AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia] ❞
 :: Royaume-Uni :: Avalon
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 163
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Jeu 2 Mar - 15:18
♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠



J'attrape la vieille besace en cuir usé par le temps, la pluie et les coups, pour y placer une tenue de rechange. L'esclavage n'a que des inconvénients, mais nous sommes tous logés à des enseignes différentes. Les désavantages et autres problèmes sont donc des données variables selon les sorciers qui disposent de nous.
Pour ma part, j'ai droit à ces quelques vêtements pour m'entraîner. Histoire d'être décemment vêtu quand je ne combats pas ;

Une fine bruine tombe depuis le début de la journée, masquant toute clarté, comme si le soleil ne s'était jamais levé. Il est déjà couché lorsque je quitte la demeure. Officiellement, je pars rejoindre les autres pantins pour m'exercer. Officieusement, je prends la petite ruelle suivante – en veillant à ne pas être remarqué et en adoptant une démarche naturelle – pour une autre forme d'entraînement.

Lorsque j'entre dans l'établissement humide, un lieu discret où les rebelles moldus comme sorciers se retrouvent parfois, trois personnes à une table sirotent un semblant d'alcool coupé à l'eau – pour être rallongé – et un rescapé des mines lutte contre ses démons, à l'arrière, dans la petite cour.

Je dépose mon sac qui s'écrase dans la poussière et commence à m'échauffer. Douloureusement. Impossible en fait de mouvoir mon épaule librement. Les soins prodigués par les médicomages ont certes permis un rétablissement magique, mais la belle cicatrice que je dois à Savannah est encore très sensible. Les lacérations qui ornent tout le côté de mon corps ne sont en revanche plus que de légères marques de griffures, indolores.

Les articulations craquent, les muscles soupirent sous les mouvements. Je sens déjà naître en mon cœur le tourbillon d'émotions violentes qui m'ont permis de survivre jusqu'ici. Qui me font presque apprécier ces bains de sang ;
L'épisode des mines est encore fraichement marqué dans mes souvenirs. Je fais tout pour supporter, pour me réjouir des êtres sauvés et oublier les perdus. J'ai néanmoins beaucoup de mal à me remettre de la fatigue physique et psychologique.

L'homme semble comprendre que l'endroit est réservé et se retire à l'intérieur. Je ferme les yeux, savoure ces quelques instants de silence et de paix éphémère. Quelques minutes de fausse liberté durant lesquelles je peux ignorer l'emprise de mes maîtres ; ou du moins faire semblant.

Deux trois paroles me font comprendre que Mia est arrivée. J'ouvre les yeux et souris, incapable de comprendre parfaitement les sensations que provoquent ce rendez-vous. C'est encore de la violence, de l'énergie brutalement dépensée, de la sueur et du sang. Mais ces combats, je les ai choisi. Je les apprécie pour ça.
Entre autres.

« ...tu veux boire un coup d'abord ? »

Dis-je en me retournant pour accueillir mon adversaire. Ce faisant, je retire la main de mon épaule. Hors de question qu'elle me sache blessé. Elle le verra bien assez tôt et, pas que je craigne sa compassion, je refuse surtout de lui laisser l'occasion de me narguer.
Danse le Mia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 49
Date d'inscription : 23/02/2017
Célébrité : Krysten Ritter
Crédits : @Mimya

Age : 32 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Un enfant. Le sien.
Dialogue : #CEAFE0

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Jeu 2 Mar - 23:47

«J'men fou, de tout, de ces chaînes qui pendent à nos cous. J'menfuie, j'oublie.. »

C'était toujours le même air qui lui revenait en tête, chaque fois qu'elle parcourait ces dédales de ruelles obscures. Et aujourd'hui comme les autres soirs, ces dernières étaient pratiquement désertes et plongées dans le silence. Mia se fit donc un plaisir de briser ce dernier en chantonnant tout bas cette vieille chanson française, qu'elle connaissait par cœur pour l'avoir entendue des centaines de fois dans la bagnole de son père. Elle se souvenait même suffisamment de anciens ses cours de français pour à peu près en saisir le sens. Le fait que personne d'autre ici ne puisse la comprendre était l'un de ses petits plaisirs personnels. Et oui que voulez-vous, quand on était relégué au rang de gentil toutou bien dressé, on prenait son pied comme on pouvait. Le plus souvent avec pas grand chose. Même si ce pied là n’égalait en rien celui qu'elle allait bientôt prendre. Probablement dans le bide.

Cela dit, contrairement à ce que son côté mélomane du soir laissait supposer, Mia était loin d'être sereine ou détendue. En fait n'importe qui lui prêtant plus d'une demi seconde d'attention aurait immanquablement remarqué la tension dans ses épaules et la rigidité de sa démarche. Son visage lui  aussi était fermé même si c'était en réalité sa tête de tous les jours. Quelqu'un qui ne la connaissait pas aurait sans doute changé de trottoir. Sauf un sorcier, généralement,, ces derniers se contentaient d'ignorer son existence. De toute manière, l'endroit où elle se rendait n'était pas fréquenté par ces derniers. Ni pas grand monde d'ailleurs. D'où sont intérêt. L'odeur qui y flottait rappelait vaguement la bouse sur les champs de chou au printemps et avait de quoi donner la nausée. Sans parler de l'insalubrité des lieux. Non, vraiment cette partie de la ville était on ne peut plus glauque. Mais ce n'était  pas grand chose à supporter pour quelqu'un comme elle. Surtout si cela lui donnait l'occasion d'être enfin tranquille, de s'évader pour quelques heures loin de la pression de leurs regards hautains. D'un mouvement de la hanche, elle fit repasser son sac en bandoulière derrière elle et bifurqua sur la droite, ses grandes bottes noires lui évitant de finir avec les pieds trempés par les flaques d'eau croupie. Elle aurait presque pu retrouver son chemin les yeux fermés.

Cette petite escapade nocturne était en réalité le moment de sa semaine qu'elle attendait avec le plus d'impatience. Un peu comme un lycéen aurait attendu le week-end pour aller danser, draguer et se murger en boîte de nuit. Sauf qu'elle ne buvait plus de rhum coca et que sa « danse » était plus addictive. D'ordinaire, elle trépignait d'impatience en pensant à l'odeur de la sueur, au tiraillement de ses muscles, au frisson électrisant de la violence. Et peut être un peu aussi au régal pour ses yeux. Elle aurait pu en avoir honte, mais elle était tout de même un être humain, avait des hormones et était coincée toute la journée dans un manoir peuplé de femmes. Elle était au contraire plutôt satisfaite d'avoir toujours réussi à se contenter de regarder le menu. De toute manière, elle était trop fière, trop têtue et trop fauchée pour déraper d'une autre façon. Mais aujourd'hui, elle n'avait absolument pas la tête à ça. Les derniers événements, dont elle digérait toujours mal d'avoir été exclue, obscurcissaient ses pensées et la rendaient particulièrement nerveuse. Le combat de ce soir allait sans doute lui faire beaucoup de bien. Elle espérait simplement qu'elle ne s'emporterait pas trop, car la tension qui grimpait dans ses veines était toute prête à exploser et l'évacuer d'un coup risquait fort d'être dangereux. Enfin, surtout pour elle.

Elle finit par arriver près du vieux bâtiment, suintant d'humidité nauséabonde dont la porte tenait à peine sur ses gonds. Comme toujours, elle était pile à l'heure. Elle poussa la porte en faisant jouer le vieille poignée, dans un geste poli par l'habitude.

« Bonsoir les bourrés. »

« Salut Mia! Tiens t'as encore rétrécie ? »

Elle adressa un splendide geste de la main au barman. Du genre obscène. Il partit dans un grand rire bourru pendant que Mia posait tranquillement sa veste sur le comptoir. Elle prit quelques secondes pour s'étirer un peu. Elle surprit d'ailleurs un moldu de la Nouvelle inquisition en train de l'épier discrètement. Elle préféra se dire que c'était parce qu'elle était en train de s'étirer en t-shirt moulant blanc à manche courte, plutôt que parce qu'il se demandait pourquoi elle n'avait pas montré le bout de son nez dans la dernière opération. Ces conneries de frustration et de culpabilité ne comptaient visiblement pas lui lâcher la grappe. Elle coupa court à cet échauffement et slaloma entre les chaises pour se diriger vers l’extérieur.

« On est pressée ma belle ? »

« Tellement que j'hésite à te mettre poliment mon poing dans les dents. »

« Ah, non merci ! je passe mon tour. Je tiens à mes dents..et à ma virilité. »


Elle s'autorisa un léger sourire, malgré son humeur maussade. Par ici, les gens savaient qu'il valait mieux ne pas trop la chercher. Même si certains lui faisait quand même parfois le plaisir de la narguer, lui offrant le doux plaisir de pouvoir les remettre à leurs places. C'était d'ailleurs comme ça que tout ça avait commencé avec Adem, songea elle en en ouvrant la porte pour tomber sur ce dernier. Elle avait l'impression que cela faisait une éternité, mais ça  ne remontait pas à si loin en fait. Les grandes lignes du récit de Savannah à propos de la mine lui revinrent à l'esprit. Elle réalisa soudain qu'elle se sentait étrangement plus légère que quelques secondes auparavant. Elle savait très bien pourquoi et cela lui arracha un rictus. Refoulant cette pensée, elle alla s'asseoir sur le banc près du mur pour retirer ses bottes noires et posa son sac par terre au passage, hésitant une demi-seconde dans sa réponse. Elle finit par hausser les épaules et lança suffisamment fort pour que le barman l'entende.

« J'appelle pas vraiment ça des verres, mais c'est pas comme si on avait mieux sous la main. Seulement c'est pas te saoulant que tu réussira à me battre.  »

Elle ne pouvait vraiment pas s'empêcher de le chercher. C'était plus fort qu'elle. Ce qui était relativement con sachant qu'il était lui aussi, beaucoup plus fort qu'elle justement. On lui avait déjà fait remarqué qu'elle était un peu masochiste en plus d'être casse-couilles et cruelle. Mais ça faisait du bien. Alors pourquoi s'en priver ? De toute manière elle ne pouvait pas progresser en combattant des petits maigrelets incompétents. Et puis ces rendez-vous secrets n'auraient pas eu la même saveur sans ce genre de piques. Elle le dévisagea une demi seconde de trop à la recherche d'éventuelles blessures, avant de détourner rapidement les yeux et de se redresser en chaussettes. Putain, qu'est ce qu'elle détestait être aussi transparente, elle aurait pu se coller des baffes. Elle n'avait qu'une envie, lui mettre une droite pour penser à autre chose. Mais après tout ce par quoi il était passé, elle pouvait bien lui accorder le temps d'un verre. Agacée par son propre comportement, elle prit sur elle et se dirigea tranquillement vers le comptoir sans lui adresser un regard de plus.

« Deux verres et je te laisse tes dents? »


« D'accord. C'est bien parce que t'as de beaux yeux, mais le deuxième sera pas gratuit.»


Elle fit claquer sa langue, agacée et se pencha pour récupérer dans la poche de sa veste de quoi payer sa commande. Elle détestait vraiment ce genre de remarques et son sourire en coin la mettait hors d'elle. Mais elle avait déjà quelqu'un à cogner, pas la peine de se farcir toute la clientèle. D'autant que si elle se lâchait maintenant, elle aurait du mal à s'arrêter. Elle posa les pièces sur le comptoir, puis s'appuya contre le rebord du bar, tapotant ce dernier du bout des doigts en jetant un regard interrogatif à son collègue.

"Si t'as un truc qui ressemble à de la vraie bière, envoie."


Mia profita aussi de cette petite pause pour attacher ses cheveux avec l’élastique attaché à son poignet. Il y était resté toute la journée et il lui laissa une jolie marque violette dans la peau. Celle-ci partirait cependant bien plus vite que les prochaines. Elle tourna la tête vers Adem, tout en finissant sa manœuvre et prit une bonne inspiration. Autant dégager directement le sujet qui l'emmerdait le plus.

« Bon, toujours pas mort on dirait ? Ça tombe bien j'avais un peu peur de devoir rentrer en un seul morceau.»

Elle resta aussi neutre que possible, son habituel sourire narquois aux lèvres, dissimulant sans souci son malaise et sa curiosité. Devoir mentir tous les jours aidait tout le monde à devenir un bon menteur. Mais il lui était plus compliqué de se mentir à elle-même alors qu'elle connaissait la part de vérité qui se cachait dans ce genre de moqueries.

Beaucoup trop de vérité à son goût.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 163
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Dim 5 Mar - 15:55
♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠



Silhouette chétive, regard fatigué, las, la voix irritée et la patience à fleur de peau, je retrouve là ma Mia. N'importe qui pourrait s'y méprendre. Une jeune femme apparemment si fragile est, à première vue, une proie idéale. Pourtant, et malgré son statut d'esclave, je ne lui trouve rien de frêle.
Mia détient une force certes invisible, mais très efficace.
Sa rage.

J'entends les quelques présents la taquiner comme les bons tas d'hormones en ébullition qu'ils sont. Je souris, amusé par les répliques qu'elle articule avec précision et justesse. Rien qui ne vexe les railleurs cependant. Nous ne sommes pas en terrain ennemi, et ils la savent piquante ;

Mia paye la première tournée et je m'arrangerai pour régler la seconde, d'une façon ou d'une autre. Il doit me rester quelques pièces des derniers combats. Les paris représentent le seul avantage de pouvoir m'offrir - rarement - un coup à boire.

« Bon, toujours pas mort on dirait ? Ça tombe bien j'avais un peu peur de devoir rentrer en un seul morceau.»

Je la fixe en silence, attrapant le verre que le chef me tend. Prenant une légère inspiration lourde de douloureux souvenirs refoulés, j'acquiesce, amer.

« Toujours pas mort. Mais je ne te garantis pas d'être aussi puissant que d'habitude. »

J'exagère, bien sûr, mais autant rentrer dans le jeu de nos duels. Je perds rarement la main durant nos combats mais les coups reçus sont nombreux et toujours précis. Mia est une bonne combattante, je ne la sous-estimerai jamais.

« Si tu tiens tant à souffrir, tu aurais du venir. »

Oui, je cherche surement. Voici ma curiosité : où était-elle pendant notre tentative dans les mines ? Je ne lui souhaite aucune souffrance et savoir qu'elle est toujours sauve est rassurant. Il n'empêche... ne sommes nous pas une rébellion ? Ne faut-il pas être solidaire ?

J'avale une gorgée après avoir jeté un regard décourageant à l'indiscret qui tendait l'oreille.

Les raisons de la demoiselle lui appartiennent. Si elle veut m'expliquer néanmoins, je ne dirais pas non. Après tout, si n'avons jamais vraiment défini notre relation, elle s'apparente à quelque chose de sympathique... Non ? Elle pourrait se confier, je sais être une oreille amie.

« Enfin, tu ne te sentais peut être pas prête à affronter les vrais dangers. »

Moi ? Provocateur ?
Je hausse un sourcil taquin et quitte le tabouret que j'ai squatté une minute pour prendre la direction de la cour.
Aller.
C'est l'heure.
Danse le Mia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 49
Date d'inscription : 23/02/2017
Célébrité : Krysten Ritter
Crédits : @Mimya

Age : 32 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Un enfant. Le sien.
Dialogue : #CEAFE0

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Mer 8 Mar - 22:47



Mia savoura la caresse familière de la mauvaise bière sur sa langue, descendant pratiquement la moitié de son verre tout en soutenant le regard et le silence d'Adem. Elle savait que le sujet était délicat. D'après le peu d'informations que son amie lui avait rapportées, l'opération avait virée au cauchemar. Elle lui laissa la temps de choisir ses mots. Ou non. Elle ne forcerait jamais quelqu'un qui préférait se taire à parler. Certains ne savaient que très mal exprimer leur angoisses par les mots. Elle était bien placée pour le savoir. Et elle était surtout très mal placée pour se montrer insistante.

« Toujours pas mort. Mais je ne te garantis pas d'être aussi puissant que d'habitude. »

L'amertume dans ses mots était palpable. Elle reposa son verre, laissa son doigt glisser pensivement sur son rebord, puis lui lança un sourire moqueur. Ses yeux, eux, étaient plus sombres qu'à l'accoutumée. Elle ne pouvait cependant se résoudre à abandonner ce rituel ridicule. Sans doute était-ce là un moyen de se rassurer. Ou simplement d'oublier ce qui la dérangeait. De fuir. Comme elle en avait tellement l'habitude, songea t'elle avait acerbité.

« Tu veux dire que je vais encore gagner? »

Elle essaya de retrouver parmi ses souvenirs, un combat qu'elle aurait véritablement gagné contre son adversaire. Elle n'en trouva pas. Cela avait peut-être dû arriver un jour, mais au final ça n'avait pas beaucoup d'importance. Ce qui comptait à ses yeux c'était de devenir plus forte, c'était cette dose d'adrénaline euphorisante qui la secouait à chaque combat, c'était tout simplement de se battre. Chacun sa drogue après tout. Au final, Mia préférait largement dépendre de ce genre de choses que d'un maître qu'elle n'avait pas choisi. Elle reprit une gorgée. Sa remarque l'arracha à ses réflexions.

« Si tu tiens tant à souffrir, tu aurais du venir. »

Son visage se figea un bref instant, tandis que son regard se faisait plus distant. Elle sentit quelques chose la tirailler dans le fond de sa poitrine. Puis laissa échapper un sourire amer, du coin de sa lèvre, baissant finalement le regard.
Oui. Elle aurait du. Loin d'être idiote, elle entendait bien la question dans ce reproche. Elle avait cependant la sensation extrêmement déplaisante que toutes les réponses qu'elle pourrait donner ne seraient au final, que des excuses. Mia hésita longuement, finit son verre et le reposa sans faire un bruit. Sa gorge la brûlait et elle savait que l'alcool n'y était pour rien. Une nouvelle fois, elle observa l'homme en face d'elle. Quelque chose lui disait qu'il ne la jugerait pas. Elle ne le connaissait pas depuis si longtemps, pourtant. Mais son instinct ne la trompait que rarement. Et malgré les risques, il avait toujours été là lorsqu'elle en avait eu besoin. Sans compter sur le fait qu'il avait protégé son amie, alors qu'elle ne l'avait pas pu. Quitte à devoir s'exposer, elle préférait le faire auprès de quelqu'un comme lui. Elle prit une inspiration lente et profonde. Sa voix resta bloquée dans le fond de sa gorge. Un rire nerveux lui échappa. Exposer ses faiblesses était vraiment la plus difficile des choses qu'on pouvait lui demander. Seulement il lui faudrait bien les affronter un jour. Mieux valait tôt que jamais.

« J'aurais préféré. Savannah aurait dû rester à la maison. Mais je ne pouvais pas l'empêcher de se battre. On y passe tous à un moment ou à un autre... »

Sa voix était basse, simple, dénuée d'artifices, pleine de doutes. Honnête pour la première fois depuis longtemps. Elle n'avait pas essayé de camoufler la cruauté de cette pensée. Elle n'essayerait pas davantage de se justifier. Envoyer les gamines se battre à sa place, elle ne pouvait pas faire grand chose de pire. Sauf que sa petite Sav' n'était plus une enfant. Elle avait besoin de trouver sa propre force. Mia ne pouvait pas la protéger. Elle ne pouvait protéger personne de toute manière. Ce qui ne l'empêchait pas d'essayer. Elle le fixa calmement, attendant la colère ou le reproche, comme une punition méritée. Elle se faisait pitié parfois. Jouer les esclaves lui faisait vraiment prendre de mauvaises habitudes.

« Enfin, tu ne te sentais peut-être pas prête à affronter les vrais dangers. »

La pique et le ton railleur l'extirpèrent de ses pensées noires et la ramenèrent dans un terrain plus familier, un domaine où elle avait pied. Tant mieux, elle allait avoir besoin d'équilibre très bientôt. Un sourire plus sincère se dessina sur ses lèvres et son regard laissa transparaître une certaine gratitude avant de laisser place à l'ironie.

« T'as jamais été enseveli sous des tonnes de béton seul avec un sorcier et t'as jamais été mis sur youtube en train de chanter Yellow Submarine complètement bourré. Qu'est-ce que tu sais du vrai danger ? »

Une référence bien naze. Comme toujours. Mais le plus drôle restait le fait que c'était à peine une blague. Peut-être que si c'était à refaire, elle aurait préféré affronter deux ou trois mangemorts que de chanter de nouveau cette saloperie de chanson devant une caméra. Heureusement, ou malheureusement, ce n'était pas comme si elle risquait de revoir une caméra de sitôt. Les sorciers ne savaient pas ce qu'ils perdaient: ils ne verraient jamais d'idiot se prendre une porte d'abri bus en pleine face, ni de crétin se prendre une barrière dans les couille, ni de chaton jouer du piano en chemise. Vraiment...ce nouveau monde était beaucoup trop triste. La jeune femme se redressa, fit craquer sa nuque, ses épaules, ses doigts. Puis elle prit un air dramatiquement sérieux qui manquait probablement de crédibilité.

« Cela dit, je vais pouvoir t'en donner un petit aperçu.  »

Sur ce, elle lui emboîta le pas en direction de la cour, notant du coin de l’oeil un homme visiblement plutôt ivre, marmonnant des choses incompréhensibles à propos des mines. Certains ne semblaient vraiment pas avoir digéré cette mission. Elle secoua la tête, s'efforçant d’éluder toutes ces questions trop complexes. Les mots allaient finalement céder la place à quelque chose de plus intéressant. De plus viscéral.

Une fois la porte franchie, la jeune femme s'arrêta pour fermer les yeux une seconde et prendre une grande inspiration, avant de se mettre en position. Petit à petit, ce qui la tracassait lui échappa pour céder la place à l'instant. Tout devenait tellement plus simple, plus évident lorsqu'on se laissait emporter par cette ivresse de l'immédiat, du danger. Même s'il n'y avait pas vraiment de danger; ils retenaient toujours leurs coups. Cela aurait été dommage de ne plus être opérationnels pour leurs futurs batailles. Elle sautilla sur ses appuis, ouvrit puis referma plusieurs fois ses poings. Son T-shirt blanc lui collait à la peau. Elle aurait pu en changer, mais malheureusement, elle n'avait pas eu le temps de faire de lessive récemment. De toute manière, le sang se lavait mal, elle finirait probablement par le jeter, d'ici quelques semaines. Elle secoua la tête, quelques mèches rebelles vinrent lui chatouiller le nez, elle souffla un bon coup dessus avant de replonger ses prunelles sombres dans celles d'Adem, l'air parfaitement sérieuse..

« Si je dois y aller mollo quelque part, c'est le moment ou jamais de prévenir. »

Elle n'avait vraiment pas pour habitude de prendre des pincettes. D'ordinaire, c'était plutôt à lui de faire des efforts pour se maîtriser. Elle ne frappait vraiment pas comme une fillette, un accident était vite arrivé et Mia n’avait pas la moindre envie de véritablement le blesser. Elle tenait donc à bien s’assurer qu'il ne parlait que de fatigue lorsqu'il se prétendait moins puissant que d'habitude. Cela dit, il avait tout aussi bien pu lâcher ce genre de remarques pour la pousser à se montrer imprudente, ou simplement pour la narguer. Probablement les deux, le connaissant.

Puis finalement, le combat commença. Ils se fixèrent un moment, cherchant chacun une ouverture dans la garde de l’autre. Elle s’approcha la première, sans doute un peu trop impatiente d’attaquer les choses sérieuses et surtout désireuse de profiter de son avantage pour le déstabiliser directement. Jouer sur l’endurance était de toute manière une mauvaise solution avec une telle différence de corpulence. Il la connaissait suffisamment bien pour la voir venir et ne répondit pas à sa provocation par l’attaque. Elle tenta une autre approche pour le narguer.

« Je te fais si peur que ça? Ou bien t'as peur d’amocher mon beau visage? »

Lancer l’agression la première n’était pas en sa faveur, d’autant que la plupart de ses techniques reposaient sur la défense, mais il ne semblait pas décidé à ouvrir les hostilités. Mia s’avança donc à nouveau pour tenter de lui agripper la nuque. Il parvint à la repousser sans trop de difficultées, puis tenta à son tour de l’atteindre. Elle pivota sur la droite, lui agrippa le poignet riposta en essayant de lui enfoncer violemment son genoux dans le ventre.

C’est à ce moment qu’elle sentit soudain une présence inconnue dans son dos, toute proche. Son instinct de combattante la poussa à relâcher Adem et à s’écarter. Malheureusement, prise au dépourvue et concentrée sur son autre opposant, elle réagit un instant trop tard. Ou peut-être trop tôt. Elle écarta d’un geste brutal et sans retenue le bras de son agresseur, lui fit une clef de bras et le jeta durement au sol. Mais pas avant que le froid de la lame qu’il tenait à la main ne vienne lui entailler la hanche et une partie du flanc droit. Elle laissa échapper un cri étouffé de douleur lorsque la longue estafilade se mit à la brûler, le tissu s’imprégnant de sang à une vitesse relativement alarmante. Elle appuya son genoux sur le dos de l’inconnu, son bras toujours dans sa main, le tenant le plus fermement possible, malgré la faiblesse qui la gagnait et le força à lâcher son arme.

“Bordel de merde! T’es qui ?”

Il lui fallut quelques secondes pour reconnaître l’homme aviné qui se trouvait près de la porte une seconde auparavant. N’était-ce pas un membre de la NI lui aussi? Elle ne le connaissait pas, mais elle avait une assez mauvaise mémoire des visages. Avait-il vraiment cru qu’elle essayait de faire du mal à Adem? La faiblesse dans ses jambes et la nausée qui la traversèrent la tirèrent très rapidement de ses réflexions. Elle réalisa subitement qu’il ne s’agissait pas d’une petite éraflure, au vu de la quantité de sang qui s’écoulait jusque sur le long de sa jambe, teintant la pierre d’une couleur pourpre cramoisie répugnante. Elle refoula une vague de panique. L’entaille n’était pas assez profonde pour avoir touché des organes, mais peut-être suffisamment pour nécessiter un peu plus qu’une compresse. Ce n'était sans doute pas la meilleur des réaction, mais sur l'instant, Mia ne parvint à penser qu'une seule chose.

Elle était vraiment dans la merde.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 163
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Ven 24 Mar - 9:47
♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠



Je m'en veux d'avoir obligé Mia à évoquer de si douloureux souvenirs. Je baisse le regard en acquiesçant. J'ai compris : nous avons tous nos traumatismes. Je ne voulais pas la juger et je sens qu'elle me comprend. Nous sommes dans le même camp, son absence dans les mines m'a surpris.

Nous rejoignons la cour et je l'entends déjà me taquiner. Non, elle n'a rien à savoir de mes difficultés. Je me donnerai à fond, comme toujours. Comme elle. Tant pis si je suis plus faible que la dernière fois : si elle parvient à dominer cet échange, ce sera du à son seul talent.

On peut enfin s'amuser. La violence sans la mort, les risques sans la peur. Se défouler avec la brutalité sans laquelle on ne sait plus vivre, mais se défouler quand même.
Quelques mouvements pour laisser à l'adversaire le temps de se mettre en jambes, de prendre le rythme, aussi, je vois mes combats avec Mia comme une chanson. Une intro pour annoncer les échanges de coups et parades, rimes de couplets qui se répondent, puis vient le refrain.

D'habitude du moins. Les premières touches, la douleur, l'excitation que nous cherchons. Rivalité, défi, concurrence. Mais pas cette fois...

L'homme s'est avancé trop discrètement pour que je le remarque. Ou alors c'est la concentration, voire la fatigue qui a trompé ma vigilance. Je tique seulement quand la miss s'écroule, déjà en sang.

« Putain ! »

Il est plus ivre que moi dans mes plus joyeux arrosage, mais de là à croire qu'une bonne intention l'a motivé, permettez moi d'en douter.

« Je l'ai prise pour une des leurs !!! Elle ressemble à cette sorcière que j'ai vue dans les mines et... »

« Et quoi bordel ? Tu vas buter toutes les femmes maintenant que t'en as vu une avec une baguette ?! »

Je hurle en me jetant sur Mia pour la soutenir. Comment l'aider? Comment secourir et soigner une esclave lorsqu'on en est un ?
La logique qui me traverse l'esprit me tue, mais soit : il nous faut un guérisseur.

« Tu presses ça très fort et tu arrêtes de bouger. »

Je cède mon t-shirt à la jeune femme, exposant mes cicatrices encore fraîches, et m'apprête à éclater le coupable quand je réalise que d'autres esclaves l'ont emmené plus loin pour décuver.

« Ça va Adem, aide ton amie. »

Il me faut un instant pour accepter de laisser passer puis je reviens à Mia.

« Ça va ? Je...tu saignes beaucoup, il faut qu'on trouve un allié. Un phénix. »

À défaut de pouvoir moi même faire de la magie. Rejoindre une planque ou le QG en priant pour qu'un sorcier soit présent...

« Accroche toi, on bouge. »
Danse le Mia
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 49
Date d'inscription : 23/02/2017
Célébrité : Krysten Ritter
Crédits : @Mimya

Age : 32 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Un enfant. Le sien.
Dialogue : #CEAFE0

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Mar 18 Avr - 14:55

L’adrénaline qui palpitait dans ses veines l'empêchait de réfléchir efficacement et elle finit par relâcher sa prise sur son agresseur, une torpeur cotonneuse inquiétante l'envahissant peu à peu. Elle se sentit tomber sur le pavé de la cour, une étrange sensation de ralenti lui faisant tourner la tête. Elle entendit Adem hurler et secouer l'homme qu'elle avait mis au sol. Alors il était bien dans leur camps? Une chance qu'elle ne lui ait pas fracassé le crâne par réflexe, elle se serait retrouvée avec encore plus de problèmes sur les bras. Il ne fallait décidément pas grand chose pour qu'une petite soirée sympa tourne au cauchemar, songea t'elle. Un sourire amer éclaira son visage à cette réflexion aussi triste que familière. Ils étaient tous plus ou moins habitués au cauchemars désormais. Elle tenta de s'appuyer sur son genou pour se relever et une vague de douleur aiguë lui traversa tout le flan, elle serra les dents et laissa échapper un cri rauque et peu flatteur en se rattrapant sur son bras droit. Elle sentit un liquide froid couleur entre ses doigts. Elle savait parfaitement de quoi il s'agissait, mais se mit à sourire face à une constatation parfaitement absurde. Ça ressemblait vraiment à du sirop.

Ce fut le contact d'Adem qui la replongea à nouveau dans la froide réalité.

« Tu presses ça très fort et tu arrêtes de bouger. »

Elle obéit par réflexe, sonnée, serrant le tissu aussi fort que possible sur sa blessure en respirant lentement pour rester concentrée. C'était finalement un peu comme être bourrée. Elle avait de l'entraînement, elle pouvait sans doute réussir à rester lucide et de toute façon, elle n'avait pas franchement d'autre choix.

«Oh vraiment? C'est con j'allais justement faire un spectacle de claquettes! »

Le rire narquois qui lui échappa l'aider à se focaliser. Comme toujours, ce n'était pas du tout,  c'était donc le meilleur, moment de plaisanter. Les yeux fixés sur le tissu s'imbibant lentement, elle passa en revu ses options. Le tour était assez vite fait malheureusement. Si elle rentrait à la maison dans cet état, ses maîtresses la soigneraient probablement, mais elle prenait le risque de se retrouver cloîtrée à la maison et d'attirer des soupçons non seulement sur elle, mais aussi sur Savannah et il n'en était absolument pas question. Elle était prête à assumer les conséquences de son inattention mais pas à en faire souffrir quelqu'un d'autre. Surtout pas quelqu'un d'aussi vulnérable. Elle écarta cette possibilité. Il fallait trouver quelqu'un d'autre pour la rafistoler.

Seulement il leur fallait quelqu'un de confiance. C'était là que les choses se compliquaient. Mia ne connaissait aucun moldu sur Avalon avec des connaissances en médecine ou en tout cas aucun ne lui venait à l'esprit pour l'instant. Quoi qu'il en soit, avant de prendre une décision, il fallait déjà voir si elle pouvait marcher. Elle attendit, dans un geste de fierté totalement déplacé, que son ami soit tourné vers son attaquant et ceux qui étaient venus le ramasser, pour tenter de se remettre debout. Elle se surprit à souhaiter que le crétin qui l'avait plantée souffre encore pendant quelques jours. Histoire qu'elle ne soit pas la seule à morfler pour ses conneries. Franchement, il n'y avait que des tarés dans la NI. Elle la première.

Elle dû se plier en deux à trois reprises avant d'arriver à passer outre la douleur et à rester debout. Elle écarta un peu le tissu pour voir l'état de la blessure. Elle saignait encore pas mal, mais les bords de celle-ci étaient à peu près nets et pourraient peut-être être recousus facilement. Cela dit elle ne se sentait pas en état de faire de la broderie. Sa respiration s'accéléra un peu et elle fit de son mieux pour maîtriser ses tremblements en appuyant la compresse sur la plaie aussi fort que possible. Ce n'était pas vraiment grave, se répéta t'elle, le pire qui pouvait lui arriver était de faire une infection. Mais laisser ça dans cet état n'était pas envisageable.

« Ça va ? Je...tu saignes beaucoup, il faut qu'on trouve un allié. Un phénix. »

L'évidence la frappa comme la foudre. Elle allait devoir demander de l'aide à un sorcier. Bordel. Ses mauvaises habitudes prirent le dessus, trahissant à nouveau l'angoisse qu'elle peinait à maîtriser.

« T'en fais pas, ça va bien arrêter de pisser le sang un jour ou l'autre. Je vais me débrouiller. Puis regarde toi! T'es presque en plus mauvais état que moi. J'aurais vraiment pu te blesser. Il t'a presque rendu service. »

Elle se sentit franchement ridicule. Passer pour une chochotte aurait vraiment dû être la dernière de ses préoccupations en cet instant. Ce qu'Adem pouvait penser d'elle avait-il vraiment tant d'importance? Si c'était le cas, c'était complètement con. L'orgueil tuait beaucoup plus facilement que les blessures. Et puis ce n'était pas tellement son genre de se foutre de la gueule d'une blessée. Contrairement à elle. Elle pouvait difficilement lui en vouloir de lui avoir caché ses séquelles. Quant à se faire aider par un sorcier, elle était bien placée pour savoir que certains étaient dignes de confiance. Mia chancela soudain, grimaça en s'appuyant sur le banc derrière elle et se força à faire taire sa saleté de fierté.

« Bon ok. Je vais peut-être quand même avoir besoin d'un coup de main.  »

« Accroche toi, on bouge. »

Il n'y avait pas d'hésitation dans sa voix, ce qui la toucha plus que ce à quoi elle s'attendait. Elle acquiesça, attrapa son sac, le balança sur son épaule gauche et s'appuya sur son collègue comme elle le pu, serrant toujours son flan droit maladroitement. Elle hésita à lui demander où ils allaient, puis s'en abstint finalement. C'était un peu sa manière de lui montrer qu'elle lui faisait confiance. C'était troublant; faire confiance à quelqu'un. Une vague de souvenir menaça de remonter, avant d'être brutalement coupée dans son élan par la sensation de brûlure qui inondait son écorchure. Sa tête tourna à nouveau et sa voix était plus faible, presque douce lorsqu'elle reprit la parole.

« Désolé... de t'entraîner là dedans.»

Peut-être que tout finirait bien, mais si les choses tournaient au vinaigre, elle n'avait aucune envie de le forcer à raconter des salades, ou de lui attirer des ennuis. C'était toujours le même problème. Avoir besoin des autres mais ne pas pouvoir les aider. Dieu qu'elle détestait ça. Mais la vie elle, s'en foutait royalement de ses états d'âmes. Elle n'avait plus qu'à espérer qu'il savait ce qu'il faisait et que ce n'était rien de trop risqué. Sinon ça lui ferait encore un truc de plus à se pardonner. Et cette coupe là n'était pas loin d'être pleine.

Lorsqu'il s'arrêtèrent sur le pas d'une porte, elle avait un peu perdu la notion du temps. Elle se sentait bien plus légère que d'habitude, elle planait un peu et elle grelottait, ce qui n'était sans doute pas très bon signe. Cela dit, Adem était toujours là et elle était consciente, c'était l'essentiel. Elle releva la tête, l'endroit lui parût étrangement familier, mais elle ne parvint pas à le situer.

« Ça ressemble pas vraiment à une planque...j'espère que tu sais ce que tu fais ? »
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 163
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Mer 26 Avr - 14:13
♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠ ♠


Il faut encore qu'elle fasse la maline. Je soutiens le regard de ma blessée avec une sévérité non feinte afin de mettre un terme à ses commentaires déplacés. Bordel, elle serait capable de se laisser mourir pour ne par être redevable à un phénix ! Comme si nos différends avec les sorciers valaient qu'elle refuse l'aide d'un allié !
Ce que je ferais à sa place ? Là n'est pas la question.

J'aimerai m'assurer que le coupable soit puni mais l'état de Mia ne me le permet pas. Tandis que les autres témoins de l'attaque se chargent de le sermonner, je laisse quelques consignes, sans être sûr qu'elles seront tenues.
Il faut faire vite. Mia perd trop de sang et, honnêtement, je ne sais pas si un sorcier saura soigner une pareille blessure, inutile de la laisser s'aggraver.

Prenant sur moi pour masquer mes doutes, j'entraîne la jeune femme dans les rues sombres et froides.

« Non, je serai plus discret seul. »

Dis-je sans la moindre reconnaissance à l'un des hommes souhaitant m'aider pour porter Mia. Il referme alors la porte derrière moi et nous plonge dans le silence de la nuit.

La serrant contre moi dans l'espoir de lui apporter suffisamment de chaleur, je fais au mieux pour être à la fois rapide et silencieux. Les nombreuses sorties non autorisées m'ont permis d'acquérir une certaine discrétion, néanmoins je reste vigilant. Je ralentis à chaque bruissement, nous dissimulant derrière un mur, sous l'ombre d'un toit ou dans le plus invisible recoin, bien trop inquiété par une éventuelle patrouille ;

Alors qu'elle gémit doucement, je somme à mon amie de rester silencieuse malgré ses douleurs. Il n'y a rien que je puisse faire de plus pour Mia, si ce n'est accélérer. Après quelques minutes de course, je prends garde à la sûreté des lieux puis je nous conduits jusqu'à la devanture d'une boutique.
Seul endroit que j'estime à la fois utile et de confiance : chez Adara. Du moins son établissement.

Quelques coups sur la porte alors que je tiens Mia à un bras, je m'entends supplier.

« Adara ? S'il te plaît, c'est Adem. J'ai besoin de toi. »

Peut elle vraiment soigner une pareille blessure ? Mon épaule fragilisée craque douloureusement et je suis obligé de m'adosser au mur, priant pour qu'il ne soit pas protégé par je ne sais quel sortilège.

« Je suis sûr qu'elle saura réparer ça. »

D'habitude je suis doué pour le mensonge.
Adada sur mon bidet
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t141-adara-dragenvann
Messages : 654
Date d'inscription : 11/09/2016
Célébrité : Rhona Mitra
Crédits : Arse

Double compte : Saïmen Lagides

Age : 35 ans
Sang : basique de rang 2
Statut : Veuve. Enfin pas officiellement.
Métier : Botaniste / pépiniériste
Baguette : Tremble et écaille de dragon, un peu rigide, 29,4 cm
Epouvantard : Une attaque de mandragores
Dialogue : darkturquoise

Re: Rares sont les combats qui ont un sens [Pv : Mia]
ce message a été posté Jeu 27 Avr - 17:01

La journée avait été... Longue. Pas dans le genre contrariante et pleine d'imprévus. Non, juste longue. Elle avait recu sa livraison mensuelle de graines et plants en tous genres était arrivée. Il avait fallu la réceptionner, vérifier, trier, ranger. Fergus avait été mis à contribution pour le rangement, et Jeremiah nettoyait derrière, mais l'essentiel du travail revenait à la sorcière. Et ceci avant l'arrivée des premiers clients. Clients qui n'avaient pas manqué d'être à l'heure et en nombre. Outre ses clients potionnistes habituels, elle avait eu plusieurs herboristes à servir. Quelques particuliers aussi, désireux d'acquérir qui de quoi s'adonner à leur violon d'Ingre en testant des potions d'amateurs, qui de quoi décorer une allée ou un jardin, qui encore un plant pour offrir à la vieille tante pour le déjeuner familial annuel. Et au milieu de toute cette agitation, il avait encore fallu trouver le temps de soigner les plantes qui le nécessitaient. Nouvelle mise à contribution précieuse de Fergus, en charge des arrosages, taillages et rempotages généraux - Adara se réservant le soin aux plantes les plus rares et fragiles -, Jeremiah étant toujours préposé aux taches les plus ingrates comme ramasser les feuilles, ranger les terreaux ou les pots.
Après cette journée de labeur finalement satisfaisante, elle avait octroyé aux deux Moldus l'autorisation de se rendre aux lieux de loisirs qui leur étaient dédiés. Une générosité dont elle n'était pas avare, les deux Moldus se montrant le plus souvent empressés à leur ouvrage - ou dans le cas de Jeremiah, au moins obéissant.
Fort heureusement, elle n'avait pas eu à déplorer de saute d'humeur de son père, celui-ci étant resté tranquillement à l'étage, à faire des collages avec de vieux exemplaires de la Gazette du Sorcier. Adara y avait jeté un oeil le temps d'une pause : Lars avait inventé une histoire sans queue ni tête, mais qui semblait le faire bien rire, et c'était là l'essentiel. Il était allé se coucher paisiblement et ronflait lorsqu'elle était redescendue finir ses taches du jour.

Elle était donc seule, en cette heure de la journée, à assurer la comptabilité, ranger les factures, planifier les prochaines livraisons... bref faire son travail de chef d'entreprise, quand elle entendit frapper à la porte de la boutique. Aucun client ne venait plus à cette heure, et les éventuels proches - rarissimes - ne passaient pas par la boutique mais par l'entrée de l'étage, leur entrée privée. Elle fronça les sourcils et s'apprêtait à ignorer les coups avec un haussement d'épaules - qu'ils reviennent aux heures d'ouverture ! Rien ne pouvait être si pressant - quand elle s'entendit appeler. Une voix d'homme, qu'elle n'identifia pas - l'épaisseur de la porte étouffant passablement le son - mais qui se fit connaitre de lui-même. Adem... Adem ?!
Livide, elle bondit de sa chaise et se précipita à la porte. Que fichait-il là ?! La pointe de plaisir - étrange - qu'elle avait ressentie en l'entendant était fortement noyée dans la terreur que lui inspirait sa présence à sa boutique. Adem n'était pas un fugitif. Il appartenait à un sorcier - même si Adara ignorait qui - qui ne serait sans doute pas ravi que son Moldu se ballade n'importe où. Plus, Adem était membre de l'Inquisition de Durham, Morgane savait ce qu'il pouvait bien vouloir : ils étaient peut être alliés pour l'instant, mais les choses pouvaient changer, non ? Même si cette idée ne la réjouissait pas vraiment, allez savoir pourquoi...

Quoiqu'il en soit, elle ouvrit la porte pour se retrouver face au Moldu tenant dans ses bras une brunette visiblement pas très fraiche. Adara marqua un temps d'arrêt avant de se ressaisir.
" Bordel de goule, Adem... " Souffla-t-elle. " Qu'est-ce que tu fous là? Non, ferme la et rentre ! Si on te voit ici, on est dans la merde de troll jusqu'au cou ! " Elle attrapa Adem par là où elle pu et le tira à l'intérieur. Puis, après un bref coup d'oeil dans la rue pour s'assurer que personne ne les avait vu, elle ferma la porte derrière Adem et son chargement.
" Qu'est-ce qu'il se passe, par Morgane ? " Elle avisa soudain l'équipée : Adem peu vêtu - elle se sentit légèrement rosir - et pour cause, puisque ce qui ressemblait à un vêtement était imbibé de sang, sans doute perdu par la brune. " Helga nous protège... " Souffla-t-elle. " Pourquoi tu l'as amenée ici ? " Sans etre accusateur, le ton était franchement surpris et un brin paniqué car elle ne voyait aucune raison à leur présence dans la boutique.
 :: Royaume-Uni :: Avalon