AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ Despacito [Kiara] ❞
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 197
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Mari-Jane

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Despacito [Kiara]
ce message a été posté Mer 7 Juin - 3:34
Lors de son dernier passage au QG de l’Ordre, Jane avait pris Cecilia à l’écart et lui avait montré une jeune brunette arrivant tout droit du Pérou. Craignant d’abord qu’il s’agît de faire du babysitting pour une nouvelle recrue, Cecilia s’était d’abord montrée impassible, mais elle avait bien vite fini par écarquiller les yeux de surprise lorsque la Callaghan lui avait révélé l’identité de la jeune femme en question. Tout à coup, la perspective de faire du babysitting (bien que dans les faits, Jane lui avait plutôt demandé d’être une sorte de premier contact pour sa nièce) lui avait paru un honneur, un privilège dont elle allait s’acquitter avec le plus grand soin.

Car la jeune Péruvienne n’était nulle autre que la fille d’Eireann Callaghan.

Après l’avoir observée pendant de longues secondes, ne sachant pas trop comment aborder Kiara (puisque c’était ainsi qu’elle s’appelait), Cecilia avait décidé d’aller lui parler en espagnol. Elle s’était dit qu’ainsi, ça rassurerait la jeune femme d’entendre sa langue maternelle. En tout cas, Cecilia trouverait sympa que quelqu’un s’adresse à elle en anglais si elle se trouvait dans un pays étranger… Ressortant son espagnol un peu rouillé, Cecilia avait invité Kiara à venir dîner un soir qu’elle n’avait ni pratique ni match. Elle avait même réussi à plaisanter en disant qu’elle ne pouvait garantir la qualité de la nourriture.

Chose exceptionnelle, Cecilia avait nettoyé son appartement édimbourgeois en lançant des sorts de nettoyage à peu près convenables (du moins, au quinzième essai). Ainsi, la vaisselle brillait, le salon était rangé (si on n’avait pas l’œil expert de tante Sorcha), mettant en évidence son piano et sa guitare, et la cuisine était propre. Elle ne pouvait bien sûr pas en dire autant de l’état de sa chambre à coucher ni de celui de la chambre d’ami (qui servait davantage de débarras pour son équipement de Quidditch qu’autre chose). Alec étant à l’étranger pour une mission, elle ne pouvait ce jour-là compter sur lui pour concocter un dessert dont lui seul avait le secret. Les deux jeunes filles devraient se contenter d’une salade de fruits exotiques aromatisée au rhum. Au moins, lorsqu’il s’agissait de cuisiner avec de l’alcool, Cecilia réussissait à tirer son épingle du jeu. Quant au plat principal, Cecilia avait toujours sous la main quelques pots de sauce à spaghetti maison. Simple. Efficace. On n’en demandait pas davantage lorsqu’on recevait une amie à dîner.

Sur le rond de la cuisinière, la sauce bolognaise mijotait paresseusement et une casserole pleine d'eau se tenait prête à accueillir de généreuses portions de pâte. Trois bouteilles de vin trônaient fièrement sur l'ilôt de la cuisine et une bouteille de rhum attendait sagement son tour bien au froid. Tout était prêt. Même Cecilia était prête, vêtue d'un ample pantalon de lin et d'une blouse sans manche dont la transparence du tissu dans le dos laissait paraître pratiquement tous ses tatouages, dont le plus important : une harpie sur son bras droit.

Pour se calmer, elle fumait presque fébrilement une cigarette, car un mélange de curiosité et de nervosité habitait la joueuse de Quidditch à l’idée de passer toute une soirée avec la fille d’Eireann. Et elle espérait que l’affection que lui avait porté l’amie de son parrain serait aussi présente chez Kiara d’une manière ou d’une autre. Car les fois où Cecilia avait réussi à nouer une amitié sincère avec une représentante de la gent féminine se comptaient pratiquement sur les doigts d’une main.

@Kiara Callaghan
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t930-kiara-callaghan
Messages : 136
Date d'inscription : 20/05/2017
Célébrité : Mélanie Bernier
Crédits : moony

Double compte : Arsenia Sabordage

Age : 23 ans
Sang : Basique de rang 3
Statut : Célibataire
Métier : Employée à la commission d'examen des créatures dangereuses
Epouvantard : Un serpent de feu : ça brûle, ça mord, ça étouffe...
Dialogue : seagreen

Fille d'Eireann Callaghan, célèbre fugitive décédée – L'espagnol est sa langue maternelle mais elle parle anglais avec un accent mi-irlandais, mi-britannique – A une cicatrice derrière l'oreille droite – Elle a horreur de la bièraubeurre
Re: Despacito [Kiara]
ce message a été posté Sam 10 Juin - 15:20
Kiara avait les mains dans les poches de son pantalon en soie de canagou, couleur orange sanguine, les poings serrés. Le foulard avec lequel elle avait attaché ses cheveux en une queue de cheval se balançait au rythme de la brise qui soufflait en ce début de soirée et quelques mèches rebelles balayaient son visage. Elle savait qu’elle allait pénétrer un peu plus l’univers de sa défunte mère à travers cette soirée, pile ce qu’elle était venue chercher en venant s’installer dans ce pays. Et de se savoir proche de ce but, elle était un peu stressée. Stressée parce Cecilia l’avait invitée à dîner et que, visiblement, cette femme avait connu sa mère plus longuement qu’elle. Stressée parce que, finalement, fantasmer la vie de sa mère avait été un moteur pour elle et qu’elle n’était pas certaine que la réalité de cette vie soit à la hauteur. Est-ce qu’il fallait réellement confronter le rêve à la réalité ? C’était une question qu’elle ne s’était jamais posée jusqu’à récemment, jusqu’à ce qu’elle soit si proche de toucher du doigt ces souvenirs que sa mère n’avait pas eu l’occasion de partager avec elle. Et peut-être que la distance imposée par sa tante jouait son rôle : Kiara ne s’était pas attendue à être mise de côté. Elle n’avait pas encore pu rencontrer ses cousins, elle n’avait pas encore eu droit à de vraies retrouvailles familiales. Si elle n’avait plus cinq ans, cela n’en restait pas moins dur à avaler.

Balayant ses angoisses comme on pourrait le faire avec une bestiole volante s’approchant de trop près, Kiara inspira un grand coup et poussa la porte massive de l’immeuble de Cecilia. En montant les marches, elle regarda autour d’elle les détails de ce bijou d’architecture. Ce n’était en rien comparable à son immeuble d’Avalon. Ici, la pierre avait de l’âge. Même la magie qui se dégageait des lieux faisait ancienne. En Avalon, le côté récent de la ville transpirait à travers chaque bâtiment, chaque pavé, chaque sortilège. La capitale était belle, majestueuse, insolente même, mais il lui manquait cette petite chose, cette âme qui se faisait une place au fil du temps. C’était la toute première fois que Kiara mettait les pieds à Edimbourg. Elle avait encore tant à découvrir ! Bon, ça n’était pas l’Irlande mais c’était tout de même magnifique, elle était d’ailleurs en retard pour avoir flâné quelques minutes, le regard rivé sur les hauteurs, un sourire fasciné dessiné sur ses lèvres. Kiara était une aventurière mais surtout une passionnée de cultures. Tout ce qu’elle découvrait l’émerveillait, elle portait même un regard naïf sur les nouvelles choses qui croisaient sa route : elle était encore l’incarnation de la candeur et de la presque ignorance, elle avait cette capacité à s’émerveiller de tout et à apprécier la moindre petite chose futile de la vie.

Arrivée devant la porte que lui avait indiquée Cecilia, elle frappa trois coups. Son hôte l’invita à entrer et elle poussa la porte. L’intérieur était cosy, pas hyper luxueux comme en Avalon, pas parfait, pas aseptisé surtout. Kiara sentait que l’appartement avait vécu, qu’il avait une histoire. Elle s’y sentit bien immédiatement, chose qui n’avait pas été le cas avec son propre appartement qu’elle ne garderait probablement pas longtemps. Elle s’avança vers Cecilia et l’embrassa, comme cela se pratiquait dans son village, oubliant que ce n’était pas une coutume du coin. « J’adore ton appartement. Il est chaleureux, il est … il est… Il te ressemble en fait je crois. » Elle s’était exprimée en anglais directement, avec son accent étrange, mêlé d’intonations britanniques, irlandaises et américaines, le mélange de toutes les personnes avec qui elle avait appris cette langue. « Enfin, il ressemble à ce que tu dégages surtout parce qu’évidemment… on vient de se rencontrer mais voilà. » Elle avait parlé un peu vite, comme d’habitude. Et si Cecilia n’aimait pas son appartement ? Hein ? Si elle prenait mal cette remarque ? Quelle cruche ! « En tout cas, ton quartier et ton immeuble sont bien plus accueillants que là où je vis. Avalon c’était peut-être pas l’idée du siècle… Merci de m’avoir invitée en tout cas, j’avoue que ça fait du bien de voir des gens ailleurs qu’au boulot. » Même si elle se doutait que sa tante avait quelque chose à voir dans cette invitation.

_________________
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 197
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Mari-Jane

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: Despacito [Kiara]
ce message a été posté Mar 13 Juin - 5:45
Cecilia sursauta presque lorsqu'elle entendit frapper à la porte. Elle écrasa maladroitement sa cigarette dans le cendrier et jeta un sort parfumé pour masquer l'odeur, car elle ne voulait pas incommoder son invitée. Puis elle alla lui ouvrir la porte. La tenue ensoleillée de la Péruvienne fit sourire Cecilia, mais fut bien vite déstabilisée lorsque Kiara lui fit la bise. Surprise, gênée, elle resta là les bras ballants alors que Kiara déposait une bise rapide sur chacune de ses joues. Heureusement, le joyeux bavardage de son invitée lui permit de se ressaisir.

« J’adore ton appartement. Il est chaleureux, il est … il est… Il te ressemble en fait je crois. »

« Tu parles des instruments? » répondit Cecilia en fronçant les sourcils, car elle n'avait jamais vraiment pris le temps de décorer à proprement parlé l'appartement.

« Enfin, il ressemble à ce que tu dégages surtout parce qu’évidemment… on vient de se rencontrer mais voilà. En tout cas, ton quartier et ton immeuble sont bien plus accueillants que là où je vis. Avalon c’était peut-être pas l’idée du siècle… Merci de m’avoir invitée en tout cas, j’avoue que ça fait du bien de voir des gens ailleurs qu’au boulot. »

« Ahh! hmm... bah merci! » Si elle ne l'avait pas décoré, au moins elle l'avait choisi avec soin pour son allure bicentenaire. « Et de rien, écoute. Je vis seule. » Elle s'interrompit, ne voulant pas ajouter quelque chose et donner une mauvaise impression d'elle-même, du genre la vieille fille célibataire et ses quinze Fléreurs. « Ça me fait plaisir de t'inviter. » Parce que c'était la fille d'Eireann, parce que c'était une demande de Jane. Et parce que c'était sincère aussi.

« Apéro? »

Laissant le temps à Kiara de répondre, elle se dirigea vers la cuisine. Sortant des verres et des coupes, elle se remit à bavarder, justifiant le choix qui l'avait mené à choisir cet immeuble, ce quartier, cet appartement. « Je voulais quelque chose qui avait du cachet... » Mais surtout quelque chose qui la liait à ses racines dont on l'avait privé si injustement et si brusquement lorsqu'elle n'avait que 4 ans.

Disant cela, elle ramenait à la surface de la mer de ses souvenirs quelques moments précieux de son enfance. « Quand j'étais gosse, j'ai passé quelques années dans ce quartier... » Jadis. Lorsqu'elle pouvait gambader gaiement dans les quartiers édimbourgeois sorciers ou voler aussi vite que lui permettait son petit balai rudimentaire d'enfant. Jadis. Lorsque les Phénix avaient brièvement pris le pouvoir et que tous pouvaient marcher librement dans toute la Grande-Bretagne en affichant fièrement leur identité. D'ailleurs, elle se souvenait encore du moment où le père de son parrain s'était publiquement affiché comme sang-mêlé, audace qui lui avait coûté la vie lorsque Kark était revenu au pouvoir. Une cruelle injustice qui l'avait privée de dire ses adieux à cet homme qu'elle avait considéré comme un grand-père adoptif. Cecilia, comme Kiara, avait connu son lot de pertes, des êtres chers disparus trop tôt et à qui elle n'avait pu faire des adieux dignes de l'amour qu'elle leur portait dans son coeur cicatrisé de gamine.
HAVE YOU SEEN THIS WIZARD ?
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t930-kiara-callaghan
Messages : 136
Date d'inscription : 20/05/2017
Célébrité : Mélanie Bernier
Crédits : moony

Double compte : Arsenia Sabordage

Age : 23 ans
Sang : Basique de rang 3
Statut : Célibataire
Métier : Employée à la commission d'examen des créatures dangereuses
Epouvantard : Un serpent de feu : ça brûle, ça mord, ça étouffe...
Dialogue : seagreen

Fille d'Eireann Callaghan, célèbre fugitive décédée – L'espagnol est sa langue maternelle mais elle parle anglais avec un accent mi-irlandais, mi-britannique – A une cicatrice derrière l'oreille droite – Elle a horreur de la bièraubeurre
Re: Despacito [Kiara]
ce message a été posté Dim 18 Juin - 14:51
Kiara avait souri au mot « Apéro », acceptant sans hésiter. Rien de mieux pour se lier que des verres remplis d’alcool : le liquide déliait aussi bien les langues que les âmes. Et elle avait besoin de s’épancher un peu la petite Péruvienne. Elle n’allait pas vraiment vider son sac mais pouvoir discuter avec quelqu’un sans lui cacher qui il était réellement, quelqu’un qui avait connu sa mère, qui vivait dans cette ambiance depuis si longtemps… Kiara espérait beaucoup de cette soirée. Elle avait besoin de s’imprégner de cette toute nouvelle vie qu’elle était choisie.

Cecilia parlait de son enfance avec une certaine mélancolie dans la voix. Elle ne savait rien d’elle, rien du tout. Tout comme elle savait si peu de choses de la vie de sa mère ici. Gamine, Kiara n’avait pas vraiment réalisé que sa mère menait une double vie : celle avec sa famille à Mara, quelques mois dans l’année, et celle de résistante dans ses contrées natales. Elle avait surpris des conversations entre ses parents, avait compris que sa mère menait un combat dangereux loin de la maison mais Kiara imaginait alors sa mère se battre contre de vilains personnages et revenir dès qu’elle avait gagné, pour repartir quand ils essayaient de refaire surface. Ce n’était qu’en grandissant, sans sa mère, qu’elle avait réellement compris de quoi il s’agissait mais elle ne pouvait alors plus poser de questions, plus trouver de réponses. Et c’était ces réponses qu’elle était venue chercher ici.

Kiara attrapa le verre que lui tendait Cecilia. « Tu as beaucoup bourlingué dans ta vie ? C’est bête, je me doute que oui mais, voilà… » Ils avaient tous pas mal bougé, certains devaient même rester caché pour leur survie. Elle n’avait jamais connu ça, elle. « C’est surtout que, de mon côté, j’ai passé ma vie dans mon village, puis à l’école, puis vers Lima pour le boulot… Mais je n’ai vraiment vécu que dans mon pays. J’ai voyagé, pas mal pour le boulot d’ailleurs mais… C’est différent. » Voyager et fuir étaient deux notions complètement opposées. Elle n’avait jamais eu à fuir. Enfin, jusqu’à maintenant : elle fuyait finalement sa petite vie bien rangée chez elle pour partir à l’assaut de la vie qu’elle aurait dû vivre si sa mère avait été encore en vie, persuadée qu’Eireann l’aurait embarquée dans ses aventures. Oubliant que tout avait été fait pour qu’elle soit toujours en sécurité et qu’elle n’ait pas à vivre toute cette merde. Elle s’en mordrait les doigts le jour où elle se rendrait compte que venir ici allait sans aucun doute foutre sa vie en l’air.
La vie se chargerait bien rapidement de lui montrer de quel bois elle se chauffait. Kiara n’allait pas tarder à comprendre son erreur, à apprendre à encaisser parce que ça allait être tout ce qu’il lui resterait. « C’est étrange pour moi d’être ici, de pouvoir enfin savoir comment ça se passe chez la famille de… Enfin de ce côté de l’océan. Vous êtes des gens que ma mère connaissait et je suis heureuse de vous rencontrer. » Elle aurait aimé lui dire qu’elle avait beaucoup entendu parler d’elle, tout ça, mais ce ne serait que mensonges : Eireann avait cité des noms mais jamais en s’adressant à Kiara. Ces noms, elle les avait entendus dans les rares discussions qu’elle avait captées entre elle et son père et tout s’était toujours mélangé dans sa tête d’enfant.

_________________
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 197
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Mari-Jane

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: Despacito [Kiara]
ce message a été posté Jeu 29 Juin - 21:57
Cecilia ajouta la touche finale à ses cocktails à base de rhum : des quartiers d'orange qu'elle accrocha sur les bords des verres. Puis elle tendit la boisson alcoolisée à son invitée, alors que cette dernière lui demandait si elle avait beaucoup voyagé dans sa vie...

« J'suis un peu comme toi sur ce point. Mais avant l'âge de quatre ans, j'ai beaucoup voyagé avec mes parents. D'ailleurs, je suis née au Djibouti. » De ses premières années de vie à vagabonder autour du monde, accrochée au dos de ses parents, elle gardait des souvenirs colorés et parfumés d'exotisme qui nourrissaient son imagination et formaient le terreau fertile dans lequel elle puisait l'inspiration de la multitude de contes qui l'habitaient. « Tu vois les cahiers en cuir de dragon sur la tablette du haut de la bibliothèque? Ce sont les récits de voyage de mes parents et de mon parrain. Mon père était ethnomage et ma mère était magizoologue. Je crois que toi aussi, non? Quand mes parents sont décédés, c'est mon parrain qui m'a élevée et j'ai passé mon enfance à Jersey et à Édimbourg. Puis mon parrain a dû prendre la fuite et j'ai dû aller vivre chez sa soeur. Il voulait pas que je devienne fugitive avant même d'avoir eu ma première baguette. » Et elle n'avait pas voulu renoncer à son rêve de devenir joueuse de Quidditch professionnelle. Surtout que grâce à tante Sorcha, elle avait eu la chance de s'épargner une vie de fuite, contrairement à d'autres membres de l'Ordre du Phénix de la génération de Kiara et de Cecilia.

Adolescente, elle avait envié la vie de fugitif, une vie qu'elle romantisait et qu'elle associait à la liberté, au grand air et à l'aventure. Néanmoins, en vieillissant, en écoutant plus attentivement les récits de son parrain, elle savait à quel point elle avait été chanceuse d'avoir été épargnée et d'être encore une citoyenne libre à l'heure actuelle. Pour combien de temps? Seul Merlin le savait... C'était un peu comme une épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Combien de temps encore avant que l'identité de tous ces nouveaux Phénix n'éclatât au grand jour? Mais mieux valait ne pas se laisser gagner par ce pessimisme pernicieux, sinon, c'en serait fait d'eux et de leurs ambitions de révolutionnaires.

« Avec le Quidditch, j'ai affronté des équipes un peu partout dans le monde, mais c'est comme toi, c'est pour le boulot, c'est pas pareil. On se lève à 5h du matin, on se réchauffe, puis le match commence. Certains matchs peuvent durer plusieurs jours. D'ailleurs, ça me fait penser... j'ai joué une fois un match contre les Rase-cimes de Tarapoto! Le match avait duré deux semaines! » Deux épuisantes semaines où chacune des remplaçantes des joueuses des Harpies avait été mise à contribution. Une expérience sur le terrain inestimable pour chacune d'entre elles.

Quand Kiara expliqua à quel point elle trouvait étrange de se retrouver pratiquement à l'autre bout du monde, Cecilia acquiesça en sirotant son cocktail, mais elle détourna légèrement le regard lorsque son invitée lui avoua être heureuse de la rencontrer. Ça lui fit chaud au coeur de l'apprendre, car ça n'avait rien à voir avec les mêmes mots prononcés par des fans à la fin d'un match de Quidditch ou lorsqu'elle faisait ses courses. De la part de Kiara, les mots étaient authentiques, et ça faisait du bien à entendre.

« Le plaisir est partagé! » finit-elle par répondre. La mention d'Eireann rappela à Cecilia qu'elle avait déniché quelque chose pour Kiara. Des albums photos soigneusement assemblés par tante Sorcha, où il y avait des photos d'Eireann et de Jane, à l'époque où elles étaient adolescentes à Poudlard, à une époque où l'insouciance peuplait leurs journées. « Oh! Avant que j'oublie! Accio albums! » Deux albums sortirent de la bibliothèque et volèrent à travers la pièce jusqu'à atterrir mollement entre les deux jeunes femmes. Sur le premier était gravé en lettres dorées Alasdair et sur le second, en lettres argentées, Sorcha. « Fais-toi plaisir! Je vais faire cuire les pâtes pendant ce temps. »
 :: Royaume-Uni :: Ailleurs