AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un ancien chanteur/pornstar devenu jardinier avec le scénario de Mathilda Lovewell, Clyde McPhee !
Des scénarios en folie
Rejoins une famille de pirates avec le scénario d'Arsenia Sabordage, Flavia Sabordage ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Nous manquons de moldus
Ce sujet te donnera sûrement envie de te lancer ! En plus, pour chaque moldu ramené sur le forum, gagne le double de points

❝ Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Le Centre
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 26/12/2016
Célébrité : Secrète
Crédits : FDD

Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Lun 26 Déc - 20:21

Bal de Noël - Place centrale


La place de l'Hôtel de Ville est richement décorée pour ce jour de fêtes. Des guirlandes multicolores flottent dans les airs, virevoltent aux vents. Les lampions qui les transportent diffusent une lumière tamisée qui donne au décors un aspect féerique. Sur scène, l'orchestre, qui jouait jusqu'alors en sourdine lors de l'arrivée des premiers sorciers, se tait soudain alors que monte la jeune Cyrina Eonagacht, étoile montante de la musique populaire sorcière. Sourire aux lèvres, robe de soirée sur mesure étincelante, elle adresse un large signe à la foule qui s'amasse pour l'écouter. « Bonsoir à tous ! C'est un immense honneur pour moi d'avoir été choisie par l'Association des Sangs Pures Actives pour ouvrir ce bal de noël ce soir. Cet instant de partage doit nous rappeler à quel point il est important pour nous tous d'être toujours plus unis et de célébrer ensemble cette fête si chère à nos coeurs. Remercions donc chaleureusement, tous ensemble, les membres de l'association pour le travail fourni afin de nous offrir cette merveilleuse soirée gracieusement, alors que tous les profits que ces Dames pourraient engendrer reviendront en réalité aux pauvres enfants dont les parents ont été les victimes d'un terrorisme atroce. Mais, ce soir, Mesdames et Messieurs, surtout, amusez-vous, et Joyeux Noël à tous ! ».

Les applaudissements résonnent sur la place alors que le discours prend fin. Aussitôt, l'orchestre entame le premier morceau, laissant les invités prendre place sur l'espace central aménagé en piste de danse. Quelques moldus en uniformes assurent le service, que cela soit auprès des convives installés aux tables ou auprès de ceux qui discutent par petit groupe autour des différents stands d'animations. Ici, un jeu de défi magique, ou il est question d'atteindre différentes cibles avec des sortilèges provenant de baguettes expressément bridées. Là, les plus jeunes peuvent s'amuser à comparer leur aptitude à la magie grâce à une fausse baguette testeuse. Là encore, un jeu d'adresse consiste à déplacer une petite bille à l'intérieur de circuit transparents sans jamais en toucher les bords. Nombre de jeux sont ainsi proposés et les animateurs n'hésitent pas à venir chercher les convives qui s'ennuieraient. présente divers animaux magiques où quelques enfants s'amusent déjà à attirer un Niffleur avec quelques noises scintillantes.

Ici, la fête est ouvert à tous. Si les sorciers de sang-basique sont les plus nombreux, les Sangs-Purs, qu'ils aient payé ou non leur entrée à la soirée privée, sont les bienvenus pour se mêler au reste de la société sorcière. Plus généreux encore, les autorités ont décidé d'ouvrir les réjouissances aux Moldus, sur autorisation de leurs propriétaires et sous réserve qu'ils portent sur leurs vêtements un blason les distinguant du reste des personnes présentes.

La liesse est donc de mise pour ce premier bal de Noêl réunissant toutes les strates de la société, dans le respect le plus pur de la hiérarchie.

Informations hors RP
♦ Ce sujet de rp est ouvert à tous ! Les Sangs-Purs qui souhaitent montrer leur proximité d'avec le reste des sorciers peuvent bien sûr venir poster ici.
♦ Les enfants de Basique 4 ayant atteint donc le statut de Sangs-Purs peuvent, si les parents le désirent, être prit en charge par deux volontaire de l'Association des Sangs-Purs Actives afin de profiter de la fête privée dans le salon V.I.P..
♦ Vous pouvez poster autant de fois que vous le désirez dans ce sujet. L'un des PNJ peut même venir vous embêter un peu, vous emmener vers une animation ou vous tenir la jambe si vous ne vous méfiez pas ! Si vous ne voulez pas qu'un PNJ intervienne dans votre conversation ou au contraire que vous voulez l'aborder vous-même, merci de le signaler en rouge et en gras
♦ Et surtout, surtout, amusez vous !
LE BAL DE NOËL
Invité
Invité
avatar
Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Mar 27 Déc - 10:57


Bal de Noël

Avec la foule



Noël en Angleterre avait une toute autre saveur, plus ancienne, plus mythique, que les fêtes organisées sur son île d'origine voire même en Espagne où, bien qu'exceptionnelles et toujours follement organisées par les différentes confréries d'étudiants sorciers, ces soirées n'égalaient en rien le caractère enchanteur de celles propres à la Grande-Bretagne.

Carmen s'était fait d'ailleurs un plaisir d'acheter des cadeaux plus traditionnels pour son père et revenait, ce soir là, de la poste magique, les pieds endoloris dans ses chaussures à talons après une queue de près d'une heure dans le tumulte des demandes en cette période d'euphorie. Elle en était là, à visualiser une bouteille de whisky pur-feu quand, avisant son tailleur et se jugeant pas trop mal habillée, s'était finalement motivée à suivre la rumeur du bal de Noël en plein centre-ville, histoire de socialiser un peu.

Après tout c'était sur sa route.

Ses collègues de travail, comme faisant partie d'un autre univers beaucoup plus enthousiaste et éclairé que le sien, n'avaient eu de cesse d'en parler au long de cette semaine de travail.

Il leur était nécessaire à tous, à cette période, de pouvoir oublier les tensions qui agitaient leur monde actuellement. Mais pour Carmen, c'était comme une bulle de paix entre les missions mangemorts dont elle avait la charge actuellement, les remontrances de Vivienne, et le modèle timide et terriblement parfait de Salomé.

C'était aussi et surtout une occasion particulière de pouvoir, possiblement, croiser la route d'un basique 4 de bonne condition, accessoirement riche, aimable et pas trop mal foutu. Et à l'idée d'écrire à son père que pour une fois, Carmen Guerero, s'était motivée à faire un effort dans ce sens, sa bonne humeur lui revint.

Et puis elle avait toujours aimé les fiestas.

Néanmoins il y avait fête, et bal. Et à son arrivée, engoncée dans un tailleur noir des plus stricts, sa mine déchanta assez vite à la vue des centaines de sorcières attifées de robes chatoyantes, aux couleurs délicates et aux tissus chamoirés. Toutes, de la basique 1 à la basique 4, s'étaient mises sur leur 31 pour cette soirée particulière et reculant dans l'ombre d'une ruelle adjacent la place, Carmen retira son manteau pour mieux s'observer, changeant tout d'abord son pantalon pour une jupe, avant d'essayer de donner  à ses frusques un peu plus de vivacité.

Son sortilège fut entendu au-delà des oreilles de Merlin lui-même quand le coton prit une teinte cramoisie et que malgré ses efforts et ses jurons en espagnol, elle du se résoudre à sortir de là, le tailleur aussi rouge comme un gamin victime de la dragoncelle.

Les regards sur son passage furent des plus éloquents.

Elle n'en était à regretter de ne pas avoir filé ventre à terre jusqu'à chez elle, furieuse de gêne et quand, applaudissant distraitement aux derniers mots de cette chanteuse à la mode, un niffleur se faufila entre ses escarpins, à la poursuite d'une mornille échappée.

Faisant un pas de côté, heureuse de ne porter aucun bijou pouvant attirer l'attention de l'animal, Carmen percuta du coude la personne la plus proche, à sa gauche. Et marmonna ses excuses, sans doute les premières d'une longue liste vue sa chance.

Et ces maudits serveurs moldus étaient encore trop loin pour attraper à boire.

Spoiler:
 



Code by Joy
Papi Brossard a un SSPT
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t441-savannah-michaels#4821
Messages : 90
Date d'inscription : 09/11/2016
Célébrité : Melissa Benoist
Crédits : Mara

Double compte : Murphy O'Ryan

Age : 24 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : ///
Epouvantard : Peridrax
Dialogue : [color=#ff6600]
Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Mer 4 Jan - 7:02
Il y a eu l'arrivée de tous les sorciers, les uns après les autres, à qui il a fallut sourire, à qui il a fallut apporter nourriture et boissons avec la plus grande déférence, mais surtout en restant au maximum invisible, même si elle constate avec un certain plaisir qu'elle est capable de mettre un nom sur la plupart des visages qui l'entourent. Il y a eu les discours, ensuite, où il a fallu être quasiment immobile, ne pas bouger, surtout, ne jamais se faire remarquer alors que la célèbre Calliope Kark, puis le ministre en personne s'expriment. Elle même a retenu son souffle pour boire ces mots, parce que même s'il est l'incarnation de tout ce qu'elle hait, il est là, et les Yaxley l'aiment et respectent alors il ne peut pas être si foncièrement mauvais. Il y a les premières danses, enfin, et les plateaux toujours plus nombreux et plus lourds au fur et à mesure que ses bras fatiguent. Mais elle ne faiblit pas, elle tourne et vire et esquive les sorciers inattentifs pour mieux continuer à les servir, toujours, chacun d'entre eux.

Et enfin, après ce qui lui semble des heures, il y a le signe de Mme. Yaxley et la relève. Enfin, elle est autorisée à prendre part aux festivités -celles de dehors, bien sûr, elle n'aurait certainement pas l'outrecuidance de rester ici. Elle termine cependant de servir les dernières coupes trônant sur son plateau, ravalant son impatience grandissante, avant de filer une fois totalement libérée vers la petite pièce sombre mise à leur disposition, à elle et aux autres moldus en charge de tout ou partie du service.

Sans plus attendre désormais, elle troque l'uniforme qui lui a été attribué pour ce début de soirée contre la jolie robe prévue pour la suite, qu'elle doit malheureusement affubler de cette horrible veste indispensable pour signaler sa condition. L'excitation due à la soirée est quelque peu ternie par un sentiment de colère sourde face à cette injustice, cette humiliation flagrante. Adem a raison là-dessus - Adem a raison en général - ils ne valent pour ces suppôts de Satan pas plus que du bétail qui doit être marqué et différencié afin de ne pas être confondu avec eux, qui se prennent pour des êtres supérieurs. Et alors que Savannah termine rapidement de s'apprêter, elle est bien obligée de ravaler le goût de bile qui lui monte à la gorge. Au moins peut-elle se consoler en se disant que, même si sa robe assez simple n'est pas du grand luxe, elle sera toujours plus jolie que celles de beaucoup de ses compagnes d'infortune. Et que, en plus, elle a droit à un maquillage, qu'elle a su faire discret, ce à quoi nombre d'entre elles n'ont pas accès. Elle ne sera peut-être pas la princesse qu'elle aurait pu rêver, mais au moins elle ne ressemblera pas à une souillon. Juste à une esclave.

Chassant rapidement ses pensées qui menacent de gâcher son humeur pour le reste de la soirée, elle sort précipitamment de la petite salle pour se rendre sur la grande place. Sans prendre le temps de s'émerveiller des décorations, elle sui revient tout juste du somptueux salon de cristal, elle cherche des yeux un visage connu. Elle sait que Jackson est là, quelque part, et qu'elle doit le rejoindre un peu plus tard même s'il est accompagné de cet affreux Henry. Elle espère pouvoir croiser Adem également, si ses maîtres lui ont laissé la possibilité de se rendre au bal. Mais ce n'est ni l'un, ni l'autre qu'elle tente d'apercevoir en premier lieu, mais bien son amie Rose. De quelques années sa cadette, au service de la très prestigieuse famille Kark et, comme elle, membre de la très secrète Nouvelle Inquisition. Beaucoup de points communs, donc, qui ont permis à Savannah d'apprécier sa comparse ; elles ont toutes deux convenues de se retrouver à la fin de son service.

Mais son service a duré plus longtemps que prévu, ou au moins en a-t-elle l'impression alors qu'elle n'a pas de montre, et elle espère vraiment que son amie n'a pas tourner les talons, volontairement ou à cause d'une quelconque obligation. Et alors qu'elle marche entre sorciers et moldus, qu'elle tente tant bien que mal de se frayer un chemin au travers de la foule, elle sent son sang battre à ses tempes. Fort, et de plus en plus, réduisant son champs de vision en même temps que le souffle commence à accrocher dans sa gorge. Elle sent ses mains devenir de plus en plus moites alors qu'elle ne la voit pas, nulle part, mais qu'il y a tous ces visages autour d'elle qui semblent ne voir qu'elle, la juger. Elle ne la voit pas et elle est sûre, sûre qu'elle est déjà partie, sûre qu'elle a eu un empêchement ou que Savannah est en retard, beaucoup trop en retard, et qu'elle ne valait pas la peine d'attendre parce qu'après tout, pourquoi aurait-elle attendu, hein ?

Mais soudain, alors qu'elle esquive pour la énième fois un sorcier inconscient, elle ses yeux se posent sur ce visage connu. Et, aussitôt, le sourire revient ourler ses lèvres tordues jusqu'alors en une grimace inquiète. Aussitôt, ses doigts se décrispent et dans un geste inconscient, elle essuie la moiteur de ses mains sur le tissus de sa robe. Aussitôt, les battements de son coeur semble revenir à la normale alors qu'elle se précipite auprès de son amie. « Rose ! J'ai eu peur de ne pas te trouver, avec tout ce monde. Comment vas-tu ? »

On pourrait croire aux retrouvailles de deux amies de longues dates dans un contexte des plus banales qu'un bal de noël à voir l'enthousiasme de Savannah. Mais elles se connaissent à peine, au fond. Elles se connaissent à peine, et tout ce qui les réunis, c'est la fatalité d'une condition dont elles ne veulent ni l'une, ni l'autre. Mais elles sont si peu, ils sont si peu, maintenant, que tout allié devient précieux. Et tout visage connu et souriant l'est d'autant plus pour la blonde. Même si Rose est jeune. Même si, pour quelques heures, elles peuvent prétendre que tout va bien.
La meuf qui couche avec des arbres
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t290-agapanthe-kirke
Messages : 178
Date d'inscription : 06/10/2016
Célébrité : Janis Joplin
Crédits : Kiara Callaghan

Double compte : Sid W. Lewis

Age : 34
Sang : pur
Statut : Mariée à l'univers (elle y tiens !)
Métier : directrice et unique employée du "Genêt à Balais"
Baguette : Bois d'aubepine, crin de licorne, 25.4 cm
Epouvantard : un sécateur moldu
Dialogue : #00cc00

Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Lun 9 Jan - 16:04
- Tu devrais y aller ma chérie. Ce n’est pas bon pour toi de t’enfermer chez toi. Ça te sortira un peu.

- J’ai pas envie. Pas envie de faire des ronds de jambes, pas envie de serrer les mains pleines de miasmes de tout le gratin, pas envie de forcer le rire. C’est pas moi.

- Ton père et moi, nous ne pouvons pas y aller, statut du sang oblige. Fais honneur à la famille. Tu sais la difficulté avec laquelle…

- Pas besoin de me le rappeler ! Je sais la souffrance, je sais l’humiliation, je sais. Il a été difficile de purifier notre nom, mais il est aussi difficile pour moi d’être fausse. J’ai pas envie. Ton fils y sera surement. La célébrité de la famille. Il aura emmené sa tribu avec lui. T’inquiètes, y aura des Kirke.

- Mais…

- Si j’y vais, crois-tu vraiment que je ferais honneur à la famille ?

- Viens au moins sur la place de l’hôtel de ville. Tu pourrais écrire un article pour ton journal. Je crois qu’ils amènent des animaux.

- Je crache à la figure de ceux qui les présentent comme des bêtes de foire.

- Aga ! Ne fait pas ta tête de mule. Si tu ne le fais pas pour toi, fais-le pour moi. Rends-moi fière pour une fois !

Agapanthe était assise sur un banc, le regard dans le vide. Elle ne voulait voir personne. Ça l’agaçait. Surement plus encore que si elle avait été à l’autre bal. Elle trouvait pitoyable la façon dont chacun essayait de tirer son épingle du jeu, les sourires de façade, la fausse bonne humeur. Elle était persuadée ne pas être la seule à s’ennuyer profondément. Elle avait finalement cédé au caprice de sa mère. Mais maintenant qu’elle était là, elle le regrettait amèrement.

Elle s’était dit qu’elle pourrait s’amuser à maltraiter les dresseurs d’animaux, pour leur faire payer leur arrogance. Mais même ça ne la distrayait pas. Elle avait passé cinq minutes à leur jeter des sortilèges de confusion, s’était amusé de leur incompréhension puis s’était lassée.

Elle avait choisi pour l’occasion la plus vieille et démodée de ses robes, pour faire rager sa mère : une robe vert bouteille en velours élimée aux genoux. Elle avait surmonté le tout d’une large capeline orange sertie de plumes de paon.

Elle n’avait pas croisé sa mère, à croire qu’elle s’était débinée, qu’elle n’avait pas su joindre l’acte à la parole. Finalement, elle la voit au loin dans la foule. Elle baisse le rebord de son chapeau devant son visage. Après réflexion, elle n’a pas envie de voir sa mère, elle la dégoûte. Elle tient fermement le bras de son père, jette sa chevelure en arrière et rie à gorge déployer aux blagues de son interlocuteur. Agapanthe est certaine que le vieux sorcier qui s’adresse à sa mère n’est même pas drôle.

Agapanthe s’ennuie fermement. Elle n’a envie de parler à personne. Elle enfourne les mains dans les poches de sa robe et sens contre ses doigts la poignée de psilocybes qu’elle avait fraîchement cueilli ce matin. Elle les avait amenés au cas où la fadeur de la soirée soit insupportable. Elle l’est. Agapanthe avale les champignons.

- Let’s dance !

Sortilège de désillusion:
 
Le Jaxinounet à sa Lizzie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 52
Date d'inscription : 12/11/2016
Célébrité : Grant Gustin
Crédits : Shiya

Double compte : Ian Blackburn

Age : 26 ans
Sang : Moldu!
Statut : Célibataire
Métier : Esclave personnel de Henry Blackburn
Baguette : Euh... ça vous regarde pas!
Epouvantard : Savannah attaquée par une bête informe
Dialogue : teal

Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Ven 27 Jan - 18:44
Jackson souriait en coin en s'habillant devant le miroir. Il était plutôt bien vêtu, Henry lui avait prêté une tenue de soirée, et l'avait ensorcelé pour être parfaitement à sa taille. Evidemment, sous la jolie cape miroitante (mais étonnamment chaude), il devait porter la petite veste qu'on lui avait fournie pour pouvoir participer au bal. Il n'était pas franchement heureux d'être ainsi marqué comme du bétail, mais il fallait dire que pour une fois, ils avaient le droit (avec l'accord de leurs propriétaires, évidemment) de sortir faire la fête, et pas qu'entre eux.

Et si Jackson râlait un peu que la veste jurait avec le reste de sa tenue bleu nuit, ce n'était rien à côté d'Henry, qui pestait royalement depuis le début de la soirée. Il avait fait sa mission de choisir un costume d'il y a deux saisons, qui avait échappé au nettoyage semestriel de placards de son père, et avait répété environ huit fois à Jackson qu'il n'irait pas à la fête VIP pour les sangs-purs. Jackson lui était plutôt content de pouvoir aller s'amuser et prendre l'air, il ne se souvenait plus de la dernière fois qu'il avait dansé en présence d'autres gens et sans être en train de faire des corvées. Et puis c'était l'occasion de passer la soirée avec Savannah, ce qui était toujours bon à prendre, il ne voyait clairement pas assez sa petite sœur à son gout.

Mr Blacburn et le reste de la famille étaient déjà partis, après une dernière dispute avec Henry. Il avait voulu rester avec Jackson pour qu'ils partent ensemble, et qu'il ne transplanerait pas pour le laisser tout seul, et non il n'irait toujours pas dans ce fichu salon VIP. C'était la grand-mère d'Henry qui était à l'origine de ce bal, et évidemment son billet était pris à l'avance, mais le fait qu'il s'obstine à ne pas y aller faisait bouillonner son père. Jackson lui avait assuré qu'il pouvait y aller seul et que ça ne le dérangeait pas, mais Henry était une tête de mule, et il ne voulait pas supporter une soirée de sang-purs guindés trop absorbés par l'introduction d'un maximum de balais dans leurs culs pour pouvoir passer une soirée sympa avec de vrais gens (fin de citation).

Jackson riait sous cape, donc, même quand ils partirent du manoir pour rejoindre le lieu de la fête. Dans un sens, il était content que Henry reste avec lui. Ils n'avaient pas beaucoup l'occasion d'avoir des activités comme des vrais amis, plutôt que comme un maître et son serviteur. Et il savait que cette notion rongeait son ami sorcier.

Le bruit leur parvint avant de pouvoir voir la foule, et bientôt ils furent happés par la chaleur du sort de brasero qui donnait une atmosphère cosy, même par cette nuit d'hiver. La foule était déjà là, et Cyrina Eonagacht était déjà sur scène en train de faire un petit discours. Il y avait des attractions partout et Jackson se mêla aux applaudissements de la foule en regardant partout autour. Il dut se pencher vers Henry pour se faire entendre sur la musique qui venait de démarrer

"Ma sœur n'est pas encore là, elle fait le service pour le salon VIP, on va voir les animations en attendant?"

XxX

Après s'être battu avec le niffleur pour récupérer son fermoir de cape, Jackson refit un tour de la piste de danse, lançant un clin d'œil à Henry qui dansait avec d'autres jeunes gens. Il avait repéré la crinière blonde de sa petite sœur et se faufila à sa poursuite. Conscient d'arriver dans son dos, il la contourna pour ne pas la faire sursauter et planta un baiser sur sa joue.

"Bonjour Miss, vous êtes bien jolie ce soir!

Avisant la jeune femme qui accompagnait Savannah, portant elle aussi le signe de reconnaissance des moldus, il fit une petite courbette et tendit la main, un large sourire aux lèvres.

"Bonsoir! Jackson Michaels, enchanté"
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 6
Date d'inscription : 26/12/2016
Célébrité : Secrète
Crédits : FDD

Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Jeu 2 Fév - 22:44

Elle n'aime pas les gens, en général. Elle aime bien les autres dresseurs, à la limite, quand ils font vraiment attention aux créatures dont ils s'occupent - de toute façon, sinon, en général, elle leur en fait tellement voir qu'ils quittent rapidement la troupe. Elle s'est déjà fait réprimander plusieurs fois, pour ça, mais elle est douée dans ce qu'elle fait et puis, après tout, elle n'a jamais insulté plus pur qu'elle. Alors, pour le moment, on la laisse tranquille. Parce qu'aucune créature ne lui résiste bien longtemps, et que, au delà de la passion, ça fait vivre.
Sauf que voilà. Pour vivre, ils doivent travailler. Et pour travailler, quoi de mieux que d'offrir ses service à la fête organisée au sein du pays le plus prestigieux du monde ? Et pour participer, il faut qu'elle soit là, et qu'elle aille récupérer son Botruc qui vient de s'échapper pour tenter de forcer le verrou de la roulotte contenant les lots pour les enfants réussissant les jeux du stand voisin du leur. Pas une mince affaire, donc, quand elle doit se faufiler au travers des gens.
Et encore moins quand elle se prend un coup de coude soudain, brutal, violent. Bon, peut être pas comme ça, mais bien assez pour la faire sursauter en tout cas, et provoquer une vive douleur dans son bras qui ne fait rien pour améliorer son humeur. Aussitôt, elle se retourne vers l'auteure de ce coup pour aussitôt être éblouie par un flash rouge. Aussi rouge que sa vision à l'heure actuelle alors qu'elle lâche, agacée, sous l'effet de la colère. "vous pouvez pas regarder ou vous mettez vos bras, non ? Enfin, visiblement, non, si vous aviez une bonne vue vous auriez pas mit cette robe."
Les mots ont quitté la bouche avant qu'elle n'ait le temps d'y réfléchir. Comme trop souvent, bien sûr. Et elle peut juste invoquer le Lord qu'elle n'ait pas à faire à une sang-pure. Juste ça. Autour d'elle et de son agresseur - ou sa victime, ce n'est soudain plus si claire - les regards se sont retournés. Et elle sait qu'elle risque tout de même de passer un bien mauvais quart d'heure. Mais elle garde la tête haute, le regard plein de défi. Et puis, au pire, elle arrivera bien à l'amadouer avec quelque créature merveilleuse !

Spoiler:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org
Messages : 592
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sophie Turner
Crédits : Kim

Age : 19 ans
Sang : Sale Moldue
Statut : célibataire
Métier : Domestique de la famille Kark, récemment entrée au service direct de Scylla Kark
Dialogue : [color=#6699cc]

Orpheline moldue qui ne garde quasiment aucun souvenir d'avant le projet Filet du Diable. Le suicide de Jenny, sa sœur de cœur, lui ouvre les yeux sur ses maîtres sorciers. Elle rejoint ainsi la Nouvelle Inquisition en juin 2045, espionnant ainsi pour le compte de sa faction la famille Kark.
En ligne
Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Lun 6 Fév - 2:13
Noël était partout. Pas encore vraiment là qu’on frôlait déjà l’indigestion. Rose n’aurait su dire si cette festivité lui apportait de la joie ou seulement d’autres tracas. Parfois les chatoyantes lumières suffisaient à la rendre euphorique. Mais les bulles de bonheur explosaient bien vite, se heurtant bien souvent à une cruelle réalité : Noël était une fête familiale. Elle, pauvre orpheline,  était de fait incompatible avec Noël. Ce soir, Rose avait pourtant fait le choix de se créer une bulle inviolable de joie. Dans un monde, où on se servait du libre-arbitre moldu comme d’un paillasson, la jeune femme entendait user du seul droit qu’on lui concédait encore : déterminer elle-même son état d’esprit.

Ce soir elle avait quartier libre, un luxe dont Rose avait pleinement conscience. Un cadeau que lui avait fait Scylla pour ses bons et loyaux services tout au long de la semaine durant les préparatifs de ces festivités. Dès que sa sang-pure de maîtresse avait été fin prête, l’Irlandaise avait eu elle-même le loisir de s’apprêter. Délaissant l’habituelle jupe noire de l’uniforme de la domesticité Kark, Rose s’était parée de la jupe en velour vermillon qu’Iris lui avait taillée dans les anciens rideaux de la salle de bal du château. Iris de plus de trente ans son aînée  avait pour fonction de nettoyer le linge des Kark. Un bien mésusage de ses mains habiles autrefois employée dans les plus grandes maisons de couture Londonienne. Iris n'habitait plus les bourgeois, mais les moldus de la maisonnée Kark. La domestique récupérait chaque bout de tissus qui lui tombait sous la main. Quand Calliope Kark avait jugé les lourds rideaux de velours de la salle de bal démodés, Iris avait sauté sur l’occasion pour gâter l’ensemble de ses confrères et consoeurs. Elle avait fabriqué à presque tous les domestiques de la maison un vêtement : robes, vestes, noeud papillons, jupes. C’est ainsi que Rose avait obtenue cette jolie jupe corolle qui marquait sa taille et soulignait la longueur de ses jambes. Pour le reste, l’Irlandaise avait gardé le chemisier et la cape de sa panoplie de domestique. Ses long cheveux habituellement emprisonnés dans de complexe coiffure apprises dans Moldu Actuel cascadaient librement dans son dos. Touche finale à sa tenue de fête, Rose avait pendu à ses oreilles, les discrètes boucles en diamant que Madame Charlotte lui avait offertes.

Tout s’était ensuite enchaînée à une vitesse folle. Une fois arrivée sur la place, Rose avait croisé de multiples connaissances et amis. L’Irlandaise avait d’abord croisé Alfie à qui elle avait pu remettre en avance l’écharpe qu’elle lui avait tricoté pour noël. Puis elle était tombée sur Grioghar, le moldu responsable de “Tara” l’espace communautaire dédiés aux domestiques Irlandais d’Avalon. Rose l’avait fréquenté dès l’instant où elle avait appris son existence. Tout ce qu’elle savait aujourd’hui de sa terre natale elle l’avait appris auprès de Grioghar et de tous ses clients. L’Irlandais l’avait pris par les épaules, avant de la sermonner lui reprochant sa rareté. La O’more avait ses dernières semaines déserté Tara trop occupée par les activités relatives à la Nouvelle Inquisition. Mais ça, Rose pouvait difficilement le confesser sur une place bondée, et n’avait surtout pas envie d’y penser ce soir. Aussi s’était elle  simplement confondue en excuses. L’irlandais avait alors dégainé une flasque de whisky et invité à boire. Après plusieurs gorgées la suite avait été quelque peu confuse. Grioghar et elle avaient été rejoint par d’autres compatriotes, qui s’étaient tous mis en tête de lui apprendre une chanson irlandaise se souciant peu du concert en cours. Dans ce joyeux chaos, la domestique en oublia presque son rendez-vous avec Savannah. L’américaine et elle devaient se rejoindre après son service. Elle quitta ses compagnons d’ivresse dans un éclat de rire, avant de gagner le point de rencontre en chantonnant le refrain de “You'll Never Beat the Irish”

Rose venait à peine d’arriver quand Savannah fit son apparition, elle accueillit l’américaine d’un franc sourire. Dans l’univers masculin de la Nouvelle Inquisition, Savannah était une alliée précieuse, et qui plus est d’à peu près son âge. L’américaine de quelques années son aînée se montrait également beaucoup plus douée que l’Irlandaise avec les armes à feu, ce qui poussait la cadette à lui demander conseil.  Mais s’il y avait bien une chose à laquelle la jeune domestique ne voulait pas penser c’était bien au contact d’un révolver dans sa paume.“ Je vais parfaitement bien ! Et toi ? Le service n’a pas été trop contraignant ? Les sang-purs peuvent se montrer tellement…” Pour achever sa phrase, elle se contenta de lever les yeux vers le ciel étoilé. “ Tu vas voir, ici on ne risque pas de s’ennuyer non plus !”  

Pour parfaire ses dires et jeune homme comme venu de nul part était apparu pour déposer un baiser sur la joue de Savannah. Ce ne fut que lorsqu’il se présenta que Rose comprit qui il était pour son amie. Sans hésitation, elle serra la main qu’on lui tendait. “ Enchantée, je suis Rose O’More.

Partant d’emblée du principe que Jackson resterait avec elle, Rose demanda tout de go à l’ensemble de la fratrie Michaels. “ Qu’est-ce que vous souhaitez faire en premier ? Il y a l’embarras du choiiiix...” Dans la foule un sorcier venait de la bousculer sans même se retourner ou accorder le moindre attention à son geste déplacé. Pourquoi accorder de l’importance à de sous-être ? ““ Enfin jusqu’ici, surtout l’embarras.

_________________

The bravest fell, and the requiem bell Rang mournfully and clear For those who died that Easter-tide In the springing of the year. While the world did gaze with deep amaze At those fearless men but few Who bore the fight that freedom's light Might shine through the foggy dew.
Invité
Invité
avatar
Re: Bal de Noël - Place de l'Hôtel de Ville
ce message a été posté Sam 11 Fév - 12:56


Bal de Noël

Avec la foule


Elle n’a pas le temps de se remettre sur ses talons que déjà la voix éclate et que l’espagnole se retrouve à faire face à une femme, une sacrée bonne femme, au regard aussi furieux que son ton est sec. Si la réprimande sur sa robe manque de la faire rougir de honte de s’être à ce point foirée, rien n’est pire que de voir les têtes se tourner pour accuser la scène, témoigner de l’échange et peut-être même se moquer d’elle. Carmen en serre les poings, sans user de sa baguette – cela signerait sans doute son arrestation dans les plus brefs délais et hors de question d’avoir à raconter ça à son père – et lève la tête aussi fièrement que l’autre. Hors de question de s’écraser même si elle ignore si l’autre est de sang pu ou moindre qu’elle.

« J’vous signale juste que je me suis fait bousculer alors ce n’est pas comme si j’avais choisis de vous frapper vous exprès ! Et si c’était pour être aussi aimable un soir de Noël, vous aviez cas aller torcher la fiente des sombrals aux calèches plutôt que de venir me piailler dans les oreilles ! Paix et magie aux sorciers de bonne volonté, ça vous dit un truc ? »


On chuchote encore autour d’elles et vivement, Carmen vient remettre en place les plis de son tailleur, soufflant sur une mèche de cheveux pour l’écarter de son visage. Toute aussi colérique que gênée et essayant, tant bien que mal, de mesurer les sursauts de sa langue trop bien pendue. Avec la verve qu’elle a et le comportement de l’autre, peu sûr que cela se calme de sitôt. Aussi s’écarte-t-elle en direction du moindre de la foule, dans l’espoir de s’esquisser et de disparaître.

Rentrer chez soi ne semble pas une si mauvaise idée. Socialiser, quelle idée idiote. Cela lui apprendra !


Code by Joy
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Le Centre