AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Toc toc toc, qui est là? ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur
Boomerang de compet'
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t305-eoin-mckay
Messages : 318
Date d'inscription : 30/09/2016
Célébrité : Adrian Brody
Crédits : Lord Ena

Double compte : Wilfric Mulciber

Age : 41 ans
Sang : Sang-Pur
Statut : Marié - une marmotte
Métier : Potionniste - chercheur
Baguette : 26.6 cm - bois noueux de noyer - ventouse de calamar
Dialogue : #006666
Na-plu-kun-bra-le-gauche suite à un méchant sort de magie noire.
Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Mer 4 Jan - 15:21

"Humm.."

Quelque chose tirait sur sa manche. Maugréant, Eoin le repoussa doucement mais surement, rencontrant un épiderme chaud qui se retira aussi soudainement avec un vague son d'excuse, féminin le son. Probablement Aileen qui souhaitait le faire se lever et hésitait sur la conduite à suivre. N'était-ce pas son devoir de père de répondre à ses intentions?

Ou pas. Peut-être une autre fois.

Se retournant dans ce qu'il pensait être son lit, le sorcier espérait que cette absence de réponse serait assez évidente et acceptable.

Mais un gros "Pof" lourd et sourd, quelques centimètres plus bas, ruina ses espoirs. Tout autant que le coin du lit qui venait de lui rentrer dans l'arcade sourcilière de manière fort peu agréable. Ce qui en vint à lui faire se dire qu'il le trouvait finalement bien étroit, ce fameux lit.

Revenant peu à peu au monde réel des gens éveillés, Eoin perçut d'autres indices indiquant tous une seule et unique chose: il s'était encore endormi dans le large fauteuil de la bibliothèque, sa précédente lecture échouée lamentablement sur l'épais tapis quelques centimètres plus bas.

Tout comme la voix n'était pas vraiment - vraiment pas du tout - celle d'Aileen.

"Monsieur McKay?"

Ouvrant un oeil vitreux sous un sourcil froncé, il observa la silhouette à deux pas de lui avant de se passer la main sur le visage et dans les cheveux, dans une tentative plutôt vaine d'émerger.

"Toutes mes excuses pour ce dérangement, mais vous êtes attendu dans le petit hall d'entrée."

Quelques secondes passèrent avant que le message ne parvienne à se frayer un chemin dans l'esprit embrumé du McKay et qu'il marmonne dans un vague sourire à la domestique moldue qu'il arrivait.

S'étirant comme un chat avant de se lever un peu courbaturé et de ramasser l'épais grimoire - qui n'avait heureusement pas trop souffert de son traitement -, le potionniste se contenta de refermer sa robe de chambre avant de se diriger en baillant vers la sortie de la pièce.
Ses cycles de sommeil étaient depuis longtemps complètement décalés, particulièrement lorsqu'il travaillait d'arrache-baguette sur un projet et il n'était pas rare qu'il soit même complètement inversé dans ses cycles de vie, récupérant en journée ou par quelques heures parsemées des moments de repos, errant parfois entre deux mondes dans le manoir familial, entre fatigue, insomnie, et réflexions plus ou moins profondes. Ce jour ne faisait pas défaut, impossible de trouver le sommeil après plusieurs nuits blanches à travailler dans son atelier en ville. Trop de questions le taraudaient sur la finalité de sa dernière potion. Il avait espéré trouver un semblant de réponse dans l'un des vieux grimoire de l'imposante bibliothèque avant de s'endormir dans le fauteuil de cuir, l'ouvrage ouvert sur son torse.

Le fameux livre coincé sous son bras, Eoin fronça légèrement les sourcils tout en marchant. Il ne se souvenait absolument pas d'attendre une quelconque visite - un regard à une pendule en chemin l'informa que la journée était effectivement déja bien avancée - mais sa mémoire lui faisait régulièrement défaut, surtout après plusieurs nuitées de travail. Peut-être la domestique l'avait-elle précisé? Il n'en était pas sûr... Tant pis, il le saurait bien assez tôt, conclu t-il silencieusement en haussant les épaules.

Juste avant d'ouvrir la porte de la pièce d'accueil des visiteurs, un ancien portrait familial plissa les lèvres en lui faisant remarquer -encore une fois d’après lui- sa tenue vraiment peu appropriée à l'accueil d'un autre être humain. Une remarque à laquelle Eoin se contenta de répondre d'un vague sourire contrit. Elle était très bien sa robe de chambre, aussi élégante que confortable.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 905
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : me

Double compte : Isaïe Saab

Age : quarante-sept ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen

Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Ven 3 Fév - 0:59
Le claquement de ses bottes sur le sol se répercutait avec force au-dessus de sa tête, entre les voûtes et les arches de pierre bordant les rues d'Avalon. Vivienne avançait rapidement, la tête dans les épaules, une main plaquée sur la gorge pour maintenir le col de son manteau serré contre elle. Les pluies diluviennes qui avaient détrempées le pays depuis plus d'un mois avaient fini par céder leur place aux frimas de l'hiver. Depuis la nuit dernière, le mercure affichait des températures en-deçà de zéro, que le soleil de midi, pâle roue de feu à peine visible derrière les nuages, semblait impuissant à réchauffer ne serait-ce que de quelques degrés. Il faisait un froid polaire, et les rares courageux à oser braver le mauvais temps s'étant abattu sur la capitale se pressaient alors à la va vite le long des rues, se précipitant d'une boutique à une autre sans même s'attarder devant les vitrines. Vivienne n'y dérogeait pas. Le regard braqué droit devant elle, elle marchait d'un pas vif, implacable, avalant la distance qui la séparait encore de la demeure d'Eoin McKay comme si elle avait placé son cerveau en mode automatique.

La vérité cela dit, était que Vivienne était trop empêtrée dans ses pensées pour prêter la moindre attention à son environnement, et ce même s'il s'était agit d'une journée clémente où les badauds auraient été nombreux et le soleil présent au rendez-vous. Elle était ailleurs. Perdue dans les méandres que la nuit du 14 au 15 novembre avait déclenché dans son esprit. Une semaine jour pour jour s'était écoulée depuis. Une semaine durant laquelle la sorcière n'avait cessé de passer et repasser en revue ce qu'elle savait des événements dont les plages de Tintagel avaient été témoins. L'Ordre du Phénix était de retour. Cela au moins était certain. La nouvelle l'avait d'abord estomaquée – ne s'étaient-ils pas définitivement débarrassé de cette vermine il y a longtemps de ça ? – mais bien vite elle avait senti son sang ne faire qu'un tour. Une indignation farouche mêlée à l'excitation de la chasse avait alors déferlé à travers ses veines et Vivienne avait été incapable de trouver le sommeil à compter de ce jour. Elle se sentait si alerte. Si vivante. Plus qu'il ne lui semblait avoir jamais été ces dernières années de sa vie...

Par respect pour son petit cousin par alliance, Vivienne s'était retenue de se précipiter chez Eoin dès le lendemain de l'attaque. Elle avait rongé son frein de longs jours durant mais, n'y tenant plus, elle avait fini par se décider à lui rendre visite dès ce matin. Il était le seul de sa famille à avoir assisté aux événements et elle mourait d'envie d'entendre sa version des faits. Leur relation n'avait beau plus être ce qu'elle avait été, Vivienne avait toujours de l'affection pour le sorcier. Aujourd'hui encore, elle se souvenait avec nostalgie des années de complicité qu'ils avaient partagés du temps de leur jeunesse, de ces nuits entières passées à discuter de la magie, des étoiles ou du meilleur ingrédient à incorporer à une potion d'aiguise-méninges pour contrecarrer les effets d'un sortilège de confusion. Ces souvenirs devaient d'ailleurs certainement trotter dans un coin de sa tête lorsque le McKay fit irruption dans le salon où on l'avait prié d'attendre le maître des lieux. Jamais autrement la sang-pur ne se serait permise d'agir comme elle le fit : marchant droit vers Eoin avant de se hisser sur la pointe des pieds pour le ramasser entre ses bras.

_ Eoin ! Merlin soit loué tu es sain et sauf !

Elle n'avait même pas remarqué l'accoutrement peu protocolaire de son hôte. Lorsqu'elle le relâcha et nota enfin qu'il n'était vêtu que d'une simple robe de chambre, Vivienne sentit cependant le poids des convenances la rattraper et dut alors détourner le regard pour se retenir de piquer un fard. Elle n'avait en effet vraiment, mais alors vraiment pas envie de savoir qu'Eoin partageait exactement le même grain de beauté que son père sur le torse...

_ Je m'excuse d'être venue sans m'être annoncée au préalable. Tu étais peut-être occupé ?J'ai appris que tu étais présent, tu sais, à Tintagel, et je voulais m'assurer par moi-même que ces sauvages de l'Ordre du Phénix n'avaient pas eu le toupet de t'amocher.
Boomerang de compet'
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t305-eoin-mckay
Messages : 318
Date d'inscription : 30/09/2016
Célébrité : Adrian Brody
Crédits : Lord Ena

Double compte : Wilfric Mulciber

Age : 41 ans
Sang : Sang-Pur
Statut : Marié - une marmotte
Métier : Potionniste - chercheur
Baguette : 26.6 cm - bois noueux de noyer - ventouse de calamar
Dialogue : #006666
Na-plu-kun-bra-le-gauche suite à un méchant sort de magie noire.
Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Jeu 2 Mar - 12:58
Détrempée par la pluie du monde extérieur, Eoin eu tout juste le temps de reconnaître la silhouette d'une Vivienne aux joues rosies par le froid avant de se retrouver dans ses bras, enlacé d'une douce force. Encore trop endormi pour véritablement s'en choquer, il lui rendit son étreinte en retour tout en commentant l'évidence en riant doucement.

"J'ai préféré mon canapé que la rubrique nécrologique, effectivement. Et tu imagines, qui aurait reprit mon laboratoire et mes recherches? O'Ryan pour que ça reste plus ou moins dans "la famille"?"

Il disait ça en souriant, le ton léger, mais il y avait réellement réfléchit cette dernière semaine. Plus que de mourir ou finir salement abîmé, devoir imaginer ses biens, tout son travail, ses recherches, tomber dans l'oubli...ou pire dans les mains d'imbéciles?
Pas qu'il considère O'Ryan comme tel - pas tout à fait - et d'ailleurs celaa lui faisait quand même un peu bizarre de savoir que le vieux potionniste qu'il avait en partie eu comme mentor lors du projet Filet du Diable allait épouser la cadette de Jézabel. Il était tellement pince sans rire et rigide. Mais c'était ainsi, sa propre femme n'avait pas spécialement choisit de l'épouser lui non plus, à l'époque. Chacun ses histoires.

"Non non, ça..été." Il dissimula fort mal un bâillement derrière sa manche avant de ricaner. "Excuse-moi, j'ai passé la semaine à m'acharner sur de nouvelles idées et je crois que j'ai un peu oublié à quoi pouvait ressembler une journée normale."

Haussant les épaules d'un air faussement contrit, il se passa une main dans les cheveux, les ébouriffants davantage avant de désigner le cœur du Manoir un peu plus loin.

"Que dirais-tu d'un bon café? Je crois que j'ai encore des grains d'Arabica de Bolivie qui valent le détour... Je te promet de tout avouer derrière une bonne tasse fumante."

Un deuxième bâillement encore moins discret vint ponctuer sa déclaration et il invita la sang-pure à lui emboîter le pas dans le couloir, pour la ramener non pas dans l'un des petits salons, mais bien dans une cuisine secondaire, adaptée à l'anatomie humaine. Eoin n'était pas de ceux participant aux tâches ménagères, rien de tel, mais il appréciait avoir parfois la possibilité de se fabriquer lui-même ses décoctions diverses, soupeser les ingrédients et prendre le temps de confectionner quelque chose de plus vrai, plus personnel que les repas et mets qu'on leur servait d'un claquement de doigts. Le lieu pouvait rester vide des semaines durant avant que le McKay n'ait l'envie d'y remettre les mains, mais évidemment, il était toujours propre et prêt à accueillir les propriétaires de la maison. Lui et Aileen en l’occurrence.

"Tiens, sens-moi ces grains, ne sont-ils pas extraordinaires?"

La main plongée dans l'un des bocaux, il en avait ressortis une poignée de grains sombres aux reflets cuivrés, non sans avoir mordu dans l'un pour en vérifier la qualité. Parfait, aucune perte gustative, les différentes effluves étaient encore bien présentes.

"Crème? Sucre? Caramel? Même si ce dernier ce serait dommage..."

D'un coup de baguette, il avait fait léviter tasses, cuillères et sucrière, avant de commencer à préparer les boissons. Le tout depuis son arrivée dans la pièce accompagné de grands mouvements que suivait plus ou moins le tissu de sa robe de chambre à rayures. Son bras gauche en particulier portant encore les traces cicatrisées de l'acide qui l'avait éclaboussé une semaine auparavant. Rien de grave comparé à ce que le coulis du nettoyeur aurait pu causer. Et rien de plus dérangeant que ce qu'il subissait parfois de lui-même avec ses propres expériences.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 905
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : me

Double compte : Isaïe Saab

Age : quarante-sept ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen

Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Ven 10 Mar - 11:55
Pour toute réponse à la "blague" de son cousin, Vivienne eut un petit rire nerveux tandis qu'elle replaçait une mèche de cheveux sombres derrière son oreille, encore gênée par la promiscuité qu'elle avait osé initier avec le potionniste. Cela faisait pourtant des années qu'elle n'avait plus rien d'une pucelle effarouchée, mais c'était effarant de voir à quel point elle pouvait encore se laisser troubler par ce genre de choses dès lors qu'elles sortaient de l'intimité de la chambre à coucher. Heureusement, Eoin restait fidèle à lui-même, et s'il perçut son embarra – ce qui était loin d'être évident – au moins ne s'y attarda-t-il pas. La nonchalance avec laquelle il semblait même relativiser l'événement marquant qu'il avait vécu était typique de sa personne. Détaché. Indifférent. Comme si les pseudos révolutionnaires ayant semé le trouble sur les plages de Tintagel ne méritaient guère plus que son dédain. Eoin s'inquiétait plus de ses recherches que de son propre bien-être et à l'entendre bailler aux corneilles, Vivienne sentit un sourire poindre à la commissure de ses lèvres.

_ Que dirais-tu d'un bon café ? Je crois que j'ai encore des grains d'Arabica de Bolivie qui valent le détour... Je te promet de tout avouer derrière une bonne tasse fumante.

_ Tu as plutôt intérêt ! Mais je ne dis pas non à avaler quelque-chose de chaud. Dix minutes de plus sous cette pluie et je jure que j'aurais pu attraper la mort.

Elle n'aurait pas dit non à un autre genre de remontant d'ailleurs, plus raide, plus piquant, mais la journée n'était probablement pas encore assez avancée pour faire ce genre de réclamation sans souffrir un regard en coin de la part de son hôte. Et ce même si le-dit hôte s'avérait aussi peu conventionnel qu'Eoin McKay ! Peu désireuse de s'attirer un quelconque jugement, Vivienne n'en rajouta donc pas plus et suivit docilement son cousin jusqu'à ce qu'il guide ses pas en direction... d'une cuisine. Il l'avait emmené dans une cuisine. La sang-pur marqua un temps d'arrêt sur le seuil de la porte, son regard interloqué ricochant d'un mur à l'autre comme si c'était la première fois qu'elle mettait les pieds dans un endroit pareil. Ce qui n'était pas loin de la vérité. Elle ne se souvenait même pas à quand remontait la dernière fois. Lorsqu'elle n'était encore qu'une adolescente, sûrement, et qu'elle avait dû confondre les lieux avec un laboratoire ; l'expérience s'étant probablement soldée par un fiasco ayant terrorisé les elfes de maison. Passé la surprise de ce choix de décors incongru, Vivienne finit cependant par s'avancer à pas de souris derrière son cousin et alla se percher sur l'un des tabourets alignés le long d'un plan de travail. Les mains croisées sur ses genoux, elle se tenait parfaitement sage et immobile tandis qu'Eoin, lui, s'affairait en tous sens, visiblement beaucoup plus à l'aise qu'elle au milieu de tous ces placards, bocaux et ustensiles prenant peu à peu vie sous l'impulsion de sa baguette. En deux temps trois mouvements, l'odeur du café fraîchement moulu ne tarda alors pas à embaumer la pièce et deux tasses fumantes par atterrir devant eux.

_ Impressionnant. Je ne savais pas que tu avais des talents cachés. Même si, je serais toi, j'éviterai de mentionner que je peux faire un café aussi bien qu'un moldu. Je ne suis pas certaine que ce soit du plus bel effet en société, rit-elle de bon cœur, une pointe de mise en garde néanmoins bien présente derrière l'apparente innocence de sa remarque.

N'importe qui d'autre de leur caste se serait en effet certainement senti insulté d'être ainsi conduit en cuisine comme un vulgaire elfe de maison. Vivienne avait l'esprit plus ouvert, moins guindé que la plupart de ses semblables, mais Eoin, lui, cela dépassait parfois tout entendement et il fallait savoir lui rappeler discrètement l’Étiquette de temps à autre. Parler des moldus venait en tout cas de lui rappeler une des préoccupations premières l'ayant poussé à faire le déplacement jusque chez son cousin et elle reposa alors la tasse qu'elle s'apprêtait à porter à ses lèvres sans même en avoir bu une gorgée.

_ Est-ce que c'est vrai, ce que l'on raconte ? Que des moldus étaient présents à Tintagel ? Comment étaient-ils ? Tu les as vu ? le pressa-t-elle comme si elle doutait que ces allégations puissent être vraies.
Boomerang de compet'
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t305-eoin-mckay
Messages : 318
Date d'inscription : 30/09/2016
Célébrité : Adrian Brody
Crédits : Lord Ena

Double compte : Wilfric Mulciber

Age : 41 ans
Sang : Sang-Pur
Statut : Marié - une marmotte
Métier : Potionniste - chercheur
Baguette : 26.6 cm - bois noueux de noyer - ventouse de calamar
Dialogue : #006666
Na-plu-kun-bra-le-gauche suite à un méchant sort de magie noire.
Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Mar 11 Avr - 19:59
Toc toc toc, qui est là?



Ah, l'odeur unique et brûlante du café! Le thé avait beau être une tradition britannique fort agréable, sa préférence allait encore et toujours au liquide âcre et suave, aux saveurs subtiles. Le potionniste se souvenait d'une époque où il avait essayé de réunir les propriétés efficaces et agréables des deux boissons en une seule via d'intenses réflexions pour obtenir quelque chose à la hauteur... Le résultat avait été catastrophique! Son sourire s'agrandit finement, son regard partiellement porté dans ses souvenirs, avant de se faner brièvement en revenant à la réalité sous la critique finement bordée de compliment de sa cousine.

"Ah non, je ne le fais pas aussi bien qu'un moldu ma chère. Je le fais infiniment mieux. Mais tu as de la chance, je viens de t'accepter dans le cercle restreint de mes dégustateurs. Si jamais tu oses un jour dévoiler mon secret..."

Un clin d'oeil pour ponctuer sa réplique, un sourire assortit avant qu'il ne serve les deux tasses fumantes d'un dernier coup de baguette. Avait-il vraiment perçu la mise en garde sincère de Vivienne derrière ce conseil cynique? Probablement qu'à moitié. Quel mal y avait-il à se faire plaisir ? Évidemment qu'il ne se faisait pas de café tous les jours, encore moins lorsqu'ils avaient des invités. C'était souvent son petit plaisir solitaire, parfois en compagnie de sa fille ou de rares amis. Un petit moment où il se sentait bien, relaxé.

Mais évidemment, son père aurait été particulièrement en accord avec sa cousine à ce sujet. Et bien plus encore. Combien de fois le sorcier lui avait fait part de sa déception quand à son intégration des étiquettes et normes de leur rang? De la honte que son comportement "farfelu" entraînait?

S'il avait un temps essayé tant bien que mal de se conforter aux normes de son géniteur, Eoin avait depuis longtemps laissé tomber. Difficile de changer sa propre personnalité.

"Des moldus? Oui effectivement...Mais je n'en ai pas croisé directement, du moins je ne crois pas. Cette fichu tempête, en plus de nous glacer jusqu'aux os, était des plus efficace pour nous couper de notre visibilité. Mais je me souviendrai si des balles avaient volé dans notre direction..."

La Sorcière semblait déçue. Mais que dire de plus sur cette nouvelle des plus effarantes? Lui-même avait toujours du mal à intégrer que des moldus, de simples moldus, avaient décidé de se rebeller. C'était tout simplement inconcevable. Avec l'aide des Phénix évidemment, surgis de leurs cendres, toujours aussi vindicatifs comme si rien n'avait changé en plus de 20 ans. Mais quel était leur intérêt de s'encombrer de personnes incapables d'user de magie pour le combat? N'était-ce pas prendre volontairement un handicap?

"Rien que d'y repenser... Je croyais tout ça derrière nous depuis longtemps. Je ne sais pas ce que ça présage, mais j'espère que ce n'était qu'un soubre-saut sans importance."

Un frisson lui remontant l'échine, son esprit était brièvement revenu sur cette place, dans la nuit entre les sorts, la force de la nature et le monstre aquatique. Ce dernier n'était qu'un simple détail parmi la montagne de possibles et conséquences. Difficile de croire qu'on reformait l'ordre Mangemort par simple plaisir. Difficile d'oublier les regards de ses compagnons, trop jeunes, trop innocents. De ne pas faire le lien avec l'époque de Pré-au-Lard et sa suite...

"J'avais les petits Yaxley à mes côtés... Ils n'auraient pas du subir ça. Nous devions apporter sécurité et stabilité aux jeunes générations. Pas..ça."

Maintenant morose, reposant les lèvres sur sa tasse fumante, Eoin partagea un sourire contrit avec Vivienne.

"Je sais que nous ne sommes pas vraiment responsables de tout ce merdier mais..."

Il laissa sa phrase suspendue dans le vide, un soupir s'échappant de ses lèvres.
Évidemment, ils n'étaient pas responsables de ce qui arrivait maintenant, c'était les autres, les rebelles, les insatisfaits, les terroristes, mais il avait bien du mal à ne pas se sentir mêlé à cet ensemble, en parti coupable de cet échec sociétal, de la douleur de cette responsabilité et des risques pour ces nouvelles générations. De craindre un implacable retour aux heures sombres.

Et surtout, il ne voulait pas qu'Aileen grandisse dans une telle ambiance.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 905
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : me

Double compte : Isaïe Saab

Age : quarante-sept ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen

Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Dim 9 Juil - 23:50
Mille questions se bousculaient entre les parois de son crâne, chacune d'entre elles cherchant à franchir la barrière de ses lèvres la première. Il y avait tant de choses qu'elle aurait voulu demandé ! Tant de choses qu'elle avait raté ! Vivienne savait qu'elle ne se pardonnerait jamais d'avoir manqué à son devoir cette nuit-là. Et pour quoi ? Une soirée à l'opéra accompagnée de son mari ? Un homme qui n'avait même pas jugé digne de répondre à l'appel de Mervyn Kark lorsqu'il avait décidé de reformer les Mangemorts ?! Tandis que ses frères et ses sœurs d'arme bravaient courageusement la tempête en plus du retour de l'Ordre du Phénix, voilà à quelle comédie elle se livrait de son côté – comme s'il restait encore quoi que ce soit à sauver de son mariage. Vivienne en aurait rougi d'embarras si le désir de rédemption qu'elle éprouvait en cet instant ne lui avait pas brûlé les veines avec autant d'ardeur. C'est pour cela qu'elle était venue. Elle devait savoir, et Eoin était le seul auquel elle pouvait se permettre de demander une telle faveur sans se sentir trop coupable. Ou trop indigne.

Ses grands yeux noirs rivés aux siens, la bouche légèrement entrouverte, Vivienne était ainsi prête à boire littéralement les paroles de son cousin. Elle s'imaginait déjà frémir d'indignation et retenir des exclamations outrées alors qu'il lui conterait le récit de cette fameuse nuit dans les moindres détails. Mais il n'en fut rien. Écartant le sujet comme si elle l'avait interrogé sur la météo, Eoin balaya ses espoirs en deux phrases chirurgicales. Oui, des moldus étaient présents. Non, il n'avait pas croisé leur route personnellement. « Ah... » fut tout ce que la sorcière trouva alors à redire. Elle ne voulait pas paraître déplaisante, certainement pas ici, après que son cousin ait accepté de la recevoir sous son toit malgré l'épreuve qu'il venait de traverser, mais elle ne parvint pas tout à fait à masquer sa déception et détourna aussitôt le regard, honteuse. Heureusement, Eoin ne fit pas cas de son incivilité. Elle lui coula dessus comme tant d'autres entorses à l’Étiquette semblaient le laisser indifférent.

_ J'avais les petits Yaxley à mes côtés... Ils n'auraient pas du subir ça. Nous devions apporter sécurité et stabilité aux jeunes générations. Pas... ça.
_ Salomé était avec toi ? s'étonna Vivienne, qui releva enfin les yeux de sa tasse de café.

C'était à la fois un soulagement et un pincement au cœur supplémentaire. La jeune Yaxley était sa pupille au sein des Mangemorts, sa responsabilité. La culpabilité de ne pas avoir été présente à ses côtés dans un moment si dur revint alors la hanter et Vivienne réajusta inconfortablement sa position sur son tabouret. Les propres conflits internes d'Eoin l'empêchèrent pourtant de s’apitoyer trop longtemps sur son sort. Le Mangemort était en proie au doute, s'interrogeant sur leur part de responsabilité dans ces nouveaux événements venus perturber la quiétude de ces vingt dernières années. C'était un père de famille, un frère, un époux. Vivienne pouvait s'identifier à ce qu'il ressentait, mais elle ne pouvait le laisser dire des choses pareilles.

_ Bien sûr que non, nous ne sommes pas responsables ! Tu te rends compte de ce que tu racontes ? Ce sont ces empêcheurs de tourner en rond, ces anarchistes, ces... ces terroristes ! Ce sont eux déjà qui ont causé les guerres civiles après la mort du Lord, et ce sont eux encore aujourd'hui qui mettent en péril la paix que nous avions fini par réussir à rétablir !

Elle refusait de se sentir responsable. Cela aurait été à l'encontre de tout ce en quoi elle croyait, et Vivienne avait une foi inébranlable en les idéaux du Seigneur des Ténèbres. Les mêmes que ceux pour lesquels son père avait donné sa vie avant même qu'elle ne voit le jour. Depuis toute petite, déjà, elle avait donné un sens à ce terrible sacrifice en se convainquant que Rabastan Lestrange était mort pour lui offrir de meilleurs de lendemain, au sein même de cette société qu'il avait aidé à bâtir au prix de son sang. Ce n'était pas seulement lui, d'ailleurs, mais sa sœur également, son oncle, sa tante, Primrose, et tant d'autres encore ! Douter lui aurait donné l'impression de cracher sur leur tombe.

_ Eoin, s'adoucit-elle pourtant, tendant la main par-dessus le plan de travail pour entrelacer ses doigts aux siens, tu n'as pas à porter ce fardeau sur tes épaules. Je sais bien que le monde dans lequel nous vivons n'est pas parfait. S'il existait une solution miracle à tous nos problèmes, je pense que les langue-de-plomb l'auraient déjà crié sur tous les toits, mais pense à cela : combien de personnes encore doivent mourir avant que les Phénix se rendent compte de la barbarie qu'ils sèment dans leur sillage ? Ce sont eux qui empoisonnent les esprits des plus faibles. Ils sont comme un cancer attaquant inlassablement les cellules saines de notre société. Et comme un cancer, il est de notre devoir de les combattre, de les anéantir pour que, enfin, nos enfants puissent vivre des lendemains paisibles.
Boomerang de compet'
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t305-eoin-mckay
Messages : 318
Date d'inscription : 30/09/2016
Célébrité : Adrian Brody
Crédits : Lord Ena

Double compte : Wilfric Mulciber

Age : 41 ans
Sang : Sang-Pur
Statut : Marié - une marmotte
Métier : Potionniste - chercheur
Baguette : 26.6 cm - bois noueux de noyer - ventouse de calamar
Dialogue : #006666
Na-plu-kun-bra-le-gauche suite à un méchant sort de magie noire.
Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Mer 26 Juil - 22:11
Toc toc toc, qui est là?



Perdu dans ses pensées, perdu dans cette nuit chaotique, Eoin ne remarquait nullement les silences éloquents de Vivienne, ces quelques mouvements oculaires ou ses doigts crispés sur la tasse de café.

Il avait déjà discuté de tout ceci avec Jézabel, parfois à demi-mots, parfois avec bien trop d'émotions. Et comme toujours, sa femme s'était voulue rassurante, sûre d'elle, de lui, d'eux et de son pays. Pourtant elle non plus n'avait pu nier ce que la re-formation des Mangemorts signifiait insidieusement. Mais n'étaient-ils pas les garants du futur d'Aileen?

Tout cela était juste devenu bien plus réel d'un seul coup. Et voir les salves de sortilèges déchirer la nuit, apercevoir les silhouettes des autres sorciers aux alentours...

"Salomé était avec toi ?"

"Euh..Je..oui. Avec Seth. Ils étaient tous les deux, bleus de froid et de peur, mais aussi fort que la jeunesse peut le permettre. Ils ont aussi bien bravé les éléments que les ombres ennemies. J'ai tâché de les garder à l'oeil bien sûr."

Avec plus ou moins d'efficacité. Il n'avait jamais eu l’étoffe d'un duelliste servant, ni d'un combattant, alors gérer sa propre sécurité, les échanges de sorts et la protection des deux jeunes sorciers avait été quelque peu délicat. Et douloureux. Eoin grimaça à cette pensée avant de continuer, regrettant cette situation dont il se sentait malgré tout fautif, responsable de cette promesse trahie. Cette partie là était encore plus difficile à partager avec qui que ce soit, mais il était chez lui, et avait confiance en Vivienne. Ils avaient partagé tant de choses. Elle ne pouvait que comprendre et peut-être l'aider à ..réparer..tout ça, non?

"Bien sûr que non, nous ne sommes pas responsables ! Tu te rends compte de ce que tu racontes ?..."

"C'est juste que..."

N'avait-il pas parlé assez fort pour l'interrompre? Avait-il même parlé d'ailleurs? Il ne savait pas vraiment, mais ce qui était sûr c'était que la chaleur du café au fond de sa tasse venait de gagner en importance.

La force avec laquelle elle avait balayé ses doutes pour les remplacer par cette implacable rengaine qui ne pouvait laisser place à l'incertitude était aussi rassurante que perturbante. Vivienne avait probablement raison de toute manière, alors pourquoi cela le dérangeait-il? Le doute n'était-il pas la base de l'esprit critique? Douter pour remettre en cause des hypothèses erronées, des solvants inadéquats et permettre d'avancer dans ses réflexions et recherches? Le monde scientifique était-il si différent de celui de la réalité?

Peut-être.

Le potionniste soupira, acquiesçant doucement du chef alors que la sorcière s'était adoucie, appréciant le contact de ses doigts qui semblaient l'encrer dans cette réalité et la rendre plus acceptable.

"Oui bien sûr, tu as sûrement raison. Mais...Mais ça ne m'empêchera pas d'avoir ces fichus mais accrochés à la cervelle, justement."

Tirant une chaise de bar à lui, Eoin préféra s’asseoir, lâchant les doigts de la sorcière, un petit sourire peiné sur les lèvres.

"C'est juste que... je ne pense pas que cela va s'arrêter juste à cette rencontre dans cette baie. Nous les avons probablement empêché de faire ce qu'ils avaient prévu ce coup-là mais... Mervyn Kark n'aurait pas reformé les Mangemorts pour si peu, il aurait juste utilisé ses brigades, ses duellistes, tous ces agents formés. Non, cela signifie que de sombres jours arrivent à nouveau. Des jours qui pourraient transformer certains d'entre nous en ombre pour toujours.
Nous n'avons perdu personne cette nuit-là. Mais demain? Dans un mois? J'aimerais voir grandir Aileen, je ne veux pas perdre Jézabel, ni toi, ni les petits Yaxley. Mais avons-nous le choix? Comme tu l'as si bien dit, non, c'est de notre responsabilité d'agir, de ne pas laisser faire au risque de perdre bien plus encore. Mais comment expliquer ça à tous ceux qui vont en souffrir directement? Peut-être toi, peut-être moi ou les personnes que nous aimons..."


Se taisant enfin, la mine sombre et ses doigts fins passés sur sa tête, il soupira, relevant le visage et croisant le regard de Vivienne. Ses lèvres esquissèrent un pâle sourire navré.

"Désolé, je suis un brin trop morose, cela passera. Sûrement avec un peu de sommeil. Et j'ai déja réfléchis, je pense que je vais garder en permanence avec moi un petit lot de potions aux actifs rapides, juste au cas où. Je pourrais peut-être t'en donner un aussi?"
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 905
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : me

Double compte : Isaïe Saab

Age : quarante-sept ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen

Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté Sam 2 Sep - 18:07
Vivienne lui rendit son sourire, le même air peiné affligeant son visage d'éternelle femme-enfant. Elle détestait voir son petit-cousin en proie à un tel désarroi. Eoin n'était pas le genre d'homme à afficher en permanence une mine radieuse et souriante. Il paraissait plus souvent rêveur, perdu dans ses pensées, mais jamais ou presque la sang-pur ne l'avait vu aussi préoccupé. Elle avait l'impression de découvrir de nouvelles rides sur son front. Ses épaules semblaient porter un poids dont il ne savait comment se défaire et sa voix portait les stigmates d'une fatigue lancinante. Cela rassurait tout de même la sang-pur de l'entendre se confier à elle de la sorte. Elle se sentait touchée de la confiance qu'il plaçait entre ses mains. Elle n'était pourtant probablement pas la mieux placée quand il s'agissait d'apporter soutient et réconfort... Elle était trop entière dans sa façon de voir les choses pour se montrer très conciliante, trop égoïste dans sa manière d'être pour comprendre véritablement les sentiments profonds qui pouvaient tirailler une autre personne. Aujourd'hui était un jour particulier, néanmoins. Vivienne se sentait l'âme charitable. Le désir de rédemption qui l'animait depuis Tintagel la rendait plus à même d'envisager des concessions. Eoin lui servirait de pénitence. Prêter une oreille attentive à ses incertitudes serait sa manière à elle de se racheter de son absence lors de cette terrible nuit. C'était ainsi qu'elle envisageait les choses en tout cas.

_ Et j'ai déjà réfléchis, je pense que je vais garder en permanence avec moi un petit lot de potions aux actifs rapides, juste au cas où. Je pourrais peut-être t'en donner un aussi ?

_ Cela me ferait très plaisir. J'en serais même honorée, renchérit-elle.

Un sourire plus tendre, plus sincère, vint rehausser ses lèvres et la sorcière sentit alors un étrange élan d'affection lui étreindre la poitrine. L'espace d'un instant, ce fut comme si elle et Eoin avaient été projetés plus de quinze ans en arrière ; quand ils passaient encore de longs après-midi ensembles, à discuter, rire et partager au sein du château McKay. Comme si le temps n'avait jamais eu d'emprise sur cette complicité et cette jeunesse qui avait fini par leur glisser entre les doigts.

_ Je sais bien que nous ne sommes plus aussi proches que nous l'avons été. Cela me manque parfois. Comme aujourd'hui. Mais je veux que tu saches que, quoi qu'il arrive, tu pourras toujours compter sur moi, Eoin. Tu as sûrement raison quand tu dis que Tintagel n'était que le début et que des jours sombres s'apprêtent à nouveau à frapper à notre porte. C'est pour ça que nous devons nous serrer les coudes, rester fidèles les uns envers les autres et envers les principes qui nous ont rendu forts : l'honneur, la famille, la patrie. L'avenir nous donnera raison. Tu dois croire en cela.

Les grandes déclarations n'avaient jamais été son fort. Vivienne n'avait rien d'une philosophe ou d'une oratrice de talent. À ce moment pourtant, elle avait su trouver les mots tels qu'elle les pensait et, les yeux dans les yeux, les retransmettre aussi sincèrement que possible à son cousin. Le même sang ne coulait peut-être pas dans leurs veines, mais Eoin était un être cher à son cœur. Il était sa famille. Au même titre qu'Amadeus, ses enfants, sa cousine, et n'importe quel autre sang-pur partageant leurs idéaux. Les Phénix ne parviendraient jamais à leur arracher ça.
Contenu sponsorisé
Re: Toc toc toc, qui est là?
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon :: Les fiefs Sang-pur