AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne un ancien chanteur/pornstar devenu jardinier avec le scénario de Mathilda Lovewell, Clyde McPhee !
Des scénarios en folie
Rejoins une famille de pirates avec le scénario d'Arsenia Sabordage, Flavia Sabordage ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Nous manquons de moldus
Ce sujet te donnera sûrement envie de te lancer ! En plus, pour chaque moldu ramené sur le forum, gagne le double de points

❝ rencontre du soir, bonsoir ❞
 :: Royaume-Uni :: Poudlard :: Extérieur
La meuf qui couche avec des arbres
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t290-agapanthe-kirke
Messages : 178
Date d'inscription : 06/10/2016
Célébrité : Janis Joplin
Crédits : Kiara Callaghan

Double compte : Sid W. Lewis

Age : 34
Sang : pur
Statut : Mariée à l'univers (elle y tiens !)
Métier : directrice et unique employée du "Genêt à Balais"
Baguette : Bois d'aubepine, crin de licorne, 25.4 cm
Epouvantard : un sécateur moldu
Dialogue : #00cc00

rencontre du soir, bonsoir
ce message a été posté Mar 10 Jan - 15:30
Agapanthe posa une main affectueuse sur le genou du garde-chasse.

Durant sa jeunesse, ses parents avaient vainement essayé de lui trouver un mari. Cette idée la débectait : elle ne pouvait s’imaginer en mère-pondeuse. Elle avait tout fait pour faire fuir les hommes et s’amusait de la consternation de ses parents. Cependant, si elle avait appris quelque chose de cette période, c’était comment séduire un homme.

Elle savait que le garde-chasse de Poudlard en pinçait pour elle et si Agapanthe n’était pas aussi bornée, cette attirance aurait pu être réciproque. A défaut d’un amant, elle voyait en lui un ami fidèle. Certes, elle jouait de son charme à chacune de leurs rencontres, s’égayait de ses regards sans équivoque, s’enorgueillait de ses petites attentions, mais elle appréciait toujours la compagnie du garde-chasse.

Agapanthe avait obtenu un passe-droit pour pénétrer dans le domaine de Poudlard, à condition de se tenir à carreau. Bien-sûre son statut de mangemort sang-pur avait joué en sa faveur aux yeux d’Elena Karke, mais l’ancienne rédactrice en chef de la gazette du sorcier ne portait pas Agapanthe dans son cœur : elle savait ce qu’était le métier de journaliste et n’appréciait pas le torchon d’Agapanthe. Lui laisser libre accès à Poudlard contribuait à la longévité du journal. Le garde-chasse s’était alors porté garant d’Agapanthe, était volontaire pour surveiller ses allées et venues dans l’enceinte du château, évitant qu’Agapanthe rencontre les élèves et leur mette de fausses idées en tête. C’est ainsi que l’accord avait été passé : Agapanthe était autorisée à venir voir son ami, faire des cueillettes dans la forêt interdite et aux abords du lac, mais ne devait pas aller à la rencontre des élèves.

Ce jour-là, Agapanthe venait récupérer des boutures de Fallopia Multiflora, une lointaine cousine de la mandragore que le garde-chasse avait découvert en lisière de la forêt interdite. Il était 17h30, mais en cette période hivernale, le soleil était déjà tombé.

Agapanthe retire sa main du genou du garde-chasse pour se resservir une tasse de thé bien chaud. La discussion avec le garde-chasse sur les droits et devoirs des centaures et leur relation avec les sorciers était passionnante, mais elle devait se dépêcher d’aller chercher les boutures si elle ne voulait pas rentrer trop tard chez elle. Elle bût le thé d’une traite, manquant de se brûler l’œsophage et pris congé de son hôte, mettant fin à la conversation à regret.

Elle passa sa lourde cape noire, la protégeant du froid et la camouflant dans la nuit et s’approcha de la forêt jusqu’aux jeunes Fallopia. Agapanthe se pencha pour arracher l’une d’elle mais les racines devaient déjà être profondément enterrées car malgré sa force colossale, la plante résistait.

Voilà cinq minutes qu’elle se fatigue sur la plante, tirant de toutes ses forces, refusant d’utiliser la magie sur une plante aussi mystique de la Fallopia. Soudain, un craquement dans les branches, venant des environs de la chaumière du garde-chasse. Agapanthe se réjouit d’obtenir de l’aide de son ami face à une plante aussi récalcitrante, mais en regardant la silhouette approcher, elle ne reconnait pas les formes de son admirateur. Qui vient donc la troubler ? Elle n’a pas l’habitude de croiser du monde dans cette forêt. Agapanthe remonte la capuche de sa cape sur son visage et s’accroupi dans le bosquet de Fallopia. Ainsi cachée, elle sort sa baguette, espérant être la première à agir si la silhouette a des intentions belliqueuses.

La forme se rapproche, c’est un-e humain-e, Agapanthe en est sûre. Agapanthe attends, reste cachée, sa baguette prête à dégainer. Qui cela peut-il bien être ?
La B.A de la famille
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t573-salazar-sabordage
Messages : 97
Date d'inscription : 04/12/2016
Célébrité : Finn Wolfhard
Crédits : Salomé

Sang : né-moldu
Dialogue : goldenrod
Re: rencontre du soir, bonsoir
ce message a été posté Mer 25 Jan - 15:27
« Noraaa ! S'il te plaîîît ! »

« Non. »

« Allez, sois pas vache ! En plus il fait déjà à moitié nuit ! »

Un joyeux brouhaha flotte au-dessus de la salle de classe. Le professeur de métamorphose vient de sonner la fin des cours et les conversations se mêlent déjà aux raclements de chaises et au raffut des cartables. Chacun remballe ses affaires tout en papotant allègrement avec le voisin. On se demande quels mets délicats les elfes de maison auront préparé pour le repas du soir, on se raconte la dernière rumeur en date ou on s'invite pour une partie d'échec en salle commune. Il n'y en a qu'un que l'excitation accompagnant la fin d'une longue journée n'a pas l'air de ravir autant que les autres...

« Tu ferais mieux de te dépêcher alors, si c'est ce qui te fait si peur. À moins que ça soit la Forêt Interdite ? Il paraît que c'est infesté de loup-garou là-bas. »

« Arrêtes. C'est même pas la pleine lune. » Grimace Salazar en se dépêchant de glisser son grimoire dans sa besace pour courir après sa voisine de table qui s'éloigne déjà vers la porte.

« Aouuuuuu ! Salazar je vais te mangeeer ! »

Il sursaute quand elle se retourne et tend brusquement les bras vers lui mais un éclat de rire finit malgré tout par franchir ses lèvres en voyant la tête qu'elle tire. Ridicule.
Au final il n'arrivera jamais à la convaincre. Nora Waltz a beau être sa meilleure amie, la donzelle a aussi son caractère et il arrive vite à cours d'arguments lorsqu'elle lui fait remarquer que c'est entièrement sa faute s'il ne s'est pas occupé plus tôt de ce devoir de botanique. Et elle a raison. Cela fait déjà plusieurs jours que Salazar est sensé s'être procuré de l'extrait de Fallopia Multiflora. Il n'a pas vu le temps passer. Les professeurs leur donnent tellement de devoirs depuis le retour des vacances de fin d'année ! Il s'est laissé dépassé. Mais il ne s'agit plus de lambiner. Demain matin, à la première heure, il a intérêt à ne pas arriver les mains vides en cours de botanique ou cela ira mal pour lui. Très mal. Salazar est en effet loin d'avoir le sang pur. Quand on est un né-moldu on n'a pas le droit à l'erreur.

« Fais pas cette tête. T'es moins poltron que tu le crois Al ! »

Marrant comme Nora est toujours si prompte à lui prêter des qualités dont lui-même s'est toujours cru dénué... Ça lui a fait plaisir sur le coup. Ça l'a même ragaillardie. Le tête haute et le torse bombé, son pas était presque conquérant en quittant l'enceinte rassurante du vieux château, armé de sa baguette magique et d'une lanterne en étain. Presque. Tout est question de nuance dans la vie, et malheureusement Salazar avait à peine atteint la lisière de la Forêt Interdite quand le hululement lugubre d'un hibou quelque part au-dessus de sa tête balaya la maigre assurance qu'il avait réussi à rassembler jusque là. Tout est tellement sombre. La lueur émise par sa lanterne ne fait que renforcer les ténèbres autour de lui et Salazar frisonne alors que les sons de la forêt semblent se décupler à son oreille.

« Il.. Il y a quelqu'un ? Je... Je vous préviens je suis a... armé ! »

Pourquoi sa voix ne sonne-t-elle jamais aussi menaçante qu'il le voudrait ?
La meuf qui couche avec des arbres
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t290-agapanthe-kirke
Messages : 178
Date d'inscription : 06/10/2016
Célébrité : Janis Joplin
Crédits : Kiara Callaghan

Double compte : Sid W. Lewis

Age : 34
Sang : pur
Statut : Mariée à l'univers (elle y tiens !)
Métier : directrice et unique employée du "Genêt à Balais"
Baguette : Bois d'aubepine, crin de licorne, 25.4 cm
Epouvantard : un sécateur moldu
Dialogue : #00cc00

Re: rencontre du soir, bonsoir
ce message a été posté Lun 30 Jan - 23:13
Agapanthe est aux aguets, sa main serrée sur sa baguette, cherchant à deviner qui pourrait se cacher derrière cette silhouette. Elle plisse les yeux pour mieux voir, retient sa respiration pour entendre tous les bruits. Elle ne fait qu’un avec le bosquet dans lequel elle est cachée. Aucun humain ne pourrait la trouver, elle est bien trop…

- AH !

Agapanthe ne s’y attendais pas, une chouette vient de hululer à quelques centimètres d’elle. Il faudrait que la silhouette ne soit vraiment pas maligne pour ne pas l’avoir repéré : elle n’a pas sursauté, elle a bondi. Agapanthe est déçue, elle a perdu son avantage. Pas manqué, la silhouette se tourne vers elle. Tant pis, on va faire ça au feeling.

- Il.. Il y a quelqu'un ? Je... Je vous préviens je suis a... armé !

La déception d’Agapanthe s’accentue : ce n’est qu’un gamin. Elle aurait pu s’en douter en étant dans l’enceinte de Poudlard, mais elle espérait inconsciemment ne jamais avoir à croiser ces bestioles. Allez, maintenant qu’il est là, il faut faire avec.

- Moi aussi je suis armée petit et tu n’as aucune chance face à moi. Alors tu baisses ta baguette.

Agapanthe sort de sa cachette et s’avance vers l’enfant. Les derniers rayons rasants du soleil lui permettent de mettre un visage sur la silhouette. Il était ridicule. Il semblait pétrifié par la peur, son regard qui ne pouvait lâcher celui d’Agapanthe transpirait l’angoisse. Il n’avait pas baissé sa baguette, sa main paraissait crispée sur elle, comme si son corps ne réagissait plus ou comme si son cerveau était en pause. Aagapanthe comprit qu’elle l’effrayait. Ça ne lui déplaisait pas.

- Qu’est-ce que tu fais là ? Tu ne devrais pas être en train de travailler ? De mon temps, je travaillais en sortant des cours, j’allais pas me faire plaisir dans la forêt interdite !

Agapanthe s’amuse beaucoup de la situation. Voyant que l’enfant parait de plus en plus tendu, elle éclate d’un rire sonore. Il lui fait penser à un botruc pris en train de faire des bêtises.

- Agapanthe.

Elle lui tend la main mais l’enfant semble toujours sous le choc de la rencontre. La sorcière relâche sa main et tente d’apaiser l’enfant. Même si elle aime l’image effrayante qui se miroite dans le regard de l’enfant, il y a un petit quelque chose de touchant chez le gamin.

- C’est pas vrai… C’est pas vrai que je travaillais. Je passais le plus clair de mon temps dehors. Dès qu’il n’y avait pas d’adultes dans le secteur, j’allais dans la forêt interdite. Ça me fait plaisir de voir qu’il y a encore des enfants curieux dans cette école. Quand je vois la plupart des sorciers, je me dis que ça manque. Allez gamin, il ne faut pas se mettre dans ces états.

Agapanthe tourne les talons et retourne à ses Falliopa. Elle attrape une grosse poignée de branches et feuilles et tire. Elle sent dans son dos que l’enfant est toujours là.

- Quitte à rester ici, viens m’aider gamin.
La B.A de la famille
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t573-salazar-sabordage
Messages : 97
Date d'inscription : 04/12/2016
Célébrité : Finn Wolfhard
Crédits : Salomé

Sang : né-moldu
Dialogue : goldenrod
Re: rencontre du soir, bonsoir
ce message a été posté Sam 4 Fév - 17:12
Salazar s'humidifie les lèvres. Il a la gorge sèche tout d'un coup et déglutit avec difficulté. Une petite voix dans sa tête voudrait le convaincre de prendre ses jambes à son cou. De rebrousser chemin pour aller retrouver l'enceinte rassurante du château et tant pis pour son devoir de botanique. Là tout de suite maintenant une retenue lui semble bien peu de chose comparée aux scénarios que la peur fait germer dans son esprit. C'est irrationnel. Il le sait. Il n'est pas stupide – contrairement à ce qu'Isilde et Pamphil et tout un tas d'autres brutes lui rabâchent à longueur de temps – mais ça n'en rend pas sa perception des choses moins effrayante sur le coup. Une autre petite voix se superpose pourtant à la première. Celle de Nora. Nora qui ne l'a jamais vu comme un poltron. Qui l'a toujours soutenu. Qui croit en lui. Alors Salazar ne s'enfuit pas. Sa poigne se resserre autour de sa baguette et prenant son courage à deux mains il tend sa lanterne en direction du bruit qu'il semble avoir perçu entre les arbres non loin de là.

On ne se refait pas du jour au lendemain malheureusement. Encore moins d'une seconde à une autre quand on n'a que quatorze ans et que l'on se retrouve seul à la tombée de la nuit à la lisière d'une forêt comme celle de la Forêt Interdite. Salazar croit ainsi bien défaillir lorsqu'une longue silhouette surgit devant lui. Son cœur manque un battement dans sa poitrine et il sent tous les muscles de son corps se raidir. Hébété, les yeux comme deux soucoupes, il a l'air d'une chouette prise sur le vif face à la nouvelle venue. Car il s'agit bien d'une femme. Une sorcière pour être exact. Les cheveux ébouriffés, une longue cape noire recouvrant une robe vert bouteille et d’innombrables breloques autour du cou, son accoutrement ne laisse pas de place au doute.

« Qu’est-ce que tu fais là ? Tu ne devrais pas être en train de travailler ? De mon temps, je travaillais en sortant des cours, j’allais pas me faire plaisir dans la forêt interdite ! »

« Je... Quoi ?! »

« Agapanthe. »

Salazar papillonne des yeux. Il devrait dire quelque chose. La moindre des politesses serait de se présenter à son tour mais sa surprise est telle que le gamin se découvre comme frappé de mutisme. Un peu perdu, son regard sillonne les alentours. Il ne sait pas trop ce qu'il y cherche. Un visage connu peut-être. Celui du garde-chasse ou d'un professeur par exemple, qui pourrait le rassurer et lui expliquer ce que cette inconnue fabrique dans l'enceinte de l'école. Car Salazar en est persuadé : il n'a jamais vu cette femme de sa vie et se demande bien ce qu'elle peut faire ici. Elle n'a pas l'air méchante cela dit. Elle lui a fait peur au début, c'est vrai, mais elle semble de moins en moins représenter une menace. Salazar sent même la curiosité le piquer lorsqu'elle retourne en direction du bosquet duquel elle était apparue et remarque qu'il s'agit justement d'un bosquet de Falliopa.

« Quitte à rester ici, viens m'aider gamin. »

« O... Oui ! Bien sûr ! »

Il sursaute mais s'exécute. Ses gestes sont encore un peu incertains quand il accroche sa lanterne à la branche d'un arbre avoisinant mais il se sent déjà plus en confiance une fois qu'il a agrippé une poignée de Falliopa et se met tirer dessus de toutes ses forces. Ce qui n'est pas très efficace il faut bien le dire.

« J'étais venu chercher des Falliopa moi aussi. Gnnnn. J'ai un cours de botanique demain et... gnnnn... notre professeur nous a demandé d'en rapporter. Conclut-il en relâchant son emprise. Dépité de ne pas avoir fait bouger la plante d'un iota malgré ses efforts. Excusez-moi mais... hum... Qu'est-ce que vous faites ici en fait ? Je veux dire que... euh... C'est rare de voir des adultes qui ne fassent pas partie du personnel de l'école dans le coin ! Vous habitez Pré-au-Lard ? »
La meuf qui couche avec des arbres
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t290-agapanthe-kirke
Messages : 178
Date d'inscription : 06/10/2016
Célébrité : Janis Joplin
Crédits : Kiara Callaghan

Double compte : Sid W. Lewis

Age : 34
Sang : pur
Statut : Mariée à l'univers (elle y tiens !)
Métier : directrice et unique employée du "Genêt à Balais"
Baguette : Bois d'aubepine, crin de licorne, 25.4 cm
Epouvantard : un sécateur moldu
Dialogue : #00cc00

Re: rencontre du soir, bonsoir
ce message a été posté Jeu 16 Mar - 21:25
Agapanthe retourne à ses falliopa. Elle n’était pas venue pour faire de la garderie, mais bien pour récupérer des falliopa, c’est la saison et elles sont bien mûres. Elle sent l’enfant se rapprocher et attrapée à pleine main une touffe de falliopa. Elle esquisse un léger sourire. Ça lui plait bien ce môme proche de la nature. Il n’a pas choisi la falliopa la plus facile à déterrer, la plante est énorme et ses racines doivent être encore plus grosses. Il parle enfin :

- J'étais venu chercher des Falliopa moi aussi. Gnnnn. J'ai un cours de botanique demain et... gnnnn... notre professeur nous a demandé d'en rapporter.

L’enfant n’était pas venu de son popre chef. Cependant, il était là. Elle allait pouvoir lui donner quelques petits conseils sur la falliopa et comment elle peut souvent remplacer la mandragore. Agapanthe sent la plante commencer à céder.

- Excusez-moi mais... hum... Qu'est-ce que vous faites ici en fait ? Je veux dire que... euh... C'est rare de voir des adultes qui ne fassent pas partie du personnel de l'école dans le coin ! Vous habitez Pré-au-Lard ?

Agapanthe ne réponds pas tout de suite, trop concentrée la bataille avec la tige qu’elle est sur le point de gagner. Enfin, la falliopa cède. Agapanthe y a mis tellement de force qu’elle perd l’équilibre, tombe, se faisant mal au coccyx mais toujours en gardant la plante dans la main. Bien haut, comme un trophée.

- Mais qu’elle est belle ! Je comprends pourquoi j’ai eu autant de mal. Regarde-moi cette racine ! Regarde comme elle est dodue !  Tu en as déjà vu des comme ça ? Allez, je vais t’aider avec la tienne.

Agapanthe s’installe derrière l’enfant, pose ses mains sous les siennes et tire de toutes ses forces. La plante lâche à son tour. Les deux tombent à la renverse. Agapanthe rit de bon cœur.

- La tienne n’est pas mal non plus. Je pense que ça plaira beaucoup à ton professeur de botanique. En tout cas, je suis ravie de rencontrer un gosse aussi doué que toi. Beaucoup de tes camarades et presque tous les sorciers adultes auraient utilisé la magie pour déterrer cette plante. Je le concède, c’est plus simple, mais ce n’est pas le mieux pour la plante. Elle a besoin de soins et de tendresse.

Non, tirer comme des forcenés sur une plante n’est pas ce que le commun des mortels appellerait de la douceur, mais la vision d’Agapanthe était tout à fait différente.

- Pour répondre à ta question, non, je n’habite pas à Pré-au-lard, j’habite à Bourg-caca. Tu connais ? Je ne mets pas souvent les pieds à Pré-au-lard. Je suis une vraie sorcière, tu sais. J’ai grandi à Avalon. Je viens ici parce que votre forêt est merveilleuse. J’ai ma propre forêt à Bourg-caca, mais elle ne vaut pas la vôtre. Je viens souvent m’approvisionner dans la forêt interdite parce qu’elle est luxuriante. Je fais des boutures pour ma forêt. Je suis journaliste. Tu connais le genêt à balais ? C’est mon journal. Tu pourrais y apprendre plein de choses pour tes cours de botanique ou de soins aux créatures magiques. Mais comme je suis impolie. Comment t’appelles-tu ? Tu es en quelle classe ? Dans quelle maison ? C’est quoi ton devoir de botanique ? Tu veux de l’aide ? Je suis très douée pour ça.
La B.A de la famille
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t573-salazar-sabordage
Messages : 97
Date d'inscription : 04/12/2016
Célébrité : Finn Wolfhard
Crédits : Salomé

Sang : né-moldu
Dialogue : goldenrod
Re: rencontre du soir, bonsoir
ce message a été posté Mar 9 Mai - 22:56
Tout à sa besogne, la sorcière ne relève même pas les yeux vers lui lorsqu'il lui demande si elle est du coin. L'a-t-elle seulement entendu ? Il n'est pas sûr mais a plus l'impression de s'être pris un vent magistral qu'autre chose et se demande quelle attitude adopter en conséquence. Doit-il s'excuser et prendre congé ? Aller lui prêter main forte plutôt que de bavasser ? L’inconfort de la situation le fait hésiter et il jette un regard désemparé à sa propre racine. Comme s'il espérait qu'elle s'extirpe elle-même du sol. Ça l'aurait bien arrangé ! Il aurait alors pu la ramasser tourner les talons et basta ! Finie la Forêt Interdite ! Bonjour le feu de cheminée douillet de la salle commune des Gryffondors !

Le temps qu'il tergiverse, Agapanthe de son côté a plus de succès avec sa Falliopa. La plante finit par céder sous la pression. Toute la force qu'elle avait mise dans ses bras se retourne alors contre elle et Salazar ravale une exclamation partagée entre la surprise et l'appréhension en la voyant chavirer. Il y a un truc absurde dans la façon dont elle tombe à la renverse. Dans ses pieds qui lui passent quasiment au-dessus de la tête et dans le grognement sourd qui s'échappe de sa chevelure folle retombée devant son visage. Un truc qui donne soudain une furieuse envie de rire à Salazar. Il doit se mordre l'intérieur des joues pour résister. Baisser les yeux pour essayer d'effacer l'image de sa tête. C'est un gentil garçon. Un sang-de-bourbe surtout. Quand on est en bas de l'échelle sociale mieux vaut ne pas trop la ramener tant qu'on n'est pas encore certain d'à qui on a affaire. Claudicus le lui a assez répété.

Mais Agapanthe ne ressemble en rien à la majorité des « terrestres » que le gamin a l'habitude de croiser. Celles qui déambulent dans les rues d'Avalon en s'éventant le nez d'un mouchoir en flanelle blanche comme si la moindre odeur pouvait les indisposer. Ces dames si joliment vêtues. Si propres sur elles. Si irréelles. Non. Agapanthe lui rappelle plutôt les femmes du clan Sabordage. Authentique. Fidèle à ce qu'elle est plus qu'à ce que la société voudrait qu'elle soit. Salazar ne sait pas quel rang elle occupe dans la hiérarchie du sang – un rang plus haut que le sien à coup sûr – mais la boule qui lui comprimait la gorge pour s'empêcher de craquer se détend et laisse finalement échapper le rire qu'elle retenait prisonnier. Un rire clair et pur. Dénué de toute méchanceté.

« Vous avez une sacrée poigne m'dame Agapanthe ! »

Et elle a raison. La plante qu'elle tient au bout de son bras comme un trophée est magnifique. Même si elle ressemble à un mélange de nouveau né et de vieille sorcière toute fripée... Ce qui est assez étrange. Mais ça Salazar s'en fiche. Un sourire merveille illumine son visage. Ragaillardi par le succès d'Agapanthe, il est déjà en train de remonter les manches de son uniforme quand elle lui propose de lui prêter main forte. Ce qu'il accepte volontiers d'un vif hochement de tête.

Quelques ahanements et une belle gamelle plus tard il est à son tour vautré par terre, où il doit se tenir les côtes tant il rit de bon cœur en compagnie de la sorcière. Une parole le coupe pourtant en plein élan. Beaucoup de tes camarades et presque tous les sorciers adultes auraient utilisé la magie pour déterrer cette plante. Son visage se fige tout d'un coup. Il doit cligner des yeux à plusieurs reprises. Lentement. Avant de se retenir de se frapper le front du plat de la main quand il réalise ce qu'elle vient de dire. Comment peut-il être aussi bête ? Comment peut-il avoir oublié qu'il possède une baguette magique ?! Parfois Salazar se dit qu'il n'est pas un sang-de-bourbe pour rien. Que cela doit être vrai que le sang qui coule dans ses veines n'a pas la même qualité que celui des autres sorciers. Et il se sent honteux tout d'un coup, même si Agapanthe a l'air de faire sonner ça comme un compliment. Le déluge verbal dont elle l'assaille l'empêche de trop y penser de toute façon. Il lui faut toute son attention pour ne pas perdre le fil et quand elle lui laisse enfin l'occasion d'en placer une, il décide de commencer par le commencement.

« Je, euh, je m'appelle Salazar. Salazar Sabordage. Je suis en quatrième année. Dans la maison de Gryffondor même si... enfin... je ne suis pas vraiment courageux, avoue-t-il en rougissant. Vous êtes une journaliste botaniste alors ? Cool ! C'est une de mes matières préférées avec les soins aux créatures magiques et aux moldus ! »

Mieux vaut changer de sujet. C'est qu'il n'aime pas trop parler de lui, Al. Il n'y a pas grand chose à en dire. On le lui a assez répété ça aussi. Ce n'est qu'un gosse. Un sang-de-bourbe insignifiant. Qui pourrait vraiment s'intéresser à lui ? Il préfère ne pas faire de vagues. Et puis faut dire que l'évocation de ce fameux Genêt à Balais l'a follement intrigué. Il pose un regard tout nouveau sur la sorcière qui lui fait face alors qu'il se relève enfin et prend le temps d'épousseter sa robe. Il se sent même à nouveau un peu impressionné.

« Votre journal on peut se le procurer facilement ? J'aimerai beaucoup le lire ! Si je ne devais pas travailler dans la compagnie familiale après ma sortie de Poudlard, je crois que j'aurais bien aimé devenir botaniste. Vous avez de la chance ! Ce doit être un endroit fantastique Bourg... Caca ? C'est ça ? Et il se sent à nouveau rougir, comme une pivoine cette fois-ci. Enfin... là où vous vivez quoi. »

Et s'il avait mal compris ? Il a peur d'avoir insulté la sorcière tout d'un coup et se recroqueville sur lui-même.

« C'est gentil de vous proposer en tout cas mais on devait juste cueillir des Falliopa je ne sais pas trop pour quoi encore... »
 :: Royaume-Uni :: Poudlard :: Extérieur