AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne l'ancienne miss météo de la TVM avec la némésis d'Adara Dragenvann, Séraphine !
Des scénarios en folie
Débarque tout droit de Colombie avec le rejeton de Joaquim Cervera, Lito Cervera ! Cool
Des scénarios en folie
Renforce ton côté protecteur avec la grande-sœur de Salomé O'Ryan, Jézabel McKay !
Des scénarios en folie
Pétille de mille feux avec la bâtarde d'Ajay Shafiq, Ayesha Khan !
Magique boîte à idées
Tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet

❝ Mathilda Lovewell ❞
 :: Création de Personnage :: Carnet de route :: Chroniques
Mohamed Allô
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t705p25-mathilda-lovewell
Messages : 361
Date d'inscription : 09/02/2017
Célébrité : Erika Linder
Crédits : Hareton

Double compte : Altair Kirke, Zoltán Hunter & May Laronce

Age : 22 ans
Sang : Moldue
Statut : Célibataire
Métier : Domestique, c'est déjà pas mal
Baguette : La seule à laquelle elle peut prétendre est une baguette de sourcier.
Epouvantard : Elle-même, tuant un autre moldu
Dialogue : #DC8E28

Non-binaire qui s'ignore (merci la religion !) ♰ Fanatique religieuse ♰ Fanatique de Durham ♰ Esclave de Wilfric Mulciber ♰ Petite-fille bâtarde de Wilfric Mulciber (sa mère est une cracmole) ♰ Combattante au Boutefeu Chinois ♰
Mathilda Lovewell
ce message a été posté Mer 19 Avr - 11:36

Mathilda Lovewell



♰ 17 août 2024 : Naissance de Mathilda Eliza Lovewell à Newbury.
Matt grandit avec un père sourcier et une mère oniromencienne et tireuse de cartes dont elle a régulièrement honte. Elle rêve de changer de famille pour des parents plus normaux.

♰ 13 mars 2032 : Après une longue errance dans la campagne, les Lovewell sont "recueillis" par les sorciers.
Le père est rapidement sélectionné pour du travail manuel. C'est ensuite au tour de Mathilda d'être séparée de sa mère pour être emmenée à l'école moldue.

♰ 18 août 2036 : Mathilda est vendue à sa première famille sorcière.

En cours....

Mohamed Allô
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t705p25-mathilda-lovewell
Messages : 361
Date d'inscription : 09/02/2017
Célébrité : Erika Linder
Crédits : Hareton

Double compte : Altair Kirke, Zoltán Hunter & May Laronce

Age : 22 ans
Sang : Moldue
Statut : Célibataire
Métier : Domestique, c'est déjà pas mal
Baguette : La seule à laquelle elle peut prétendre est une baguette de sourcier.
Epouvantard : Elle-même, tuant un autre moldu
Dialogue : #DC8E28

Non-binaire qui s'ignore (merci la religion !) ♰ Fanatique religieuse ♰ Fanatique de Durham ♰ Esclave de Wilfric Mulciber ♰ Petite-fille bâtarde de Wilfric Mulciber (sa mère est une cracmole) ♰ Combattante au Boutefeu Chinois ♰
Re: Mathilda Lovewell
ce message a été posté Ven 8 Déc - 10:30
2046


Mars

X Once upon a night feat Wilfric Mulciber

X
All we do is win feat Tadhg Rosenberg


Avril

Saint Patrick's Day ★ Cac ! feat Alfie Lookwood

X Ad oculos feat Elizabeth Carrow

X S.O.S. médecin feat Mia Wright (MISSION)


Juin

X Viens... allez viens, on est biens ! feat  Joy North

Xϟ Dies iræ ϟ Groupe 4 - EVENT

Xϟ Dies iræ ϟ La fin - EVENT


Juillet

X Rédemption (MISSION)

Août

X Passe par ici, passe par là feat Saïmen Lagides  (MISSION)

Septembre

God lies in the bottom of the bottle feat Stanley Summers

Octobre

X Ultima Cave Ϟ Groupe II - EVENT FINAL

X Ultima Cave Ϟ Groupes I, II et III (suite) - EVENT FINAL

X Ultima Cave ϟ La fin - EVENT FINAL

Novembre

Tomorrow I'll keep a beat and repeat yesterday's dance feat Tadhg Rosenberg
Mohamed Allô
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t705p25-mathilda-lovewell
Messages : 361
Date d'inscription : 09/02/2017
Célébrité : Erika Linder
Crédits : Hareton

Double compte : Altair Kirke, Zoltán Hunter & May Laronce

Age : 22 ans
Sang : Moldue
Statut : Célibataire
Métier : Domestique, c'est déjà pas mal
Baguette : La seule à laquelle elle peut prétendre est une baguette de sourcier.
Epouvantard : Elle-même, tuant un autre moldu
Dialogue : #DC8E28

Non-binaire qui s'ignore (merci la religion !) ♰ Fanatique religieuse ♰ Fanatique de Durham ♰ Esclave de Wilfric Mulciber ♰ Petite-fille bâtarde de Wilfric Mulciber (sa mère est une cracmole) ♰ Combattante au Boutefeu Chinois ♰
Re: Mathilda Lovewell
ce message a été posté Dim 11 Mar - 22:40
Novembre 2046

« Tilda ? »

La jeune moldue eu une atroce sensation de décomposition. Son coeur, sa tête, ses mains, son masque... tout semblait brusquement s'émietter. Tout ce qu'elle avait passé tant d'années à construire. Elle. La moldue sans parents. La combattante du boutefeu. La domestique de Mulciber. La nouvelle inquisitrice... détruite en deux petites secondes par deux petites syllabes qui remettaient tout son monde en question. Tilda. Le surnom que lui donnait autrefois sa mère. Sa vraie mère. Sa génitrice. Celle dont les bras avaient tenté de la retenir 17 ans plus tôt. Celle que son cerveau avait pensé reconnaître il y a à peine quelques instants, aux côtés de Savannah, avant que son système d'auto-défense ne lui ordonne de s'éloigner au plus vite et d'oublier ce visage. Ce doute qui l'avait comme stupéfixiée tout en l'ébranlant paradoxalement de l'intérieur, désintégrant chaque bribe de pensée qui se formait dans son esprit et l'isolant soudainement du monde extérieur. Du temps qui s'écoulait. Des voix qui ne l'atteignaient pas. Et de l'air qui circulait encore dans ses poumons par elle ne savait quel miracle.
Elle n'aurait pas su dire quelle force prodigieuse avait mis ses jambes en mouvement mais elle savait qu'elle était partie. Qu'elle avait fuit. Comme une lâche. Tout ça pour être mieux rattrapée à la sortie de la cité sorcière. Retenue, arrêtée, capturée, empêtrée dans un tourbillon d'émotions inextricables. Indésirables. Et pourtant....

« Ma Tilda ? »

Oui, c'était bien elle. Cette voix. Cette intonation. Ce sobriquet. La même force prodigieuse - presque surnaturelle - la fit lentement pivoter sur elle-même. Madelynn Lovewell s'était doucement rapprochée. Les lèvres tremblantes. Les yeux baignés de larmes. Les mains tendues devant elle, comme on avance à tâton dans le noir. Ou comme on essaie de retenir un animal craintif avant qu'il ne s'échappe. Un animal ou un rêve. Mais elle n'était ni l'un ni l'autre. Elle était.... elle était.... elle était soudainement une petite fille de sept ans. Une gamine en pleurs dans les bras de sa mère. Une mioche blessée, perdue, terrorisée. Une enfant qui s'accroche de toutes ses forces au dernier rempart contre l'abandon, la solitude et la misère. Une morveuse qui chouinait des " Maman " étouffés dans la robe grise de sa mère. Et qui se laissait bercer comme un bébé par la douce voix maternelle, par la main dans ses cheveux, par le bras protecteur qui la retenait désormais. Qui la retiendrait à jamais. Cette promesse flottait silencieusement dans l'air.... comme un précieux secret.



Janvier 2047

Le rire clair de Madelynn fit instantanément relever la tête à Mathilda.

« Quoi ? »

« C'est juste.... comment est-ce que tu épluches ça ? »

« Comment est-ce que tu veux que je l'épluche ? » grogna la domestique de Mulciber d'un ton boudeur.

« Pas comme ça. Donne. »

Matt lui céda la clémentine en pinçant les lèvres, agacée d'être retombée en enfance. Mais pas d'avoir retrouvé sa mère.... tous ces petits moments, infantilisants ou pas, étaient aussi rares que précieux. Un mois déjà s'était écoulé depuis leur dernière rencontre, qui était aussi la date de leurs émouvantes retrouvailles. Après s'être raconté leurs vies dans un concert de sanglots et de rires - mais surtout de sanglots - elles s'étaient séparées avec la promesse de se revoir rapidement. Une promesse évidemment nourrie de naïves illusions.... Gênées par leurs maîtres et leurs missions respectives, elles ne s'étaient revues que la semaine précédente, juste le temps de se communiquer leurs jours de congés. Les Mulciber étant foutrement inflexibles, c'était Madelynn qui s'était débrouillée pour se libérer le même jour que sa fille et pour se rapprocher de sa prison sorcière. C'était un court répit, une escapade fugace, mais elles avaient encore tant de choses à se dire...

« Qui t'as appris à éplucher une clémentine comme ça ? »

« Jessica. » murmura Mathilda après un temps d'hésitation.

« Celle que tu n'aimes pas trop ? »

Non. C'était celle qu'elle n'aimait pas trop. Au passé. Avant qu'elle ne la tue indirectement. Mais elle n'était pas prête à parler de ça avec la seule personne sur Terre qui la voyait encore comme une jeune fille innocente. D'un simple hochement de tête, elle répondit par l'affirmative. Madelynn lui tendit la clémentine avec un petit sourire triste.

« J'imagine que tu n'as pas envie de discuter de certaines choses mais, si jamais tu changes d'envie, sache que tu peux tout me dire. »

« Je t'ai déjà tout dit. » mentit Mathilda le plus naturellement du monde.

Madelynn contempla silencieusement sa fille avec un sourire rêveur puis reprit d'une voix rieuse :

« Pas tout si je me fie aux rumeurs. »

« Hm ? »

« J'ai cru comprendre que toi et ce Stanley Summers...  »

Matt rougit avant d'avoir eu le temps de simuler. Ce qui ne l'empêcha pas d'essayer... fronçant les sourcils, elle reporta son regard sur le fruit orangé en haussant négligemment des épaules. Elle n'allait certainement pas lui faciliter la tâche !

« Ouai ? Quoi ? »

« Eh bien que vous... tu sais... comme un homme et une femme qui...  »

Ok, là ça devenait gênant.

« On est juste potes. »

« D'accord, d'accord. Désolée. » s'excusa-t-elle en riant. Matt lui répondit d'un nouveau haussement d'épaule. « Je suis sûre que c'est quelqu'un de bien. » poursuivit la domestique des Yaxley d'un ton prudent.

« ... mais ? » devina Matt.

« Mais... il n'est pas un peu... extrême ? »

Cette fois-ci, le regard intrigué que Mathilda accorda à sa mère était on ne peut plus sincère. Extrême ?

« Tu veux dire... genre violent ? Vulgaire ? »

« Non, je veux dire... extrême. Dans sa manière d'être. »

« J'comprends pas. »

Madelynn passa une main câline dans les cheveux courts de son enfant.

« C'est pas grave. Tu as des amis à part lui, Savannah, Mary ? .... Des amis chez les Phénix peut-être ? »

« Plus maintenant. » rétorqua gravement l'androgyne. Plus depuis Tadhg. Et soudain, elle sentit la colère gronder au fond de sa gorge. « Pourquoi est-ce que tu m'poses toutes ces questions ? Qu'est-ce tu veux savoir ? »

« Rien, je ...  »

« Moi j'te demande pas c'que tu penses des sorciers chez les piafs ou si t'as des potes inquisiteurs. »

Elle se leva un peu brusquement pour aller jeter les épluchures de clémentine et fut surprise de voir le bras de sa mère s'enrouler autour de son mollet.

« T'en vas pas ! J'arrêterai de parler de ça si tu veux mais t'en vas pas s'il te plaît. S'il te plaît. Reste. Ma Tilda...  »

La colère fut balayée en une fraction de seconde par une bourrasque de mélancolie. La jeune femme s'accroupit aux côtés de sa mère et, pour la première fois de sa vie, caressa sa chevelure brune d'une main rassurante.

« Je vais nulle part maman. Je vais nulle part. »

Une longue étreinte silencieuse les unit puis, comme elle s'était ouverte, la conversation fut close.



Février 2047

Folle. Sa mère était devenue complètement folle. Folle à lier. Ou plutôt, folle à tuer. Si les sorciers le découvraient...

« Tu penses encore que je suis folle, hein ? »

Mathilda releva la tête en pinçant les lèvres. Signe ô combien révélateur mais impossible à retenir. Elle faisait déjà un effort monstre pour contenir ses larmes, sa peur, sa frustration et ... sa rage. Dieu qu'elle haïssait les sorciers ! Tout était de leur putains de faute ! La destruction, l'esclavagisme, les morts et... et maintenant ça.

« Maman.... »

« Je ne suis PAS folle ! »

Qu'est-ce qu'elle était censée répondre à ça ? Hein ?! Matt était venue engueuler sa mère. Lui demander de ne plus jamais participer aux attaques Phénix et de ne plus se mettre en danger pour une seule vie - et quelle vie ! Celle d'une sorcière ! Elle était venue lui arracher la promesse qu'elle quitterait les magiciens pour se joindre à eux, la Nouvelle Inquisition, seule faction méritant vraiment de vivre et de triompher. Elle était venue parce qu'elle s'était inquiétée, parce qu'elle avait eu peur et parce qu'elle était en colère contre celles et ceux qui avaient planifié cette folie. Elle était venue en s'attendant effectivement à trouver une mère récalcitrante, lavée du cerveau, peu incline à la suivre... mais pas comme ça ! Pas avec ces arguments là. Cette... cette... qu'était-ce exactement ? Une lubie ? Un délire ? Un faux espoir ? Une histoire qu'elle se racontait tous les soirs avant de s'endormir pour supporter un peu mieux son quotidien ? Cela pouvait expliquer tous les détails, un peu comme un roman peaufiné dans les moindres lignes. L'esprit malade de Madelynn Lovewell avait pensé à tout et verrouillé chaque zone d'ombre - ou presque - pour justifier la seule vérité acceptable pour lui : elle était une cracmole. Une enfant rejetée par ce monde mais censée y appartenir. Comment avait-elle pu imaginer une chose pareille ?! Son cerveau avait probablement été abîmé par la magie mais quand bien même ! Comment ?! Et surtout qu'est-ce qu'elle était censée lui répondre ? Devait-elle la conforter dans sa folie ? Ou au contraire la ramener à la réalité ? Au risque de sérieusement la blesser ?

Matt déglutit difficilement.

« Maman, même si tu avais raison, tu restes une sans-magie. Tu n'es pas une sorcière, tu n'as pas de pouvoirs, tu es des nôtres. Les Inquisiteurs. Tu n'es pas des leurs. Tu comprends ? »

« C'est là que tu trom... »

« JE NE ME TROMPE PAS ! »

Pas le temps de retenir cette explosion. Tant pis, elle n'avait jamais été douée pour les belles discussions philosophiques de toute façon. Surtout pas quand elle était en colère. Et actuellement, elle était furieuse. Furieuse qu'ils aient osé transformé le cerveau de sa maman à ce point. Furieuse de ne pas avoir pu la sauver de cette merde. Furieuse de devoir assister impuissante à son déclin, maintenant qu'elle l'avait retrouvée, maintenant qu'elle avait commencé à espérer que tout irait mieux.  

« Matt... »

« Tu es une moldue ! UNE MOLDUE ! ARRETE AVEC TES CONNERIES ! Tu vois pas que c'est les sorciers qui te bouffent le cerveau ?! ARRETE ! »

Et sans lui laisser la chance de répondre, elle la planta là. Pour ne pas la revoir avant un long moment...
Contenu sponsorisé
Re: Mathilda Lovewell
ce message a été posté
 :: Création de Personnage :: Carnet de route :: Chroniques