AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Fool me once ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 673
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Fool me once
ce message a été posté Mer 22 Mar - 12:26
Les cris avaient toujours été les plus impressionnants. Ceux de la foule penchée aux balcons ou massée autour des deux larges fosses au fond desquelles de malheureux moldus se livraient bataille avec acharnement. La soirée se déroulait ainsi au gré de ses grognements, de ses braillements vindicatifs et de la clameur accompagnant le dénouement d'un combat, lorsque les heureux gagnants récupéraient la mise des mains de ceux ayant fait l'erreur de parier sur le mauvais hippogriffe. Toute cette agitation ne semblant se préoccuper que d'elle-même ! C'était une véritable cacophonie. Un brouhaha permanent composé d'éclats de voix, de peau qui claque et d'os qui craquent, se mêlant à une odeur rance de sueur et de terre battue qui avait toujours fasciné Vivienne McKay depuis qu'elle avait mis les pieds au Boutefeu pour la première fois. Et comment aurait-il pu en être autrement ? S'il fallait se montrer parfaitement honnête, la sang-pur aurait volontiers admis qu'elle se sentait bien plus à son aise ici, au milieu de ce boui-boui malodorant, sans personne pour la juger ni lui dire comment se comporter, plutôt que dans les salons guindés auxquels son rang l'avait habitué...

Un grondement de dépit, presque aussitôt suivi par un juron, ne manqua d'ailleurs pas d'échapper à la McKay en voyant l'issue qu'était en train de prendre le combat se déroulant sous ses yeux. Le moldu contre lequel elle avait parié venait en effet d'enserrer tout entier son favori entre ses bras. Il l'avait soulevé de terre comme s'il s'était agit d'un vulgaire fétu de paille puis s'était écrasé avec lui au sol, où il le maintenait dorénavant d'une main de fer. La foule hystérique s'était même mise à scander les secondes avant le coup de sifflet final, et Vivienne dut détourner le regard pour ne pas souffrir l'humiliation de la défaite en direct. C'était à n'y rien comprendre ! Adem était pourtant sensé être son meilleur élément ! Il n'aurait du faire qu'une bouchée de son adversaire et, eu lieu de ça, il avait fait un combat pitoyable. En-deçà de ses capacités aurait argué un observateur moins partial, mais Vivienne était incapable d'un tel recul. Elle commençait même à regretter d'avoir suivi le conseil d'Arsenia lorsque cette dernière lui avait suggéré de revoir à la baisse les limites des combats qu'elle jouait. Si sa vie avait été en jeu, nul doute qu'Adem se serait un peu plus démené pour arracher la victoire ! Et s'il en avait été incapable... alors cela aurait signifié qu'il n'avait aucun intérêt pour elle.

Contrairement à beaucoup de sorciers qui avaient su trouver une certaine utilité aux moldus après la levée du Secret Magique, Vivienne, elle, continuait de penser qu'il aurait mieux valu les exterminer jusqu'au dernier. Elle n'avait jamais éprouvé la moindre compassion à leur égard, et c'était tout juste qu'elle leur concédait le droit à mourir au nom du divertissement populaire. Adem, pourtant, avait su éveiller sa curiosité peu après qu'elle en ait fait l'acquisition. Il avait une telle hargne, une telle violence en lui. Elle se fichait comme d'une guigne de son histoire, de savoir l'homme qu'il avait été, s'il avait eu une famille, un boulot, des rêves, mais elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il avait dans la tête lorsqu'il faisait couler le sang d'un de ses semblables à la seule force de ses poings. Elle ne l'aurait jamais avoué, mais il l'intriguait. Sa piètre performance de ce soir n'en apparaissait alors que plus décevante encore. Presque une trahison vis-à-vis de l'importance qu'elle l'avait laissé prendre !

C'est telle une petite tornade furibonde que Vivienne fit ainsi irruption dans les sous-sols, là où des infirmiers moldus s'occupaient de rafistoler les combattants. Toutes les têtes se tournèrent vers elle et affichèrent la même surprise en apercevant ce petit bout de femme – de sorcière – si élégamment vêtue dans sa longue robe noire, mais elle n'eut qu'à prononcer un mot « Adem » pour que les doigts se tendent en direction d'une porte. Cette dernière alla alors claquer violemment contre le mur quand elle pénétra dans la pièce.

_ Dégage.

Le garçon à qui s'adressait l'interjection ne se fit pas prier. Abandonnant le bandage qu'il était en train d'enrouler autour de l'épaule d'Adem, il déguerpit vitesse grand V sans même croiser le regard de la sang-pur ou un mot de soutient pour son semblable. Un garçon intelligent, en somme.

_ Je peux savoir ce que c'était que ça ? s'indigna alors Vivienne, le doigt pointé vers le plafond.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 165
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

En ligne
Re: Fool me once
ce message a été posté Mer 29 Mar - 8:48
Les coups pleuvent sans que je n'aie les réflexes pour les esquiver, ni même les parer. Le seul que je parviens à bloquer en me plaçant sur le côté s'écrase sur mon épaule encore meurtrie. La cicatrice est minime, aucun non-sorcier ne pourrait penser qu'une balle a traversé ma chair. Et pourtant. Grâce à la magie de ces monstres, on n'y voit que du feu. Sauf qu'à l'intérieur... je pousse un râle, la douleur est telle que je ferme les yeux.
C'est là qu'il en profite. Mon adversaire utilise la faille dans ma garde pour me saisir et je rejoins le sol dans un joyeux nuage de poussière. Ça craque, je saigne, ma tête va exploser et la colère m'abandonne. Je veux juste que ça s'arrête ;

Je crois que j'ai perdu connaissance. En tout cas, en ouvrant les yeux, je reconnais trop bien la petite pièce qui nous sert d'infirmerie. Je n'y passe pas souvent, mais bien assez à mon goût. On ne soigne pas les petits bobos, voyez-vous. Il faut avoir été suffisamment amoché pour avoir l'honneur - ou pas - d'être rafistolé. C'est simplement lorsqu'un maître espère conserver son combattant. Beaucoup se sont retrouvés mis à la porte alors qu'ils étaient mourants. D'ailleurs, on ne compte plus ceux qu'on retrouve sans vie alors que quelques soins auraient pu...

Les douleurs se réveillent doucement. Je suis rassuré. Si j'ai mal, c'est que je suis vivant et encore assez solide pour ressentir mon corps. Maigre consolation, mais je me dis toujours que lorsque je serai insensible aux maux, mon esprit aura abandonné. Et à l'abandon ne répond que la mort.

La porte claque, j'aurai sursauté si j'en avais la force. Je relève difficilement les yeux vers Vivienne.

_ Je peux savoir ce que c'était que ça ?

La moitié du visage totalement figée par les hématomes et le sang séché, je parviens néanmoins à entrouvrir les lèvres.

" Une défaite. "

Mon insolence est mal mesurée. La fatigue, simplement. Avant que sa diabolique colère n'explose, je me sens hausser les épaules.

" Je crois avoir enchaîné beaucoup de combats difficiles dernièrement... celui-ci était de trop. "

Une façon comme une autre - et très implicite - de m'excuser. Sans la quitter des yeux, je tente de la sonder. Un exercice que j'apprécie. Qui n'a jamais fonctionné pourtant. Vivienne est insondable. Parce que c'est une sorcière, premièrement. Une femme, aussi. Mais il n'y a pas que ça ;
Je peine à cerner ses ambitions me concernant. Les duels, certes. Les paris, l'argent, l'excitation... quand je pense qu'elle n'a qu'un geste à faire pour me tuer. Je la hais, je la tuerais si je pouvais ; Je crois.

Mais je suis en vie et j'ai l'insupportable impression de lui être redevable.

" Je ne voulais pas vous décevoir. "

Se sent-elle humiliée ? Vis-à-vis de ses égaux, c'est possible, je le comprends. Néanmoins, malgré cette cuisante défaite, je suis doué. Les adversaires que je rencontre me connaissent de réputation, je perds moins d'un combat sur dix.

Fierté, arrogance, folie ou cupidité, je veux qu'elle me sache parmi les meilleurs. Qu'elle ne l'oublie pas, qu'elle me le fasse savoir ?
Je souris pour moi-même en passant une main lente contre ma joue.

" ...ça aura au moins pour effet de faire chuter les paris lors de mon prochain combat. Combat que je gagnerai. Et nombreux seront les sorciers à venir vous féliciter. "

Je paraîtrais alors si solide. Comme si la défaite n'avait jamais été. Comme si, du moins, elle n'avait été sur ma route que pour me rendre plus fort le lendemain.
L'échec fait partie de la vie. Des bastons, aussi. Un guerrier qui ne perd jamais n'est pas plus fort que celui qui tombe, puis se relève.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 673
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Fool me once
ce message a été posté Mer 5 Avr - 17:19
Une défaite. Il lui dit cela le plus naturellement du monde et, l'espace d'un instant, Vivienne en resta comme deux ronds de flan, l'expression de son visage figée dans le marbre. Une défaite ?! Sans blague ! Se payait-il sa tête ? Adem était peut-être parvenu à la déstabiliser, mais l'irritation ne tarda pas à prendre le pas sur la stupeur qu'avait causé son franc-parler. Les pupilles de la sang-pur se rétrécirent alors jusqu'à n'être plus que deux fentes suspicieuses et elle darda le bout de sa langue hors de sa bouche pour s'humidifier les lèvres, tel un prédateur prêt à bondir sur sa proie. En d'autres circonstances, elle aurait pourtant pu laisser passer l'affront, puiser en elle assez d'indulgence pour ne pas tenir compte de cet écart, mais le moldu eut encore l'audace de hausser les épaules. Pire encore, de lui donner son avis. Comme si c'était ce qu'elle lui avait demandé ou que cela pouvait avoir la moindre importance qu'il pense qu'elle lui en demandait trop ! Loin de prendre ça pour une excuse, Vivienne se saisit alors de sa baguette et ce fut comme si une violente gifle avait soudain frappé le moldu en plein visage. Son geste avait été si vif que le pauvre bougre n'avait rien du voir venir, mais il n'y avait rien de factice dans la douleur cuisante qui devait dorénavant lui réchauffer la joue.

_ Ne t'avises plus jamais de m'exprimer le fond de ta pensée, gronda-t-elle alors, un sourire mauvais venant pourtant rehausser légèrement la commissure de ses lèvres.

Voir Adem vaciller sur son tabouret, lui qui se dressait habituellement tel un titan dans les fosses du Boutefeu, lui procurait une espèce de plaisir malsain. Il n'était pas invincible, il l'avait prouvé ce soir d'ailleurs, et, ici, il était à sa merci. Un geste, une parole seulement de sa part, et s'en était fini de lui. Dans moins d'une semaine, il n'y aurait plus personne pour se souvenir de ses "exploits" et le nom d'Adem K. Wolf sombrerait alors définitivement dans l'oubli. Il aurait mieux fait de s'en souvenir avant d'ouvrir sa grande bouche. Mais le moldu apprenait vite. C'était peut-être même là le secret de son étonnante longévité au sein de la demeure McKay. Il savait s'adapter.

_ Je ne voulais pas vous décevoir.

_ J'aime mieux ça.

Un petit sourire satisfait éclaira son visage. Elle échangea un dernier regard entendu avec son esclave, puis se mit à arpenter tranquillement la pièce, ses yeux embrassant le décor avec une certaine curiosité. C'était la première fois qu'elle mettait les pieds dans les coulisses du Boutefeu et elle s'en trouvait passablement intriguée maintenant que la colère initiale l'ayant mené ici s'était dissipée. C'était nouveau et pittoresque, et elle ne se rendait visiblement pas compte d'à quel point sa présence dénotait avec les lieux, avec la poussière et la crasse incrustées dans le sol ou les compresses gorgées de sang traînant sur le comptoir qu'elle était en train de longer. Plus d'une sang-pur se serait sentie sur le point de défaillir face à tant d'insalubrité, mais pas elle. Elle était là, apprêtée comme une reine, parfumée comme une rose, au milieu de toute cette misère, et elle rendait cela d'une normalité presque évidente.

_ ... ça aura au moins pour effet de faire chuter les paris lors de mon prochain combat. Combat que je gagnerai. Et nombreux seront les sorciers à venir vous féliciter.

_ Parce que tu crois sincèrement que c'est ce qui m'intéresse ? L'argent ? Ou que l'on vienne me féliciter ? Me féliciter de quoi d'ailleurs ? De posséder un cafard un tant soit peu plus résistant que les autres ? Un éclat de rire absolument charmant et d'une cruauté pourtant insupportable s'échappa d'entre ses lèvres. Elle avait parlé sans le regarder, trop occupée à inspecter un étrange instrument en métal – un manche de bistouri, mais la sorcière virevolta soudain sur elle-même pour venir lui planter le-dit instrument dans le creux de l'épaule. Elle n'y avait pas mis beaucoup de force, mais assez pour lui arracher une grimace. Qu'est-ce qui cloche avec cette épaule ? Et ne me dis pas que tu l'as blessée au cours de ce dernier match. Tu as eu du mal à lever le bras depuis le début de la soirée.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 165
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

En ligne
Re: Fool me once
ce message a été posté Lun 10 Avr - 18:42
_ Parce que tu crois sincèrement que c'est ce qui m'intéresse ? L'argent ? Ou que l'on vienne me féliciter ? Me féliciter de quoi d'ailleurs ? De posséder un cafard un tant soit peu plus résistant que les autres ?

Non je ne sais pas ce qui intéresse Vivienne dans ces combats. Ni la victoire de son esclave, ni ses preuves de résistance ou de courage, ni même le fait d'en posséder un. Son sadisme certain ne semble pas plus logique. Alors pourquoi sa colère ? Si elle n'aime pas me voir perdre, est-ce qu'elle sait au moins expliquer sa réaction ?
Un intérêt anime forcément ses émotions. Mais elle me reste indéchiffrable.

Je l'observe se déplacer avec dédain, indifférence. C'est avec une certaine classe que la sorcière parcoure ce qui nous sert de salle de soin. Je ne lis pas le dégoût que je pensais voir sur son visage. Aucun comportement que j'aurai pu anticiper ne déforme ses traits séduisants.
Vivienne est une sorcière parmi les sorcières.

Elle attrape alors un objet que mon œil endolori sous sa paupière lourde ne devine pas.
Le contact qu'elle impose contre mon épaule en revanche est perçu par tout mon corps.

Un sursaut, un pénible râle, j'ai le réflexe de me déplacer. Je me penche juste assez pour être épargné sans pour autant malmener mes autres plaies. Mais l'objet de torture suit - sans surprise - mon mouvement.

Qu'est-ce qui cloche avec cette épaule ? Et ne me dis pas que tu l'as blessée au cours de ce dernier match. Tu as eu du mal à lever le bras depuis le début de la soirée.

Cette plaie ci n'est pas d'aujourd'hui. Elle reste la plus fragile, la plus douloureuse. Je revois Savannah qui réalise son erreur et mes lèvres tracent un sourire amer.

Comment mentir à celle à qui j'appartiens ?

« ... l'usure. »

Dis-je sans réellement lui mentir. Ça reste illogique malheureusement, je suis droitier, cette épaule gauche devrait se porter mieux que l'autre.

Plongeant un regard las dans le sien, je ne sais si je dois briller de malice ou redoubler d'honnêteté. Aucune de ces stratégies ne me sauvera, la belle est simplement cruelle, avide de pouvoir faire démonstration de sa force.

À sa façon, elle est aussi pathétique que moi et ma folie de vouloir résister.

« Si vous souhaitez que je reste compétitif, il me faut des soins. De vrais soins. Mais j'ignore ce que vous attendez de ces combats. Ma défaite vous déplait mais mes victoires vous sont-elles satisfaisantes ? »

Dire qu'elle n'a qu'un mot à dire. Peut être un simple geste lui suffirait, et je rendrais mon dernier souffle.

S'est elle seulement déjà posé la question ?
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 673
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Fool me once
ce message a été posté Mer 14 Juin - 14:47
Un sourire aurait pu venir ourler ses lèvres en voyant Adem tenter de se défiler. Il y avait quelque-chose d'incroyablement satisfaisant, en effet, à le regarder se tortiller comme un vers pour échapper à la pression qu'elle exerçait sur son épaule. D'ailleurs, Vivienne ne se gêna pas pour accompagner son mouvement et enfoncer encore un peu plus profondément le manche de l'objet entre ses chairs, mais elle ne poussa pas pour autant le vice jusqu'à afficher ostensiblement son plaisir. Pas par retenue. Pas par charité ni encore moins par compassion. Ce n'était déjà pas des sentiments avec lesquels elle était particulièrement familière en temps normal, alors face à un moldu ! Non. Si la sorcière semblait faire preuve d'autant de réserve, c'était tout simplement car elle était plus intéressée par la réponse que s'apprêtait à lui faire son esclave plutôt que par l'envie de le torturer. Pourquoi était-il tellement en deçà de ses capacités ? D'une manière ou d'une autre, elle saurait lui extirper la vérité, dusse-t-elle finir par employer une approche moins plaisante. On la disait versatile, capricieuse et imprévisible, mais elle pouvait également se montrer incroyablement obstinée quand elle le voulait. Et Adem jouait avec le feu...

Le fin sourire que tracèrent ses lèvres, aussi amer fut-il, faillit d'ailleurs bien lui valoir un nouveau tour de visse dans le creux de l'épaule. Heureusement pour lui, Adem sut mettre fin au suspens avant qu'il ne soit trop tard, et si Vivienne ne put s'empêcher de renâcler bruyamment du nez en l'entendant geindre sur son sort, l'exaspération qui s'empara d'elle sembla soudain lui faire perdre toutes velléités de châtiment. Son bras retomba avec dépit le long de son corps et elle leva les yeux au ciel. Il l’agaçait. Elle n'aurait su dire quelle mouche l'avait piqué aujourd'hui, mais c'était à croire qu'il avait décidé de lui taper sur le système. D'ordinaire pourtant, Adem était plutôt facile à vivre lors des rares moments qu'ils pouvaient passer en tête-à-tête. Ce n'était pas un bavard. Il n'avait jamais cherché à lui faire la conversation – grand bien lui fasse ! – il ne se plaignait pas et remplissait son rôle sans lui causer de tracas particuliers. Jusqu'à ce soir. Mais que Voldemort la maudisse sur trois générations si elle se laissait prendre au jeu d'un vulgaire moldu ! Elle ne lui ferait pas ce plaisir. Son impertinence avait beau dépasser de loin ce qu'il ne s'était jamais permis, elle ne craquerait pas.

Son regard se durcit malgré tout, traduisant à lui seul l'ampleur du dégoût que lui inspirait le moldu, mais contrairement ce à quoi il s'attendait sûrement face à pareille expression, la sorcière ne tira pas sa baguette hors de son fourreau. Au lieu de quoi, sa main vint plutôt l'agripper par les cheveux, et avant même qu'il n'ait eu le temps de cligner des yeux, Adem sentit comme un crochet à viande le saisir sous les côtes puis l'entraîner vers l'avant. Une seconde plus tard, ils réapparaissaient alors tous deux au milieu d'un des petits salons secondaires de la demeure McKay à Avalon. Peu concernée par ce transplanage forcé qu'elle venait de lui imposer, Vivienne laissa son esclave s'échouer sur le tapis tandis qu'elle allait prendre place dans un fauteuil.

_ Winky !

Un petit elfe de maison à l'allure juvénile apparut aussitôt dans un craquement sonore. Il parut étonné de voir un moldu hors des cachots, mais il ne lui jeta qu'un très rapide coup d’œil avant de reporter toute son attention sur la sorcière, face à laquelle il s'inclina profondément jusqu'à ce que son nez crochu ne heurte le sol.

_ La maîtresse a appelé Winky ? Winky vit pour servir la maîtresse, madame ! Ordonnez et Winky s'exécutera !

_ J'aurais besoin que tu ailles chercher une potion revigorante dans l'armoire médicinale. Et temps que tu y es, ramène également de quoi faire un bandage décent pour l'épaule de ce moldu. La pauvre créature se plaint d'être mal traitée, ricana-t-elle d'un air mauvais.

Cette fois-ci, l'elfe de maison tourna un regard rond comme deux billes en direction d'Adem. Il était visiblement éberlué à l'idée qu'il ait pu oser dire une chose pareille. Sa surprise ne tarda d'ailleurs pas à se transformer en une sévère désapprobation, mais il se garda bien de remettre en question les dires de sa maîtresse et disparu à nouveau d'un simple claquement de doigts après s'être incliné une dernière fois.

_ Tu vois ? Ce n'est pas compliqué d'être arrangeant. Bien sûr, les elfes de maison ont toujours su faire preuve de plus de bon sens que les moldus, mais tu devrais prendre exemple. Eux au moins ne cherchent pas à questionner les agissements de leurs maîtres. Ils se contentent d'obéir et de trouver satisfaction dans la servitude.

Sans attendre de réponse particulière de la part du moldu, Vivienne saisit sa baguette et lui fit décrire une élégante arabesque dans les airs. Le vaisselier vitré se tenant dans un coin de la pièce s'ouvrit alors, et un verre à pied vola doucement jusqu'à elle après qu'une bouteille de gin se soit empressée de faire son travail et y ait versé une généreuse quantité d'alcool. Elle ne reprit la parole qu'après y avoir tremper ses lèvres.

_ Puisque tu sembles être d'humeur à me faire partager ton avis, je t'écoute. Qu'est-ce tu penses que j'attends de ces combats exactement ? Tu peux parler librement. Exceptionnellement, je ne te punirai pas quoi que tu dises.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 165
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

En ligne
Re: Fool me once
ce message a été posté Ven 30 Juin - 10:45
L'adrénaline du combat s'évapore aussi certainement que mes douleurs s'intensifient et je constate avec amertume à quel point mon insolence est périlleuse. Comme si jusqu'à présent mon esprit était resté captif de l'état de combat, il me revient et souffre du comportement que j'adopte avec ma maîtresse...

La cruelle sorcière m'a passé un interrogatoire étrange. C'est la première fois que je sens Vivienne curieuse quant à mon cas. Sans aller jusqu'à dire qu'elle s'intéresse à moi, elle est là, hautaine et souveraine, cherchant à comprendre.
Aurait-elle des doutes ? Peut-elle imaginer mon investissement auprès de la NI ?

Malgré la fatigue et l'inégalité indéniable de nôtre face à face, j'essaye de rester vigilant et me promets de ne pas faillir.

Quand l'elfe de maison repart avec l'ordre de ramener de quoi s'occuper de mes plaies, j'ai surtout envie de partir en courant. Avaler une potion, c'est dégoûtant. Mais avaler une potion en sachant qu'elle vient de Vivienne, c'est risquer l'empoisonnement ! Je tente de me raisonner. Elle n'a aucune raison de me tuer ainsi. Un sort, et hop.

_ Tu vois ? Ce n'est pas compliqué d'être arrangeant. Bien sûr, les elfes de maison ont toujours su faire preuve de plus de bon sens que les moldus, mais tu devrais prendre exemple. Eux au moins ne cherchent pas à questionner les agissements de leurs maîtres. Ils se contentent d'obéir et de trouver satisfaction dans la servitude.

Ils se contentent d'obéir... ils ne savent faire que ça, après tout. Les êtres humains ont naturellement soif de liberté. Les elfes sont, par nature, avide de soumission. Je les vois au quotidien, courbettes sur éloges, servir du mieux possible dans l'espoir de ; tiens, quel espoir d'ailleurs ?
Vie miteuse et existence de poussière. Je déteste ces montres, eux aussi.

_ Puisque tu sembles être d'humeur à me faire partager ton avis, je t'écoute. Qu'est-ce tu penses que j'attends de ces combats exactement ? Tu peux parler librement. Exceptionnellement, je ne te punirai pas quoi que tu dises.

Mes sourcils se haussent légèrement, formant une mimique sceptique. Je ne la crois pas. Admettons. Je me redresse pour m'assoir sur le rebord de lit, plutôt comme quelqu'un qui cherche simplement à se poser que comme un pseudo mourant. Je préfèrerai même me tenir face à elle. Je n'irai pas si loin cependant ;

« Je crois simplement que vous cherchez à vous divertir. Parfois ma victoire vous convient, parfois c'est l'inverse. Aujourd'hui ma défaite ne vous satisfait pas... on ne commande pas les goûts, ni l'humeur. »

Dis-je en ramenant une main sur mon épaule. Chaque élan de douleur me rappelle Savannah - responsable de cette blessure - et je suis pris de panique à l'idée que cette simple pensée de la jeune femme trahisse mon allégeance à la NI.
Mais Vivienne ne peut lire mes pensées ni deviner tous mes secrets. Pas que je sache. Aussi, je tente de l'occuper à la conversation.

« Vous ne me faites pas assez confiance pour m'occuper de votre maison comme certains d'entre vous esclavagent les moldus. »
Je marque une pause, craignant que mes mots lui déplaisent.
« ...Du coup, ces combats permettent de vous divertir et d'éviter de m'avoir dans vos pattes... »

Je ne devrais pas sourire, mais je le fais, brièvement, avant de replacer mon regard dans le sien. Quitte à m'en prendre une, peut être finira-t-elle par dire réellement ce que je lui apporte.
Tepu à Mangemort
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t135-vivienne-mckay-bitch-pl
Messages : 673
Date d'inscription : 04/09/2016
Célébrité : Winona Ryder
Crédits : moi-même

Double compte : Isaïe Saab

Age : 46 ans
Sang : pur
Statut : mariée à Amadeus McKay
Métier : rentière
Dialogue : palegreen
Re: Fool me once
ce message a été posté Jeu 20 Juil - 21:06
Ce moldu prenait décidément un peu trop aisément ses aises. Sans se départir de son air flegmatique, Vivienne ne put s'empêcher d'avoir un nouveau mouvement de baguette en le voyant tenter une approche discrète en direction du canapé à côté duquel il avait échoué. Il avait semblé ne vouloir s'y installer que du bout des fesses, mais c'était déjà plus qu'elle ne pouvait permettre, et le sortilège informulé qu'elle venait d'utiliser le ramena aussitôt en arrière. Après tout, c'était la première fois depuis qu'elle avait fait son acquisition que Vivienne lui ouvrait véritablement les portes de sa demeure. Avant ça, Adem n'avait jamais eu l'occasion de s'aventurer au-delà des sous-sols humides où les combattants de la maisonnée étaient parqués comme de vulgaires animaux. Mais cela lui aurait visiblement arraché la langue de se montrer un tant soit peu reconnaissant... Enfin ! Il fallait parfois savoir se montrer raisonnable lorsque la situation l'exigeait ! Vivienne ne s'attendait pas à ce qu'un moldu sache naturellement faire preuve de civilité, et peut-être était-elle en partie à blâmer en ce qui concernait les lacunes de son esclave, n'ayant jamais pris la peine de lui inculper quoi que ce soit. Elle se souvint d'ailleurs rapidement pourquoi elle s'épargnait d'ordinaire le déplaisir de leur compagnie. Ils étaient d'un ennui à mourir.

_ Je crois simplement que vous cherchez à vous divertir. Parfois ma victoire vous convient, parfois c'est l'inverse. Aujourd'hui ma défaite ne vous satisfait pas... on ne commande pas les goûts, ni l'humeur.

Vivienne leva les yeux au ciel pour ce qui lui semblait être la énième fois de la soirée.

_ Et parfois l'eau ça mouille et le feu ça brûle, cancana-t-elle d'une affreuse voix de crécelle, tout à fait consciente de l'imitation erronée qu'elle faisait de son moldu.

Elle ne savait pas à quoi elle s'était attendue exactement, en engageant cette conversation, mais son caprice lui apparaissait de plus en plus pour ce qu'il était vraiment. Une erreur monumentale. Elle avait eu tort de croire qu'il pouvait y avoir eu quelque-chose de différent chez Adem. Au final, il était comme les autres. Elle lui donnait carte blanche et, lui, lui qu'elle avait cru si sauvage, si féroce et impétueux, lui servait la même soupe insipide que n'importe quel autre benêt mal dégrossi de son espèce. Un peu plus et elle aurait juré entendre les banalités que ses enfants pouvaient lui sortir lorsqu'ils étaient encore minots. P't'être ben qu'oui, mais... p't'être ben que non ! Affligeant. Pourtant, Vivienne éclata bel et bien de rire quand Adem suggéra que la raison pour laquelle elle se rendait au Boutefeu pouvait avoir quoi que ce soit à voir avec le fait de ne pas l'avoir dans les pattes. La sorcière prit alors une posture dramatique, la main sur le cœur.

_ Hanw, parce que tu crois vraiment que l'on m'a forcé à t'acheter ? Que mon choix s'arrêtait à cela : te mettre un torchon dans les mains ou t'envoyer casser le crâne de tes semblables ? Car je peux penser à au moins une autre option qui me permettrait de tirer définitivement un trait sur ta misérable existence... Elle laissa sa phrase en suspens, le regard qu'elle abaissa brièvement vers sa baguette laissant toutefois peu de doute quant au fond de sa pensée. Mais assez parlé de moi ! s'exclama-t-elle avec un entrain renouvelé. Il paraît que des moldus se sont alliés à l'Ordre du Phénix, une bande de rebelles proprement inconscients, assez fous pour croire qu'ils pourraient renverser le gouvernement de ce cher M. Kark. Tu n'aurais rien entendu de fâcheux à ce sujet, n'est-ce pas ? conclut-elle d'une voix calme qui aurait presque pu paraître anodine si la menace qu'elle faisait planer au-dessus d'Adem n'avait pas empli la pièce jusque dans les moindres recoins.
Celui qui a tout copié sur Mervyn
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t471-adem-k-wolf
Messages : 165
Date d'inscription : 19/11/2016
Célébrité : Robert Downey Jr
Crédits : <Chouu'>

Double compte : /

Age : 35 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Esclave
Baguette : /
Epouvantard : /
Dialogue : #ffff99

Propriété de Vivienne McKay.
Esclave combattant au club "Le Boutefeu".
Pianiste amateur en manque de musique.
Agressif ♦ méfiant ♦ exigeant ♦ sarcastique ♦ moqueur ♦ manipulateur ♦ rancunier ♦ fier ♦
Entièrement dévoué à la Nouvelle Inquisition

En ligne
Re: Fool me once
ce message a été posté Hier à 22:28
_ Et parfois l'eau ça mouille et le feu ça brûle

Un point. Je crois que je lève le pouce dans sa direction pour mimer mes pensées. J'espère un instant que le geste fut discret, puis je me sens porté - soulevé ? Tiré ? Empêché ? - alors que j'envisageais de me mettre à l'aise.
L'adrénaline du combat est retombée, je n'ai plus vraiment d'excuse. La fatigue, peut être. Je me sens mieux, j'ai appris à endurer les coups, à encaisser les chocs à me remettre au combat dès le lendemain. Ce soir pourtant, une légère faiblesse supplémentaire se fait sentir. Le stress de cet entretien absurde ?

Vivienne me gonfle autant qu'elle m'inquiète. Je ne sais pas gérer ce mélange d'émotions, vous permettez ?

Je n'aurai pas de vraies explications sur l'intérêt que je représente - ou pas - à ses yeux ce soir. Je la fixe, prudemment, suivant à peine du regard le geste de sa main jusqu'à sa maudite baguette. Oui, il lui suffit d'une prononciation obscure pour mettre fin à mon existence. Ça, je le sais depuis longtemps. Finalement, craint-on vraiment la mort ? Non, je crains davantage tout ce qu'elle envisage de me faire subir avant que je rende mon dernier souffle ;
Le comble c'est que l'occupation à laquelle la sorcière me contraint chaque jour renforce mon endurance. Si je devais souffrir le plus longtemps possible ... qui sait combien de jours je saurais survivre avant d'accéder au repos éternel ?

_ Il paraît que des moldus se sont alliés à l'Ordre du Phénix, une bande de rebelles proprement inconscients, assez fous pour croire qu'ils pourraient renverser le gouvernement de ce cher M. Kark. Tu n'aurais rien entendu de fâcheux à ce sujet, n'est-ce pas ?

Alarme. Mes pupilles se dilatent, sans doute un peu trop, mais qui peut remarquer pareil détail ? Je frissonne, contiens comme je peux la contracture de ma mâchoire ou le léger mouvement de mon épaule souffrante.
Dois-je feindre l'ignorance totale ? Suis-je censé connaître l'Ordre du Phénix ? Je ne suis pas un crétin, Vivienne le sait. Non ? Je ne peux la duper si facilement en bottant à touche. Je suis obligé de me mouiller... un peu.

« Le sujet est fâcheux... Madame. »

D'accord, l'intonation est un peu insolente. Merde, je suis un combattant, rebelle disent-ils, mais certainement pas espion ou politique. Le mensonge bien construit, la manipulation, ça : je ne connais pas.
Je détourne le regard un moment puis hausse les épaules avec l'air le plus naturel et sincère qui soit.

« J'en ai entendu parler. Un bruit court comme quoi, Fred Miller a été tué par ses maîtres pour une trahison du genre. D’où son absence. »

Fred était un combattant. On ne l'a pas vu depuis une dizaine de semaines. Il n'était pas impliqué dans la Nouvelle Inquisition. Ne manquerait plus que mes esquives conduisent ma maîtresse à notre groupe ! Non, il a été tué pour je ne sais quelle raison stupide. Mais il était trop peureux pour s'engager. A vrai dire, je pense qu'il ne savait rien de la NI.
Je replace mon attention sur elle en ramenant une main à mon bras que je soutiens, péniblement.

« Je suppose qu'une pareille rébellion, si elle existe effectivement, ne doit pas vous inquiéter. »

A-t-elle peur ? J'aimerai tellement, ne serait-ce que deviner une faille chez cette femme insondable. Je plisse les yeux, la scrute sans retenue, bien incapable de savoir ce qu'elle continue d'attendre de moi ici. Ou en général.
 :: Royaume-Uni :: Londres