AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ [flashback] Don't you dare ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Date d'inscription : 08/04/2017
Célébrité : Ethan Cutcosky
Crédits : Sora

Age : 18 ans
Sang : Petit moldu
Statut : Seul, et il le vit très bien
Métier : Esclave
Baguette : Nope, try again
Dialogue : #FF6666

[flashback] Don't you dare
ce message a été posté Sam 15 Avr - 20:15
« - Si tu continue comme ça Zacharia, tu finiras très mal ! »

Il ne pouvait pas être plus mal qu’il ne l’était déjà, et c’était peu dire. Néanmoins, il darda un regard ennuyé vers la sorcière qui leur faisait cours, et haussa les épaules un peu trop raidement au goût de l’adulte. Il avait – encore – enclenché une dispute en pleine classe avec son voisin de table ; et pourquoi donc ?  Selon l’un, il s’agissait d’un coup de coude volontaire, pour l’autre, une insulte injustifiée. Peu importe qui eut raison, on accusa dès lors Zacharia le fauteur de troubles. Il n’y avait bien que lui pour créer une aussi mauvaise ambiance. A croire qu’il le faisait exprès.

A midi, il fut chargé de nettoyer les tables. Comme il n’était qu’un vulgaire moldu, il devait se contenter d’un vieux seau rouillé et d’une éponge miteuse pour le travail qu’on lui avait donné. Furieux, en sachant qu’il était innocent – pour une fois ! – il frottait les tables comme s’il voulait les dissoudre à l’eau poisseuse. Pas très utile, en somme, car l’éponge partait en lambeaux petit à petit, et il se retrouva avec encore plus de saletés qu’au début. Dépité, il fit plus attention jusqu’à ce que le tout soit achevé. Après ça, il rangea le matériel utilisé dans un placard à balais, et alla rejoindre ses camarades dans le semblant de cour qu’ils avaient. Bien entendu, les distributions de nourriture avaient été faites un quart d’heure plus tôt, et il arrivait trop tard.

« - Zut. »

Il donna un coup de pied rageur dans un caillou, et alla s’asseoir à l’ombre en attendant qu’on les appelle pour la reprise des cours. Il avait faim, peut-être même un peu trop. Il n’avait pas mangé non plus ce main. S’il continuait comme ça, il était bon pour l’évanouissement dans les heures qui suivront. Ah, ça leur ferait une belle jambe, aux adultes, si il tombait dans les pommes en plein cours.

De toute manière, il s’en fichait : il n’était plus à ça près, et en sachant ce qui l’attendait l’année prochaine, il préférait encore mourir de faim maintenant. Cela ne gênerait pas grand monde, de toute façon, lui le premier. Et tandis qu’il ruminait ces sombres pensées à l’égard de sa propre existence, il ne remarqua que très tardivement la présence familière qui s’était installée à ses cotés. Lorsqu’il releva la tête, il eut le déplaisir de croiser le regard de Joy North.

« - Qu’est-ce que tu me veux, encore ? »

Elle n’avait encore rien prononcé qu’il se sentait déjà irrité. Fronçant violemment les sourcils, il lui lança un regard foudroyant destiné à la faire fuir rapidement, mais quand il se rendit compte qu’il n’arrivait à rien de cette manière, Zacharia agrippa le bras de la plus jeune pour la faire réagir un peu.

« - Dégage ! »

La galanterie n’était pas son fort ; elle ne l’avait jamais été. Il n’en avait strictement rien à faire si elle se sentait blessée ou attristé. D’ailleurs, il ne supportait pas de la voir rôder autour de lui sans arrêt. Alors quoi ? Elle le prenait pour sa mère ? Il avait autre chose à faire que de materner des gamines paumées. Comme nettoyer des salles de classe au lieu d’aller manger, par exemple.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 85
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Arsy

Age : 17 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Dim 16 Avr - 10:38
Ça remontait à très longtemps … J’étais encore une enfant à l’école pour les Moldus. C’était pas plus dur que dans les camps. C’était … presque moins oppressant. Mais c’était dur. Mais bon ! Au moins on avait des repas tous les jours ! Et pour tout le monde. Ou presque. Il y avait un garçon : Zacharia, qui avait la fâcheuse manie de se faire beaucoup trop remarqué et qui devait donc sauter très souvent des repas. Moi ? J’étais un véritable fantôme silencieuse et obéissante. C’était … Un avantage. Je n’étais jamais privée de repas ou autre. Mais … Je pouvais parfois escamoter une part en plus. Histoire de partager avec ceux qui ne mangeait pas. Et … Aujourd’hui … Visiblement c’était de nouveau Zacharia.

Assise à table j’écoutais attentivement les conversations en glissant un pain dans une de mes poches. Puni à cause d’une haute qu’il n’avait pas commise ? Le pauvre … Je me mordillais la lèvre en finissant d’avaler mon repas. Il ne m’aimait pas. Et c’était réciproque. Mais c’était un être humain non ? Et un moldu. Je me grattais la joue pensivement avant de sortir de table. Mmmh … J’allais lui donner le pain que j’avais caché. Il fallait juste le trouver. Je fis attentivement le tour des groupes avant de voir un caillou me heurter la cheville. Relevant la tête je le vis assis, seul comme toujours, dans un coin. Je m’approchais lentement sans faire de bruit avant de m’asseoir face à lui.

Il grogna tout de suite. On aurait dit à chien qui avait son territoire. Et j’étais sur son territoire. Mais il ne me faisait pas peur. Je restais debout bien droite face à lui sans rien dire. Il me fusilla du regard. Je ne réagis pas. C’était tellement habituelle que … Même son regard glacial ne me faisait pas peur. Je ne dis rien non plus quand il m'agrippa le bras et qu’il le serrait comme s’il voulait le briser en m’ordonnant de partir. Je ne répliquai toujours pas et détachai ses doigts crispés autour de mon bras sans trop de difficulté. Plongeant ma main dans ma poche je sortis le pain. S’il ne mangeait pas, il pourrait très bien tomber dans les pommes ou mourir de faim. Dans les deux cas le résultat était la mort. On n’acceptait pas les moldus faibles. Enfin … Je dis « On » mais c’était les sorciers. J’agrippais la main de Zacharia, paume ouverte vers le ciel et posais le pain dedans. Je le lâchais rapidement

« Mange. Sinon, si tu tombe dans les pommes et ils te tueront. »

Je le regardais toujours droit dans les yeux. J’étais plus grande que lui en taille. Mais il avait un an de plus que moi. Pourtant, j’avais l’impression de voir un enfant capricieux qui ne savait pas se contrôler quand on lui disait non. Un véritable comportement suicidaire. Et pourtant, même si je ne l’aimais pas, je ne pouvais pas accepter sa mort. Pas parce que j’étais proche de lui comme d’un frère. Non ! Il ne fallait pas rêver. Il n’était certainement pas quelqu’un avec qui j’avais envie de me lier plus que nécessaire. Mais … Il était un être humain non ? Il fallait bien s’entraider. C’était comme les sorciers, ils n’étaient pas tous fondamentalement mauvais. Ma mère me l’avait dit. Elle avait rencontré durant sa survie, quelques sorciers. La plupart étaient mauvais mais d’autres avaient été bons avec elle. Tout n’était question que d’éducation. Et Zacharia en manquait cruellement. Pourtant … Il devrait le savoir que pour survivre il lui fallait se tenir à carreaux ! Je m’appuyais sur le mur à quelques distance de lui avant de demander

« Tu as fais quoi cette fois ? »

J’étais curieuse de ce qu’il avait pu faire … Avait-il frapper quelqu’un ? Insulté ? Créer une cataclysme dans sa classe ? À voir. C’était toujours fascinant de voir sa capacité à créer le chaos.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Date d'inscription : 08/04/2017
Célébrité : Ethan Cutcosky
Crédits : Sora

Age : 18 ans
Sang : Petit moldu
Statut : Seul, et il le vit très bien
Métier : Esclave
Baguette : Nope, try again
Dialogue : #FF6666

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Lun 17 Avr - 17:10
Pourquoi était-elle là, au juste ? Zacharia avait été si horrible avec elle depuis qu’ils se connaissaient, et pourtant, elle revenait à la charge, comme à chaque fois. Pourquoi Joy ne voulait-elle pas comprendre la leçon ? Il ne réagit pas lorsqu’elle farfouilla dans sa poche, ni lorsqu’elle lui présenta un morceau de pain. Voilà, elle était là pour le narguer ; elle qu’il exécrait tellement. Zach eut d’abord dans l’idée de la faire fuir par des insultes, mais il se ravisa lorsqu’il croisa son regard. Il n’avait rien de méchant, ou de moqueur. Elle était comme d’habitude. Alors quoi ? Qu’est-ce qu’elle voulait ? Il n’était pas d’humeur à être gentil. Sa seule réaction se déclencha lorsqu’elle lui prit la main, qu’il tenta de retirer vivement mais comme elle la tenait fermement, il s’agita et s’épuisa sans parvenir à récupérer ce qui lui appartenait. Une sueur froide lui parcourait les tempes, et son cœur se mit à battre plus fort. Il ne supportait pas d’être touché.

« - Lâche moi ! » Glapit-il d’une voix étranglée.

Joy lâcha le morceau de pain à l’intérieur de la paume qu’elle maintenait tendue. Zach ne ne se détendit que lorsqu’elle desserra sa poigne pour lui laisser sa main enfin libre, et son regard fit le chemin entre le supposé cadeau et la demoiselle qui le lui avait offert. Est-ce qu’elle … Venait de lui donner de la nourriture ? Pourquoi ? La réponse vint aussitôt, sans qu’il ai à lui adresser de nouveau la parole.

« -  Mange. Sinon, si tu tombe dans les pommes et ils te tueront. »

Comme elle le fixait dans le blanc des yeux, il détourna son regard pour fixer sa paume. Il referma bien malgré lui les doigts autour du pain, et le serra avant de revenir à Joy. Quoi ? Elle se souciait vraiment de savoir s’il allait mourir ou pas ? En quoi était-ce ses affaires, de toute façon ? Un « mêle-toi de tes affaires, idiote » resta bloqué au fond de sa gorge, ne parvenant pas à passer la barrière de ses lèvres. Au lieu de ça, il souffla si doucement un vague « merci » marmonné qu’il aurait été difficile de l’entendre. Il avait même l’impression de s’être brûlé la langue pour avoir prononcé une chose pareille à l’attention de cette fille. D’ailleurs, elle était allée s’adosser contre le mur, un peu plus loin, comprenant qu’une bonne distance était nécessaire entre eux.

« - Tu as fais quoi cette fois ? »

Irrité, Zach ne répondit pas tout de suite. Pourquoi tout le monde se bornait sans cesse à penser qu’il était toujours coupable de tout ? Il n’avait rien fait – pour une fois – et bien entendu, même une idiote idéaliste comme Joy North s’était persuadée qu’il était puni pour une raison valable. Il plongea son regard glacial dans celui, plus chaleureux, de Joy. Un faux sourire orna ses lèvres pâles, et il répéta sur un ton neutre, tel un perroquet, ce qu’avait dit le véritable coupable.

« - J’ai donné un coup de coude à mon voisin de table. »

Peu intéressé par la réponse qu’elle pourrait lui donner, il porta le morceau de pain à sa bouche pour calmer les hurlements furieux de son estomac. Ce n’était pas grand-chose, mais pourtant énorme en comparaison de ce à quoi il avait le droit au camp. Il avait cependant l’impression de manger du sable ; le pain était tellement sec que sa faim se transforma en soif. Il se retourna, mais Joy était toujours là. Agacé, et désirant être seul, il reprit son éternel sourire sans joie, et s’avança vers elle afin de chercher la petite bête.

« - Et toi ? Faiblarde comme t’es, tu crois vraiment qu’ils vont te garder en vie ? »

C’était bien la première fois qu’il lui posait une question visant son point de vue. D’habitude, il ne parlait pas autant, et certainement pas pour connaître l’avis de Joy North sur les aléas de la vie. Il attrapa une mèche de cheveux de la plus jeune, toujours souriant, et tira dessus, suffisamment fort pour sentir une tension à la racine, mais pas assez pour lui faire ployer la tête. Il en oubliait déjà le morceau de pain qu’elle lui avait offert quelques minutes plus tôt.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 85
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Arsy

Age : 17 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Lun 17 Avr - 18:50
Il n’avait pas dit merci. Ce n’était pas important, je me fichais de son remerciement. Je ne l’aimait pas vraiment, je faisais ça parce qu’il était lui aussi un être humain tout simplement. Je regardais fixement devant moi sans le regarder pendant qu’il mangeait son pain un peu trop dur sûrement. Mais c’était mieux que rien. Même si ça donnait soif. Il valait mieux ça que de mourir de faim et de tomber dans les pommes. Ce qui signifiait bien souvent mourir dans un éclair verdâtre sans qu’on comprenne comment. Et d’après ce que j’avais compris nous avions déjà assez été décimé.

Je haussais un sourcil, seulement un coup de coude ? Je n’aimais pas du tout son sourire. Il souriait toujours même quand il n’y avait pas de raison. Et cela ne sentait généralement pas bon pour celui en face. En l'occurrence moi. Il m’avait déjà tapé dessus par le passé mais ce n’était pas grave. Au moins je devenais plus résistante à la douleur, c’était pas mal non ? Surtout dans ce lieux, j’avais plus peur des bruits violents que des coups. Et … j’ignorais s’il le savait ou non. Mais je n’avais aucune envie de lui dire. Je ne reculais pas quand il s’approcha de moi, je ne frémis même pas quand il commença à me tirer les cheveux. Par contre qu’il me demande mon avis me surpris. Faiblarde ? Moi ? J’étais véritablement mince et fluette mais … Je me redressais un peu, accentuant la tension sur la mèche de mes cheveux, mais au moins on voyait que j’étais plus grande que lui. Je finis par parler, et comme d’habitude je ne parlais pas très fort :

“ Je ne suis pas faiblarde, j’ai beau être mince je reste plus grande et plus forte que toi. Parce que au moins je mange tout les jours. “

Ce n’était peut-être pas très gentil de le dire, mais c’était la vérité. J’étais plus grande que lui malgré le fait que j’avais un an de moins que lui. Mais il ne mangeait pas très souvent. Et il se battait souvent ! Alors l’un dans l’autre .. Il ne grandissait pas vraiment, moi oui. Etrange quand même mais bon. Je détournais de nouveau le visage m’installant en tailleur sans plus le regarder. Je savais que je l’avais provoqué mais je n’avais nullement peur de celui là. J’avais véritablement plus peur du tonnerre ou d’autres bruits beaucoup plus violant que lui. Du moment qu’il ne me hurlait pas dans les oreilles. Mais je supposais qu’il ignorait que j’avais une ouïe trop fine et trop sensible. Et plus il l’ignorait mieux cela valait pour moi.

“ Tu devrais manger ton pain si tu veux un jour être plus grand que moi . “

Je le charriais méchamment peut-être. Mais tant pis. Ce n’était pas cruel non plus. Je ne le critiquais pas, dans des temps plus cléments il aurait put être quelqu’un de très grand. Si en avait eut les capacités biologique. Et puis avec tout ce qu’il m’avait tapé dessus, je me donnais le droit de parfois être méchante avec lui. Je repoussais en arrière les mèches échappées de ma natte sans rien rajouter.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Date d'inscription : 08/04/2017
Célébrité : Ethan Cutcosky
Crédits : Sora

Age : 18 ans
Sang : Petit moldu
Statut : Seul, et il le vit très bien
Métier : Esclave
Baguette : Nope, try again
Dialogue : #FF6666

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Jeu 20 Avr - 14:41
Son comportement le mettait hors de lui ; pourquoi était-elle toujours si calme, si détendue ? Zacharia voulait trouver son point faible, pour vraiment tester ses limites, mais elle semblait ne pas en avoir. Peut-être était-elle une sorcière, tout compte fait … Ce ne serait pas étonnant, maintenant qu’il y pensait. Un frisson le parcourut : si elle était une sorcière, est-ce qu’on lui ferait payer son attitude à l’égard de cette gamine ? Est-ce que Joy North était une sorcière ?

Elle se redressa, et lui se fit plus petit, presque intimidé au fond de son être. Son regard ne voulait pas se détacher de la plus jeune, trop fier pour oser avouer sa propre faiblesse. Oui, elle était plus forte que lui, autant sur le plan moral que sur le plan physique, mais il préférait se couper un bras plutôt que de se l’avouer. Et elle continuait de se redresser, encore et encore, creusant leur écart de taille de quelques centimètres en plus, et Zacharia dut lever les yeux vers elle. C’était comme si le jugeait de toute sa hauteur. Il se figea. Deuxième frisson. Elle était effrayante.

« Je ne suis pas faiblarde, j’ai beau être mince je reste plus grande et plus forte que toi. Parce que au moins je mange tout les jours. »

Il ne supportait pas de l’entendre, surtout venant d’elle. Elle n’était pas plus forte que lui. Ce n’était pas possible. Elle ne se battait jamais, alors comment pouvait-elle l’être ? Il serra les dents, et sera sa prise sur la mèche de cheveux qu’il tenait dans le creux de sa paume. C’était étrange de voir la taille ridicule de ses doigts par rapport à ceux, plus longs et graciles, de Joy North. C’était faux. Elle n’était pas plus forte que lui.

Il finit par la lâcher, bien malgré lui, lorsqu’elle décida qu’elle en avait marre et qu’elle alla s’asseoir près du mur. Frustré du peu d’importance qu’elle lui accordait, Zacharia serra les poings si fort que ses jointures virèrent au blanc. Elle le dégouttait dans toute sa splendeur, avec sa sagesse condescendante qui ressemblait tant à du mépris. Qu’elle arrête. Tout chez elle lui donnait envie de vomir ses tripes.

« Tu devrais manger ton pain si tu veux un jour être plus grand que moi. »

Zacharia sentit une vague de colère incontrôlable le parcourir, comme un frisson, mais bien plus terrible. Une vague d’insultes lui traversèrent l’esprit, plus violentes les unes que les autres, et toute la haine qu’elle éprouvait à l’égard de cette fille n’était retenue que par la barrière de ses lèvres. Les mâchoires contractées, il se retourna vivement vers Joy.

«  Ne me donne pas de leçon ! » Cria-t-il soudain, ne sachant quoi dire d’autre, troublé par la vérité qu’elle lui balançait alors à la figure. « Tais-toi espèce d’idiote ! »

Sans vraiment savoir ce qu’il faisait, il se pencha pour ramasser brutalement quelques cailloux qui traînaient sur le sol, et les lança avec rage vers la brune. Il aurait voulu lui arracher la langue pour l’empêcher de parler, et lui crever les yeux pour qu’elle arrête de le poser sur lui ce regard qui le faisait tant souffrir.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 85
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Arsy

Age : 17 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Jeu 20 Avr - 15:56
J’avais touché un point sensible. Je le savais. Mais je n’aimais pas être méchante avec d’autres moldus. Mais j’avais l’impression qu’avec Zacharia … C’était la seule chose qu’il comprenait. C’était … Comme une obligation de lui mettre devant les yeux ce qu’il n’allait pas chez lui et nos différences. C’était ça. J’étais comme ça seulement avec lui parce qu’il me provoquait. S’il m’avait dit merci simplement puis posé quelques questions sympathiques je n’aurais pas réagis comme ça. Mais … Avec Zach c’était toujours comme ça de toute manière … Pourquoi j’allais le voir de toute manière ? Je crois que c’était parce qu’il me faisait profondément pitié … Simplement. Heureusement qu’il ne lisait pas dans mes pensées. Il pouvait bien serrer les poings il ne m'impressionnait pas plus que ça.

Par contre … Lorsque je le vis se lever en criant je grimaçais et fis mine de me boucher les oreilles. Mais je pense que mon geste passa plus comme une parade face aux pierres que Zach ‘envoya. Une me toucha dans la figure, une autre sur l’oreille mais les autres rebondirent sur mes bras que j’avais mis devant mon visage en le voyant ramasser des pierres. Je baissais lentement les bras et regardais les pierres au sol puis Zach. Je touchais mon visage et mon oreille. Je n’aurais probablement que des bleues et pas plus. Je me levais lentement en fixant droit dans les yeux. J’époussetais tranquillement mes habits avant de pousser du pieds les cailloux dans un coin. D’autres Moldus s’étaient rassemblés pour voir ce qu’il se passait. Les cris de Zacharia avaient attiré du monde. Du moment que ce n’était pas les sorciers tout allait bien.

Je me frottais le nez pensive. Qu’allais-je faire ? Riposter ou alors l’ignorer ? Dans un combat au corps-à-corps … Je doutais d’avoir réellement l’avantage. IL avait beau être faible à cause du manque de nourriture … Il restait un garçon. Non. Cela lui ferait plaisir de voir que je si j’attaquais. Donc je n’allais pas répliquer par la violence. Je le fixais toujours droit dans les yeux avant de donner un coup de pieds dans le petit tas de cailloux. J’avais très envie de lui lancer à la figure, et j’étais sûre de le toucher. Mais il n’en valait pas la peine. Je finis simplement par de nouveau m’asseoir pour détacher mes cheveux pour les natter de nouveau plus serré. Histoire qu’il n’ai pas une autre mèche à prendre et à tirer. Je finis simplement par de nouveau le regarder et dire distinctement

« Tu vise presque bien. »

Je ne souriais pas. J’étais sérieuse. Comme presque tout le temps. Pas d’ironie non plus. Bien que cela pouvait passer pour de l’ironie. Rien à faire. Je refusais d’aller le frapper. Je l’avais giflé. Une fois. Je ne voulais pas recommencer. Pas parce que j’avais peur de frapper, non, je n’avais pas envie de lui faire plaisir. En espérant que les sorciers ne commence pas à venir à cause de l’attroupement. Les autres devaient espérer voir Zacharia se battre. À voir s’il l’osait.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 9
Date d'inscription : 08/04/2017
Célébrité : Ethan Cutcosky
Crédits : Sora

Age : 18 ans
Sang : Petit moldu
Statut : Seul, et il le vit très bien
Métier : Esclave
Baguette : Nope, try again
Dialogue : #FF6666

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Dim 30 Avr - 14:58
Elle n’en avait pas grand-chose à faire. Les cailloux rebondissaient sur elle comme s’ils ne pouvaient pas vraiment la toucher, et Zacharia, tout au fond de son petit coeur d’enfant, craignait des représailles. La frapper en pleine cour reviendrait à se voir infliger une nouvelle punition, ce qu’il ne voulait pas, bien évidemment, mais la voir sereine, toujours trop compréhensive, le mettait hors de lui. Pourquoi avait-il fallut que cette fille vienne sans cesse vers lui, tel un chien refusant de lâcher son maître ? Il ne voulait pas de sa pitié condescendante, ou de son affection. Zacharia se sentait merveilleusement bien dans sa solitude où il se complaisait tant. Comme le disait le vieux dicton : mieux valait être seul que mal accompagné, et Joy, de toute évidence, était d’une compagnie affreuse.

Autours d’eux, les autres élèves. Ils commençaient à avoir leur public, et le simple fait d’être observé de toute part, et pas seulement par Joy, le mettait mal à l’aise. Son coeur se mit à battre le chamade, toujours plus fort, toujours plus frénétique, horrifié par le soudain attroupement qu’il avait lui même causé. Et les regards le jugeaient, encore, et encore, et il était persuadé d’entendre des ricanements derrières tous ces visages sévères qui le jugeaient amèrement. Tous les même.

Joy, face à lui, était songeuse, peu attentive aux autres moldus qui les fixaient sans comprendre l’origine du conflit. Elle ne le regardait plus vraiment, comme perdue dans ses pensées, et Zacharia aurait voulu lui hurler de déguerpir et de le laisser en paix. Mais elle ne s’en allait pas. Pourquoi en voulait-elle pas s’en aller ? N’avait-elle pas comprit qu’il voulait juste la voir disparaître ? Qu’il la haïssait de tout son coeur, au-delà même du dégoût que lui inspiraient les sorciers et leur méthodes barbares ? Il serra les dents, et elle donna un coup du bout de sa chaussures dans les tas de cailloux qui reposait devant elle. Pas assez fort pour que cela ne le touche, mais ils roulèrent au moins jusqu’à lui. Et si c’était à lui de partir ? Après tout, rien ne le retenait à cette gamine, et il pouvait tout aussi bien aller discuter avec d’autres élèves. Pourquoi restait-il avec elle ?

Elle parlant de Joy, elle se rassit à nouveau, peu intéressé par les états d’âme du brun. D’un regard mauvais, il l’observa refaire sa tresse, calme, adorable, comme toujours. C’était irritant, cette façon d’être détachée du reste du monde, comme si elle n’y appartenait pas vraiment. Mais d’un autre coté, cette façon de continuer à vivre sa vie comme si rien ne s’était passé signifia la dispersion de la foule, et Zacharia sentit un soulagement immense en voyant les gens retourner à leur occupation. Son rythme cardiaque s’apaisa.

« Tu vise presque bien. »

Elle lui parlait de nouveau. Quoi ? Était-ce à lui qu’elle s’adressait ? Il se retint de ricaner. Il fallait savoir : soit elle l’ignorait complètement, soit elle arrêtait de s’interrompre toutes les deux minutes pour faire autre chose, mais là ... C’était d’un ridicule presque grotesque. Il préféra hausser les épaules. Elle le narguait. C’était bien la première fois qu’elle le faisait. D’habitude, elle se contentait de lui faire morale avec sa gentillesse hypocrite. Et c’est pour ça qu’il la détestait, elle, parmi tous les autres.

Maintenant que les autres étaient partis, il eut de nouveau la possibilité de bouger. Il avança, lentement, comme un chat prêt à bondir sur sa proie. Il ne s’arrêta que lorsqu’il fut à quelques centimètres seulement de Joy, et la foudroya du regard. Oh, il aurait voulu le secouer pour la faire réagir, mais la peur d’être de nouveau repéré l’empêchait d’agir. Il se contenta de parler.

« Tu te crois maligne ? »
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t774-joy-north-liens
Messages : 85
Date d'inscription : 11/03/2017
Célébrité : Anna Popplewell
Crédits : Arsy

Age : 17 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique
Epouvantard : Une corne de brume.
Dialogue : #ffccff

Re: [flashback] Don't you dare
ce message a été posté Dim 30 Avr - 22:57
[color:652a=##FF6666]« Tu te crois maligne ? »

Je fixais tranquillement Zacharia. Il était revenu vers moi. Les autres étaient partis. Parce qu'il n'y avait pas eut de bagarre. C'était étrange ce besoin de voir se battre les autres, de voir le sang des siens couler. Pour rien. Je devais avouer ne pas comprendre. Cela devait être un moyen de soulager la pression. Mais moi je n’aimais pas ça. Je finis de tordre mon élastique au bout de ma longue natte brune et d'un mouvement d'épaule la fis passer dans mon dos où elle glissa lentement. Zacharia était devant moi. Il me toisait. Il devait profiter du fait que cette fois il était debout et moi assise et donc qu'il était plus grand que moi. « Tu te crois maligne ? » … Que voulait-il dire par là ? Je fermais à moitié les yeux pensive et penchais la tête sur le côté. Être maligne ? Pourquoi ? Je n'en avais aucune idée. Et puis … Cela voulait dire quoi être maligne ? J'avais plus l'habitude d'entendre dire que nous étions stupide … Alors maligne … Mmmh … J'avais déjà lu ce termes dans des livres … Ah oui ! Voyons … Comment était la définition ? « Qui témoigne d'astuce, d'ingéniosité, de perspicacité » il me semble. Pourquoi il disait ça ? Je relevais donc la tête vers lui en plissant des yeux à cause du soleil

« Je ne me crois pas maligne. Pourquoi tu dis que je suis maligne ? J'ai juste dis que tu visais bien, ce qui est une vérité non ? »

Là je devais avouer que j'étais un peu perdue. Pourquoi franchement disait-il que j'étais maligne ? Je n'étais qu'une petite fille non ? Une petite fille juste bonne à nettoyer des chaussettes selon les sorciers. Mais assez intelligente pour être dans les notes hautes de la classe. Je travaillais pour. Ce n'était pas parce que j'aimais les sorciers, je n'avais pas oublié le sortilège rouge qu'ils avaient lancé sur ma mère qui s'était figé sous en hurlant cependant quand ils m'avaient emmené, mais si je voulais pouvoir les combattre ou autre … Il fallait que je sois dans leur petits papiers non ? J'étais quand même sûre que tout les sorciers n'étaient pas cruels comme ceux qui étaient ici. Je tournais la tête pour éternuer. Pas question d'asperger les jambes de quelqu'un avec ça. C'était dégoûtant ! Je me frottais le bout du nez avec la paume de ma main histoire de chasser les dernières traces de chatouillement dedans.

Du coin de l'œil je voyais qu'il y avait des sorciers qui commencer à arriver à et observer. L'agitation de tout à l'heure n'était pas passez inaperçu. Malheureusement. Ou heureusement. Zacharia n'oserait pas frapper quelqu'un face à un sorcier. Mais ce n'était pas grave s'il me frappait du moment qu'il ne criait pas dans mes oreilles. C'était tout ce que je lui demandais. Une chance qu'il ne soit pas dans ma classe, il l'aurait très vite sut. Mais … S'il posait des questions aux gens de mon groupe … Est ce que ceux-ci lui diraient ce dont j'avais peur ? Je m'entendais bien avec tout le monde … mais … Justement … Je savais que certains ne m'aimait pas … Bien que je ne comprenne pas pourquoi. Je ne faisais pas ça par calcul d'être gentille. C'était dans ma nature non ? Est ce que c'était mal d'être gentille ? Je fis une moue pensive avant de voir que les sorciers partaient déjà … Ah tant pis. Ce n'était pas grave les coups. L'important était de résisté. Simplement. De savoir encaisser. Pour rendre après. Plus fort.
 :: Royaume-Uni :: Londres