AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Levi, rose et alfie s'en vont en guerre ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Tueur de moldus
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t584-levi-stefansson
Messages : 34
Date d'inscription : 30/12/2016
Célébrité : Nico Tortorella
Crédits : rosewins

Age : 28 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique chez les Mulciber
Dialogue : #33cc99

Levi, rose et alfie s'en vont en guerre
ce message a été posté Ven 26 Mai - 20:14
Je déteste la pluie. Enfin non, pas vraiment... Ce que je déteste, c'est l'humidité et de sentir mes vêtements mouillés me coller à la peau, et c'est exactement ce qui m'arrive en ce moment même... J'attends non loin de l'entreprise Tournedeau d'Chaudron, faisant de mon mieux pour m'abriter de la bruine matinale sous un arbre et on ne peut pas dire que ce soit un franc succès : mes chaussettes sont déjà trempées et j'ai l'impression que l'eau traverse le tissu de mon haut sans même être ne serait-ce que freinée par mon manteau de fortune. Ca m'apprendra à arriver en avance à un rendez-vous un jour de pluie, voilà...

Pourtant, si je suis si en avance que ça, j'ai une bonne raison : je ne suis pas arrivé à dormir la nuit dernière, tout simplement parce que j'étais beaucoup trop excité à l'idée d'infiltrer l'entreprise de ce salaud de Tournedeau. Après tout ce temps à glaner des informations -certaines plus utiles que d'autres- je vais enfin pouvoir passer à quelque chose de concret. Il faut dire que je n'ai pas vraiment été surpris par ce que j'ai pu entendre, parce qu'au vu de la mission et de son but, il fallait s'attendre à ce genre de choses. Oliver ne m'aurait pas envoyé en mission d'espionnage pour maltraitance d'esclaves moldus sans fondement et puis venant d'un sorcier, il faut toujours s'attendre au pire.

Même si j'ai hâte de passer à l'action, j'ai parfaitement conscience que je ne suis pas le seul à prendre les décisions ici, et certainement pas le seul à avoir des informations utiles : je ne doute pas de l'efficacité de mes collègues de la Nouvelle Inquisition, bien au contraire. Rose et Alfie sont d'excellents coéquipiers et je n'aurai pas pu souhaiter meilleurs camarades pour découvrir le fin mot de l'histoire. Cela dit... J'ai aussi très peur de les affronter... Depuis la mission dans les mines, je n'ai revu ni l'un ni l'autre. En fait, je n'ai pas revu grand monde de la Nouvelle Inquisition, parce que je n'arrivais pas à le supporter. J'avais... Non, j'ai toujours l'impression que tous savent ce que j'ai fait lors de cette mission. Qu'ils me jugent tous pour l'acte ignoble que j'ai perpétré ce jour maudit. Et cette fois, ce n'est même plus une supposition, c'est une certitude : si Alfie n'a pas était directement témoin, Rose, elle, était bien présente quand j'ai...

Je déglutis difficilement rien qu'à l'image qui est bien malgré moi gravée dans ma tête. J'inspire profondément et tente de me reconcentrer, ce n'est pas le moment de faire une crise de panique, Leví ! Je n'ai qu'à les saluer en arrivant et faire comme si de rien n'était. Il faut suivre le plan : mettre en commun ce qu'on a appris chacun de notre côté, s'infiltrer dans l'entreprise de ce vieux rat d'égout et trouver quelque chose que la Nouvelle Inquisiton peut utiliser pour le faire tomber. Ou libérer des esclaves, même si ce n'est pas vraiment la meilleure des solutions si ce fumier se contente d'en racheter... Le mieux, ça reste une balle dans la tête. C'est définitif, et ça montrerait la vulnérabilité des sorciers. Mais encore une fois, je ne suis pas tout seul à décider, alors je me plierai à ce que veut la majorité, ce n'est pas le moment de merder : cette mission là, il faut la réussir. Pour la Nouvelle Inquisition. Pour les moldus. Et puis, pour prendre ma revanche sur ce qu'il s'est passé dans les mines, parce que j'en ai besoin...

Je m'appuies contre le tronc d'arbre le plus proche histoire de me détendre un peu, mais l'eau qui ruisselle dessus l'a rendu glissant, et je finis les fesses dans l'herbe après une tentative des plus ridicules pour me rattraper. Ma jambe bute contre un caillou et un bruit métallique se fait entendre. Paniquer, je relève la tête pour scruter les alentours. Personne. Tant mieux, ce serait bien ma veine si c'était à ce moment précis qu'Alfie ou Rose arrivait. Pas parce que j'ai l'air parfaitement ridicule, mais parce que je n'ai pas très envie qu'ils découvrent que j'ai apporter un couteau de cuisine avec moi. Ce n'est pas grand chose, un simple couteau à viande, mais je ne suis pas certain qu'ils apprécient me voir avec une arme, alors j'ai pris soin de le dissimuler sous mon pantalon, attaché à ma jambe.

La frayeur passé, j'hésite un moment entre rester par terre ou me relever, puis je sens l'humidité sur mon postérieur, et décide que ce n'est de toute façon pas très héroïque de rencontre ses équipiers le cul dans l'herbe mouillé, alors je me relève en prenant garde à ne pas reglisser. Bon, la posture du héros en devenir, c'est fait. Maintenant, il ne manque plus que le reste de l'équipe...
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 770
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : avenged

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris!
Re: Levi, rose et alfie s'en vont en guerre
ce message a été posté Dim 28 Mai - 22:18
Alfie se frotta les mains pour les réchauffer et resserra les pans de son manteau autour de lui en pressant encore un peu le pas sous la pluie battante du matin. Si c’était le plus imperméable qu’il avait, ce n’était pas encore ça : le vêtement avait les manches élimées et avait perdu de sa superbe (pour peu qu’il en avait avant) avec le temps. Et le fait d’être sous la pluie pendant plus d’une demi-heure le rendait totalement perméable à l’eau.

Le vent soufflait de plus en plus fort sur le chemin qu’il avait décidé d’emprunter pour se rendre jusqu’au point de rendez-vous. Alfie n’était ni en avance, ni en retard, mais le temps lui donnait envie d’être arrivé pour pouvoir se mettre à couvert. Ils avaient mal choisi leur jour d’action. La veille le temps avait été gris et brumeux, mais ce n’était pas comme ce soir : une pluie qui, sans être diluvienne, était tombée pendant suffisamment longtemps pour qu’il soit trempé malgré ses multiples couches de vêtement.

Peu importe, ça s’était organisé de cette manière et c’était tout. Il était déjà suffisamment difficile pour trois moldus asservis de s’organiser pour se retrouver un même jour quelque part… Ils n’allaient pas en plus chipoter sur la météo. Alfie se morigéna, tentant ainsi de se recomposer une contenance qui n’allait pas de pair avec la pluie qui lui dégoulinait sur le visage et qui s’immiscerait dans sa nuque et sous ses vêtements.

Malgré ça, il avait quand même sa tête des mauvais jours. Déjà d’avance, il était crevé. Cette mission ne tombait pas au meilleur moment, et s’il avait tenté de se reprendre. Parce que oui, c’était une bonne chose, ça allait leur permettre de se remettre en selle ! Heureusement qu’il était avec Rose, ça le calmera sans doute un peu… Sa dernière mission n’avait pas été un succès franc. En même temps il fallait dire qu’avec Savannah comme coéquipière, ça ne pouvait que se passer modérément bien, au mieux. Et tout ça c’était sans parler de ce qui s’était passé aussi à la Mine. Ok, Alfie était content d’être avec Rose et Levi. Mais il avait quand même un peu peur de les avoir tous les deux. Il avait vu à quel point la mine les avait secoués. Ca l’avait secoué aussi, s’il devait être tout à fait honnête. Et c’était justement pour ça qu’ils avaient besoin d’une petite mission tranquille pépère pour les remettre en selle ! Observez ici un Alfie essayant de s’auto-persuader que c’était une bonne chose d’être présentement sous la flotte. Même si clairement, au vu des bribes d’information qu’il avait pu récupérer la veille auprès des moldus du coin, il commençait à se douter que cette histoire ne sentait pas très bon pour la Mission pépère qu’il cherchait à se vendre. Alfie s’était senti révolté en apprenant certains détails, des on-dit et des rumeurs. Cependant, des rumeurs n’allaient pas leur donner des pistes concrètes pour qu’ils avancent. Alors ce n’était pas tout ce qu’il avait demandé.

Les quelques informations concrètes qu’il avait tenté de récupérer ces derniers temps auprès des moldus du coin pouvaient être utiles, mais uniquement si elles étaient complétées par d’autres. Le trentenaire comptait donc énormément sur les indics trouvés par ses deux partenaires, Rose et Levi.

Arrivant au lieu du rendez-vous donné dans les missives qu’ils s’étaient échangés, Alfie sortit la tête de ses épaules et reconnut Levi sous l’arbre. Il lui trouva un air… mouillé. Et un peu anxieux. Alors le trentenaire tenta un sourire en se rapprochant de son coéquipier qu’il, en y réfléchissant, n’avait pas vu depuis un moment. Peut-être était-ce la pluie qui donnait un air plus émacié que d’habitude à ses traits ?
« Tu attends depuis longtemps ? » Les formalités n’étaient sans doute pas d’usage aujourd’hui, exceptionnellement. Alfie avait envie de lui demander ce qu’il avait trouvé, si ça allait être utile. Il voulait lui dire les rumeurs révoltantes qu’il avait pu entendre, les bruits qui courraient et qui étaient colportés par les gens de la région. Mais mieux valait attendre Rose pour ça. Alors il attendit.
« Rose est pas encore arrivée c'est ça? Je suis en avance? » On ne sait jamais, pour un peu qu'elle soit arrivée puis repartie. Une pensée fugace lui passa par la tête. Mais non, il fallait qu'il se rassérène. Pourquoi est-ce qui lui arriverait malheur avant même qu'ils ne tentent la partie illégale de leur quête, hm?
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org
Messages : 549
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sophie Turner
Crédits : Kim

Age : 19 ans
Sang : Sale Moldue
Statut : célibataire
Métier : Domestique de la famille Kark, récemment entrée au service direct de Scylla Kark
Dialogue : [color=#6699cc]

Orpheline moldue qui ne garde quasiment aucun souvenir d'avant le projet Filet du Diable. Le suicide de Jenny, sa sœur de cœur, lui ouvre les yeux sur ses maîtres sorciers. Elle rejoint ainsi la Nouvelle Inquisition en juin 2045, espionnant ainsi pour le compte de sa faction la famille Kark.
Re: Levi, rose et alfie s'en vont en guerre
ce message a été posté Mer 21 Juin - 23:31
Alanguie, la tête posée contre la vitre glacée du Magicobus, Rose s’efforçait d’arborer l’air serein de ceux qui n’ont rien à cacher. De ceux qui n’ont rien à craindre.Sa présence dans le Dartmoor n’avait après tout rien d’interdit, pas plus que ses derniers allés et venus dans le village de Darmeet, non ? Elle n’avait jusqu’ici rien fait qui heurte les rudes lois du monde des sorciers. L’Irlandaise n’avait qu’employé son temps libre et ses gages à visiter l’espace communautaire de la cité. Les questions, qu’elle y avait posé étaient même pour la plupart aussi innocentes que sa figure naïve. Surtout, elles concordaient avec l’émouvante histoire que la domestique s’était inventée pour justifier sa présence loin d’Avalon. Rose avait commencé à se rendre dans le Dartmoor plusieurs semaines auparavant, se présentant comme une domestique de la famille Selwyn à la recherche de son frère aîné. Elle avait été séparée de ce dernier lorsqu’il avait été vendu une dizaine d’année plus tôt. Cherchant depuis toujours à le retrouver, son enquête l’avait amenée dans le Dartmoor où Sean était supposé avoir été acheté par une fabrique de chaudrons. Simple, efficace, et d’une banalité tragique, son récit avait ouvert plusieurs portes à notre jeune conteuse, et délié les langues. Chaque moldu pouvait se retrouver dans ce récit, s’identifier. Aider l’Irlandaise, s’était éveillé en soi l’espoir d’une fin heureuse, faire émerger l’infime possibilité qu’une famille puisse se reformer. À force de jouer ce rôle de sœur à la poursuite d’un aîné, Rose avait laissé dériver son imagination, se figurant avec délice quelle joie ça serait d’avoir en effet un frère aîné perdu quelque part en Angleterre. Parfois, la moldue se surprenait à vraiment y croire elle-même. Après tout, Rose ne conservait aucun souvenir de sa famille, alors pourquoi pas ?
 
Mais la vérité était tout autre, moins attendrissante, plus dangereuse surtout. Ce n’était pas un frère que Rose cherchait, mais la vérité. La pénible, létale vérité, sur ce qui se tramait dans la sinistre fonderie de chaudron. Telle était la mission qu’Oliver Durham lui avait confiée, à elle, mais aussi à Alfie, et Levi. Ah Levi… chaque évocation de son nom suffisait même après la mine, à lui arracher un soupire de contentement. Pourtant, contrairement à Alfie, Rose ne l’avait pas revu depuis la sinistre nuit d’Aberfan, se contentant d’échanger avec lui par missive, ou faisant passer des messages oraux à des camarades inquisiteurs. Aujourd’hui, elle le reverrait enfin, et l’Irlandaise sentait son ventre se gonfler un peu plus d'appréhension.

Mais ce n’était pas le moment de flancher ! Rose ne s’était pas donnée tout ce mal dans ce travail préparatoire, pour flancher au moment crucial. La première étape avait été de poser des questions à ses camarades de la nouvelle inquisition dans les différentes planques d’Avalon. L’enjeu avait été de trouver quelques informations sommaires sur l’organisation dans le Dartmoor. Il y avait-il des villes ? Où se trouvait la fonderie ? Est-ce qu’il y avait là bas un espace communautaire ? Autant de questions qui avaient pour la plupart trouvée des réponses. A force d’enquête les trois moldus étaient ainsi parvenus à situer la manufacture sur une carte, ainsi que le hameau de Darmeet et de son espace communautaire. Dès lors, Rose s’était rendue sur place le plus souvent possible, se drapant dans le rôle de composition qu’elle s’était forgée. Le premier jour, la moldue avait fait chou blanc, peinant à trouver l’espace communautaire, la domestique avait passé sa porte que que pour constater qu’il était désert. La moldue avait alors rebroussé chemin, plus déprimée que jamais. Sa seconde escapade s’était montrée nettement plus fructueuse.  Apprenant de son erreur, Rose avait fait en sorte de caler de sa venue à un moment où la taverne moldue serait ouverte. De taverne, le lieu n’en avait que le nom. La pièce minuscule ne pouvait accueillir qu’une dizaine de personnes, et seules six chaises branlantes permettaient de s’asseoir autour d’une table au bois élimé par le temps. L’arrivée d’une étrangère en ces lieux, n’était donc pas passée inaperçue. Rose n’avait pas eu à entamer la discussion que déjà, c’était à elle d’être interrogée. Servant avec émotion le récit qu’elle s’était inventée, elle obtint quelques informations. Rien de sensationnel, juste de quoi confirmer ses craintes. Les moldus de la fabrique n’avait plus mis les pieds ici depuis un lustre déjà. On ne les entrapercevait que rarement, et à chaque fois accompagné d’un sorcier. La domestique loin de se laisser démoraliser, était repassée la semaine suivante. Personne n’avait oublié la pauvre orpheline à la recherche de son frère perdu, on lui avait alors parlé de Laura. Domestique également, Laura, avait entretenu paraît-il une relation avec un homme de la fabrique. Rose était donc revenue une quatrième fois dans le seul but de rencontrer Laura cette fois-ci. La moldue lui avait dressé un tableau affolant, l’homme qu’elle avait aimé était mort il y a deux ans de cela sans que personne ne sache vraiment comment ou pourquoi. Ce décès inexpliqué avait laissé chez la domestique une amertume vengeresse, que Rose comptait bien exploiter. Élément clé de l’entretien Laura lui avait surtout révélé l’existence d’une brèche dans la sécurité de la fabrique. Une faille salutaire qui devrait leur permettre aujourd’hui de pénétrer sans encombre dans le domaine.

Dans un sursaut brutal le magicobus s’arrêta, faisant crisser sinistrement les pneus du car, et tirant la moldue de son apathie d’emprunt. « Hey la rouquemoute ! C’est ton arrêt !» cracha le conducteur à une Rose qui ramassait déjà ses affaires. L’insulte était gratuite, à l’instar des œillades mortelles que le chauffeur lui avait accordé à chacune de ses traversés. Plusieurs fois elle l’avait entendu des insultes à l’égard des moldus, des insultes qui lui adressait sans jamais pour autant la regarder. Elle remonta l’allée aussi dignement qu’elle le pouvait, et laissa les dernières insultes couler sur elle. « Ça ne devrait même pas avoir le droit de se déplacer des engeances pareil… » Dans un crachat haineux il referma avec la brutalité qui le caractérisait la porte grinçante du magicobus derrière Rose. Avec un calme feint, elle releva la capuche de son épaisse cape, bénissant les largesses Kark, et surtout se bénissant de sa judicieuse idée de chiper dans l’aile des jardiniers une paire de botte qui la garderait au sec.
 
Avec la facilité hasardeuse que confère les prémices d’une habitude naissante, Rose gagna le point de rendez-vous. Chaudement couverte, la domestique Kark était bien moins indisposée que ses compagnons par la pluie, aussi se fendit-elle d’un sourire radieux en les apercevant tout deux. Accélérant le pas pour arriver à leur hauteur, elle lâcha un rougissant «  Bonjour Lévi  » au bel islandais. «  Bonjour Alfie. Je suis désolée pour mon retard !  Le chauffeur a fait un détour de plus… Enfin… vous voulez faire un petit point ? Ou on se met tout de suite en route ? AH ! » n’attendant pas leur réponse, Rose dégaina de son sac un thermos de thé et une boite en fer pleine de gâteau secs. «  J’ai pensé au ravitaillement, peut-être que vous avez envie de vous réchauffer d’abord ? » Rose n’avait pour seules armes pour cette mission que son sourire, et des litres de thé chaud.

_________________
Rejoignez la Nouvelle Inquisition !
Nous avons du thé et des chalumeaux !
 
Tueur de moldus
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t584-levi-stefansson
Messages : 34
Date d'inscription : 30/12/2016
Célébrité : Nico Tortorella
Crédits : rosewins

Age : 28 ans
Sang : Moldu
Statut : Célibataire
Métier : Domestique chez les Mulciber
Dialogue : #33cc99

Re: Levi, rose et alfie s'en vont en guerre
ce message a été posté Jeu 29 Juin - 17:08
J'entends arriver Alfie avant de l'apercevoir, le chuintement de ses chaussures sur le chemin désormais boueux trahit son arrivée sur le lieu de rendez-vous. Ce n'est pas très glamour (bien qu'au stade où on en est, avec la pluie et les vêtements d'un prestige plus ou moins certain, le glamour ne compte plus trop) mais ça a au moins l'avantage de me donner quelques secondes de répit pour me préparer mentalement à l'affronter. Je prends une grande inspiration avant de me tourner vers lui, un sourire crispé que je voulais pourtant rassurant aux lèvres. La première impression est nettement plus positive que ce à quoi je m'attendais, et je me détends un peu lorsqu'il me demande depuis combien de temps j'attends : pas de silence gênant qui en dit long sur notre dernière rencontre et ce qui s'est passé. Pas de banalités ou de besoin de tourner autour du pot. C'est exactement ce dont j'avais besoin, et mon sourire se fait plus franc avant que je lui réponde. "Non, je suis arrivé il y a cinq minutes à peine, je pense que c'est plus moi qui suis en avance ! Par contre, Rose est définitivement en retard, ou alors elle s'est planquée derrière un arbre, mais c'est peu probable..."

Mon petit trait d'humour a l'air de tomber à l'eau, parce qu'Alfie n'a pas l'air très amusé, au contraire : il semble plus inquiet qu'autre chose... Je n'ai jamais vraiment songé à la relation entre Alfie et Rose, mais d'après ce que j'ai pu voir, ils ont l'air plutôt proches. Peut-être sont-ils plus que de simples amis ? Je suppose que l'inquiétude d'Alfie est légitime, alors je me rattrape comme je peux : "Enfin, je suis certain qu'elle va arriver, elle ne manquerait pas une occasion de te voir, et par un si beau temps !" Bon, second trait d'humour, mais je n'ai pas le temps d'en noter les effets, parce que j'aperçois arriver derrière Alfie une silhouette encapuchonnée qui ne peut qu'être Rose. "Quand on parle du loup..."

La jeune femme a l'air de plutôt bonne humeur, et ça ne m'étonne pas : vu sa tenue, elle est bien plus au chaud que nous deux pauvres idiots grelottants sous la pluie. Je me demande même en apercevant ses joues rosies quand elle me salue si elle n'est pas trop couverte... Ou peut-être a-t-elle couru jusqu'ici pour rattraper son retard ? En tout cas, je dois bien avouer qu'elle est bien plus prévoyante que nous et j'accepte volontiers le biscuit et le thé qu'elle a pensé à amener. Les mains pressées contre le récipient, je prends quelques secondes pour me réchauffer avant de reprendre la parole.

"Un point rapide ? Qu'on sache quoi faire, de toute façon ça ne risque pas d'être très long, je pense qu'on est tous arrivé à la même conclusion..." Je croque dans mon biscuit tout en remettant en place les informations que j'ai pu récolter en ville sur le propriétaire de la fabrique et ce qui se passe à l'intérieur. "Je ne sais pas pour vous, mais d'après ce que j'ai entendu, Oliver a bien eu raison de s'inquiéter pour les moldus qui travaillent chez ce pourri. Je suis allé voir du côté des domestiques dont les familles sont proches de Gontrand, histoire de voir ce que les sorciers pensent de lui. La première chose qui saute aux yeux, c'est que même pour un mangemort, celui-ci est particulièrement détraqué, il a l'air d'avoir une fascination pour la torture, et on sait tous les trois sur qui il l'a pratique. Si les conditions de travail ne sont certainement pas à envier, je suis pratiquement certain que ce n'est pas ce qui envoie ces pauvres gens à l'hôpital entre la vie et la mort." Je frissonne en pensant à ce qui se passe entre les murs de cette prison : déjà que dans notre monde, les instruments de torture sont abjectes, je ne préfère pas imaginer ce que ça pourrait donner avec de la magie...

"Par contre, ça ne va pas nous aider à nous introduire dans la fabrique. Une rumeur circule à propos d'un spectacle organisé par Gontrand lui-même de temps en temps et réservé aux sorciers. Je n'ai pas vraiment de précisions mais les domestiques parlent d'un genre de jeu du cirque... Si c'est bien le cas, on pourrait tenter de s'infiltrer en profitant de la baisse de vigilance et en apprendre un peu plus voire même aider les moldus ? Après, ça reste des rumeurs... Vous avez quoi vous ?"

Je regarde en direction de la fabrique avant de me reconcentrer sur mes compagnons d'aventure. Le plus difficile, dans cette affaire, ça ne va pas être de déterminer si Gontrand est une brute ou pas, ça c'est plutôt clair... Notre gros obstacle, c'est de savoir comment on va s'introduire dans ce piège à moldus et surtout ce qu'on va bien pouvoir y faire de significatif sans se faire prendre...
Qui pue le poisson
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t114-alfie-lockwood#251
Messages : 770
Date d'inscription : 03/09/2016
Célébrité : Sebastian Stan
Crédits : avenged

Age : 34 ans
Sang : Moldu
Dialogue : #336699

Nouvelle Inquisition. Moldu chez les Sabordage, mention porteur de caisses. Exècre la Callaghan, hypocrite selon lui. Et qu'on ne lui parle pas de Kark, les Mangemorts c'est tous des pourris!
Re: Levi, rose et alfie s'en vont en guerre
ce message a été posté Jeu 20 Juil - 12:27
Alfie vit Rose s’approcher avec un plaisir certain. La jeune femme semblait… étonnamment bien. De bonne humeur. Il la salua avec chaleur et sourire, accepta avec gratitude le thé et les biscuits qu’elle leur offrait et écouta ce que Levi avait à leur dire. La bouche pleine, il voulut plusieurs fois intervenir mais il se contenta de « Hmpgm ! » appréciatifs afin de ne pas couper son coéquipier.

« Je sais comment rentrer. Justement Lev’, c’est à propos de ce spectacle, j’ai eu des infos de la part d’un mec que j’ai croisé au bar. C’est pas une rumeur. Le mec arrêtait pas de geindre qu’il passait une semaine épouvantable avec tout le boulot qui lui tombait dessus à cause de ce vieux schnock. Après quelques verres, il m’a dit qu’il bossait pour une entreprise sorcière de traiteur, j’ai pas trop bien compris les détails, mais en tous cas, il y a une entrée de service pour les sous-traitants qui permet d’aller jusqu’à la fabrique. » Une pause pour reprendre sa respiration. Alfie en profita pour observer ses coéquipiers. Ils n'avaient pas particulièrement l'air inquiets, même s'ils ne devaient pas en mener large. Alfie n'en menait pas large, en tous cas. Son compagnon de bar lui avait également rapporté des rumeurs et des informations qu'il ne se sentait pas forcément de répéter, mais qui étaient bien moches. Ca parlait torture, décapitation pour le plaisir. Ce vieux schnock était taré comme jamais. « C’est pas de tout repos. Les rumeurs sont moches, ils font bosser les mo… les gens jusqu’à épuisement. J’ai aussi entendu parler de torture et tout. Et aussi, le programme de la soirée qui vient là, c’est moche. Oliv’ – mon compagnon de bar – me disait qu’il avait été halluciné par la quantité de viande commandée. Et son patron lui disait que c’était pas une erreur… »

Alfie laissa ses mots flotter un peu dans l’atmosphère humide, et croisa ses bras sur sa poitrine. Malheureusement , ils n’étaient pas armés. Alfie se serait senti plus en sécurité avec une arme. Même s’il concevait parfaitement que ses deux coéquipiers ne se sentaient pas à l’ase, il se serait sentit, lui, plus en sécurité. Ou bien plus téméraire, au choix.

« Dans tous les cas, même si mon pote m’a dit par quelle route ils passaient pour aller jusqu’à l’entrée de service. C’est pas très loin, mais y’a quand même un bout. Je sais pas ce qu’on va être fichus de faire mais je propose d’y aller maintenant. Rose, peut-être que tu as d’autres infos? Sauf si tu as une autre idée, une autre entrée ? »
Il se rapprocha de la jeune femme, prêt à entendre ce qu’elle avait à dire. Jusqu’à présent, lui et Levi avaient parlé, mais elle n’avait pas pipé mot pendant leurs exposés. Alfie l’observa longuement, cherchant ainsi à voir si elle appréhendait bien cette mission.
« D’ailleurs, merci pour le thé et les gâteaux. Meilleure façon de prendre des forces avant de s’attaquer à des tarés ! » Il lui serra amicalement l’épaule, avant de se mettre en marche, un sourire aux lèvres. Peut-être que s’il sifflotait ça détendrait un peu plus l’atmosphère ? Une bourrasque de vent s’immisça à ce moment-là dans ses cheveux et dans sa veste, lui arrachant un frisson.
Ouais, non, quand même pas.
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs