AccueilAccueil  Wikia  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Des scénarios en folie
Incarne le bras-droit de la leader de l'Ordre du Phénix avec le scénario de Lizzie O'Meara, Obbie Kantaro !
Des scénarios en folie
On peut être Mangemort et féministe, la preuve avec le scénario de Henry Avery, Darla Avery ! Twisted Evil
Des scénarios en folie
Rebelle-toi contre la hiérarchie du sang avec le scénario d'Abel Schmidt, Hywel Davies !
Nous manquons de moldus
Pourtant c’est trop cool de jouer un moldu, si jamais tu en doutes, ce sujet va te faire changer d’avis !
Magique boîte à idées
Tu aimerais nous rejoindre mais tu n’as pas d’idées de perso ? Sache que nos membres en ont pour toi ! Consulte ce sujet
En ce moment ramener un moldu sur le forum permet de faire gagner le double de points !

❝ [Mission] Plus un bénéfice est illégal, plus l'homme y tient ❞
 :: Royaume-Uni :: Londres
Nounou(rs) yankee
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t451-sam-jones
Messages : 109
Date d'inscription : 07/11/2016
Célébrité : Charlie Hunnam
Crédits : Junkiie

Double compte : Salomé Yaxley

Age : 30 ans.
Sang : Né-moldu
Statut : Célibataire.
Métier : Terroriste convaincu.
Baguette : Matraque de 37.6 centimètres, chêne blanc et ventricule de coeur de dragon.
Epouvantard : Jésus.
Dialogue : darkorange
all hell breaks loose
Américain bruyant • Option baguette explosive • Phénix enthousiaste • Peu engageant envers les moldus • Coeur de guimauve
[Mission] Plus un bénéfice est illégal, plus l'homme y tient
ce message a été posté Mer 14 Juin - 5:05
Le 6 juin 2046

Sale. Jones a déjà vu des trucs plus que crasseux et il a lui-même vécu dans des conditions assez douteuses merci, mais alors qu’il revient à peine de Londres et de ses bas-fonds, de ces lieux où aucun Ministère n’a foi ni loi, il se sent sale. Plus que sur sa peau, c’est sous sa peau, jusque dans ses veines, qu’il sent tout cela. La puanteur qui semble le suivre et qui, il le sait, ne le quittera pas, qu’importe qu’il se lave. Cecilia et Lyne sont déjà arrivées au quartier général, leur point de rendez-vous, et à chacune d’elle il accorde un ébouriffage de cheveux en règle, en guise de salutation. « C’t’endroit est répugnant », qu’il ouvre la séance, en s’asseyant dans le fauteuil restant, dans un long soupir.

Il s’aperçoit à quel point il a été protégé, dans le giron du vieux pendant toutes ces années, et à quel point la vraie résistance n’a rien des idées romantiques qu’il a bien pu caresser, alors qu’il était encore au pays, alors qu’ils venaient tout juste de se décider à rejoindre les autres Phénix au Royaume-Uni. À quel point il ne connaît rien, encore, et comme il a tout à apprendre.

Il retire sa casquette et continue de parler, ses yeux clairs fixés tour à tour sur les deux femmes, alors qu’il triture le tissu élimé de son couvre-chef. « Y’a d’ces sales types…’fin, z’avez vu en voir vous aussi, hein. » Pas de doute. Tout Londres en regorge, de sales types. La mission demande pourtant à ce qu’ils y aillent, et pas rien qu’une fois, s’ils veulent obtenir ce qu’ils désirent, et Jones ne sait même pas si leurs efforts porteront fruit, à un moment ou à un autre. C’est que le Mâleautru est difficile à trouver et que les bas quartiers sont bourrés d’étranges personnages, qui tous pourraient se prétendre être le sorcier qu’ils recherchent. La description que leur en a fait l’ancien contact est ridiculement banale, si ce n’est quelques détails. Un homme moyennement grand, à peu près brun, au visage peu notable, si ce n’est un oeil de verre à l’iris violet. Probablement magique, aux propriétés inconnues. Un autre truc à se méfier.
Comme s’ils n’en avaient pas assez !

Sur la table basse est déjà ouverte la carte de Londres, soigneusement délimité par leurs soins, afin de faciliter le repérage premier. Chacun de leur côté, en tant au mieux de ne pas attirer l’attention. Facile pour Lyne et lui, même si Jones pressent qu’on a dû lui faire 450 propositions salaces pendant sa ronde, plus difficile pour Cecilia et sa moue friponne. Quoiqu’il ne craint pas pour elle : elle a probablement plus d’un tour dans son Choixpeau. « , son doigt tapote une ruelle étroite, y’a un type qui prend des paris pour les combats qui sont, un autre doigt, un bâtiment, ici. J’ai pas pu entrer, faut des Gallions pour assister, ou au moins une preuve d’pari, et j’ai pas d’Gallions pour ça non plus, mais ça faisait pas des bruits humains. Sûrement des créatures plus ou moins rares, ou des chiens qu’ils font passer pour des petits cerbères, j’sais pas. Son visage se crispe un peu. Pauvres bestioles qui n’ont rien demandé ! J’ai aussi vu quelques p’tites bandes. Pas bavardes, mais pas fouille-bouse. Quelques nanas avec des serpents partout dans ce coin, son doigt encercle une intersection, pis des types avec des masques pas loin. M’ont d’mandé si j’étais avec… avec une bande, j’sais plus l’nom. J’avais l’allure, qu’ils ont dit. » Le manteau de cuir, les bottes, la barbe mal faite. Il se voulait incognito, mais on l’avait déjà assimilé à d’autres. Bon, ou mauvais signe, il ne saurait dire.
Future fugitive
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://filetdudiable.forumactif.org/t415-cecilia-munro
Messages : 178
Date d'inscription : 24/10/2016
Célébrité : Natalie Dormer
Crédits : Shiya

Double compte : Aveline Kirke

Age : 31 ans
Sang : Basique de rang 4
Statut : Célibataire endurcie
Métier : Batteuse pour les Harpies de Holyhead
Baguette : 25,6 cm, bois de châtaignier avec une plume d'hippogriffe
Epouvantard : Une version terne et morne d'elle-même, une alliance au doigt, des boulets en forme d'une ribambelle de parfaits petits bébés au sang nouvellement pur aux pieds
Dialogue : #ccccff

+ Conteuse + Joueuse de Quidditch + Alcoolo + A une vingtaine de tatouages qui s'animent lorsqu'elle les effleure de ses empreintes digitales + Pianiste + Guitariste + Fumeuse
Re: [Mission] Plus un bénéfice est illégal, plus l'homme y tient
ce message a été posté Ven 16 Juin - 2:36
Les bars miteux du bord de la Tamise étaient un peu à l'image de la gnôle couleur pipi d'Etonan qu'on y servait : mauvais et fades. Au moins, sa clientèle, à moitié éméchée les trois quarts du temps, avait le mérite de se montrer bruyamment bavarde, mais les sujets de conversation qu'on pouvait capter partaient souvent dans tous les sens et il fallait montrer des trésors d'ingéniosité pour rester suffisamment attentif le temps de donner sens à tout ce brouhaha. Avec sa perruque de cheveux noirs et hirsutes, ses rides maquillées et son dos voûté, Cecilia avait des airs de harpie. Lors de sa sa tournée des bars, son apparence avait tenu à l'écart la clientèle habituelle : personne ne l'avait donc approché de trop près, car, comme elle l'avait appris en tendant l'oreille, un groupe de harpies avait fait des ravages dans le coin est du marché noir pas plus tard que la veille au soir. On lui avait parfois lancé des regards méfiants, mais jamais on était venu lui chercher des noises. Exactement ce que Cecilia avait souhaité, car, en mission pour l'Ordre, elle se devait de faire profil bas, elle, la joueuse de Quidditch professionnelle au visage connu. En s'enracinant de patience, elle avait fini par avoir vent de quelques potins croustillants.

Dès qu'elle avait mis les pieds dans la planque que Jones, Lyne et elle s'étaient choisis, elle s'était débarrassée avec un certain soulagement de sa perruque hirsute qui sentait le vieux Croup mouillé parce qu'elle avait été surprise par la pluie. S'allumant une clope, elle s'était lourdement écrasée dans un des trois fauteuils autour de la carte de Londres. S'emparant d'une plume, elle avait tracé une croix sur le coin est du marché qui avait été victime du groupe de harpies.

Cecilia écouta attentivement Jones faire son rapport avant d'enchaîner. Pointant du doigt sa croix, elle raconta :

« Des harpies ont ravagé un des marchés là. Mais pas moyen de savoir si elles ont agi d'elles-mêmes ou si elles ont été mandatées par un autre groupe. Et puis ici... » Elle indiqua le pub de La Fiole sans fond... « Il y a eu une bagarre parce qu'un mec aurait vendu à un autre mec de la fausse corne de bicorne. Et ça aurait fait exploser son chaudron et une partie de son salon. Et dans ce pub...» Elle pointa le pub McGrath's. « Pas moyen d'entrer... y'avait des gobelins qui montaient la garde pour un événements privé, j'sais pas trop. Ah bouse! » Elle venait de faire tomber un morceau de cendre de sa clope qu'elle s'empressa d'essuyer. La cendre avait laissé un léger cercle un peu noirci sur la carte. « Désolée... » Elle sortit sa baguette, ramassa une bouteille vide qui trainait par terre (des déchets jonchaient le sol ici et là) et la métamorphosa en cendrier dans lequel elle écrasa sa cigarette. « Oh! Et j'oubliais... Là...» Elle suivit du doigt Wapping High street. « Une silhouette m'a suivi jusqu'à ce que je quitte la rue. » Son devoir accompli, elle s'allume une seconde clope.
Un papa une maman !
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 72
Date d'inscription : 08/02/2017
Célébrité : Alexa Chung
Crédits : nonapbf

Age : 33 ans
Sang : Basique, rang 2
Statut : Célibataire - jamais connu autre chose
Métier : Fugitive
Baguette : Bois d'aubépine ; pas toujours simple à manipuler. Plutôt rigide, vingt-six centimètres. Larme de licorne.
Epouvantard : L'enfermement
Dialogue : 3366cc
Re: [Mission] Plus un bénéfice est illégal, plus l'homme y tient
ce message a été posté Mar 20 Juin - 22:20
Lyne n’avait jamais été d’un naturel très bavard : elle pensait beaucoup, observait énormément, restait sur ses gardes (toujours !), mais parlait peu. Elle était celle qui restait toujours un peu en retrait mais les sens aux aguets et les yeux grands ouverts. Ses camarades pour la présente mission lui étaient pourtant sympathiques, et tout de suite, tous trois avaient réussi à élaborer d’un commun accord un plan.
C’est ainsi qu’ils s’étaient retrouvés après leur première journée d’observation en plein cœur des bas-fonds de Londres.

Contrairement à Cecilia, elle avait eu toute la liberté de se promener avec son véritable visage exposé à chacun. Elle avait adopté la vie de fugitive au tout début du chaos alors qu’à l’époque, elle n’était encore qu’une gamine. Son père n’avait jamais pris le risque de remettre un jour un seul pied en ville avec ses traits d’Attrapeur jadis célèbre, mais elle, avait grandi depuis. Personne ne la connaissait, personne ne se souvenait : elle était une parfaite anonyme. Le visage pas fiché parmi tous ces terroristes. Pas encore ?
Une part de la jeune femme enviait terriblement sa jeune joueuse de Quidditch de camarade, parce que c’est ça qu’elle aurait rêvé de faire, et rêvait toujours de faire, si elle n’avait pas passé toute son existence à courir et puis se cacher, se cacher et puis courir.
Une autre part d’elle-même, cet après-midi-là, s’était fait la réflexion qu’elle préférait encore sa vie de fugitive à la vie de ces gens-là. Sales, répugnants, à la limite de la déshumanisation parfois. Au grand air plutôt que dans la crasse des abysses de la ville ; malgré les aléas climatiques, les abris souvent sommaires, la nourriture devenue une vraie préoccupation, souvent.

Elle avait pourtant masqué tout son dégoût avec brio. Au moins son existence lui avait-elle appris à mentir divinement bien. De leur trio, elle était supposée incarner la chef, lorsqu’ils se présenteraient tous les trois. Pas question donc de courber l’échine au fil des rues, pas question d’écarquiller des yeux choqués : simplement se faire discrète, ce qu’elle maitrisait aussi à la perfection, à présent.
Pourtant, elle avait eu la désagréable impression d’apercevoir trop souvent le même visage au fil de sa « ronde d’observation ». Elle avait déambulé à travers les rues dans un ordre bien précis et préétabli, de telle façon à ce qu’ils puissent à eux trois balayer une bonne partie de leur terrain de chasse.
Sinon, on ne lui avait pas cherché d’ennui outre-mesure : elle avait au moins pris la précaution d’enfiler une cape brune usée et de rabattre la capuche sur ses cheveux simplement pour éviter qu’on vienne la chercher, soit parce qu’elle restait une femme malgré les traits tirés et les kilos manquant furieusement, soit parce qu’elle n’était de toute évidence pas connue par ici, soit… Parce qu’il y avait tout simplement des ivrognes peu importe l’heure du jour.
Mais toujours revenait ce même individu, ce gamin. Troublant.

Elle laissa à Sam le soin de commencer son discours, toujours aussi discrète et réservée bien qu’on ne peut plus attentive. Puis ce fut au tour de Cecilia, armée d’une cigarette puis d’une seconde ; et enfin, au sien :

« En passant devant La Goule qui chante, il y avait deux types qui discutaient. Elle pointa l’emplacement du bar du doigt sur la carte. Ils ont parlé de sang de Re’em et puis de Grapcorne, c’était simplement une bribe de conversation et d'ailleurs je ne sais même pas si c’est quelque chose de vraiment intéressant pour nous, mais ce sont deux ingrédients aujourd'hui devenus plutôt rares pour des potions. La demande pour la Grapcorne a aussi explosé ces derniers mois. » Simple anecdote que Lyne ponctua d’un petit haussement d’épaules. Elle marqua une pause rapide, pas vraiment certaine d’avoir apporté quoi que ce soit d’important juste avant – mais sait-on jamais. « Et puis à ce que j’ai compris, ils vendent et trafiquent des balais dans un espèce d’entrepôt, juste ici. » Le doigt qui se déplaçait encore sur la carte. « Sinon, je mettrais ma main à couper d’avoir vu exactement la même gosse à plusieurs reprises. A trop d’endroits différents pour que ce ne soit pas louche. Là, là, assise à l’angle de ces rues-là, là, et qui mandiait par ici. Une petite fille, je crois. Elle était loin à chaque fois mais elle avait les cheveux sales et défaits, le teint pâle, maigrichonne. Huit ans peut-être, mais je suis très mauvaise pour donner un âge aux gamins, alors ne vous fiez pas trop à mon estimation. » Un petit sourire discret pour marquer une nouvelle pause rapide. Elle réfléchissait à voix haute : « Rien de bien intéressant sinon, mais cette gosse, c’était vraiment… Perturbant. »
 :: Royaume-Uni :: Londres