AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Viens jouer au docteur avec le scénario d'Olivia Vaisey, Henry Avery ! Cool
Des scénarios en folie
Amuses-toi à choquer les culs-serrés avec le scénario d'Ajay Shafiq, Kalyani Khan !
Des scénarios en folie
Deviens un gros nounours avec le scénario de Willow Toufoulkan, Aaron Macmillan ! Rolling Eyes
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
Nous manquons de moldus
Ce sujet te donnera sûrement envie de te lancer ! En plus, pour chaque moldu ramené sur le forum, gagne le double de points

❝ Au cafard véreux ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Serial niqueur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t643-sid-w-lewis
Messages : 116
Date d'inscription : 31/01/2017
Célébrité : Joe Guilgun
Crédits : Moi

Double compte : Agapanthe Kirke

Age : 28 ans
Sang : Sang mêlé
Statut : célibataire
Métier : Barman
Baguette : bois d'if et crin de licorne, 34 centimètres, inflexible
Dialogue : #ff3300

Au cafard véreux
ce message a été posté Lun 3 Avr - 1:06
Sid avait l’habitude d’aller se saouler au chaudron baveur ou de siroter une bouteille chez lui devant la TVM. Aujourd’hui, il avait besoin de changements. Ras le cul de voir toujours les mêmes tronches au bar, ras le cul de voir les mêmes tronches à la TVM. Besoin de voir autre chose. Les habitués du bar, il en avait fait le tour, il connaissait le moindre de leurs malheurs, il savait dès qu’il arrivait quelque chose, il connaissait tout le monde. Ce soir, il n’avait pas envie d’entendre la mère de famille se plaindre de ses chiards, le mec qui s’est fait largué, celui qui a un boulot de merde, celle qui ne veut pas critiquer le gouvernement mais quand même c’est pas toujours joli-joli et surtout tout ce beau monde qui picole tellement qu’ils pensent que Sid est un psy, même en dehors de ses heures de taf. Au fond, il les aime bien : le chaudron baveur attire les rebus, les gros nazes, ceux dont personne ne veut. Sid sait bien qu’il n’est pas là pour rien.

En tout cas, ce soir, Sid avait envie de prendre l’air, de se vider la tête, quelque part où personne ne le connait. Un soir, un alcoolo quelconque a parlé à Sid d’un vrai rad pourri, un endroit où beaucoup vont, mais peu l’assume. Le genre de bar un peu craignos dans l’ancien Londres moldu. Un truc sous-terrain, dans les ruines. Un endroit où ne vont que les initiés et où on peut vraiment voir tout et n’importe quoi. Le bar s’appelle le Cafard véreux, rien qu’en entendant le nom, on se dit qu’il doit y avoir de l’action là-bas.

Sid n’est pas déçu. Le bar est sale, sombre et poussiéreux, la bière a un arrière-goût de vomi et la plupart des clients ont le visage caché par de longues capuches. Sid s’est assis au bar. Ici, il se sentait comme quelqu’un de sain et bien dans sa peau comparé aux autres buveurs, et ce sentiment est assez nouveau pour lui. Il commande un whisky que le ou la barman, il n’aurait pas su dire, lui sert dans un verre au fond duquel il peut apercevoir un moucheron écrasé. A côté de lui vient se poser une socière tatouée des pieds à la tête avec les vêtements les plus courts possibles, des énormes godasses et des cheveux bleus aux racines orange. Elle lui a tapé dans l’œil. Après avoir partagé quelques verres, les voilà à se rouler des galoches à n’en plus pouvoir respirer.

Elle s’allonge sur le bar et glisse la main de Sid dans sa culotte. Même s’il est assez ouvert et qu’il lui est déjà arrivé de niquer en public, Sid se dit qu’il n’était pas assez bourré pour ça et que le bar était sacrément glauque.

- Ça te dit, on se trouve un coin plus tranquille ? La vieille là-bas, elle a les yeux rivés sur ta chatte. Je le sens pas.

- Rha putain, je suis tombée sur un prude ! T’as de la chance que j’ai les ovaires en feu, allez suis-moi.

Elle prend la main (celle pleine de cyprine) de Sid et le tire violement jusqu’aux toilettes. Sur les trois toilettes du bar, deux sont bouchées avec de la merde ou du vomi au sol. La dernière est aussi bouchée, recouverte de PQ jusqu’à la cuvette, mais au moins, le sol est propre. Sid la colle au mur (littéralement… le mur est visqueux et le T-shirt de la sorcière y reste fixé) et c’est parti.

- Putain, c’est dégueulasse.

Sid reconnait cette voix entre mille. Comment peut-elle être dans ce bar ? Et  surtoutcomment peut-elle y être pile au moment où Sid y est ? Sid plaque sa main sur la bouche de la sorcière. Lizzie ne doit pas savoir qu’il est là. Non pas qu’il en ai quelque chose à foutre, mais il en a ras le cul qu’elle ne le voit que quand il fait des trucs chelous.

- Lâche-moi connard !

La sorcière venait de mordre la main de Sid jusqu’au sang. Sid lui chuchote :

- La fille, à côté des chiottes, je la connais. Je ne veux pas qu’elle sache que je suis là.

Sid savait qu’avec le cri que la tatouée venait de lancer, Lizzie savait que la cabine des toilettes n’était pas vide. Mais le tout est d’être assez discret pour qu’elle ne se doute pas que Sid y était aussi.

- C’est ta meuf ?

- Non, crétine, j’ai pas de meuf. Juste, je veux qu’elle se casse. Tu peux lui dire ?

- Dis-lui toi-même ducon !

- Tu fais chier, je te dis que je ne veux pas qu’elle sache que je suis là.

- T’es vraiment une tapette, toi.

Sur ces dernières paroles, la sorcière jette un violent coup de pied dans la porte dévoilant aux yeux de Lizzie Sid, la bite à l’air, un pied en équilibre sur la cuvette une main coincée dans l’entrejambe de son coup du soir.

- Voilà, maintenant, tu peux lui dire toi-même que sa tronche te reviens pas.
Suceuse d'éruptif
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t481-lizzie-o-meara
Messages : 429
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Shelley Hennig
Crédits : Kim ♥ ¤ com

Double compte : Scylla N. Kark

Age : Vingt-six ans
Sang : Basique #3
Statut : Crazy in love, bitch.
Métier : Fugitive, dans le genre terroriste débutante, elle se pose
Baguette : Bois de cornouiller, ongle de troll, 24,7 cm, rigide. Même qu'elle a un petit nom : « Poppy »
Epouvantard : Elle-même, enchaînée, pieds et poings liés, réduite à la plus stricte impuissance
Dialogue : [color=#339999]

Fille de Jane Callaghan - Atteinte d'une forme légère de dyslexie, écrite mais aussi orale sous le coup d'une forte émotion - S'est vue coller un chaperon depuis qu'elle a failli faire exploser un campement - A révélé son identité aux Mangemorts présents lors de sa mission à la Mine d'Aberfan (event 2) - Adore tout ce qui fait BOUM - A la gueulante facile et jure comme un charretier - Fugitive rodée - Du fait de son héritage sorcier péruvien, possède une affinité particulière avec le feu - A désigné Vivienne McKay comme sa Némésis jusqu'à ce que la mort les sépare
Re: Au cafard véreux
ce message a été posté Dim 30 Avr - 18:21
Au cafard véreux
Sid & Lizzie

 
L'inconvénient, quand on avait jeté à la face d'une troupe de Mangemort sa réelle identité, c'était qu'en tant que fugitif, du coup, vous aviez plutôt intérêt à faire profil bas par la suite. Si encore elle s'était contentée de beugler son nom comme une perdue mais n'avait pas découvert son visage, à la limite, on aurait pu espérer qu'ils aient du mal à additionner deux et deux. Sauf que Lizzie O'Meara n'avait pas l'habitude de faire les choses à moitié et que non contente d'avoir craché à la face de rat de Vivienne McKay, elle lui aurait bien aussi fait digérer le foulard qu'elle venait de s'arracher du nez. Bon, elle n'avait pas non plus braillé en pleine grande place d'Avalon, mais il n'empêchait qu'elle devait se montrer beaucoup plus prudente que d'ordinaire.

Alors forcément, quand vous vouliez aller prendre une cuite au troquet du coin, vous étiez drôlement emmerdés.

Exit Chaudron Baveur et autres tavernes trop connues du grand public. Les Pacificateurs arriveraient beaucoup trop vite dans le cas où elle se ferait remarquer - parce qu'à force, elle avait bien compris que c'était quand vous ne vouliez justement pas l'être que soudain, tout le monde semblait conscient de votre présence ! Généralement, cela s'apparentait à un gros lourd qui venait vous faire du gringue ou tentait de vous vendre un truc et que vous étiez obligés de renvoyer bouler avec une telle violence qu'une bagarre générale éclatait. Parce qu'il est bien connu que les poivrots aiment bien trouver un prétexte pour se la mettre, et pas que dans le gosier.

De fait, profitant que son améri-nounou avait été réquisitionné par Scarlett et Obbie pour une obscure mission de reconnaissance, à laquelle elle n'avait évidemment pas été conviée, au vue des récents événements et de la stupidité de son emportement à Aberfan, elle avait décidé que se mêler à la plèbe et vider quelques chopes ne lui ferait pas grand mal. Cependant, la fille Callaghan portant très bien le nom qu'elle ne portait pas - O'Meara, Callaghan, même combat -, plutôt que de trouver un petit estaminet tranquille de bourgade, n'avait rien trouvé de mieux que le fleuron de la pestilence cauchemardesque des bars, le dénomme Cafard Véreux. Elle n'y avait mis les pieds qu'une fois jusqu'ici, justement pour aller récupérer, en compagnie de Nero, un Obbie rond comme un queue de pelle qui s'était perdu. Cela remontait à deux ans peut-être mais force fut de constater que l'endroit n'avait pas changé. Toujours la même odeur de clope froide, de sueur fraiche et de crasse incrustée. Qu'importe, vaille que vaille, elle les aurait, ses godets ! " Une vodka-qui-chauffe ! " alpagua-t-elle le barman. Un instant plus tard, elle sirotait son alcool de l'est, menton dans la main, l'air ailleurs. " VAS-Y TE FOUS PAS DE MA GUEULE ENCULE ! T'AS TRICHE ! REND-MOI MES MORNILLES AVANT QUE J'TE FASSE REGRETTER TA MERE ! " Mais qu'est-ce qu'il avait à bramer, celui-ci ? La Phénix risqua un regard par-dessus son épaule. Grand bien lui en prit. Elle eut juste le temps de se jeter de côté avant qu'un pachyderme lui atterrisse sur le poil. " J'VAIS T'ECLATER ! J'TE JURE QUE JE VAIS TE FAIRE REMONTER LE TROU DU CUL DANS LA GORGE ! " Et voilà qu'ils s''empoignaient avec force de grognements tandis que le barman jetait son torchon en soupirant et sortait sa baguette. Mais le mal était fait : le reste de son verre auréolait désormais son pull et goutait de ses mains.

Peu encline à faire un esclandre pour si peu dans ce bouge, elle prit la direction des toilettes en jurant dans sa barbe. " Putain, c'est dégueulasse. " lâcha-t-elle pour elle-même à la vue de la céramique noire et au bruit de ses semelles collées au carrelage défoncé. Un lâche-moi connard qu'elle supposa ne pas lui être destiné lui répondit. Les doigts sous l'eau, elle zieutait dans le reflet de ce qu'il restait d'un miroir la cabine de toilettes dont les parois s'agitaient derrière elle. Quoi qu'il se passe là-dedans, l'une n'avait pas l'air soudainement d'accord. Une sombre histoire de "meuf" - qui parlait encore comme ça, en 2046, sérieux ? - et de tapette - franchement. Le monsieur aurait-il reçu un hibou en plein adultère ? Rigolo mais glauque, un peu. Quoi que pas autant que la vision qui s'offrit à elle lorsque la porte de la cabine manqua de s'arracher de ses gonds. Une sorcière punk à moitié à poil et Sid Lewis, les doigts enfoncés dans sa plus stricte intimité. Lizzie cligna des yeux, choquée. Un silence de mort s'installa alors que cheveux bleus filait comme le vent en râlant que putain tous les mêmes, des enculés et des tapettes. Classe. " Comment ça ma tête te revient pas ? " fut tout ce que, éberluée, la Phénix trouva à demander, très concentrée qu'elle était à essayer de ne surtout, surtout pas, baisser les yeux.

Made by Neon Demon

- - - - - - - - - - - - - - - - - -

We are Callacrew.

   By COM
 :: Royaume-Uni :: Londres