïr tout légitimiste karkien du plus profond de son cœur. Il était à présent trop engonce dans sa passion violente à l'encontre de Cecilia.
Sa respiration se fit plus sifflante, au fur et à mesure qu'il se rendait compte de l'attitude nonchalante de la jeune femme. Elle était a moitie dénudée, chez elle, et était trop calme pour ne pas cacher quoi que ce fut. De plus, elle était passée de lionne agressive a une sorte de hamster rempli d'amour. Elle tentait de le séduire.
Pour mieux en finir.
Yaeshawn sentit une goutte se former sur sa tempe droite. Il se gratta le ventre, lentement, mal à l'aise, bouillant intérieurement. Il se crut malin. Il glissa lestement sa main sous sa ceinture et attrapa sa baguette.
Yaeshawn n'avait, pourtant, jamais été un bon mage. Ce jour-ci ne dérogea pas à la règle.
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 230
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Nerose

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Sam 16 Sep - 1:46
Ah il croyait se la jouer jeune recrue Phénix un peu trop prompt à dénicher les traitres? Il croyait pouvoir se mettre dans les bonnes grâces de Jane en jetant Cecilia à ses pieds? Quel imbécile... Il n'était qu'un opportuniste, un jeune con à peine sorti de l'enfance.« Tout ce que je peux te dire, c'est qu'adopter un profil bas fait partie du jeu. » L'Ordre serait bien mal en point s'il n'était composé que de fugitifs. Et son revenu de joueuse de Quidditch professionnelle lui permettait de supporter l'Ordre sans ostentation, car, qu'on le veuille ou non, une révolution, ça coûtait cher, ne serait-ce qu'en bouches à nourrir au QG.

Puis le journaliste de pacotille confirma ce qu'elle s'était mis à soupçonner : il avait bel et bien été à Tintagel et, à demi-mots, il lui reprochait son absence.

« Et d'autres auraient voulu y être, mais ils ne peuvent pas. » répondit-elle du tac au tac, pointant du doigt le cadre qui tronait sur sa table basse. « Et sais-tu pourquoi? Parce qu'ils sont morts. » À commencer par ses parents qui avaient été tué lors d'un attentat Mangemort sur le Chemin de Traverse, alors qu'elle n'était qu'une gamine, même pas assez vieille encore pour aller à l'école. Et suivi par tant d'autres par la suite, tant d'amis, de proches... des combattants aguerris comme des gamins. Elle s'interrompit lorsqu'elle vit le jeune homme faire un geste vers sa baguette. Elle répliqua aussitôt d'un Expeliarmus informulé et rattrapa gracieusement la baguette du jeune homme.

« Mais par les couilles de Merlin, pour qui tu te prends? » Elle haussa un sourcil, mi-agacé, mi-amusé par la situation. Car il fallait se l'avouer, c'était parfaitement... parfaitement risible. Ce gosse se tournait en ridicule. « Tu crois vraiment que je lèche le cul de Kark? » Puis elle éclata de rire, mais d'un rire teinté de mélancolie. Puis elle ouvrit les bras, les deux baguettes à la main, montrant sans gêne tous ses tatouages. « Tu crois vraiment que j'aurais tous ces tatouages si c'était le cas? Non, mille fois non! » Ses yeux céruléens brillèrent d'une lueur résolue. « Chacun de ces tatouages n'est qu'une raison de plus pour me battre. » Elle agita sa baguette et deux bouteilles de bière lévitèrent et se décapsulèrent toute seule, avant de se poser délicatement sur la table. « T'es en âge de boire, au moins, j'espère? » le railla-t-elle en prenant une des deux bouteilles et sa clope qui avait continué à bruler d'elle-même. En soupirant, elle préféra l'écraser dans le cendrier et s'en rallumer une autre.
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté Ven 3 Nov - 16:59
Et il fallait qu'il écoute les excuses pitoyables de la joueuse de Quidditch... Décidément, les explications farfelues des mange-la-mort ne changeaient jamais. Ne pas répondre à la question, détourner l'attention, employer l'emphase et les passions pour mieux détourner l'attention. Elle était douée, rageait intérieurement notre petit héros fluet, et elle savait éviter les coups. Après tout, n'était-elle pas championne de Quidditch, à éviter les cognards et autres coups de joueuses plus ou moins voraces ?

C'est alors qu'elle eut le culot de sortir son argument massue. « Et d'autres auraient voulu y être, mais ils ne peuvent pas. Et sais-tu pourquoi ? Parce qu'ils sont morts. »

C'en fut trop pour Yae. Les martyrs, les phénix invisibles qui se cachent au grand jour et a présent, les leçons de morale ? Il ne manquait plus que le joli sophisme du "tu comprendras quand tu seras plus grand" et il tiendrait le pompon.
Malheureusement, ces pensées s'arrêtèrent aussi nettes que ses doigts sur sa baguette. L'expelliarmus que lui envoya Cecilia fut suffisamment puissant pour le faire tournebouler dans les airs tel un poulet fou que l'on aurait branche sur courant électrique.
Il s'affala dans un bruit mat et mou, avant qu'un tintement boise léger et plus subtil ne fasse comprendre que sa baguette venait de rebondir à quelques pas de son corps a présent meurtri.
La garce.

"BITCH !" éructa-t-il, rouge de colère, tentant de se relever, posant un genou à terre. L'on pouvait presque voir la vapeur sortir par volutes épaisses de son nez alors que sa tempe battait frénétiquement, faisant sursauter son front aussi rouge qu'une tomate honteuse.
Et elle osait lui demandait pour qui il se prenait ? Une main au sol, Yae reprit ses esprits, la tête encore prise dans un tourbillon groggy. Il tenta de situer sa baguette, furetant du regard à droite et à gauche, espérant tomber sur son morceau de bois favori. La jeune femme en profitant pour s’exhiber un peu plus. Après s’être changée devant lui voilà qu’elle lui montrait ses tatouages.

"Et alors ? Ça veut dire quoi ces tatouages ? Que tu aimes te faire percer ? T’as pas une petite marque des ténèbres cachée quelque part, aussi, hein ?" Il était essoufflé, se relevant peu à peu, encore sous le choc de son attaque. "Tu vas me faire chialer avec tes ‘Il y a des gens qui sont morts’. Scroutt – on a tous des macchabées à faire chialer dans les chaumières, alors commence pas à jouer les malheureuses. Et les couilles de Merlin, tu sais où tu peux te les carrer, espèce de boursouf…"

Il rageait tant et si bien que ses yeux semblaient s’exorbiter. Il remarque le petit morceau de bois au sol. Sa baguette, il glissa lourdement vers elle et la rattrapa, les yeux fixés sur la jeune femme. Son désir de lui envoyer un sort dans les dents, pousse par sa colère et la haine qu’il éprouvait depuis qu’il l’avait vue au QG après Tintagel, n’était contrebalance que par la peur de se voir exploser par un vilain sort mal place. L’expelliarmus resonnait toujours dans ses entrailles, et s’il ne s’était pas souille sous l’impact, il n’en était pas loin.

« T'es en âge de boire, au moins, j'espère? »

Il n’eut qu’un mouvement rapide, et fit exploser la seconde bouteille dans les airs, propulsant de la mousse et du liquide alcoolise dans les quatre coins du salon.
Cela devrait suffire à faire une réponse correcte. Il s’avança vers la jeune femme et s’affala sur un siège a l’hygiène douteuse face à la joueuse.
« Alors c’est quoi ton histoire ? »
Sa voix tremblait trop pour être prise au sérieux, et son air malingre ne collait pas à l’image que l’on se serait fait d’une brute épaisse. Au moins, il essayait.
Contenu sponsorisé
Re: No matter how hard I try [Yaeshawn]
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs