AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Shape of you ϟ Scylla ❞
 :: Portoloin :: Au-delà
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mar 7 Mar - 0:08
Les rythmes latinos bourdonnaient dans ses oreilles. Son corps, comme incapable de se résoudre à arrêter de danser, s’agitait encore. Impossible de ne pas taper du pied en rythme ni de pianoter de façon nonchalante sur le comptoir du bar. Pourtant Merlin seul savait qu’il avait besoin d’une pause, et de boire. Graziella, et les quelques pas de salsa qu’elle s’était évertuée à lui apprendre, l’avaient épuisé. En dépit de l’heure tardive, et des quelques râles chauds de l’air marin, il faisait dans le club une chaleur étouffante. Les manches de sa chemise étaient relevées, dévoilant un bronzage naissant, quant aux boutons de son col, ils avaient démissionné pour cause de canicule. Pourtant, au milieu de cette atmosphère chaotique et oppressante, Nero se sentait bien.

Il y avait quelque chose de surréaliste à se trouver juste là, accoudé, tranquille, posé devant le bar, à s’amuser sans que personne n’y trouve rien à redire, en Colombie. Après toute une vie d’errance et dissimulation forcée, Nero appréciait à sa juste valeur ce luxe là. Encore, qu’il y a encore quelques semaines le Callaghan broyait du noir à la simple idée de participer à la tournée du Chimeria Horror Show. Lorsque Jane l’avait envoyé à Avalon, Nero avait nourri l’espoir naïf qu’il pourrait dormir plus d’un mois au même endroit… Les Selwyn en avaient décidé autrement. Encore une fois il jouait les romanos de service, à ceci près que les tentes avaient ici été supplantées par des roulottes. Son rôle consistait principalement à aider à l’installation du camp, la mise en place du chapiteau, et à se murger autour d’un feu le soir venu. Si la seconde partie n’était pas une réelle partie de plaisir, sa vie de prolos campeur phénix l’avait rendu de fait particulièrement efficace pour la première. Quant à la troisième partie, l’alliance Fuller-Callaghan l’avait préparé toute sa vie pour ce genre de mission. Et la potion était finalement passée. Nero s’y était fait, avait même pris plaisir à voyager sans avoir avoir à éviter les villes, et toutes formes de civilisations. Difficile, toutefois, de ne pas penser à Lizzie. Il avait envie de partager chaque découverte, chaque souvenir avec sa sœur ainée. Il ne savait même pas où elle se trouvait en ce moment. Vers Avalon ? Londres ? Etait-elle seulement encore en Angleterre ? Cette ignorance avait quelque chose de cruel. Loin de tout, et de tous pendant cette tournée Nero demeurait sans nouvelle de sa mère, ou de Jane. Jane, qu’il avait quitté si pale et encore chancelante. S’il leur était arrivé quelque chose, il ne l’apprendrait qu’à son retour. Déprimant. Quand ces mauvaises pensées traversaient son esprit sa gorge se faisait sèche et la téquila nécessaire.

Ce n’était pourtant pas pour cette raison que le sang-mêlé avait déserté le camp ce soir pour gagner le club « El canto de las sirenas ». Non, bien que cela ait tout à voir avec Jane. L’Ordre avait fait en sorte que ce voyage impromptu serve ses intérêts, Nero jouait donc les messagers. Il devait le plus discrètement possible rencontrer des phénix locaux pour leur transmettre quelques informations. Celle essentielle étant que «Jane Callaghan était bien en vie n’en déplaise à ces putain d’enculeurs d’arbres de bouffeurs de morts. » Pour se faire, Nero se basait sur le réseau de connaissances phénix établi lors de… je vous le donne en mille… TOUTE SA VIE D’ERRANCE. C’est ainsi qu’il avait eu rendez-vous avec la belle Graziella. Rencontrée dix plus tôt, lorsqu’ils avaient été amené à traverser l’Atlantique pour trouver refuge en Amérique. Lors de leur halte en Colombie, ils avaient pu compter sur l’indéfectible soutien de la famille de Graziella. Phénix pardonnés, mais toujours phénix. Il lui avait fait part de la bonne nouvelle, la cacophonie du club offrait une parfaite barrière sonore à leurs conversations. Puis les deux phénix avaient bu à la santé de Jane Callaghan, trinqué – enfin pas trop fort non plus – avant que Graziella ne l’entraine se déhancher sur des rythmes de Salsa. Nero avait eu alors la certitude que le monde serait un endroit nettement plus beau, si toutes les missions pouvaient ressembler à ça, plutôt qu’à celle d’Aberfan et Westray. D’autant plus que la jolie Colombienne était restée inchangée, fidèle à ses souvenirs de préadolescent. À douze ans, Nero avait été charmé par ses courbes. La beauté de dix-sept qu’elle était à l’époque l’avait trouvé « mignon ». Dix ans après, maintenant que cinq années n’étaient plus un gouffre infranchissable, Nero entendait bien arracher à ses lèvres pulpeuses d’autres adjectifs moins insipides. Ses mères étaient loin : RÉOUVERTURE DE LA BOITE À FUN.  

Les deux mojitos qu’il avait commandé claquèrent sur le comptoir, ses yeux cherchèrent Graziella pour ne tomber que sur… LA KARK. Visible comme un éruptif au milieu d’une nursery. Sa chevelure rousse irradiait au milieu des tignasses brunes latines. Sa peau diaphane s’affichait comme la preuve indéniable de son sang anglais. Son expression indéchiffrable était la marque de sa caste. Nero aurait souhaité l’ignorer, qu’il ne l’aurait pu, tant Scylla Kark tranchait au milieu de ce bar colombien de seconde zone. Il avait de toute façon gravé ses traits dès l’instant où il avait appris son nom : Kark. La conjonction en quatre lettres de ce qui avait mutilé sa famille. Alors comme ça le cygne pâle qui se trouvait trop bien, trop Kark pour se mêler aux propres gens de son cirque, allait s’encanailler dans des bouges colombiens ? Intéressant. Une graine de malice venait d’éclore dans son esprit embrumé d’alcool. Et si plutôt que lui rendre le dédain dont elle avait fait preuve à son égard depuis près d’un mois, il profitait de l’occasion ? Engager la conversation pourrait peut-être lui permettre d’obtenir des informations, ou bien de la dévoyer un peu… La virginité était tellement surestimée chez ces bouffeurs de morts…

Bien sûr sa mère lui avait mille fois répété de ne pas s’approcher des très teigneux Kark, m’enfin le Cygne Pâle n’était pas Mervyn Kark, ni son excité de fils. Quel mal pourrait-elle bien lui faire ? Nero avait trop confiance à son habituel sourire pour douter un seul instant. Sans penser un instant à Graziella, il prit les deux verres et s’installa juste à côté de la Kark, avant de faire glisser un des mojitos en face d’elle. Le sourire en coin qu’il lui accorda rendait obsolète toute explication supplémentaire.«J’ai bien peur que nous n’ayons jamais été formellement présenté. Je suis Nero Turnbull, je porte des choses et en fait exploser d’autres dans votre cirque. Je suis ravie de faire enfin votre connaissance, Scyl-la.» Il avait prononcé ces deux syllabes comme on déguste un bonbon, un sourire canaille au bout des lèvres. Sa main droite tendue vers celle de la sang-pure, n’attendait qu’un geste de la Kark pour cesser de palper le vide. Le jeu venait de commencer, et le souaffle avait quitté son camp.
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mar 7 Mar - 2:32
Shape of you
Nero & Scylla

Le Cygne Pâle était rarement convoqué dans le bureau du directeur. Thanatos avait beau être son oncle adoré, il ne lui accordait que peu de traitements de faveurs. En-dehors des petits cadeaux matériels qu'il lui faisait de temps à autre, du reste, elle devait s'entraîner aussi dur et travailler autant que n'importe quel autre artiste. L'excellence ne pouvait rimer avec népotisme, en ça, les Selwyn avaient toujours été d'une extrême intransigeance. De fait, si vous étiez sommé de vous présenter devant l'hydromancien, soit il avait une tâche d'importance à vous confier, soit ... Et bien, vous pouviez déjà lancer un failamalle. Considérant qu'elle ne possédait aucun talent qui puisse être exploité à l'extérieur d'une scène et qu'elle n'avait, aux dernières nouvelles, commis aucun impaire, Scylla se demandait ce que son aîné pouvait bien lui vouloir. Bien qu'elle eut sa petite idée sur la question. Une idée fort déplaisante.

" Tu m'as demandé, Oncle Than ? " Elle avait frappé les trois coups réglementaires et avaient poussé le battant de la roulotte à sa réponse. Il l'avait salué d'un affectueux baiser sur le front avant de se rassoir dans son fauteuil de maître. Une antiquité à petites roulettes gigantesque, héritage de son arrière grand-père, Phileas. " Oui, ma douce, en effet ! Figure-toi que nous n'avons pas eu l'occasion de discuter depuis ... Et bien ... " Les traits de Thanatos s'étaient défaits. Soudain, il faisait terriblement son âge et la jeune femme avait envie de le prendre dans ses bras. Néanmoins, elle s'abstint. Si elle se laissait aller, elle craignait de ne pas résister elle-même au torrent d'émotions qui la dévastait ces dernières semaines. " ... Depuis le départ de ta mère. " termina-t-il malgré tout, digne dans sa douleur. Il n'arrivait pas à croire qu'Esmé ait pu tout abandonner. Sa sœur était si forte, si résistante ... Nombriliste et excessive, également. Du moins, elle l'avait été. Avant la naissance des jumeaux. Ses démons l'avaient-ils à ce point rattrapé ? Au regard du parchemin qu'elle avait laissé, il semblait que ce fut le cas. " Je crains qu'il n'y ait pas grand-chose à en dire. " répliqua-t-elle avec plus d'aigreur qu'elle ne l'aurait voulu. Son oncle ne méritait pas ses mauvais sentiments. Il était si bon avec elle. " Comment te sens-tu ? " Il avait eu le bon goût de ne pas relever son ton. Pour autant, ses prunelles brillaient d'un éclat qu'elle lui connaissait bien. Malgré sa mansuétude, elle sentait qu'il avait quelque chose derrière la tête. " Très bien. S'éloigner de l'Angleterre et de sa pluie est excellent pour le moral. " mentit-elle, allant jusqu'à forcer un sourire qu'elle voulait enthousiaste. Depuis le temps, elle aurait dû savoir qu'on ne pouvait pas tromper Thanatos Selwyn si aisément. " La mélancolie est un horrible ennemi. Tout comme son double nommé tristesse, d'ailleurs ! " philosopha-t-il tranquillement, son regard se perdant derrière elle. Elle ignorait quels souvenirs l'habitaient et avait bien assez à faire avec les siens pour vouloir les connaître. Probablement repensait-il à toutes les embuches qui avaient pavé son existence jusqu'ici. La défection de sa sœur avait dû ranimer de vieilles blessures. Ce qui ne l'empêcha pas d'en revenir à elle, un léger sourire ourlant le coin de ses lèvres. " Je ne suis pas triste, Oncle Than. " " Évidemment que tu ne l'es pas. C'est beaucoup plus compliqué que ça. " Elle ne trouva rien à répondre. Finalement, forçant le silence qui s'était installé, il se leva et vint la prendre par les épaules. " La Colombie est un de mes pays préférés. Si lisse en apparence, flirtant avec le vice sous le vernis ... M'est avis qu'il serait fort dommage de ne pas profiter de tous ses bienfaits, qu'en penses-tu ? " Tout d'abord, elle l'observa, sans comprendre. Puis, elle comprit le sous-entendu. " Je suppose, oui. " Il l'étreignit affectueusement avant de la relâcher. " Passe une bonne soirée, ma douce. " Elle acquiesça et tourna les talons, encore un peu secouée par cette courte discussion.

Implicitement, usant de ses demi-mots habituels propres à cette famille qui en faisait bien plus qu'elle n'en disait, son oncle venait de lui donner sa bénédiction. Une chance à, peut-être, enfin saisir.

-¤-


L'or blanc tournait autour de son annulaire. Une course tactile menée par son pouce tandis que les minuscules tailles du diamant lui griffait la phalange. Pourtant, bien que ce fut sa bague de fiançailles qui la tortura ainsi, Scylla ne pensait absolument pas à Saïmen. Les réminiscences du bel égyptien était resté au Royaume-Uni, tout comme lui. Elle n'avait déjà plus en mémoire le matin de son départ, où il s'était présenté au Manoir, l'air pressé. Tant d'événements avaient eu lieu ces dernières semaines qu'elle avait oublié de le prévenir qu'elle devait partir en tournée avec le Chimeria. Alors qu'il accourt à Avalon, son écrin sous le bras, il y avait peu de chance qu'en ces lieux, elle souhaite s'en embarrasser.

Car la rousse s'était emparée de la proposition de son aîné. Après avoir erré un moment dans sa roulotte surchauffée, après avoir vérifié que ses Bébés n'avaient besoin de rien, puis finalement conclu qu'elle était d'une inutilité crasse dans ce Cirque quasiment vide - naturellement, qui aurait voulu rester confiné quand toute une ville et sa mer s'offrait à eux ? -, elle avait hésité à écrire une lettre à son frère. Renoncé. Réessayé. Et s'était agacée. Non seulement elle ne savait que lui dire, mais en plus, ses muscles étaient fébriles, faisant corps avec sa tête pour lui hurler qu'ils en avaient soupé de son indolence. Hors des grilles, un monder entier s'ouvrait à elle ! Un monde qu'elle avait craint toute sa vie, qu'on lui avait interdit d'arpenter seule, qu'elle n'avait, soit-disant, aucun besoin de découvrir. Qu'elle s'amuse donc sur son fil et avec ses créatures, si cela pouvait lui passer le temps ! Celui-ci viendrait assez tôt où elle devrait raccrocher le tutu et se ranger aux côtés de son époux. Ensuite, elle ferait des enfants et continuerait de sourire. Jusqu'à ce que la mort la sépare de cette torture, destin de toute bonne sang-pure qui se respectait. Elle avait soupiré à cette perspective. Ce qui, encore un mois auparavant, lui paraissait comme un honneur, lui donnait désormais des noeuds à l'estomac. Et d'aucun savait que seule une autre activité pourrait aider à échapper au marasme.

Scylla se croyait invisible. Après tout, son père l'en avait parfaitement persuadé depuis sa naissance. De fait, il ne lui vint pas à l'idée que lorsque ses collègues avaient parlé, tout excités, du fameux El canto de las sirenas, ce bar en bord de plage où l'on pouvait se côtoyer sans aucun risque, sans brigade magique pour casser l'ambiance, ils étaient parfaitement conscients qu'elle pouvait entendre. Et qu'ils s'en moquaient. Parce qu'ils avaient confiance en elle, tout comme la réciproque était valable. Elle ignorait simplement ce point. Les dénoncer ne lui traversa pas l'esprit. Au contraire, elle ne se rappela de cette conversation que pour s'en saisir à ses propres fins. Un endroit où elle ne serait ni une Kark ni une Selwyn, ni la tête d'affiche de quelque show ? Une aubaine. Exactement ce qu'il lui fallait. De toute façon, n'y ferait rien de mal à part apprécier les lieux et se fondre dans la masse. Ce n'était pas comme si elle avait l'intention de s'y compromettre d'une manière ou d'une autre.

La tête dodelinant en rythme avec les notes rondes et chaudes de la musique qui l'entourait, paupières closes, ses doigts battaient la mesure sur le bois de la table où elle s'était installée. A l'écart, comme toujours. Avalon ne s'était pas construite en un jour. Un verre vide trônait devant elle, sa longue robe fluide d'un rouge profond, croisée sur son buste et ne dissimulant rien de ses pieds nus, se soumettait à peine à la légère brise de cette fin de soirée. Nul n'était venu l'importuner, si l'on exceptait Joaquim, le serveur avec qui elle avait échangé quelques mots en espagnol. Elle crut d'ailleurs que c'était lui qui revenait, afin de lui proposer autre chose à boire. Ses sens commençaient à ressentir les deux verres qu'elle avait vidé durant cette dernière heure. Ses réflexes, en revanche, étaient intacts, à en croire l'agilité avec laquelle elle rattrapa le mojito qui apparut devant elle. Elle ne rouvrit pas tout de suite les yeux. Il lui fallait assimiler la voix intruse et son propriétaire. Sortir de sa bulle et accepter de retourner sur terre. Laisser résonner la délicatesse avec laquelle il avait prononcé son prénom. " Je sais qui tu es. " répondit-elle simplement sans regarder Nero. Elle ne voulait ni paraître hautaine, ni mystérieuse. L'ivresse la rendait un brin lunaire. Un instant plus tard, elle daigna tourner le menton vers le technicien, saisissant la main qu'il lui tendait. Une main chaude, franche, assurée. Un frisson étrange lui parcourut l'échine, aussi préféra-t-elle retirer la sienne. Un peu trop lentement à son goût. " Tu es l'un des manutentionnaires. Et l'un des apprentis pyrotechniciens. Les effets que tu as proposé durant la dernière répétition étaient très intéressants. " Elle lui offrit un sourire qu'elle voulait aimable mais qui lui donna plutôt un air mutin, défrichant ses traits trop lisses. Sans en prendre la mesure, elle avait répondu à celui, malicieux, du brun. " Tu as perdu ton amie ? " Non contente de l'avoir remarqué au Chimeria, semblait-il qu'il ne lui avait pas échappé sur la piste non plus. Peut-être parce qu'entre deux transes, elle s'était surprise à envisager de se joindre à la foule de danseur, elle aussi. Décidément, elle ne se ressemblait pas beaucoup, ce soir.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mar 7 Mar - 22:21
Nero n’aurait pas dû se sentir flatté. Ce n’était que des mots, prononcés par un être qu’il n'estimait même pas. Pourtant, son sourire s’était élargi dans une franche expression de fierté. Il mit sa propre réaction sur le compte de la nouveauté. Ce n’était pas tous les jours qu’on vantait sa capacité à exploser proprement et artistiquement des choses. La passion du boom se cultivait dans un cercle fermé, entretenu par Obbie. Mais Nero pouvait difficilement avouer à Scylla Kark que ses talents d’artiste de la dynamite, lui venait d’un phénix fugitifs moustachus. Par ailleurs, la dernière chose à laquelle il pensait bien maintenant était son mentor de père. Le fugitif se contentait de l’écouter parler, se laissant aller à une contemplation minutieuse. Il avait décelé les notes d’alcool dans son timbre, bien avant que son regard ne se fige sur la sensualité de ses lèvres charnues. Observation hypnotique. Son regard avait coulé le long de sa gorge, pour se perdre définitivement dans les rondeurs féminines que laissait entrevoir le décolleté de la Kark. Apprécier la marchandise mangemort, ne faisait pas de lui un traitre… Non ? Et puis, elle le cherchait un peu la Scylla Kark. Cygne Pâle, Cygne Pâle… Colle en ‘V’ plongeant sur peau pâle, sa robe était une invitation à mater, non ?

Il fut arraché à sa brève contemplation lubrique par l’innocente question. Elle avait donc repéré Graziella. Ses sourcils s’étaient haussés dans une expression de surprise ravie, il avait tourné la tête en direction de la piste de danse. Graziella se déhanchait en rythme avec un bellâtre qui, il devait l’avouer, dansait bien mieux la salsa que lui. Il posait également ses mains sur des parties du corps de la colombienne bien trop privée, pour qu’il s’agisse d’Ernesto sont cousin au second degré. Ses traits se chiffonnèrent un instant. Graziella ne rouvrirait sans doute pas pour lui ce soir la boite à fun. Cela dit le Chimeria ne mettrait pas les voiles avant trois jours, il aurait tout le loisir de retenter sa chance. Fort de cet espoir, il conserva son sourire mutin, et toute son attention se focalisa de nouveau sur Scylla. «Non, pas perdue. Je crois plutôt qu’elle m’a semé… voir remplacé.  » D’un mouvement d’un naturel désarmant il effleura du bout des doigts la joue de la Kark pour diriger son regard vers Graziella et l’opportun qui ne s’appelait sans doute pas Ernesto, et qui n’était sans doute pas son cousin… ou son frère.

Nero se recula presque aussi vite qu’il s’était approché pour s’adosser au comptoir, faisant ainsi pleinement face à la piste de danse et offrant par la même occasion son meilleur profil à la Kark. Il plaqua le dos de sa main sur son front dans une posture au mélodramatisme exagéré avant de fendre dans un soupire d’un non moins théâtrale : «Ah ! Femmes volages ! » Le sourire qui s’était fané le temps de sa pitrerie avait aussitôt ré éclos. Dans un rire, il se fendit d’un mensonge trop gros, pour qu’il ne crut un instant qu’il soit gobé. «  Vous me croyez, si je vous dis que c’est l’histoire de ma vie ? » Il dodelina de la tête, content de sa blague douteuse, avant de se redresser, et planter son regard dans celui de la mangemort. «  Il va, maintenant, falloir que je me console. » Il la dévisagea un instant, sans rien ajouter d’autre, juste pour l’effaroucher un peu, juste pour lui laisser le temps de se faire la mauvaise idée…

« Mais c’est pour ça que ceci existe, non ?  » D’un signe de la main il pointa les deux mojitos, soulevant ainsi le malentendu qu’il avait délibérément créé. «  C’est bien pour ça qu’on a inventé les mojitos, n’est-ce pas ? Pour consoler les esseulés.  » Il attrapa son verre et le souleva en l’air. «Je propose donc qu’on trinque ! À quoi souhaiteriez-vous trinquer, Scylla ? Au Chimeria ? À la Colombie ? Ou aux esseulés chanceux ?  »
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mer 8 Mar - 1:46
Shape of you
Nero & Scylla

Quelques minces gouttes de sueur perlaient le long de sa nuque, oppressée par la masse de sa chevelure rousse, boucles cascadant dans son dos nu. Elle ne s'en était pas embarrassée jusqu'ici, probablement pour la bonne raison qu'elle n'avait pas grande conscience de son corps avant que quelqu'un ne lui rappelle qu'il existait bel et bien. Sa silhouette et elle n'étaient plus très accordées depuis que les mains de son géniteur s'étaient emparées de son cou, marquant sa peau de cercles violacés. Depuis que cette main, laquelle avait cessé de triturer le solitaire, avait ôté la vie d'un Phénix alors que tout danger vital était écarté. Pas plus depuis que cette bouche avait hurlé à s'en briser la voix. Jour après jour, le Cygne Pâle s'était désolidarisé de sa chair et ses représentations s'en étaient ressenties. D'après elle, en tout cas. Même la scène n'avait plus cette intensité euphorique, cette dimension catharsique. Quant aux Fauves, ils lui répondaient avec moins d'entrain, comme s'ils sentaient que leur maîtresse s'était perdue quelque part entre Tintagel et Aberfan. Entre le Manoir et le Cirque. Plantée au milieu d'un carrefour, au lieu de choisir sa route, elle avait tout simplement renoncé et attendait qu'on lui indique le chemin, ainsi que sa famille l'avait toujours fait à sa place. Sauf qu'elle ne parvenait plus à les entendre.

Alors que faire lorsque votre esprit lui-même se révélait sourd aux déterminismes habituels ? En inventer d'autres. S'emparer de nouveaux repères. Un geste pouvait faire office de boussole, pour peu que l'on sache utiliser l'allégorie adéquate. Et semblait-il que la jeune femme trouva la recette quand elle sentit les doigts du technicien sur sa joue. Un mouvement innocent en apparence mais qui la ramena totalement au poids de son enveloppe. Sur le moment, ne sachant comment interpréter cette émotion, elle se contenta de regarder dans la direction qu'il lui indiquait. La sculpturale brune avec qui elle l'avait surprise un peu plus tôt s'était trouvée un nouveau binôme au déhanché pour le moins ... Intéressant. De l'endroit où elle était, elle recevait les ondes de leur connivence bien plus qu'artistique. " Il a un certain charme, il faut le reconnaître. " crut-elle bon de répliquer, en revenant à Nero. La tragédie feinte qu'il mit dans son commentaire suivant lui arracha un nouveau sourire, tout comme la question purement rhétorique suivante. Elle ne prit pas la peine de le contredire tant le jeune homme lui-même ne paraissait pas y croire. Elle doutait très franchement qu'il fut souvent repoussé, ou du moins, que cela l'affecte plus que de raison. De toutes les manières, en quoi était-ce supposé la concerner ? Elle aurait déjà dû prendre congé. Elle n'avait que trop tardé dans cette antre où sa présence relevait de l'absurde, à offrir sa conversation à ce simple employé.  « Il va, maintenant, falloir que je me console. » Et soudain, sa raison battit en retraite, fleur à la baguette, désarmée par cette belle dose de culot.

Il ne fallait pas s'y méprendre : Scylla n'était pas tout à fait ignorante en matière de flirt. Elle avait beau respecter les préceptes de la hiérarchie du sang et les bonnes moeurs, elle était aussi un être humain tout à fait normalement constitué qui avait vécu ses premiers émois. Le château de Poudlard avait accueilli - et accueillait encore - des relations naissantes, souvent cachées derrière quelques tentures ou aux détours d'une volée de marches. Elle avait connu son premier baiser, les prémices hormonaux propres aux adolescents et l'appréhension d'un regard ou d'un sourire. Sauf que ses amies et elle s'accordaient sur la question, à quelques exceptions près, les jeunes gens de leurs rangs étaient quelque peu insipides. Quand ils n'étaient pas laids, tout simplement. Saïmen et son amourette puérile mise à part, on ne pouvait pas dire que son palpitant ait battu la chamade pour l'un de ses prétendants de même sang. Les basiques étaient un peu moins stricts, cependant, avec le nom qu'elle portait, elle n'avait pu envisager de mettre au jour une relation quelconque. Elle aurait fait honte aux Kark et pensait-elle, aux Selwyn - si elle savait hm. Elle en était restée aux moments volés, envolés à peine éclos. Le poids des valeurs pesait trop lourd pour qu'elle s'engage dans quelque chose de plus dangereux. Courageuse mais pas téméraire.

Sauf qu'à Poudlard ou dans les bals donnés par sa tante, il n'y avait aucun garçon ressemblant à Nero Turnbull. Aucun qui n'aurait osé l'aborder avec tant de nonchalance, de naturel et d'assurance sans craindre les œillades en coin ou un retour de bâton. Elle ne pouvait pas prendre l'excuse de l'ignorance, puisqu'il savait parfaitement qui elle était. Et il ne lui faudrait surtout pas espérer s'en trouver, plus tard, lorsqu'elle réaliserait dans quel jeu elle avait accepté de placer ses pions. Ou bien, elle pourrait accuser cet alcool sur qui il reposait soudain son sous-entendu, mais cela lui paraitrait bien maigre. " Pourquoi pas à tout cela à la fois ? Ainsi qu'au tutoiement ? " interrogea-t-elle à son tour, s'emparant du verre qu'il lui avait offert. Ses prunelles n'avait pas quitté celles du brun un instant, indéchiffrables. Mais brillantes. Luisantes, plutôt. Difficile de savoir ce qui lui passait par la tête depuis qu'elle lui avait accordé son attention. Pensait-elle à la moiteur de l'air ? Aux effluves marines donnant cette saveur si particulière aux cocktails ? A la passion qui habitait tout l'endroit, de ses clients jusqu'aux instruments des musiciens ? Ou au charisme indolent, enveloppant, de son interlocuteur ? Quoi qu'il en fut, elle leva à son tour sa boisson, les verres émettant un bref tintement. Comme annonciateur d'une nouvelle manche. Une gorgée plus tard, alors que les degrés lui chatouillaient agréablement l'estomac, la demoiselle laissa son regard dériver brièvement vers la Colombienne dont la bouche disparaissait désormais contre celle de son hidalgo. " Qu'attends-tu pour lui rappeler qu'on n'éconduit pas Nero Turnbull sans le regretter amèrement ? " Par le Lord, Miss Kark, quelle audace ! Etait-ce une invitation qu'elle lui lançait là ? Semblait-il que oui, au regard de la manière dont elle reposa son verre, se levant avec une lenteur féline dans un froissement de mousseline rouge. Dos à la foule de danseurs, ses pas reculant l'amenaient néanmoins vers ce qui faisait office de piste. Ses iris toujours rivées à celles du pyrotechnicien.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mer 8 Mar - 18:07
Il avait acquiescé, montrant son aval d’un simple sourire. Un autre parmi les milliers de sa panoplie. Trinquer à tout et à rien lui plaisait, abandonner le vouvoiement guindé, auquel on ne l’avait jamais habitué, encore plus. Grandir parmi les phénix avait ceci de bon, à se juger tous égaux, on ne se considérait jamais comme étranger, supérieur ou inférieur. Le tutoiement était automatique, avec Nero en tout cas, qui à l’aise en toute circonstance l’employait sans réfléchir. En Australie, il avait dû apprendre les codes artificiels de cette société sorcière prétentieuse qu’il devait infiltrer. Se juger par le sang, avait autant de sens pour Nero que de tenter un tour du monde sur les mains.  Il avait vouvoyé la Kark de mauvaise grâce, parce que son sang imposait cette marque de respect. De même, si Scylla avait choisi de ne pas lui rendre cette politesse, Nero en bon basique 4 n’aurait eu qu’à courber l’échine et accepter de se faire traiter comme un moins que rien. Le plus dur aurait, sans doute, été de résister à l’envie de lui rétorquer « HEY MORUE ! TU TE PRENDS POUR QUI ? » Que Scylla sacrifie le vouvoiement au profit du « tu », c’était pour elle descendre d’une marche. Elle se mettait à sa hauteur, et ça lui plaisait terriblement.

Il trinqua, et s’empressa de porter le verre à ses lèvres. Il dut résister à boire le cocktail d’une traite à la Callaghan. Entre la danse et le flirt, sa gorge était terriblement sèche et le breuvage sucré n’abreuvait en rien sa soif. Il en était à se demander si commander un verre d’eau faisait viril ou pas, quand Scylla le tira de sa brève réflexion. Il lança un regard indolent à Graziella qui visiblement prenait plaisir à se faire racler le fond de la gorge par un homme qui ne devait être ni son cousin Ernesto, ni son père. Pas franchement de nature jalouse, ni orgueilleuse – quand on est le fils de Scarlett Fuller on évite d’avoir d’égo – il allait se contenter d’hausser les épaules avec indifférence quand elle le stupéfia. L’oie blanche n’était pas si niaise. Déjà, elle quittait le comptoir auquel elle s’était arrimée par confort, sans doute par gène aussi, pour s’élancer vers les danseurs. Elle le regardait fixement, comme pour l’inviter, et Nero sentit en lui quelque chose rugir de plaisir.

« Une bonne raison, je suppose. » Un pénultième sourire coquin s’était dessiné sur un coin dans sa joue, alors que d’un regard il soutenait celui de la Kark. C’était elle, sa bonne raison. Il n’aurait pas dû aimer ça. Scylla venait d’inverser la dynamique de leur échange. Il perdait la main et ça avait quelque chose de séduisant. D’un peu trop séduisant. Il mit cette étrange satisfaction sur le compte du sevrage forcé qu’on lui avait imposé. Le plaisir qu’il prenait dans cet échange n’avait rien à voir avec la mangemort. Rien. Il vida d’une traite son verre, le claquant d’un coup sec sur le comptoir. Avec le même empressement, la rejoint d’un pas, pour mieux prendre sa main et la guider toute à côté du couple lascif que formait Graziella et son partenaire. L’un en face de l’autre, ils restèrent un instant immobiles, les bras ballants le long de leurs corps, ne sachant pas franchement ou placer leurs mains, et sans doute intimidés par ces latinos qui dansaient avec une harmonie sensuelle tout autour d’eux. Nero un brin décontenancé, approcha son visage de l’oreille de Scylla pour lui avouer un fait qui n’avait ici de secret pour personne : « Je ne suis pas à proprement parler un expert en salsa. » Son sourire faussement embarrassé singeait un gène qui n’existait qu’à peine. D’un bras confiant il enlaça la taille de Scylla, la pressant légèrement contre lui. « Je propose qu’on improvise. » Sa main droite chercha celle de Scylla avait une délicatesse insoupçonnée pour la placer sur son épaule. Son regard se heurta à la bague de fiançailles. Une piqûre de rappel, qui ne fripa en rien son sourire. Goguenard, il s’hasarda même à lui souffler de nouveau à l’oreille : « C’est une bien jolie bague que vous avez là. »
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mer 8 Mar - 20:47
Shape of you
Nero & Scylla

Qu'aurait pensé sa famille, ses amis, ou tout simplement une connaissance, si elle avait été surprise ainsi ? Les pieds nus foulant le parquet grinçant, sa silhouette révélant ses courbes sous le fin tissu de sa tenue, nul doute que la plupart se serait demandé d'où lui venait un regard aussi intense mêlée à une volonté allant à l'encontre de sa bonne éducation. Un sortilège de confusion, probablement ! Un désordre passager dû au décalage horaire, à la limite. Qu'il était dommage qu'Esmé et Thanatos l'aient tenu dans l'ignorance vis-à-vis de ce qu'ils étaient, de leurs frasques de jeunesse, avant que les monstres du Chimeria ne déferlent dans les rues anglaises. Avant que l'accord avec les Kark ne sonne le glas de leur impunité. Car si elle avait su, Scylla aurait éprouvé moins de difficultés, et surtout bien moins de culpabilité, à comprendre pourquoi les carcans lui pesaient autant - davantage qu'ils semblaient peser à Ashley, Rowena ou Salomé. L'héritage de son don lui aurait paru moins inaccessible, moins douloureux, plus en accord avec la petite voix qui sommeillait en elle. Et nul doute qu'elle souffrirait bien moins de l'écartèlement qu'on lui avait imposé. Être une Kark ou être une Selwyn. Devenir une grande artiste ou une bonne épouse. L'un ou l'autre, aucune addition possible, pas le moindre compromis.

Du moins, c'était ce dont le Cygne Pâle, petite-fille du Ministre de la Magie, avait toujours été persuadé. Alors pourquoi les complications lui apparaissaient à ce point vaines, en cet instant ? Quel vice la poussait au milieu de l'assemblée turbulente sans qu'elle en éprouve le moindre embarras ? Pour peu que ces questions lui aient vraiment traversé l'esprit, elle les aurait balayé d'un haussement d'épaules. Son désarroi avait enfin plié bagages pour des contrées plus vertes, lui offrant, elle l'espérait, une soirée de répit. A El canto de las sirenas, personne ne périssait sous la baguette de personne, nul ne tentait d'abuser (de) qui que ce soit et le seul abandon toléré était celui de son verre vide sur le bar. Aussi ne s'imaginait-elle pas en meilleur endroit. Ni en plus attrayante compagnie. Nero n'avait guère hésité avant de lui emboiter le pas et bientôt, elle abandonna ses doigts aux siens, se laissant entraîner près de son ancienne partenaire, toujours très affairée à conclure cette soirée en apothéose. En d'autres circonstances, elle aurait trouvé cet étalage dépravant absolument indécent, mais habituellement, elle n'entraînait pas non plus en collègue à l'invitation d'un corps-à-corps. Admettons que c'était l'exception confirmant toutes les règles. " Moi non plus. " avoua-t-elle à son tour, perdant quelque peu de sa superbe. Valses et autres danses guindées mises à part, personne n'avait pris la peine de lui enseigner ce genre de duos. Peut-être que si elle avait eu moins peur de se mêler à la foule éclectique des circassiens, elle se serait sentie un brin moins gauche et désœuvrée. Elle ignorait par quoi elle devait commencer et la proximité des autres binômes l'aurait moins impressionnée. Un instant supplémentaire et aucun doute, Scylla Kark aurait refait surface, la molestant de ses remontrances. Hasard heureux ou communion naissante, le brun vint à son aide, lui proposant de se laisser emporter. Malgré elle, ses joues se creusèrent en un léger sourire de gratitude. Elle tentait surtout de ne pas abandonner toute pensée cohérente à chaque geste de son partenaire. Entre son souffle contre son lobe et maintenant, sa propre main guidée jusqu'à l'épaule du jeune homme, chaque contact lui faisait l'effet d'une minuscule décharge, beaucoup moins désagréable qu'elle l'aurait dû. " Pardon ? " Il l'avait interrogé sur quelque chose, sa phrase emportée par sa concentration. Quand, enfin, elle fit son chemin, elle ne prit pourtant pas la peine de regarder son annulaire. " Oh. Oui. N'est-ce pas ? " S'il l'avait vu, et bien, il ne pouvait ignorer la signification du solitaire. De toute façon, ses fiançailles avec le Lagides n'avaient rien d'un secret d'alcôve. " Et pour ta prochaine question, oui, elle pèse aussi lourd qu'elle y paraît. " Décidément ! Plus les minutes s'égrenaient, plus elle se révélait. Elle n'avait probablement rien deviné du tout : sans doute se moquait-il éperdument de carats que composaient le diamant et encore davantage de la métaphore qu'il représentait. Mais tout aussi certainement avait-elle lâché cette stupide confession sans réfléchir, portée par la nonchalance de son partenaire. Qu'elle soit déjà promise à un autre ne semblait pas l'affecter outre mesure, ce qu'elle trouvait pour le moins effronté. Voire insolent. C'était absolument inédit et rafraichissant.

En toute logique, la culpabilité et sa jugeote auraient dû en profiter pour lui rappeler qui elle était, ses devoirs et ses obligations. Elle embraya le processus menaçant en posant sa main libre sur le flanc de Nero, complétant leur duo encore timide. La funambule en avait assez de craindre le fil en perpétuel mouvement sur lequel elle marchait. Sur le moment, elle  n'avait plus envie de ressentir cette peur de tomber. Tout ce qui l'intéressait était d'assumer ce petit écart sans conséquence. Car elle ne faisait de mal à personne. Pour le moment. " Effet escompté. " murmura-t-elle, sourire malicieux révélant l'esquisse de ses dents blanches. La Colombienne avait cessé son récurage d'amygdales et son regard était tombé sur eux, affichant un air à la fois surpris et ... Elle n'aurait su définir. Amusé ? Moqueur ? Quant à son compagnon, il dévisagea Scylla d'une œillade brûlante. Avant même d'y avoir pensé, elle se rapprocha instinctivement de Nero, leurs torses s'effleurant un peu plus. " Je pense que tu peux encore te remettre dans ses bonnes grâces. " ajouta-t-elle dans un souffle un peu trop court.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Ven 10 Mar - 0:13
«  Ai-je l’air de vouloir me remettre dans ses bonnes grâces ? » Nero avait réduit la distance entre leurs deux visages à rien, de sorte que son souffle caressait les lèvres de la mangemort. Une proximité indécente quand cinq minutes plus tôt le sujet de conversation était la très onéreuse bague de fiançailles de Scylla, mais Nero se fichait éperdument de ce détail. L’absence de sourire, donnait à la scène une solennité qui n’avait pas lieu d’être, et qui disparut presque aussitôt. Le fugitif avait reculé ses lèvres avec la même soudaineté qu’il les avait approchées, pour mieux les faire se fendre d’un sourire facétieux. Ce n’était qu’un jeu. Un jeu, dont Nero entendait bien éprouver encore les limites. N’en déplaise à Graziella.

Scylla prenait les œillades coléreuses de la Colombienne pour de la jalousie, elles n’étaient en réalité qu’un avertissement. La funambule se pensait incognito, elle se trouvait pourtant au milieu de phénix qui avaient appris à connaître leur ennemi. Nul n’ignorait les Kark, ou leurs visages. À la mine de Graziella, Nero avait compris : elle savait. Pire, elle le jugeait. Ses froncements de sourcils sonnaient comme un avertissement, le mouvement de tête lui indiquant la sortie, un ordre de la suivre. Le Callaghan savait déjà ce qu’elle allait lui raconter, quelque chose comme : « TU VEUX MOURIR ?! Mortífagos ! Arrête ça tout de suite ! GRANDIS UN PEU ! ». Comme la plupart du commun des mortels, Graziella n’était visiblement pas joueuse, et incapable de comprendre que tout ça n’était qu’une plaisanterie. Tout ça n’était qu’une future anecdote qu’il pourrait narrer au coin du feu à ses pairs en se pintant, comme l’avait toujours fait sa mère. Scarlett ne se gênait pas pour raconter comment elle avait dépucelé tel ou tel sang-pur, et personne n’y trouvait rien à redire ! Elle avait même déniaisé le propre père de Scylla, alors pourquoi lui ne pouvait-il pas aussi avoir sa propre part dans cette vaste plaisanterie aux dépens des sang-purs ? Oui, il trouvait du plaisir dans la manœuvre, est-ce que cela signifiait pour autant qu’il allait tomber comme un adolescent de la petite-fille du pire ennemi qu’est connu l’Ordre du Phénix ces vingt-cinq dernières années ? Non, il n’était pas aussi naïf. Refusant d’abandonner, il fut fidèle à sa crasse immaturité. Il était joueur, il jouerait.

Se fiant au rythme de la musique, Nero reprit leur danse là où les Colombiens l’avaient arrêtée, chassant par la même occasion l’once de culpabilité qu’avait fait émerger Graziella. La facilité déconcertante avec laquelle leurs pas s’accordaient, rendait la danse agréable, leurs rires, et sourires se faisaient échos. Au bout de trois chansons, le fugitif s’enhardit, faisant virevolter la funambule dans des pirouettes qui la ramenait sans cesse vers lui. Échauffé par la danse, il poussa l’audace à vouloir imiter ses confrères colombiens, en faisant doucement basculer Scylla en arrière.

Seulement, ni lui, ni la Kark, n’avaient l’expérience pour ce genre de manœuvre digne d’un tango argentin. Il sentit Scylla sans doute surprise se crisper dans ses bras, un de ses propres pieds se dérober. Avant même d’avoir le temps d’analyser ce qu’ils leur arrivaient, la mangemort se trouvait à terre, et son ultime geste romantique pour l’emballer tombait à plat. «  Merde  »Il s’agenouilla pour mieux se pencher au-dessus d’elle. « Ça va ? Tu ne t’es pas fait mal ?  »

Ici s'est joué l'avenir amoureux de Nessie:
 
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1238
Date d'inscription : 04/09/2016
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Ven 10 Mar - 0:13
Le membre 'Nero Callaghan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancer de dé ' :
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Ven 10 Mar - 1:46
Shape of you
Nero & Scylla

Cette paire de regards qui convergeait vers eux avait quelque chose de gênant. Ce qui Scylla interprétait effectivement comme de l'envie était en réalité de la désapprobation. Et comment aurait-elle pu s'en douter ? Lors des quelques fois où on lui avait imposé des apparitions à la TVM afin d'appuyer l'aura déjà imposante de la famille Kark, elle s'était toujours tenue en retrait. De plus, sur les affiches mouvantes du Chimeria n'apparaissait que son visage fardé, quasiment méconnaissable. Enfin, elle n'avait pas envisagé une minute que ce que ces collègues considéraient comme un no man's land était en réalité une fourmilière à terroristes. Sa crédulité quant à son statut, son image ou le monde qui l'entourait n'avait pas, elle, eu le bon goût de se faire enterrer sous les gravats d'Aberfan.

Quelque peu déconcertée par le dialogue muet entre Nero et la Colombienne, elle s'étonna presque qu'il en revienne à sa partenaire actuelle avec tant d'aise, son souffle suave caressant les lèvres sèches de ce Cygne désormais plus rougeoyant que pâlichon. Parce qu'elle aurait été bien incapable de déterminer si elle avait besoin d'un grand verre d'eau ou d'un bon seau d'eau froide, aussi vite s'était-elle laissée perturber par les prunelles sombres de Graziella que ces dernières furent reléguées aux tréfonds de sa mémoire. Si la jeune femme n'avait toujours considéré son corps que comme un outil de travail, répétant consciencieusement les gestes et les mouvements que sa mère s'efforçait de lui enseigner, il fallait reconnaître qu'elle ne possédait pas la grâce naturelle de Black Swan. Ou du moins, qu'elle n'avait pas voulu exploiter cette part féline, charmeuse, de ses possibles. Et à quoi bon ? La ligne de son existence était déjà toute tracée, elle possédait tout ce dont le sang-de-bourbe ou le basique de rang trois de base rêvait. Pourquoi rouler des hanches quand l'ascenseur social était déjà bloqué au dernier étage ? Son ambition profonde étouffée, cela n'aurait pas eu de sens. Il lui fallait donc découvrir que chaque instant n'était pas synonyme de calcul, que l'instinct jouait également un grand rôle dans l'aveu de son être profond. Elle s'y attelait assez consciencieusement, à dire vrai. Le balancement presque lascif de ses hanches, le ballet de ses pas calqué sur celui du brun, l'étoffe de leurs vêtements respectifs bruissant tranquillement ... L'entièreté de leur échange lui paraissait inné et mélodieux. Sans faux-accord. Autant elle tournoyait, autant il la rattrapait, la ramenant à lui tandis qu'elle semblait vouloir y revenir à chaque fois.

Jusqu'à la hardiesse de trop.

Tandis qu'elle se sentit glisser, elle sut immédiatement que le verbe n'avait rien de métaphorique. L'instant d'après, elle heurtait le sol dans toute l'immensité de sa disgrâce. Difficile de qualifier d'attrayant une chute aussi ridicule. Aurait-elle connu Elizabeth O'Meara qu'elle aurait soudain éprouvé une embarrassante compassion pour la maladresse génétique et les sourires goguenards des spectateurs de ce massacre. L'inconnu demeurant, elle se contenta de réagir ainsi qu'elle l'avait toujours fait lorsqu'elle tombait. Car cela lui arrivait souvent et depuis très longtemps. Esmé n'étant pas là pour invectiver son imperfection, elle partit dans un rire à gorge déployée. Toute retenue annihilée, elle lui tendit la main de manière à ce qu'il l'aide à se remettre sur ses pieds. " J'ai connu bien pire ! Je suis funambule, tu te souviens ? " répondit-elle tout en redécouvrant le plaisir de la verticale. D'une main, elle repoussa quelques mèches fauves rebelles. En théorie, cette gaucherie aurait dû ôter toute velléité de rapprochement, pourtant, elle récupéra ses doigts, les entrelaçant aux siens. " Réessaie. " intima-t-elle sans se démonter. Les danseurs avaient déjà reporté leur attention sur la musique. On les avait oublié. Scylla, en revanche, ne ratait rien de la mine un brin déconfite de son collègue. " Un échec n'est qu'une erreur de parcours négligeable si l'on prend la peine d'essayer de le rattraper. " Enfin une leçon utile parmi la vanité de tous les préceptes dont on lui avait martelé le crâne. Néanmoins, bien que ses mots puissent résonner comme des ordres pompeux, le ton de sa voix démentait clairement une intention en ce sens. Ses traits étaient ouverts, prévenants. Quant à ses iris, elles n'avaient rien perdu de leur éclat malicieux. Après tout, peut-être le défiait-elle un peu, finalement.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Dim 12 Mar - 14:53
Nero se plaisait à battre le chaud et le froid depuis le début. Son loupé avait des allures de vent arctique. L’histoire autour du feu de camp changeait, le scénario passait de « Et voici mes amis comment j’ai pécho Scylla Kark » à « Et bordel les gueux, c’est ainsi que j’ai failli pécho Scylla Kark».  Graziella serait ravie, la menace était écartée, il ne fricoterait pas avec une mangemort. Tout un enchainement de sourires parfaitement exécutés, toutes ces manœuvres réduites à néant par un ultime coup foireux. Il avait vu trop gros, et la plaisanterie connaissait une mauvaise chute. Au fond, l’événement résumait peu de chose près sa vie. Sa mère aurait été davantage inspirée de l’appeler Icare.

Loin d’en être à s’arracher les cheveux, ou bien de pleurer de larmes de sang, l’apparent échec de l’opération « culbuter le cygne pale » avait fait émerger en lui un bien futile et pourtant bien réel sentiment de déception. Non, il ne se rappelait pas qu’elle était funambule, tout ce qu’il percevait c’est qu’il avait fait se ramasser la jolie fille qu’il avait eu envie d’embrasser. Le rire qui se substitua à la ribambelle d’insultes et de regards courroucés le laissa un instant coi, à court de sourire. Il se faisait l’effet de la voir pour la première fois. La romance rompue il se préparait déjà à ce que la vierge effarouchée, redescende sur terre. Qu’elle retourne à ses beaux principes de la jeunesse sang-pure, et se drape dans sa dignité désenchantée pour passer à quelque chose de plus raisonnable. Mais comme écho de son rire, Nero sentit le fracas de son préjugé volant en éclat se répercuter en lui. À son insu, les rails de son chemin de pensé venait d’être ré aiguillé. Subrepticement, le phénix se laissait conquérir.

D’un geste habile il l’aida à se relever. La Sang-Pure n’avait pas perdue de sa superbe. Pire, ébouriffée elle lui semblait plus jolie encore. Comme libérée d’un carcan qui ne lui convenait pas. Il n’avait répliqué à son assertion que par un insaisissable sourire en coin. Le cygne avait appris à tomber bien avant de savoir voler. La chaleur de sa main avait regagné sa paume avec une facilité déconcertante, plus déroutant encore que la satisfaction qu’il en tira. Parce qu’il avait cru cette proximité perdue, elle en était maintenant que plus exquise. Moins fat, sans doute plus sincère Nero reprit la posture de danseur qui l’avait mené jusqu’à la fameuse chute, à ceci près qu’il pressait encore un peu plus la Kark contre lui. «  Tes désirs sont des ordres, Scylla. » Il inclina la tête dans un signe postiche de sujétion, et s’hasarda à nouveau faire basculer doucement la Kark.... qui termina encore une fois par terre. «  Merde ! Ça paraît si simple quand ils le font à côté ! » La frustration de l’échec, lui avait fait hausser le ton. Il sentit son sang chauffé un peu plus, alors que désormais se scellait entre les deux sorciers une alliance quasi sacrée, venir à bout de ce pas de danse.

Moult fois Scylla s’échoua par terre, si bien que l’attention des autres danseurs reposait désormais sur ces duos pâlichons qui tentait de les imiter. Parfois moqueurs, souvent simplement amusés voir attendris, certains tentaient de leur prodiguer des conseils. Mais leur espagnol était trop bon, et celui de Nero trop approximatif pour qu’ils puissent les comprendre. Si bien qu’en tentant d’exécuter la suggestion qu’il pensait lui avoir été faite, non seulement il fit chuter de nouveau Scylla mais bascula avec elle, et surtout sur elle. La Kark plaquée au sol par ses soins, lui fit songer que s’il n’avait pas été cerné par les admirateurs au milieu d’une piste de danses, la manœuvre aurait pu dériver sur autre chose. Trop audacieux pour se soucier que ses mains aient pu effleurer des parties proscrites de son corps de femme fiancée, il s’était contenter de rire, et de lâcher : « Qu’est-ce que tu disais déjà à propos des erreurs de parcours négligeables ? » Il se releva d’un bond, libérant Scylla de son étreinte. « Allez ! On y presque ! » Encore une fois, il saisit sa partenaire de danse à la taille. Du jeu de séduction émergeait une complicité indicible. Quelque chose se tissait, un lien invisible qui échappait à l’aveugle Callaghan.

Cette-fois ci fut la bonne, Scylla bascula doucement en arrière avec la grâce qui lui était propre, offrant à Nero le spectacle de sa gorge offerte. Penché au-dessus d’elle, comme l’exigeait la chorégraphie, s’offrait à lui la volupté tentatrice de ses lèvres entrouvertes. Il n’avait pas oublié l’idée qui avait titillée son appétit charnel lorsque lui était venu à l’esprit ce pas de danse. Ce n’était qu’une occasion de l’embrasser. Un geste naturel, qui pourtant lui semblait maintenant malséant. Il resta un instant bloqué dans cette position alambiquée qui faisait souffrir son bras, comme pétrifié. Il ne le comprenait pas encore, mais l’anecdote qu’il aurait à raconter au coin du feu prenait une tournure complètement différente. Elle se faisait histoire, et moins rieuse, se métamorphosant en une tragique : « Et voilà, comment je suis tombée amoureux d’une putain de Kark ».
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Dim 12 Mar - 23:04
Shape of you
Nero & Scylla

Pour le Cygne Pâle, il n'était rien de plus naturel que de chuter. Interrogez n'importe quel acrobate du Chimeria, chaque lanceur de couteau ou même un pyromancien, ils vous rapporteraient tous qu'avant d'apparaître sous les ovations d'un public en délire, ils avaient connu les affres des accidents durant les entrainements. Sinon, comment apprendrais-tu ? s'impatientait Esmé lorsque sa petite fille, pleurnichant, la cheville brisée, osait lui demander pourquoi son aînée n'avait pas empêché sa chute. Elle avait cessé de compter le nombre d'os que Mimi avait dû remboiter, les muscles froissés qu'il avait été nécessaire de dénouer. Et que dire de ses pieds scarifiés dont le sang perlait à dix mètres au-dessus du sol tandis qu'elle continuait son chemin laborieux vers l'autre extrémité du fil ? Sans oublier ses Bébés, lesquels n'étaient pas toujours très coopératifs face à leur Dresseuse. Contrairement à Hélios, les réflexes de sa jumelle avaient dû être travaillés jusqu'à ce qu'elle sache se prémunir contre un coup de griffe malencontreux.

Alors ce petit incident, en comparaison, était une vraie sinécure. Il avait aussi le mérite de réveiller la circassienne en elle, la vraie, non l'ersatz mollasson qu'elle présentait trop souvent au goût de son oncle au sortir de la scène. Révéler ce qu'il y avait de meilleur en l'autre et en soi, ne rien abandonner, ne pas se laisser distancer par ses doutes ou ses craintes. Analyser et agir.  « Tes désirs sont des ordres, Scylla. » A dire vrai, ses désirs faisaient plutôt désordre, cependant, loin de le contrarier, la rousse préférait largement abonder en ce sens. Même si, pour ce faire, elle devait rencontrer à nouveau le parquet. " Encore. " insistait-elle, déterminée et inflexible, indifférente aux humeurs grondantes de son cavalier tout en se relevant à chaque fois. Elle devait avouer prendre un plaisir coupable, non loin du péché capital, à le quitter pour mieux retrouver la chaleur de son corps glabre l'instant suivant. Il y avait quelque chose d'enivrant à éprouver cet abandon éphémère en sachant que l'homme en face vous ramènerait toujours à lui, quoi qu'il arrive. Quelque chose comme un sentiment de sécurité. De confiance, également. Ce qui ne faisait qu'ajouter à l'union qu'ils tissaient, resserraient un peu plus ) chaque tentative. Qu'importe que son coeur manqua quelques battements au moment il s'entraîna lui aussi à tester la résistance du parquet. Non, pas qu'importe. Pour peu que leur rencontre ne l'ait pas déjà fait, cette scène marqua un virage brutal dans le chemin qu'elle avait choisi d'emprunter ce soir-là. La proximité d'une danse pouvait longtemps rester innocente, tant qu'elle avançait sans embûches notables. Celle de deux silhouettes allongées pratiquement l'une contre l'autre relevait d'une réelle intimité. Et pas parmi lesquelles l'on souhaitait réchapper. Elle sentait chaque fibre de sa peau répondre à cette complicité, tenter de combler les malheureux centimètres qui les séparaient encore. En demander davantage. " Qu'ils ne doivent pas nous définir ... " articula-t-elle en réponse malhabile à l'interrogation pourtant purement rhétorique de Nero. Seulement, parler fut la seule chose qui l'empêcha de commettre l'impensable. Un impensable auquel elle refusait de donner un nom. Le Cygne Pâle ne descendait plus la pente, elle la dévalait. De son gré plein et entier.

Un semblant de souffle retrouvé en même temps que la réalité de la piste, elle se laissa entraîner plus qu'elle ne l'avait déjà fait jusqu'ici. De marionnette désartibulée à poupée de chiffons, la poupée Kark se voyait insuffler un véritable courant de vie. Comme un nouveau-né respirant par lui-même pour la première fois. Si Nero la guidait, c'était parce qu'elle le voulait bien. A nouveau, tout était affaire de choix. Bientôt suspendue dans leur échange, elle mit un instant à réaliser que seule la brise provoquée par les mouvements des autres danseurs autour d'eux frôlait sa peau nue, et non la dureté du bois. Leurs spectateurs amusés semblaient, eux aussi, happés par la solennité de cette victoire. Une réussite qui goûtait la délicatesse et la lasciveté d'une communion établie. Lentement, sa main droite remonta de l'épaule du technicien jusqu'à sa nuque et d'un mouvement gracile, ramenant sa cheville contre son double, elle retrouva sa position initiale. Le bout de son nez effleurant la joue du brun, elle ferma les paupières quelques secondes. La tête lui tournait. Transportée dans leur duo, elle ne respirait plus que son souffle si près. Tellement près. Les quelques applaudissements de la foule lui rappelèrent où ils se trouvaient. " J'ai ... J'ai besoin d'un peu d'air. " Elle s'écarta à contre-coeur. Sa poitrine se soulevait plus que de raison. Alors que ses traits s'étaient faits impénétrables, un sourire creusa ses joues rougies autant par l'effort qu'à cause d'émotions moins avouables. " Sortons, tu veux bien ? " Ses doigts gauches n'avaient pas quitté ceux de son cavalier et ne paraissaient pas plus désireux de les lâcher qu'une minute auparavant. Son assentiment obtenu, elle l'entraîna vers la sortie. Aux lattes de bois se succédèrent le grain filandreux du sable sous leurs pieds. Un peu plus loin, le ressac mourrait sur la plage, le vent nocturne chargeant des effluves marins bien agréables et son alizé bienvenu. Elle ne put réprimer un soupir de contentement pur. " Cette soirée est magnifique. " échappa-t-elle, toute bienséance oubliée au profit d'une flagrante sincérité. Tout comme le regard qu'elle lui lança trahissait sa pensée. Oui, cette soirée était magnifique et elle le lui devait. Grâce à lui, elle respirait à nouveau.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Lun 13 Mar - 23:22
Il était choqué, choqué de sa propre choquante réaction face à ces entrechocs de chocs émotionnels. Choqué Il avait perdu ses moyens et en cela il ne se reconnaissait pas. Est-ce que la boite à fun était cassée ? Est-ce que l’abstinence avait enraillé la machine ?  Peu préparé à l’idée d’affronter une vérité un temps soi peu dérangeante, il mit son trouble sous le coup de la chaleur mêlée à la foule intrusive, pressante. Sa bouche était pâteuse, la musique qui jusqu’ici l’avait guidé, entrainé bourdonnait désagréablement dans ses oreilles. Il ressentait tout avec une acuité dérangeante, suffocante. Les timides contacts de la peau nue de Scylla contre son visage lui faisaient l’effet de la glace. Sur l’instant, Nero était incapable de dire s’il appréciait ou pas. Il accepta la proposition de sortir sans l’ombre d’une hésitation. Le phénix étouffait, paniquait un peu, se pensait sottement un peu ivre. Il s’accrocha à cette idée. C’était cela, à force de se dandiner dans tous les sens en plein sauna, il avait eu un coup de chaud. Point final.

L’air marin, ébouriffa un peu plus ses cheveux en bataille, rafraichissant son corps et lui arrachant un râle de plaisir ravi. Chassé par la douceur de la nuit le trouble se dissipa, Nero se sentait de nouveau lui-même. Son regard glissa vers l’océan, et son oreille se tendit à l’affut des reflux marins. Il avait toujours aimé la mer, il mettait cette adoration sur le compte de son sang irlandais inexistant. Le fait est, que c’était davantage son étourdissant horizon qui le charmait, comme il charmait tout un chacun. Dans un monde ou par survie il fallait vivre reclus, l’infinité de ces horizons était un salut. Un remède. Le sourire qui s’était perdu quelque part sur un coin de la piste de danse refleurit aussitôt sur ses lèvres. Le Callaghan avait aspiré à une vie de sédentaire, le fait est que c’était dehors qu’il se sentirait toujours plus à son aise. Il commençait à peine à le comprendre.

" Cette soirée est magnifique. "Trop égocentré sur son propre trouble, Nero en avait presque oublié Scylla. Presque. Le contact de sa main dans la sienne n’avait jamais réellement quitté son esprit. Le phénix avait seulement veillé à ne pas le regarder. ! Comme si sa simple vision allait lui refiler des acouphènes ! Ridicule. Presque aussi ridicule que son recul précédant. Il était Nero Callaghan, propriétaire de la plus grande et merveilleuse boite à fun de l’Ordre du Phénix, FILS DE SA MÈRE, ce qui n’était pas peu dire, VOIR FILS DE SES MÈRES, ET FRÈRE DE SA SŒUR, Il n’allait pas laisser trois Mojitos et un climat tropical le mettre à genoux. Pas plus que deux yeux de biches et un contexte vaguement romantique. Il se rangea derrière son goût du jeu, du défi. Sa main se libéra du doux étau dans lequel Scylla l’avait gardée pour gagner la joue rougissante de la Kark. D’une caresse il repoussa quelques mèches de ses cheveux en arrière. « Je la trouve stupéfiante. » lâcha-t-il dans un souffle, alors que déjà il franchissait le pas qui les séparait. Il inclinait doucement la tête près à réparer ce qu’il espérait avait été une erreur négligeable, quand le même doute l’assaillit. Et si il fait tout capoter en allant trop vite ? Si elle lui en collait une avant de jouer la sang-pure drama queen mortifiée ? Une appréhension futile, il était le fils de Scarlett Fuller, le disciple Obbie Kentaro, depuis quand craignait-il de faire exploser des choses ?

Avec l’habileté qui avait causé son exil en Australie, il déposa ses lèvres sur celles de la Kark. Éclatant les malheureux doutes qui avaient osé se heurter à sa stupide témérité. Explosant les conventions sociales ampoulées des mangemorts. Atomisant une part de son âme qui jusqu’ici était demeurée inviolée. Scylla Kark pensait avoir enfin retrouvé son souffle ? Nero venait de lui couper. Par envie, mais surtout par défi.
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Jeu 16 Mar - 22:54
Shape of you
Nero & Scylla

Que ce soit l'une ou l'autre de ses familles ascendantes, la détente n'était pas un mot bien connu par chez eux. Certes, Scylla avait trouvé en sa mère une sorte de mélancolie qui faisait que cette dernière appréciait lambiner sans trop de vergogne, pour autant, la rousse n'avait jamais surpris un autre membre de son entourage s'adonner à l'oisiveté. Hélios s'entraînait sans relâche en tant que futur champion de duel, Calliope trouvait toujours une occupation, Thanatos partageait son temps entre la scène et son bureau où il recevait, noircissait des parchemins ... Et ne parlons même pas des véritables courants d'air qu'étaient Mervyn, Arutha ou pire, Elena. Quant à elle, si elle ne dormait pas, elle était forcément ou au Cirque ou affairée à remplir ses obligations de Kark. Le répit était pour les faibles de corps et d'esprit. La faiblesse ? Inconcevable, allons !

Pourtant, la jeune femme appréciait particulièrement ce moment de calme qui s'offrait à elle. Elle humait l'odeur entêtante des vagues, profitait de leurs rumeurs apaisantes mêlées aux notes de musique s'échappant du bar qu'ils venaient de quitter. Une douce sensation de vide, fleurissant déjà depuis sa semi-fugue du Chimeria, s'ancrait définitivement dans ses pensées. Vides, elles aussi. Là où seule la volupté existait, le marasme ne semblait pouvoir s'installer. L'envie subite de se précipiter vers la mer et d'y plonger, toute habillée, indifférente aux regards extérieurs, la prit de cours. Seulement pour le plaisir de rendre à l'onde sa délicatesse et ses bienfaits. Voire de purifier son âme fêlée, salie, afin de se purifier des actes atroces récemment commis. Peut-être se serait-elle exécutée, portée par ses nouvelles ambitions, mais les mouvements de Nero attirèrent son attention sur une toute autre sorte de sensation. Lorsqu'il lâcha sa main, elle eut l'espace d'une seconde furtive pour se demander ce qu'il se passait. Jusqu'à ce que celle-ci trouve son visage, chamboulant ses perspectives. Elle perçut le cours de ses lèvres cherchant le chemin vers les siennes. Hésitant. Non, Scylla, là, ça va trop loin ! Beaucoup trop ! s'insurgeait sa conscience, offusquée par l'audace de son collègue. N'oublie pas qui tu es ! Et elle aurait dû l'écouter, s'écarter avant de commettre l'irréparable, ou du moins, de s'y laisser piéger. Encore une fois, il était grand temps de prendre congé. Tout n'était pas perdu.

Elle ne bougea pas.

Ce baiser goûtait le sel de la danse et le sucre de la boisson. Il était doux et chaud à la fois. Timide et assuré en même temps. Il n'était pas déplacé, ne débordait pas et n'appelait pas aux doutes. Oui, c'était un beau baiser. A dire vrai, le meilleur qu'on lui eut jamais donné. Parce qu'il semblait absolument fait sur mesure, juste pour elle. Parce qu'il lui donnait l'impression d'être unique et réveillait des sensations délicieuses. Alors, elle le rendit. Quelques secondes, seulement. Juste avant de se sentir atrocement gauche et de craindre pour la stabilité de ses jambes tout à coup ramollies. Elle se détacha du jeune homme, paupières papillonnant et déglutissant avec peine. Un pas en arrière. " Je ... " Je suis désolée ? Elle ne l'était pas. Je dois partir. Ses gestes ne suivraient pas cette injonction, elle n'était pas stupide à ce point pour l'ignorer. Je ne suis pas ce genre de filles. Qu'est-ce qu'elle en savait, au fond ? C'était à peine si elle avait un nom. Je vais me faire disputer. Bon sang ! Elle n'avait plus cinq ans ! Je suis fiancée. A un homme qui ne l'avait pas choisi. " Ce n'est pas ... " Pas quoi ? Bien ? Approprié ? Correct ? Dans ce monde d'apparences, de faux-semblants, où il était bien de définir l'entièreté de l'autre en fonction de son rang social, approprié de fermer les yeux sur la justice au profit du népotisme et correct de ne pas se mêler de ce qui ne représentait pas un intérêt pour soi, lui vint à l'idée que décidément, personne n'avait de leçon à lui donner. Une colère sourde, qu'elle n'avait pas expérimenté depuis sa dernière mission, se mit à gronder, lui secouant les entrailles et l'esprit. Au diable ! scanda la petite bête tapie en ses tréfonds. Cette voix, elle ne la connaissait pas. Pourtant, elle lui sembla familière, comme si elle avait toujours été là. C'était le cas. Elle attendait seulement son heure.

Un pas en avant.

L'étincelle dans ses prunelles s'aviva, se faisant flamme maîtresse. La distance comblée, cette fois par ses soins et de son plein gré, la rousse saisit tranquillement le faciès de son compagnon entre ses doigts et ramena leurs bouches à leur union première. Puisqu'elle semblait y être vouées. Plus de réserve, néanmoins. Sans se préoccuper des conséquences de sa rébellion, elle l'embrassa avec fièvre. Le Cygne Pâle était affamé de cette liberté qu'elle découvrait.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Ven 17 Mar - 22:42
Si Nero se plaisait à clamer haut et fort que son succès auprès des dames était inné, un don hériter de sa gracieuse mère, c’était pourtant un franc mensonge. Aucune bonne fée ne s’était penché au-dessus de son berceau pour lui faire grâce de phéromones magiques faisant tomber toutes les filles. Le Callaghan n’avait même jamais vraiment eu berceau, alors une marraine féeriques…. Il n’avait pas été doté d’un physique d’Apollon non plus. Nero n’était pas Adonis réincarné. Il ne lui suffisait pas d’ouvrir sa chemise pour qu’une à une tombe à ses pieds les dames. Non, son interminable liste de conquêtes se justifiait par une seule et simple raison : Nero osait. Le Phénix s’embarrassait rarement de doutes, n’analysait que peu la situation et ne tournait habituellement pas dix fois autour du chaudron avant d’embrasser quelqu’un. Cette propension à se jeter tête baissée, lui avait valu ses plus douces réussites, ainsi que ses fiascos les plus violent. Le nombre forgeant l’habitude, l’habitude la confiance, l’échec ne lui faisait plus peur depuis longtemps. Enfin, en temps normal. Le phénix avait appris à plaisanter des rebuffades, voir même à les désamorcer pour les tourner à son avantage.

Aussi ne comprit-il pas sa propre réaction lorsque Scylla mit fin à ce qui avait été le plus parfait des baisers. Son cœur avait fait un bond dans sa poitrine, par réflexe il s’était mordu l’intérieur de la joue. Il lui avait fallut reprendre son souffle pour se rappeler qu’il était Nero Fuller Callaghan, pas un petit adolescent qui venait de bisouiller sa première donzelle. Aux babillements incompréhensible de la Kark, il était prêt à opposer un rire un peu forcé. Il avait une blague au bout des lèvres quand Scylla, en fit de nouveau son territoire.

Etait-ce l’abstinence, l’attente qui rendait le baiser aussi enivrant ? Ou bien était-ce simplement le contact de cette bouche sensuelles, de ces lèvres rondes et pleine qu’il avait souhaité cueillir depuis que son regard s’était posé dessus. Tous ses sens en éveil, Nero renouait avec la volupté. Le manque décuplait tout avec une acuité étourdissante. Ses mains répondaient avec la même fièvre s’hasardant en des territoires dont la morale sang-pur réprouvait l’exploration. L’échange ne s’acheva que quand trois compères saouls et aussi bruyant que des chartiers, sortir du bar pour tituber sur la plage, suivis de près par d’autres colombiens. Le bar fermait, et Nero réalisait qu’il avait troquée sa notion du temps en échange du contact brûlant de l’héritière Kark. Dangereux.

L’étreinte l’avait laissé le souffle court, et terriblement désireux de répéter la manœuvre. Les regards extérieurs et plus particulièrement celui de Graziella au loin, l’empêchèrent d’étancher sa soif au bout des lèvres pulpeuses de Scylla.  


«  Damne Scylla… » Souffla-t-il à son oreille avant de se dégager légèrement de son étreinte. «  Tu viens juste de t’échapper d’Azkaban ou quoi ? » Un sourire que la sensualité de l’échange avait rendu euphorique ourla ses lèvres engourdies.  «  Tu m’as presque violé ! » Il fit théâtralement un pas en arrière, avant de secouer sa chemise froissée. Prêt pour de nouvelles cabrioles, ivre de contentement, il lâcha avec la même espièglerie. «  Tu m’as pris pour un garçon facile ?! Mais moi, Madame, j’ai des convictions !   » Faux ! Si Faux ! Il entreprenait maintenant de lui tourner autour comme un prédateur guettant sa proie. «  Mais oui, Madame ! Je ne me laisserais pas abuser par votre sang, ou par le faste de votre lignée, non ! Si vous me voulez, Madame, il va falloir me conquérir, et ce en bonne et due forme ! »
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Lun 20 Mar - 0:20
Shape of you
Nero & Scylla

Parmi le nombre de souvenirs que la jeune Kark avait engrangé durant sa courte existence, certains restaient plus vivaces que d'autres. A titre d'exemple, elle était capable de se remémorer avec une précision redoutable la première fois qu'elle avait marché sur un fil, alors qu'elle n'avait que dix ans. A peine deux ans plus tard, prenant un serviteur à témoin, Hélios et elle, enfants stupides, avaient passé un serment inviolable qui les liait encore aujourd'hui. Elle entendait encore le tic tac gênant de l'horloge dans la salle à manger commune où Mervyn insistait pour que toute sa grande famille prenne son déjeuner hebdomadaire ensemble, et revoyait la mine renfrognait de son père, la mine désabusée de sa mère, ainsi que les traits faussement détendus de Tante Callie tandis que Nilhem tentait une blague qui tombait à plat et que Mervyn Jr voyageait intérieurement vers l'astre lunaire. Chaque repas dominical pouvait être décortiquer par les soins de la jeune femme.

Cependant, d'autres, avaient été occultés. Plus ou moins volontairement, en fonction de l'intérêt qu'elle y avait porté. Après tout, le lot de chaque être humain était de devoir faire le tri dans sa mémoire, au risque de finir, si ce n'était fou à lier, à tout le moins complètement envahi. Le cerveau était décidément une machine formidable, en témoignait la réminiscence qui se rappela à elle au moment où Nero se détacha d'elle, gênés qu'ils furent par l'interruption des badauds nocturnes. Tu n'es plus une petite fille, Scylla. Ta candeur innocente ne suffira pas toujours à les contrôler. grondait Esmé tandis qu'elle appliquait un onguent sur le bras ensanglanté de sa fille sanglotant. La toute jeune fille de seize printemps qu'elle était à ce moment-là l'avait observé, sans comprendre. Le Cygne Noir l'avait fusillé du regard. Je te l'ai déjà expliqué : plus tu grandiras, plus ton don évoluera avec toi. Mais pour ce faire, tu dois t'épanouir, écouter ton instinct et la bête qui sommeille en toi. Si tu te contentes d'être le reflet de quelqu'un, d'une image, ils le sentiront et finiront par t'échapper totalement. Tu n'es pas n'importe qui. Toi et moi savons qu'ils ne sont pas ni décérébrés, ni ordinaires. Tu le sens. Mais on dirait que tu ne veux pas. La rousse avait baissé les yeux, penaude et honteuse. Jusqu'ici, elle n'avait guère saisi - ou, du moins, nié l'évidence - ce que son aînée tentait de lui transmettre. Être Dresseuse, cela signifiait posséder une part animale soi-même. Se laisser guider par des choses intangibles, oublier le rationalisme et l'objectivité. Être une Chuchoteuse était autant un cadeau qu'une affliction, surtout lorsque l'on ne naissait pas dans une famille qui vous permettait d'assouvir votre être profond. Qui vous l'interdisait, en réalité. Thanatos Selwyn l'avait depuis longtemps compris et il avait fallu attendre la disparition étrange de sa soeur pour qu'il prenne le problème à bras-le-corps, envoyant aux oubliettes le principe de non-ingérence auquel il s'était forcé depuis plus de deux décennies. Il avait poussé sa nièce hors de Cirque, à l'exploration d'un monde dont on l'avait privé. Bien qu'il y avait fort à parier qu'il n'en attendait pas tant de sa part.

A dire vrai, le Cygne Pâle non plus n'avait rien espéré de tel. A aucun moment elle n'avait imaginé telle rencontre et encore moins l'ivresse d'un échange aussi ... Puissant. Elle avait ressenti chaque mouvement de lèvres, chaque caresse, avec une exaltation qu'elle ne se connaissait pas ailleurs que sur scène, jusqu'aux picotements de sa peau avide. Elle avait beau chercher la petite voix sage qui retenait tout écart ou se chargeait de lui reprocher sa conduite en cas de manquement, cette dernière semblait être atteinte d'un sourdinam soudain. En lieu et place, elle trouvait un écho lascif et mutin, celui-là même qui avait transformé ses prunelles d'un marron terne en billes embrasées. Preuve en était : l'interruption des clients n'avait même pas eu le bon goût de la ramener à la réalité.

L'idée même que son compagnon soit désormais à deux pas d'elle au lieu de sentir la pression de son torse contre le sien lui faisait mal. Elle ne dut qu'au ton espiègle et badin de Nero de trouver un certain équilibre dans ce retournement de perceptions. L'allusion à Azkaban, contre toute attente, lui arrache un rire. " Que de bien grands mots, Monsieur Turnbull ! " lâcha-t-elle sur le même ton. Les rôles s'inversaient gentiment alors qu'il décrivait un cercle autour d'elle. Elle cherchait son regard, aussi enflammé que le sien. En cet instant, elle se moquait bien des véritables intentions qu'il avait pu avoir, ou avait encore à son égard. Elle n'écoutait que ses intuitions faunes. " Alors, dites-moi donc comment l'on conquiert des terres comme les vôtres ? " Elle prit une pose faussement sage, mains croisées devant elle, menton haut et fier. " Vous comprendrez que la bienséance me refuse de me mettre à genoux pour vous faire la cours. Ce ne serait pas digne d'une dame de ma condition ! " D'un geste de la main, moue faite d'un feint dégout, elle chassa cette perspective comme si la simple idée la révulsait. Qu'il était bon et amusant de singer la haute caste, alors là même qu'elle en faisait partie. " Y a-t-il autre chose que je puisse faire pour répondre à vos désirs, Monsieur Turnbull ? " Tout en posant cette question, elle avait esquissé un pas en avant, alors qu'il arrivait devant elle. Elle ne prétendait pas dompter cette bête-là aussi aisément, mais ... Quoi que. Du charme qui avait été jeté, si elle se fiait à cette fameuse intention, semblait-il qu'elle n'en fut pas la seule victime.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Ven 24 Mar - 23:26
Trop ancré dans la réalité du moment, Nero failli commettre un impair passible de lui ôter la vie. Turnbull Ses sourcils s’étaient presque arqués pour déformer son visage en une moue interrogative. Il ne s’était jamais autant senti aussi Nero Fuller-Callaghan que ce soir, et pourtant, il se devait d’être Nero Turnbull. Il exultait d’une joie libératrice qui le rendait inconséquent de nouveau. Le jeu de rôle dont il se pensait maître lui échappait à mesure que Scylla s’emparait du scénario. Il aurait dû savoir depuis le temps, qu’il n’avait jamais été très bon dans quoique ce soit qui ressemblasse à une machination. Ne jamais penser plus loin qu’à la seconde d’après, avait été un tacite mantra pendant l’essentiel de son existence. Ses récentes résolutions le faisaient se penser plus raisonnable, il se croyait en cet instant machiavélique. N’avait-il pas mené la Kark pile où il voulait ? Son sourire s’étirait à l’infini, ne pouvait rivaliser avec, que son aveuglement sans borne. Un regard de ses mères si elles avaient assisté au carnage aurait suffit pourtant à lui faire comprendre l’étendue de son égarement. Scarlett serait sans doute en train de se frapper machinalement le front avec le plat de sa main en scandant « C’est mon putain de crétin de fils, il a tout pris de moi ! Mon vagin est maléfique ! » Jane plus mesurée serait sans doute en train de planifier un nouvel exil, en écrivant un discours inspirant pour le remettre sur les rails. Eireann, elle, hanterait encore un peu plus son existence en s’évertuant de lui rappeler en traçant des signes dans le sable que fricoter avec des mangemorts vous apporte une guigne qui vous fera mourir avant quarante ans. Mais aucune puissance maternelle n’était là pour veiller sur lui, seule une lune enchanteresse assistait à ce qui ressemblait à la course incontrôlable d’un éclair de feu déréglé. Nero fonçait droit dans le mur, un sourire extatique aux lèvres.

Bien loin de ces considérations anxieuses, le Callaghan excité par les propos qui venait d’être tenus tentait de sonder la naïveté de sa partenaire de jeu.

À genoux.

Comprenait-elle la portée de ces mots ? S’imaginait-elle le galop des idées LUBRIQUES qui s’entrechoquaient dans l’esprit bien trop vif de Nero ? Son sourire se faisait fauve, alors qu’il ne parvenait même pas à déterminer quelle hypothèse il trouvait la plus délicieuse. Scylla lui plaisait, et aussi enivré soit-il, le phénix n’arrivait pas à se voiler cette certitude grandissante. «  Eh bien, Miss Kark, puisque vous faites preuve de raison, et que vous tenez visiblement à me faire la cour en bonne et due forme, je crois que je peux accéder à votre sage requête. » Dans un toussotement tout aussi feint que le ton guindé qu’il avait emprunté, il s’éclaircit la voix pour mieux entamer ses requêtes improvisées. «  Je suis plutôt vieux jeu et conservateur… » Si faux. « … aussi j’aimerais perpétrer une ancienne tradition. Vous connaissez le conte de la Fontaine de la Bonne Fortune ? » Un classique international, comme toutes les fables de Beedle le Barde ! Tous les petits sorciers qu’ils aient grandis comme des manouches ou pas connaissaient ce conte, à ceci près qu’on avait sans doute pas raconté à Scylla la même fin qu’à Nero. Les contes ancestraux avaient été remanié sous le Lord pour davantage coller aux idées du régime. Ainsi le moldu de la Fontaine de la Bonne Fortune devenait un sorcier basique 4, rendant bien plus respectable la petite histoire et vantant la hiérarchie du sang et la possibilité de s’élever. « Et bien comme Asha, Amata, et Athelda, je veux tester trois fois votre résolution. Je ne peux me souiller pour moins de ça ! Aussi, je désire le fruit de votre labeur, un trésor de votre passé, et une preuve de votre douleur… » Le dernier mot se perdit dans un éclat de rire. « Je crois que pour la douleur, l’épreuve a été passée tout à l’heure sur la piste de danse, lors des multiples chutes ! Je considère donc cette étape validée ! Plus que deux ! » Le bar continuait de se vider, on n’entendit bientôt plus que des cracks au loin à mesure que les sorciers transplanaient pour rentrer chez eux. « Alors qu’attendez-vous, Miss Kark ? Je suis prêt à être impressionné. »
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Sam 25 Mar - 23:23
Shape of you
Nero & Scylla

De son enfance chaotique, la jeune femme gardait parmi ses meilleurs souvenirs ces soirs où Helen, l'adorable sorcière qui lui faisait office de nounou, lui racontait une histoire pour l'endormir. Naturellement, il ne fallait pas compter sur sa mère pour s'acquitter de cette tâche beaucoup trop maternelle à son goût. Ses enfants ne s'en étaient pas formalisés et pour cause : la domestique avait d'indéniables qualités d'oratrices. Elle savait moduler sa voix, la rendre tantôt vive, tantôt douce, tantôt effrayée, tantôt enjouée. Une palette d'émotions qui faisait de chaque conte une nouvelle aventure, ouvrait leurs jeunes esprits vers les merveilles de l'imagination. Elle lui devait une partie de son nom de scène, en hommage au Cavalier Pâle de la Grande Ère des Justes. Scylla avait découvert cette légende grâce aux lèvres de la vieille dame et elle avait su, presque aussitôt, que l'un de ses protagonistes principaux avaient été fondu dans le même moule qu'elle. Le côté morbide de la référence lui avait toutefois échappé pendant longtemps. Par la suite, alors qu'elle comprenait le fardeau dont elle s'empesait, elle n'avait cependant pas réussi à se défaire de cette impression de nécessité absolue. Aussi l'avait-elle conservé. Et était-elle devenue le Cygne Pâle. La grâce porteuse de tous les maux.

Pouvait-on être plus éloigné du contenu de la Fontaine de la Bonne Fortune ? Cette fable sur laquelle Nero s'appuyait en cet instant même pour donner une saveur supplémentaire à leur parade quasi nuptiale ? Car le message qu'elle sous-entendait et véhiculait aux belles ouailles, produits de la propagande, était porteur d'un tel espoir. Rien à voir avec la punition de quelconques impies ou à la destruction des moldus. D'ailleurs, la rousse aurait été bien en peine de connaître la fin d'origine et le véritable statut de sang de Sir Sanchance. Pas plus qu'elle ne soupçonnait la réelle identité de son compagnon. Nul doute qu'elle en aurait saisi l'ironie, si elle avait su - après s'être sentie trahie et salie, cela allait de soi. Seulement, toute à son ignorance, elle ne put que s'emparer de la perche - métaphorique - et délicieusement taquine qu'il lui tendait. Après avoir échappé un léger rire aux considérations du garçon concernant ce qu'il lui avait fait endurer sur la piste, elle fit mine de regarder autour d'eux, un index sur sa bouche charnue, semblant en proie à une immense réflexion. " Je ne vois ni ver malin, ni pente raide sur cette plage ... Quelle tâche ardue que vous me confiez là. " Cette fois, elle se tapota les lèvres. " Comment pourrais-je vous convaincre de ma bonne foi, en ce cas ? " Son visage s'éclaira d'un sourire mutin. Évidemment  elle connaissait la réponse depuis l'instant même où il l'avait mise au défi. Son esprit était bien plus vif que l'en qualifiait les mauvaises langues. Bien qu'elle ne fut pas certaine qu'il apprécie les conséquences de son inconséquence. Son doigt quittant enfin son visage, elle lui tendit l'intégralité de sa main. " Je pense pouvoir vous apporter ces deux tâches en une. Mais pour cela, il va falloir me suivre. " Aveuglément ajoutaient ses iris que la flamme infernale n'avait pas quitté. Il va falloir me faire confiance. n'ajouta-t-elle pas. Était ce vraiment utile ? Ils se connaissaient à peine et paraissaient déjà comme deux âmes complétées. Les intentions de la demoiselle se devinaient. Et puisqu'il acceptait les risques, elle referma son emprise sur lui.

Crack. A l'image de leurs comparses d'un soir, ils avaient eux aussi quitté le giron du bar. L'endroit où ils se trouvaient à présent était sombre, chandelles noyées dans l'obscurité d'un lieu indéfinissable, du moins par les yeux. Parce qu'il suffisait d'écouter. De respirer. Parfums fauves. Respirations lourdes, inhumaines. " Lumos. " murmura-t-elle tout en lâchant le technicien. Le bout incandescent de sa baguette s'enfuit de manière à éclairer légèrement, de façon tamisée, la tente dans laquelle elle les avait transporté. Ils étaient au Chimeria. Pourtant, il était de notoriété commune qu'il était impossible d'y transplaner. Sauf que Scylla n'était pas commune et Thanatos Selwyn, bien trop intelligent pour ne pas pouvoir aller et venir à sa guise au sein de sa propre entreprise. Laissant ce mystère en suspens, elle laissa Nero à la découverte de la contrée qu'il n'avait pas dû voir d'aussi près depuis son arrivée. Seul un personnel restreint avait accès à l'antre des Fauves. " Le fruit de mon labeur mais également, pour certains, les trésors de mon passé. " Quelques faciès difformes, animaux, se relevèrent à leur intrusion, des yeux mornes dévisageant les nouveaux venus. La Dresseuse s'était rarement sentie aussi proche de ses Bébés qu'en cette nuit. Leurs émotions étaient à peine distinctes des siennes. Elle dut s'intimer à la sérénité afin de ne pas les réveiller tout à fait. Seule l'une des créatures refusait de retomber dans sa léthargie. Elle s'avança vers elle. Le cerbère à deux têtes, ses pupilles jaunes luisant à la lueur des bougies, fixait le brun avec un intérêt grandissant. " Tu l'intrigues. " se contenta-t-elle d'expliquer, s'étonnant intérieurement de l'attitude du vieil hybride. Et en effet, le chien géant fit courir l'un de ses museaux contre les barreaux, cherchant à humer l'ami de sa maîtresse. L'autre effleurait le cou de Scylla, ronronnant contre son épaule. " Est-ce que tu veux entrer ? " Déjà, ses doigts se refermaient sur la porte de la cage, prête à l'ouvrir d'un ordre muet. Il ne manquait que la témérité de son interlocuteur. Inconsciente qu'elle était qu'elle rejouait là la première rencontre de ses propres parents. Et que s'il consentait, alors Nero risquait de libérer bien plus qu'un simple soit-disant monstre.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mar 28 Mar - 23:14
Scylla avait une prise incroyable sur ses sens. Un instant son corps semblait n’être qu’un brasero indomptable, un autre et tout son être ne semblait plus être qu’un bloc de glace.
La Kark avait accompli l’inconcevable en un transplanage, stopper toute pensée libidineuse dans la caboche cabossée de Nero Fuller. Un exploit que n’aurait jamais espéré voir se produire ses mères, voir qu’elles n’auraient jamais réellement souhaité…. Pourtant tout était bien parti. Fier de son défi, Nero avait eu le temps de s’imaginer tout un tas de scénarios, allant du château de sable à d’autres gages plus audacieux. Défis incluant souvent une nudité mutuelle, et un bain au clair de lune.

Sa surprise c’était affiché sur son visage aussi limpide que ces implacables sourires, lorsque Scylla l’avait fait transplaner. Si l’ambiance tamisée des voilages de tentes l’avait un millième de secondes ravi, l’odeur de fauve lui avait tout de suite confirmé qu’il n’avait pas atterri directement dans les appartements privés de Scylla Kark. Dommage. À la lumière de la baguette de circassienne, Nero découvrait avec un certain effroi dans quel domaine ils se trouvaient. Chez les bêtes. Oh ! Il les avait déjà vu lors de leurs prestations, certaines seulement, en pleine lumière nimbée de l’aura magique que seule sait donner un spectacle bien rôdé. Dans la pénombre de la tente, ces créatures n’avaient plus rien de féérique. Nero n’était pas un être craintif, il répugnait à se montrer couard et encore plus devant des animaux en cage. Pourtant, il ne pouvait taire ses sens qui lui intimait une méfiance à laquelle il n’était pas accoutumé. Tout était néanmoins sous contrôle, Scylla avait une prise sur ces créatures que Nero ne comprenait pas franchement, mais identifiait toutefois.

" Tu l'intrigues. " Nero s’était contenté d’hausser les épaules et de se parer – ENCORE UNE FOIS - d’un sourire, cette fois-ci un brin forcé. Le phénix n’avait jamais été un grand fan des créatures magiques. S’il ne les répugnait pas purement et simplement comme sa mère, qui était allergique à toute sorte de plumes et poils, Nero ne nourrissait à leur égard aucune fascination.

L’insistance avec laquelle le Cerbère l’observait le décontenançait plus qu’il ne voulait le montrer. Ses yeux le fixaient avec une intensité qui semblait faire fondre la couche de mensonges qui maintenaient en sécurité le phénix en ce fief mangemort. Nero aurait mis sa baguette au feu, que la créature savait, que son instinct lui hurlait ce que le Callaghan commençait à comprendre : Il n’appartenait pas à ces lieux, il n’était pas à sa place. Il était un intrus, et le cerbère le comprenait bien plus que ça maîtresse. Pour dissimuler son inquiétude, Nero se cacha derrière une boutade préférant rétorquer de son éternel ton goguenard. « C’est parce qu’il partage les mêmes goûts que sa dresseuse. »

Poussant la bravade à l’extrême il repoussa l’irrépressible envie qu’il avait de prendre ses jambes à son cou, et répondit avec la désinvolture qui le caractérisait si bien à la proposition de la rousse. « Ai-je l’air d’être sorcier à me défiler devant les plus belles créatures du Chimeria ? » Il n’avait accordé aucun regard au cerbère, ses yeux charmeurs n’avaient pour cible qu’une Scylla nettement plus agréable à regarder que ces monstres de foire. Il attrapa sa main pour la suivre, alors que tout en lui lui hurlait de se barrer en courant. Le léger poids de sa baguette dans la poche de son pantalon lui apparaissait comme une présence rassurante, alors que jusqu’ici il n’avait eu cure de cette fidèle alliée. Mais Nero était plus que courageux, il était téméraire. Il refusait de s’incliner face aux dangers. Pire, il refusait d’avoir à raconter à Obbie et Lizzie l’histoire de la fois où il a failli rentrer dans les cages du Chimeria et où il s’est défilé comme un damoiseau affolé. Mû par une sorte de fiertés virile mal placée, et surtout par l’envie de ne pas déplaire à la jolie rousse il pénétra dans la cage aux fauves. « Et maintenant, Scyl-la, que fait-on ? Que fait-on maintenant que tu as terminé mes épreuves, et mis en cage ? » Il avait murmuré ces paroles à l’oreille de la chuchoteuse dans un calme indécent au vu de ses propres tourments intérieurs.
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Mar 11 Avr - 22:40
Shape of you
Nero & Scylla

Au dégout se mêlait souvent la fascination. Et réciproquement. Dès le jour où sa mère lui avait montré les Créatures, elle avait saisi que la voie que celle-ci lui avait destiné sera, à chaque pas, un pavé de plus vers l'enfer. Pas à cause des Bêtes, mais de ce qu'elle représentaient et de l'image qui lui collerait à la peau, telle un vêtement trop bien assorti. Si cette répulsion curieuse avait son petit effet sur scène, qu'elle avait appris à s'en délecter, en-dehors, c'était une autre histoire. La beauté qu'elle voyait en eux était invisible aux yeux communs, à ce point qu'elle supportait mal les grimaces et autres détours de visage qu'elle surprenait, même de la part de ses collègues.

N'était-on pas alors en droit de s'interroger : pourquoi avait-elle emmené son compagnon du moment dans cette tente, plutôt que d'emballer l'affaire dans ses quartiers, seul endroit où, finalement, elle s'imaginait le mieux avec lui ? Parions que c'était une sorte de test. Car la Kark n'avait pas acheté sa place chez les Serpentards. Sous ses airs d'oie blanche - largement justifiés, au regard de sa naïveté -, elle avait, au fond, oublié d'être bête. Les seules personnes pouvant se vanter de sa partialité totale et infinie, étaient sa tante Calliope et son frère jumeau. Du reste, élevée au sein du faux-semblant, elle avait parfaitement conscience que nul n'était qui il présentait en société - à un degré de déni plus ou moins élevé suivant la relation qu'elle entretenait avec la personne concernée. L'idée était que la réaction de Nero la renseignerait sur son être profond. Contrairement à ce que le jeune homme croyait, le Cerbère, Grio de son vrai nom, ne captait aucune malice chez le petit nouveau. Qu'importe qu'en tant qu'animal, il ressentit davantage certaines ondes d'émotion, lui, ne s'en émouvait pas. Grio était vieux, presque édenté et un peu dur de la feuille. Il avait servi à Esmé Kark, puis à son unique fille, comme créature d'entrainement. Alors qu'il était aussi inutile dans une représentation qu'il était devenu un bout de l'âme du Cirque après quarante ans de bons et loyaux services. Autant dire que le garçon ne risquait pas grand-chose. Sauf qu'il n'avait aucun moyen de le savoir. Aussi, sans prendre trop de risques, Scylla l'avait tout de même précipité violemment dans son univers. La question était d'observer ce qu'il ferait de cette petite péripétie imprévue.

Nonchalance un peu moins superbe mais témérité vrillant à l'impossible, la demoiselle poussa la grille et observa le technicien s'introduire dans la cage après une hésitation imperceptible. Elle retint un haussement de sourcils. Et bien ... souffla-t-elle intérieurement, certainement aussi impressionnée par la performance du Turnbull qu'il avait dû l'être en découvrant ses intentions. Elle s'était déjà faite remarques plus pertinentes, mais là, rien d'autre ne lui vint. De mémoire, elle n'avait pas croisé autre qu'un Dresseur s'enfiler avec aussi peu de crainte près d'un chien infernal de deux mètres cinquante. Thanatos en personne ne les approchait guère que de loin. La mine stupidement béate, elle se reprit lorsqu'elle dut le suivre, la main toujours plantée dans l'une des encolures du cerbère, ses doigts se crispant tandis que Nero venait murmurer au creux de son oreille. Une vague de chaleur indécente la balaya de la tête aux pieds, se chargeant de lui rappeler son écart un peu plus tôt. Tout à coup, elle se souvenait parfaitement pourquoi elle l'avait embrassé. Et surtout, pourquoi elle brûlait de recommencer. Autant qu'il le voudrait. Seul un reste de déterminismes trop ancré, étourdi par des émotions peu avouables l'empêcha de réitérer sa faute. " A toi de me dire, Nero. Si j'ai remporté les épreuves, alors, c'est à toi de décider de la récompense. " parvint-elle à répliquer malgré son souffle court et la danse éclatée de son cœur. De leurs regards rivés l'un à l'autre, il était évident qu'elle était en train de chavirer. Il suffirait probablement d'un mot ou d'un geste pour qu'elle finisse à la dérive.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
Fils de partouze
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 17/02/2017
Célébrité : Dylan O'Brien
Crédits : Kim

Double compte : Rose o'More

Age : 22 ans
Sang : Sang-mêlé, keskya ?
Statut : Célibataire
Métier : Manutentionnaire & apprenti pyrotechnicien au ChimerIa Horror Show
Baguette : 30 cm, souple, bois de cornouiller, ventricule de dragon
Epouvantard : Lui, debout et seul au milieu des cadavres de sa famille
Dialogue : [color=#6666cc] [/color] 

Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Sam 15 Avr - 14:07
Le souafle était de nouveau dans son camp.

Scylla s’en était défait presque aussitôt, comme un Poursuiveur esquive un cognard. Elle ne voulait pas prendre la décision qui la compromettrait. Nero qui n’avait pourtant jamais vu de sa vie fugitif un vrai match de quidditch, comprenait qu’il était l’Attrapeur de ce jeu auquel ils se livraient. Il n’appartenait qu’à lui de conclure la partie, et d’attraper le vif d’or. La Kark s’était défaite de cette responsabilité, abandonnant. S’abandonnant à lui.

Le vivet doré était à porté de bras, voir de doigts, pourtant une retenue indicible l’empêchait de le saisir. Indicible, mais pas invisible. Le molosse de deux mètre cinquante qui jouait les nourrices avait sur Nero l’effet d’un détraqueur en plein Match. Potter s’il n’était six pieds sous terre depuis si longtemps aurait pu témoigner des effets néfastes de tels casseurs d’ambiances. Mais le balafré était mort depuis longtemps et l’histoire de ce funeste match de troisième année avait été enterré avec lui il y a bien longtemps. Il brûlait d’envie de demander à Scylla de partir, s’éloigner de ces monstres, seulement comment reculer ? se ridiculiser ? Sa mère se plaisait à dire qu’elle avait perdu tout orgueil dès ses premiers pas sur Terre. Nero se complaisait à se voir ainsi. Dans les faits, l’Irlandais d’adoption était serti d’une fierté éclatante qui le rendait plus courageux qu’il ne l’était vraiment. Pour ne pas perdre la face, il oubliait de reculer.

De peur que sa voix de ne la trahisse, il offrit une réponse silencieuse à la Kark qui canalisait ses désirs et un brin ses peurs. Faisant front comme on lui avait toujours appris, il saisit avec douceur sa taille pour mieux la ramener vers lui.  Avec la facilité rassurante que confère l’habitude, il déposa ses lèvres sur les siennes. Le match était plié ou presque. Le baiser se fit vite fiévreux. Quoique moins grisant que le précédent échange. Le cadre était différent. En territoire Selwyn, en un fief purement mangemort la réalité d’un monde chaotique ne s’effaçait pas.

Affairé, comme un travailleur soucieux d’accomplir correctement sa tâche, Nero tentait de chasser de son esprit le gardien infernal qui leur servait de spectateur. Mais plus que la peur que la créature s’en prenne à lui, s’imposait des pensées dérangeantes. Est-ce que ces chimères avaient été lancées sur les moldus en 2030 ? Est-ce que ce molosse bicéphale avait déchiquetés quelques corps humains au service des mangemorts ? Il chassa cette réflexion en plaquant contre lui un peu plus Scylla.Ces pensées mortifères bien loin de la légèreté d’un tel instant lui servait d’élastique salvateur dans cette chute libre consentie.

Nul doute que cet éveil de conscience fut ce qui lui sauva la mise. Moins étourdi qu’il ne l’aurait dû par la sensualité du moment, Nero fut le premier à capter les pas et les voix s’approchant de la tente. Il rompit l’échange aussitôt. «  Merde… Quelqu’un vient.  »  Il remonta d’un geste la bretelle de la robe de la Kark qui avait glissée le long de son épaule, avant de faire un grand pas en arrière. Impossible pour lui de transplaner. De toute façon les personnes qui arrivaient, avaient sans doute été attiré par le bruit.  Deux soigneurs passèrent les voiles de la tente, aveuglant Scylla et Nero de lumos inquisiteurs.

« Je peux savoir ce que tu fais, ici, le Nouveau ? » dans la voix du soigneur ne filtrait aucune sympathie, seul une pointe de menace, à peine camouflé par le bloc de suspicion qui ressortait. Il n’attendait qu’une mauvaise réponse pour le dénoncer à Thanatos. La soigneuse qui l’accompagnait semblait plus mesurée, un sourire un brin moqueur flottait sur des lèvres quasi effacées. « Du calme, Primus, tu vois bien que Nero n’est pas venu ici seul… »
La catin de Kark
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t169-scylla-kark
Messages : 977
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Holland Roden
Crédits : Class Whore ¤ neondemon

Double compte : Lizzie O'Meara

Age : Vingt-trois ans
Sang : Sang-pur
Statut : Fiancée à Saïmen Lagides
Métier : Dresseuse de Fauves & acrobate-funambule pour le Cirque Sorcier bien connu, le Chimeria Horror Show
Baguette : Bois d'aubépine, poil de Kitsune, 18,2 cm & légèrement courbe
Epouvantard : Le visage de son frère ravagé par les stigmates de l'abus de Magie Noire
Dialogue : [color=#ff6699]

Possède le don du Chuchoteur ♠ Jeune fille de bonne famille le jour, artiste grandiloquente le soir ♠ Son nom de scène est le Cygne Pâle ♠ A une relation fusionnelle avec son frère jumeau, Hélios ♠ A tué une fois, alors que la situation ne l'exigeait pas particulièrement et en a retiré un plaisir sadique qu'elle ne se pardonne pas
Re: Shape of you ϟ Scylla
ce message a été posté Lun 24 Avr - 21:23
Shape of you
Nero & Scylla

Et qu'il était bon, pour ne pas dire absolument délicieux, de se laisser sombrer dans un océan pareil ! De là à s'interroger : était-ce ainsi qu'un futur noyé vivait ses derniers instants ? Battu par l'onde sombre, dans la chaleur de ses remous, alors que l'oxygène se raréfiait, que la vie le quittait, éprouvait-il cet étourdissement extatique, ce plaisir indicible ? Probablement pas. Mais la jeune Kark se surprenait à y croire, en cet instant, tandis qu'elle retrouvait le confort du torse du garçon, la pression rassurante de ses bras autour d'elle et surtout, celle de ses lèvres sur les siennes. Paraissait-il que le désir décuplait certains sens, en oblitérant d'autres. Rendait aveugle et sourd. Aveugle à la bêtise insensée à laquelle elle s'adonnait, trahissant toute une éducation que l'on s'était donné bien du mal à lui faire ingérer. Sourd à son environnement, à l'évidence même que ce batifolage ne saurait rester impuni. Ou du moins, que ce show-là non plus, ne saurait rester privé. Après tout, on était au Chimeria !

A peine alertée par son compagnon, la rousse s'empressa de se détacher de lui, appréciant qu'il l'aide à réajuster sa tenue tandis qu'elle s'affairait à en rapidement défroisser le tissu. Comme si ces vaines retouches tromperaient qui que ce soit ! Plus rendue écrevisse que jamais jusqu'à ce soir, elle se vit défaillir. Toute la sottise dont elle avait fait preuve depuis qu'elle avait débarqué dans ce bar colombien lui explosait soudain au visage. A la fois terrorisée et envahie par un instinct de survie à la hauteur de la réputation de ses deux familles, elle sut que si elle voulait se sortir de cette fâcheuse posture sans trop d'accrocs sur sa belle robe, il était dans son intérêt de dévoiler le grand jeu. Quant à savoir de quels méandres inconnus elle extirpait ce sang-froid glacial, c'était une toute autre affaire. " Il est avec moi, Primus. " déclara-t-elle sur un ton bien trop indolent pour être honnête. La femme à ses côtés, qu'elle reconnut sans peine comme étant Amel, l'autre soigneuse du duo, ne la quittait pas de ses prunelles perçantes. Primus, pour sa part, n'eut pas besoin de mimer la surprise. Ca pour l'être, il ne faisait aucun doute qu'il l'était considérablement ! " Miss K ... Scylla ! Je ... Enfin, on pensait que ... " Amel secoua la tête, atterrée. Cette basique de rang quatre originaire du Maroc avait connu la bonne société, elle aussi. Elle n'ignorait pas ce qu'il se jouait dans les alcôves teintées de dorures et de draperies des hautes sphères. Soit, plus précisément, que jeunes gens tous sexes confondus, qu'ils soient promis ou non, étaient rares à se gêner pour donner quelques coups de baguettes dans les contrats fomentés par leurs aînés. La réaction de son collègue la consternait. N'avait-il donc rien appris, en travaillant ici ? Entre les rumeurs et la vérité sur leur public endimanché ? " Allons, Primus, on pensait quoi ? A un voleur ? Tu vois bien qu'il n'y en a pas ! Ferme la bouche, tu gobes les mouches ! Excuse-nous de l'interruption, Scylla, on n'imaginait pas te trouver ici, à cette heure. " Menton haut et air digne, la Dresseuse lui renvoya un de ces sourires brillants dont elle avait le secret. " Aucun problème. Nous sommes juste venus ... Vérifier quelques détails avant la représentation de demain. Nero étant l'un des techniciens qui va officier, il était important qu'il puisse enfin découvrir cet univers auquel il participe. " Mensonge éhonté qui, au fond, ne prit pas. En surface, Amel fit comme si. Brave fille. Loyale. Primus détailla le Turnbull de la tête aux pieds, un sourcil arqué et l'oeil torve. " Hm hm ... Ouais, il vaut toujours mieux savoir dans quoi on met les pieds. Ce serait drôlement bête de tout gâcher. " Conseil ou menace ? Difficile à déterminer, comme souvent avec les employés du Cirque. Tous étaient, généralement, de très bons artistes, sous-entendu, d'excellents bluffeurs.

Sentant que toute sa belle prestance ne serait qu'éphémère, la jeune femme se tourna brièvement vers Nero. " Merci d'avoir pris de ton temps pour moi. Et pour eux, évidemment. " ajouta-t-elle tout en désignant les Fauves d'un geste circulaire. Elle aurait voulu ajouter que malgré tout, du fait qu'ils se soient fait surprendre jusqu'à celui de l'exception de ces moments partagés, elle avait passé une ... Et bien oui, très agréable soirée. Un peu trop. Elle s'abstint, ses traits n'étant désormais plus qu'un bloc de marbre rehaussé d'une touche de rouge, vestiges des émotions qui l'habitaient toujours. Après les avoir fait quitté la cage et refermé derrière eux, elle souhaita une bonne nuit à la ronde et laissa ses pieds nus la conduire à l'extérieur de la tente, vers sa roulotte où, décidément, il était absolument indispensable qu'elle aille se cacher. Oui, se cacher. Honteuse qu'elle se sentait désormais. Elle en aurait pour au moins des mois d'auto-flagellation. Filant à petits pas pressés, elle ne remarqua pas la silhouette qui l'observait depuis un rencognement de porte en bois à la peinture passée. Le foyer incandescent d'une cigarette magique irradiait de ses volutes de fumée grisâtre, suivant le chemin de la robe blanche vers ses appartements. " Voilà ce que je pense pour l'affiche de la prochaine saison ! Un moldu enchaîné au centre et derrière un ... Charmelle ? " Les contours enfiévrés de Thanatos apparurent à ses côtés. Suivant son regard, le Directeur se tut. " Qu'est-ce que tu vois ? " La blonde lui offrit un sourire en coin digne du chat de Cheshire. " Un Fauve se libérer de ses chaînes grâce aux très mauvais conseils d'un très mauvais maître. " répliqua finalement la responsable artistique du Chimeria. Sans animosité aucune. Il paraissait évident qu'elle appréciait le spectacle que son chef et ami de très longue date, venait de leur offrir. " Ne me remercie pas, voyons. Je n'ai fait que mon devoir. Ce que j'aurais dû faire depuis longtemps. " Charmelle acquiesça sombrement, tirant une dernière bouffée iridescente. Le mégot délaissé sur la terre sèche, la nuit les avala tous deux, tandis que la lune dardait ses derniers rayons sur le fameux as de pique.

Made by Neon Demon

_________________

 
You only know what I want you to. I know everything you don't want me to. Your mouth is poison, your mouth is wine. You think your dreams are the same as mine. I don't have a choice but I still choose you. © Poison&Wine


ϟ ex tenebris lux ϟ La mifa !:
 
 :: Portoloin :: Au-delà