AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens faire ta diva avec le scénario d'Elizabeth Carrow, Sofia Schmidt ! Cool
Des scénarios en folie
Incarne une badass mum avec le scénario de Hermès Travers, Kate Travers !
Des scénarios en folie
Enflamme les estrades de duel avec le scénario de Scylla Lagides, Hélios Kark !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1744
Date d'inscription : 04/09/2016
Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Ven 17 Fév - 22:36

ex tenebris lux

ϟ Le système de sécurité ayant été neutralisé, les Phénix et inquisiteurs ont fuit la mine pour gagner cette planque de l'Ordre du Phénix via portoloin ou transplanage.

ϟ Des médicomages plus ou moins expérimentés, mais tous dignes de confiance, sont présents sur les lieux pour prendre en charge les blessés. Les personnes les plus durement touchées sont traitées en priorité.

ϟ Certains ont pu sauver avec eux quelques mineurs, mais personne ne se leurre, la mission sauvetage est loin de remplir les attentes espérée. Tout le monde garde en tête l'annonce du désastre de Westray dont personne n'est revenu pour le moment.

ϟ Pire, la rumeur  se répand rapidement que Jane Callaghan manque à l'appel... Ex tenebris lux - groupe 4

ϟ Les actions : Vous devez poster la retraite de votre personnage dans le QG de la faction à laquelle il appartient. Attention, pour ce tour, poster est obligatoire, sinon on considère que vous loupez un tour.

ϟ Fin du tour : Il s'achèvera le dimanche 19 février, à 19h.

L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
Invité
Invité
avatar
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Sam 18 Fév - 14:44


« Euh… Je… euh… » Wow, Sid. Wow… Juste… Hum. Wow.

Il s'était toujours douté des sentiments de Sid pour Charlotte, parce qu'elle était présente, parce qu'elle était la seule personne au monde à faire preuve de compassion envers lui, de tendresse. Mais il s'agissait d'une compassion feinte, de la tendresse imaginaire d'une personne fictive, une personne parfaite capable de voir au-delà des défauts du né-moldu. Charlotte n'existait pas et pourtant elle avait tant d'importance pour Sid. Il se sentait coupable, incroyablement coupable. Ce n'était pas le moment de s'attarder sur ce genre de choses mais il ne pouvait s'empêcher d'avoir honte, il jouait avec la vie de Sid pour son propre amusement, pour avoir la satisfaction d'être important pour quelqu'un. C'était malsain. Malsain et cruel, et il faudrait qu'il réfléchisse longuement aux conséquences de ses actes… Mais pas tout de suite. Tout de suite, les choses s'envenimaient plus que de raison.

Jane Callaghan était tombée.

Charlie hoqueta de terreur. Ils étaient si près du but, si près ! Encore quelques secondes et ils pourraient transplanner, juste quelques minuscules petites secondes ! Corey donna sa vie pour offrir ces précieux instants à Jane mais cela ne fut pas suffisant. Et alors que le chaos reprenait sa place de maître au sein de la mine d'ensinis d'Aberfan, Charlie entendit distinctement la voix de Mervyn Kark déclamer un « Sectumsempra ! »

Non.

Non non non.

Ludmila sonna la retraite. Tout autour de lui régnait la panique alors que sorciers et moldus s'enfuyaient loin de l'éboulement de la mine, comme des rats s'échappant d'un bateau en plein naufrage. Mais le capitaine semblait sur le point de couler avec son navire… Sa gorge lui faisait mal, il devait avoir crié. Il ne s'en souvenait pas.

Jane.

Ils ne pouvaient pas partir sans elle. Il ne pouvait pas. Jane était la mère de Lizzie, la lueur d'espoir des opprimés, c'était pour l'aider qu'il avait rejoint l'Ordre du Phénix ! Il ne pouvait pas l'abandonner. Un rocher tombant du plafond le rata de quelques centimètres. Il ne le remarqua pas. Jane.

« JAAAAAAAAAAANE ! » Il retrouva enfin l'usage de ses jambes et tenta de se ruer aux chevet de la Callaghan pour la seconde fois de la soirée mais Cecilia l'en empêcha. Il se débattit mais la Harpie de Holyhead était intraitable et sans qu'il ne comprenne ce qu'il se passait, le sang-mêlé se retrouva au QG temporaire de l'Ordre. Elle l'avait fait transplanner.

Inconscient de l'activité intense bourdonnant autour de lui, Charlie se laissa tomber à genoux, une main sur le sol, l'autre sur sa gorge, les yeux écarquillés de choc et d'horreur tandis que des larmes amères dévalaient le long de ses joues diaphanes. La vision de leur leader au sol se vidant de son sang était brûlée au fer rouge dans son esprit. Sa respiration s’accélérait alors qu'il prenait conscience de la réalité de la situation. Jane…

Comment allait-il annoncer la nouvelle à Lizzie ? Comment pourrait-il la regarder en face..?
Le Jaxinounet à sa Lizzie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 12/11/2016
Célébrité : Grant Gustin
Crédits : Shiya

Double compte : Ian Blackburn

Age : 26 ans
Sang : Moldu!
Statut : Célibataire
Métier : Esclave personnel de Henry Blackburn
Baguette : Euh... ça vous regarde pas!
Epouvantard : Savannah attaquée par une bête informe
Dialogue : teal

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Sam 18 Fév - 15:05
Il rencontra à nouveau le sol, entrainé par Lizzie qui venait de lui hurler de se baisser. Et BOUM, un aigle en compote sur les deux phénix. Respirer devenait difficile à travers son bandana (qui fut un jour passé jaune) couvert de sang, de viscères et de plumes en bouillie. Profitant d'être au sol il tâtonna dans la poussière pour refermer la main sur la crosse de son flingue. Il ne lui restait peut-être plus qu'une balle, ou deux, il avait oublié de compter, comme un abruti. Et puis, comme plusieurs fois dans la soirée, la voix tonitruante d'Obbie se fit entendre par-dessus le tumulte. « ALLEZ LES PETITS POUSSINS ON S’CASSE ! Jacks, attrape ! » Sans réfléchir il attrapa l'objet lancé dans les deux mains… une vieille godasse boueuse avec une moitié de semelle en moins. « Choppe des moldus et touchez la chaussure, surtout la lâchez pas ! On se retrouve tout de suite petit ! »

Il avait déjà pris un portoloin, quelques fois. Avec Mr Henderson pour aller au port de New-York, et puis après, en Angleterre. Il fallait le toucher, et tout le monde était transporté. En sécurité. Il hocha la tête vers Lizzie toujours près de lui et attrapa par le poignet le mineur le plus proche de lui. "Touchez la chaussure, on vous emmène en sécurité, dépêchez-vous!" Un œil sur les mangemorts qui commençaient à se replier aussi, il finit par arracher son bandana poisseux de sang humain et oiseau mélangés, et continua de rabattre les mineurs vers lui. Certains avaient entendus Obbie et venaient vers eux, et bien vite il eut un petit cercle de 5 ou 6 moldus autour de lui. Regardant autour de lui, il cherchait une petite fille qu'il ne voyait pas. Sam l'avait dans les bras, il avait du la cacher. "Minnie! Sammy, Lizzie! ALLEZ CHERCHER MINN…" la fin de sa phrase fut engloutie alors qu'il sentait une force tirer du côté de son nombril, et que sa main semblait comme collée au cuir pourri de la chaussure. Il avait cru entendre des feux d'artifices, comme étouffés…

XxX

Il parvint tant bien que mal à se réceptionner sur ses pieds à l'arrivée, ce qui n'était pas le cas du reste de son petit groupe. Toujours faiblard mais requinqué par leur fuite réussie, il les aida à ses relever en les rassurant, sortant son plus beau sourire arc-en-ciel, un peu terni par les restes de piafs et la suie qui maculaient son visage et ses vêtements. "On va s'occuper de vous, vous êtes en sécurité, ne vous inquiétez pas." Obbie était déjà arrivé, toujours soutenu par un mineur, et Sam et Lizzie venaient d'apparaitre pas loin. Ils étaient en vie, tout allait bien.

Il fit quelques pas dans la foule qui allait et venait, transportant les blessés sur des brancards de fortunes, et repéra une figure connue, assis sur une chaise, et à l'air… en mauvais état. "TADHG!" il se précipita à ses côtés, toucha son bras mais se fit vite rabrouer par le médicomage qui s'occupait de lui. "Evitez de me le secouer merci, asseyez vous là, on s'occupe de vous après." Jackson voulu répliquer que ça allait très bien, merci, et qu'il fallait qu'il lui parle, mais son genou vacilla légèrement et il dut s'assoir à son tour. A la reflexion, avec sa manche largement déchirée qui laissait voir la large plaie de son bras, sa main gauche violette et ses doigts recourbés, l'épaule droite ouverte par les serres des aigles, les balafres des ronces partout sur le corps et littéralement couvert de sang de piaf, il ne devait pas être joli à voir effectivement. Et le souvenir du doloris qui menaçait de revenir à tout moment… mais il y avait plus important, il y avait Tadhg, déjà qui semblait beaucoup plus amoché que lui, et dont il attrapa le bout des doigts, faute de mieux, en murmurant "ça va aller Dude? On a réussi, on les a libérés… pas tous mais…" il désigna du menton le groupe de moldus qu'il avait ramenés, à qui on avait donné des couvertures et qui s'étaient tassés dans un coin avec d'autres.

Il regarda autour de lui les gens qui s'agitaient, la main toujours serrée sur celle de son ami, et la rumeur parvint jusqu'à lui, un nom, répété, de plus en plus inquiet. Jane, Miss Callaghan, où? Pas encore revenue? Qui était avec… et un petit groupe de gens à la mine sombre qui secouaient la tête quand on leur posait des questions… Liz… "Je reviens!"

Il se releva sur sa jambe vacillante et chercha la jeune femme des yeux. Il ne savait pas quoi faire, quoi dire, juste qu'elle lui avait sauvé la vie, qu'ils venaient de partager quelque chose qui les liait maintenant, et qu'il fallait qu'il soit avec elle, qu'il la soutienne.

Et puis, quand il l'eut enfin trouvé, une autre silhouette attira son regard. Des cheveux d'or, une peau trop blanche, des yeux trop bleus, Non. Il n'avait pas rêvé au début de la nuit. Mais il ne pouvait pas y croire, non, pas elle. "Sav?" il ne croyait même pas à sa propre voix, mais il se détourna de Lizzie pour se précipiter en boitillant vers elle. Parce que c'était elle, aussi amochée que lui, que Tadhg et les autres. "Savannah! Honey qu'est ce qui t'es arrivé? Ça va? Pourquoi…" il n'arrivait plus à former une pensée cohérente, qu'est ce qu'elle faisait là? Et soudain la peur panique qui remonte, comme tout à l'heure, et qu'il repousse au plus profond de lui, pour ne pas l'effrayer, sa petite sœur, son trésor.
Papi Brossard a un SSPT
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t441-savannah-michaels#4821
Messages : 118
Date d'inscription : 09/11/2016
Célébrité : Melissa Benoist
Crédits : Mara

Double compte : Murphy O'Ryan

Age : 24 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : ///
Epouvantard : Peridrax
Dialogue : [color=#ff6600]
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Sam 18 Fév - 20:40
Les images se mélangeaient tant et si bien, entre réalités et images d'horreurs. Entre flashs lumineux et plongées dans l'obscurité transpercée par leurs faibles lampes et les raies de lumières des sortilèges qui les visaient toujours. Entre conscience et crise de panique totale. Elle avait levé son arme, encore, tiré les dernières balles qui lui restaient encore au hasard des silhouettes brandissant leurs baguettes. Il y avait la peur, la terreur, qui lui étreignaient les entrailles, qui faisaient couler une sueur froide le long de sa colonne vertébrale et faisait trembler son bras alors que les balles passaient à des mètres de ses cibles. Est-ce qu'ils allaient mourir ici ? Est-ce qu'elle allait vraiment mourir ici ? Est-ce qu'elle était déjà morte là-bas ? Les sorts continuent à fuser. Un autre mineur tombe. Adem est touché. Et elle attend son tour, recroquevillée contre une paroi, le coeur douloureux de battre trop fort et le souffle erratique.

Sauf que ça ne vient pas. Sauf que ça ne vient pas, et qu'au milieu de la confusion, il y a soudain la lumière. La main d'Oliver qui vient la relever et le portoloin dans sa main. Et ses doigts qui se resserrent dessus.

Une seconde, son coeur s'arrête totalement. Juste une seconde, elle ne respire plus. Ils vont partir. Ils vont repartir. Ils vont être sauvés. D'un geste, elle attire l'un des mineurs que les Phénix sont en train de rapatrier vers eux, serrant son poignet dans le sien pour qu'il puisse poser ses doigts sur l'objet en question. "Dépêchez-vous ! Vous allez sortir d'ici !" Ils vont même tous sortir d'ici, c'est certain maintenant, tous ! Tous, et Savannah se retourne vers Adem, un sourire aux lèvres malgré les épaules voutées et le corps fatigué, pour l'encourager... Jusqu'à ce qu'elle voit le sort fuser. L'éclair rouge le toucher. Et Adem hurler de douleur. "Non !"

Elle voit le moment où il va rester ici. Où ils vont partir, tous, et le laisser derrière. Où les Mangemorts mettront la main sur lui. Où ils lui feront faire les pires sévices. Des tortures. Avant de le tuer. Non. Non non non non non ! Elle ne réfléchit pas. Lâche une seconde le portoloin pour se tendre, se saisir la main d'un Adem se tordant de douleur avant de reprendre sa place et de forcer les doigts de l'homme à toucher l'objet. Et, dans la seconde suivante, ils quittent ces mines maudites pour rejoindre le quartier général des Phénix.

*****

Elle avait atterrit au milieu des autres, mineurs et phénix, et avait aussitôt rattraper le corps d'Adem qui menace de s'effondrer contre elle. Pour aussitôt appeler quelqu'un, à l'aide, n'importe qui ! Et un médicomage était arrivé, avait prit en charge l'homme qu'elle avait refusé de quitter. Alors elle était là, à ses côtés après avoir repoussé la personne qui avait tenter de s'occuper elle avant de s'occuper de certains qui, eux, saignaient. Elle était là, le visage baigné de larmes, les traits déformés par l'inquiétude, les doigts tordus de stress. Adem allait bien aller, n'est-ce pas ? Adem allait bien aller parce qu'il avait juste besoin de quelques soins. Et tant pis si, pour une fois, on mêlait la magie à cela. Tant pis si elle venait du démon, tant pis si elle était mauvaise pour eux. Tant pis. Il fallait juste sauver Adem.

Et les secondes passent, les minutes s'écoulent autour d'elle. Etrangement, autant de temps où aucune image n'est venue s'infiltrer dans son esprit. Elle parvient même à finir par entendre une rumeur, un bruit de fond. Qu'elle ne saisit pas totalement, dont surtout, elle ne comprend pas l'importance. Il est question d'une certaine Jane, d'une disparition. D'une perte énorme. Et elle devrait peut-être se sentir concernée. Mais cela semble toucher les sorciers, et elle a d'autres choses à penser. Autre chose pour lequel s'inquiéter. Car même si elle n'a pas été prise d'un nouvel accès de panique, même si elle n'a plus été assaillie par ces souvenirs qui la plongent dans un état pouvant aller jusqu'à une catatonie de parfois quelques heures, elle ne peut se départir de son inquiétude. De ce sentiment de terreur qui, même s'il n'est plus immédiat, ne l'a pas quitté depuis la mine. De ce sentiment de terreur qu'est celui de peut-être voir mourir Adem sous ses yeux. En partie à cause d'elle ; n'est-elle pas responsable de l'une de ses plus graves blessures ? "Ca va aller, hein ? Ca va aller Adem..." Le sorcier était parti quelques instants, les laissant seuls tous les deux, mais elle n'osait pas lui parler plus que cela. Pas entamer une vrai conversation, entourés de potentiels ennemis, et alors qu'avant d'être vraiment groggy il lui avait clairement signifié qu'il ne voulait rien à voir à faire avec elle.

Mais elle ne peut pas le quitter. Pas même une seconde du regard, pas même pour vérifier que Tadhg, Adara et les mineurs, même si la question vient titiller un coin de son esprit. Mais il y a Adem, et il est hors de question qu'elle s'en détourne.

Du moins jusqu'à ce qu'une voix vienne les interrompre. Une voix qu'elle connaît par coeur, qu'elle reconnaîtrait entre mille. Une voix qu'elle n'aurait jamais dû entendre ici, veut lui dire un coin de son esprit, qui pourrait même faire partie d'une réminiscence du passé. Autant d'informations qu'elle n'enregistre pas, et quand elle lève son regard, enfin, il est bien là. Et aussitôt, sans réfléchir plus en avant, elle tend les bras vers lui, à la recherche du réconfort qu'elle sait pouvoir retrouver dans ses bras. "C'est Adem, il a été gravement blessé, c'est ma faute, mais j'ai pas fais exprès, je te jure que j'ai pas fais exprès..."" Pas une seconde, elle ne pense au fait qu'il ne sait même pas qui est Adem. Pas une seconde, elle ne pense au fait qu'elle ne lui a jamais parlé de la Nouvelle Inquisition et que, pour lui, elle ne devrait pas être ici. Pas une seconde, elle ne réalise enfin qu'il ne devrait pas être lui-même ici. Et pas une seconde, pour le moment, elle n'envisage de commencer à les présenter.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 290
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : Charlie Trave

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Fugitif depuis peu
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦️ méfiant ♦️ exigeant ♦️ sarcastique ♦️ moqueur ♦️ manipulateur ♦️ rancunier ♦️ fier ♦️
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Sam 18 Fév - 21:18
“ex tenebris lux”
(⚡)


Les coups de feu - et de baguette - continuent de pleuvoir. La fatigue est telle que désormais même les maux qui fragilisent mon corps me semblent lointains. Mes facultés se concentrent sur l'essentiel : survivre. Savannah est revenue et l'idée qu'elle se fasse toucher par un sortilège suffit à me remettre sur pieds. Encore. Combien de fois allons-nous tomber ? Combien de fois aurons-nous la force de nous relever ?
Tous mes camarades sont blessés et pourtant l'énergie qu'ils mettent dans le combat est indéniable. Adara s'approche et fait une tentative pour apaiser mes blessures, j'acquiesce pour la remercier malgré son échec : le moindre signe de solidarité permet de supporter le reste.

Un mineur s'écroule, sans vie, et la haine qui m'habite estompe temporairement ma douleur. Je réalise que dans cet enfer, plus morts que vifs, nous tentons le tout pour le tout. Il n'y a même plus d'alliance entre la Nouvelle Inquisition et l'Ordre du Phénix : il n'y a qu'un groupe. Une résistance soudée, tenace, à défaut d'être très efficace ... Nous tenons tête à des criminels extrémistes, des monstres qui ne font pas tant les malins, si on regarde bien ;

Et enfin une bonne nouvelle. On peut se tirer ! Ne me demandez pas d'expliquer le pourquoi du comment, je me moque totalement de ce qu'ils ont bien pu foutre pour réparer la panne, il faut s'échapper avant de tous y rester.

« C'est parti, Sav' ! »

Oliver s'est chargé de la guider, je soupire, soulagé. J'attrape un des esclaves par le bras et l'aide à rejoindre le fameux portoloin. Brièvement, je croise le regard de Savannah. Je crois deviner son sourire, mes lèvres s'apprêtent à y répondre ;

Puis c'est le supplice. Un mal me frappe et me dévore, il réveille chacune de mes plaies et me déchire de l'intérieur. Aucune parcelle de mon corps n'est épargnée, je ne sais d'où il vient, mais il est désormais tout. Je hurle, sans m'entendre. Je pleure, en fait, recroquevillé sur le sol poussiéreux. Il n'y a plus rien que cette souffrance affligeante. Je ne sais plus où, quand, comment.
Plus de calcul, plus d'espoir, plus d'orgueil.
J'agonise. Faible et perdant.

" AAAhh... Arrêtez ! Arrêtez par pitié !!! Aaaaaaa.... "

Un claquement, ma tête tourne et je m'écroule, exténué. Les véritables blessures, nombreuses, sont ravivées. Paradoxalement, un étrange calme met fin à la torture dans mon esprit. Incapable de bouger, je sens qu'on me déplace. J'entends, je ressens.
Il y a du monde ici. Il fait froid. Certains pleurent, puis un cri.
Le calme à nouveau.
Aïe.
Qu'on me laisse crever, merde ! J'ai suffisamment donné aujourd'hui ;

Je ne sais combien de minutes s'écoulent, mais je finis par rouvrir les yeux. Les maux ont été apaisés, un peu. Je ne bouge toujours pas. Le regard sur le plafond, j'écoute Savannah - parler à je ne sais qui, je m'en tape - et prends une large inspiration :
Elle est là. Sauve.

Qu'en est-il de mes autres alliés ?
Tronche de fausse-couche
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t255-yaeshawn-fetherstonhaug
Messages : 154
Date d'inscription : 26/09/2016
Célébrité : Adrien Jolivet
Crédits : Miss_Karma

Age : 21 ans
Sang : Basique 2
Statut : Célibataire
Métier : Photographe à Botania Magazine
Baguette : Bois de chêne rouge, dard de manticore, 31 cm, rigide
Dialogue : #669e66

Historique
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Sam 18 Fév - 23:22
Yaeshawn passa rapidement de jubilation à angoisse. Certes, il avait éjecté Tweedle-Dum contre le mur, mais la suite des événements n'avait pas été particulièrement portée par sa chance renaissante. Comme par un besoin impérieux d'apporter un peu d'équilibre dans la force naturelle du monde, Dame Fortune fit tourner sa roue un peu trop rapidement pour que la victoire eût pris un goût sucré sur les lèvres de Yae.
A l'heure actuelle, tout ce qu'il goûtait était sa bile sèche et des relents acides. La voix de Sid proférant des insanités recouvrait presque celle du chartier qui semblait revigoré par le massacre qui s'organisait. Une pluie de Doloris s’abattit sur les Phénix, qui les cueillirent comme d'autres cueillaient les champignons en septembre : avec insouciance et ignorant la possibilité de se faire empoisonner. C'est alors qu'Alfie, le moldu brun qui lui avait tiré dessus s'affala de tout son long dans un bruit de sac mou, flasque, bousculant Yae qui tituba. Levi, plus loin semblait dans le même état.
Il remonta l'avant-bras, sentant son bras s'engourdir, après la réouverture de sa plaie, pour tenter de viser une silhouette un peu informe, plus loin. Une voix cria quelque chose, puis ce fut la voix, trop connue, trop haïe, de Kark, qui sembla résonner. Peut-être le mot qu'il prononça créa cet effet poignant, peut-être le fait que tous les Phénix semblaient avoir soudain fait converger leurs regard vers leur cheffe, peut-être était-ce, finalement, l'aura suffocante de la magie noire qui se répandait, il n'en demeurait pas moins que Yae, malgré son irritation croissante au gré de cette aventure envers Jane, fut glacé.

« Sectumsempra ! » Le sort tomba aussi rapidement qu'il fut prononcé, faisant gicler quelques morceaux de chair et rigoles de sang de la Phénix en chef.
Ludmila sonna la retraite. Yae était sidéré. Jane Callaghan pouvait donc tomber aussi facilement ? Si le jeune homme avait parfaitement conscience du danger qu'il encourait habituellement, son engagement, dans son esprit encore peu mâture, était plus proche de la rébellion romantique que de la force politique rationnelle. Et bien évidemment, dans tout drame romantique, le personnage meurt, mais pas l'acteur. L'actrice, Jane, en l'occurrence, venait de finir en charpie.
Il sentit un boule se former dans sa gorge, et tituba un peu plus loin encore.

« PARTEZ MAINTENANT ! PRENEZ LES MINEURS AVEC VOUS ! »

Ses réflexes furent plus rapides que sa pensée. Ses mains attrapèrent le portoloin et, sans même réfléchir,  il lança un accio sur deux mineurs proches. Ce serait toujours ça de...

On va tous crever.

Fetherstonhaugh sentit le sentiment d'aspiration le comprimer, lui remuer les entrailles et lui remuer la tête alors que sa main toucha finalement le portoloin. Il eut l'impression d'être transformé en une forme flasque remuée au gré des envies de la magie.
Il tourne-boula sur le sol, dur et poussiéreux, du repaire des Phénix où ils finirent par débarquer, avant de se faire violemment cogner par une chaussure de mineur dans ses côtes. Des borborygmes répugnants lui indiquèrent que les moldus qu'il avait attirés. Lui-même serra les dents, sentant l'intégralité de ses organes se comprimer dans sa gorge.

"IL L'A BUTEEEEEEEEE ! Transformée en pâté pour veracrasse, la SALOOOOOOOOOOOOOPE ! IL A TUE LA PUTE LA PUTE LA PUUUUUUUUUUTE !!"

De toutes les possibilités d'échec, la mission devait se couronner en ramenant l'ignoble chartier au QG. Il suffit d'une seul crispation pour que Yae finisse par relarguer ce qu'il lui restait de bile, se brûlant la gorge, la bouche, les lèvres, vomissant le liquide jaunâtre sur la bestiole braillarde.
Ils allaient crever.
Comme... JANE.

Il se mit à frémir, sentant la peur panique le saisir, alors que son esprit divaguait, en raison de ses pertes de sang. Il ne voulait pas mourir. Pas comme ça. Pas comme ça.
C'était pas possible. Kark, lacérer une personne au sol...
Sa tête tourbillonna alors que son coeur se mit à pomper de plus belle, chauffant un peu son esprit coléreux. La rage le gagnait.
Si Yaeshawn tombait facilement dans l'angoisse, la rage et la colère arrivaient rapidement après pour l'aider à se focaliser sur un objectif. Simple, cette fois. Tuer du mangemort. Leur faire mal, et les tuer. Les torturer, et les tuer. LEs dépecer, et les...

"Espèce de suceur de couilles de Merlin ! Petite PUTE DE SORCIER ! TU VAS AUSSI CREVER ! TU VAS..."

Dernier geste du jeune Fetherstonhaugh, et premier mouvement utile de toute cette satanée soirée, notre jeune ami délivra un puissant coup de pied au chartier qui alla rebondir plus loin, faisant gicler un peu de la bile qui le recouvrait, et le sonnant passablement. Le silence relatif se fit alors que Yae se laissa glisser contre un mur. Les mineurs semblaient revenir à eux, sales, mais vivants. Des "plops" éparts faisaient resurgir des têtes familières. La vue trouble, floutée par les larmes de fatigue, de rage et d'angoisse, Yae soupira, grelottant.
La réalité, pour la première fois de sa vie, lui retournait une violente droite à travers le visage.
Lemon incest
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t226-victoria-mckay
Messages : 461
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Charlotte Gainsbourg
Crédits : Kim Kim

Age : 55
Sang : Pur - d'autres questions dans le genre?
Statut : Mariée - mais séparée.
Métier : Fugitive - mais vivante.
Baguette : 20 cm, souple, bois de sapin, plume d'occamy.
Dialogue : #B0C4DE

Je chercherai ton ombre
Et parmi les vivants
Et parmi les décombres

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 0:03
Baguettes, potions, plantes magiques. Ils sont prêts pour accueillir les nombreux moldus – ils espèrent – et les membres de l’Ordre du Phénix et de la Nouvelle Inquisition. Préparez-vous, ils arrivent ! Un instant, le silence. Le suivant, le chaos. Ils apparaissent les uns après les autres, certains tombent au sol car peu habitués aux portoloins tandis que d’autres se réceptionnent mieux. On repère les blessés graves, qui boitent au mieux, qui s’effondrent lourdement au sol au pire. On s’élance presque vers eux, pour leurs prodiguer les premiers soins qui font parfois la différence entre la vie et la mort. Raclures de mangemorts, ils les ont bien amochés.

La première personne qui lui tombe sous la main est… Adara. Le choc. Elle l’a à peine reconnue avec son hématome. Quand Victoria l’analyse de haut en bas, son visage se mue pour refléter son inquiétude grandissante.  Sans aucune parole ni question, elle l’installe dans un coin de la planque pour la soigner. Mais par où commencer ? Son hématome ? Le morceau de métal qui fermement planté dans la cuisse ? Son poignet en bouillie ? Par la chevelure de Méduse… Il faut qu’elle s’active. Accroupie en face d’elle, Victoria lève les yeux sur la Phénix. Son premier réflexe : lancer un sortilège pour apaiser les douleurs de la Phénix. Accio ! Le morceau s’extrait avec un bruit de succion bref mais terrible. Au moins, Adara n’a rien dû sentir et c’est le plus important. Victoria enchaîne immédiatement avec quelques gouttes d’essence de dictame afin de refermer la plaie. Allez, il faut enchaîner. Plus vite que ça. C’est bientôt fini… Elle tend une potion de désenflage à la jeune femme pour son visage, puis exerce un sortilège d’attelle qui devra faire l’affaire pour l’instant. Il y a beaucoup d’autres blessés qui arrivent et les médicomages ne sont pas assez nombreux pour tous les prendre en charge dès leur arrivée. Raison pour laquelle Victoria a décidé de rester avec eux cette fois.
L’hématome commence à dégonfler, mais la marque reste. Elle lui lance un sortilège pour lui donner un petit coup de boost. Est-ce que tu as mal autre part ? Aucune réponse. Elle est probablement trop marquée par ce qu’elle a vécu pour être dans l’état de répondre. Je reviendrai te voir tout à l’heure, d’accord ? Un petit sourire, elle serre brièvement la main d’Adara en signe de soutien avant de partir soigner le prochain qu’elle croisera.

Elle se relève pour partir à la recherche du prochain qui aurait besoin de son aide. Jane… Absente… Morte… Quoi ? Pardon ? Jane… ? Victoria essaie de ne pas se laisser distraire par cette rumeur qui gonfle. Mais comment peut-on ? Elle est leur leader. Disparue… Victoria tombe alors sur un homme qu’elle a vu lors de la bataille de Tintagel. Ils étaient la garde lors de la réunion, coupée court par l’arrivée des Mangemorts. La réunion entre Durham et… Jane.
Morte…
Scroutt, mais il s’est passé quoi ce soir ?!
Concentration. Elle est là pour aider, et non pour poser des questions.
Viens avec moi, je vais m’occuper de toi. Un murmure, contrairement aux insanités hurlées par un chartier, jusqu’à être violemment stoppé. Elle l’installe près d’Adara, ce qui lui permet de garder un œil sur la sorcière, puis commence par ses membres désartibulés. Absente… Elle ne peut s’empêcher d’être préoccupée par la situation. Très préoccupée. Morte… Si ce n’est plus Jane, qui alors ? Enfin, ne pensons pas au pire, mais au meilleur. Mais f*ing sh*t ! Jane !
Nounou(rs) yankee
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t451-sam-jones
Messages : 186
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Charlie Hunnam
Crédits : ironshy.

Double compte : Salomé Yaxley • Maddox Macnair

Age : 31 ans.
Sang : Né-moldu
Statut : En amour par-dessus la tête avec Lizzie O'Meara.
Métier : Terroriste convaincu, membre du Suicide Squad.
Baguette : Matraque de 37.6 centimètres, chêne blanc et ventricule de coeur de dragon.
Epouvantard : Jésus.
Dialogue : darkorange
all hell breaks loose
Américain bruyant • Option baguette explosive • Phénix enthousiaste • Peu engageant envers les moldus • Coeur de guimauve • Balafre qui lui zèbre la gueule du sourcil droit au coin gauche de la bouche
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 5:14
Le cri d’Obbie est ce qui sonne la retraite et jamais il ne pensait être aussi heureux d’entendre le Kantaro leur brailler une nouvelle fois dans les oreilles. En deux secondes, il retourne derrière la pile de débris afin d’y cueillir la petite Minnie, qu’il ne doit absolument pas oublier. Sinon, Jax et Lizzie vont tous les deux lui arracher la tête et tout ce qui suivra, il en est certain, et il le mériterait quand même un peu. « Ça va, petite ? » Sa réponse est un amas de sanglots et de larmes, mais ne voyant aucune blessure supplémentaire sur la petite, Jones conclut qu’elle va. Qu’elle ne va surtout pas plus mal que précédemment. Ça lui suffit, franchement. Il la reprend dans ses bras et dans la seconde qui suit, ils sont au quartier général, où l’agitation est à son comble. Ça crie et ça court, ça s’exclame et ça pleure, et il ne passe pas cinq secondes avant qu’une Médicomage le tire vers elle et le sorte de la zone d’arrivée en transplanage et Portoloin. « Qu’est-ce qu’elle a ?, demande la jeune femme avec brusquerie, nerveuse comme un chat. Ch’ais pas, c’est Obbie qui s’en est occupé, mais elle a la jambe molle comme pas possible », répond l’Américain avec sincérité en lui confiant la petite, se débarrassant enfin d’elle. Par contre, lui, personne pour lui foncer dessus et le soigner, hein ! Faut croire qu’il n’a pas assez bonne tête, c’est ça ?

Enfin, bon. Il est assez chanceux, dans son attirail de blessures, et bien qu’elles se fassent désormais bien sentir, assorties à la fatigue générale, elles ne sont en rien handicapantes. Pas comme Lizzie, pas comme Jax, pas comme Obbie non plus. La putain de chance, quoi, malgré la putain de catastrophe.
Il aurait quand même aimé qu’on s’intéresse un peu à lui et qu’on l’écoute râler et se vanter à la fois (j’ai eu un Doloris, oui oui, et regardez mes mains, c’est brûlé, et ma nuque, et mon épaule, et ma gueule, vous avez vu ma gueule de battant). Alors il reste là, bras ballants, à regarder les Phénix et les Inquisiteurs, l’oreille tendue aux murmures curieux qui parcourent la salle, sous les paroles franches.

Il sent une main sur son bras et il croit enfin le moment de l’arrogance arriver, mais ce n’est pas ça. Non : c’est son vieux, qui fixe son visage taché de sang avec l’expression la plus affolée qui ne lui ait jamais vu. « Comment vas-tu ?, s’inquiète Paul, qui l’inspecte anxieusement, lui arrachant jusqu’à son foulard pour vérifier s’il a encore une bouche, dessous, et toutes ses dents dedans. Ça vaaaaa, j’ai pas cinq ans, ronchonne le blond, qui pourtant se satisfait des attentions de son presque père. Dis… c’est vrai, c’qu’ils racontent ? Pour Jane ? » Cette fois, il a baissé la voix, ne voulant pas que personne –surtout pas Lizzie- entende sa question. Le vieux se fait embêté, silencieux, et sur ses traits marqués par la fatigue perpétuelle qui le suit depuis vingt ans, l’inquiétude se lit. Ils n’ont pas besoin de mots pour se comprendre et aussitôt, Jones part à la recherche de la O’Meara dans le quartier général. Parce que si lui a entendu la rumeur, il sait qu’elle viendra forcément à ses jolies oreilles.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 12:44

Elle avait échoué à ravigoter Adem, mais elle n’eut pas le loisir de retenter l’expérience : son regard avait capté la charge vengeresse de Tadhg, lui arranchant un « NON ! » bien inutile. D’abord parce que sans doute rien n’aurait pu arrêter Tadhg, ensuite parce que cette attaque suicidaire avait été couronnée d’un certain succès. Mais personne n’eut le temps de se féliciter de l’efficacité du poing du Moldu : il encaissa un sortilège de désartibulation juste après. Etouffant un juron et ignorant la douleur lui déchirant la cuisse, Adara avait bondit pour essayer d’aider son partenaire de mission.
Totalement ignorante de l’ordre de repli car toujours sourde, elle tirait Tadhg vers leurs lignes, loin des Mangemorts bloqués par le Protego Totallum dont elle ignorait l’origine. Elle retourna la tête pour voir les Phénix venus les rappeler et Durham sortir le Portoloin et partir avec les autres Moldus. Enfoiré d’illuminé… Elle n’avait rien entendu, rien compris, si ce n’est que ce qui bloquait transplanage et Portoloin avait été levé. Ils pouvaient fuir cet enfer.
Elle pris une inspiration, qu’elle allait devoir transplaner, dans son état de fatigue et avec Tadhg. Mais ils n’avaient pas le choix et elle n’avait pas le temps de le prévenir de ce déplacement qu’il tolérait si mal.
Une fraction de seconde après que Durham et les autres, Adara transplana avec Tadhg.

Ils étaient saufs. Ils étaient à l’abri relatif de la planque choisie pour se replier après cette mission de libération des Moldus.
A peine eut-elle réapparu qu’elle fut frapper par deux choses : la douleur qui affluait comme une lame de fond avec la chute de l’adrénaline, et le silence toujours tinté de ce sifflement lointain. Pourtant il y aurait du y avoir du bruit : elle voyait les gens autours d’elle s’agiter.
Au bord de l’effondrement, son regard éteint tombe sur un visage ami : Victoria. Une vision réconfortante dans son océan de peine et de souffrance. Aujourd’hui encore, elle avait vu beaucoup de monde mourir. Etrangement, le fait que les morts aient été des Moldus ne rendaient pas les choses plus faciles. Ni plus dur, mais ca, elle aurait pu s’y attendre. Elle n’avait jamais envisagé que le choc de la mort de Moldus soit aussi fort que pour des sorciers.
Oh bien sur, la mort de Fitz à Tintagel, avait été éprouvante, mais le bougre était mort en la sauvant. Mais les Moldus morts ce soir lui laissait une amertume bien plus intense que ce qu’elle aurait pu imaginer.
Alors elle s’abandonna aux mains apaisante de Victoria. Adara était perdue dans ses pensées et sa surdité empêchait Victoria de troubler sa dérive. La botaniste eut cependant conscience de la potion de désenflage que lui tendait la medicomage, et la but sans poser de question. Elle n’aurait de toute facon pas entendu la réponse, et puis elle faisait confiance à celle qui l’avait recrutée.

Petit à petit, la douleur refluait, mais son audition ne revenait pas. Et ce sifflement était proprement agaçant, elle s’en débarrasserait bien. Mais Victoria était partie s’occuper d’autres blessés, plus urgents, elle n’osait pas l’interrompre, ni aucun des médicomages qui s’affairaient autours des blessés, bien trop nombreux.
Pourtant, elle voyait sur les visages une douleur étrange, qui ne semblait pas en lien avec la situation. Et puis son regard tomba sur Yaeshawn en pleine crise de nerfs. Il s’agitait en tout sens, et à en juger par la tension de son cou, il hurlait comme un possédé. Mais que s’était-il passé pour qu’il réagisse ainsi ? Elle aurait pu poser la question, mais elle n’aurait pas entendu la réponse.
Frustrée, elle tentait d’accrocher le regard de quelqu’un qui pourrait lui rendre son ouïe et répondre à ses questions.
Invité
Invité
avatar
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 14:10
Doloris... Une vive douleur que je n'avais jamais connu auparavant. Je me tords autant que je peux, pris de panique. Je n'ai nul part où fuir, mes jambes sont toujours bloquées dans le sol et tout ce que je peux faire c'est subir cette torture. Les secondes s'écoulent et j'ai l'impression que mon supplice ne va jamais se terminer. Des larmes coulent sur mes joues et je cède au désespoir. Ma vie va se finir ici, piégé dans une mine, énième victime de la torture mangemort. Mon esprit se vide, je ne pense plus à rien. Moi qui pensais voir ma vie défiler devant moi ou penser à quelqu'un à particulier dans mes derniers instants, je me rends compte que ce ne sont que des foutaises. Tout ce que je veux, c'est que ça cesse, quitte à ce que tout cesse en même temps. Je sens que je perds pied et c'est le trou noir.

Lorsque je reprends connaissance, la panique a redoublé autour de moi, si c'est encore possible. Des gens crient et se ruent dans tous les sens, je ne vois plus le jumeau restant, par contre le corps de mon agresseur gît à une distance raisonnable dans une mare de sang. Je ne me sens pas l'envie de me réjouir. Je ne ressens rien d'autre que l'envie de fuir cet endroit, de me rouler en boule dans un coin et simplement d'attendre. Je me relève, ne comprenant même pas que je suis libéré du sortilège ; je ne sais pas qui m'a sorti de mon trou mais ça n'a pas vraiment d'importance. Je fais deux pas et une douleur fulgurante traverse ma cheville. Cassée, sûrement, foulée tout au mieux. Plusieurs corps gisaient dans la salle, la plupart tout bonnement écrasés par des pierres. Un des deux Phenix qui étaient venus nous sauver est également étalé par terre. La bataille entre Jane et Mervyn n'en est plus une, ce n'est qu'une mise à mort désormais, la leader des Phenix couverte d'un mélange de sang et de poussière. Je n'arrive pas à détourner le regard, morbidement fasciné par ce qui se déroule devant mes yeux. "Le système de sécurité a été désactivé. Que tout le monde transplane et prenne les portoloins."

La voix venue de nulle part me vrille les tympans, alors qu'elle n'est même pas forte. Je me tourne en direction d'un crac caractéristique de quelqu'un qui vient de transplanner. J'aperçois Alfie, lui aussi en sale état, qui tient quelque chose que je suppose être un portoloin. J'abandonne Jane à son sort, sachant pertinemment que je ne peux rien faire pour elle, et avance tant bien que mal vers mon camarade moldu. Lorsque j'arrive à sa hauteur, je n'ose même pas le regarder dans les yeux parce que... Parce que... Je n'en sais rien, en fait, mais j'ai cette horrible impression que je vais m'effondrer si je croise son regard, alors j'attrape le portoloin et laisse la magie faire son travail.

Je suis instantanément projeté sur le sol froid de ce que j'identifie comme étant le QG des Phenix. Je manque de vomir, toujours aussi peu habitué à ce moyen de transport, mais je me contiens, parce que je ne peux pas me permettre d'attirer l'attention sur moi. Pas maintenant. Je joue des coudes pour ne pas être arrêté par un medicomage, je ne veux avoir affaire à personne, et je n'en ai pas besoin de toute façon. Je cherche un coin où m'effondrer et vois dans la salle plusieurs silhouette désormais familières parce que nous venons de traverser la même tragédie. Il y a celui qui se fait appeler Lloyd, et puis cet autre sorcier dont je n'ai pas retenu le nom. Je cherche des personnes que je connais personnellement, mais ne vois personne. Je trouve un angle de mur qui me semble faire l'affaire et m'adosse tout en me laissant glisser sur le sol.

Jane est morte. La leader des Phenix est morte. Je suis content, oui. C'est une sorcière en moins. C'est... C'est... Je suis pris d'une crise de larmes incontrôlable. Je ne sais plus quoi penser, ni même où j'en suis... Je passe une main sur mon visage dans l'espoir de me calmer, mais ça ne marche pas du tout. Tous les événements reviennent comme des coups de fouets. Les jumeaux, la salle de la Faune, le Doloris, notre échec. Mon échec. Je revois le visage fou du mineur que j'ai abattu et mes larmes se stoppent. Pas parce que je ne suis plus triste, mais justement parce que j'ai dépassé le stade des larmes. Je sens un gros vide en moi, mes pensées se bousculent sans pour autant se clarifier. Je suis un meurtrier. Je ne suis pas le grand héros de la race humaine que j'ai toujours voulu être. Rien de plus qu'un désespéré avec un pistolet. Je prends conscience de l'arme que je porte toujours sur moi, et l'envoie valser avec un air de dégoût.

Ma respiration s'accélère et je sens revenir les larmes. Je n'arrive pas à me calmer, repensant à ma presque-mort et réalisant soudain que si personne ne m'avait secouru, je serais mort. Ce n'est pas ça qui me choque. C'est de réaliser que je n'ai personne. Personne à qui manquer, personne pour qui réellement me battre. Je suis seul, entouré de gens qui s'affairent à aider les blessés et rassurer leurs amis.

Je regarde une dernière fois la salle avec le même résultat qu'avant : personne n'est là pour moi, je n'ai personne vers qui me tourner. Fermant les yeux, la tête en arrière appuyé contre le mur, je me laisse emporter par les sanglots. Ce n'est tellement pas la fin que j'espérais pour aujourd'hui...
Eric Zemmour
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t178-tadhg-l-rosenberg-the-f
Messages : 468
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Max Riemelt
Crédits : nymeria. - sign : solosand

Age : 33 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire, amoureux.
Métier : domestique (pour ne pas dire elfe de maison ou esclave) - combat régulièrement au Boutefeu pour le compte des Zabini
Baguette : la seule qu'il connaît c'est la baguette de pain
Dialogue : darkslategray

Pouring the fuel, fanning the flames, breaking the habit and melting the chains. Embracing the fear, chasing the fight, the glow of the fire will light up the night. The bridges are burning, the heat's on my face, making the past an unreachable place
Pouring the fuel, fanning the flames I know, this is the point of no return

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 15:58
Les minutes qui suivent, Tadhg ne les calcule pas. Il y a d'abord la douleur. Intolérable. Il ne comprend pas ce qui lui arrive, et pendant ces quelques secondes qui sont pour lui comme une éternité, il pense vraiment qu'il va mourir, là, dans une galerie sordide, aux côtés des cadavres de mineurs anonymes. Il n'est pas quelqu'un de suicidaire, mais à cet instant il souhaiterait juste qu'on lui donne le coup de grâce pour ne plus rien ressentir. Retrouver ses parents, son frère. Cela ne paraît pas être une si mauvaise idée. Le hurlement qu'il entend lui glace le sang, et il ne réalise même pas qu'il en est l'auteur. Il en a subi, des sortilèges de torture, mais celui là jamais auparavant. Il s'en serait souvenu. Quant tout s'arrête, il ne bouge pas, la douleur fantôme l'enveloppant encore. Il a la tête qui tourne. Au loin, il entend de l'agitation et des éclats de voix. Il n'a pas le temps de reprendre ses esprits qu'il sent la désagréable sensation de transplanage lui remuer l'estomac.



La bile lui remonte dans la gorge et il est à deux doigts de se mettre à vomir alors qu'ils débarquent dans la planque de l'Ordre. Il ne bronche pas quand on le pousse à s'asseoir, et laisse le médicomage faire son boulot avec reconnaissance. Le monde tourne tout autour de lui. Il se sait entier mais a toujours l'impression que ses membres ne sont pas connectés les uns aux autres et de longs frissons glaciales parcourent son échine. D'exhaustion mais aussi de peur. Il a encore le regard vide du gamin dans la tête. Un nouveau haut le cœur.  Il manque de se mettre à chialer comme un gosse. Mais soudain on l'apostrophe et Jackson est devant lui, et c'est tout un poids qu'on ôte de ses épaules… jusqu'à ce qu'on regard détaille le jeune homme. « Jackson ! » s'exclame-t-il d'une voix usée, faisant mine de se redresser pour s'approcher, pour vérifier ses blessures, pour s'assurer qu'il ira bien. Il sent déjà la colère revenir en pensant aux mangemorts responsables de son état. « Restez tranquille. » claque la voix du médicomage. Tadhg se renfrogne mais serre les doigts de son protégé avec force, hoche la tête à ses paroles, forçant un sourire. « T'en fais pas pour moi  il en faut plus que ça pour me mettre KO. » Il rajoute rapidement. « comment tu te sens...? … jackson ! » proteste-t-il alors que le jeune homme s'éloigne. Il le suit des yeux, cherchant à se rassurer. Il lève les yeux vers le médicomage. « Merci. Faites en sorte qu'il se défile pas. » demande-t-il en désignant Jackson. Le médicomage acquiesce et va s'occuper d'un autre blessé en lui faisant promettre de ne pas encore bouger. Tadhg aperçoit Sav et Adem avec qui il échange un regard entendu, et c'est en tournant la tête de l'autre côté qu'il remarque Adara tout près de lui. Il ne fait pas attention au brouhaha ambiant. Il ne fait pas attention aux bruits qui courent concernant leur leader. Traînant sa carcasse éreinté, il se rapproche le plus possible de la sorcière, et ferme doucement ses doigts sur son poignet valide. Elle tourne le visage vers lui, un peu hébétée. « Mon Ada. » il essaie de faire de l'humour, mais il n'y a plus trop de chaleur dans sa voix. Il est fatigué. Il déglutit et plonge son regard dans le sien.
« Merci. »
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org
Messages : 754
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sophie Turner
Crédits : Kim

Age : 20 ans
Sang : Sale Moldue
Statut : célibataire
Métier : Domestique de la famille Kark, récemment entrée au service direct de Scylla Kark
Epouvantard : L'incursion d'un sorcier dans ses souvenirs.
Dialogue : [color=#6699cc]

Orpheline moldue ne gardant aucun souvenir de l'ancien monde. Appartenant à la famille Kark, elle coule des jours d'heureuse servitude, jusqu'au suicide de son amie Jenny. Cette mort brutale lui ouvre les yeux sur ses maîtres sorciers. Elle rejoint ainsi la Nouvelle Inquisition en juin 2045, espionnant ainsi pour le compte de sa faction la famille Kark. Rose participe a plusieurs opérations, et en ressort passablement traumatisée après blessé involontairement plusieurs des siens...
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 17:56
Tout s’était accéléré. Les images dansaient encore dans son esprit, retournées, chahutées, par le voyage en portoloin. Le couteau. Jane. Le sang. Alfie. Tout lui revenait par vagues aussi brèves que soudaines, aussi irréelles que des rêves, et pourtant s’ancrant douloureusement dans son corps et dans la réalité. Il y avait eu l’absurdité de ce couteau dont le manche dépassait du dos du mangemort, sans que Rose ne parvienne à le retirer. L’instant de paralysie, où son cerveau s’était comme arrêté, trop choqué parce que ces mains venaient d’entreprendre. Elle se rappelait avoir voulu se rapprocher d’Alfie et Levi pour les aider, les soutenir sans pouvoir faire un pas trop omnibullée par le spectacle macabre qui se jouait. Un phénix était tombé. Mort. D’un coup, en l’espace d’un souffle. Puis Jane… la mare de son sang avait fait écho à celle qui avait enveloppée le mineur mort précédemment. Alfie l’avait ensuite empoignée par le bras, ils avaient quitté la mine quittant le cauchemar souterrain pour l’effervescence du quartier général.

Rose sentit la tension surréaliste qui jusqu’ici lui avait permis d’avancer, s’effondrer. Comme la fin d’un charme. Ses muscles fatigués se relâchèrent subitement, ses jambes flagellaient sous son poids. Tout se terminait encore et encore comme Tintagel. Ses mains couvertes du sang de leurs alliés. L’image de l’agonie de leur chef d’expédition à l’agonie gravé dans sa mémoire. Billy. Jane. Elle avait souhaité sa mort, voulut la voir mourir, brûler, qu’elle paye, qu’elle souffre pour s’être octroyée le droit de choisir qui devait vivre et qui devait mourir. Pourtant Rose ne se sentait pas comblée, elle ne sentait pas satisfaite. La perte de Jane ne faisait que creuser un peu plus le gouffre abyssal dans lequel, la domestique semblait sombrer. Son regard se reporta sur ses mains. La poussière couvrait à peine le sang sec. Panique. Elle avait tué et Jane était morte. Son corps fut agité d’une violente contraction, son souffle resta prisonnier dans sa poitrine, tandis que ses yeux cherchaient avec fureur quelque chose, quelqu’un à quoi se raccrocher. Panique. Alfie. Le roc. Son roc. Elle franchit l’espace qui les séparait en deux enjambées, pour mieux enfouir son visage contre son épaule, à la naissance de cou. Son souffle reprit dans un sanglot. Rose déchargeait sa son désarrois, sa peur, sa culpabilité, et sa solitude sur les épaules du Lockwood.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

The bravest fell, and the requiem bell Rang mournfully and clear For those who died that Easter-tide In the springing of the year. While the world did gaze with deep amaze At those fearless men but few Who bore the fight that freedom's light Might shine through the foggy dew.
Suceuse d'éruptif
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t481-lizzie-o-meara
Messages : 522
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Shelley Hennig
Crédits : Kim ♥ ¤ com

Double compte : Scylla N. Kark & Joaquim Cervera-Bernal

Age : Vingt-six ans
Sang : Basique #3
Statut : Crazy in love, bitch.
Métier : Normalement fugitive, elle est actuellement aux mains des Mangemorts.
Baguette : Bois de cornouiller, ongle de troll, 24,7 cm, rigide. Même qu'elle a un petit nom : « Poppy ». Perdue au moment de son enlèvement.
Epouvantard : Le noir. Total et absolu. Son quotidien, désormais.
Dialogue : [color=#339999]

Fille de Jane Callaghan - Atteinte d'une forme légère de dyslexie, écrite mais aussi orale sous le coup d'une forte émotion - S'est vue coller un chaperon depuis qu'elle a failli faire exploser un campement - A révélé son identité aux Mangemorts présents lors de sa mission à la Mine d'Aberfan (event 2) - Adore tout ce qui fait BOUM - A la gueulante facile et jure comme un charretier - Fugitive rodée - Du fait de son héritage sorcier péruvien, possède une affinité particulière avec le feu - A désigné Vivienne McKay comme sa Némésis jusqu'à ce que la mort les sépare - Capturée par la «pute à Mangemorts» suscitée lors de la mission de la Tour des Médias (event final 1), elle coule actuellement des jours paisibles (non) dans un cachot.
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 18:23
La jeune femme avait été plutôt contente de son réflexe. Forcer Jackson à se baisser alors que l'aigle implosait, c'était comme un petit pied de nez à toutes les conneries qu'elle avait faite cette nuit-là. Tous les sorts ratés. Tous les moldus tombés autour d'elle. Et Minnie, la pauvre petite Minnie ! Elle avait balayé la pensée de la gamine. Ce n'était pas le moment. Car Ludmila venait de se manifester dans son esprit : Jane et son groupe était parvenus à désactiver ce putain de système de sécurité. Et ils pouvaient partir. Donc, s'ils avaient réussi, cela signifiait qu'ils allaient bien, n'est-ce pas ? Oui, évidemment. Le contraire n'était même pas une option envisageable.

Le Phénix moldu avait son portoloin et Sam s'occupait de la poupette. Si elle avait pu, Lizzie s'en serait occupée elle-même, cependant, son bras, toujours cerclé de la ceinture de Jones, ne le lui permettait pas. Elle avait assez fait de dégâts comme ça sans en plus risquer de désartibuler l'enfant. Déjà qu'elle n'était pas certaine de pouvoir transplaner elle-même ...

Pourtant, elle y parvint. Elle avait aperçu Obbie revenir après un faux-départ, planter son feux d'artifice et un sourire avait éclairé son visage couvert d'une mélasse indescriptible - sang, viscères, poussière, boue ... Plus encore lorsqu'elle avait entendu Scarlett se foutre de la tronche des Mangemorts avant de détaler. D'ailleurs, la O'Meara ne s'était pas gênée pour leur faire un bon gros fuck - surtout à la mamie morue à qui elle avait défoncé la tronche de son poing valide - pour mieux s'enfuir l'instant d'après.

Au Q.G, où la jeune femme avait atterri à moitié sur les genoux, il régnait une atmosphère quasi-apocalyptique, chaotique. Les médicomages s'affairaient. On transplanait dans chaque espace libre, les portoloins vomissaient des troupes plus ou moins en bon état. Ca empestait la douleur, la chair calcinée, les échos de gémissements et de larmes ... Lizzie déglutit avec peine. De très mauvais souvenirs lui remontaient soudain à l'esprit. Vagues bileuses et délétères, elles lui rappelaient son enfance, lorsque les grands partaient et ne revenaient pas toujours. Ou revenaient avec la même ombre de mort pesant sur leurs dos brisés. Elle n'avait pas oublié sa marraine, pas plus que son père, leurs cadavres sans vie et ... " Ouh la vilaine plaie ! Viens là, Lizzie, il faut soigner ça ! Et puis, ça aussi ! " l'interrompit la voix d'un guérisseur qu'elle connaissait un peu. Elle se laissa entraîner sur un lit inoccupé et s'assit. Ou du moins, essaya. " PUTAIN DE CLOU ! " brailla-t-elle. Elle l'avait zappé, celui-ci. Il s'était bien enfoncé dans son fessier et devait tenter d'y faire son nid. " Hem, bon, tourne-toi et penche-toi ... " Elle fronça du nez, faussement outré. " On pourrait au moins dîner ensemble, avant ! " Le médicomage leva les yeux au ciel. Pour qu'elle se montre aussi bravache, elle ne devait pas être si mal en point. Il fallait profiter de l'adrénaline qui subsistait dans ses veines. Alors Lizzie se pencha, miches en avant, prête à recevoir sa fessée.

Tu l'as vu, toi ? chuchotait une voix non loin. Son interlocuteur secoua ses cheveux gras. Il paraît qu'elle est pas revenue .... Lizzie fronça les sourcils. Le soignant en finissait avec son épaule, après avoir réparé son derrière clouté. " Qui est pas là ? " demanda-t-elle, tous les sens soudain en alerte. Un mauvais pressentiment l'envahit. Jusqu'ici, son cerveau s'amusait tellement à tourner en tous sens, dans toutes les directions, qu'elle n'avait pas trop eu le loisir de s'intéresser au sort de ses compagnons. Aberdeen avait été si violent. Et il y avait tellement de monde, ici. Impossible de se concentrer sur quoi que ce soit. Mais le regard fuyant de son vis-à-vis verrouilla son attention. " Beaucoup de monde, j'en ai peur. " La lèvre fendue de la fugitive se mit à tressauter. " QUI. EST. PAS. LA ? " Elle grognait presque. Le soignant refusa de répondre et elle le repoussa pour se lever. " Lizzie attend ! Ton épaule ! "

Elle s'en foutait bien pas mal, de son bras à moitié remis au bon angle ! Elle fendit la foule tout en réfléchissant prestement. Ils s'étaient séparés. Lizzie avait été envoyée avec Obbie, Jackson et Sam, quant à sa mère, elle avait gardé à ses côtés deux moldus et ... " Lloyd ! " Les traits crispés de son ami se dessinèrent. Il semblait dévasté. Elle s'accroupit devant lui, posant une main rassurante sur la sienne. Il se dégagea. " Ca va, chouchou ? Tu as mal où ? " Il paraissait plutôt épargné, pourtant. Enfin, en comparaison d'autres blessés qu'elle avait croisé. " Tu as vu ma mère ? Tu étais avec elle, non ? Tu sais où elle est ? " Silence. Il ne parvenait même pas à la regarder dans les yeux. Le sang se glaça dans les veines de la fille Callaghan. Comme si son coeur avait tout simplement cessé de battre. " Lloyd ! Répond-moi ! Où est maman ? " Toujours rien. Elle recula, manquant de tomber. Une grenouille sous poudre de lune, les yeux exorbités. " Non, non, non, non ... "

Elle répéta ce mot tout le long de son chemin supposé la mener à Tonton Obbie. Non, non, non, non .... Aucune trace de lui. Pourtant il était là moins de cinq minutes auparavant ! Non, non, non, non .... Où était-il ? Et n'y avait-il donc personne qui pouvait la renseigner ? Scarlett ? Nero ? Eux non plus n'étaient pas encore revenus ? Elle transpirait. D'effroi et de fièvre, probablement. La pièce tournait, tanguait. On la frôlait de partout, on courait vers les blessés, les nouveaux arrivés, les moldus terrorisés. Mais oui, les moldus ! Levi est là, à quelques mètres et il pleure. Cela devrait l'émouvoir mais il n'en est rien. Une seule question l'obsède. Elle se dirige à grands pas vers lui et l'attrape par le col. Le force à se redresser. Il doit se dégager, peut-être même lui hurler dessus, sauf qu'elle ne s'en rend pas compte. Parce qu'elle crie plus fort. " TU L'AS VU ? DIS, TU L'AS VU ? JANE CALLAGHAN ! T’ÉTAIS AVEC ELLE ! " Elle sent qu'on lui attrape les bras, qu'on la serre. Elle crie. Parce qu'elle a mal et que toute son angoisse explose. " MA MERE ! OU EST MA MÈRE ? "

Disparue.
Jane Callaghan est portée disparue.

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

We are Callacrew.

   By COM
Serial niqueur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t643-sid-w-lewis
Messages : 144
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Joe Guilgun
Crédits : Moi

Double compte : Agapanthe Kirke - Mary Robinson

Age : 29 ans
Sang : Sang mêlé
Statut : célibataire
Métier : Barman
Baguette : bois d'if et crin de licorne, 34 centimètres, inflexible
Dialogue : #ff3300

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 18:53
Ah, enfin, la chialeuse sert à quelque chose, d’un coup de couteau dans le dos, elle a réussi à planter furoncle-man. Un de moins. Et maintenant, Ludmilla bute le deuxième. Il ne reste plus qu’un seul mangemort, mais pas des moindres. Il reste Mervyn-gros-enculé-Kark. Cela-dit, si tout le monde s’y met, on peut y arriver.

Sid voudrait aider Jane dans son combat face à Mervyn Karke, mais la douleur à la jambe est trop forte, elle accapare toute son énergie et même lever sa baguette lui demande un effort exceptionnel.
La mine se remet à trembler. Bordel, qu’est-ce qui se passe. Jane s’effondre. Tout s’effondre. Sans Jane, ils ne sont plus rien. Et voilà qu’un allié crève sous ses yeux. Putain, la vie est une pute. Elle te baise, elle te baise, et quand elle t’a assez niqué, il faut encore que tu paye… Ils sont si près du but et pourtant si loin d’avoir gagné.

Et puis le sang de Jane. Mervyn a gagné. Il peut la tuer en un petit coup de baguette, sans efforts. Et après, ce sera leur tour. Sid va mourir là, comme une vieille merde, dans une grotte à la con. Il va mourir connement, dans une grotte à la con comme ses parents sont morts connement dans une grotte à la con. Et voilà, la boucles est bouclés, la boucles des insignifiants. Sid n’est qu’une merde de pigeon sur le bout de la chaussure de Mervyn Kark.

« Les Phénix renaissent ... Toujours ... De leurs .. Cendres. »


Putain, même à demi crevée, Jane parvient tout de même à faire de la poésie, des phrases lourdes de sens. A sa place, Sid aurait à peine pu dire « Aïe, putain, tu m’as fait mal, gros bâtard ». Et voilà Mervyn Karke qui se barre.

« PARTEZ MAINTENANT ! PRENEZ LES MINEURS AVEC VOUS ! »

Un gros bout de roche se détache et tombe à quelques centimètres à peine de Sid. La sorcière a raison, il faut partir vite. Mais ils ne peuvent pas abandonner Jane. Que vont devenir les phoenix. Elle ne s’en sortira pas toute seule, elle a besoin de soins. Sid cherche dans ses poches s’il ne lui reste pas une potion de soin. Rien.  Un autre rocher tombe.

« Le système de sécurité a été désactivé. Que tout le monde transplane et prenne les portoloins. »

C’est trop tard, il ne peut rien faire. Il faut sauver les mineurs. Dans un dernier effort, Sid parvient à se dresser sur ses deux jambes. Tout en sentant sa jambe lacérée céder sous son poid, il se rue sur un groupe de quatre mineurs, s’effondre sur eux, les enveloppe de ses longs bras et transplane.

Le groupe tombe dans un grand fracas sur un sol mou. Ils sont dans une forêt et fort heureusement tombés sur un lit de mousse. Sid reconnait le lieu, il y allait avec sa famille pendant les vacances, à l’époque où les moldus pouvaient encore aller librement, inconscient de la menace grandissante qui allait les décimer. Il avait pensé à un lieu sécurisant pour les mineurs et le voilà dans ses souvenirs d’enfance. Les moldus regardent autour d’eux, l’air hébété.

- Barrez-vous ! Barrez-vous loin ! Cachez-vous, toujours. Allez, putain, barrez-vous !

Les moldus n’attendirent pas plus longtemps pour courir à toutes jambes et disparaitre dans la forêt. Sid ne pouvait pas faire de même. Il n’avait plus de force. S’il restait là, c’est sûr il allait se vider de son sang. Il devait aller au QG des phoenix pour soigner tout ça. Il devait voir aussi si Cécilia était toujours vivante et les autres aussi.

Dans un dernier effort, Sid transplana au QG. Puis plus rien. La douleur l’a emporté, Sid s’évanouie.
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 1046
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : Rose

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris! Mordu à la Tour des médias par le garou Blackburn, il kiffe (non).
En ligne
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 19:10
La douleur. Elle s’était arrêtée, mais pourtant Alfie avait l’impression que tous ses membres étaient désormais dotés d’une vie propre. Tressautant. Tressaillant. Des mouvements incontrôlés qu’il ne maitrisait pas. Par réflexe il attrapa le Portoloin qu’on lui tendit, se redressa du mieux qu’il put. Où étaient-ils ? Rose ? Levì ? Alfie regarda autour de lui et sentit son sang se glacer en voyant le Phénix, mort, d’un jet de lumière verte qu’il n’avait pas vu. Le Mangemort, agonisant, un couteau dans le dos. Jane, par terre, inanimée dans une mare de sang. Et Mervyn Kark. Toujours debout.

Vision de cauchemar. Vision d’horreur, et Alfie, toujours tressautant, resserra sa prise sur le Portoloin qu’on lui avait lançé. Un sanglot menaça de franchir la barrière de ses lèvres. Vision d’horreur que de voir le Ministre de la Magie là pour tous les tuer, un par un. Il ne croisa pas son regard, se focalisa, le cœur battant, sur Rose. Sur Levì. Il les attira vers le Portoloin, saisit Rose par le bra. Il fallait fuir. Fuir. Pour leurs vies.

Une sensation d’être tiré par le nombril. Alfie perdit l’équilibre, lâcha la vieille chaussure qu’il tenait à bout de bras pour que tout ceux qui l’entouraient puissent toucher l’objet. Elle tomba à terre. Cela fit un pop. L’Inquisiteur regarda ses mains, encore tremblantes. Il inspira : la tête lui tournait. Il ferma les yeux, passa une main fatiguée sur son visage afin de mieux mélanger la poussière de la mine dont ils venaient de réchapper, et du sang – son propre sang. Ses genoux flagellèrent. Il était en piteux état. Comme au retour de Tintagel. Comme deux mois auparavant. Tout lui revenait en force et les souvenirs se mélangeaient dans sa tête douloureuse : le kraken, le visage du mineur mort à ses côté, la vision de Rose, celle de Levì, celle d’Hassan, les morts, les blessés, Jane. Et lui. Lui, inutile.

S’il ne trouvait pas un appui très vite il allait tomber. Il allait se rétamer comme la pauvre merde qu’il était. …

Un corps s’était jeté contre lui, Alfie chancela, se figea, le souffle coupé. Avisa la chevelure de Rose, reconnut sa voix dans ses sanglots. Et cela brisa son cœur, le morcella en un milliard de morceaux. Rose. Sa Rose, celle qu’il considérait comme sa sœur. Elle qui était à la fois si frêle, si fragile et si forte pour oser se dresser pour ce qu’elle croyait. Elle avait trois fois le courage qu’il serait capable d’afficher dans toute sa vie. Un sanglot la parcourut et Alfie, sans réfléchir, referma ses bras autour de la jeune fille. Ils étaient vivants. Jane était morte, les Phénix étaient morts. Il ne savait pas où cela allait les mener, mais eux ils étaient vivants. « Rose… » Sa voix était plus rauque qu’il ne l’avait souhaité. « Rose, on est vivants. On est vivants. On est vivants. » Une litanie qui, répétée encore et toujours, commençait à prendre sens dans l’esprit nébuleux d’Alfie. Il resserra sa prise autour de la jeune femme, la laissant sangloter autant qu’elle le voulait. Il l’avait vue tirer sur le moldu. Tout comme elle avait tiré sur Hassan, et il n’osait imaginer ce qu’elle ressentait. Son cœur cognait dans sa poitrine, si fort qu’elle ne pouvait pas ne pas le sentir. Alfie posa son menton sur la tête de la jeune fille, l’enveloppant un peu plus si cela était possible, et ferma les yeux, la gorge nouée.

Oui. Ils étaient vivants.

A quel prix?
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 230
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Nerose

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 19:46
Tout semblait être au ralenti. Les sorts fusaient de toute part, la douleur s’estompait lentement. Cecilia était allongée sur le sol, haletante, chaque fibre de son corps était courbaturée, comme si elle avait enchainé six entrainements de Quidditch de suite. Il y avait quelque chose de beau et de terrifiant à fixer le plafond comme ça, des larmes perlant au coin des yeux, la gorge douloureuse à force d’avoir autant hurlé. Elle sentait son cœur battre à ses tempes.

Puis, lentement, elle reprit ses esprits, la voix de Sid la tirant de sa catatonie. Et elle se mit à rire. Parce que la situation avait décidément quelque chose d’ironique. Tout empestait le sang, la poussière, la sueur et le vomi. Des gens mourraient. Et pourtant, à travers toute cette crasse, Sid pensait à cette(ce? Allez, soyons ouverts d’esprit!) Charlie… Cecilia ne l’avait pas cru capable d’une telle mièvrerie. Au moins, il la rassura sur un point. Ils pourraient toujours baiser.

« J’y compte bien… » répondit-elle en se relevant péniblement, la voix rauque.

Mais se relever ne la fit que retourner brutalement à la dure réalité. Et voir sous ses yeux effarés le corps de l’autre Phénix s’arquer, les yeux grands ouverts vides de toute expression.

Et l’acte final.
Jane.
Au sol.
Frappée d’un sectumsempra.
Se vidant de son sang comme un mouton que l’on égorgeait.

« Non… Non… Ça ne peut… » murmura-t-elle, les yeux embués de larmes.

Mais tout comme elle ne s’était pas laissée abattre en entendant la défaite de Westray, elle ne se laisserait pas abattre maintenant. Car il y avait encore des gens à sauver. Car même si Jane était une figure importante de l’Ordre, la cause qu’ils défendaient transcendait leur simple existence.

Et Cecilia accueillit avec un intense soulagement la nouvelle que la Médicomage venait de transmettre à toute la résistance. Ils pouvaient enfin fuir. Alors qu’elle allait suggérer à quelques mineurs de s’accrocher à elle pour quitter cette mine de l’enfer, elle le vit. Lloyd. Elle le revit alors qu’il n’était âgé que de 11 ans, l’écoutant, les yeux brillants, raconter ses contes à qui voulait bien l’entendre. Il hurla. Mais Cecilia ne pouvait se permettre de le laisser se jeter sur Jane. Ça ne valait pas la peine de mourir aussi bêtement. Alors elle se précipita sur lui et l’entoura de ses bras, le retenant de toutes ses forces de Batteuse.

« Chuuuut… Chuuuut… ça va aller… » Tenta-t-elle de le rassurer, elle-même complètement anéantie. Et ils transplanèrent. Ce ne fut que lorsqu’ils réapparurent au QG qu’elle le lâcha. Elle avait la tête qui tournait, Ludmila n’ayant pas eu le temps de s’occuper de sa commotion cérébrale. Elle n’arrivait pas à penser clairement, mais quelque chose persistait. Une idée fixe.

« Westray? Des nouvelles de Westray? » demandait-elle à ceux qu’elle croisait.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 67
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 19 Fév - 23:11
 

« Mes amis et alliés. » La voix grave d’Oliver résonna sans assistance dans la grande salle où étaient réunis médicomages, mineurs et membres de la Nouvelle Inquisition et de l’Ordre du Phénix. Depuis plus d'une heure, les médicomages et les moins fatigués volaient au secours des plus atteints. Oliver les avait vus, tous. Avait émit une prière, pansé une plaie, donné avec parcimonie quelques encouragements. Aujourd'hui, ils étaient alliés. Chacun d'entre eux. Contre une barbarie qui les dépassaient et qu’ils combattaient à travers des actions comme celle de ce soir.
« Ce soir, ce n’était pas une défaite. Alors oui. Oui, nous en avons bavé. Oui, nous avons subi des pertes, une partie conséquente des nôtres. Des pertes lourdes, terribles. Mais pas irremplaçables. Nous ne sommes tous que des pions pour la défense de nos valeurs, de notre identité. De ce que nous voulons réellement pour le monde qui nous entoure. » Son regard accrocha celui d’un Phénix dans la salle. Les sorciers présents étaient… moins pires que les autres. Ce n’était pas des Mangemorts – en cela déjà ils gagnaient des points – mais surtout, Oliver devait leur reconnaitre certaines qualités. « Le respect. L’égalité. La loyauté. La tolérance. Le courage.  Ce sont des vertus qui nous relient tous ici. Regardez ceux qui vous entourent, et osez me prétendre le contraire, si vous le pouvez.» Une pause, le temps de laisser à son public le temps de regarder autour d'eux. Oliver joignit ses mains devant lui, observant avec délectation et un flegme calculé la foule. Il avait beau détester les sorciers, c’était un fait : la sorcière qu’il avait eu avec lui pendant la dernière partie de la soirée avait été loyale. Si elle devait mourir de ses mains pour le simple fait d’avoir été souillée de magie, il ferait en sorte qu’elle crève rapidement et sans trop souffrir.
« Et grâce à ça, nous ne lâcherons rien. Nous continuerons, coûte que coûte, à les harceler, à les dépouiller, à les blesser jusque dans leur âme pleine de noirceur, de haine, de rancune. Et à la fin nous serons vainqueurs, car il ne peut en être autrement, la lumière triomphe toujours sur l’ombre, et ça je le sais, vous le savez, nous le savons tous ici ce soir. » Une pause savamment calculée pour l’effet tragique et fédérateur du discours. « Ce soir, Jane Callaghan est morte pour une cause. Cette cause, nous allons continuer à la défendre. Nous ne sommes pas une poignée de terroristes comme ils aiment à nous appeler, non. Nous sommes le poing vengeur qui sonne le glas de cette ère de destruction. Nous allons tout raser pour repartir à zéro, ensemble. » Cette fois, il se tourna vers les mineurs qui étaient rassemblés dans un coin de la pièce. « Mineurs désormais libres, joignez-vous à notre combat pour la justice ! Nous avons besoin de vous pour écraser les Mangemorts, mais voyez déjà… » Il écarta ses bras pour embrasser toute l’assemblée « Voyez déjà tous les insurgés qui ont rejoint notre combat pour une société meilleure, embrassée par la Lumière ! Et cette fois, Dieu nous ent... »

CRACK

« DES MEDICOMAGES, VITE ! »
Une agitation parcourut la foule. Oliver se tut, puis descendit de l'estrade et traversa la pièce pour arriver jusqu'au bras droit de la Callaghan, qu'il ne reconnut qu'à peine au vu de sa jambe de travers et de la poussière ensanglantée qui recouvrait son visage. Il était avec une autre sorcière qu'Oliver ne dévisagea pas et soutenait une flaque rouge sang. Des cheveux bruns. Une forme inerte dans les bras d'Obbie.

Il articula dans un souffle le nom qui était déjà sur toutes les lèvres. « Jane Callaghan... »
Entre la vie et la mort, mais présente, avec eux. Au QG. Et déjà des médicomages se précipitaient vers le trio nouvellement arrivé, baguettes à la main...

***


Une demi-heure plus tard....

Obbie observa ses mains pleines de sang. Le sien, celui de ses comparses. Celui de Jane aussi, qu'il avait retrouvée allongée dans la mine. Sur le coup, il avait cru qu'elle avait succombé à ses blessures. Et puis un râle, presque rien. Avec Scarlett ils s'étaient précipités à ses côtés et l'avaient ramenée au QG.

Maintenant, c'était à lui de parler. Il avait vu Durham le faire, ce petit moldu qui, il devait l'avouer, avait quelques talents d'orateurs aptes à motiver les foules. Mais c'était lui ce soir qui avait la nouvelle décisive. Obbie inspira un grand coup, fit quelques pas dans la grande pièce, entouré des Phénix qui les avaient épaulés toute la soirée - des braves gens ! - et éclata de rire. Soulagé, le Obbie. Il tritura sa moustache et donna une grande claque dans le dos d'un des jeunots Phénix dans la place. « JANE EST VIVANTE LES GARS !» Il le sentit. Il sentit l'inspiration collective, le soulagement qui tourbillonnait dans la pièce, soudainement. Ce fut un embrasement de joie qui saisit les Phénix et quelques uns des Inquisitionneurs. Obbie attendit quelques instants, fier de son petit effet, pour sortir un cigare de sa poche et l'allumer. Il inspira une grande bouffée, fit un clin d'oeil à Lizzie dans un coin de la pièce, et avec un grand sourire, poursuivit sa tirade.  « Ouais ouais... Attendez. Attendez ! Vous savez ce que ça veut dire? » Silence dramatique. « Ca veut dire... Qu'on VA TOUS LES NIQUEEEER CES ENCULEURS D'ARBRES !» Il éructa un rire de poitrine, puissant et communicatif. « Rangez les violons et faites péter la gnôle ! PARCE QUE BIENTÔT ON DANSERA SUR LES TOMBES DE CES GARAGES A FOUTRE !» Et sur ce, il sortit sa flasque toute cabossée, en avala une grosse rasade et la brandit en rugissant d'extase.


Le mot de la fin 

  ϟ Et voilà ! Merci à vous tous petits poulpes ! Ce fut un event plein d'action, de mort, de sang et de désespoir, comme on les aime ! Et votre reconnaissance à chaque tour nous touche beaucoup et nous a permis de nous dépasser un peu plus à chaque fois ! Nous espérons que vous avez apprécié, et que cela vous a motivés un peu plus pour faire avancer l'intrigue de Filet du Diable à laquelle, on vous le rappelle, vos actions comptent !

  ϟ Pour info : A la base, il y avait environ 200 moldus dans la mine. Une vingtaine ont transplané avec les Portoloin jusqu'au QG, mais plus se sont enfuis par le trou dans la barrière (groupe 2). Quant à l'autre mine, Westray, seuls quelques Phénix envoyés là-bas ont réussi à revenir, mais la mine est revenue très rapidement sous le contrôle des Mangemorts et les mineurs n'ont pas eu le temps de s'échapper. Il est 3h du matin passées quand tout le monde revient au QG et Oliver fait son discours peu avant 4h du matin.

  ϟ Pour la suite... Ce sujet restera ouvert encore 2 semaines, pour ceux qui souhaiteraient panser leurs plaies physiques et psychologiques. Nous vous rappelons que tous les membres du forum, même ceux qui n'ont pas participé à l'event, peuvent poster dans le QG.

Encore merci à tous pour votre participation !
 
L’ÉQUIPE DE FILET DU DIABLE
Nounou(rs) yankee
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t451-sam-jones
Messages : 186
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Charlie Hunnam
Crédits : ironshy.

Double compte : Salomé Yaxley • Maddox Macnair

Age : 31 ans.
Sang : Né-moldu
Statut : En amour par-dessus la tête avec Lizzie O'Meara.
Métier : Terroriste convaincu, membre du Suicide Squad.
Baguette : Matraque de 37.6 centimètres, chêne blanc et ventricule de coeur de dragon.
Epouvantard : Jésus.
Dialogue : darkorange
all hell breaks loose
Américain bruyant • Option baguette explosive • Phénix enthousiaste • Peu engageant envers les moldus • Coeur de guimauve • Balafre qui lui zèbre la gueule du sourcil droit au coin gauche de la bouche
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Lun 20 Fév - 6:00
Il l’entend avant de la voir, Lizzie. Elle ne se rend pas compte de sa voix qui monte, à chacun de ses mots, et lorsqu’il la trouve, elle fait face à un Lloyd qui n’a pas de mot. Il veut l’attraper, mais elle est pire qu’une anguille et cette fois attrape un moldu, qu’elle attrape au col avant de lui hurler dessus : « TU L'AS VU ? DIS, TU L'AS VU ? JANE CALLAGHAN ! T’ÉTAIS AVEC ELLE ! » Jones attrape le bras de la O’Meara et réussit à la séparer du jeune homme, en même temps que Cecilia vient le rassurer. Il lui adresse un signe de tête pour la remercier, en silence, alors qu’il s’applique à serrer Lizzie dans ses bras, la laissant se débattre et hurler autant qu’elle le désire. Se prenant ses poings sur les bras, le torse, sans sourciller « MA MERE ! OU EST MA MÈRE ? » Il aimerait lui répondre. N’importe quoi.

♦♦♦♦♦

Depuis le retour d’Obbie, l’ambiance au quartier général est à couper au Diffindo. Les mots de Durham ont su garder les troupes vivantes et actives, bien qu’il n’ait toujours pas apprécié les mentions au divin dont ce damné prêtre aime toujours autant parsemer ses discours, mais la possibilité que Jane Callaghan soit encore vivante a figé le moment dans le temps. Il a bien été soigné, mais il s’en fout, bien sincèrement. Puis, il va garder un peu de la marque, sur sa gueule – ça va, ça lui plaît bien, cette cicatrice qui lui traverse le visage. Paul est à ses côtés, silencieux, triturant sa baguette avec nervosité, et tous se redressent comme un seul homme quand le rouquin revient dans la pièce.

« JANE EST VIVANTE LES GARS ! »

Vivante.
Vivante vivante vivante.
La nouvelle tombe un instant comme du plomb, avant que de leurs bouches, elle génère des cris de joie et des soupirs de soulagement. Jane Callaghan est vivante et Mervyn Kark un emmerdeur peu précautionneux, négligent, qui, manifestement, vieillit. Expiré, comme les vieilles boîtes de conserve des moldus. Bon à jeter ! Le blond secoue Jackson par les épaules, puis Lloyd, comme il le ferait avec des frères. Des frères d’armes, ouais, c’est ce qu’ils sont tous ! « Ouais ouais... Attendez. Attendez ! Vous savez ce que ça veut dire? Ca veut dire... Qu'on VA TOUS LES NIQUEEEER CES ENCULEURS D'ARBRES ! ON VA LES DÉFONCEEEEEEER !, rugit Jones en réponse. Rangez les violons et faites péter la gnôle ! PARCE QUE BIENTÔT ON DANSERA SUR LES TOMBES DE CES GARAGES A FOUTRE ! » Ils vont leur montrer, à ces Mangemorts puants !

Tout le poids tombe de ses épaules et il se retrouve à donner des accolades à qui mieux-mieux, à boire de cette infâme gnôle passée qu’ils ont parfois le bonheur de trouver, et finalement, il se retrouve devant Lizzie. Elle a retrouvé son sourire, la belle, et il s’attendrit, Jones, devant elle et ce regard sombre qu’elle tourne vers lui. Lorsqu’elle lui parle, il ne l’entend même pas – sans doute parce qu’il est trop occupé à combler les douze centimètres entre eux pour plaquer sa bouche sur la sienne et ensuite l’embrasser. Lui rouler, bien trop longtemps, un sacré patin, jusqu’à ce qu’il manque de souffle et que les fils de son cerveau décident de fonctionner à nouveau. Il s’écarte de juste un centimètre, de Lizzie, toujours plié en deux. Il sent son souffle sur son visage. Elle goûte la bière et le sang. « Eeeeh », est sa défense ridicule pour son geste aussi inapproprié qu’irréfléchi, avant qu’il s’esquive sans ajouter quoi que ce soit. Il a besoin de prendre l’air. Jane est vivante. Les Mangemorts la croient morte. Ils ont sauvé des moldus. Ils en sauveront d’autres. Il a besoin de rester sur terre.
Suceuse d'éruptif
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t481-lizzie-o-meara
Messages : 522
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Shelley Hennig
Crédits : Kim ♥ ¤ com

Double compte : Scylla N. Kark & Joaquim Cervera-Bernal

Age : Vingt-six ans
Sang : Basique #3
Statut : Crazy in love, bitch.
Métier : Normalement fugitive, elle est actuellement aux mains des Mangemorts.
Baguette : Bois de cornouiller, ongle de troll, 24,7 cm, rigide. Même qu'elle a un petit nom : « Poppy ». Perdue au moment de son enlèvement.
Epouvantard : Le noir. Total et absolu. Son quotidien, désormais.
Dialogue : [color=#339999]

Fille de Jane Callaghan - Atteinte d'une forme légère de dyslexie, écrite mais aussi orale sous le coup d'une forte émotion - S'est vue coller un chaperon depuis qu'elle a failli faire exploser un campement - A révélé son identité aux Mangemorts présents lors de sa mission à la Mine d'Aberfan (event 2) - Adore tout ce qui fait BOUM - A la gueulante facile et jure comme un charretier - Fugitive rodée - Du fait de son héritage sorcier péruvien, possède une affinité particulière avec le feu - A désigné Vivienne McKay comme sa Némésis jusqu'à ce que la mort les sépare - Capturée par la «pute à Mangemorts» suscitée lors de la mission de la Tour des Médias (event final 1), elle coule actuellement des jours paisibles (non) dans un cachot.
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Mar 21 Fév - 1:29
Elle reconnaît les contours de son contact avant de le voir, lui. Jones, nounou-chaperon, roc inébranlable et stoïque, qui la serre à s'en péter les muscles et probablement l'âme aussi. Elle a beau hurler, tempêter, se contorsionner, frapper, il refuse de la lâcher. Pourtant, ce n'est pas faute de le lui demander. Pourtant, ce n'est pas faute de le houspiller, de le traiter de tous les noms. Pourtant, ce n'est pas faute de finir par supplier, quand ses cris de Banshee finissent en geignements enfantins, contre son torse. Jusqu'à ce qu'elle n'ait plus ni voix ni volonté. Comme si ses jambes allaient se dérober sous son poids. Elle se dit que ça aurait pu être Obbie, à la place de l'Américain. Ou Nero. Non, pas Nero. Son frère, son grand amour de toute une vie. Si elle ne se calme pas, comment pourra-t-elle lui dire que tout ira bien, ainsi qu'elle l'a fait malgré sa propre peine lorsque Tante Eire est morte ? Comment pourra-t-elle le soutenir comme il se doit, comme une grande soeur le ferait, si elle ne reprend pas ses esprits, hein ? Et que dira-t-elle à Scarlett, laquelle sera aussi effondrée ? Sois forte, Lizzie, sois forte. Mais ses bonnes intentions se perdent dans le vide de sa chair à vif et contre le torse de Sam, dernier rempart entre elle et cette folie qui la guette.

**


La jeune femme n'a aucune envie d'écouter le moldu repartir dans ses envolées lyriques d'un autre temps. Il la gonfle, le Durham, avec son soit-disant Dieu, Jésus-buvez-mon-sang-tendez-l'autre-joue-attend-que-je-te-tatane et les trouze mille apôtres et autres démons auxquels elle ne comprend rien. Elle lui ferait bien manger sa collerette et son regard d'échappé du sanatorium. Elle ne l'aime pas. Encore moins ce soir, alors qu'il remotive les troupes et parle du sacrifice de sa mère. Il s'en sert, le connard, parce qu'au fond, elle le sait, c'est un bon leader, un politicien raté à cause des circonstances seulement, qui a tout à fait conscience de comment fonctionne les brebis qu'ils sont. Assise dans un coin, le front contre le mur, elle veut l'oublier lui et s'oublier elle, par la même occasion. Voilà, des vacances pour tout le monde. « DES MEDICOMAGES, VITE ! » Regard bovin, Lizzie tourne un peu la tête pour la forme, à peine curieuse, surtout groggy. Et soudain, Jane est là. Inerte, les paupières closes, mais oui, elle est là. Sa fille est déjà sur ses pieds, courant vers elle, manquant de se rétamer. Des médicomages la précèdent. On lui demande de faire place, de rester en arrière." Vous vous foutez de ma gueule ?! " D'accord, elle peut venir. Mais elle a intérêt à pas gêner. Celui-ci, il va finir en cocotier. Enfin, pas de suite. D'abord, il faut sauver l'infime fil qui relie encore la leader de l'Ordre du Phénix à la vie.

Jane a le teint gris, là, allongée sur le lit de fortune. Leurs doigts entrelacés, bien au chaud sous son menton, Lizzie ne la quitte pas des yeux. Son autre bras est tendu, percé d'une aiguille de fortune, une canule en vieux caoutchouc achevant de lier leurs corps l'un à l'autre. Un truc de moldus, la transfusion. C'est pas hygiénique et c'est barbare. Mais il faut faire vite, les incantations ne suffiront peut-être pas et aux chiottes les principes quand il s'agit de jouer contre la montre. On lui aurait dit de se couper le pied qu'elle l'aurait fait. Même la tête. Tout si ça pouvait aider. Elle, elle pourra prendre une potion de régénération sanguine juste après, mais pour sa mère, on n'est sûrs de rien. Lizzie fredonne tout bas. Une vieille comptine écossaise, en gaélique, que maman lui chantait quand elle était enfant, que les cauchemars la réveillaient en sanglots, qu'elle avait faim, soif ou qu'elle était malade. Elle ne sait pas si elle l'entend, mais en tout cas, à elle, ça lui fait du bien. L'angoisse s'envole peu à peu. Nero, Scarlett et Obbie son revenus. Jones et Jackson vont bien. Elle a vu Cecilia et Alec aussi. Bien tout va bien. Sauf pour ceux qui sont tombés. Elle y pensera plus tard, quand elle se sentira prête à affronter la perte. Ceci est le sang des Callaghan. Un prêté pour un rendu, maman. Maintenant, il n'y a plus qu'à attendre.

**


Obbie la précède. Il vrombit la nouvelle, dans tout son soulagement bruyant. Il discoure pendant que Lizzie attrape le premier venu, Phénix, Inquisiteur, quelle importance ! Elle emporte et se laisser emporter dans l'effervescence. L'alcool à 90 frelaté tourne et la pièce aussi, un peu. Elle est fatiguée et euphorique. Elle crie mais n'a plus de voix. Percluse de douleur sans jamais s'être sentie aussi vivante. Tout à la fois. Pleins d'oxymores pour tout le monde ! Elle saute sur une table, rugit à son tour, saute par terre et tout à coup, elle est devant Jones. " On va les avoir ! Ils vont regretter d'être nés ! " chante-t-elle à moitié, tête dans le guidon, dans l'instant et tellement réceptive à ce qui l'entoure. Lui aussi, elle veut le prendre dans ses bras. S'excuser d'avoir autant braillé, d'avoir souillé sa chemise de larmes et tapé dans ses blessures fraiches. Sauf qu'elle n'en a pas le temps. L'instant d'après, elle retrouve le contact de son torse et dans un même mouvement, un nouveau, beaucoup plus inattendu. Sa bouche contre la sienne, son souffle se mêlant à celui de l'Américain. Le repousser lui paraîtrait bien stupide, comme idée. Elle lui rend son baiser avec la même fièvre, les bras jetés autour de sa nuque. Ca lui paraît aussi instinctif que naturel, ce tableau-là. Finalement, ils se détachent l'un de l'autre et Lizzie oublie de penser. Tout court. Ca tourne, ça tourne. Elle est grisée. " Dis donc, ça c'était de la galoche ! " se moque Nero alors qu'elle regarde Jones s'éloigner, un peu hébétée, ses paupières clignant plus que nécessaire. " Grav ... Roh, tais-toi, toi ! " Un petit coup de coude dans le ventre de son adorable frangin et elle tourne les talons en riant, les bras en l'air. Allez venez ! Venez ! On a peut-être pas gagné, mais on n'a pas perdu non plus !

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

We are Callacrew.

   By COM
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 931
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Rosi Rosa

Double compte : Saïmen Lagides, Stanley SS Summers

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Mer 22 Fév - 15:27

Elle aurait aimé pouvoir apostropher quelqu’un pour qu’il s’occupe de ses oreilles - s’il y avait quelque chose à faire. Ce sifflement était proprement agacant. Et elle n’entendait rien d’autre. Au moins les soins de Victoria avaient réduit la douleur, mais Adara se sentait épuisée. Vidée. Pas l’énergie pour interpeler qui que ce soit. Les yeux mi-clos, elle essayait de rassembler les bribes de sa volonté pour faire autre chose que… rester là les yeux mi-clos. Cela dit, quand on n’entend rien de ce qui vous entoure, c’est facile de se laisser aller. Elle ne percevait rien de l’agitation ambiante, si ce n’était un courant d’air lorsqu’un medicomage passait un peu près d’elle. Pour le reste, elle aurait aussi bien pu être dans un pré au bord de l’eau sous un ciel bleu sans nuage, avec pour seul compagnie que le souffle du vent… Une idée bien plus réconfortante que les tunnels sombres de la mine qu’ils avaient quittés un peu plus tôt, la queue entre les jambes, et seulement quelques Moldus libérés. Un beau gâchis, si vous lui demandez son avis.

Et puis une main délicate se posa sur son poignet, la tirant de sa torpeur, entre le bienheureux et le dépressif. Elle tourna les yeux pour tacher d’identifier le propriétaire de ladite main, avec l’impression d’être emballée dans une gaine de coton qui ralentissait tout ses mouvements. Un peu surprise, elle croisa le regard de Tadhg. Ah oui, c’est vrai, il était dans la mine aussi. Il avait l’air en meilleure forme que lorsqu’elle l’avait vu pour la dernière fois. En meilleure forme qu’elle.
Et puis elle le vit articuler quelque chose. Un truc qu’elle ne comprit pas, et puis un autre mot, plus facilement identifiable. Elle fronca les sourcils, hésitant à répondre de peur de se méprendre, mais avec quoi d’autre pouvait-elle confondre ce mot ?
« De rien… je crois… » lacha-t-elle d’une voix un peu trop forte à cause de sa surdité, et un peu rauque à cause de la fatigue.
Elle secoua la tête, prévenant ainsi toute autre tentative de discussion.
« J’entends rien ! Enfin à part le Poudlard Express en sourdine… Cette fichue explosion a du me détruire les tympans ! » Elle esquissa un sourire qui ressemblait plus à une grimace inquiète. Et après un instant d’hésitation, poussée par la fatigue, l’inquiétude, le geste spontané de Tadhg et ce sentiment de camaraderie qui unit les frères d’armes, transcendant tous les préjugés, elle fit à son tour un effort pour se rapprocher de Tadhg et posa le front sur son épaule. Ca faisait du bien de se laisser aller un peu auprès de quelqu’un, et ca faisait trop longtemps qu’elle n’avait pas pu le faire. « J’espère que ca se soigne... » marmonna-t-elle, sans vraiment chercher à se faire entendre.
Eric Zemmour
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t178-tadhg-l-rosenberg-the-f
Messages : 468
Date d'inscription : 09/09/2016
Célébrité : Max Riemelt
Crédits : nymeria. - sign : solosand

Age : 33 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire, amoureux.
Métier : domestique (pour ne pas dire elfe de maison ou esclave) - combat régulièrement au Boutefeu pour le compte des Zabini
Baguette : la seule qu'il connaît c'est la baguette de pain
Dialogue : darkslategray

Pouring the fuel, fanning the flames, breaking the habit and melting the chains. Embracing the fear, chasing the fight, the glow of the fire will light up the night. The bridges are burning, the heat's on my face, making the past an unreachable place
Pouring the fuel, fanning the flames I know, this is the point of no return

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Ven 3 Mar - 17:49
Adara posa son front sur son épaule, et c'est un faible sourire fatigué qui se dessina sur les lèvres de Tadhg, une vague d'affection pour la sorcière le submergeant soudainement. Il y avait beaucoup de choses qui les séparaient, et pourtant. Sans Adara, il serait sans doute mort à l'heure qu'il est, et il ne l'oublierait jamais. Et il l'avait jugé trop vite. Car Adara, malgré ses apparentes idées d'un autre siècle, avait la force d'esprit de se remettre en question. Tadhg ne savait pas où elle se situait dorénavant concernant son homosexualité et son statut de moldu notamment ; mais elle semblait l'accepter malgré tout cela. Et ça, Tadhg, ça lui redonnait la foi. Beaucoup plus que les discours creux de Durham. Il ne croyait pas en une quelconque divinité, Tadhg, mais en l'humain. Encore, même après toutes ces années d'esclavage. Instinctivement, il posa sa main sur la chevelure de la sorcière, l'attirant peut être davantage encore contre lui. Le geste était purement égoïste. Il avait besoin de se rassurer. Il n'était pas tout seul. Ils allaient s'en sortir. Cette mission n'avait pas été vaine, et malgré ce fiasco ils avaient réussi à sauver des mineurs. Appelant un médicomage pour lui faire part du problème d'Adara, il sembla peu après enfin prendre conscience de l'absence de Jane avec l’effervescence qui semblait remuer leur planque. Ça lui glaça le sang. Jane n'était pas quelqu'un qui pouvait mourir. Felix avait connu Jane. Jane était ce qui les gardait liés.

Le discours de Durham avait pourtant bien commencé, mais l'homme était apparemment incapable d'ouvrir la bouche sans revenir à des allusions divines, et Tadhg ne le supportait plus. Serrant les dents, il avait bien du mal à ne pas venir lui balancer ses quatre vérités et lui demandait où était son putain de Dieu lorsqu'on avait besoin de lui ? La perte de Jane lui donnait un goût bien trop amer dans la bouche, et il avait la gorge serrée sous l'émotion. Il ne la connaissait pas personnellement, Jane, mais elle avait été l'une des premières personnes de l'Ordre à l'accueillir sans préjugés. L'une des premières personnes à le considérer comme égal aux sorciers, à lui rappeler qu'il valait quelque chose ; et ce n'est pas quelque chose qu'il oublierait.
Le craquement caractéristique d'un transplanage se fit entendre.



Les propos d'Obbie ôtèrent toute la pression de la pièce. Tadhg pouvait voir l'angoisse disparaître des regards, les sourires éclairer les visages. Il pouvait entendre les cris de joies et de ralliements des Phénix, et de quelques Inquisitionneurs également. Il pouvait sentir une vague de soulagement l'envahir, il pouvait entendre sa propre voix renchérir aux appels aux armes et à la rébellion en enlaçant ses camarades Phénix. Allemand, anglais, gaélique; les mots se mêlaient sous l'excitation. Attrapant les premiers verres d'alcool qu'il trouva, il retourna au chevet d'Adara et lui tend un verre, une joie débordante dans le regard.
Le Jaxinounet à sa Lizzie
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 76
Date d'inscription : 12/11/2016
Célébrité : Grant Gustin
Crédits : Shiya

Double compte : Ian Blackburn

Age : 26 ans
Sang : Moldu!
Statut : Célibataire
Métier : Esclave personnel de Henry Blackburn
Baguette : Euh... ça vous regarde pas!
Epouvantard : Savannah attaquée par une bête informe
Dialogue : teal

Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Sam 4 Mar - 14:16
"C'est Adem, il a été gravement blessé, c'est ma faute, mais j'ai pas fais exprès, je te jure que j'ai pas fais exprès...""

Il ne savait pas vraiment qui était Adem, même si en toute logique, le type blessé qu'elle venait de lâcher pour venir le voir était un principal suspect. Et effectivement, il ne semblait pas en très bon état, si bien que des médicomages le prirent en charge quelques secondes à peine après que Savannah se soit blottie dans les bras de son frère.

Une chose était sûre. Savannah avait participé à l'attaque, elle était avec eux dans cet enfer. Elle avait risqué se faire tuer, et avec … avec les autres. Les gens qui écoutaient ce Durham et ses prêches. La certitude venait de tomber comme un couperet. C'était sûr, il ne l'avait jamais vue aux rassemblements de l'Ordre, elle était avec d'autres gens. Avec cet… Adem. Elle… était avec eux. il ferma les yeux et la serra un peu plus fort contre lui, murmurant les mots qui venaient instinctivement, caressant ses cheveux, retirant les nœuds et les saletés dans les cheveux blonds entre ses doigts.

"C'est pas ta faute, ma chérie, ça va aller, t'inquiète pas, ça va aller…"

Il n'écoutait pas ce qui se passait derrière, le discours de Durham, il s'en fichait, il fallait s'occuper de Savannah, avant tout. Mais la voix d'Obbie, elle, il l'avait entendue, et releva vivement la tête, toujours dans les bras de Savannah. Jane. Miss Callaghan était là, dans les bras de son bras droit, en très mauvais état, mais là.

Son cœur battait la chamade, il parcouru la pièce pour retrouver Lizzie qui bataillait pour voir sa mère, et serra un petit peu plus sa sœur contre lui. Tout irait bien. Et ses murmures ne servaient plus qu'à rassurer sa petite sœur, mais lui aussi…

XxX

Il ne savait pas vraiment combien de temps il avait passé à rassurer Sav', mais suffisamment pour que sa respiration se calme, pour que ses petites mains se desserrent légèrement sur ses vêtements déchirés. Il avait repoussé un premier médicomage qui était venu les ausculter, et puis finalement, un autre l'avait fermement pris par l'épaule (celle qui n'était pas trouée, par chance) en marmonnant que le monsieur allemand là-bas allait le mordre s'il ne s'occupait pas tout de suite de Jackson. Il avait gardé la main de Savannah fermement serrée dans la sienne, la lâchant juste le temps de retirer le dernier lambeau de manche sur son bras blessé.

Il prit toutes les potions qu'on lui donnait, se laissa recouvrir d'onguent, et ferma les yeux quand l'homme lui donna quelques coups de baguette. Les sorts et les potions firent leur effet instantanément, et il sentit tout de suite la chaleur l'envahir et la douleur refluer.

Ses yeux parcoururent la salle. La foule était moins bruyante, et une aura d'inquiétude pesait comme une chape de plomb sur les Phénix présents. "Essayer de vous reposer…" la voix lasse du médecin soufflait à Jacks qu'il en aurait probablement plus besoin que lui-même, mais il lui demanda de s'occuper de Savannah.

Le médicomage jeta un œil à la jeune fille, puis à son frère qui ne la lâchait toujours pas, poussa un soupir et jeta un œil à Savannah.
Et puis soudainement, tout explosa à nouveau. quelques petits mots d'Obbie et la salle explosa de joie, et Jackson sentit son cœur gonfler à en exploser alors que les petits doigts de Savannah se serrait violemment sur les siens. Il avait envie de sauter, d'embrasser tout le monde, de hurler!

"Elle est vie Sav! Tu entends!! Elle est là! Miss Callaghan va bien!!"

Il reprit sa soeur dans ses bras en sautillant sur place, sous le regard noir du médicomage, et se fit secouer les épaules par Sam qui était apparu à côté de lui. Et puis son compatriote était parti embrasser Lizzie et Jackson se sentait presque l'envie d'en faire de même. En tout bien tout honneur mais… Il tira Savannah avec lui pour quelques pas et prit Lizzie par le cou pour déposer un baiser sur son front, sautillant comme il en avait envie depuis qu'Obbie était revenu.
Papi Brossard a un SSPT
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t441-savannah-michaels#4821
Messages : 118
Date d'inscription : 09/11/2016
Célébrité : Melissa Benoist
Crédits : Mara

Double compte : Murphy O'Ryan

Age : 24 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : ///
Epouvantard : Peridrax
Dialogue : [color=#ff6600]
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté Dim 5 Mar - 16:41
Lentement, la respiration de Savannah se calme. Les battements de son  coeur ralentissent, se font plus réguliers même si encore un peu agités. Les mots de son frère parviennent plus nettement à ses oreilles, se font plus compréhensibles. La main dans ses cheveux est comme une ancre à la réalité, un geste apaisant qui semble dégeler petit à petit ses sens. Mais, alors que le réconfort commence à lentement la réchauffer, elle sent également toutes les douleurs dont son corps est perclus . Lentement, elles se rappellent à son esprit alors que sa conscience semble émerger du brouillard épais qui semblait jusqu'alors l'entourer. Il y a les muscles qui brûlent d'avoir trop été utilisées, qui lui interdisent le moindre mouvement si elle ne veut ressentir aucune douleur, elle qui a pourtant l'habitude des efforts physiques. Il y a les coups qu'elle a reçu, les hématomes naissants, qui l'empêchent de prendre de grandes inspirations, qui font mal juste là où Jackson la tient. Il y a sa tête qui la lance, et le brouillard vient peut-être en partie de là. Il y a les coupures, enfin, et la poussière qui est venue s'y glisser, tout infecter, peut -être, si on n'y prend pas garde. Il y a toutes ses blessures, qui font mal et qui tirent et qui brûlent, et qui ne sont rien, pourtant, comparé à ce que les autres autour d'eux peuvent avoir. Comparé à ce qu'à Jacks, même, et elle s'en rend compte alors qu'enfin elle se recule un peu, qu'elle sèche ses larmes d'un geste de sa main sale et que, pour une fois, son regard n'est pas automatiquement attiré par Adem.

Alors quand un médicomage prend enfin en charge son frère, elle reste à ses côtés. Un oeil sur Adem dont ils ne se sont pas éloigné, la main dans celle de Jackson, à éviter de regarder son corps déchirer par les combats. A chercher à comprendre, peut-être... Ou pas. A prier pour que tous ceux qu'elle connaît s'en sortent indemnes. Pour qu'Adem finisse par lui pardonner.

Mais alors que la nuit avance, l'agitation autour d'elle s'atténue. Le discours de Durham est comme un baume, qui ne dure malheureusement qu'un temps. Qui les guidera dans le futur, dans les jours, les mois, les années à venir, oui. Mais qui ne peut, pour ce soir, dissimuler les traits tirés par la fatigues, la douleur imprégnée sur les visages. Le vide, en chacun d'eux. Et qu'elle voit pour la première fois. Bien sûr, il y avait eu l'usine, et tous ces êtres qui avaient perdu tout espoir, toute notion même d'une quelconque joie dans leur vie. Et elle avait eu pitié d'eux, bien sûr. Mais ça s'était arrêté là. Elle n'avait pas prit conscience de plus. Alors que cette nuit, elle le voyait. Ce vide absolu. Dans tous les regards. Et elle savait qu'il était aussi dans le sien. Que ce soir, cette nuit, même elle ne pourrait pas se le cacher. Parce que les bruits s'éteignent petit à petit au fur et à mesure que les urgences sont réglées. Que la main de Jackson est toujours dans la sienne et Adem toujours allongé non loin d'eux. Que la nuit elle-même semble s'éteindre sans laisser place au prochain jour.

Jusqu'à la nouvelle éclate. Et Savannah est entraînée par Jackson avant même de n'avoir compris ce qui était en train de se passer. Vers deux personnes qu'elle ne connaît pas, n'a jamais vu, l'homme qui tape un grand coup dans l'épaule de Jackson, la femme bouleversée. Et les cris qui se font échos, partout autour d'eux, de leurs alliés Phénix, principalement. "Elle est vivante." "Elle est vivante." "Elle est vivante." Et il lui faut encore de longues secondes pour comprendre de qui on parle. Il faut que Jackson la prenne par les épaules, que Jackson exulte soudain de joie pour qu'elle comprenne. Pour que les derniers morceaux d'un puzzle dont elle ne distinguait jusqu'alors pas l'image se mettent en place. C'est de Jane Callaghan dont on parle. La leader des Phénix. La sorcière. Jackson a participé à l'attaque. Jackson n'est pas avec eux. Jackson ne suit pas les saints préceptes d'Oliver Durham. Jackson les suit, eux. Jackson est de leur côté.

"C'est une sorcière, Jackson." Est-ce qu'il a oublié ce qu'ils ont fait ? Est-ce qu'il a oublié ce qu'ils leur font encore, aujourd'hui ? Qu'ils les réduisent en esclavage, à des moins que rien, qu'ils les méprisent tous ? Qu'au fond, les Phénix ne sont pas différents des mangemorts et qu'ils les utilisent simplement comme instruments pour gagner leur petite guerre intestine ? Est-ce qu'il ne voit pas ? Est-ce qu'il ne se rend pas compte ? Et sa voix charrie toute l'incrédulité de voir son frère se fourvoyer ainsi, alors que ses "amis" sorciers se sont éloignés, choisir les mauvais combats. Avant qu'elle ne se dégage d'un geste sec quand enfin elle fini de digérer toutes les informations. Et le regard qu'elle a pour son frère, il n'a jamais dû le voir sur son visage. Du dégoût. De la glace charriée par ses yeux bleus. Et c'est presque en le toisant qu'elle reprend, avant qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit : "Je vais prendre des nouvelles d'Adem. Et je dois rentrer, Mia doit m'attendre. On se verra plus tard, Jacks." Quand elle aura encaissé  peut-être, sans doute. Quand elle ne ressentira plus cet affreux sentiment, la brûlure de la trahison dans sa poitrine. Quand elle aura oublié. Mais pas ce soir.
Contenu sponsorisé
Re: Ex Tenebris Lux ϟ La fin ϟ Sujet des Phénix + Nouvelle Inquisition
ce message a été posté
 :: Royaume-Uni :: Avalon